Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Jeu 28 Déc - 22:43

---> pour ce topic j'ai pris la liberté d'utiliser deux de mes personnages ^^


Ce que Raziel avait tant désiré depuis tous ces siècles avait été réalisé il y a de cela quelques mois à peine. Lui et Séléna avaient enfin pu lier leur âme pour l’éternité par le sacrement du mariage. A présent, un anneau indestructible et des sentiments profonds les unissait dans une vie relativement paisible.
En effet, leur vie ne pouvait pas être de tout repos car ils vivaient après tout dans un monde de guerres incessantes même si Ynis Witrin restait un havre de paix grâce aux pouvoirs des sœurs Aleyna.
De plus, l’archange déchu ne pouvait vivre l’âme sereine puisqu’il savait qu’on l’observait… Là-haut, on scrutait certainement le moindre de ses mouvements pour attendre un faux pas éventuel ou un signe qui accréditerait cette thèse qui fait de lui le futur guide des démons, l’arme de Lucifer.

Perdu dans ses pensées, l’archange observait le ciel d’un regard profond. Il ne pouvait s’empêcher de songer à tous ces événements récents. Ces mois de bonheur aux côtés de la femme qu’il aime mais aussi les menaces de ses frères et du dieu qu’il servait lorsqu’il vivait encore au paradis céleste.
Il le savait, tout ceci le conduirait à reprendre son épée pour des affrontements qui seraient certainement les derniers… En attendant que ces événements aient lieu, il s’efforçait de concentrer ses pensées sur celle pour qui il était encore en vie aujourd’hui.


- « Que fais-tu en ce moment mon amour ? » murmura t-il lorsque le vent souffla doucement près de lui comme pour apporter cette interrogation à la jeune femme.

Le vent venait effectivement de faire son apparition sur la plaine dans laquelle il se trouvait isolé de tous. Au beau milieu des hautes herbes, il observa alors la légère brise faire danser les végétaux qui abondaient en ce lieu. Soudain, les ondulations devinrent de plus en plus soutenues jusqu’à en devenir presque violentes. Le vent était devenu beaucoup plus fort et ce phénomène était loin d’être naturel d’autant qu’il était très localisé comme il put rapidement le constater.
En effet, Raziel pouvait apercevoir certaines habitations au loin. Ces lieux de vie étaient entourés de nombreux arbres et aucun ne subissaient le jeu du vent aussi intensivement que là où il se trouvait.
A présent, plus qu’un mauvais pressentiment il savait que quelque chose ou quelqu’un était en train de l’appeler. Le vent lui indiquait probablement la direction dans laquelle il devait se rendre.


- « Le moment est donc venu ? » se demanda t-il.

Posant son regard sur son épée qui écrasait l’herbe de son poids de métal, il songea qu’il allait probablement bientôt la teinter de la couleur du sang. Il la prit alors avec sa main droite et la leva avec aisance, comme si elle était l’un de ses membres, un objet, une chose qu’il n’avait eu de cesse de porter. Il se demanda alors si, au lieu d’être un ange du bien, il n’avait pas toujours simplement été un mercenaire… Mais finalement ceci importait peu. Il ne voulait plus souffrir du passé mais vivre le présent et combattre pour assurer le futur. C’est pourquoi il prit la direction que lui indiquait ce vent plus que troublant.

Son périple le fit marcher durant plusieurs heures pour enfin arriver dans une autre plaine étrangement similaire à celle dans laquelle il se trouvait auparavant. Elle était pourtant différente sur certains points et une profonde beauté se dégageait de cet endroit. Ceci était d’autant plus troublant car un pareil lieu ne semblait pas pouvoir être le théâtre d’un affrontement quel qu’il soit. En effet, la plaine ne disposait pas seulement d’une verdure abondante mais aussi de nombreuses fleurs aux senteurs aussi douces que leur aspect. De plus, la mer se trouvant non loin de là faisait résonner le bruit des vagues venant frapper les récifs de toute leur force.
L’archange n’était jamais venu ici auparavant mais la brume qu’il voyait au loin et la distance qu’il avait parcourue lui firent comprendre qu’il était désormais à l’extérieur de l’île. Ceci signifiait que la barrière protectrice de l’île n’avait plus effet ici et qu’il était désormais exposé à une ou plusieurs attaques. Malgré ces conclusions, il laissa son épée dans son fourreau qu’il portait sur son dos. Il attendait une quelconque manifestation, quelque chose ou quelqu’un qui lui fasse comprendre pourquoi on l’avait guidé jusqu’ici. Ses questions allaient très vite trouver leurs réponses…


- « Ainsi c’est toi celui que l’on pressent comme étant le futur leader des enfers ? Je suis surpris car tu ne sembles pas en avoir la carrure et encore moins la force même si ton âme noire n’est effectivement pas sans me rappeler celle d’un démon. »

Une voix calme et posée venait de rompre un silence que seule la nature s’était permis de troubler jusqu’à présent. D’un mouvement rapide, Raziel se retourna et constata la présence d’un homme à quelques pas de lui. Ce dernier l’observait attentivement de ses yeux dont l’iris avec pour particularité d’avoir une teinte rouge. Ses cheveux châtains tombaient sur son visage avec légèreté et on pouvait dire que son apparence entière semblait presque détachée de ce monde. S’il n’avait pas affronté de nombreux adversaires auparavant, Raziel se serait peut-être laissé amadouer par cette apparence mais il ne le pouvait en cet instant précis tant l’aura de cet inconnu était noire et terriblement puissante.
Cet homme semblait connaître l’histoire de l’archange déchu et il l’avait clairement attiré à lui. Restait à savoir ce qu’il comptait faire pour ou, plus vraisemblablement, contre lui.


- « Tu sembles me connaître mais moi j’ignore ton nom et ce que tu me veux. Mais sache que si c’est un combat que tu recherches alors c’est la mort que tu trouveras. » répondit-il sur un ton ferme pour lui montrer qu’il ne le craignait pas.

- « Je crois que c’est plutôt toi qui as trouvé la mort aujourd’hui. En tant qu’archange tu as peut-être déjà entendu parler de moi non ? Je me nomme Anàrion et je fais parti des escorteurs de l’au-delà et aujourd’hui je suis venu pour m’accaparer ton âme. » lui dit-il avant de disparaître.

Un «escorteur de l’au-delà ». L’archange déchu n’avait encore jamais eu affaire à eux mais il savait effectivement qui ils étaient. Ils étaient autrefois des hommes ou des femmes dont l’âme fut ensuite choisie par la Mort après qu’ils perdirent la vie. Ils passent ensuite au service de la Mort et doivent récolter les âmes qu’on leur désigne. En tuant leurs cibles ils récupèrent leurs pouvoirs et deviennent encore plus puissants. On dit même que le plus cruel d’entre eux deviendra un jour le successeur de la Mort elle-même. Quoi qu’il en soit, ces hommes étaient au-dessus du bien et du mal, c’est d’ailleurs aussi ce qui faisait leur force. Il savait aussi que leur force, s’ils se nourrissaient d’âmes depuis plusieurs siècles, pouvait être titanesque et donc, bien supérieur à celle d’un archange.
Soudain, un entrechoquement de métal se fit entendre de manière brutale. Raziel venait de sortir son épée de son fourreau et grâce à cela, il avait pu arrêter la faux qui avait failli s’abattre derrière lui.


- « Ce n’est pas en m’attaquant dans le dos tel un lâche que tu parviendras à me tuer escorteur. » lança t-il avec force avant de se retourner et de prendre l’initiative de poursuivre l’attaque.

Malgré ce que l’on pourrait croire, Anàrion maniait son imposante arme avec une habilité remarquable qui lui permettait d’aller aussi vite que l’épée de son adversaire. L’arme de l’archange devint ainsi inférieure à cette redoutable faux qui apportait une puissance brute plus conséquente à son utilisateur qui ne cessait de sourire, montrant ainsi qu’il ne doutait pas de sa victoire sur sa proie.

- « Savais-tu que tout le monde parle de toi ces derniers temps ? Certains te prennent pour un modèle car tu as réussi à épouser celle que tu aimes malgré tout ce qui a été fait pour vous en empêcher. D’autres te craignent car tu pourrais être celui qui détruira soit leurs plans, soit leur petit monde bien tranquille dans lequel ils se complaisent depuis des siècles. Il y a aussi ceux qui t’attendent, les démons et autres créatures funestes qui cherchent à prendre leur revanche sur le paradis céleste dont Lucifer fut chassé. Enfin, il y a moi qui ne veux que ton âme. L’âme d’un être tourmenté qui peut basculer dans n’importe quel camp d’un instant à l’autre. » lui avoua t-il en lui assénant un violent coup de faux qui lui fit perdre l’équilibre.

Le combat tourna alors à l’avantage de l’escorteur qui lui porta un puissant coup de genou dans l’abdomen avant de tenter de l’atteindre avec sa faux. L’archange déchu l’esquiva de justesse mais sa cape fut déchirée d’un seul coup, ce qui fit dévoiler ses grandes ailes noires.
Raziel ne comptait pas céder à l’offensive de son adversaire et concentra brièvement son pouvoir dans sa main droite, il lança dans éclairs dans la direction d’Anàrion qui disparut pour les éviter.


* S’il a la faculté d’esquiver le moindre de mes coups de cette façon alors il va vite falloir que je trouve autre chose sinon je risque d’utiliser beaucoup trop d’énergie et de m’épuiser avant lui. * constata t-il.

Pour vaincre son adversaire, il recommença à concentrer ses pouvoirs mais cette fois, c’était dans sa main gauche tandis qu’il dirigerait son épée de la main droite. Alliant sa dextérité à ses pouvoirs, il n’allait désormais laisser aucun répit à l’escorteur de l’au-delà.
L’atmosphère se chargea alors d’électricité et la nuit qui tombait permettait de mieux voir se dessiner les courants électriques qui se dégageait du corps de l’archange.
Puis, alors que son ennemi l’observait en souriant devant cette préparation, il décida de passer à l’offensive. Avec une main il parvenait ainsi à stopper la faux qui le menaçait tandis que grâce à son pouvoir, il tentait de faire reculer son ennemi. Pourtant, Anàrion bloqua la main gauche de l’archange et ne semblait pas souffrir des éclairs qui en jaillissaient et qui parcouraient désormais son corps.


- « C’est tout ce dont tu es capable ? Ton courant ne me fait strictement aucun effet si ce n’est de me dégourdir un peu. » s’exclama l’escorteur pour toiser son opposant.

- « Rassure-toi, je peux faire bien mieux que cela ! » répondit-il avec force.

A cet instant, une charge titanesque d’électricité partie du corps de l’archange pour atteindre celui d’Anàrion qui fut alors, pour la première fois, frappé de plein fouet tandis que Raziel était projeté au loin par la violence de l’impacte.
Puis, tout en se relevant, il tenta de voir si son attaque avait porté ses fruits mais il dût vite se rendre compte que les effets avaient été très limités. En effet, l’escorteur n’avait que quelques égratignures malgré la puissance de l’impact. Ceci lui fit froid dans le dos mais il ne pouvait s’arrêter à cet échec.


- « Je constate que les escorteurs de l’au-delà sont aussi redoutables qu’on me l’avait laissé entendre mais sache que cette résistance n’est rien comparée à ma volonté. » lui lança-t-il en pointant sa lame dans sa direction.

S’avançant de quelques pas dans sa direction, son adversaire continuait à sourire comme il le faisait depuis le début du combat. Ceci témoignait de sa totale assurance qui n’avait en aucun cas faiblie.

- « Tes efforts sont vains. Comme je te l‘ai dis, ton âme sera à moi quoi qu’il arrive. D’ailleurs comment voudrais-tu m’en empêcher ? Ne vois-tu pas le fossé qui sépare nos auras ? »

« De la simple vantardise » se disait Raziel en l’écoutant. Il savait que cet homme était redoutable mais personne n’était invincible, pas même les dieux et il allait devoir trouver quel était son point faible. Il devait vaincre car il avait promis à Séléna qu’ils ne seraient plus jamais séparés.

- « Le seul fossé qui nous sépare est celui des causes que nous défendons et je vais te le prouver ! » répondit-il en s’élançant vers lui.

L’archange déchu frappa le sol grâce à ses pouvoirs de manière à soulever un épais nuage de poussière afin d’empêcher son adversaire de le voir. Profitant de cette protection temporaire, il porta un coup d’épée puissant qui fut pourtant stoppé par cette même faux qu’il ne parvenait pas à briser.

- « Inutile. » lança Anàrion en fermant les yeux.

Ne relâchant pas ses efforts, Raziel continuait à frapper grâce à son épée et la violence de l’entrechoquement des lames était telle que les ondes de choc firent voler les pétales des fleurs qui poussaient en ce lieu. Le bruit des lames résonnait désormais à des centaines de mètres à la ronde, couvrant même le bruit des vagues. Malgré toute cette démonstration de force et de technique personne ne prenait le dessus sur l’autre. Pourtant, Anàrion se fatiguait beaucoup moins que son adversaire et le combat aurait tourné à son avantage si Raziel n’avait pas réussi à planter sa lame dans l’abdomen de son ennemi.

- « Le combat est terminé escorteur. Tu as perdu. » lança t-il sans le quitter du regard.

- « N’as-tu pas oublié quelque chose concernant ma nature ? » lui demanda t-il en riant.

Contre toute attente, la lame de l’épée commença à s’effriter jusqu’à tomber en miettes sur le sol. De plus, le serviteur de la mort semblait ne ressentir aucune douleur. Déstabilisé, l’archange ne put qu’écouter l’explication d’un tel phénomène contre nature.

- « Je crois que l’on ne t’a pas tout dit sur les escorteurs de l’au-delà. Tes anciens supérieurs n’ont jamais dû t’enseigner que nous disposons d’un corps spectral absolument insensible aux coups physiques. Tu vois, quand je te disais que tu n’avais aucune chance contre moi, je ne t ’avais pas mentis. »

Levant sa faux vers le ciel, il frappa Raziel au torse. La lame s’enfonça alors dans sa chair sans pour autant atteindre des points vitaux. Son adversaire semblait ainsi vouloir encore un peu jouer avec lui avant de s’emparer de son âme.

* Comment n’ai-je pu pas déceler cela avant ? Mon erreur risque de me coûter la vie… Je dois… Je dois réagir… * songea t-il alors qu’il était allongé au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Jeu 28 Déc - 22:43

Il repensa alors à ce qu’on venait de lui dire. Un corps spectral ne pouvait être blessé par une attaque purement physique. Dans ce cas, il lui fallait frapper de toutes ses forces grâce à sa magie et c’est ce qu’il allait faire en dépassant sa douleur.
C’est ainsi que, tout en se relevant, il retira la lame qui était planté dans son corps et repoussa son adversaire quelque peu étonné par tant de volonté.


- « Le combat… est encore loin d’être terminé. Je vais te montrer quelle est la véritable puissance dont je dispose. »

A cet instant, un violent courant électrique jaillit de tout son corps tandis que ses ailes noires se déployaient comme jamais auparavant. Cette fois-ci, l’attaque serait redoutable. Ainsi, il porta un violent coup de poing au visage de son adversaire dont il se saisit rapidement avant de l’emmener avec lui en direction des nuages.

- « Et bien mon cher Raziel ? Que crois-tu pouvoir faire ainsi ? Penses-tu vraiment pouvoir me vaincre par un simple envol ? »

Aucune réponse ne sortit de la bouche de l’archange déchu qui continuait son envol vers des nuages dont la couleur n’avait plus rien à voir avec un blanc de pureté. Surpris par cela, l’escorteur tenta alors de se dégager, pensant qu’il pouvait le faire à tout moment, mais cette fois-ci il ne le put pas. Pour la première fois de son existence spectrale, un homme réussissait à le contenir, lui dont la force se rapprochait le plus de la Mort elle-même.
Ainsi, une fois arrivé au milieu des nuages, l’archange relâcha son étreinte et déploya ses bras. Le ciel fut alors déchiré par des éclairs assourdissants qui vinrent frapper de plein fouet l’escorteur de l’au-delà.


- « Escorteur, reçois le châtiment céleste par les éclairs purificateurs !! » s’écria t-il avec force.

Frappé de toute part, Anàrion entama une chute vertigineuse en direction du sol sur lequel il tomba très lourdement. Cette fois-ci, les éclairs l’avaient frappé de plein fouet et s’il n’y avait pas succombé, il ne pourrait pas poursuivre le combat. C’est du moins ce que l’on pouvait croire.
Pourtant, Raziel perçut une petite lueur provenir du lieu de la chute. Très vite, il se rendit compte que quelque chose se dirigeait vers lui à grande vitesse. Si grande qu’il ne put esquiver ce qui s’avérait être l’onde de choc d’une lame. Ainsi, la créature de la mort n’avait pas abandonné le combat et venait de lui montrer que sa faux pouvait utiliser le vent pour atteindre sa cible. Le corps tailladé de toute part, l’archange perdit connaissance et tomba à son tour sur le sol.

Combien de temps s’était alors écoulé entre sa perte de connaissance et le moment où il ouvrit les yeux à nouveau ? Il n’aurait pu le dire et il pouvait encore moins expliquer le spectacle auquel il assistait subitement. En effet, il semblait être revenu dans le passé, il se retrouvait dans son corps transformé par l’invocation qu’il avait réalisé pour sauver le village de Séléna. Il se retrouvait emprisonné par les pouvoirs de ses frères archanges tandis que la femme qu’il aime mourrait sous ses yeux.


- « Non !!! Pas encore, pitié… Séléna !!!! » hurla t-il quand la jeune femme s’écroula au sol.

Ne pouvant croire à ce qu’il voyait, il ferma les yeux et laissa échapper ses sanglots. Quand il rouvrit les yeux, il constata qu’il se trouvait à présent dans le temple de Stellae, là où avait eu lieu son mariage avec elle. Il revit ainsi la jeune femme, resplendissante dans sa robe de mariée. Elle lui tendait la main pour l’inviter à la rejoindre mais quand il voulut la saisir, toute la pièce tomba dans un noir profond qui dura l’équivalent de quelques secondes durant lesquelles il n’entendit que des cris de douleurs tout autour de lui. Lorsque la lumière réapparut, il ne put que constater que tous les gens présent dans la salle étaient mort, tout comme la femme qu’il aime qui gisait au sol. A cet instant, il entendit une voix résonner dans sa tête.

- « Alors que penses-tu de ma technique Raziel ? La « destruction de l’âme » est-elle à ton goût ? »

Tétanisé par ce qu’il venait de voir, l’archange ne prêta presque pas attention à ce qu’il venait d’entendre. Il resta figé jusqu’à sentir une douleur sur l’un de ses doigts, celui qui portait l’anneau échangé avec Séléna. Il posa alors son regard sur le petit objet qui fut coupé en deux sans qu’il ne puisse rien y faire.
Soudainement, il fut de nouveau projeté dans un autre univers mais cette fois, il était de retour dans la réalité. Il se rendit ainsi compte qu’il gisait au sol dans son propre sang. Il n’avait donc pas trouvé la mort malgré le coup qu’il avait reçu et il en était de même pour Anàrion qui se tenait devant lui, pointant sa main dans sa direction.


- « Tu es l’un des premiers à m'avoir blessé autant et je voulais te faire payer cela à ma façon. Vois-tu, je peux utiliser tes souvenirs afin d’en faire une arme. C’est l’un des meilleurs moyens pour briser quelqu’un mais je trouvais que te détruire de cette façon était encore trop clémente pour ce que tu m’as fais subir. » lui avoua t-il avec une voix bien plus dur qu’auparavant.

En effet, l’escorteur savait parfaitement se contrôler et son apparence détachée, n’éveillait que très rarement les craintes de ses futurs victimes. Cette attitude ne disparaissait que lorsqu’on le poussait dans ses derniers retranchements et tel en était le cas à ce moment. Il marcha alors droit devant lui afin de prendre du recul. Il se saisit ensuite de sa faux. Cette fois-ci, il porterait le coup final…

Allongé sur le sol et conscient de la situation dans laquelle il se trouvait, Raziel savait qu’il devait réagir vite mais comment vaincre un tel monstre ? C’était la question qu’il se posait et qu’il posait indirectement à Séléna en observant sa bague qui était ici intacte.


- « Séléna… Je ne sais pas si j’ai la force suffisante pour battre cet homme… Sa puissance dépasse l’entendement et il m’a choisit comme cible… Il ne reculera donc pas… »

A bout de souffle, il s’arrêta quelques instants de parler pour observer les étoiles qui parsemaient le ciel obscur. La nuit était tombée désormais et la Lune éclairait les lieux de sa douce lumière. Il repensa alors à ces nombreuses envolées nocturnes qu’il avait faites en compagnie de celle qu’il aime.
Comme il aimait voler avec elle et sentir la fraîcheur de la nuit sur son visage… Comme il aimait sentir près de lui les battements rassurants du cœur de la jeune femme… Comme il aimait tout ce qu’elle représentait pour lui !


- « Tous ces instants précieux, suis-je prêt à les perdre aujourd’hui ? Vais-je trahir cette promesse de ne jamais être séparés ? Cet anneau qui me lie à toi, je ne peux oublier ce qu’il représente… »

Raziel se releva alors et resta debout tout en continuant à regarder le ciel comme si ce dernier souhaitait le rappeler à lui. Il posa ensuite une nouvelle fois son regard sur l’anneau avant d’observer son adversaire qui semblait lui aussi souffrir de ses blessures.

- « Je… je dois rester en vie. Je n’ai pas le droit de mourir aujourd’hui car je lui ai promis que nous ne serions jamais séparés. Quel homme serais-je si je trahissais le plus pur des serments ? »

A ce moment, son épée se reforma d’elle-même dans sa main droite et fut entourée d’électricité. D’ailleurs, le corps entier de l’archange dégageait une énergie semblable, une force telle qu’elle pouvait être aperçue à des kilomètres à la ronde. Il avait fait le choix de combattre son adversaire et de dépasser ses propres limites.

- « Anàrion, je vivrais car j’en ai fais le serment à tous les habitants de cette île. J’ai promis de défendre Ynis Witrin et tous ces gens que j’aime tant. J’ai promis de toujours rester aux côtés de la femme que j’aime et je respecterai ma parole en te tuant aujourd’hui. »

Concentrant toute son énergie dans sa faux, l’escorteur semblait quelque peu déstabilisé par les paroles qu’il venait d’entendre. Pourquoi ? Probablement car tout ce que défendait l’archange était des choses que lui-même avait oubliées depuis qu’il était devenu l’arme de la Mort. D’ailleurs que défendait-il aujourd’hui ? Rien si ce n’est la quête du pouvoir personnel. A moins que lui aussi aspire à autre chose qu’il ne pouvait avouer… Quoi qu’il en soit, il s’élançait à présent en direction de celui dont il convoitait si âprement l’âme.

- « Tes grands sentiments et tes mots sont vains. Seul celui qui détient la force peut avoir la prétention d’accomplir ses ambitions en ce monde et aujourd’hui c’est bien moi qui en dispose. Toi comme tous ceux qui suivront, vous serez bien obligé de le reconnaître et de vous plier à mes desseins car je deviendrais bientôt l’incarnation de la Mort ! »

S’élançant à son tour armé de son épée, Raziel ne prononçait pas un mot. Derrière lui, la verdure perdait sa teinte pour prendre celle de son sang tandis que l’électricité saturait l’atmosphère toute entière. Dans un instant, les deux puissances rentreraient en contact. Dans quelques secondes, l’une des deux auras disparaîtrait…

**** Séléna, aujourd’hui, devant les dieux et le peuple d’Ynis Witrin, je te promets de te chérir de tout mon cœur et de toute mon âme mais aussi de te protéger jusqu’à ce que la mort nous sépare. ****

Les deux forces étaient finalement rentrées en collision dans une déflagration titanesque et toute l’île d’Ynis Witrin pouvait ressentir en son cœur l’impact du choc. L’une de ces deux âmes venait de disparaître de la surface de la Terre.
Quoi qu’il en soit, quelque chose ou quelqu’un appelait désormais Séléna à rejoindre ce lieu où Raziel et Anàrion s’étaient si violemment combattu. Des fragments, de brèves sensations de ce combat parvenaient jusqu’à son esprit sans pour autant lui permettre de comprendre qui pouvait les lui transmettre et de quelle manière elle aurait à agir. Etait-ce donc l’escorteur de l’au-delà qui, après s’être emparé de l‘âme de son mari, convoitait à présent la sienne ou son époux qui l’appelait à l’aide ? Ne pouvant se fier à aucun élément concret, la jeune femme allait devoir l’apprendre par elle-même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïa Aleyna
Humaine
*Dirigeante de L'Île*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 218
Age : 29
Rang : Dirigeante de l'Île
Race : Humaine
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Ven 29 Déc - 23:41

Quelques mois… Voilà déjà quelques mois qu’ils sont mariés. Quelques mois que les Dieux ont accepté leur union. Plus rien ne peut les séparer à présent. A part peut-être la mort… Et encore. Séléna ne pensait qu’au bonheur qui l’envahissait depuis qu’ils se sont dits « oui » dans ce temple. Elle semblait avoir oublié toutes ses douleurs passées et peut-être même son passé lui-même. Pourquoi penser à ce qui est derrière elle alors que le futur est tout à eux ? Pourquoi briser ce bonheur en se torturant l’esprit pour rien ? Enfin, ils ont l’opportunité de pouvoir se consacrer entièrement à eux et… Qui sait, peut-être à leur futur enfant ? Peut-être…

Séléna se trouvait chez elle, seule, assise près de la fenêtre de sa chambre. Elle contemplait la nuit étoilée tout en songeant à des milliers de choses. Son regard était perdu et ses prunelles grises brillaient, comme retenant des milliers de larmes qui ne demandaient qu’à être évacuées. Mais pourquoi aurait-elle pleuré ? De bonheur, bien entendu. Tout cela lui semblait bien trop beau. Eux qui n’avaient vécu que malheurs et épreuves vivaient soudainement tranquillement, comme si rien de tout cela ne s’était passé. Elle ne s’en plaignait pas, loin de là, mais elle craignait que quelque chose ou quelqu’un lui retire un jour ce bonheur auquel ils ont tant aspiré. Lentement, la jeune femme baissa le regard et contempla sur ses genoux. Elle porta une main à son ventre et soupira doucement. Pourquoi tardait-elle tant à en parler à Raziel ? Simplement parce qu’elle craignait d’en arriver trop rapidement à une conclusion. Ils ont attendu tellement longtemps avant de pouvoir enfin avoir un enfant ! Elle ne voulait pas donner de faux espoirs à Raziel.

Elle ferma à nouveau les yeux tout en souriant à moitié alors qu’une larme roulait lentement le long de sa joue. Elle se détendit complètement, plongeant encore plus dans ses pensées. Elle ignorait si elle était encore éveillée ou si elle somnolait. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle se sentait bien, en sécurité, sereine. Elle savait qu’une fois Raziel rentré, il la trouverait assise dans ce fauteuil, certainement ne train de dormir ! Il allait peut-être sourire, ou rire légèrement en la voyant ainsi. Séléna n’était pas du genre à s’endormir n’importe où ! Mais là, elle était tellement fatiguée… Comme si une autre personne lui volait sournoisement son énergie. Une personne ne lui voulant absolument pas de mal, bien au contraire… Elle eut juste le temps d’avoir cette pensée un peu étrange et invraisemblable avant de s’endormir comme une masse. Sa tête s’inclina en avant et son menton toucha sa poitrine. La voilà bel et bien endormie ! Un petit sourire flottait toujours sur ses lèvres et la larme clandestine ayant coulé sur sa joue sécha, laissant simplement un petit sillon sur sa peau un peu pâle où dansaient quelques reflets orangés.


>>>> Rêve <<<<

« Séléna ! Séléna, viens ici ma chérie ! »


Une fillette aux longs cheveux noirs arriva en courant et en riant, suivie d’un garçon de deux ans son aîné. Le plus étrange était qu’il était beaucoup plus petit que lui. Par contre, il avait déjà une bonne carrure, comme s’il l’avait travaillée avec un quelconque guerrier. La petite fille arriva devant une femme aux cheveux bruns et aux yeux aussi verts qu’une feuille d’arbre au printemps. Un sourire bienveillant flottait sur les lèvres de la jeune femme alors qu’elle attrapait ses enfants et basculait en arrière sous l’effet du choc. Trois éclats de rire se firent entendre et finalement, après plusieurs minutes de séance de chatouille, tous trois se redressèrent en titubant.

« Venez, il faut rentrer ! Il va bientôt faire nuit. Séléna, tu as trouvé quelque chose dans ces bois ? »

« Oui maman ! Des pommes, des poires, des champignons et… Et… »

« Et j’ai chassé un oiseau ! Regarde ! »


Le garçon montra le cadavre du volatile encore suspendu à sa flèche. La femme sourire et ébouriffa les cheveux de ses enfants. Elle était heureuse de les avoir encore près d’elle. Elle ne voulait pas qu’il leur arrive quelque chose. Pas eux… Un petit frisson anima son corps et elle poussa un rapide soupir, comme pour chasser ces mornes pensées de son esprit.

« Allons-y alors ! Mickael, passe devant ! »

Séléna pouffa de rire tout en se baissant pour prendre le panier rempli à raz bord de fruits et de champignons. La petite famille traversa une bonne partie de la forêt et une fois la nuit tombée, une lueur se fit voir dans le lointain. Ils étaient presque arrivés au village. Lisys était rassurée : elle n’aimait pas trop la forêt, surtout la nuit, quand le danger grouillait de partout.

C’est seulement une fois chez eux, dans leur modeste maison, que la tension retomba. Un soupir de soulagement échappa à la jeune mère. Elle demanda à ses enfants de poser leurs affaires, d’aller faire leur toilette puis de se changer pour aller dormir. Ils s’exécutèrent sans broncher, trop fatigués pour insister auprès de leur mère. Mickael aida sa sœur, la voyant en train de s’endormir alors qu’elle se déshabillait. Il s’occupa même de la mettre au lit et de la border, le temps que leur mère arrive.


« Oh ! Mais qu’est-ce que je ferais sans vous, mes enfants ? Merci Mickael… »

Le garçon sourit avant de se diriger dans son lit, près de celui de sa sœur. Séléna, quant à elle, était déjà en train de somnoler. Mais elle était encore assez éveillée pour écouter ce que se racontaient son frère et sa mère. Elle bâilla et se retourna sur le côté pour regarder Lisys embrasser son frère.

« Maman… Pourquoi papa est parti ? » Demanda-t-elle d’une voix endormie.

La jeune femme s’immobilisa, ses muscles se crispant. Elle finit par soupirer et son visage se tourna vers celui de sa fille. Bon, il était peut-être temps qu’elle leur explique… Même s’ils étaient encore jeunes, ils ont le droit de savoir. Ils comprendraient, elle en était certaine. Elle s’empara d’une chaise et la place entre les deux lits. Mickael s’était un peu redressé alors que Séléna restait couchée.

« Votre père… A été choisi pour combattre les démons. Vous savez, ces soldats sont courageux : ils protègent nos villages des invasions ennemies, ils meurent en héros sur le champs de bataille, pour leur famille et leurs pays complètement dévastés. Votre père dut partir, car on ne peut refuser de défendre son pays. Mais cela n’a pas été un problème pour lui : il était prêt à tout pour nous, pour notre village… »

« Mais il va revenir ? Il est parti depuis si longtemps… »

Séléna était blottie sous sa couverture. Elle connaissait la réponse que sa mère allait leur fournir. Ils attendaient depuis si longtemps qu’il revienne ! Un jour, elle se rappelle très bien, un homme vêtu d’une cotte de mailles, d’une armure portant d’étranges armoiries, de bottes étranges et montantes et d’une ceinture d’où pendait une épée, parlait avec sa mère. Le visage de Lisys s’était décomposé et elle avait alors fondu en larmes. Séléna était cachée derrière un buisson, car avec son frère, ils jouaient à cache-cache. Jamais elle ne lui avait parlé de ce qu’elle vit ce jour-là.

« Non… Votre père… Est tombé au combat… Je suis désolée, je ne vous l’ai pas dit avant… Il ne reviendra plus. »

Malgré tout, Séléna sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle dissimula son visage sous sa couverture alors que Mickael se figeait. Son père… Il n’allait plus jamais revenir… Il ne lui montrerait plus jamais ses petits secrets concernant le combat. Plus jamais il ne l’encouragerait. Plus jamais il lui dira d’être fort, de ne pas avoir peur de son adversaire sans pour autant le sous-estimer. Un sanglot échappa aux deux enfants et Lisys s’en voulut un instant de les avoir mis au courant de cette manière.

« Désolée… Je…Bonne nuit. »

Et leur mère quitta précipitamment la petite chambre, refermant la porte derrière elle. Séléna ne bougeait plus, pleurant silencieusement. Même si elle était au courant depuis des mois, qu’elle se doutait de quelque chose, le fait que leur mère lui annonce cette nouvelle de vive voix lui faisait très mal ! Elle entendit à peine son frère descendre de son lit pour venir près d’elle. Lorsqu’il la prit dans ses bras, Séléna ressemblait plus que jamais à la cadette, à la petite sœur.

« Chut… Ne pleure pas, petite sœur. Tu sais… Lorsque je m’entraînais avec papa… Il m’a fait promettre, avant de partir pour l’armée… »

Il garda un instant le silence avant de soupirer. Il savait que sa petite sœur écoutait attentivement ce qu’il lui disait. Il décida de poursuivre.

« Il m’a fait promettre de te protéger, au cas où il lui arriverait quelque chose. Mais tu sais, il n’aurait pas eu besoin de me le demander. De toute façon, je te protège depuis le jour où tu es née. »

Séléna releva la tête vers Mickael et à travers ses larmes, elle lui adressa un petit sourire. Elle finit par hocher la tête et elle se blottit dans ses bras. Elle déposa sa tête contre sa poitrine et soupira doucement.

« Tu me le promets ? Tu me promets que tu ne partiras pas comme papa ? »

Mickael sourit avant d’essuyer ses larmes. Il hocha la tête. Il était prêt à être un parjure pour protéger sa sœur. Il était prêt à défier l’armée s’il le fallait ! Mais une promesse est une promesse et il ne pouvait se permettre de la briser ! Surtout s’il l’avait faite à son père et maintenant à Séléna.

« Oui, je te le promets, Séléna… Allez, essaie de dormir maintenant ! Ma petite elfe à moi^^. »

Séléna hocha la tête et sourit à son frère. Elle soupira légèrement et renifla avant de sombrer dans le sommeil quelques minutes plus tard. Ils allaient devoir apprendre à vivre dans leur père, elle le savait bien. Mais pour le moment, sa mère tenait le coup. C’était ce qui comptait. Mais elle savait que sans Mickael et elle, elle se laissera dépérir. Ils devaient faire attention. Surtout Mickael, qui était un garçon et, par conséquent, il était assez téméraire.



« Séléna ! Rentre vite au village avertir tout le monde ! Des démons attaquent ! VITE ! »

Prise de panique, la jeune fille de dix-sept ans s’enfuit à toutes jambes en direction du village. Des années avaient passé depuis la nuit où leur mère leur avait annoncé la mort de leur père. Et ils vivaient heureux, et Lisys avait même retrouvé son sourire d’antan. Tout semblait aller pour le mieux jusqu’au cri de son frère. Les démons attaquaient… Ceux qui ont tué son père. Et ceux qui tueront une bonne partie du village si elle ne faisait rien !

« VITE ! LES DEMONS ARRIVENT ! Mickael les a vu ! Ils approchent ! »

Un murmure affolé parcourut la foule amassée autour de Séléna. Le chef du village arriva bientôt et ordonna à tous les hommes de prendre les armes pour défendre le village et leur famille. Les femmes qui ne savaient pas se battre devaient aller dans les abris avec les enfants. Séléna, elle, savait se battre. Mickael lui a appris en cachette. Elle allait mettre ses talents à exécution ! Tout de suite ! Elle aida les femmes et les enfants à s’installer dans les abris avant de se rendre chez elle. Elle poussa son lit et brisa une latte de bois. Elle plongea sa main tremblante dedans et extirpa une épée du sol. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres et elle remit le lit en place. Elle sortit en courant et alla rejoindre son grand frère.

« Séléna ! Que fais-tu ici !? Rentre immédiatement te mettre à l’abri ! »

« Non ! Tu m’as appris à me battre ! Je sais manier l’épée ! »

« Séléna ! J’ai fait une promesse à papa et… »


Un hurlement de douleur lui échappa alors qu’il tombait à genoux, du sang s’échappait de sa bouche. Les yeux grand ouverts, Mickael fixait sa sœur, presque éberlué. Il était comme étonné de s’être fait ainsi berner, si stupidement !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïa Aleyna
Humaine
*Dirigeante de L'Île*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 218
Age : 29
Rang : Dirigeante de l'Île
Race : Humaine
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Ven 29 Déc - 23:42

« MICKAEL ! » Hurla Séléna avant de se jeter sur le démon qui comptait achever son frère.

Elle lui transperça le ventre d’un rapidement coup d’épée avant de revenir vers son frère qui agonisait. Elle le prit dans ses bras tout en sanglotant.


« Tu n’as pas le droit ! Ne m’abandonne pas ! Je ne veux pas être toute seule ! »

On aurait dit la petite fille de cinq ans de jadis. Elle avait une main posée dans le dos de Mickael, là où la flèche était plantée. Elle tentait vainement de retenir le sang qui s’échappait de la plaie béante. Mais ses mains n’étaient pas assez grandes et ne contenaient pas la magie nécessaire pour stopper l’hémorragie. Mickael laissa échapper un râle avant de regarder sa sœur. Déjà, la vie lui échappait et son regard devenait plus vitreux.

« Séléna… Tu ne seras jamais seule… Je… Je serai toujours… Près de toi… Sache-le… Plus tard… »

« Chut ! N’use pas tes forces ! Je vais te conduire au village… On va te soigner ! »

« Séléna ! S’il te plaît… Tu sais aussi bien que moi que… Tout est terminé pour moi… Je suis gravement blessé… »


Des bruits de métal s’entrechoquant se faisaient entendre dans toute la forêt. On défendait corps et âme le village et ses habitants.

« Séléna… Plus tard… Des épreuves t’attendent… Ton destin… Tu ne seras pas seule… Un ange… Un archange… La mort… La vie… L’union… Ne l’oublie pas… Mes mots… Je… »

« Mickael ! Non ! »

« Je t’aime… Petite sœur… »


Il la regarda encore un instant et il leva sa main pour caresser sa joue. Puis, elle glissa lentement sur la peau mouillée de larmes de Séléna. Lentement, ses yeux se fermèrent et il poussa son dernier soupir. Séléna hurla sa douleur à pleins poumons. Son frère… Son grand frère était mort dans ses bras ! A cause des mêmes démons qui ont tué son père, des années auparavant ! Une haine sourde envahit tout son être. Tout en hurlant comme une possédée, elle se leva d’un bond et se rua vers la bataille. Ce jour-là, combien de démons tua-t-elle à elle toute seule ? Dix, vingt, cent, mille ? Tout ce que l’on sait, c’est qu’un guerrier dut l’assommer pour qu’elle se calme.

Séléna se réveilla trois jours plus tard, affligée, amorphe. Elle réclamait sans cesse son frère, elle voulait le voir, elle ne voulait pas être séparée de lui ! Tout était de sa faute ! Si elle n’était pas venue dans la forêt pour déconcentrer Mickael, il serait encore en vie ! Les crises d’angoisse et de folie se succédaient, toujours plus violentes, jusqu’au jour où un guérisseur elfe décida de la mener de force jusqu’à la tombe du jeune homme tombé au combat. Immédiatement, Séléna se calma et fondit en larmes. Alors il était bel et bien décédé… Il gisait là, à quelques mètres sous elle, si près et pourtant si loin…


« Mickael… »

Tout se brouilla autour d’elle et elle perdit connaissance. Et soudainement, elle vit Raziel. Il l’appelle, il a besoin d’elle ! Il va mal ! Un hurlement déchirant échappa à Séléna.

>>>> Fin du rêve <<<<


« RAZIEL ! »

Elle se réveilla en sursaut, en sueur, aussi pâle que la mort. Elle se leva d’un bond tout en sanglotant. Pourquoi ces souvenirs, ce rêve, lui était revenu ? Elle dut s’agripper à la fenêtre pour éviter de tomber. Une main sur son ventre, elle était pliée en deux. Qu’était-ce, ce présage ? Pourquoi avait-elle dû revivre la mort de son aîné ? Et cet appel soudain… Comme si Mickael était Raziel ! Que se passe-t-il ? En tout cas, elle avait la conviction que Raziel avait besoin d’elle, et qu’elle devait le retrouver au plus vite !

« Raziel… Serons-nous donc jamais en paix ? »

Malgré son corps douloureux, Séléna se lança hors de chez elle, sans se préoccuper plus d’elle. Elle courait à en perdre haleine et elle ignorait où elle allait. Elle laissait ses pas la guider, et elle se demanda un instant si elle n’était pas en train de totalement se tromper de chemin. Mais elle fit confiance à son instinct.

*Raziel, j’arrive ! Tiens bon, je t’en supplie !*

Elle craignait tellement qu’il la quitte comme Mickael l’avait quitté des siècles auparavant ! Les larmes coulaient toujours à flot sur ses joues, sans même qu’elle s’en rende compte. Finalement, après de longues minutes de course effrénée, elle arriva près du phare. Le phare ? Mais que faisait-elle là ?! Elle s’arrêta brusquement et se retrouva à genoux sous la douleur qu’elle ne sentait plus mais que son corps, lui, subissait. Elle se mit à hurler à pleins poumons :

« RAZIEL ! »

Elle ne le voyait pas et avait réellement peur. Elle sentait des ondes magiques, des ondes mauvaises, des ondes de combat envahir ces lieux ! Elle ferma un instant les yeux, ayant de plus en plus peur. Ses mains tremblaient, tout son corps était en émoi. Elle se mordit violemment la lèvre après avoir à nouveau hurlé comme une folle. Elle était de plus en plus inquiète et elle se remit difficilement debout. Elle continua d’avancer, s’éloignant un peu du phare. Elle appelait toujours son époux, morte de peur à l’idée qu’il lui soit arrivé du mal…

(Dsl, je me suis trompée de perso! Tu sais que c'est Séléna Wink )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Mar 2 Jan - 5:26

Les lieux étaient désormais irrémédiablement marqués par le combat qui venait d’avoir lieu. A l’endroit même où le dernier coup fut porté, il ne restait plus qu’un trou béant d’au moins trois mètres de profondeur. L’atmosphère était encore chargée de résidus magiques persistants qui, soudainement se mirent à croître de manière démesurée jusqu’à envelopper les lieux d’une aveuglante lumière blanche qui aspira Séléna sans qu’elle ne puisse rien tenter pour s’en échapper.
Elle fut ainsi projetée en un lieu inconnu… Un endroit désertique dont le sol n’était que du sable à perte de vue telle l’immensité d’un océan.

A quelques mètres de là, un homme se tenait au beau milieu du désert et de roches imposantes qui étaient d’ailleurs les seuls éléments se démarquant du sable. Cette personne n’était autre que Raziel qui, les yeux fermés, se concentrait sur la nature qui l’entourait, comme s’il était dans l’attente de quelque chose.
Soudain, le sol se mit à trembler, légèrement au début puis de manière beaucoup plus violente à mesure que les secondes s’écoulaient. Peu à peu, le sable semblait s’enfoncer autour de l’archange jusqu’à ce qu’il fasse un bond sur le côté afin d’esquiver ce qui venait de sortir du sol.

En effet, une immense masse venait d’apparaître à l’air libre et se dirigeait désormais vers le ciel. Une tête de reptile était ainsi sortie du sol. La gueule grande ouverte, elle avait tenté d’avaler sa proie humaine sans toutefois y parvenir. La tête fut ensuite suivie d’un ensemble démesuré. Sa forme était allongée tel le corps d’un serpent sauf que pour cette créature, le tronc n’était pas pourvu d’écailles mais d’une peau lisse de couleur terre.
En l’observant, qui n’aurait pas trouvé cette créature effrayante ? Sa taille était parfaitement démesurée puisqu’il fallut en effet plusieurs dizaines de secondes avant qu’elle ne sorte tout entière du sable. On pouvait ainsi estimer que ce monstre mesurait près de mille mètres de long pour une largeur proche des vingt mètres et désormais, à l’aide de quatre paires d’ailes situées le long de ses flancs , il volait dans les airs.


- « Hum! Ce léviathan est beaucoup plus gros que ce que l’on m’avait dit. Quoi qu’il en soit, il est hors de question de reculer à présent. »

Il concentra alors son énergie dans sa main droite de manière soutenue afin que son pouvoir électrique soit suffisamment puissant pour transpercer le corps de la créature. Or, il le savait, ceci était loin de marcher à tous les coups. D’autant plus que, attiré par la lumière dégagée, le monstre se dirigea sur lui, faisant au passage s’écrouler les imposantes roches rien qu’en traversant l’air de tout son poids de titan.
Cette grande vitesse surprit l’archange déchu qui frappa alors le sol avec la magie qu’il préparait tandis qu’une fraction de seconde ensuite, le léviathan rasa l’endroit, soulevant le sable de plusieurs mètres de profondeur avant de s’élever à nouveau vers le ciel.
Durant quelques secondes, plus aucun mouvement ne se fit percevoir à la surface du sol. Seul le hurlement effroyable du reptile se faisait entendre à des kilomètres à la ronde, faisant vibrer l’endroit tout entier. Soudain, une puissante énergie électrique sortit du sable et vint mourir dans le ciel désormais vide de tout nuage.
A la base de cette force se trouvait Raziel au beau milieu d’un profond trou de sable qui lui avait sauvé la vie. Il avait en effet utiliser son pouvoir accumulé précédemment afin de creuser un trou dans le sable pour s’y réfugier alors que le monstre rasait le sol.
Cette manœuvre avait d’ailleurs faillit lui coûter la vie car il aurait pu rester enseveli et parce qu’à un mètre près, la profondeur de cet abri n’aurait pas été suffisante…


- « Cette fois-ci ce n’est pas passé loin… Il va falloir que je sois plus prudent à l’avenir. Enfin, pour le moment, je ne vois qu’un moyen de venir à bout de lui mais ça s’annonce risqué. » constata-t-il en l’observant voler dans les airs.

Le léviathan n’allait pourtant pas se contenter de voler tranquillement d’autant plus que l’énergie dégagée avait attiré son attention. Ainsi, il se dirigeait désormais de nouveau vers Raziel qui déploya alors ses ailes et sortit son épée de son fourreau.
L’archange attendait maintenant le bon moment : l’instant où il pourrait grimper sur le corps glissant de la créature et c’est ce qu’il fit lorsque ce dernier tenta de l’avaler à nouveau. Désormais, il essayait de se maintenir sur l’imposante créature et ceci était loin d’être simple, c’était même impossible si l’on ne disposait pas d’outils adaptés. Or, pour ce combat, l’archange n’était pas venu sans rien. Il sortit ainsi une pièce de bois de ta taille de sa main. Cette imposante pièce était ornée de nombreux piques mais aussi d’un demi-cercle faisant office de poignée dans lequel il glissa sa main, s’assurant ainsi qu’il ne perdrait pas ce précieux objet. Grâce à ce système quelque peu archaïque, il pouvait, en le plantant, avancer le long du corps du monstre afin d’atteindre sa tête qui était son point faible.
Toutefois, ce procédé n’était pas sans défaut puisque lorsque les piques s’enfonçaient dans la chair du monstre, ceci lui procurait une douleur et aussi faible soit-elle, elle lui permettait de sentir où elle se situait et, par la même occasion, où se trouvait son ennemi. Dès lors, le léviathan faisait tout pour faire chuter Raziel.
En effet, le reptile s’était à présent lancé dans une course folle au cours de laquelle il vola notamment à l’envers. Ceci, associé aux mouvements violents qu’il faisait, avait faillit faire chuter Raziel plus d’une fois mais ce dernier tenait bon car son objectif était proche : encore quelques efforts et il serait arrivé à la tête. Toutefois, une désagréable surprise l’attendait…

Jusqu’à présent, l’archange ne pouvait apercevoir le sol car la poussière que soulevait la créature sur son passage le dissimulait mais depuis quelques brefs instants, il pouvait ressentir des grains de sable toucher sa peau. Ceci ne pouvait avoir qu’une seule et terrible explication : le léviathan s’était rapproché du sol et un bref regard lui permit de comprendre qu’il allait bientôt plonger sous le sable et l’impact serait fatal à l’archange.

- « Protection de foudre !!!! » hurla-t-il tout en dirigeant la paume de sa main devant lui.

A ce moment, le reptile plongea de manière violente dans le sol, soulevant ainsi des tonnes et des tonnes de sable qui vinrent recouvrir les derniers morceaux de roche encore visibles après un tel affrontement.
Si l’on était à terre, on ne pouvait que ressentir le sol trembler sous ses pieds mais vu du ciel, on pouvait apercevoir avec précision le chemin que faisait la créature enfouie sous le sable dans lequel elle pouvait se mouvoir avec facilité. Ce n’est qu’après cinq minutes qu’il ressortit du sol avant de s’élever à nouveau dans les airs.
Sur sa tête, on pouvait apercevoir une faible lueur bleutée, celle du champ de protection électrique de Raziel qui, bien qu’affaibli, ne lâchait pas prise.
Mettant fin à sa protection, il attendit que le monstre soit à l’horizontal avant d’insuffler son pouvoir dans son épée qu’il leva au-dessus de la tête du reptile.


- « Tu m’auras donné beaucoup de mal … Mais cette fois-ci je suis au regret de t’annoncer que tu ne feras plus aucune autre victime. Meurs !! » s’exclama t-il après s’être envolé au-dessus de la tête afin de prendre de l’élan.

C’est ainsi qu’il vola le plus rapidement possible et concentra toutes ses forces dans son épée avant que la lame ne s’enfonce dans le crâne de la créature qui poussa un hurlement effroyable. A présent, l’électricité se propageait avec violence dans sa boite crânienne jusqu’à ce qu’il succombe. Vaincu, il s’apprêtait à tomber lourdement sur le sable: l’endroit où il reposerait pour l’éternité.
A bout de forces, Raziel eut juste le temps de se projeter de ce dernier. Le sable soulevé sous le poids du titan vint alors le recouvrir. Il aurait donc pu mourir si un être de petit taille, recouvert d’une épaisse cape marron n’était pas venu pour le sauver en faisant disparaître le sable grâce à l’utilisation de la magie. En même temps, la cape tomba et une petite voix se fit entendre.


- « Papa !! Papa, tiens bon je vais te soigner tout de suite. »

La personne qui venait de le secourir n’était autre qu’une petite fille aux longs cheveux châtains. A première vue, elle ne devait pas avoir beaucoup plus que dix ans et elle semblait pourtant déjà disposer de pouvoirs conséquents. En effet, non seulement elle était parvenue à déblayer les kilos de sable qui le recouvrait mais elle était aussi en mesure de guérir ses blessures en posant ses deux mains sur son cœur. Très vite, Raziel retrouva ses esprits mais aussi ses forces et caressa les cheveux de l’enfant.

- « Leena, ma chérie. Tu n’es pas blessée ? »

La petite fille commença à se fâcher mais ceci ne dura pas car elle fondit en larmes avant de se jeter dans les bras de Raziel.

- « Arrête de t’en faire pour moi alors que tu as failli mourir. Papa, je veux pas que tu meurs… » lui avoua la petite fille qui le frappait sur le torse avec ses petits poings.

Stoppant ses mains, l’archange la regarda avec un air attendri avant de s’adresser à elle.

- « As-tu donc déjà oublié ce que je t’ai dit ? Je t’ai promis de ne jamais te quitter car je veux veiller sur toi quoi qu’il arrive. Tu es tout ce qu’il me reste au monde. Tu es ma petite fille et sans toi je ne serais plus en vie aujourd’hui. »

Il passa alors sa main sur le visage de l’enfant de manière à sécher les larmes qui s’écoulaient de ses yeux aux pupilles couleur noisette. Les mots qu’il venait de prononcer semblaient avoir rassuré l’enfant qui commençait à esquisser un petit sourire.

- « Leena, que dirais-tu si nous retournions dans ce village à présent ? Avec la récompense pour la mort de ce léviathan nous aurons largement de quoi faire un festin et je crois me souvenir avoir vu un restaurant où ils servent tous les plats que tu préfères. » ajouta t-il en lui souriant.

Plus souriante que jamais, la petite fille se releva et grimpa sur le dos de son père. Blottie entre ses ailes, elle et lui étaient prêts à s’envoler pour le village le plus proche, celui où ils avaient été engagés pour venir à bout de ce monstre qui avait déjà fait de nombreuses victimes dans la région. Des mercenaires comme eux étaient d’ailleurs très recherchés pour faire face à la recrudescence de léviathans ces derniers temps.

Alors qu’ils allaient s’envoler, Raziel ressentit soudain une aura toute proche. Cette aura n’était autre que celle de Séléna vers laquelle tous deux se dirigèrent. Surpris par la présence de la jeune femme, Raziel posa sa main sur le manche de son épée, prêt à la sortir si elle le menaçait.

- « Qui êtes-vous ? Etes-vous l’une de ces maudites invoqueuses ? » lui demanda-t-il, très méfiant.

Observant Séléna avec attention, la petite fille s’adressa à son père.

- « Papa, je pense pas qu’elle soit méchante. Son aura est beaucoup trop douce pour qu’elle soit une invoqueuse capable de faire appel aux léviathans. En plus, elle est très belle tu trouves pas ? »

Les mots de la petite fille semblaient vrais de sens pour l’archange qui adopta alors une attitude moins agressive.

- « Veuillez accepter mes excuses mais dans le monde où nous vivons, on n’est jamais trop prudent. En tout cas, il est vrai que votre aura est particulièrement douce mais dîtes-moi, qui êtes-vous et que faîtes-vous dans un tel lieu mademoiselle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Mar 2 Jan - 18:28

Séléna baissa la tête au sol et remarqua des traces de combat. Elle s’accroupit et posa sa main sur l’herbe piétinée, brûlée à certains endroits. Elle ferma les yeux et frissonna : qu’était-il arrivé ? Raziel, où est-il ? Est-il toujours en vie ? Où est-il en ce moment ? Pourquoi ne lui répondit-il pas ? Elle recommença à hurler son prénom tout en se remettant debout. Elle était terrorisée à l’idée qu’il ait des problèmes et qu’il aille mal. Elle avait tellement peur ! Sans même s’en rendre compte, les larmes se mirent à ruisseler sur ses joues. Elle avança à l’aveuglette, dans le noir, jusqu’à ce qu’elle sente de violentes ondes magiques l’entourer. Elle s’arrêta brutalement et regarda tout autour d’elle. Que se passe-t-il ? Pourquoi la magie l’agressait-elle aussi soudainement ? Une lueur blanche fonça droit sur elle et la projeta dans un lieu totalement inconnu. Surprise, la jeune alchimiste tomba à genoux. Elle les sentit s’enfoncer légèrement dans du sable. Elle en conclut qu’elle était dans un désert.

« Où est-ce que je suis ? Pourquoi m’a-t-on conduite ici ? »

Portant une main à sa tête douloureuse, Séléna se releva avec quelque difficulté avant d’inspecter rapidement les lieux d’un seul regard. Et au loin, elle le vit : Raziel, prêt au combat. Mais… Que faisait-il ici ? Et où se trouvaient-ils ? Elle commença à courir dans sa direction lorsque tout à coup, le sable sembla s’enfoncer sous terre. Une tête reptilienne apparut vivement, suivit de près par un corps lisse, de la même allure. Mais qu’était-ce cette horrible créature ? La jeune femme s’arrêta net dans sa course, encore loin d’eux. Elle se recula instinctivement de plusieurs pas, les yeux écarquillés. Elle était incapable d’aller aider son mari. C’était comme si ses membres ne lui répondaient plus et ne pouvaient avancer. Ils lui ordonnaient de reculer, de partir par là où elle était venue. Mais comment est-elle arrivée ici ? Par quelle magie avait-elle été téléportée ? Elle plaqua violemment une main sur sa bouche pour s’empêcher de hurler. Ce combat était tellement effrayant ! Et elle voulait intervenir, mais elle en était totalement incapable ! Puis, un seul cri réussit à lui échapper, un seul :

« RAZIEL ! »

L’ange sentit ses jambes se dérober sous elle et elle se retrouva à nouveau agenouillée sur le sable. Elle se sentait si faible ! Comme si on était en train de lui voler son énergie. Elle avait l’impression de se vider et que cette force allait droit sur son mari, pour l’aider dans ce combat contre ce léviathan. Toutefois, elle ignore ce qui s’est réellement passé. Elle sentit son esprit s’envoler à des milliers de kilomètres de là. Elle regardait le combat mais son cerveau n’enregistrait plus aucune information. Son corps était présent dans ce désert un peu étrange et hostile mais son esprit n’était plus là.

### Souvenir ###


« Des démons ! »

« Encore ? Mais j’ai cru que nous les avions tous massacrés ! »

« Et bien, apparemment, ce n’est pas le cas !
»

Séléna grogna violemment et se redressa d’un bond. Elle attrapa son épée et sortit rapidement de la tente. Depuis qu’elle arpente ce monde étrange, sa vie ne se résume qu’à tuer des hordes de démons. Elle s’est promis de toujours protéger les plus faibles. Et aujourd’hui, elle allait encore tenir sa promesse. Elle suivit le guerrier, qui donnait des directives aux femmes et aux hommes incapables de se battre. Séléna, elle, était silencieuse. Elle voulait se débarrasser de ces monstres et continuer son chemin une fois certaine que ce village ne sera plus menacé.

« Pourquoi nous aidez-vous ? »

« Car c’est mon devoir. »


Elle était bien évasive et distante. Elle se mit à courir lorsqu’elle entendit des bruits de combat, un peu plus loin. Elle se rua dans la mêlée et une danse macabre commença. On aurait dit que Séléna dansait au milieu de ces démons, les fauchant lorsqu’ils étaient à portée de sa lame. Les guerriers étaient assez étonnés qu’une femme se batte si bien, et avec tellement d’aisance ! Mais qui est-elle réellement ? Pourquoi les aider ? Voilà les questions que la plupart des hommes se posaient. Mais jamais cette jeune femme n’a révélé son identité si même un seul mot sur elle ou sur sa famille. Il n’existait pas plus discrète qu’elle !

« La victoire est à nous ! »

Le chef de l’armée arrivait vers Séléna en titubant, car il avait été blessé à la jambe. Mais il souriait et il donna l’accolade à la guerrière. Elle y répondit avec un furtif sourire avant de demander à deux hommes de mener leur chef au village, où il allait recevoir les meilleurs soins. A présent, la population était saine et sauve. La dernière horde démones venait d’être décimée, Séléna le savait. Comment ? Elle l’ignorait. Elle répondit aux saluts et aux accolades avant de se retrouver seule sur le champ de bataille. Elle regarda les cadavres des créatures un court instant, avant de frapper dans ses mains. Elle les écarta ensuite lentement l’une de l’autre et un jet électrique électrocuta l’ensemble des corps, y mettant le feu. Elle ne voulait pas que le village soit victime d’une épidémie.

Après avoir accompli cette besogne, la jeune guerrière ne retourna pas au village mais poursuivit sa route. Ses magnifiques yeux bleu gris brillaient étrangement, comme si elle connaissait déjà le destin qui l’attendait…

### Fin du souvenir ###

Séléna sursauta violemment lorsqu’elle entendit la voix de Raziel. Elle leva la tête vers lui, surprise et chamboulée. Quoi ? Une maudite invoqueuse ? Elle resta agenouillée, sonnée. Il ne la reconnaissait pas ou faisait-il exprès ? Pourquoi s’adressait-il si durement à elle ? Pourquoi était-elle ici ? POURQUOI ? Mais une fillette prit la parole. Elle a appelé Raziel « papa » ? De plus en plus sceptique, la jeune alchimiste regarda attentivement la fille. Ce n’était pas possible ! Où a-t-elle atterrit ? La peur commençait lentement à s’insinuer en elle, même si son mari était vivant et devant elle.


« Je… »

Elle ne trouva rien d’autre à dire. Son regard était troublé et elle ne semblait pas avoir entendu les autres paroles prononcées par Raziel, lorsqu’il s’excusa. Elle se redressa d’un bond, comprenant lentement ce que cela signifiait. Elle se recula lentement tout en fixant les deux personnes. Sa fille… Cette enfant était sa fille ! Mais alors, mais alors… Si elle n’était pas là, cela signifiait qu’elle… Devait…Être…

« Morte… Je suis morte… »

Elle venait de comprendre qu’elle se trouvait dans le futur. Séléna regarda Raziel tout en continuant de reculer.

« JE VEUX RENTRER ! Ce n’est pas possible ! Je ne sais pas, je ne connais pas ce lieu ! »

Et elle s’enfuit en courant, sans se retourner une seule fois. Elle devait rêver, ce n’est pas possiblement autrement ! Et elle voulait retourner à Ynis Witrin ! Ce n’était pas SON Raziel, ça non ! Elle voulait son mari, celui qu’elle a épousé quelques mois plus tôt ! Pourquoi était-elle ici ? Pourquoi dans le futur ? A moins qu’elle ne soit dans une vie antérieure… Ou que… Cette fillette soit le fruit d’une autre union, avant qu’il la rencontre, des siècles plus tôt… Quoi qu’il en soit, Séléna continuait à courir comme jamais, épuisant ses dernières forces. Soudainement, elle ne vit plus rien. Elle sentit seulement une violente douleur lui transpercer le ventre et ce fut le trou noir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Mer 3 Jan - 0:19

En apercevant la jeune femme, l’archange avait d’abord pensé qu’elle était une ennemie. Une de ces invoqueuses qui utilisent leurs pouvoirs pour invoquer des leviathans qui s’en prennent alors à la population. Leena et lui avaient déjà combattus bon nombre d’entre elles et ils savaient qu’il ne fallait en aucun cas les sous-estimer.
Toutefois, en écoutant les mots prononcés par Séléna, l’archange se rendit rapidement compte qu’elle n’était pas l’une d’entre elles. En effet, ces paroles étaient confuses et elle semblait totalement perdue. D’ailleurs que voulait-elle dire par ces mots ? Elle ne serait pas d’ici ? Elle ne serait pas en vie ? Elle semblait désemparée mais il n’eut pas le temps de s’adresser de nouveau à elle puisqu’elle se mit à courir à leur opposée.


- « Papa, il faut la rattraper. Dans cette direction il n'y a rien, elle va se perdre et mourir de soif. »

L’archange ne donnait aucune réponse à sa fille. Il observait la jeune femme et l’hésitation pouvait se faire ressentir dans ses gestes.

- « Ceci pourrait très bien être un piège mais je ne peux m’empêcher de plaindre cette jeune femme si elle ne sait plus ce qu’elle fait. Et puis, quelque chose me dit que nous devons l’aider. Ne me demande pas pourquoi…Attends-moi là, je reviens tout de suite avec elle. » lui répondit-il le regard perdu en direction de la jeune femme qui commençait à disparaître de son champ de vision.

Volant à toute vitesse, il ne lui fallut pas plus de dix secondes avant de la rattraper. Surpris, il constata qu’elle était allongée sur le sable, inconsciente. Par cette chaleur, elle ne survivrait pas longtemps ainsi exposée. Il la prit alors dans ses bras et vola avec elle pour enfin rejoindre sa fille qui les attendait. Cette dernière semblait surprise de la voir en pareil état. Elle s’approcha donc d’elle et de son père puis posa ses mains près de la poitrine de Séléna afin de diffuser son pouvoir. Un flot de lumière blanche s’échappait désormais de ses mains et quelques instants après, elle s’adressa à son père.

- « Elle ne risque rien. Je pense qu’elle est juste choquée et mes pouvoirs ne peuvent donc rien faire pour elle. »

Posant son regard sur elle, l’archange prit alors une décision rapide pour eux trois.

- « Je vois. Nous allons donc quitter immédiatement ces lieux pour nous rendre au village afin de prendre une chambre à l’auberge. Là-bas, nous pourrons nous reposer et la mettre à l’abri. »

Leena acquiesça d’un petit signe de la tête et grimpa ensuite sur le dos de son père. Tous trois s’envolèrent alors en direction du village qui se trouvait au-delà du désert, à une heure de vol d’ici.
Raziel observa plusieurs fois la jeune femme durant le voyage. En effet, quelque chose en elle le troublait fortement. Il ne pouvait s’empêcher de s’attarder sur sa beauté et de ressentir une forte envie de la protéger. Peut-être était-cela qui lui avait permis d’atteindre sa destination à la même vitesse que s’il n’avait porté que sa petite fille.

Lorsqu’ils arrivèrent enfin au village, ils se dirigèrent rapidement vers l’auberge. En entrant dans les lieux, les regards des clients se posèrent sur eux. Il est vrai qu’il n’était pas courant de voir un archange aux ailes noires tenant une femme inconsciente dans ses bras. Ne prêtant pas attention à cela, il s’adressa directement au tavernier.


- « Il me faudrait une chambre comportant un lit double et un lit simple je vous prie. » dit-il en déposant deux pièces d’or sur le devant du bar afin de se prévenir de toute question.

- « J’ai ce qu’il vous faut, suivez-moi. » répondit le tavernier tout en les considérant de manière suspecte.

Une fois arrivé dans la chambre, l’archange déposa la jeune femme sur le lit en prenant soin de ne faire aucun geste brusque. Depuis tout à l’heure, elle semblait ne pas avoir repris connaissance et ceci l’inquiétait quelque peu.

- « Leena, peux-tu m’apporter de l'eau fraîche s’il te plaît ? Je vais imbiber cette serviette et la lui déposer sur le front afin de la rafraîchir quelque peu. Ensuite, prends une pièce dans la bourse et va demander au tavernier de nous faire servir un bon repas dans notre chambre. »

- « Est-ce que je pourrai lui demander de nous mettre un peu de chocolat ? » lui demanda-t-elle en prenant un air malicieux.

Raziel la regarda alors affectueusement et lui fit un signe de la tête pour lui donner son accord. Après lui avoir apporté l’eau, elle quitta la chambre pour aller passer la commande. Savoir qu’elle ramènerait l’un de ses desserts favoris la rendait de bonne humeur et elle partit en chantant une petite comptine qu’elle connaissait par cœur.
Pendant ce temps, l’archange continuait d’observer la jeune femme. Il se remémora subitement le son de sa voix et avait la curieuse impression de l’avoir déjà entendue… Tout comme il lui semblait avoir déjà ressenti son aura si douce et protectrice…


* En y repensant, j’ai été plus endurant qu’à l’accoutumée durant le combat. Est-ce que cette jeune femme m’aurait aidé ? Après tout, elle ne pouvait pas être bien loin du lieu de l’affrontement. *

Depuis que Leena avait quitté la pièce, l’archange ne quittait pas la jeune femme des yeux et de nombreuses questions se bousculaient dans sa tête. Or s’il n’y avait que cela, la situation ne serait pas si particulière. En effet, la tête de l’archange commençait désormais à le faire souffrir. Il avait cette sensation que quelque chose voulait se raviver à l’intérieur de lui sans qu’il puisse y parvenir.
Soudain, il se pencha sur la jeune femme afin de lui déposer un baiser sur les lèvres.


- « Sélé… na… » murmura t-il.

Surpris par ce prénom qu’il venait de prononcer sans savoir pourquoi, il se releva sans l’avoir embrassé. Sa tête ne lui faisait plus mal comme si ce qui le pressait venait d’être libéré. Déboussolé, il n’eut pas le temps de s’interroger davantage car sa fille venait de rentrer dans la chambre.

- « C’est bon papa, ils vont nous amener tout ça dans moins d’une heure. J’ai pris tout ce que tu aimes et pour la dame j’ai demandé des légumes revigorants. »

Posant son regard sur elle, il lui adressa un sourire affectueux.

- « Je vois que ta passion pour la médecine n’a pas diminuée n’est-ce pas ? Je vais profiter de cette attente pour aller réclamer l’argent que l’on nous doit. Pendant ce temps peux-tu veiller sur elle ? »

- « Oui, je vais rester à côté d’elle sans la quitter des yeux. » lui répondit-il en prenant la place de son père près de la jeune femme.

Sans rien ajouter, il quitta alors la chambre pour se rendre dans la résidence du maire du village qui leur avait confié la mission de tuer le léviathan. Avec cette somme, il pourrait offrir de nouvelles robes à sa petite fille mais aussi de nouveaux livres sur l’art de la magie médicinale. De manière générale, tout l’argent qu’il gagnait, s’il ne l’utilisait pas pour se nourrir et se loger, il le dépensait pour sa fille. Il voulait en effet plus que tout lui offrir tout ce qui pourrait adoucir son quotidien, cette vie de mercenaire qu’il jugeait absolument inapte pour un enfant.
Pendant tout ce temps, Leena restait assise sur une chaise en veillant sur la jeune femme. En l'observant, ele 'narrivait pas à dire si elle était encore consciente où non. Elle se posait aussi des questions sur ce qui avait pu se passer durant son absence. En effet, connaissant parfaitement son père, elle avait facilement remarqué que quelque chose le troublait et ce ci n'avait fait que s'intensifier depuis qu'il était resté seul avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Jeu 4 Jan - 14:46

Séléna ne reprit pas conscience de tout le chemin que Raziel parcourut avec sa fille. Elle n’avait conscience de rien, pas même de ce qui l’entourait ni même des voix qui se faisaient entendre tout autour d’elle. Elle se trouvait dans le noir le plus complet. Le choc avait été grand et elle n’était pas à sa place ici, dans ce village. Et puis d’abord, c’était quoi, ce village ? Elle habitait à Ynis Witrin, pas dans un endroit pareil ! Elle vivait avec son mari, et aucune enfant ne faisait partie de la famille ! Pas encore… L’inconscience durera longtemps, c’est une chose certaine. Peut-être même ne se réveillera-t-elle plus… Jusqu’à ce qu’elle ait réintégrer SON monde. Elle refusait de voir ce futur ! Elle ne voulait pas savoir ce qui allait se passer !

« Laissez-moi rentrer… »

Elle parlait dans son inconscience et se retournait de temps à autre. Son teint d’ordinaire pâle était pratiquement translucide, comme s’il lui restait à peine quelques heures à vivre. Ses longs cheveux bruns aux reflets bleutés étaient éparpillés tout autour d’elle. Une violente quinte de toux la prit et plusieurs fois, on aurait pu croire qu’elle allait se réveiller. Mais non, elle resta « endormie ». C’est donc pour cela qu’elle fut réincarnée ? Pour encore plus souffrir par la suite ? Elle aurait préféré rester un tas de chair froid et sans vie, dans ce cas ! Même si une nouvelle vie était en train de croître en elle, la volonté de Séléna s’était volatilisée. A quoi bon vivre si l’homme qu’elle aimait plus que tout l’avait oubliée ? A quoi bon vivre si elle avait devant elle sa fille et qu’elle, elle n’était même plus présente !? A rien ! Cela ne servait à rien du tout !

« Ynis Witrin… Où est Ynis… ? »

A nouveau, elle se mit à parler dans son inconscience. La fièvre commença lentement à l’assaillir et son front se couvrit de sueur. Une nouvelle quinte de toux la prit et une faible plainte lui échappa. Elle porta une main à son ventre avant de se recroqueviller. Elle ignorait les regards inquiets braqués sur elle et toutes les questions qui pouvaient assaillir l’esprit des deux personnes présentes…

(Dsl pour ce message si court, mais je suis malade... J'ai pas trouvé l'inspiration nécessaire.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Dim 7 Jan - 19:21

L’état de la jeune femme était loin de s’améliorer, bien au contraire. Leena, qui avait passé beaucoup de temps à étudier, le constata rapidement. Bien sûr, elle n’était encore qu’une enfant et ne pouvait pas être aussi compétente qu’un adulte mais elle connaissait certaines bases et, associées à sa magie, elle était déjà parvenue à sauver la vie de plusieurs personnes. Pourquoi faisait-elle ça ? Avant tout car elle avait vu bon nombre de personnes mourir sous ses yeux sans qu’elle ne puisse rien y faire. Or, malgré son jeune âge, elle s’était promis de changer cela et d’alléger les souffrances des autres. Mais une autre chose motivait son apprentissage intensif : protéger son père, la personne à qui elle tenait le plus au monde.
Quoi qu’il en soit, l’état de Séléna la préoccupait de plus en plus, surtout depuis qu’elle avait de violentes quintes de toux. De plus son teint était très pâle et la petite fille comprit qu’il était désormais temps pour elle d’utiliser ses pouvoirs pour tenter de la sauver.
Elle prit alors sa main et posa l’autre sur le bas-ventre de sa « patiente ». Elle commença ensuite à réciter des incantations magiques tandis qu’une lumière blanche se dégageait de ses mains pour envelopper la jeune femme. En temps normal, la fillette ne craindrait pas l’échec mais cette fois-ci, elle savait que si sa patiente ne l’aidait pas par sa volonté, elle échouerait…


- « Mon papa ma demandé de veiller sur vous et je vous laisserai pas mourir alors aidez-moi à vous guérir… S’il vous plaît. »

Soudain, une aura étrangère se fit ressentir durant quelques secondes très furtives. Agressive, elle était accompagnée d’une voix masculine qui ne résonna que dans l’esprit de la jeune femme.

** C’est donc elle ta Séléna. Je m’attendais à davantage de résistance de la part de celle qui a réussi à enfermer un démon aussi puissant. Pourtant je dois reconnaître que tu avais raison, elle est vraiment magnifique et elle dégage une force considérable. Toutefois, elle ne semble pas vraiment en mesure de l’utiliser à ce que je vois. Ainsi, est-ce là tout ce dont tu es capable ? ** lança la voix sur un ton arrogant et méprisant.

A l’autre bout de la ville, Raziel rencontrait le maire du village qui lui offrit la prime pour la mort du léviathan. Jusqu’ici, rien d’inhabituel puisqu’il avait toujours procédé ainsi, récoltant une récompense mais aussi la reconnaissance après avoir traqué sans relâche ces monstres qui avaient fait tant de morts ces dernières années à travers le monde. D’ailleurs ils étaient de moins en moins nombreux à les chasser, peut-être car ces créatures étaient de plus en plus féroces… Quoi qu’il en soit, les mots du maire l’étonnèrent beaucoup puisque ce dernier l’informa qu’un nid de léviathans pouvait se trouver non loin d’ici sans que ceci fut prouvé. Cela l’inquiétait car il savait qu’un nid comportait en moyenne une dizaine de « petits »… Ainsi, lorsque ces monstres auront faim, ils n’hésiteraient pas à s’attaquer au village et malgré ses pouvoirs, il lui serait probablement difficile de lutter contre eux tous.

- « Le léviathan que j’ai vaincu aujourd’hui était une femelle de taille adulte alors il se peut effectivement qu’elle ait pondu des œufs non loin de l’endroit où nous l’avons trouvé. Dès demain j’inspecterai à nouveau les lieux pour m’assurer qu’il n’y a aucun nid. Prions pour qu’il n’existe pas ou que les œufs n’aient pas déjà éclos. » annonça-t-il au maire avant de quitter sa demeure.

Comme il venait de le dire, il se rendrait dès demain afin de clarifier la situation pourtant il n’avait lui-même pas tout dit à cet homme. Il n’avait pas ajouté que même si la femelle était morte, le mâle était très certainement encore en vie, or la taille d’un mâle est généralement bien supérieur à celui d’une femelle. Associé à plus d’une dizaine de petits, ils parviendraient à détruire le village en un rien de temps. Evacuer la population serait alors le seul moyen de se défendre de ces monstres.
Marchant vers l’auberge, il repensa aussi à cette mystérieuse jeune femme qu’ils avaient découvert dans le désert. Durant son inconscience, elle avait balbutié quelques mots dont le sens ou la connaissance avait échappé à l’archange qui s’interrogeait alors.


- « Ynis Witrin ? Serait-ce le pays d’où elle vient ? » se demanda t-il.

Pendant ce temps, ignorant cette voix qui se manifestait à Séléna, la fillette redoublait d’efforts pour tenter de la guérir mais tout semblait encore sans effet.
Puis, une nouvelle voix se fit entendre dans l‘esprit de la jeune femme. Cette fois-ci, la voix était beaucoup plus douce mais aussi bien plus jeune. Elle correspondait à celle d’une petite fille qui s’adressait avec force et émotion à elle.


** N’abandonne pas maintenant… Nous avons tous les deux besoin de toi… Si tu ne fais rien pour lui, il moura. ** dit la petite voix tel un appel.

De con côté, Leena fermait à présent les yeux afin de dégager encore davantage de puissance. Elle avait tracé de nombreux signes sur le sol de manière à ce qu’ils entourent le lit. Ces incantations associées à ces derniers lui permettaient de concentrer tout son pouvoir et de chasser le mal du corps des personnes.
Pour elle, c’était la seule solution pour ramener sa patiente à la réalité. Pourtant, rien ne semblait parvenir à ce but jusqu’à ce qu’une aura puissante et douce fasse son apparition pour l’épauler.


- « Ne faiblis pas ma chérie et laisse-moi te prêter ma force. Tous les deux nous parviendrons à la soigner. »

Raziel venait ainsi de revenir dans la petite chambre pour prêter main forte à sa fille. Il posa sa main sur celle de son enfant et lui transmit alors son énergie qui, s’associant à la sienne, enveloppa Séléna de toute sa puissance et sa chaleur. Tous deux espéraient ainsi pouvoir la soigner.

* Reprenez connaissance car je pense que notre rencontre était écrite. * songea-t-il comme s’il s’adressait à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Lun 8 Jan - 22:31

Séléna se trouvait dans l’inconscience depuis de longues heures et ses forces faiblissaient de minute en minute. Combien de temps tiendra-t-elle encore dans cet état ? Elle qui avait été si paisible quelques heures plus tôt, à contempler le ciel étoilé depuis la fenêtre de leur chambre, à Raziel et à elle ! Cet appel, en plein milieu de son rêve, l’avait durement ramenée à la réalité. Craignant pour la vie de son époux, elle s’était rendue près du phare, là où son instinct la guidait. Mais elle ne rencontra pas âme qui vive ! Rien ! Seulement des traces de combat. Et Raziel, où donc était-il passé ? C’était la question que Séléna se posait ! Et bientôt, elle eut sa réponse… En étant transportée dans un lieu dont elle ignorait tout, elle l’avait vu combattre un Léviathan ! L’avait-elle aidé en associant sa force mentale à la sienne ? Elle l’ignore… Mais les mots qu’il prononça en venant à elle lui faisaient mal au cœur, si mal d’ailleurs qu’elle espérait ne plus jamais se réveiller !

*Pourquoi m’as-tu oubliée ? Qu’ai-je fait pour mériter cela ? Qu’ai-je fait pour que tu me parles ainsi ?*

L’ange remua dans son inconscience, alors que la petite Leena tentant de la soigner et de la faire sortir de sa léthargie. Mais elle refusait de sortir de ce profond sommeil. Elle était bien trop malheureuse, consciente qu’on ne la reconnaissait pas. Enfin, surtout Raziel… Car elle était toujours intriguée par cette petite fille. Et s’il s’agissait réellement de leur enfant ? Non… Ce n’est pas possible ! Raziel a dû adopter cette fillette ! Séléna ne portait pas d’enfant ! Du moins, c’est ce qu’elle pensait… Ou inconsciemment, elle y croyait dur comme fer pour trouver une explication simple à cette situation étrange, une explication qui lui arrangeait. Car elle refusait de croire qu’elle avait pu disparaître, mourir, ou Dieu sait quoi encore ! Pas encore une fois… Pas après tout ce qu’ils ont traversé ! Ce n’est pas possible.

« Non ! Je ne veux pas… Reviens-moi ! S’il te plaît… Ne pars pas… »

Malgré les voix qui s’infiltraient de force dans son esprit, la jeune femme refusait de les entendre. Personne n’a besoin d’elle, ce n’est que mensonges ! On veut la faire revenir de force pour mieux la torturer, pour mieux la faire souffrir ! Bande de monstres ! Il n’est nul besoin de prendre une voix enfantine, tout innocente pour lui faire du chantage ! Inconsciemment, elle porta une main à son ventre et se plia en deux sous la douleur. Un gémissement lui échappa et son teint devint encore plus livide. Ses longs cheveux bruns aux reflets bleutés collaient à son visage fiévreux et couvert de sueur. Des larmes d’argent roulaient sur ses joues, mais séchaient presque immédiatement sous l’effet de la chaleur de sa peau. Non, le réveil était impossible, pas dans cet état, pas ici, loin d’Ynis Witrin…

« Laissez-moi tranquille… Non… Je n’y arrive pas ! Arrêtez… Arrêtez ! »

Un hurlement déchirant se fit entendre. On pourrait croire que Séléna s’adressait à Raziel et à Leena, mais il n’en était rien. Mais les paroles pouvaient être interprétées de cette manière. Et il aurait été préférable qu’ils arrêtent… Les doigts fins et blancs de la jeune femme s’agrippèrent à la couverture blanche qui recouvrait le lit et la serrèrent de toute leur force. Une nouvelle plainte échappa à l’alchimiste et son corps fut animé d’un grand frisson.

« Pourquoi m’as-tu fait ça, Raziel… ? Qu’ai-je fait pour mériter cela ? »

A présent sur le dos, on pouvait remarquer que les courbes de la jeune femme s’étaient un peu arrondies. Bien entendu, pour une personne ne l’ayant jamais rencontrée avant, cela ne pouvait rien lui évoquer. Mais pour une personne ayant toujours vécu avec elle, ayant contemplé son corps si frêle, la différence était presque frappante. Il fallait être stupide pour croire qu’elle avait grossi à cause de la nourriture !

« Pourquoi… »

Et elle replongea dans un sommeil noir, avant de s’immobiliser. Non, personne n’a besoin d’elle ici…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Mer 10 Jan - 3:36

Rien… Rien ne parvenait à sortir la jeune femme de sa léthargie. De plus, les paroles qu’elle prononçait, troublaient l’archange qui ressentait cette étrange impression qu’elles lui étaient directement destinées. Elle semblait appeler quelqu’un de toute son âme, un homme portant le même prénom que lui. Pouvait-il s’agir d’une simple coïncidence ?
Quoi qu’il en soit, cet homme semblait l’avoir fait souffrir et la raison la plus probable était qu’il était parti. C’est du moins ce qu’il concluait en écoutant les mots prononcés par Séléna dont l’état ne cessait d’empirer malgré les soins apportés par Leena et son père. Ce dernier prit alors le bras de son enfant pour attirer son attention.


- « Nos efforts sont vains, elle ne pourra pas se réveiller si elle ne l’a pas souhaité au préalable et je pense qu’il nous faut à présent trouver cet homme qui porte le même prénom que moi car je pense qu’il est la clé de tout ça… » dit-il sur un ton très sérieux.

La fillette stoppa à son tour son flux d’énergie et reprit sa place sur la chaise afin de s’y reposer car elle était désormais à bout de forces.

- « Comment trouver l’homme qu’elle recherche ? » demanda-t-elle à son père, ne voulant pas abandonner sa patiente aussi facilement.

L’archange fit quelques pas vers la fenêtre qui offrait une vue directe sur la ville. Il vit de nombreuses personnes arpenter les rues mais aussi la place du marché qui était vraisemblablement le lieu le plus attractif en ce jour.

- « Nous l’avons retrouvé au beau milieu du désert donc je ne pense pas qu’elle ait pu faire des centaines de kilomètres dans le désert alors qu’elle n’avait aucun vivre. Il est fort possible qu’elle soit une habitante d’un village proche c’est pourquoi je vais aller me renseigner en ville et voir si je peux retrouver son Raziel. » lui répondit-il en se dirigeant vers la porte.

La fillette acquiesça d’un petit signe de la tête à cette idée mais elle était visiblement troublée par l’attitude de son père vis à vis de la jeune femme. Elle voyait bien qu’il se posait de nombreuses questions et malgré son jeune âge, elle comprenait que cette mystérieuse personne avait peut-être un rapport avec lui.
Leena n’avait peut-être que dix ans mais elle était très en avance sur son âge, c’était les difficultés de la vie qui en avaient décidé ainsi. Elle avait grandi vite et prit beaucoup de maturité à la fois car elle était confrontée à la violence quotidienne des conflits mais aussi car elle ne voulait pas être un fardeau pour son père.
De son côté, Raziel revint auprès de la jeune femme et passa sa main sur son visage afin de stopper les larmes qui s’écoulaient de ses yeux. Bien qu’il ne la connaisse pas, il ne pouvait s’empêcher cette petite attention. Avant qu’il ne quitte à nouveau la pièce, Leena lui parla et lui adressa un petit sourire pour tenter de le réconforter.


- « Ce n’est pas grave si tu rentres en retard, j’allumerai un feu et je ferai réchauffer la viande. » lui dit-elle de manière non anodine.

Elle avait en effet choisi de ne pas continuer à discuter sur cette mystérieuse inconnue et par cette phrase, elle espérait sincèrement avoir détourné l’attention de son père, ne serait que pendant quelques instants, vers des pensées plus douces.

- « Tu es la meilleure cuisinière que je connaisse ma chérie alors je ne m’en fais absolument pas. » répondit-il avec le sourire d’affection d’un père.

Lorsqu’il quitta la pièce, la fillette reporta très vite son attention sur sa patiente. Elle avait décidé que, par ses propres moyens, elle ferait tout pour la sortir de son mutisme. Elle prit la décision de faire ce que son père fait à chaque fois qu’elle est malade : lui raconter une histoire. Ces moments là, elle les adorait et on pouvait presque dire qu’elle souhaitait tomber malade pour qu’ils arrivent plus souvent. De manière générale, il lui racontait des histoires qu’il inventait lui-même mais ce n’était pas pour autant qu’elle en ferait de même aujourd’hui. En effet, elle avait décidé de lui raconter une histoire personnelle…
C’est ainsi que, tout en renouvelant les serviettes imbibées d’eau fraîche qu’elle passait sur son visage, elle commença son récit.


- « Ca me fait bizarre de me retrouver toute seule avec une adulte. Je crois que c’est parce que je n’ai jamais connu ma mère… Je n’en ai pas le moindre souvenir… Quand papa ma retrouvé, il ne restait plus rien de mon village, tout avait été détruit par des léviathans alors que je n’avais que trois ans… Je ne me souviens pas de ce jour si ce n’est du visage de papa qui se penche vers moi pour me sortir des gravats alors que je n’arrêtais pas de pleurer. Pour me réconforter, il m’a fait voler dans les airs et je me souviens avoir ri. A partir de ce jour, papa et moi nous ne nous sommes plus quittés. Il m’a dit que je lui avais redonné le goût de vivre mais je ne sais pas pourquoi. En fait j’ignore tout de sa vie passée si ce n’est qu’il a beaucoup souffert. »

Se penchant davantage sur la jeune femme, elle caressait ses cheveux avec la douceur d’une fille envers sa mère. Tout comme son père, elle était fortement intriguée par la jeune femme.

- « Je n’ai jamais connu ma maman mais je pense qu’elle devait être aussi jolie que vous. En tout cas, revenez vite à la réalité car j’ai hâte de pouvoir vous parler. »

Leena posa ensuite sa petite main sur le ventre de Séléna et un petit sourire se dessina sur son visage. Elle avait deviné quelque chose qui ne pouvait pas lui échapper. Pourquoi ? Car tout en voulant repousser la mort, elle s’était intéressée, en étudiant, à l’un des plus beaux aspects de la vie : la naissance. Or, si son diagnostic était bon alors….

- « Allez, accrochez-vous, faîtes le pour ce petit être qui grandit en vous. » lui dit-elle avec sa voix d’enfant.

Pendant ce temps, Raziel arpentait les rues du village, questionnant tour à tour les habitants en leur demandant s’ils connaissaient une personne qui portait le même prénom que lui. Malgré tous ces efforts, il n’obtint aucune réponse pouvant le renseigner. De plus, il ne pouvait s’empêcher de penser que sa rencontre avec elle ne pouvait pas être fortuite. Après tout, comment avait-elle pu survivre dans un tel désert toute seule ? Pourquoi refusait-elle de revenir à elle ? Qui était celui qui porte le même nom que lui ? Et surtout, pourquoi avait-il ces étranges maux de têtes, cette sensation que des souvenirs cherchaient à remonter à la surface. Et ce prénom… « Séléna »… ce nom qu’il avait prononcé sans même savoir pourquoi.

* Je dois absolument en savoir davantage. Allez, continuons à interroger les habitants, je finirai bien par trouver quelque chose qui me mettra sur la voie de la vérité. *

Reprenant sa marche, il s’arrêta pourtant très vite car le sol se mit à trembler dangereusement. Or, ce type de secousses, personne mieux que lui ne savait les identifier…

- « Des léviathans ?! » s’écria-t-il pris de panique.

A cet instant, dix créatures sortirent du sol terreux. Très vite, l’archange fit le rapprochement avec ce que lui avait dit le maire il y a peu. En effet, les monstres qui venaient d’apparaître sous ses yeux disposaient d’une taille propre à de jeunes léviathans, c’est à dire d’une longueur de trois cents mètres et d’une largeur proche des dix mètres. Bien sûr, un gabarit comme celui-ci était bien moins redoutable que celui d’un adulte comme il en avait combattu mais à dix, le danger était tout aussi grand, surtout quand la population civile est prise au beau milieu de cela.
Très vite, les monstres s’attaquèrent aux habitants qui cherchaient à fuir le plus vite possible. Certains prirent les armes mais cette initiative ne permettrait probablement que de détourner l’attention des créatures durant quelques instants, ce qui laisserait alors davantage de chances de fuite aux femmes et aux enfants.


- « Non !!!! Je ne peux pas laisser faire ça !!!! » hurla l’archange de toutes ses forces, déployant son énergie tout autour de lui pour attirer les léviathans vers lui.

La rage parcourait désormais tout son corps. Il n’en pouvait plus. Il ne pouvait plus accepter de voir des innocents mourir sous ses yeux à causes de ces démons qui avaient déjà trop fait de victimes. Déployant ses ailes, il concentra ses pouvoirs dans ses mains et s’envola en direction de l’un des reptiles qu’il frappa de plein fouet.

- « Reçois le châtiment céleste : éclair purificateur !!! »

Sa force fut telle qu’il transperça littéralement le corps du monstre qui était en l’air. Ce dernier, dans un dernier hurlement strident, s’écroula lourdement au sol. Ainsi, en un seul coup, l’archange venait de terrasser l’un de ces éternels agresseur. Bien sûr, la victoire était loin d’être acquise et de tels coups le vidaient considérablement de ses forces.
Il ne s’arrêta pas à ces considérations car, voyant l’un des reptiles ouvrir sa gueule sur une femme protégeant son bébé, il se précipita à son secours. Il réussit ainsi à bloquer la gigantesque mâchoire du prédateur en lui enfonçant son épée chargée d’électricité. A présent, l’épée traversait son palais et ressortait par l’extérieur.


- « Je vais le retenir quelques instants alors fuyez-vite !! » s’exclama-t-il en direction de la femme qui partit le plus rapidement possible tandis que son bébé, terrorisé, poussait des cris déchirants.

Les cris de cet enfant n’étaient d’ailleurs pas les seuls qu’il pouvait entendre. En effet, presque à chaque instant, un hurlement d’homme, de femme ou d’enfant se faisait entendre pour disparaître ensuite, signifiant ainsi la fin d’une vie innocente. Partout, les bâtiments s’écroulaient sous les assauts des géants qui prenaient un plaisir certain dans ce massacre.

- « Va en enfer ! » lança-t-il à celui qu’il avait blessé de sa lame avant de lui envoyer une décharge électrique à l’intérieur de la gueule.

Puis, après avoir vaincu le colosse, il s’éleva dans les airs, tenant son épée de manière verticale il continua de déployer toutes ses forces. Son regard était désormais bien différent de celui qu’il avait d’habitude car cette attaque était celle de trop. Aujourd’hui, il allait en finir avec ces monstres. A cet instant, il allait déployer toutes ses forces pour sauver les vies de ces habitants mais aussi de sa petite fille et de cette mystérieuse inconnue.
Son aura se déploya ainsi sur tout le village et attira le regard de sept des huit prédateurs encore en vie. Ces derniers s’élancèrent alors sur lui avec une vitesse prodigieuse.


- « J’invoque le pouvoir des cieux et la colère du Dieu des dieux. Que Zeus me prête sa force et frappe mes ennemis par sa foudre purificatrice ! »

A présent, les reptiles n’étaient plus qu’à quelques mètres de lui. Dans une fraction de seconde, leurs mâchoires se refermeraient sur lui. Soudain, une gigantesque aura chargée d’énergie électrique se dégagea de son corps et vint frapper les monstres dans une lumière aveuglante.

- “ COLERE DE ZEUS !!!!!! “

Jamais une telle énergie n’avait été ressentie dans cette région, le choc fut tel que le sol tout entier en trembla tandis que les créatures furent tout simplement réduites à néant. Le cri de Raziel se fit alors entendre à nouveau avant que la lumière blanche de l’attaque ne recouvre tout l’endroit.

- « Leena !! Séléna !! »

L’attaque de l’archange avait atteint ces cibles et, vidé de ses forces, l’archange retomba au sol après avoir lancé un appel à sa fille et à celle dont le nom était à nouveau sortir de sa bouche ou plutôt de son cœur. Il voulait les savoir à l’abris mais n’en avais plus les moyens.
Toutefois, son attaque aussi dévastatrice qu’elle soir, n’avait pas atteint le dernier reptile qui s’élançait désormais à pleine vitesse vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Mer 10 Jan - 23:32

Séléna était plongée dans l’inconsciente depuis longtemps. Elle était consciente de ce qu’on racontait à côté d’elle. Chaque parole prononcée par Raziel lui faisait si mal ! Il ne la reconnaissait même pas ! Mais que s’est-il passé pour qu’ils atterrissent ici et pour qu’il ne se souvienne de rien, pas même d’elle ? Jamais elle n’a demandé à se retrouver dans un désert ! Même si son désir le plus cher avait été d’aider Raziel et de le voir en vie, jamais elle n’avait souhaité qu’il perdît la mémoire ! Elle ne vivait que pour lui, mais comment lutter lorsque la seule personne qu’elle connaît l’a totalement oubliée ? Son cœur la faisait tellement souffrir ! Elle en vint même à espérer mourir sur l’heure ! Elle ignorait totalement ce qui s’était passé et ce qui était en train de se produire. Les Dieux ont réussi leur coup, apparemment. Faire de l’ombre sur leur bonheur, voilà tout ce qu’ils souhaitaient ! Et ils ont réussi ! Oh ! Mais pourquoi tant d’acharnement ? Pourquoi ne pas les laisser tout simplement vivre ? Il y a plein d’autres personnes qui auraient besoin de l’intervention néfaste des Dieux ! Mais pas eux ! Ils ont assez subi au court de leurs vies ! Ne peut-on pas les laisser vivre en paix ?

« Pourquoi… ? »

La voix faible de l’ange résonna une dernière fois dans la chambre exiguë avant de s’éteindre pour de bon, comme si la vie l’avait quittée. Raziel et Leena avaient compris qu’elle ne reprendrait pas conscience. Ils la laissaient en paix. Enfin ! Pourquoi s’acharner sur ce pauvre corps frêle, déjà un peu arrondi par les premiers signes d’une grossesse imminente ? Séléna ne se sentait pas la force de survivre si elle doit se retrouver seule pour élever son enfant… La chair de sa chair, le fruit de l’amour qu’elle entretenait avec Raziel, son mari. Comment ne pas déprimer en contemplant chaque jour un visage innocent ayant les traits de sa mère mêlés à ceux de sa mère ? Comment ne pas penser à celui qui fut son bonheur des siècles durant alors que son enfant se trouve devant elle ? Impossible ! C’était au-dessus de ses forces ! Elle ne pouvait vivre avec juste un souvenir ! Il lui faut son Raziel ! Celui qui ne l’a pas oubliée ! Celui qui habite Ynis Witrin, avec elle ! Celui qu’elle a épousé quelques mois auparavant ! Celui avec lequel elle allait bientôt avoir un enfant…

La petite Leena, se retrouvant seule avec sa patiente, se mit à lui parler. En entendant sa petite histoire, Séléna, dans son inconscience, se demanda si elle était réellement la fille biologique de Raziel… Pourquoi auraient-ils quitté Ynis Witrin pour un village ? A moins que le village en question fût Ynis Witrin…. Non ! Elle aurait parlé d’une île ! Elle refusait de croire que l’île ait pu être détruire dans un futur proche ! Elle n’a pas arpenté le continent des mois, des années durant sa deuxième vie pour voir ensuite tous ses espoirs s’effondrer ! Jamais elle ne l’accepterait ! La seule question était : qui est réellement Leena ? La fille adoptive de Raziel ? Leur enfant à eux ? Ciel ! Comme elle est perdue ! Même « endormie », elle parvient à penser, à ses creuser les méninges pour réfléchir et se poser une foule de questions ! Elle oubliait un peu de sa douleur en pensant à la fillette. Elle pensait indirectement à Raziel en songeant à elle, c’est certain, mais elle avait moins mal… Et son histoire était si émouvante ! Elle était très intriguée.


*Je ne peux pas revenir… Je n’en ai pas la force…*

Toutefois, elle sentit une petite main se déposer contre son ventre. Inconsciemment, elle se crispa et un peu de sueur coula le long de ses joues pour terminer sa course sous son menton. Séléna eut une légère plainte, comme si Leena venait de lui faire mal. Mais il n’en était rien, bien entendu ! S’accrocher pour l’enfant ? Mais comment ? Elle craignait tellement de le mettre au monde, à présent, car elle se sentait si seule ! Raziel semblait l’avoir oubliée et elle ne se trouvait plus à Ynis Witrin ! Elle était couchée sur un lit, dans une chambre se situant dans une auberge appartenant à un village inconnu ! Elle n’est qu’une étrangère ! Comment mettre au monde et s’occuper d’un enfant loin de sa terre natale, perdue, sans son mari ? Ou du moins, était-il présent mais il l’a oubliée… Une infinie tristesse se peignit sur le visage pâle de la patiente de Leena. Elle se détendit quelque peu avant de remuer à nouveau. Finalement, ses yeux papillotèrent derrière leurs paupières. Elle n’allait pas tarder à émerger. Ou n’était-ce qu’un espoir fou entretenu par l’esprit si jeune de la fillette ? Le fait qu’elle espère tellement voir cette étrangère réveillée ne nourrit-il pas des espoirs infondés ? Mais non ! Bientôt, deux perles claires ouvrirent leurs yeux sur le monde. Séléna venait de reprendre conscience. Elle semblait un peu perdue et la fièvre était toujours si violente.

« Je… Où suis-je… ? »

Sa voix était un peu étouffée et elle avait la gorge sèche. Elle tenta de se redresser mais elle n’avait pas assez de force. La jeune femme se laissa retomber contre les coussins moelleux avant de fermer les yeux. Elle porta inconsciemment sa main à son ventre, comme pour protéger son enfant d’un danger invisible. Son visage se tourna vers celui de Leena. Elle voulait savoir… Elle avait besoin de connaître la vérité ! Qui est-elle vraiment ? Il fallait qu’elle sache… Il le fallait !

« Dis-moi… Ton vrai père… Est-ce que c’est… Raziel ? Ou ai-ce celui qui t’a recueilli ? Et pourquoi est-ce toi qui lui as rendu son sourire ? Que c’est-il passé avant qu’il ne te recueille ou retrouve ? »

Apparemment, elle avait tout entendu… Mais Séléna devait savoir. Elle ferma à nouveau les yeux, soudainement lasse. Une grande faiblesse animait son corps. Mais tout à coup, toute la terre fut ébranlée par un tremblement de terre assez violent. Ce n’était pas encore…

« Des Léviathans ! »

Une horrible quinte de toux la prit. Où se trouvait Raziel ? Très certainement dehors, le connaissant ! Cette fois, la jeune femme trouva le courage de se redresser et même de se lever ! Elle tenait à peine sur ses jambes, il est vrai, et malgré sa douleur au cœur, elle devait le retrouver et l’aider ! Elle le sentait en danger, toujours liée à lui par ce lien invisible et étrange… Même si lui l’a oubliée, il demeurera à jamais gravé dans son esprit, dans son cœur et dans son âme. Jamais ils ne pourront être séparés. Le regard de Séléna se porta sur son alliance. Rien… Rien ne pourra les séparer… Pas même la mort.

« J’arrive, Raziel… »

Et, titubant, ignorant totalement si la fillette essayait de l’interdire ou pas de sortir et de faire des efforts trop considérables, elle fit apparaître ses grandes ailes blanches et sauta par la fenêtre ! Ce geste pouvait être effrayant, interprété par une fillette de dix ans, mais elle ne se sentait pas le courage de marcher. Séléna se mit à arpenter tout le village avant de le voir. Le cadavre des Léviathans jonchaient le sol mais un autre était encore en vie et s’élançait droit sur Raziel, trop affaiblit pour réagir ou tenter une quelconque résistance. Alors elle fonça et frappa violemment dans ses mains, de toutes ses dernières forces. Atterrissant souplement au sol, près de Raziel, elle libéra toute l’énergie contenue dans son corps. Un fabuleux éclair bleuté fonça droit sur le monstre, l’enfermant dans une immense bulle isolante. La créature fut brusquement freinée dans sa course. On voyait bien qu’elle tentait d’avancer mais se heurtait à chaque fois aux parois du bouclier isolateur.

Finalement, l’alchimiste éleva les bras dans les airs et le Léviathans se mit à léviter. Dans un dernier effort, elle dirigea la créature entourée de son sortilège hors du village, dans un périmètre éloigné d’environ dix kilomètres. Plus personne ne pouvait apercevoir le monstre mais la jeune femme ressentait son énergie toujours sous son emprise. Alors elle éleva les bras au-dessus de sa tête et ouvrit les yeux. Ses prunelles avaient pris une couleur bleu nuit et lorsqu’elle frappa dans ses mains une dernière fois, une détonation se fit entendre dans le lointain, suivie d’un cri déchirant. Un souffle de vent assez puissant balaya tout sur son passage, aussi bien sable que terre ou branches d’arbre. Tout le monde se coucha à terre pour éviter les projectiles. Sauf Séléna, qui lévitait toujours aux côtés de Raziel, ses grandes ailes maintenant sa hauteur. Elles battaient doucement et produisaient un petit vent doux.

Lorsque le vent se fut dissipé, tout était silencieux, le village semblait être mort. Alors que les personnes se relevaient, étonnées de l’exploit d’une si jeune et jolie femme, elles se mirent à hurler, à l’acclamer et à chanter ses louanges. Mais ils n’avaient pas oublié Raziel et il fut tout autant ovationné. La jeune femme, affaiblie, laissa retomber ses bras le long de son corps avant de se poser lentement au sol. Elle ne tenait plus sur ses jambes et elle porta ses mains à son ventre avant de regarder Raziel.


« C’est toi que je cherchais… Il n’y aucun autre Raziel… Mais tu m’as oubliée... »

Et elle s’écroula, à demi-consciente. Les larmes se remirent à couler sur ses joues, mêlées à la sueur engendrée par sa fièvre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Jeu 11 Jan - 16:45

Leena constata avec la plus grande des joies que sa patiente venait enfin de revenir à elle. En effet, Séléna venait d’ouvrir les yeux et son désir de comprendre la situation se manifesta presque aussitôt. D’ailleurs, les questions qu’elle lui posa la surprit beaucoup. Prise à dépourvue, elle décida de répondre à toutes ces interrogations du mieux qu’elle put car son rôle de veiller sur la jeune femme n’avait pas changé et peut-être que ces réponses l’aideraient à aller mieux. Cherchant dans ses souvenirs, elle pesa ses mots afin de ne pas se tromper dans ce qu’elle s’apprêtait à dire.

- « Mon vrai père je ne m’en souviens pas. Papa m’a dit qu’il était mort dans l’attaque de mon village tout comme maman. Comme je n’avais plus de famille, il m’a adopté et a toujours veillé sur moi depuis. Au début, il était toujours triste, je crois que c’était parce qu’au ciel, les gens l’avaient chassé de chez lui. Il n’avait plus personne au monde… Comme moi…. »

La fillette n’eut pas le temps d’en dire davantage car de violentes secousses vinrent l’arrêter. Ces tremblements étaient l’œuvre des léviathans et Séléna, redoutant qu’il puisse arriver quelque chose à Raziel s’élançait à l’extérieur de la chambre. Avant qu’elle ne franchisse la fenêtre, la petite fille s’adressa à elle. Les mots qu’elle allait prononcer étaient vraisemblablement lourds de sens…

- « Un jour papa m’a dit une chose qu’il ma demandé de ne jamais oublier. Il m’a dit que peu importe le nombre d’épreuves à subir, il ne faut jamais renoncer à combattre pour protéger ceux que l’on aime… Jamais. »

Leena regardait la jeune femme droit dans les yeux et lui témoignait de sa profonde foi dans ses mots. Ceci serait certainement les derniers mots que la petite fille lui confierait avant son combat.
Ce combat fut d’ailleurs brillamment remporté par Séléna qui terrassa le dernier des monstres encore en vie malgré son état. Elle était parvenue à sauver le village qui la portait en triomphe et tout ceci n’avait pas échappé au regard de quelqu’un.


- « Tu as enfin montré ton véritable pouvoir Séléna.. Les choses vont donc devenir beaucoup plus intéressantes désormais. »

Une voix venait de résonner autour d’elle. Cette voix était la même que celle qui avait retenti dans son esprit il y a peu. Une fois ces paroles prononcées, le paysage et les gens commencèrent à devenir flou jusqu’à peu à peu disparaître pour ne laisser place qu’à l’obscurité. A présent, seul restait la jeune femme et son époux qui était allongé au sol, inconscient.
Puis, des bruits de pas se firent entendre de manière de plus en plus proche jusqu’à ce qu’une silhouette se dessine. Rapidement, elle put voir un homme se tenir devant elle. Cette personne n’était autre qu’Anàrion qui l’observait tout en savourant la situation et ce qu’il s’apprêtait à lui dire.


- « Alors, que penses-tu de ma technique ? La destruction de l’âme n’est-elle pas redoutable ? Tout ce que tu viens de vivre était ma création. J’ai puisé dans tes peurs afin de créer un monde dans lequel je pourrai te tester. Il me fallait en effet voir si tu étais aussi forte que ton cher mari le pense. Il ne s’est d’ailleurs pas laissé faire lui non plus quand il m’a fallut effacer ses souvenirs pour lui en donner de nouveaux totalement fictifs. Je dois reconnaître que votre ténacité est un point que vous avez très largement en commun. »

A cet instant, l’obscurité s’effaça pour laisser place à un nouveau paysage qui ne serait certainement pas inconnu à la jeune femme. En effet, le village où elle avait grandi venait de ressurgir du passé et un combat s’y déroulait : celui qui l’opposa elle et son époux aux hordes de démons. Ce combat qui s’était déroulé il y a plusieurs siècles et qui avait vu sa mort et la déchéance de l’archange.
Tout autour d’eux paraissait plus vrai que nature. On pouvait aisément sentir l’odeur du feu qui consumait les demeures mais aussi l’odeur du sang qu’il soit celui d’innocents ou des démons. On aurait pu croire que n’importe lequel des protagonistes passés pourrait s’en prendre à l’un d’eux mais il n’en était rien. Tout ceci n’était que pure illusion, tout ceci était tiré des souvenirs communs des deux époux et manié à la perfection par l’escorteur de l’au-delà.


- « Je suppose que tu dois te demander le but de tout ceci n’est-ce pas ? Et bien je vais te le montrer sans plus attendre. » reprit-il.

D’un simple geste de la main, le lieu dans lequel il se trouvait changea à nouveau. Cette fois-ci, ils ne se trouvaient non plus dans le village en flamme mais un peu à l’extérieur, là où l’archange et sa femme avaient combattu. Séléna put revoir ce moment où il invoqua le démon et lorsqu’elle combattait de toutes ses forces pour faire reculer les monstres.

- « Voilà où je voulais en venir. Vois avec quelle force vous combattez. D’un côté, Raziel renonce à son existence en tant qu’archange afin de te sauver toi et les tiens. Il commet alors le pire des crimes en offrant son âme aux enfers car pour lui, te perdre serait mourir aussi. De l’autre côté, il y a toi qui te bats pour défendre ceux que tu aimes et ton amour en particulier. Dans peu de temps, tu trouveras la mort et lui sera emprisonné durant des siècles. Malgré tout cela, vous êtes revenu encore plus fort et vous avez scellé votre amour en vous mariant. Votre volonté, votre force… vos âmes sont les plus pures que j’ai pu rencontrer jusqu’à présent et si je les obtiens alors je pourrai enfin devenir la Mort elle-même. »

Dévoré par l’ambition, il ne pouvait que difficilement cacher son excitation à l’idée d’enfin devenir le dieu de la mort lui-même. Dévoilé son plan à la jeune femme n’était plus un risque car il était désormais prêt à la tuer pour de bon.

- « En créant l’illusion précédente, j’ai eu la confirmation que ton âme était celle que je recherchais et maintenant que j’ai vaincu ton mari, il est désormais temps que je te tue. » dit-il en s’avançant vers elle.

Une lumière blanche aveuglante identique à celle qui avait conduit Séléna dans cette illusion l’enveloppa alors ainsi que Raziel pour les ramener à la réalité, près du phare, là où les deux hommes s’étaient combattus peu avant.
L’archange gisait toujours inconscient au sol mais cette de très nombreuses et profondes blessures parsemaient tout son corps. Quant à la jeune femme, elle semblait ne pas avoir bouger depuis le début de la destruction de l’âme.
Ainsi, tout s’était passé dans leur esprit, la situation s’éclaircissait et l’escorteur de l’au-delà acheva son explication tandis qu’il pointait désormais son arme en direction de celle dont il voulait l’âme plus que tout.


- « Te voici de retour à la réalité petite. Vois ce qu’il reste de ton époux. Il a combattu de toutes ses forces contre moi et il ne lui reste que peu de temps à vivre désormais car ces blessures réelles ne peuvent plus êtres masquées maintenant. Malgré tout cela, je n’ai pas réussi à lui faire complètement oublier ton existence durant cette illusion et je dois reconnaître que c’est bien la première fois depuis que je la pratique. »

A présent, Anàrion tournait autour de sa cible. Tout en fendant doucement l’air de sa faux, il observait attentivement la jeune femme déjà épuisée par ce qu’elle venait de vivre. Désormais, il voulait en finir car c’était pour lui le moment idéal : donner la mort après avoir torturé psychologiquement sa victime était ce qui lui plaisait le plus. Cela donnait plus de saveur aux âmes selon lui.

- « A présent laisse-moi te faire une petite proposition Si tu parviens à me battre, tu retrouveras ta vie normale avec Raziel à qui je redonnerai la mémoire mais si tu échoues alors vos âmes seront à moi pour l’éternité. Que penses-tu de ce petit marché ma jolie ? Penses-tu pouvoir vaincre le demi-dieu que je suis ? »

Transcendé par l’excitation et son machiavélisme, il commençait peu à peu à déployer son aura terrifiante. Cette même aura qu’il avait insufflé en partie à tous ces monstres crées durant l’illusion. Il pensait déjà au moment où il prendrait leur vie à tous deux, au parfum de leur sang. Il n‘avait d’ailleurs absolument aucun scrupule à faire cela car après tout, on lui avait appris à ne plus rien ressentir si ce n’est la haine et puis lorsqu’il était encore un simple humian, qui s’était préoccupé de son sort ? Qui était venu l’aider quand on assassina la femme qu’il aimait plus que tout au monde ? La vie n’est faîte que d’injustices et son contrôle appartient à ceux qui détiennent la force. Maintenant, l’escorteur de l’au-delà détenait cette force et il allait l’utiliser pleinement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Jeu 11 Jan - 22:06

Des bruits assourdissants… On l’acclamait, elle et son exploit. Ou plutôt, EUX. Mais Séléna n’avait plus le courage de bouger ou de remercier les villageois. Elle était étendue auprès de Raziel, son époux, et les pensées défilaient dans son esprit. Ne jamais renoncer… C’était bien plus facile à dire qu’à faire ! Pourtant, elle s’était réveillée et avait volé au secours de celui qu’elle aime. Même s’il ne la reconnaissait plus, elle ne parvenait pas à le voir risquer ainsi sa vie. Jamais elle ne pourrait se le permettre ! Un petit sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’elle cherchait à saisir la main de l’archange déchu. Elle suspendit son geste en entendant cette voix… Celle qui avait retenti tout au fond de sa conscience lorsqu’elle naviguait encore dans les ténèbres de son esprit. Une voix à la faire frissonner malgré sa fièvre et la chaleur d’enfer qui régnait autour d’eux. Difficilement, la jeune femme ouvrit ses paupières alourdies par la fatigue. Tout devenait flou autour d’elle et le paysage s’estompait.

« Que se passe-t-il… ? Qui êtes-vous ? »

Tout à coup, il fit noir tout autour d’eux. Elle ne distinguait plus rien, si ce n’est les traits irréguliers de la silhouette qui se tenait à présent devant elle. Tournant la tête vers le corps inerte se trouvant près d’elle, elle constata que Raziel était toujours inconscient. Il semblait être gravement blessé. Pourtant, lorsqu’elle était venue l’aider pour éliminer les Léviathans, il n’était pas autant blessé ! Une vague de panique la submergea et elle se retourna vers l’homme se trouvant près d’eux. Elle l’avait entendu approcher depuis bien longtemps ! D’ailleurs, malgré sa faiblesse, elle était maintenant assise. Mais sur quoi, et où ? Elle ne saurait le dire, tout était si noir autour d’elle !

« Qui êtes-vous ? » Répéta-t-elle d’une voix un peu moins faible.

Puis, il se mit à parler. Tout cela n’avait été qu’une illusion… Elle n’arrivait pas à y croire ! Tout cela n’avait pas été réel ! Elle était à la fois rassurée et fâchée d’avoir tant souffert ! Même si elle avait toujours aussi mal de voir son mari blessé pareillement, ne répondant même plus à sa présence… Tout cela n’a été qu’un vulgaire test ! Mais qu’est-ce qui la retenait de le gifler et de lui faire payer cet acte ?! Lorsqu’il aborda le sujet de la mémoire de Raziel, Séléna pâlit davantage. Ainsi donc, cette partie du « test » était réelle… Le découragement la saisit à nouveau. Elle baissa la tête et ne remarqua même pas que le paysage changeait à nouveau. A présent, elle pouvait apercevoir la main de son époux, celle qu’elle avait voulu saisir quelques temps plus tôt.


*Je reconnais cette odeur… Cette aura… *

L’ange releva la tête et reconnut le village dans lequel elle a grandi. Un flot de souvenirs remonta à la surface et elle sentit les larmes lui piquer furieusement les yeux. Pourquoi lui montrer l’endroit où elle avait trouvé la mort ? Pourquoi lui rappeler le jour où elle et Raziel furent séparés ? Pourquoi tant de douleurs, encore et encore ? Cela ne pouvait donc pas s’arrêter ?! Elle entendait les cris des innocents, les hurlements triomphants des démons, les bruits des lames s’enfonçant dans des corps fatigués et qui tombaient après le coup fatal. Pourquoi regardait-elle ? Plus jamais elle ne voulait revivre ce moment !

« ARRÊTEZ ! »

Non, elle ne voulait pas connaître le but de tout cela ! Elle voulait rentrer, continuer sa vie heureuse aux côtés de Raziel ! Mais elle eut beau protester, hurler, secouer la tête et tenter de se relever pour se ruer sur l’homme, rien n’y fit ! Le paysage changea à nouveau et ils se retrouvèrent en-dehors du village. Bientôt, elle dut se taire car l’homme avait repris la parole pour lui rappeler exactement ce qui s’était passé des siècles plus tôt. Oui, elle savait tout cela ! Raziel avait invoqué les démons pour tenter de la sauver, le condamnant ainsi à des siècles d’emprisonnement ! Mais en contrepartie, ses frères lui avaient promis de la ressusciter, ne pensant certainement pas qu’ils se retrouveraient un jour ! Et bien, ils se sont amèrement trompés !

« Jamais vous n’aurez nos âme ! Je préfèrerais mourir plutôt que de céder ! »

Maintenant, Séléna était bien décidée à ne plus se laisser faire. Elle en avait marre qu’on dicte sa conduite et qu’on la prenne pour une marionnette avec laquelle on pouvait tout se permettre ! Prendre son âme ? Et quoi encore ! Finalement, encore tremblante de fièvre, elle se releva pour faire face à ce monstre ! Oui, un monstre, voilà comment elle le considérait ! Il ne méritait pas mieux que le titre de démon ! Quel genre de créature peut répandre le mal avec une telle intensité ? Quel genre de créature est capable de faire autant souffrir deux personnes qui s’aiment ? Un démon ! Mais bientôt, ravalant des paroles acides, elle ferma les yeux sous l’éclair aveuglant qui l’entoura elle et son époux. Elle vacilla et se retrouva à genoux. Ils se trouvaient à nouveau près du phare, à Ynis Witrin. La jeune femme en ressentit un léger soulagement, mais elle n’était pas tirée d’affaire pour autant !

« Me tuer ? Jamais ! Vous allez rejoindre la tombe plus rapidement que moi ! »

Et puis, n’était-elle pas déjà morte une fois ? Sa phrase était un peu paradoxale… Mais bon, jamais elle ne mit les pieds dans une tombe… L’homme tournait autour d’elle, telle un prédateur traquant sa proie, attendant le moment propice pour lui asséner le coup de grâce. Mais Séléna s’était déjà relevée et ses longs cheveux bruns volaient autour d’elle sous le vent nocturne. Raziel avait lutté, avait combattu mais à présent, c’était à son tour. Mais elle se sentait si faible ! Elle n’avait presque plus d’énergie, l’ayant toute utilisée pour éliminer un Léviathans qui n’était même pas réel ! Une illusion ! Elle pestait encore contre cela ! Elle ferma les yeux et tenta de se calmer. Elle savait que si elle ne faisait rien, elle pouvait dire adieu à sa vie, à Raziel, à son âme… Personne ne les retrouverait et on croirait tout simplement que le couple s’en était allé vivre ailleurs.

« Une proposition ? Vous osez encore me proposer de conclure un marché avec vous ? Vous êtes fou ! »

Toutefois, elle fut bien obligée d’écouter. Il fallait qu’elle le batte pour les sauver tous les deux. Sinon, si elle échouait, ils seraient perdus. Pour toute réponse, elle fit apparaître son épée. Son visage n’a jamais été aussi menaçant en des siècles de vie ! Oui, elle allait le battre et l’éliminer à jamais ! C’était sa mission, son devoir et peut-être son destin… Jetant un dernier regard à son mari qui gisait au sol, inconscient, elle lui fit une promesse :

*Je te jure qu’une fois tout cela terminé, nous vivrons enfin heureux et en paix… Plus personne ne pourra nous causer des ennuis, et j’y veillerai ! Fais-moi confiance…*

Elle ignorait s’il pouvait entendre ses pensées, mais bientôt, elle fit face au demi dieu se trouvant devant elle. L’alchimiste fit un peu en avant, serrant un peu plus son épée qui étincelait sous la lune claire.

« Alors ? Qu’attendez-vous ? Seriez-vous effrayée par une pauvre fille à l’âme tenace et à la volonté aussi dure que le fer ? » Ironisa-t-elle.

Elle ne craignait nullement les représailles et elle se sentait prête. Jamais elle n’a été aussi sûre d’elle. Comme si une force invisible monter inexorablement en elle… Ses yeux métalliques fixaient toujours l’homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Ven 12 Jan - 3:45

Tout avait fonctionné à merveille : l’escorteur de l’au-delà avait infligé une redoutable torture à la jeune femme et maintenant, elle allait lui faire face malgré le peu de forces qui lui restait. Elle lui démontrait sa ténacité, se permettant même d’ironiser, ceci ne fit qu’accroître l’appétit d’Anàrion pour cette âme plus pure que le cristal.
Lorsqu’elle sortit son épée, il ne put s’empêcher de sourire car elle semblait être sur le point de faire la même erreur que son époux. Voulant encore jouer avec sa proie, il lui donna alors un conseil.


- « Ton archange a fait la même erreur que tu t’apprêtes à commettre en voulant utiliser ton épée contre moi alors laisse moi t’aider un peu. Leçon numéro 1 : peu importe que tu me la plantes dans le cœur ou ailleurs, cette arme, tout comme toute attaque physique, ne peut strictement rien me faire. Tel est le pouvoir d’un escorteur et c’est en cela que nous nous rapprochons du divin. »

Alors qu’il voulait passer à l’attaque, il décida finalement de faire durer encore quelque peu la venue des premiers échanges de coups. Sa cible était en effet trop belle, trop pure pour qu’il ne savoure pas d’avantage cet instant. Il eut alors une idée pour donner encore davantage de saveur à cette rencontre. Il voulait ressentir toute sa haine se déchaîner contre lui, ressentir que cette jeune femme voulait sa mort par-dessus tout comme s’il la recherchait…
Il prit alors appui sur le sol et commença à réaliser des signes par des mouvements de doigts et de mains. Ces signes très anciens relevaient de l’un des arts les plus sombres : la nécromancie. Très vite, des traînées vaporeuses vertes tournèrent autour de lui. A travers cette vapeur, on pouvait constater la présence de crânes.


- « Passons à la leçon numéro 2 à présent. Sache que tout escorteur dispose de la faculté de lever une armée de morts car il maîtrise à la perfection les pouvoirs de la nécromancie. Ainsi, je peux ramener les âmes de ceux que j’ai tués autrefois afin qu’ils combattent pour moi. Comme tu sembles déterminer, nous allons bien voir ce que tu peux faire face à une armée composée de cent revenants insensibles à toute douleur. »

A la fois méprisant et rabaissant, Anàrion n’en gardait pas moins la tête froide. Concentrant son énergie, il rappelait les âmes de cent de ses victimes qui semblaient danser autour de lui et lui offrir une protection presque parfaite. Les signes qu’il réalisait étaient de plus en plus difficiles à mesure que le nombre d’âmes invoquées grandissait. Soudain, déployant ses bras, il envoya les âmes se perdrent dans le sol.
Regardant son adversaire droit dans les yeux, il semblait jubiler en pensant au spectacle auquel elle allait assister.


- « Ames déchues, il est désormais temps pour vous de réapparaître dans le monde des vivants pour conduire une bataille au nom de votre maître. Sortez du sol et rassemblez-vous pour faire de notre chère Séléna votre prochaine compagne d’outre-tombe. »

A cet instant, pas moins de cent squelettes sortirent du sol. Tous arboraient un glaive mais aussi un bouclier passé d’âge et rongé par la rouille. Telles des machines, ils se dirigèrent à présent vers elle. Rien ne pourrait plus stopper leur course et ils ne s’arrêteraient pas avant d’avoir accompli leur mission. Entièrement sous le contrôle de leur nécromancien, cette armée était totalement dévouée et dénuée de toute humanité.

- « Voilà le petit jeu que je te propose Séléna et je pense que tu n’auras pas d’autre choix que de l’accepter. »

Avant que les squelettes ne portent les premiers coups, l’escorteur avait décidé de davantage pimenter le combat en ajoutant un objectif auquel la jeune femme ne pourrait probablement pas se soustraire.

- « Armée de la mort, votre cible n’est désormais plus uniquement cette femme mais son époux en priorité : tuez le par tous les moyens. »

Après avoir prononcé ces quelques mots, il disparut pour réapparaître derrière Séléna elle-même. Il lui murmura alors quelques mots à l’oreille.

- « Alors petite, vas-tu parvenir à défendre ton époux ou vas-tu le laisser mourir comme tu l’as fais pour ton cher frère Mickael ? » lui demanda-t-il avant de disparaître de nouveau.

En utilisant la destruction de l’âme, il avait eu accès à tous les souvenirs de la jeune femme, y comprit ceux de la jeunesse de son existence passée. Il avait alors pu voir qu’elle avait perdu son frère et que ceci l’avait profondément traumatisée. L’escorteur pensait que perdre Raziel sous ses yeux l’anéantirait complètement et qu’à ce moment son âme serait entièrement à lui.
Tandis que son armée avançant d’un pas sûr, perché sur les falaises, il allait maintenant observer le déroulement du combat avec attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Ven 12 Jan - 22:32

Séléna regarda l’escorteur avec des yeux furibonds. Ainsi donc, il était insensible à toute douleur ! Aussi bien physique que morale ! Il est vrai que son arme n’allait pas lui servir à grand’chose… Mais c’était un réflexe que de toujours l’avoir avec elle. Elle décida donc de l’accrocher au court vêtement qui entourait sa poitrine, pour l’avoir à portée de mains, au cas où… Elle semblait avoir totalement perdu l’esprit à agir ainsi ! Mais pourquoi tenir entre ses mains quelque chose d’inutile ? Elle possédait bien d’autres ressources de combat ! Il n’y a pas que cet escorteur qui possédât des talents cachés ! Tout en fixant l’homme se trouvant devant elle, elle crispa ses mains et elles se refermèrent pour former deux poings rapidement blanchis par la pression qu’elle exerçait sur sa main.

« C’est bon ? Vous n’avez plus rien à me dire ? » Persifla-t-elle avec plus de véhémence et de colère.

Alors qu’elle s’attendait à encaisser la première attaque, l’homme se mit à faire des gestes étranges, en direction du sol. La jeune femme fronça un sourcil, se demandant quelle était encore cette magie. Elle n’était pas dupe : tous ces mouvements n’étaient pas innocents. D’ailleurs, rien ne l’était chez lui ! Pas même sa posture ou ses paroles. Et en plus, il avait une deuxième leçon à lui donner ! Tiens donc ! Elle était curieuse de l’apprendre ! Une armée des morts ? Très intéressant ! Mais pas assez effrayant pour l’obliger à déclarer forfait et à abandonner aussi facilement son âme et celle de son époux ! Après tout, leur vie est entre ses mains… Leur avenir dépend de son habileté à faire disparaître cet escorteur de malheur ! De toute manière, elle était confiante. Elle faisait confiance en son corps et ses facultés magiques. Après tout, elle n’a pas appris l’alchimie pour rien ! Malgré toutes les paroles blessantes et rabaissantes qu’il pouvait professer, la jeune femme ne se laissa pas démonter pour autant. Elle fit un pas en avant, s’éloignant de Raziel pour ne pas amener le danger sur lui. Elle regardait les squelettes sortir de la terre, non sans un petit frisson mais pas effrayée du tout. C’était juste… Dégoûtant ! Mais lorsque l’homme s’adressa à l’armée des morts en la leur présentant comme étant sa future compagne d’outre-tombe, le sang ne fit qu’un tour dans ses veines ! Elle s’avança encore, plus menaçante que jamais.


« Croyez-moi, ils rejoindront la tombe bien avant moi ! »

Puis, quelque chose la frappa : si l’escorteur les prétendait invulnérable, pourquoi ces morts portaient-ils des glaives et des boucliers ? Un petit sourire ironique se dessina sur ses lèvres de Séléna. Cela signifiait qu’ils avaient un point faible qu’ils voulaient protéger au mieux, elle en était certaine ! Elle se passa une main dans les cheveux, presque avec ennui, comme si tout cela n’était qu’un futile jeu pour elle. Mon Dieu ! Cette jeune femme si pure et d’apparence si fragile semblait si sûre d’elle ! S’en était déroutant et étonnant ! Surtout pour cette créature du diable qui se croyait invulnérable, tout comme sa maudite armée de cadavres ambulants !

« Tiens, que vois-je ? Des boucliers, des armures, et rouillés, qui plus est ! S’ils sont si forts et si intouchables que cela, pourquoi s’encombrer de tels accessoires futiles ? Vous comptez faire un défilé de la plus médiocre et moche tenue de guerre ? »

L’ange ricana méchamment. Ses yeux métalliques luisaient étrangement dans la nuit. Elle fit un gracieux mouvement de tête, rejetant ses longs cheveux en arrière. Un petit gloussement s’échappa ensuite de sa gorge si fine et si blanche. Maintenant, l’escorteur avait le culot de lui proposer un petit jeu. Elle était curieuse de savoir de quoi il s’agissait. Après tout, elle était ouverte à toutes les propositions ! Aussi bien parce qu’elle n’avait pas le choix que parce qu’elle se devait de les sauver. Lui, son époux. Elle, sa femme. Lui, leur enfant, fruit de leur amour… Inconsciemment, elle posa une main sur son ventre, comme pour rassurer ce petit être en cours de développement.

« Encore un jeu ? Vous n’êtes pas las de faire des proposions aussi excentriques ? » Railla-t-elle.

Mais la réponse arriva plus rapidement que prévu. D’abord tuer Raziel… Non ! Ca, jamais elle ne le permettra ! Un grognement sonore lui échappa et elle fit craquer ses mains après avoir lentement desserré ses poings. Sa mâchoire se crispa et un rictus étrange anima ce visage si beau ! Encore plus attirant quand la colère l’animait. Un long frisson lui parcourut l’échine lorsque l’homme disparut pour réapparaître derrière elle et lui souffler ces quelques mots déchirants à son oreille. Mickaël… Son cher frère Mickaël ! Comment osait-il ainsi souiller son prénom ?


« Je vous interdis de prononcer son nom ! Vous le souillez comme un crottin de cheval ! »

Son grand frère, elle n’avait pas réussi à le sauver. Elle était arrivée sur le lieu de combat pour lui prêter main forte. Alerté par la présence de sa jeune sœur, Mickaël lui avait ordonné de rentrer au village pour aider les autres à se cacher. Il avait le dos tourné à l’ennemi à ce moment… La flèche lui transperça le dos, lui perforant ainsi le cœur. Il avait vécu quelques minutes encore avant de mourir dans les bras de sa sœur. Les yeux de Séléna s’emplirent de mélancolie. Dieu ! que ces souvenirs lui faisaient mal au cœur ! Mais soudainement, elle se reprit. La colère bouillonnait dans ses veines et ne demandait qu’à ressortir et faire des massacres !

« Je n’ai peut-être pas réussi à sauver mon frère, mais sachez que je ne commets jamais deux fois les mêmes erreurs ! »

Il avait disparu ? Ah ! le lâche ! La jeune femme incanta dans une langue totalement inconnue et elle en fut elle-même étonnée. D’où lui venait ce savoir ? Mais elle ne se laissa pas dérouter par une question aussi dérisoire et à un moment aussi critique ! Elle ferma les yeux et leva les mains au ciel comme si elle demandait de l’aide directement aux divinités. Bientôt, tout son corps fut irradié d’une lueur blanche et aveuglante. Elle se retourna lentement vers Raziel et toute l’énergie maintenant contenue dans son corps se libéra droit sur l’ange déchu. On pouvait croire qu’elle avait perdu la tête et qu’elle voulait achever elle-même son époux plutôt que de le voir torturer par des morts. Mais il n’en était rien. L’éclair passa à quelques centimètres du corps de Raziel et fonça droit sur les cadavres ambulants. La centaine de squelettes gicla de tous les côtés, un grand nombre d’entre eux complètement disloqués. Des os, des boucliers ainsi que des glaives volaient en tous sens.

« ALORS C’EST TOUT ? C’EST TOUT DONT VOUS ÊTES CAPABLE ? » S’égosilla-t-elle, d’une voix démente.

A nouveau, elle dirigea une main droit vers son époux. En attendant que l’armée des morts se remette de ses « blessures », elle entourait Raziel d’un bouclier protecteur et invisible. Plus rien ne pourra l’atteindre. L’enchantement se brisera seulement si Séléna trouvait la mort au combat. Pas avant. Pas même si elle est blessée mortellement et que son cœur bat encore. L’alchimiste passa sa langue sur ses lèvres comme si elle se délectait d’un excellent repas. Un petit sourire rendait son visage encore plus envoûtant et à la fois effrayant.


« Alors ? J’attends ! »

Elle sentait l’énergie refluer dans tout son organisme. Elle inspira à fond l’air frais de la nuit alors qu’une voix retentissait dans son esprit :

*Laisse-toi guider. Tu n’as rien à craindre.*

Depuis le début, elle s’était abandonnée à cette force étrangère et surnaturelle qui semblait la guider…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Sam 13 Jan - 20:21

Le combat était sur le point de débuter et il savourait déjà le futur spectacle. Pourtant, l’apparition de son armée de morts sembla ne pas inquiéter davantage son adversaire qui restait sceptique sur l’équipement porté par les squelettes.

* Patience petite, tu comprendras bien assez tôt que ces sacs d’os ne doivent pas être pris à la légère. *

Lorsqu’il évoqua le frère de la jeune femme, cette dernière n’en fut que plus enragée. C’était tout ce qu’attendait l’escorteur qui ressentait le besoin que ces victimes le haïssent car cela donnait encore plus de préciosité à l’âme qu’il convoitait.
Puis Séléna déploya ses pouvoirs afin de frapper l’armée de morts. Dégageant une puissance conséquente, elle surprit Anàrion qui vit bon nombre de ses créatures se disloquer. Transcendé par une force qu’il ne parvenait pas à identifier, elle le provoqua avant de créer une protection. Bien qu’invisible, Anàrion constata qu’elle devait être très puissante.


* Hum… Elle était à bout de force il y a quelques instants et voilà qu’elle arrive à me tenir tête en déployant une puissance redoutable. Comment cela est-il possible ? Reçoit-elle une quelconque aide extérieure ? * s’interrogea-t-il, visiblement troublé.

Perplexe, il continua à l’observer. Positionnée non loin de son époux, elle avait dû créer une protection assez large pour pouvoir les défendre tous les deux. Elle semblait ainsi honorer ses propos : elle ne commettrait jamais deux fois les mêmes erreurs.

- « Tu es plus forte que je ne le pensais mais tu me semble aussi bien arrogante et trop sûre de toi. Penses-tu vraiment que les armes de mes esclaves soient la seule menace qu’ils peuvent t’opposer ? N’oublie pas que les morts ne peuvent pas mourir une seconde fois… » lui lança-t-il.

Ainsi, sur le champ de bataille où s’éparpillaient les os dispersés, ces derniers commencèrent à se rassembler. En quelques instants tous les squelettes défaits avaient repris leur apparence. Ceci n’était pourtant pas tout car d’autres squelettes sortirent du sol, eux aussi armés, pour la plupart avec des épées mais aussi des masses, des haches ou même des arcs.
D’un regard dominateur, il observait la jeune femme afin de guetter sa réaction avant de prendre à nouveau la parole.


- « Connais-tu la légende narrant le combat entre Hercule et l’Hydre de Lerne ? A chaque fois que le demi-dieu lui coupait une tête, elle réapparaissait tandis qu’une autre repoussait irrémédiablement. Il en va de même pour chacun des membres de mon armée. Dès que tu en battras un, un autre apparaîtra tandis que le premier se reformera pour t’affronter à nouveau. Il y a bien sûr une limite à cette technique puisque je ne peux pas faire apparaître plus de morts que d’âmes dont je me suis accaparé. Toutefois, je pense que deux cents mille est une limite plus qu’honorable ne trouves-tu pas ? »

Exécutant à nouveau des signes anciens, il accrût aussitôt le nombre de ses troupes sur le champ de bataille. Venant renforcer ceux qui étaient déjà présents, il porta leur nombre à près de trois cents. Transcendé par le goût du combat, il s’adressa alors à Séléna.

- « Croyais-tu vraiment vaincre aussi facilement le dieu que je suis ? » s’exclama-t-il.


Sans le vouloir, sa propre phrase résonna dans son esprit et lui rappela un souvenir très ancien, un événement qui s’était déroulé plusieurs siècles auparavant et qui avait vu son affrontement face à un prêtre qui l’avait traqué pendants plusieurs années.
Anàrion avait en effet pris pour cible bon nombre d’hommes et de femmes d’église. Leur foi et leurs âmes dévouées à leurs dieux respectifs lui apportaient une satisfaction toute particulière. Il avait toutefois commis une erreur en laissant pour mort un jeune prêtre qui passa alors cinquante longues années à tenter de le retrouver, recueillant témoignages et documents sur les escorteurs de l’au-delà. Lorsqu’il l’eut retrouvé, l’homme de foi lui tint des paroles qu’il n’a jamais oubliées depuis.


- « Je sais quel est votre but escorteur. Vous cherchez à accaparer autant d’âmes que nécessaire pour devenir la nouvelle Mort et défier les dieux. » lui dit-il.

- « Bonne réponse grand-père et je salue là ta perspicacité mais dis-moi un peu : savoir cela va-t-il te permettre de sauver ta vie aujourd’hui ? » répondit l’escorteur avec sarcasme.

Brandissant sa croix en direction d’Anàrion et concentrant sa magie dans un bâton de pèlerin, l’homme d’église était non seulement prêt à lui répondre mais aussi à combattre.

- « Escorteur, espérez-vous réellement pouvoir vaincre les dieux aussi facilement ? Est-ce là tout ce que vous avez trouvé pour atteindre votre but réel ? » clama-t-il.

Perturbé par cette dernière interrogation, l’escorteur restait indéniablement surpris.

- « Vous semblez étonné Anàrion, escorteur de l’au-delà qui perdit son humanité le jour où il tomba sous les coups de ces agresseurs qui s’attaquèrent à son village. »

Presque tétanisé, il ne parvenait pas à comprendre comment cet homme pouvait en savoir autant sur lui. Sa vie de recherches lui avait donc permis de découvrir l’identité de celui qui l’avait laissé pour mort et maintenant allait-il faire éclater une vérité que l’escorteur lui-même n’avait jamais avouée ?

« C’est pour elle que vous faîtes tout cela n’est-ce pas ? « lui demanda le prêtre même s’il semblait être déjà sûr de la réponse.


La suite, il ne voulait pas y repenser maintenant. Surtout pas alors qu’il s’apprêtait à montrer à son adversaire à quel point il savait utiliser l’arme propre à la mort elle-même. Ainsi, réalisant un saut considérable en l’air, il fendit le vent de deux coups de faux. Les ondes de choc se dirigeaient à présent vers la barrière protectrice de Séléna qu’il espérait détruire pour laisser le champ libre à ces troupes funestes.
Avec un coup de ce type, il avait autrefois fendu le sol sur plusieurs mètres de profondeur. La protection de la jeune femme serait-elle suffisamment résistante pour contenir un tel assaut ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Dim 14 Jan - 22:46

Séléna leva lentement la tête en entendant les propos d’Anàrion. Elle devait faire attention à cette armée des morts ? Et pourquoi donc ? Elle en avait renvoyé beaucoup au fond de leur tombe ! Pourquoi ne pas recommencer encore et encore ? Elle ne se sentait plus du tout fatiguée ! Elle qui était à bout de forces quelques minutes plus tôt semblait ne jamais avoir été victime d’une illusion des plus poignantes. Oui, une force invisible l’animait, mais laquelle ? Qui ? Pourquoi ? Et comment ? Toutefois, elle ne chercha même pas à répondre à ces questions car elle devait se laisser guider. Alors elle s’abandonner totalement à cette présence amie. Elle toisa l’escorteur et un petit rictus se forma sur ses lèvres. Que de paroles contradictoires ! Elle déploya ses longues ailes blanches, après les avoir fait apparaître.

« Dans ce cas, je n’ai rien à craindre puisque je suis déjà morte une fois. »

Puis, les os des squelettes qu’elle avait disloqués se rassemblèrent à nouveau pour former de nouveaux êtres. Une petite grimace anima le visage de Séléna. Elle sentait qu’elle allait avoir beaucoup de travail avant de pouvoir s’occuper d’Anàrion. Ca la décevait un peu car elle était impatiente de pouvoir le tuer de ses propres mains ! Elle croisa les bras, regardant de nouveau squelettes apparaître. On aurait dit qu’elle était la simple spectatrice d’une scène dont elle n’avait rien à voir. Elle soupira légèrement. Pourquoi papoter comme s’ils étaient de bons amis ? Les légendes, elle s’en fiche complètement ! Du moins, pour le moment. La jeune femme se passa une main dans les cheveux. Deux cents mille âmes… Moui… Pas mal comme nombre ! Très colossal, et honorable. Mais cette immense armée, arrivera-t-elle à faire face à ses pouvoirs décuplés ? Elle crispa à nouveau les poings, se sentant comme partir dans les cieux. Elle avait l’impression d’abandonner son corps au profit d’une autre âme, beaucoup plus puissante que la sienne.

« Deux cents mille… Oui, ceci est tout à fait faisable, cher Anàrion. Et je pense réussir à vaincre un dieu aussi sûr de lui et arrogant que vous. »

Durant quelques secondes, elle vit le visage de l’escorteur se transfigurer, devenir plus mélancolique et lointain. Tiens, serait-il en proie à de mauvais souvenirs ? Séléna fit un pas en avant, raffermissant son bouclier protecteur autour de son mari. Elle, elle progressait sans protection : elle n’en avait plus besoin. Même lorsque l’onde de choc se propagea jusqu’à elle et Raziel, elle ne cilla pas. Tout comme son sortilège. Il avait beau fissurer la terre et s’énerver, jamais il n’arriverait à briser cette protection. Elle venait de son âme, de son cœur, forgée par l’amour qu’elle avait pour son mari. Rien ne peut détruire un amour si fort. Pas même la violence et la Mort elle-même. L’armée des morts ne pouvait donc pas s’attaquer à l’archange déchu.

« Cher escorteur, inutile de vous en prendre si violemment à cette pauvre terre qui ne vous a rien fait si ce n’est vous engendrer ! Est-ce comme cela que vous la remerciez ? Quelle erreur elle a commise en vous donnant la vie ! Mais comme tout un chacun le sait : « Tu es né poussière et tu retourneras à la poussière. » . »

Séléna ferma les yeux et des mots étranges lui échappèrent. Elle fut entourée d’une douce aura blanche et elle s’avança sans crainte dans cette marée de squelettes. Ils avaient beau lui asséner les plus violents coups, tenter de la transpercer, rien ne l’atteignait. Les glaives passaient à travers son corps sans lui causer de dommages. Mais après avoir donné un coup, son auteur se retrouvait immédiatement en poussière, explosant littéralement sous l’action d’une force invisible et étrange. L’ange progressait toujours au milieu de ces créatures, sans même se soucier du carnage qu’elle provoquait. La véritable Séléna commençait à craindre ce qui se produisait. Comment faisait-elle cela ? Qui était cet esprit qui lui donnait cette force ?

*Ne réfléchis pas, Séléna ! Laisse-toi guider !*

La jeune femme traversa toute l’armée avec une lenteur effrayant et finalement, elle arriva face à Anàrion. Des monticules de poussière jonchaient le sol, partout où elle avait passé. Et pas une seule trace n’était visible sur son corps ! Elle sourit lentement à l’escorteur.

« Voulez-vous me porter un coup, escorteur ? » Demanda-t-elle avec une pointe d’ironie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Anàrion
Spectre
*Escorteur de l'au-delà*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 31
Age : 32
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Lun 15 Jan - 3:54

Depuis plusieurs minutes : Anàrion ne pouvait s’empêcher de ressentir que quelque chose avait changé chez la jeune femme. Cette sensation ne cessait de s’accroître depuis. En effet, il avait l’impression qu’une aura étrangère appuyait son adversaire et lui procurait ainsi une force titanesque. Ceci pouvait expliquer comment elle pouvait vaincre les squelettes avec autant de facilité. Elle battait les créatures une par une, les réduisant tout simplement en poussière. Or, de cette façon, les squelettes ne pouvaient se reformer : il leur faudrait en effet plusieurs jours avant de se reconstituer à l’appel de celui qui s’était accaparé leur âme.

* Comment peut-elle dégager une telle force ? Et cette aura qui la soutient : à qui appartient-elle ? Cherche-t-on à aider ce couple ou bien à me tuer ? Tout ceci est surréaliste. *

Séléna se rapprochait irrémédiablement des rochers où il s’était placé. Rien ne pouvait l’arrêter et le plus étonnant était que les ondes de chocs de la faux ne l’avaient pas atteinte. Or, ceci était tout simplement impossible selon lui. Aucun être ne pourrait se protéger de cela si ce n’est un dieu. De plus, elle disposait d’une assurance à toute épreuve. Ainsi, si les attaques physiques ne l’atteignaient pas, il en était de même pour les attaques morales.
Désormais, l’escorteur devait faire vite et recourir à sa puissance réelle, celle qu’il n’avait pas déployée depuis des siècles afin de ne pas trop attirer l’attention des autres escorteurs sur lui. En effet, il ne doutait pas d’être l’élu qui serait la prochaine Mort mais les autres, en sachant qu’il était le plus puissant, pourraient se liguer contre lui afin de l’éliminer. Ceci s’était déjà vu, Anàrion avait déjà participé à de telles attaques pour se débarrasser de rivaux gênants. Aujourd’hui et en toute logique, il pourrait être l’escorteur à abattre. Il devait courir ce risque et invoquer tous ces pouvoirs afin d’affronter celle qui dégageait une aura dont il n’aurait jamais soupçonné la puissance.

Ainsi, toutes les âmes qu’il s’était accaparées sortirent du sol ou arrivèrent de différents endroits de la planète. Elles attendaient cet appel dans les lieux où leurs possesseurs les avaient perdues en rendant leur dernier souffle. A présent, elles flottaient autour du démon avant de rentrer dans son corps. Chacune d’elle augmentait alors son pouvoir de manière conséquente et le sol commençait déjà à s’effriter sous l’énergie dégagée par son aura. De petits cailloux quittaient le sol pour débuter leur ascension vers le ciel, offrant en même temps un fin rideau protecteur à Anàrion.
La puissance qu’il dégageait était colossale, presque divine même, mais bizarrement, il relâcha ses efforts lorsqu’il ressentit l’aura de Séléna sur sa peau. A présent, elle était proche de lui et cette énergie qui l’enveloppait le perturbait fortement. Cherchant à l’identifier, il fut soudain tétanisé en pensant avoir trouver la réponse.


- « Séphi… » balbutia-t-il.

--------- > flashback

Lorsqu’il était encore humain, comme chaque soir, Anàrion rentrait chez lui après une dure journée de labeur dans la forêt à exercer son métier de bûcheron. Ce travail ne payait pas beaucoup et la vie n’était pas facile tous les jours mais elle était au moins baignée d’amour, celui apporté par sa femme Séphira et leur petite fille de cinq ans. S’il parvenait à ne pas plier sous la masse de travail c’était uniquement parce qu’il ne cessait à aucun instant de penser à elles. Il voulait leur offrir une vie aussi heureuse que possible et il ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir de ne pas pouvoir gagner davantage d’argent. Il voulait plus que tout améliorer leur quotidien et pour cela il avait pensé partir dans un village plus grand où le salaire serait meilleur.
L’inconvénient était qu’ils devraient quitter cette petite maison qu’ils avaient bâti de leur main, cet endroit où ils avaient tous leurs amis, tous leurs souvenirs. Le choix avait été difficile mais ils avaient fini par partir vers ce nouveau village. Cet endroit où ils trouvèrent la mort peu de temps après…

Ceci, il n’a jamais pu l’oublier, même après tous ces siècles de tueries. Il ne s’est jamais pardonné d’avoir conduit ces deux êtres si précieux à son cœur dans ce village. Pour lui, elles étaient mortes par sa faute et rien ne pourrait effacer cela. D’ailleurs, durant ces premières années en tant qu’escorteur, il tenta de tout oublier en tuant le plus possible. Un jour, il s’était rendu dans une ville de plus de dix milles habitants où il avait déployé son aura qui consuma tous les habitants en quelques instants. Pendant ce massacre, il n’avait cessé de hurler, exprimant ainsi sa rage et versant les dernières larmes de son corps. Il ne se souvenait plus avec exactitude du temps qu’il avait passé ainsi : plusieurs heures ? Plusieurs jours ? Il ne le savait pas, par contre il n’oublia pas tous ces guerriers et magiciens qui, ressentant sa puissance, s’étaient rendus sur les lieux pour le tuer. Chacun d’eux subit alors le même sort : une mort instantanée.
Lorsqu’il n’eut plus la moindre énergie, il s’écroula au sol avant de tomber dans un profond sommeil durant lequel il rêva. Ce rêve, il ne l’oubliera jamais car c’était dedans qu’il découvrit le but de sa nouvelle existence. Il y avait vu Séphira et leur fille portant de fines robes blanches et une couronne de fleurs dans les cheveux, courir et danser dans un magnifique champ de fleurs. Le ciel était dégagé de tout nuage et tout semblait n’être qu’harmonie.


- « Papa, viens nous rejoindre s’il te plaît. Maman et moi te réclamons sans cesse. »

- « Oui, mon amour. Rejoins-nous vite à Elysion et vivons ensemble pour l’éternité. »

Ces deux phrases restèrent irrémédiablement gravées dans sa mémoire, ainsi que le lieu qu’il avait vu : Elysion, le paradis où seul les dieux pouvaient se rendre.

- « Je vous promets de vous rejoindre mes chéries. Attendez-moi, je vous en prie. » avait t-il clamé avant de s’éveiller.

Ce rêve ne se reproduisit plus par la suite mais pour lui les choses étaient claires : il devait devenir un dieu pour pouvoir accéder à ce paradis. Pour lui, ce songe ne pouvait pas être une illusion. Ainsi, la route qu’il suivrait était toute tracée : il deviendrait la nouvelle Mort à tout prix. Depuis ce jour, il tua sans relâche, perdant toute forme de compassion mais n’oubliant pas son but, la seule partie de lui qui le rendait encore humain.

------------------


Se tenant face à lui, Séléna semblait prête à lui porter une attaque directe. Paralysé par le doute, Anàrion n’adoptait aucune attitude défensive, stoppant même l’accroissement de ses pouvoirs. Il regardait simplement en direction de son adversaire et tentait sans relâche de savoir si l’aura qui accompagnait la jeune femme était bien celle de son épouse décédée depuis tant de siècle.

- « Séphira… est-ce toi ? Es-tu venue me chercher? » répéta-t-il deux fois de suite.

Faisait-il là plus grosse erreur de sa vie ? Il l’ignorait et ne semblait même pas y songer. Il ne faisait que se laisser emporter par cette aura associée à Séléna. Si cette dernière le tuait, il penserait mourir sous la main de son épouse et il partirait ainsi probablement apaisé mais pouvait-il tomber ainsi alors que ceci pourrait s’avérer n’être qu’une illusion ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Lun 15 Jan - 23:24

Séléna était consciente du trouble qu’elle causait à l’escorteur. Intérieurement, elle en était heureuse. Elle jubilait, comme un enfant devant un nouveau jouet. Même si elle ignorait quelle était cette force étrange qui animait tout son corps et lui donnait ces étranges pouvoirs, elle savait qu’elle devait totalement s’y abandonner. Elle avait réussi à perturber Anàrion, ce n’est pas rien ! Mais la question était : comment cela se fait-il ? Au début, il lui parlait avec dédain, heureux à l’idée de pouvoir s’accaparer son âme. Maintenant, il l’observait presque avec surprise et émotion. Séléna aurait affiché un air tout aussi sceptique si elle n’avait pas été bloquée par cette force étrange. Car celle qui venait de prendre partiellement sa place souriait doucement, d’un air bienveillant et indulgent. Puis un mit échappa à l’homme. Séphi ? Mais qui était-ce ? Elle voulut se reculer d’un pas, mais impossible. A la place, elle hocha lentement la tête et tendit la main.

« Oui, mon cher escorteur… C’est bien moi… »

Séléna fut frappée de plein fouet. Ainsi donc, elle était habitée par l’âme d’une femme ! Et pas n’importe laquelle : celle d’Anàrion ! Elle eut soudainement peur : et si elle comptait garder son corps pour vivre aux côtés de son époux ? Et si elle lui volait son corps et son bébé ? Non ! Elle ne le voulait pas ! Une vague de panique la submergea mais cette douce aura la rassura : elle ne voulait pas s’accaparer le corps de Séléna, au contraire, mais juste l’employer comme parcelle pour communiquer avec son mari. Et le ramener avec elle, quoi qu’il puisse lui en coûter. La main qu’elle avait levée quelques secondes auparavant se posa lentement sur la joue de l’homme. A ce moment, ses doutes purent s’effacer car l’aura de Séphira s’affirma, chassant presque entièrement celle de Séléna. Il fallait bien une garantie, non ?

« Anàrion, je suis venue te chercher… Tu as trop souffert sur cette terre, pour tenter de nous rejoindre moi et notre fille. Tu as fait tellement de sacrifices, d’horribles choses ! Mais tout cela était pour nous… Je sais très bien que tu as un bon fond et que ce Mal qui t’habite n’est qu’une carapace qui est tombée dès l’instant où tu m’as reconnue. Je ne veux plus que tu continues à faire souffrir les gens pour nous, pour toi. Je sais, et tu sais que je suis la seule à pouvoir te ramener à nous, tel que tu étais il y a des siècles. Laisse donc ce couple tranquille ! Tu sais très bien par où ils sont passés pour en arriver là ! Ils méritent d’être heureux et que plus personne ne vienne les importuner. Pas même les dieux… »

Séphira s’était montrée un peu véhémente, sachant très bien ce que son mari a vécu des siècles durant. Mais elle n’est pas revenue pour lui faire des reproches, bien au contraire ! Sinon, elle aurait pu rester là où elle était ! Elle s’approcha un peu plus de lui et caressa tendrement sa joue du bout des doigts. Elle sourit avant de le regarder dans les yeux.

« Maintenant, il faut que cela cesse… Tu as gagné ta place auprès de nous, après des siècles de cavale. Tu n’as spas toujours agi correctement, même presque jamais, mais les Dieux savent que tu l’as fait pour ta famille, pour nous rejoindre, car tu nous aimes. Ils savaient aussi qu’en réalité, tu es tout le contraire de ce que tu es maintenant. Anàrion, es-tu prêt à nous rejoindre ? »

Elle savait qu’elle devait le tuer pour cela, mais elle n’hésiterait pas à le faire pour que leur famille puisse enfin vivre ensemble, pour l’éternité. Mais elle faisait également cela pour Séléna et Raziel, qui méritaient tout aussi qu’eux de vivre heureux. Ainsi, elle aiderait sa cause et celle de l’autre couple. Maintenant, elle voulait savoir si son mari acceptait de la suivre dans le chemin de la lumière, jusqu’à Elysion, le paradis des dieux…

(HJ: Oui, j'ai adoré ton post et je ne vois pas d'inconvénient à ce que tu es pris cette liberté avec Séléna! J'en suis même contente, et ça permet de varier! Désolée si ma réponse est un peu courte, mais je savais pas quoi faire d'autre avec Séphira et Séléna Embarassed ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Anàrion
Spectre
*Escorteur de l'au-delà*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 31
Age : 32
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Mer 17 Jan - 20:28

Irréel… Ce qui se produisait en cet instant était tout simplement irréel. Comment aurait-il pu imaginer que sa défunte femme reviendrait dans le monde des vivants dans le corps de celle qu’il voulait abattre ? Pour la première fois depuis des siècles, il ne déployait pas son aura que beaucoup redoutait tant, il concentrait tout simplement son attention sur Séléna à travers laquelle il ne voyait plus que son éternel amour.
Il avait encore beaucoup de mal à réaliser qu’un tel miracle pouvait vraiment exister en cet instant précis, pourtant, l’aura dégagée était bien celle de Séphira, associée à celle de l’autre jeune femme. De plus, les mots qu’elle prononçait ne pouvaient être inventés et encore moins exprimés avec tant de sincérité s’ils n’avaient été que mensonge.
Quoi qu’il en soit, il ne répondit rien à ce qu’elle lui disait. Elle lui expliqua qu’elle seule pouvait le faire redevenir comme il était autrefois et qu’elle souhaitait qu’il cesse de s’en prendre à Raziel et Séléna. Revenir en arrière, est-ce que cela pouvait être possible ? Avait-elle vraiment vu toutes les atrocités qu’il avait commises ? Si tel était le cas, comment pouvait-elle encore éprouver de la compassion ou des sentiments pour lui ? Noyé dans le doute, il fut soudain ramené à la lumière quand il sentit une main douce glisser sur son visage. Cette main était celle de son adversaire mais le mouvement et l’envie étaient probablement l’œuvre de sa femme. Pourtant, il ne pouvait oublier que l’épouse de l’archange déchu était le réceptacle et que si Séphira l’avait choisi alors c’est que quelque part, elles se ressemblaient, sinon l’association aurait été impossible.
Bercé par la douce caresse, il savourait un instant pour lequel il s’était battu durant un millénaire. Puis, reprenant la parole, son épouse lui expliqua que sa place était désormais auprès de sa famille, dans ce paradis dont l’escorteur n’oublia jamais le nom : Elysion, le paradis des dieux.


- « Séphira… Je ne compte plus les siècles que j’ai passé à attendre ce jour où l’on m’offrirait l’occasion de vous retrouver toi et notre petit ange. Toutefois… »

Pris par un soudain dégoût vis à vis de lui-même, l’escorteur dû s’arrêter un instant avant de conclure sa phrase. En effet, voir son épouse face à lui avec cette aura si magnifiquement douce lui fit repenser à ce qu’il était : un être sans cœur qui avait tué des milliers d’innocents sans le moindre remord. Certes, il avait été conditionné pour cela mais il n’en restait pas moins maître de ses actes.

- « … penses-tu vraiment qu’un monstre comme moi ait sa place auprès de vous dans un tel lieu ? J’ai tué plus que de raisons et j’ai détruit tout ce que je représentais. Je crois bien qu’il n’y à que mon amour pour ma toi et notre fille qui m’ait laissé un soupçon d’humanité. » répondit-il en la regardant fixement.

Le mot « amour », depuis combien de temps ne l’avait-il pas prononcé ? Le dire fut terriblement difficile mais étonnement doux une fois ceci fait. Il avait l’impression de s’être remémoré un souvenir important attaché à un mot devenu interdit pour un escorteur. De plus, cela pouvait paraître surprenant mais ce n’était que maintenant qu’il réalisait que ces tueries le poursuivraient tout au long de son existence même s’il parvenait à atteindre son but.
Quoi qu’il en soit, son épouse lui offrait la possibilité de la rejoindre elle et leur fille dans le plus magnifique des paradis. Toutefois, comment pouvait-elle parvenir à un telle chose et comment a-t-elle pu se manifester à lui aujourd’hui ? Ces réponses, les aurait-il en acceptant de la suivre ?


- « Je ne sais plus quoi faire… Si tu estimes pouvoir encore m’aimer malgré ce que je suis devenu alors emmène-moi avec toi… Sinon, libère-moi de cette existence, je t’en supplie… » ajouta-t-il en s’agenouillant au sol.

Etait-ce là le même homme qui avait tué tant d’innocents jusqu’à présent ? Totalement désarmé, il semblait ne plus savoir quelle était la voie à suivre. Il n’arrivait pas non plus à comprendre pourquoi, alors que son rêve s’offrait à lui, il rencontrait un tel obstacle qui n’était autre que ce dégoût envers lui-même.
Soudain, une voix se fit entendre derrière lui avant qu’une aura n’apparaisse. L’énergie dégagée était colossale. Elle allait bien au-delà celle dégagée par tout être vivant. De ce fait, elle ne pouvait appartenir qu’à un dieu lui-même.


- « Si c’est ce que tu souhaites Anàrion alors je vais te libérer de tes souffrances dès maintenant. » lança la voix tandis qu’un homme aux longs cheveux bruns apparut armée d’une faux.

L’arme s’abattit alors dans son dos et du sang s’écoulait à présent de sa bouche tandis que sa vue se troublait sous l’effet de la lame qui venait de lui asséner un coup mortel. Ceci pouvait paraître étonnant car tout escorteur était insensible à la douleur physique. Il y avait pourtant une exception à laquelle Séléna et Séphira assistèrent, impuissantes : seule la lame de la faux de la Mort elle-même pouvait blesser un escorteur.
Puis, le visage de l’agresseur se dévoila : ses traits étaient ceux d'un homme d'une trentaine d'années et, arborant une armure d’un noir profond, il tenait dans ses mains une gigantesque faux entachée du sang de sa victime. Son regard noir perçant se portait sur celui qui l’avait servi durant tant d’années dans le seul but de prendre sa place pour retrouver ceux qu’il aime. Ce dernier, mortellement blessé, n’eut que la force de s’adresser à Séphira à travers la jeune femme avant de s’écrouler au sol.


- « La vie n’a été qu’une souffrance perpétuelle depuis que tu es partie… Aujourd’hui, je paie pour tous mes crimes… Pardonne-moi mais je crois qu’il me sera impossible de vous rejoindre… Mon amour… »

Anàrion gisait à présent au sol dans son propre sang qui colorait ce lieu dévasté par les combats récents. Pour lui, tout était perdu : il n’avait pu accomplir son but et le Dieu avait probablement deviné ses intentons réelles.

- « Mon pauvre Anàrion, ton but n’était donc que de pouvoir atteindre Elysion pour retrouver une vulgaire femme ? Comme c’est pathétique de la part de quelqu’un comme toi. Tu étais pourtant amené à me remplacer et maintenant regarde où tu en es : je tiens ta vie entre mes mains et si je le souhaite tu mourras sur-le-champ. Toutefois, tu peux encore m’être utile et une fois que je t’aurai effacé la mémoire, tu redeviendras aussi docile qu’auparavant. » lança d’une voix étrangement calme le dieu de la Mort en le regardant gémir au sol.

La Mort ne semblait presque prêter aucune attention aux autres personnes se trouvant en ce lieu. Pour une puissance aussi colossale que la sienne, leur aura était probablement comparable à celle d’un vulgaire insecte. Seul son escorteur l’intéressait et le saisissant au col, il commença à le traîner sur le sol. Pourtant, il finit par se retourner vers Séléna et Raziel et tendit sa main droite dans sa direction.

- « … »

En une fraction de seconde, la Mort venait de concentrer son pouvoir dans sa main. L’énergie accumulée était telle que la planète elle-même pourrait-être détruite. Le vent mais aussi la mer se déchaînèrent alors comme s’il parvenait à se les approprier par son pouvoir. Puis, contre toute attente, avant ouvrir un passage vers son plan d’existence, il finit par stopper sa préparation avant de s’adresser à eux avec une supériorité commune aux dieux immortels qui ne se connaissaient aucun ennemi ne pouvant ne serait-ce que les blesser.

- « Un dieu sait aussi être magnanime alors remerciez-moi de vous laissez la vie sauve. Profitez de votre courte existence et de cette île qui, je vous l’assure disparaîtra d’ici peu. »

A présent, il allait quitter définitivement les lieux, emmenant Anàrion avec lui pour lui offrir une nouvelle mémoire. Séléna et Séphira tenteraient-elles quelque chose pour l’en empêcher ? Enfin la question était plutôt : peut-on seulement tenter quoi que ce soir face à un Dieu dont la force dépasse l’entendement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Mer 17 Jan - 21:41

Séphira observait son mari depuis le regard métallique de Séléna. Elle se trouvait tellement près de lui ! Et pourtant, elle avait l’impression que son âme était à des milliers de kilomètres de là ! Elle gardait le silence, laissant le soin à son époux d’analyser ses paroles et de s’en remettre du choc que cette rencontre avait pu lui produire. Elle garda sa main posée sur la joue d’Anàrion, comme pour lui communiquer sa force, son énergie. Un tendre sourire flottait sur ses lèvres, tellement bienveillant ! Puis enfin, il reprit la parole. Il attendait ce moment depuis si longtemps ! Elle le savait bien, elle l’avait toujours su… Le rêve qu’il avait fait des siècles auparavant n’était pas innocent, loin de là ! Mais quelque chose n’allait pas et le tiraillait : il était dégoûté contre lui-même, par tout le mal qu’il avait fait. C’était compréhensible. Elle comprenait ce qu’il pouvait ressentir. Mais il a tout fait ça par amour, pour les retrouver. Peut-elle lui en vouloir ? Non, bien sûr que non.

« Mon amour, tu mérites ta place auprès de nous. Je sais très bien tout ce que tu as fait au cours de ces siècles. Le Mal t’a consumé petit à petit mais ce soupçon d’humanité t’a retenu. C’est ce qui compte. Je veux que tu nous rejoignes. Tu nous manques à toutes les deux ! Notre petit ange ne cesse de te réclamer et je lui ai promis de ramener son père. J’ai dû la laisser seule… Mais je sais qu’elle ne risque rien là-bas. »

Séphira ferma un instant les yeux. Elle était prête à l’emmener avec elle, mais pas de la façon dont il l’entendait. Pour cela, elle devait le tuer, elle le savait, pour libérer son âme de ce corps ayant commis tellement de crimes. Là-bas, toutes les âmes étaient libres, visibles sous l’ancien corps dont elle avait été l’hôte. Malheureusement, une voix qu’elle ne connaissait que trop bien se fit entendre derrière son époux. Un frisson parcourut le corps de la jeune femme et elle rouvrit les yeux. Elle, elle se savait incapable de mettre fin aux jours d’Anàrion, mais la Mort elle-même en était capable. Elle ignorait même qu’elle allait lui être utile. Elle croyait donc pouvoir se débarrasser de lui si facilement ? Elle se trompait.

« Non ! »

Mais elle avait crié plus pour la forme qu’autre chose. Même si un petit choc anima son cœur. Après tout, elle était morte, mais pas Séléna… Et voir le sang s’écouler le long du dos de son époux lui faisait quand même mal. Elle le rattrapa de justesse et s’agenouilla au sol. Elle déposa la tête d’Anàrion sur ses genoux et elle lui caressa lentement la tête. Elle n’entendait pas l’autre homme parler, elle ne voyait que son mari. Il s’excusait de ne pas pouvoir les rejoindre. Il croyait donc que tout était perdu. Mais les dieux, ceux qui font partie du Bien, ne sont pas stupides, loin de là. Se penchant près de son oreille, Séphira souffla ces quelques mots :

« Ne t’en fais pas, mon époux, rien n’est perdu… Laisse-toi guider. »

Elle laissa son mari aux mains de la Mort, sans réagir. On aurait dit qu’elle l’avait abandonné et qu’elle se fichait complètement du sort de l’escorteur. Mais il n’en était rien. Son regard mélancolique et vide se posa sur les deux êtres, dont un qui progressait en traînant le corps d’Anàrion. Puis la main menaçant de la Grande Faucheuse se tendit vers elle et vers Raziel. Elle était confiante, elle savait qu’elle ne les tuerait pas. Et puis de toute façon, elle, Séphira, était déjà morte… Elle ferma lentement les yeux et feignit d’attendre sa dernière heure. Mais l’homme se contint et prit la parole.

« Ynis Witrin ne disparaître jamais. L’Île est protégée par la Grande Déesse Stellae. Aucune divinité ne l’as battue, ni même écartée une seule seconde de sa mission. Elle n’abandonnera jamais ses fidèles, même au profit de la Mort. »

Une telle foi animait les propos de Séphira que s’en était déroutant ! La voix de Séléna s’était même mêlée à la sienne ! Elle savait que le moment où la Mort disparaîtrait pour de bon, avec son époux, était proche. Alors elle décida d’agir, maintenant ! Soudainement, les grandes ailes blanches de Séléna se déployèrent et en une seule seconde, elle fut en face de la Mort. D’un rapide mouvement, sans que personne, ni même les Dieux ne savent ce qui s’est réellement passé, elle entremêla une de ses jambes autour de celles de l’homme et elle le fit perdre l’équilibre. Elle en profita pour s’emparer de sa Faux. L’arme ultime. Celle capable de tuer Anàrion. Elle ne pouvait pas achever son mari, même avec une arme puissante. Elle savait que seule la Mort pouvait mettre fin à la vie des escorteurs… Alors elle s’empara de l’arme de la Mort et transperça violemment le cœur d’Anàrion.

« Pardonne-moi, Anàrion, mais c’est le seul moyen pour que tu nous rejoignes… Maintenant, tu es libre… Nous nous retrouverons là-haut, notre ange nous attend… »

Elle lâcha la faux au sol et s’écoula au sol, près de son mari qui se vidait lentement de son sang. L’arme était toujours profondément fichée dans le cœur de l’escorteur, que la vie quittait lentement. Maintenant que la Mort avait pris une vie, il est impossible de la redonner à l’être condamné.

Oui, cela est bien vrai... Mais n'avait-ce pas été trop simple à accomplir? N'avait-on pas voulu jouer avec ses plus chers désirs? Séphira ne pouvait s'empêcher de remarquer que tout cela avait été trop facile à faire. Quelle surprise le dieu de la Mort lui réservait-il?


(Pour répondre à ta question que j'ai omis de faire dans le MP, je trouve que c'est une bonne idée de faire intervenir ce dieu Wink . Franchement, je n'y aurait pas penser... Bonne imagination!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Ven 19 Jan - 2:11

- « Les humains sont si crédules qu’ils ne voient que ce qu’ils souhaitent voir. Ne t’en rends-tu donc pas compte ? » demanda la Mort.

En effet, les dernières actions qu’elle venait de faire, n’étaient qu’une pure illusion créée de toutes pièces par le dieu qui la maîtrisait à la perfection. Ainsi, contrairement à ce qu’elle pouvait penser, Séléna n’avait pas quitté l’endroit où elle se tenait auparavanttandis qu’il l’observait avec un visage vide de toute expression. Il en était d’ailleurs toujours ainsi pour cet être supérieur. Il ne ressentait pas la peur car aucun être ne lui était supérieur, il n’éprouvait pas de joie car il disposait déjà de tout ce qu’il désirait. Il ne connaissait pas l’amour car ceci était considéré comme un sentiment futile et purement humain. Finalement, il restait presque impassible en toute circonstance bien qu’il ne cachait pas son mépris pour tout ce qui n’était pas divin.

- « Sache que je ne peux pas te permettre de tuer Anàrion car il me peut encore m’être utile. Toutefois, je ne vois aucun inconvénient à t’ôter la vie. »

A peine eut-il prononcé sa phrase que ses yeux brillèrent et dégagèrent une petite lumière rouge qui paralysa la jeune femme. De cette manière, il pourrait la tuer sans qu’elle ne cherche à esquiver, s’évitant ainsi un effort supplémentaire qui aurait peut-être sali son armure, chose qu’un dieu ne pouvait accepter si ceci était causé par un vulgaire mortel.
A présent, il ne stopperait pas son coup et ni l’âme de Séphira et Séléna, ni Raziel qui gisait encore inconscient au sol, ne pourraient y survivre. Lorsqu’il eut terminé de concentrer une partie de ses forces, la terre se mit à trembler puis plus rien… Comme si toute l’énergie de ce monde semblait désormais concentrée dans la main du divin.


- « A présent Anàrion, vois ce qu’il en coûte de défier mon autorité. Ton épouse va désormais totalement disparaître de tout seuil d’existence et il en sera de même pour ces deux mortels dont tu n’as même pas pu te débarrasser. Assiste impuissant à la puissance réelle des dieux. »

Mortellement blessé, l’escorteur ne pouvait qu’assister à la scène, hurlant le nom de sa femme, il tenta de se mouvoir mais sans succès.
Soudain, une puissante volée d’éclairs se dirigea sur la Mort afin de la blesser. Impassible, l’être divin se téléporta presque instantanément pour esquiver l’attaque. Cette dernière n’eut finalement que pour effet d’empêcher la concrétisation de la démonstration de puissance du divin.
Cette énergie dégagée provenait de Raziel qui se tenait debout à quelques mètres de Séléna. Très affaibli, il ne tenait que difficilement debout tant ses blessures de son combat avec Anàrion étaient profondes. Etant torse nu, on pouvait aisément constater ces nombreuses plaies desquelles s’écoulait son sang. Malgré tout, il faisait indéniablement face à son adversaire et s’approcha pas à pas de lui et de son épouse.


- « Les démons, les anges, les dieux, tous ont cherché à s’en prendre à nous. Tous se sont permis de penser qu’ils pouvaient intervenir dans nos vies et briser nos rêves. Aujourd’hui, ceci va s’achever car je ne permettrai plus à quiconque de s’en prendre à celle que j’aime. »

A présent, l’archange se trouvait près à son épouse. Il lui sourit et posa sa main sur son ventre. A ce moment, la paralysie de Séléna s’estompa et l’archange ne cessa de la regarder.

- « Ce petit être dans ton ventre, c’est elle qui m’a sorti de mon trauma et m’a ramené vers toi afin d’honorer la promesse que je t’ai faîte en t’épousant : celle de ne jamais te quitter et de te protéger pour le restant de mes jours. A présent, je ne sais pas si nous parviendrons à vaincre un être aussi puissant mais je te promets de me battre à tes côtés quoi qu’il arrive. » lui dit-il en lui montrant l’anneau éternel de leur union.

La situation était pour le moins confuse. L’escorteur qui assistait à la scène ne comprenait pas comment l’archange pouvait encore se tenir debout et pourquoi il n’avait pas perdu la mémoire. Ceci lui rappela, soudainement un autre événement des plus inhabituel qui s’était déroulé durant l’illusion qu’il pratiqua sur le couple. Cet événement se rapportait à la présence de cette petite fille nommée Leena. A aucun moment, il ne l’avait créée mais il savait que des personnes ou des lieux pouvaient directement prendre forme sans cela. Dans de tels cas, il les laissait si cela contribuait à ses desseins. Or, durant cette illusion, il se souvint avoir essayé d’effacer la présence de cet enfant sans pour autant y être parvenu n'y comprendre d'où elle venait

- « Se pourrait-il que quelqu’un se soit infiltré à mon insu dans l’illusion ? C’est… impossible. » songea l’escorteur.

Pendant ce temps, l’archange déposa un baiser sur le front de son épouse avant de s’adresser à nouveau à elle.

- « Durant toute l’illusion que nous avons subie, une chose nous à échappé : quelqu’un de bien réel n’a cessé de veillez sur nous, une petite fille portant le prénom Leena et qui se bat en ce moment même à nos côtés. » poursuivit-il avant de se retourner cette fois-ci vers son adversaire.

L’archange venait de lever le voile sur les raisons de son retour à la réalité et il était à présent prêt à affronter l’imbattable, à combattre pour ses idéaux et ceux qu’il aime.

- « Dieu de la Mort, toi qui méprises les mortels, sache que nous nous battons pour défendre ceux que nous aimons. Sache qu’aujourd’hui je vais me battre pour que mon épouse n’ait plus jamais à souffrir pour moi et pour que mon enfant grandisse dans un monde où les combats n’existeront plus. Peut-être ne suis-je qu’un fou mais tels sont les rêves d’un mari et d’un père qui jamais ne rompra sa promesse faîte devant les dieux et les siens. »

Raziel réunissait à présent ces dernières forces. Espérait-il réellement pouvoir vaincre un dieu ? Personne ne pouvait le savoir si ce n'est son épouse peut-être.

- « Séphira, Anàrion, affrontons les dieux ensemble. Prêtez-nous vos forces… Aidez-moi à protéger ceux que j’aime, je vous en prie. » demanda-t-il à haute voix.

Tendant sa main vers Séléna, il voulait à présent combattre avec elle dans un dernier assaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléna
Ange
*Alchimiste*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Localisation : A la recherche de mes souvenirs...
Rang : Alchimiste confirmée
Race : Ange
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Dim 21 Jan - 19:50

Séphira tomba à genoux et écarta les doigts, comme pour laisser tomber un objet au sol. Mais rien ne tomba. Rien ne se passa. Elle se sentait toujours raccrochée à ce corps si pur, si magnifique et si las de tant de combats ! Tout cela n’avait été qu’une illusion ! Jamais elle n’avait réussi à libérer son mari. Lentement, en entendant la voix du Dieu, elle releva la tête vers lui. Le regard gris de Séléna brillait étrangement, mi bleu, mi gris aux quelques reflets dorés. On aurait dit qu’elle n’avait rien entendu de ce que la Mort venait de lui dire. Ses yeux dévièrent sur le corps d’Anàrion et son coeur se serra. Pourquoi ne pouvaient-ils pas se retrouver ? Comme il y a des siècles de cela ? Pourquoi avoir été victime de cette illusion si cruelle ! Elle aurait tant voulu lui ôter la vie pour qu’enfin il les rejoigne là-haut, au paradis des Dieux ! Mais non ! Ce n’avait été qu’une illusion…

« M’ôter la vie ? Et tu crois y parvenir aussi facilement ? »

Oui, Séphira avait encore son contrôle sur le corps de Séléna et elle ne comptait pas mourir tout de suite. Elle avait eu le temps de se remettre debout avant d’être complètement paralysée. Mais son regard se posa à nouveau sur l’escorteur. Elle ne voulait pas s’avouer vaincue. Pas encore. Elle ignorait comment elle allait se sortir de ce mauvais pas et les sauver tous, mais elle refusait la défaite. Lentement, Séphira secoua la tête lorsqu’Anàrion hurla son prénom. Il n’avait pas à s’inquiéter pour elle. Elle était déjà morte. Peut-être ne retrouvera-t-elle jamais leur fille, mais au moins, elle est en sécurité là où elle est. Quant à Séléna et Raziel… Elle ne pouvait rien faire d’autre que de s’excuser et pays le juste prix pour l’erreur qu’elle avait commise. Ce couple méritait de vivre heureux. Pas d’être tué si stupidement et par la faute d’une âme qui voulait récupérer son mari !

« Anàrion…»

Mais la jeune femme ne put pas poursuivre car un étrange éclair fonça droit sur la Mort pour la blesser. Malheureusement, cette dernière se téléporta plus loin et esquiva l’attaque. Mais qui en était responsable ? Lentement, Séphira ferma les yeux et sentit la présence de Raziel. Ce fut Séléna qui la reconnut en premier et puisque les deux âmes communiaient, elle avait transmis ce qu’elle savait à Séphira. Malheureusement, elle ne pouvait se retourner, toujours paralysée par le Dieu. Et il parla. Peut-être un peu plus faiblement que d’habitude, mais sa voix se fit enfin entendre. Lentement, les deux yeux gris-bleu se fermèrent et une larme roula sur la joue pâle de l’ange. Une douce main se posa sur son ventre et la paralysie s’envola. A nouveau, Séléna était libre de ses mouvements. Elle tourna lentement la tête vers son époux et un petit sourire se dessina sur ses lèvres.

« Raziel… Peu importe si nous vaincrons ou pas… Tu es à mes côtés et ça me suffit. Et une « amie » est là pour nous aider… »

Elle parlait de Séphira, qui avait laissé à Séléna le contrôle de son corps. Elle tendit la main et son anneau fut également visible. Laissant Anàrion tout à sa surprise, Séléna ferma les yeux pour savourer le baiser que lui donnait son mari. Peu importe comment et pourquoi Raziel se tenait près d’elle et avait encore la force d’être debout. Elle se rappelle elle aussi de la petite Leena… Cette fillette si candide et si mignonne ! Orpheline si jeune et recueillie par Raziel, d’après ce qu’elle avait compris. Mais avait-ce été réellement une illusion ou non ? Peu importe pour le moment. Il ne faut pas se brouiller l’esprit avec des questions inutiles.

« Dans ce cas, deux « amies » nous aident… Nous n’avons rien à craindre. »

Séphira parlait également pour elle. Les deux âmes prenaient la même place dans ce corps fragile. Puis elle écouta Raziel et son regard se posa à nouveau sur l’escorteur. Le regard de Séphira et de Séléna se mélangeait dans ces yeux. Les deux épouses imploraient l’aide à Anàrion. Mais surtout, Séphira espérait que son époux allait lui faire confiance : il fallait ce débarrasser de ce dieu ! A tout prix ! Lentement, elle leva sa main et prit celle de Raziel. Le choix de Séléna était fait : elle combattrait auprès de son mari. Séphira leva l’autre main vers Anàrion : et lui, viendra-t-il à ses côtés combattre ou ne verra-t-il que l’archange déchu et sa femme qu’il a essayé d’éliminer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lenneangel.com
Raziel
Ange Dechu
*Nomade*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 145
Age : 32
Rang : Nomade
Race : Archange déchu
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   Mer 24 Jan - 2:01

Le combat était sur le point de débuter et malgré la puissance divine de son adversaire, l’archange déchu ne songeait pas à la mort. Pourquoi ? Tout d’abord car il avait fait cette promesse de ne jamais abandonner son épouse mais aussi car cette dernière s’était adressée à lui avec amour et conviction. Ainsi, son baiser mais aussi sa foi lui avait redonné des forces. De plus, il ne fallait pas oublier la présence de l’âme de Séphira. Les deux jeunes femmes ne faisaient plus qu’une et cela n’était pas sans troubler l’archange. Toutefois, cette sensation de gêne restait infime puisque l’aura de Séléna ne se dissipait en aucun cas, tout comme ses sentiments à son égard.
Tenant la main de sa femme dans la sienne, il sentit l’appel de l’âme de celle qui réclamait Anàrion à ses côtés pour combattre l’être divin. L’escorteur ne perdit aucun instant de la scène qui se déroulait sous ses yeux. Il ne pouvait désormais plus douter de ce qu’il ressentait : Séphira était bel et bien présente dans le corps de celle qu’il combattait quelques instants auparavant. Son émotion était palpable mais ceci ne l’empêchait pas de souffrir terriblement suite à la lame de la faux divine qui s’était enfoncée dans son corps. S’il bougeait maintenant, il le savait, sa vie pourrait s’arrêter en un instant.


* Même si je vais les aider, nous ne pourrons pas vaincre un Dieu… J’ai perdu trop de sang pour pouvoir me battre à 100% et invoquer mes squelettes serait m’exposer encore davantage pourtant… vais-je à nouveau rester impuissant quand mon épouse se bat non loin de moi ? *

Serrant une touffe d’herbe dans ses mains, il regarda cette verdure sur laquelle s’écoulait le sang qui perlait de sa bouche. Puis, il posa son regard sur Séléna, ou plutôt, sur ce « réceptacle » vivant de sa défunte femme. Il ne voyait d’ailleurs qu’elle : la chaleur qu’elle dégageait, sa détermination et sa force. Tout ce qui l’avait séduit autrefois, lorsqu’il était encore un homme, lorsqu’il ressentait encore des sentiments humains…
Finalement, il se releva tant bien que mal, il était prêt à combattre même s’il savait le combat déjà perdu d’avance. Titubant et perdant beaucoup du sang, il finit par arriver auprès du couple. A demi-conscient, il prit la main de Séléna et s’adressa, à travers elle, à sa femme.


- « Combattre un tel être relève de la folie et je ne pense pas que nous arriverons à la tuer. Toutefois, je ne peux oublier que même si nous n’avons qu’un petit pourcent de chance de vaincre, alors il faut le tenter… Séphira, cette fois-ci, je serai auprès de toi pour combattre, quoi qu’il arrive… »

A cet instant, on put voir un sourire sincère se dessiner sur son visage. Or, un tel geste, en avait-il eu un depuis tous ces siècles en tant qu’escorteur ? Probablement pas…
Quoi qu’il en soit, il offrit lui aussi sa main à la jeune femme puis regarda en direction de la Mort qui restait silencieuse. Pour elle, tout ce petit spectacle était insignifiant et n’avait que pour effet de prolonger leur vie de quelques instants. Anàrion observa son adversaire, celui dont il avait toujours voulu prendre la place. Pour le vaincre aujourd’hui, il ne pouvait pas uniquement compter sur lui-même. C’est pour cela qu’il s’adressa à Raziel et son épouse.


- « Ecoutez-moi bien. En temps normal, j’aurai certainement pu tenir face à lui mais là, je ne tiendrai probablement pas plus de cinq minutes… »

Après avoir prononcé cette phrase, il s’arrêta quelques instants. Il dût en effet mettre une main devant sa bouche pour retenir le sang qui s’écoulait de manière de plus en plus conséquente. Une fois cela passé, il reprit tant bien que mal ce qu’il avait tenté de dire.

- « Je disais donc que cet adversaire n’est en rien comparable à ce que vous avez déjà pu combattre. Pour le vaincre, je ne vois qu’une seule option : l’affronter tous en même temps et concentrer nos attaques. En associant nos forces, nous arriverons peut-être à le vaincre… » dit-il à voix basse.

- « Cette solution me semble être la bonne. Toutefois, ne me demande pas de te faire confiance après tout ce que tu as tenté contre nous. J’espère que les choses sont clairs entre nous. » répondit presque immédiatement l’archange déchu.

- « Pensez-vous réellement que vous pouvez dissimuler quoi que ce soit à un dieu ? De plus, je suis au regret de vous apprendre que votre stratégie ne pourra jamais voir le jour alors ne vous bercez pas d’illusions et admirez la puissance des dieux. »

Cela faisait quelques minutes que l’être divin n’avait fait pas le moindre geste, ni prononcé la moindre parole. Il était resté là, regardant les vaines tentatives échafaudées par ces trois adversaires. Ils avaient tenté de trouver un plan de manière discrète mais c’était sans compter sur les sens du dieu qui étaient bien plus développés que les leurs, ce qui lui permis de tout entendre.
Quoi qu’il en soit, il décida de faire comprendre à ces fous à quel point s’élever contre un dieu était une chose insensée. C’est ainsi qu’une énergie se dégagea de ses yeux et vint frapper tour à tour les deux hommes qui furent projetés sur plusieurs centaines de mètre tant la puissance était grande. Puis, presque instantanément, il fit apparaître un double de lui-même qui s’élança vers ses adversaires tandis que lui se téléporta juste devant Séléna.


- « Et bien, qu’allez-vous faire à présent ? Les hommes que vous aimez vont devoir affronter un double de moi-même disposant d’une puissance identique. Vu leurs blessures, ils ne tiendront pas plus de cinq minutes. Dans ce combat aucun espoir ne vous est permis, en êtes-vous seulement conscientes ? » demanda-t-il en s’adressant aux deux jeunes femmes présentes dans le même corps.

Pendant ce temps, l’archange déchu et l’escorteur se relevèrent suite à la projection d’énergie qu’ils venaient de recevoir. Ceci n’étonnait pas réellement Anàrion qui savait que son maître disposait de très puissants pouvoirs mentaux. Ce qui le surprenait davantage était le fait qu’il les ait séparés.

- « Nous avoir séparés ainsi, n’est-ce pas là une preuve que nous avons trouvé une faille chez le dieu que vous êtes ? » rétorqua-t-il en tenant sa main sur son abdomen.

- « Garde tes illusions et tes faux espoirs pour toi Anàrion. Ne vois-tu pas que tu es condamné ? Je t’avais offert une chance de tout recommencer en effaçant ta mémoire mais tu as refusé. Vois-tu où cela va te mener désormais ? »

A cet instant, Raziel surgit de nulle part et s’apprêta à porter un coup d’épée au cœur de son adversaire. Pour lui, tout bavardage était inutile : il devait vaincre son ennemi au plus vite afin de rejoindre son épouse car avoir choisi de l’écarter d’elle ne signifiait rien de bon pour lui.
Le coup d’épée était terriblement puissant mais la Mort n’eut besoin que d’une main pour stopper la lame qui lui était destinée. Surpris, l’archange ne comprit pas comment cela pouvait être possible : son adversaire venait d’arrêter un coup chargé d’une magie pure sans même avoir la moindre égratignure.


- « Inutile. » lança la Mort avant de pointer sa main sur l’abdomen de l’archange.

A cet instant, il déploya une violente charge d’énergie psychique qui le projeta avec force contre un rocher.

- « Im… impossible… » répéta Raziel avant de s’écrouler au sol.

L’escorteur ne prêtait pas attention à l’état dans lequel pouvait être l’archange car il ne le considérait que comme un ennemi avec lequel il était forcé de s’associer. Il profita alors de la concentration du dieu sur ce dernier afin de lui asséner un coup de faux en déchirant l’air sur son passage. Toutefois, ceci fut un nouvel échec puisqu’il parvint sans aucun mal à se téléporter pour l’esquiver.

- « Bordel… » murmura l’escorteur dont les forces s’épuisaient à mesure que les minutes s’écoulaient.

Alors qu’il cherchait un moyen de blesser son adversaire, un bruit de pas derrière lui attira son attention. En se retournant, il constata que son allié de circonstance avançait pas à pas vers son ennemi. Le coup qu’il avait reçu l’avait encore plus affaibli mais sa détermination semblait rester irrémédiablement la même. Ce dernier finit par s’arrêter près de lui et lui exposa son plan… suicidaire ?

- « Comme tu l’as dis tout à l’heure, nous ne parviendrons pas à le battre séparément alors attaquons le ensemble … Maintenant !!!! » s’écria t-il en s’élançant de toutes ses forces vers la Mort.

Constatant cette fougue, l’être divin fit apparaître sa faux. Parvenu à son niveau, Raziel lui asséna de violents coups d’épée qui furent néanmoins parés. L’entrechoquement du métal était terrible et retentissait sur plusieurs kilomètres. Ceci témoignait de toute la puissance que les deux adversaires dégageaient.

- « Je t’avais sous-estimé archange… » lança l’escorteur en voyant la détermination dont il faisait preuve.

Pour lui, cette action était l’occasion d’enfin parvenir à blesser le dieu. Il se saisit alors de sa faux et s’empressa de rejoindre les deux combattants. Désormais, tous deux utilisaient toute leur puissance pour tenter de faire plier leur adversaire. Chacun des coups qu’ils donnaient les rapprochait un peu plus de l’épuisement. Chaque énergie dépensée les rapprochait un peu plus de la mort… Malgré cela, rien ne fut reculer le dieu qui asséna soudainement un violent coup dans l’abdomen de Raziel qui s’agenouilla alors au sol après avoir craché du sang.
Anàrion eut à peine le temps de constater cela que son ennemi pointait déjà sa main dans sa direction. L’énergie qu’il dégagea le projeta sur près de dix mètres en arrière.


- « Qu’est-ce que… »

Cette fois-ci, il ne pouvait même plus suivre la vitesse de la Mort qui l’observait. Il n’eut pas le temps de tenter la moindre de défense contre les vagues d’énergies psychiques qui s’abattirent successivement sur lui.
La scène était ainsi des plus effrayante : l’être divin gardait constamment son regard fixé sur lui. Il en dégageait son énergie qui s’abattait avec violence sur son serviteur qui n’avait même pas la possibilité de tomber tant les coups étaient rapides. Hurlant de douleur, il ne tiendrait probablement plus très longtemps à ces assauts répétés.

Pendant ce temps, le véritable dieu de la Mort s’adressait à Séléna et à l’âme de Séphira qui se trouvait en elle. Son attitude n’était pas la même à leur égard. Bien sûr, il les tuerait comme leurs époux mais avant cela, il voulait comprendre quelque chose. Toutes deux avaient éveillé en lui une curiosité. Or, ceci était déjà un exploit en soit.


- « Toi, celle qui se nomme Séphira, pourquoi être revenu dans le monde des vivants ? Et toi, celle qui a ressuscité pour retrouver un archange déchu, pourquoi te battre avec tant de rage ? Pourquoi vous obstinez-vous à combattre un Dieu ? »

Cette attitude d’interrogations était loin d’être celle adoptée par son alter ego dont la puissance continuait à s’abattre sans relâche sur l’escorteur.
Encore sous l’effet du violent coup qu’il venait de recevoir, Raziel commença à se relever et à concentrer son pouvoir dans sa main droite. Lui non plus ne tenait pas particulièrement à la vie de son compagnon d’arme mais il ne voulait pas le laisser mourir de cette façon. Il ne pouvait pas l’abandonner à une pareille souffrance. Il ne voulait pas laisser quelqu’un qui, comme lui, combattait plus pour la femme qu’il aime que pour sa propre vie.


- « Dieu de la Mort, reçois toute la puissance venue des cieux, subis la Colère de Zeus !!!!! » hurla-t-il en dirigeant toute ses dernières forces magiques vers l’être divin.

Toute sa fureur fut ainsi concentrée dans sa main et frappa le dieu de plein fouet, soulevant un épais nuage de fumée et le blessant lui aussi tant il était proche de l’impact. Il ne savait pas quel effet aurait sa plus puissante attaque directe mais il constata que les coups contre Anàrion avaient cessé. Il gisait désormais au sol, visiblement inconscient.
Puis, la poussière finit par s’estomper et laissa place à la terreur. L’archange dût en effet se rendre compte que son attaque n’avait eut aucun effet sur la Mort qui n’avait pas même bougé. Pris de frissons, il ne put que rester immobile en voyant son ennemi s’avancer vers lui.


- « Défier les dieux était une erreur mais il est désormais trop tard pour te rendre compte de ton erreur. Cette fois-ci, personne ne viendra te sauver et je ne ferai pas que te condamner à la déchéance. A présent, tu vas enfin connaître le repos éternel. Adieu Raziel. »

A cet instant, il projeta l’archange avec une violence titanesque. La distance fut telle qu’il retomba dans la mer qui entourait l’île. S’engouffrant dans les abîmes, Raziel voyait peu à peu la surface s’éloigner tout comme ses battements de cœur qui se faisaient de plus en plus rares…

* Je… ne dois pas mourir ainsi… Ma promesse… Séléna… *

Soudainement, il aperçut un petit éclat venant du ciel. Ne pouvant exactement le distinguer, il ne se rendit pas compte qu’il provenait de la lame de la faux de son adversaire qui flottait au-dessus de lui. Pointant son arme dans sa direction, ce dernier s’apprêtait à porter l’ultime assaut.

- « Il ne pouvait en être autrement dans un combat perdu d’avance. » s’exclama t-il en direction de l’archange.

Armé de sa faux, il finit par fendre l’air tout comme pouvait le faire son serviteur. Les impactes successifs s’enfoncèrent littéralement dans les profondeurs de la mer et vinrent même heurter le sol. L’immensité aqueuse fut ainsi agitée par la puissance d’un seul être. Toute la nature semblait obéir et agir au rythme de ses coups. Toute la nature semblait souffrir en même temps que Raziel à chaque attaque portée.

Sur le sol détruit par le combat, l’escorteur gisait encore au sol. Maintenant son dernier souffle, il tenait tant bien que mal d’avancer en rampant sur le sol. Toutes ces pensées ne se tournaient plus que vers son épouse qui combattait probablement en ce moment même. A présent, sa propre vie ne le souciait plus, son seul but était de la rejoindre.


- « J’arrive Séphira… Tiens bon… »

- « Je ne te croyais pas capable d’un tel acte Anàrion. Toi qui étais mon plus brillant serviteur, tu avais finalement gardé autant de sentiments humains en toi ? Si tel est le cas alors tu ne m’es plus d’aucune utilité. »

Pendant ce temps, la véritable Mort s’adressait encore aux deux jeunes femmes et leur posa cette ultime question. Celle qui probablement le hantait à présent :

- « Pourquoi vous opposez-vous à moi ? De tout temps, les hommes ont tenté de vaincre la Mort mais ceci est tout bonnement inconcevable alors pourquoi mener un combat sans espoir face à quelque chose d’implacable ? »

A cet instant, un cri se fit entendre. Ce n’était autre que celui d’Anàrion qui, avant de recevoir le dernier coup, avait hurlé le prénom de son épouse. Quelques secondes après, le clone qui avait été fabriqué revint près de son créateur et rentra dans son corps.
Impassible, le dieu déclara alors ce qui était probablement inconcevable pour les deux jeunes femmes.


- « Aujourd’hui, deux vies se sont achevées. Tel est le prix à payer pour quiconque défit les dieux et tel est celui que vous paierez à votre tour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort de Raziel ? [sujet reservé à Séléna ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [KoW]Du nain et du mort vivant
» SADAMH OUSSEN CONDAMNE A MORT !! BIENFAIT MDR
» [Hors sujet] Humour.com
» Le transformateur de mon Nabaztag est mort
» Paroles d'un mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*En Dehors de l'Ile*~~* :: Le Phare-
Sauter vers: