Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle menace sur Ynis Witrin [reservé a Sykanh]

Aller en bas 
AuteurMessage
Anàrion
Spectre
*Escorteur de l'au-delà*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 31
Age : 32
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Une nouvelle menace sur Ynis Witrin [reservé a Sykanh]   Jeu 5 Oct - 2:11

Sur le continent abandonné aux mains des démons, un petit village brûlait depuis déjà plusieurs minutes. La fumée s’échappait dans l’air en même temps que les cris des femmes et des enfants succombant sous les assauts de leurs assassins. Ces meurtriers qui n’étaient même pas… humains.
En effet, les êtres qui plantaient à présent leurs lames dans les corps de ces innocents étaient des démons. Plus particulièrement, des squelettes sortis de la terre sous les ordres d’un homme qui, autrefois, en les tuant, en fit ses choses. Ses créatures étaient en effet dirigées par Anàrion qui arpentait le village en flamme tout en ôtant la vie par un simple mouvement de sa faux.
Dans son regard, aucun remord ne pouvait être lu et encore moins un sentiment de pitié. Seul la haine pouvait être décelable dans chacun de ses gestes qui étaient tout aussi violents que ceux de ses créatures si ce n’est que lui, semblait être pleinement conscient de ce qu’il faisait. Le sang qui se trouvait d’ailleurs sur ses vêtements était pour lui le plus beau des trophées.


- « Dans quelques secondes, il ne restera plus rien de ce village de débauchés. La surface de la planète sera ainsi un peu plus propre » dit-il en tuant un villageois qui s’était élancé sur lui.

Marchant comme si de rien n’était, il approchait de la sortie du village qui n’offrait presque plus de résistance. D’ailleurs, comment auraient-ils pu ne serait-ce que repousser une armée de plus de cent squelettes venus tout droit de l’Enfer ?
Contre toute attente, trois hommes à la stature robuste se dressaient devant lui armés de leur épée. Tous trois prononcèrent un discours vengeur dont l’escorteur de l’au-delà n’avait que faire. Ils cherchaient à lui faire prendre conscience de ces actes mais ceci étaient peine perdue.


- « Cessez de combattre vous trouverez la mort aujourd’hui quoi qu’il arrive car aucun de vous ne mérite de respirer davantage. Tel est le prix à payer pour ceux dont les noms se trouvent sur la liste des escorteurs de l’au-delà. » leur répondit-il.

Après avoir répondu sans la moindre compassion, il pointait à présent ses mains dans leur direction et utilisa ses pouvoirs pour les plonger dans un cauchemar d’où ils ne reviendraient jamais. Ainsi, après avoir détruit l’âme de chacun de ses hommes, il quitta le village sans vie tandis que ses squelettes retournèrent à la terre dans l’attente de la prochaine invocation de leur maître.

Anàrion marcha alors sur plusieurs kilomètres jusqu’à rejoindre une femme qu’il avait lui-même fait revenir à la vie.


- « Sykanh, si tu es là alors tu as certainement dû voir le beau feu que je viens d’allumer. » lui dit-il en s’approchant d’elle.

L’escorteur de l’au-delà se tenait à présent tout près d’elle et elle pourrait certainement ressentir l’odeur du sang sur lui. Il repensa alors au moment où il l’avait fait revenir à la vie pour la faire devenir l’une des leurs. Ceci était son droit car la mort autorisait chacun de ses fidèles à choisir une personne pour venir faire grossir ses rangs. Il n’avait encore jamais trouvé la personne qui serait digne de devenir son élève jusqu’à ce que son regard se pose sur elle. Cette femme dont la vengeance causa sa perte, baignée dans le sang de sa propre mère.
Sa froideur et son art de tuer avait attiré son attention et aujourd’hui, il attendait d’elle une réponse. Il devait savoir si elle acceptait son destin en tant qu’escorteur de l’au-delà. Si elle refusait, la situation serait alors plus que difficile.


- « Cela fait déjà un mois que je t’ai offert une seconde existence et tu sais qu’il ne te reste plus beaucoup de temps pour te décider si oui ou non tu acceptes de nous rejoindre. Si tu l’acceptes alors tu pourras tuer autant que tu le veux en accomplissant des contrats de la Mort elle-même. Si tu refuses alors je devrais obéir au règlement qui dit que je devrai tuer celui ou celle à qui j’ai offert une nouvelle existence » lui dit-il de sa voix froide et posée.

La tuer ne serait pas un geste qui viendrait déranger sa conscience. Tout d’abord parce qu’il n’en avait plus mais aussi parce qu’il ne dépendait pas d’elle. Pourtant… il l’avait choisi pour la former et certainement aussi pour briser cette solitude dans laquelle il se trouvait depuis des millénaires. Quoi qu’il en soit, ceci n’était pas avouable et pour le moment, il avait une chose beaucoup plus importante à lui dire : une nouvelle mission dont la réussite pourrait bien lui offrir la place de la Mort qui allait bientôt devait choisir un successeur.

- « Pour l’instant, je dois avant tout te parler d’une mission de la plus haute importance : nous devons tuer les sœurs Aleyna qui se trouvent sur l’île d’Ynis Witrin se trouvant au-delà des brumes que tu peux apercevoir au loin. Leurs pouvoirs leur ont permis de repousser les démons qui ont tenté de s’en prendre à leur île et elles disposent de bon nombre de guerriers. Toutefois, à nous deux, nous ne devrions avoir aucun mal à tous les tuer. » lui dit-il avec un petit sourire.

L’idée de cette mission séduisait l’escorteur de l’au-delà par sa difficulté. En effet, l’île était entourée par des brumes et une barrière protectrice qui la défendait contre toute attaque. Imbu de lui-même, Anàrion voyait cela comme un défi macabre à relever. Pour lui, la mort des deux sœurs ne pouvait être qu’une fatalité à laquelle elles ne pouvaient échapper tout comme ses précédentes victimes. La seule « difficulté » était de trouver le meilleur moyen de les tuer.

Attendant la réaction de sa « compagne », il tenta de lui montrer l’intérêt qu’offrait cette mission.


- « Comme tu le sais, en tuant nos victimes, nous nous accaparons leurs pouvoirs qui viendront alors faire augmenter les notre. Ainsi, dans quelques temps, tu pourras lever une armée de morts comme je l’ai fais aujourd’hui… »

Marquant une courte pause, il repensa à son passé, à ce jour où il succomba sous les coups de ceux qui prirent la vie des membres de son village et notamment celle de sa femme… Sa haine et son sentiment de vengeance, toujours non-apaisés depuis tous ces siècles, ressurgissaient en cet instant même si tout bon sentiment semblait l’avoir quitté.
Pourtant, durant un infime instant, la tristesse put se lire sur son visage. Cette profonde souffrance qui était celle d'avoir perdu sa femme... Ce sentiment était difficilement décelable en lui et la noirceur de son aura renforcait cette idée. Il ne fallait en aucun cas croire qu'il était encore celui qu'il fut autrefois. Les apparences étaient trompeuses. D'ailleurs, loin d'être effrayant, Anàrion pouvait se vanter d'avoir une beauté peu commune... Il était, en quelque sorte, un démon dans un corps d'ange.
Puis, revenant à la réalité, il repensa à ce qu'il venait de dire. Il savait que Sykanh avait vécue une expérience proche et que sa proposition l’intéresserait certainement. Il reprit alors là où il s’était arrêté.


- « Cette île est réputée pour abriter des gens au « cœur pur » mais ma longue expérience m’a appris que ces êtres n’existent en aucun cas. Tous, comme tous les autres, possèdent en eux les sentiments de lâcheté qui les pousseront un jour à trahir, à blesser ou à tuer autrui. D’ailleurs, ceci est vrai depuis que le monde est monde. Notre but est de mettre un terme à tout cela sans éprouver la moindre pitié. »

Sa haine pour le monde était forte, au moins aussi forte que son ambition. Quoi qu’il en soit, cette mission était primordiale pour lui et il la ferait avec ou sans l’aide de Sykanh dont il attendait à présent la réponse tout en regardant en direction de l'île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sykanh
Elfe Déchue
*Etre Maléfique*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 94
Localisation : Ton ombre frémit... n\'est-ce pas étrange ?
Rang : Un simple cauchemar
Race : Elfe... déchue ;)
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Une nouvelle menace sur Ynis Witrin [reservé a Sykanh]   Jeu 5 Oct - 22:31

Depuis combien de temps ce village brûlait-il ? Quelques heures ?Cela semblait quelques jours, déjà, à la créature qui, perchée comme à son habitude dans un arbre mort et calciné, fondue dans les ombres avec une aisance déconcertante, fixait son impénétrable regard de jais sur la lueur vacillante d’où s’élevait cette odeur de mort, de chair, et de bois brûlé. Elle n’aimait pas du tout ça. Aucun rapport avec une quelconque compassion, les êtres qui s’y trouvaient allaient tous mourir, grand bien leur fasse. Jamais elle n’avait connu de délivrance telle que la joie de mourir. Non c’était autre chose. Sans doute son aversion pour la chaleur du feu. Elle n’aimait pas ce qui brûlait parce que ça faisait fondre la neige. Ca ne faisait pas fondre sa glace, car bien trop résistance et froide pour cela… mais la neige, elle, pure et cristalline, elle fondait. C’était une des seules choses, avec les personnes de valeur et les elfes, qui avaient le don de la faire sortir de ses gonds. Ainsi, si elle avait un instant hésité à se joindre au petit massacre qui avait pour théâtre ce village, ne serait-ce que pour se dégourdir les jambes, elle s’en était finalement abstenue, répugnée par les flammes.
Elle contemplait donc cette fumée, ces âmes qui s’envolaient, fauchées par des artisans de la mort… comme elle. En fait, elle ne savait pas trop ce que cela soulevait de sensations, en elle. Elle aimait le mal, mais elle aimait surtout le mal parce qu’il avait le pouvoir de tuer le bien. La pitié n’avait pas de place, en son âme, à la limite, l’intérêt pouvait épargner une personne… Sa mélancolie le pouvait aussi, si elle trouvait en Sykanh un écho… Mais jamais encore elle n’avait trouvé quelqu’un à épargner. Cependant, elle était des plus insensibles aux massacres qui lui étaient extérieurs. Ces gens mouraient… Et bien, c’était ainsi. Elle ne les voyait pas, ne les avait jamais vus. Si leur mort était loin de l’attrister… Elle ne lui arracherait pas un sourire pour autant.

Les cris semblaient se calmer… Seuls s’élevaient à présent les crépitements des flammes, ainsi que le vacarme des bâtisses qui s’effondraient, dévorées par le feu. Il allait à coup sur apparaître, à présent, car l’identité de l’auteur de ce massacre ne faisait pas le moindre doute. Il allait venir.
S’étirant dans tous les sens sur sa branche, étirant bras et jambes, arrangeant son corset blanc et les lacets de ses hautes bottes de cuir livides, ainsi que la cape de satin livide qui s’écoulait de ses épaules, Sykanh se décida finalement à descendre de son perchoir. Elle ramena ses genoux sur sa poitrine et se laissa glisser du bois pour atterrir sur un genou, l’étoffe de lumière recouvrant l’une de ses épaules diaphanes. Elle se releva et leva un petit regard en direction de l’arbre… Il manquait encore une réaction. Elle l’attendit, comme blasée, une seconde, avant de voir la petite étoile blanche plaquée au bois descendre à toutes vitesse pour finalement lui sauter dessus avec sauvagerie. L’elfe déchue n’eut pas la moindre réaction, et, alors que l’écureuil se trouvait une place au creux de son cou, sous ses cheveux d’argent, elle se contenta de soupirer et de rabattre sur son front une ample capuche de soie.

Elle fit quelques pas, masquée par sa cape, s’éloignant de l’arbre, lorsqu’elle aperçu enfin Anàrion. Elle ne s’était pas trompé, il avait sur lui l’odeur du sang frais, celle de la Mort. Peut-être parce qu’il était celui qui la côtoyait le plus… A cette idée, certains de ses propos revinrent à Sykanh, les ambitions du spectre, cette envie toujours plus insatiable de pouvoirs… A ses premiers mots, elle haussa un sourcil, sous sa cape. Elle ne craignait nullement cet être pourtant si puissant… c’est de son habituelle voix basse, susurrée, qu’elle lui rétorqua :


« Comment passer à côté d’un tel incendie… Tu m’excuseras de ne pas m’en être approché. Mon aversion pour cet élément n’a pas changé en un mois… »

Elle se contenta de secouer doucement la tête, laissant une mèche se glisser sur son front, dépliant une dentelle de fils d’argent venus donner à son visage un air plus éthéré encore qu’il ne l’était d’habitude. Elle écouta la suite avec la même attention. Oui… ce choix, combien de fois le lui avait-il rappelé ? Sincèrement, Sykanh n’était pas le moins du monde réticente à prendre cette décision, mais un fait demeurait : elle ne désirait pas d’avancement. Elle n’avait d’ambition que l’ambition personnelle, consistant à assouvir son besoin de sang, qui avait, une dizaine d’années durant, conduit son existence. La tuer ? Et pourquoi pas, si les enfers se trouvaient être un lieu à sa hauteur. Les enfers… le royaume des morts. Celui dont on lui proposait le post de meneuse. Elle ne répondit pas, cette fois encore. Tout cela, elle l’avait trop intériorisé pour trouver comment le formuler… Bientôt, elle le lui dirait, peut-être même lui confierait-elle tout ça… ? Rien n’était moins sûr. Elle ne pouvait pas le lui expliquer maintenant, entre deux feux de joie… Elle se contenta d’un sourire énigmatique et releva un visage paisible en direction de la voûte céleste

« Une mission… Pour qu’elle te soit confiée, je suppose que nous avons affaire à un gros morceau, n’est-ce pas… ? J’ai repéré, depuis quelques jours, à proximité de ces brumes, une certaine fréquence de passage… J’en ai eu envie et certains d’entre eux sont morts mais… En effet… j’ai bien entendu parler de cette île. C’est donc là qu’elle se cache… ? »

Avec une moue presque puérile, elle porta son regard en direction des brumes, on ne les voyait pas à présent, mais elles étaient là, Sykanh le savait.

« J’ai entendu tant de contes à ce sujet, de mon vivant… Il est presque difficile de se dire que c’est bien là que se trouve ce rempart du « bien ». Si telle est la mission, je serais presque hâtée d’en découdre avec ces piliers de ce qu'ils se plaisent tant à appeler l'honneur. »

Un sourire sarcastique vint éclairer ce visage lisse, où les ombres créées par le feu qui dansait au loin se livraient un ballet des plus étranges. Les discours moralisateurs du la lâcheté, la nature de ces gens peuplant le monde ne trouvaient pas grand écho en elle. Non pas qu’elle était stupide, mais il ne l’intéressait pas d’entendre ça, une fois de plus… Non… Elle ne pensait pas que le mal tel quel se trouvait partout. Non parce qu’elle n’aurait pas pu se détacher d’un « bien » inexistant… Et pourtant, elle s’était bien détachée de quelque chose. Ce n’était pas un réel manichéïsme, mais c’était quelque chose qui s’y apparentait. Il y avait deux entités tout aussi malsaine l’une que l’autre, à ses yeux. Ces êtres n’allaient pas tomber dans le mal, la traîtrise et ses autres vices, tant ils étaient déjà affublés d’autres défauts plus durs encore. Pour Sykanh, il était bien pire de se considérer comme bon que de ne pas l’être.

Elle sourit d’un air presque amusé à ses mots, n’en soufflant pas un en retour, elle se contenta de répondre à son argument, au sujet du pouvoir.


« Tu sais pertinemment que je ne fais pas tout cela pour ça. Laisser des squelettes s’alanguir de la saveur du sang à ma place… Quel gâchis »

Avec un sourire amusé, franc, elle laissa un rire léger lui échapper, puis reporta, tout comme lui, son attention sur le village… Voila donc ce qu’elle était devenue. Une future escorteuse de l’au-delà… Une employée de la Mort elle-même… Toute sa vie durant, elle avait rêvé d’arpenter les rivages du Styx, rêvé d’y torturer le bien, échoué là et plaintif… Envie de s’imprégner elle aussi d’une odeur de mort fidèle et glauque. Elle voulait être cet être blanc et pur, cette lumière trompeuse que les êtres en perditions suivaient comme un guide jusqu’à leur perte totale et définitive. Elle voulait être ce monstre.

Elle l’était déjà… Sans doute pas officiellement, mais elle l’était déjà sur ce continent. Il n’avait certes rien de la beauté des enfers, de ce royaume noir et puissant… Mais il avait déjà cette capacité à perdre les mortels et à les engloutir dans une vie sombre… Et c’était cette vulgaire petite île qui visait à empêcher cela ? Sykanh avait donc trouvé quelque chose dont la prétention dépassait la sienne… Une notion aux principes tant idéalistes que crédules… Ce rempart… On en parlait. On en parlait dans les contes de Scandinavie, si loin d’ici… Sans doute en parlait-on ailleurs. Ce lieu n’allait pas tenir longtemps, c’était inéluctable…


¤~ … Peut-être aurais-je le privilège d’assister à sa chute… ~¤

Elle sourit à Anàrion, et lui posa la question suivante :

« Bien… Mais une fois que ces sœurs seront mortes… Qu’adviendra-t-il de cet endroit… ? Il sera livré à la mort tout comme elles et leurs guerriers, ou pas… ? »

Elle avait posé cette question d’une voix neutre. Elle ne s’inquiétait pas pour les habitants de cette île… C’était autre chose. En réalité, elle répugnait à se lancer dans quelque chose de grand. Elle répugnait aux gros combats, expéditifs et sans délicatesse. Elle aimait la volupté et la sensualité d’une étreinte mortelle, elle aimait sentir la chair céder tout contre elle… Elle aimait susurrer à l’oreille de ses victimes les derniers mots, sentence prévenant le silence… Si Anàrion voulait mener ce massacre… Elle ne s’y opposerait pas, bien entendu, mais c’était presque avec lassitude qu’elle s’exécuterait.
Elle se contenta d’attendre sa réponse sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fowy-little-lunx-s.blogspot.com
Anàrion
Spectre
*Escorteur de l'au-delà*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 31
Age : 32
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Une nouvelle menace sur Ynis Witrin [reservé a Sykanh]   Ven 6 Oct - 19:23

Malgré son air détaché, Anàrion écoutait avec attention les paroles de sa nouvelle compagne. Il connaissait bon nombre de choses sur elle car il s’était renseigné à son sujet avant de lui offrir une « seconde chance.» Toutefois, ce qu’il avait pu apprendre d’elle n’était que les grandes lignes de sa vie répertoriées dans le livre qui aurait été ouvert lors du jugement qui aurait déterminé le monde ou son âme aurait passé l’éternité.
Pour lui, il ne faisait aucun doute que l’âme de cette femme serait directement allée en enfer mais là n’était pas la question et il n’aimait d’ailleurs pas s’en tenir à de simples mots. L’important, selon lui, était d’observer ses actes et ses attitudes afin de mieux la comprendre et de voir si elle pouvait vraiment devenir l’un des leurs.
Puis, laissant ces considérations de côté, il réagit à ses réponses. Notamment à celles concernant la mission qu’ils étaient sur le point de débuter et qui, visiblement, ne la laissait pas indifférente.


- « Sache que détruire Ynis Witrin n’est pas notre objectif premier. Pour l’instant, nous ne devons qu’assassiner les sœurs Aleyna mais ceci me semble bien trop ennuyeux. C’est pourquoi j’ai décidé que nous pourrions prendre quelques libertés. » dit-il en la regardant.

Faisant quelques pas en sa direction, ses cheveux, tombant sur sa nuque, ondulaient au gré du vent. A ce moment, la beauté glacé de l’escorteur de l’ombre pouvait faire croire, à ceux qui ne le connaissaient pas, qu’il n’était pas un être mauvais. Pourtant, il était telle une jolie rose couverte d’épines. En lui, le foyer du mal brûlait dans des flammes noires. Il n’avait presque plus le moindre sentiment d’affection si ce n’est ces souvenirs qu’il gardait de sa femme assassinée.
S’avançant vers sa compagne, il lui expliqua alors le plan qu’il avait élaboré. Un plan qui, il l’espérait, séduirait celle qui l’escorterait pour la mener à bien.


- « Cela fait plus de 2000 ans que je parcours le monde en assassinant ceux dont le nom figure sur mes contrats et je dois dire que cela me lasse au plus haut point. Tuer de sang froid ne m’intéresse plus si ce n’est pour récupérer encore plus de pouvoirs. Désormais, j’applique une méthode bien plus « artistique » et je pense qu’elle pourrait te plaire » ajouta-t-il sans encore réellement dévoiler son plan.

Ce qu’il allait annoncer à la jeune femme était un plan qu’il avait spécialement mis au point en constatant ses aptitudes.

- « On m’a appris que les deux sœurs dirigeaient cette île et que ceux qui la peuplaient leurs étaient précieux. Je pense que nous devons donc nous en prendre à eux en priorité et les tuer tous un par un afin qu’elles voient qu’elles ne peuvent rien faire pour protéger ceux qu’elles aiment. De plus, et c’est là que tu rentres en jeu, nous ne les tuerons pas en leur enfonçant une simple lame dans le cœur. Nous les tuerons en les enfermant dans leurs propres cauchemars. » précisa-t-il avec un ton dès plus sérieux.

A présent, il observait les brumes avec un regard perçant, comme s’il pouvait distinguer l’île malgré la distance. Il semblait observer chacune de leurs futurs victimes.
Puis, après quelques instants de réflexions, il continua à lui expliquer la suite de son plan et de sa méthode.


- « Je sais que tu disposes du pouvoir d’enfermer les gens dans leurs propres cauchemars et sache que je dispose moi aussi de ce précieux don. Ainsi, nous n’aurons qu’à lire en eux et à leur faire revivre les événements de leur passé ou leurs craintes afin de leur faire perdre l’esprit. Libre à toi, ensuite, de les achever de ta lame ou de tes mains si tu le désires. »

Cette méthode de torture, il l’avait conçu plusieurs siècles après être arrivé au service de la mort. Il avait en effet concentré ses pouvoirs afin de créer une illusion dans laquelle sa victime souffrirait jusqu’à en perdre l‘esprit. De cette façon, il leur ferait vivre ce qui le tortura de manière incessante durant ces premiers siècles en tant qu’escorteur de l’au-delà : sa conscience broyée sous le poids des souvenirs de la mort de sa femme mais aussi de tous ceux qu’il avait tués de ses mains du fait qu’on le lui ait ordonné. A ce moment, il éprouvait encore des sentiments.
Puis, à me sure qu’il perdait ce qui lui restait d’humanité, il développa une méthode cruelle pour venir à bout de ses adversaires et il était fort rare qu’une personne réussisse à en sortir indemne.
A présent, il voulait voir ce que tout cela ferait sur des personnes dans les valeurs et la morale étaient réputées auprès de la Mort elle-même.
Puis, il repensa à la question de Sykanh qui lui demandait ce qu’il adviendrait de l’île une fois que tous ces habitants seraient tombés sous leurs mains. Il avait en effet une idée bien précise de ce qu’il ferait de cet endroit après s’être débarrassé de ses habitants mais pour l’instant, il ne pouvait le lui dire.


- « Lorsque nous les aurons tous vaincus, je ferai en sorte que cette île ne soit plus jamais foulée par qui que ce soit. »

Etant resté très évasif, il continua presque aussitôt son discours afin que la jeune femme ne s’attarde pas trop sur ce qu’il venait juste de prononcer.

- « Sykanh, sache que si je t’ai choisi pour compagne, c’était, entre autre, en prévision de cette futur mission. Toi, la femme à la beauté glacée, tu seras parfaitement leur donner cette douce étreinte mortelle qu’un être comme moi est incapable de faire. Tel est le pouvoir résidant dans ta force et ta beauté. »

Les pensées d’Anàrion se précisaient de plus en plus à présent. Il venait de confier à la jeune femme les tenants et aboutissants de l’importante mission qu’ils allaient devoir réaliser. Pourtant, tout n’avait pas encore été dit.

- « Avant de commencer, il faut que nous leur montrions qu’ils ne sont plus en sécurité. Nous devons trouver un moyen de les faire venir à nous car leur protection nous empêche, pour l’instant, de nous aventurer sur l’île. Alors, dis-moi, ma cher Sykanh, as-tu une suggestion ? » demanda-t-il afin de la tester.

Il voulait en effet la voir à l’œuvre et, bien qu’ayant déjà son idée sur la question, il voulait que ce soit elle qui organise le début de cette « tuerie ». Il attendait désormais sa réponse en la regardant avec attention comme s’il était prêt à boire ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sykanh
Elfe Déchue
*Etre Maléfique*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 94
Localisation : Ton ombre frémit... n\'est-ce pas étrange ?
Rang : Un simple cauchemar
Race : Elfe... déchue ;)
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Une nouvelle menace sur Ynis Witrin [reservé a Sykanh]   Dim 8 Oct - 23:02

C'est sans un mot, et avec peu de réaction, que Sykanh écouta ce qu'Anàrion avait à lui dire. A vrai dire, elle observait beaucoup, elle étudiait et s'amusait du comportement des autres. Que ce soient de bons et loyaux êtres, œuvrant pour le bien et destinés à périr de ses lames glacées, ou qu'il s'agisse d'éminentes créatures du mal, plus orgueilleuses que personne… Assoiffées de pouvoir et d'influence. Si Sykanh était consciente de ce goût pour l'obscurité… cette obscurité terriblement lumineuse, ce goût pour le sang et pour cette lueur de mort… Pour cette ultime étreinte qu'elle offre à ses victimes… Elle ne se considérait pas comme telle. Le pouvoir, elle ne le voulait que pour œuvrer, à sa mesure et suivant ses goûts. Il était déjà fort puissant. Plus puissant, et de loin, du pouvoir de beaucoup d'autres. Certes, il n'égalait pas celui d'Anàrion, mais dans l'immédiat, à quoi bon se placer à sa hauteur quand elle jouissait déjà de combats lui procurant un tel plaisir?

Ainsi parlait-il de plonger dans leurs pires cauchemars les petits protégés des sœurs Aleyna… Ce pouvoir était puissant et redoutable. Il l'était car Sykanh ne savait que trop bien quelle était la douleur procurée par un terrible songe. Les songes de morts… Ils n'étaient même pas les pires… Non. Ils étaient simples, peu profonds. Les cauchemars que l'on ne comprenait pas, de véritables labyrinthes entêtants, glauques ou lugubres, rappelant à l'esprit de réelles souffrances, ou lui rappelant l'horreur de son âme… Ceux-là étaient pires. Combien de fois s'était-elle entraînée sur cette capacité? Trop souvent, sans doute, pour les dénombrer. Même les animaux y étaient passés. Comme les humains, c'étaient des cris déchirants qui s'étaient élevés, venant de leurs petits corps velus et convulsés. C'était un pouvoir des plus cruels, car c'était l'être lui-même qui se guidait à la souffrance. C'était l'être lui-même qui se bâtissait son piège. Sykanh n'était là que pour l'orchestrer avec virtuosité. Elle n'était là que pour se glisser derrière sa victime et lui susurrer de sa douce voix sa fin. Ce qu'elle aimait ça… Cet instant où le corps tout entier se raidissait, frémissant à la fois d'excitation et de terreur. Les songes, ils étaient cela, un mélange complexe des deux, qui n'avait plus le moindre secret pour elle. Elle en connaissait la force, les méandres et les failles les plus exploitables. Elle prisait par-dessus tous ceux où c'était la victime elle-même qui était montrée sous son jour le plus horrible. Ceux où elle ne pouvait que trembler face à l'horreur de son reflet. Qu'il s'agisse de souvenirs, tordus et remaniés par une incommensurable perversité de l'âme, ou bien de désirs enfouis, refoulés loin de la conscience, restés là, latents, prêts à s'imposer en bourrasque jusqu'à faire fléchir la force, la détermination et même la raison de leurs auteurs.

Pourtant, ce pouvoir si amusant, rares étaient les fois où Sykanh pouvait réellement s'en amuser. Et ce parce qu'elle avait besoin d'une grande concentration pour le mettre à l'œuvre. Il lui fallait un bon moment avant, avant de pouvoir réellement pénétrer l'esprit ennemi… Mais si Anàrion pouvait ouvrir cette voie qui menait à l'inconscient plus facilement qu'elle, elle pourrait ensuite y sévir avec toute la liberté et le talent possible. Ce n'était pas tant le problème du sommeil, ce n'était qu'une précaution, pour ne pas mettre sa propre raison en danger. Le risque, à chaque investigation dans l'âme ennemie, était de se perdre elle-même dans la complexité d'un être… Un être pensant, était doté de barrière, de parades que le genre animal ignorait.

Ainsi donc, c'était de cela que voulait jouer ce cher Escorteur de l'Au-Delà? Et il voulait ensuite briser leurs corps par l'acier…? C'était par une cruelle douceur, qu'elle entendait les achever.

Un sourire assez pervers vint éclairer ce visage de lumière, et elle pencha la tête en avant, sans lâcher Anàrion des yeux. Elle ne parlait pas, elle se contentait de ce petit sourire, la dentelle de ses cheveux vaguement soulevée par la brise nocturne.

Ce qu'il dit ensuite fit trembler une seconde son sourire. C'était donc bien cela. Ynis Witrin devait disparaître. Cela ne posait pas de cas de conscience à Sykanh, loin de là mais… Mais cela l'embarquait, elle le sentait, dans quelque chose de grand. Elle n'en avait pas envie. C'était peut-être un caprice… Mais pour le moment, elle était encore sous l'effet de l'excitation que les plans de son escorteur avaient produite en elle. Il serait toujours temps, après, de se détourner d'une telle opération. Après tout, comme il le disait si bien… Il allait gagner en pouvoirs. Si ces deux femmes avaient bel et bien la puissance qu'il leur attribuait, il pourrait conjurer à sa guise tous les morts de l'Hadès pour mettre à feu et à sang leur île. Nul besoin pour cela d'une brise glaciale…


"Si tel est ton désir"

Elle inclina la tête, son sourire revenu. Ce n'était pas le moment de le contredire. Elle se contenterait de le suivre. Surtout qu'il embrayait sur cette rapide description, tout à fait à son honneur. Une étreinte mortelle…

"Quelle douce et atroce mort ils auront… Je vais danser pour eux et pour toi jusqu'à ce qu'il n'en reste aucun…"

Elle ferma les yeux et, avec un rire clair comme du cristal, se porta d'une jambe sur l'autre. Dans la lueur lunaire, soulignée par la danse des flammes qui crépitaient toujours, ses gestes semblaient lents, fluides. Oh oui ça allait être agréable… De plus, ce rempart du bien… Il devait abriter un nombre considérable d'elfes… Ah ces elfes qu'elle allait pouvoir tuer de ses mains… Elle se sentit frémir lorsqu'une dernière fois, la voix d'Anàrion s'éleva. Elle haussa un sourcil et l'écouta, interrompue dans ses pensées. Une idée? Hm… Ils allaient déjà faire disparaître leurs protégés… Mais oui. S'ils ne pouvaient pas pénétrer l'île, c'était bien sur ce terrain là qu'ils allaient agir. Comment faire en sorte que les choses n'aillent plus loin?

¤~ Attendre qu'ils réagissent simplement à ces disparitions serait long… Bien trop long. Moi-même, je me lasserais de cette stratégie. Ne surtout pas appliquer de routine… Non, il faut quelque chose qui rende chaque meurtre différent… Quelque chose qui s'accorde parfaitement à la mission… à nous. ~¤

Lorsque l'idée germa plus précisément dans son esprit, elle prit la parole, d'une voix presque murmurée, d'une extrême douceur, s'approchant d'Anàrion pour lui glisser ses propos. Relevant son visage sur le côté, ses cheveux masquant en partie son visage éthéré et ses yeux plissés sur son sourire…

"J'ai bien une idée… A quoi bon tuer, si toujours notre but doit se répéter…? Aucun intérêt, selon moi…"

Tout près de lui, elle pencha se mit un peu sur la pointe des pieds et regarda sur le côté…

"… non… Non il faut quelque chose qui nous rende la tâche plus amusante ^.^ Et si nous choisissions un "élu"? J'aime ce mot. Il détache les êtres les un des autres. Oui. Un élu qui irait sur l'île prévenir les sœurs Aleyna pour nous?"

Elle sourit et recula un peu. Titubant en arrière, sa cape donnant à ses pas des airs de chute, elle se mit à distance de son escorteur.

"Nous le choisirions alors qu'il devait être notre victime, au bout d'un certain temps. Après avoir attendu, bien sur, que ces disparitions n'attirent l'attention. Cet élu serait un être médian, un lien entre ces sœurs et nous. Un être de mort, qu'il soit bon ou mauvais. Ce sont des créatures rares, mais elles existent, et peuvent se révéler efficace. Ainsi donc, nous n'aurions qu'à le prévenir. Histoire d'éclairer davantage ces sœurs sur ce qu'endurent leurs protégés. Mettre en lumière le fait que ça continuera… encore… encore… Jusqu'à ce qu'elles…"

… Un rire clair, un éclair, et la créature s'était fondue dans un ombre, pour réapparaître plus loin. La nuit, ce jeu était des plus simples, et terriblement amusant.

"… réagissent"

Son sourire respirait la malice alors qu'elle prit une mine songeuse. Elle avait l'air si jeune… si jeune… Oui, c'était plus clair là qu'a aucun autre moment. C'était dans la fleur de l'âge que cette elfe déchue avait été fauchée. Mais il n'empêchait qu'elle avait l'esprit tactique. Elle n'avait jamais rien eu des êtres de son âge. Jamais. Jamais son cœur ne s'était ouvert à ce qu'observait un jeune cœur normal. Juste la mort, le combat, la stratégie. Juste la mort et une vengeance, la plus douloureuse et doucereuse possible… Jamais d'amour, jamais de douceur… C'était elle qui donnait la douceur dans la mort… Mais jamais, oh grand jamais, pas même depuis sa mort, elle n'avait été sujette à la douceur, elle-même… Pas une caresse, rien. Rien… Juste le berceau des eaux du Styx… C'est tout. Avec un hochement de tête, elle se sortit tout cela de la tête.

"En revanche, nous aurions besoin d'un "espion", quelque de digne de confiance, sur l'île, qui surveillerait tout cela, par avance. Qui nous informerait de l'état des lieux. Cela peut paraître de trop, mais nous aurions besoin de cet être… j'en suis persuadée. Cet élu, il risquerait beaucoup, à expliquer la situation. Je n'ose même pas imaginer de quoi l'accuseront ces exemples de bonté. Alors… Alors ce regard qui nous appartiendrait, silencieux, et attentif…"

Elle laissa sa voix en suspens… Attendant les réactions de son escorteur… Son regard sur fit purement interrogatif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fowy-little-lunx-s.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle menace sur Ynis Witrin [reservé a Sykanh]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle menace sur Ynis Witrin [reservé a Sykanh]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest, la nouvelle série en ligne
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année
» La menace Rouge...
» présentation nouvelle equipe : Yumi Yumi!
» [Multimédia] Nouvelle musique du groupe Cryoshell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*En Dehors de l'Ile*~~* :: Le Continent-
Sauter vers: