Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une invité...chiante? ^^

Aller en bas 
AuteurMessage
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Une invité...chiante? ^^   Jeu 17 Aoû - 16:41

(Reservé)

Cela faisait plusieurs bonnes minutes que ces deux là discutaient. Fenrir se sentait un peu mieux car il s’habituait à cette fille. Lui qui avait constamment du se cacher durant toutes ces années, il semblait redécouvrir le contact avec les autres individus peuplant cette île.Finalement que lui restait il après tant d’années passées ? Presque rien, sa deuxième vie allait débuter sur cette île et ceci grâce à Emma…Il allait enfin pouvoir revivre. Mais le jeune homme ne se sentait pas à l’aise car cette fille empiétait dans son espace vital et il avait beaucoup de mal à gérer cela. Malgré ses efforts, Fenrir prétexta une heure tardive pour s’isoler de nouveau et c’est donc tout naturellement qu’il se leva, essuyant ses fesses au cas ou des saletés s’y seraient collées.

Il lui fit un dernier petit signe en la mettant en garde contre les rapaces qui allaient bientôt revenir se coucher dans leur nid et il descendit la falaise avec les mêmes difficultés qu’il avait éprouvées lors de l’escalade. Fenrir était vraiment très peu doué pour l’escalade et à plusieurs reprise il failli tomber à cause d’une pierre qui glissa sous son pied d’appui. Finalement, il parvint enfin en bas de cette côte rocheuse et il se dirigea vers la forêt. Il n’avait cependant pas vu que Namibe était elle aussi descendu de la falaise avec plus d’aisance que lui.

Fenrir pensait à ce qu’il devait faire avant de passer une bonne nuit, la faim commençait à se faire sentir et il allait devoir partir chasser. Cette idée ne l’enchantait pas trop car il se sentait encore un peu fatigué mais qu’importe, le loup qui sommeillait en lui demandait de la viande saignante. Il allait prendre sa forme animale lorsqu’une voix venant de derrière lui le stoppa net. C’était Namibe qui lui demandait de l’attendre.

* Qu’est qu’il y a encore…. *

Le jeune stoppa après les quelques pas qu’il avait fait dans la forêt et il s’appuya le dos contre un arbre attendant que cette casse pied vienne le rejoindre. Sa démarche était presque risible, l’air paniqué, les mains dans les poches et sa tête rentré entre ses épaule comme une tortue…Le jeune homme laissa son visage neutre même si la tentation de se moquer d’elle était grande. Mais il déchanta vite lorsqu’elle reprit la parole. Il ouvrit de grand yeux qui trahissaient un grand étonnement, croyant même avoir mal entendu ces propos…Elle voulait s’incruster chez lui, sans même lui demander son accord.


« Tu t’incruste chez moi ?! La moindre des choses est de me demander si je suis d’accord tu ne crois pas ?! »

Il avait beau manifester son mécontentement, c’était trop tard car même si il la plantait ici, elle le suivrait…Du moins c’est ce qu’elle laissait entendre et puis Fenrir n’était pas cruel au point de la laisser seule dans cette nature qu’elle déteste tant. Le jeune homme soupira car il était blasé, lui qui voulait passer une nuit tranquille, il allait devoir supporter Namibe. Ses yeux bleu gris vinrent se poser dans ceux de la jeune fille et il dit d’un ton sec et froid.

« Très bien, je crois que je n’ai pas le choix…Viens. Mais je t’avertie, si j’entend la moindre remarque ou un seul mécontentement de ta part, tu passera la nuit dehors ! Est-ce clair ? »

Fenrir reprit sa route avec sa charmante invitée à ses cotés. Tout deux se faufilèrent dans les sentiers étroits dégageant les branchages qui les empêchaient de progresser. De temps en temps, il laissait une branche s’échapper pour qu’elle frappe Namibe au visage, c’était une sorte de vengeance…Finalement, tout deux arrivèrent dans une petite clairière, la ou se trouvait l’entrée de sa tanière. Fenrir prit un long rondin de bois sur le tas qui se trouvait un peu plus loin et il le posa en face de la rôtissoire artisanale qu’il avait conçue pour cuire ses proies. Il invita Namibe à s’asseoir et il lui dit.

« Tu pourrai allumer le feu s’il te plait, rend toi utile pendant que je vais chercher à manger. »

Sans plus attendre, il prit sa forme animale et disparue dans la forêt. Il sillonna les alentour une vingtaine de minutes et il n’avait tuer que deux lapin assez maigre…Il faut dire qu’en cette saison, ce gibier là n’était pas le plus abondant. Finalement, il retourna dans la clairière ses deux proies entre les dents en espérant qu’elle aurait su faire un feu de bois…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Dim 20 Aoû - 23:51

Alors que son hôte (ou futur hôte) avait laissé sa surprise s'exprimer, la jeune femme n'avait pu retenir un petit sourire malicieux, sympathique comme tout, agréable... bref, un sourire tout gentil tout mignon qui laissait entendre qu'il aurait été d'une abominable cruauté de la laisser dans la forêt, toute seule en pays hostile ! Elle était satisfaite de son effet. Il devait se sentir désemparé, le pauvre. Bah, c'était un petit peu son affaire, mais elle ne s'en formalisait pas trop non plus. Elle préférait de loin avoir à essuyer la mauvaise humeur de Fenrir plutôt que d'avoir des oiseaux sur le dos.
C'était donc d'un pas un peu plus léger, hochant la tête en silence, son sourire plus doux encore, suite au "Est-ce clair?" de Fenrir, qu'elle le suivit jusqu'à sa tanière... Enfin, jusqu'à ce qui semblait être une sorte de campement. Vivait-il réellement ici...? Elle l'observa alors avec attention. Tout petre vivant changeait de comportement, sitôt qu'il se sentait... Chez lui. Il en allait de même pour Fenrir... Elle le sentait, bien que contrarié de l'avoir à ses côté... comme dans son bain. En fait, il lui avait semblé dans son bain dès qu'ils eurent fait leurs premiers pas aux tréfonds de la forêt... m'enfin, là encore un peu davantage. Elle fit un tour silencieux des lieux, avant qu'il ne file, sous la forme d'un loup, dans le sous bois. Elle resta un peu pantoise, surprise de le voir se transformer si brutalement, et resta droite un moment, seule, a observer d'un air abasourdis le sous bois.

Il lui avait demandé de faire un feu...? C'était qu'il commençait sérieusement à faire froid, ici... Et humide de surcroît...
Sa lance lui avait tourné la tête... Avait ôté de l'esprit raisonnable de l'assassin toute prévention... Et, habillée comme ça, elle se les gelait atrocement. Jamais elle ne serait sortie sans prvoir le froid. Ce froid qui était son élémen, elle le connaissait trop bien pour en ignorer la violence...

Elle se tourna vers le "camp", et l'arpenta un moment de long en large... C'est alors qu'avec un glapissement, elle disparut... Volatilisée... Il aurait fallu se pencher dans un trou, discret, dans le sol, pour la voir à quatre pattes au fond le souffle coupé. Elle était tombée dans l'antre de lhomme loup. Elle se leva et épousseta ses vêtements, avant de lever le nez. Ce n'était pas très haut. Enfin, 2 mètres c'était quand même pas mal, comparé à sa taille, mais avec sa détente, et son habitude de l'escalade, elle n'aurait sans doute pas de problème pour se hisser au dehors.
Grelottant un peu, sa curiosité aiguisée par l'endroit, elle s'y aventura à pas prudents, et visita sommairement la tanière. C'était donc là que vivait Fenrir? Elle se disait bien que dehors, ils n'allaient pas avoir grand chose pour passer une nuit à l'abris. C'était bien mieux de cette manière là...

...

De nouveau au-dessous du trou, elle arqua un peu ses jambes pour bondir avec lesteté. Arrivée assez haut pour appuyer ses coudes à l'extérieur, avec un crissement de dents, elle se hissa au-dehors, et roula sur le côté pour se relever. Elle heurta un peu le tas de bois, et resta un instant assise, se massant la nuque avec un chuintement mécontent, avant de pencher en arrière sa tête platine pour observer les buches. Là, elle décida de se lever, et s'empara de l'une d'entre elles pour l'approcher de ce qui devait être le foyer. Elle l'y installa un peu à l'arrache, prenant juste garde qu'elle ne dépasse pas, pour limiter tout risque d'incendie, et alla s'asseoir sur un rondin de bois, non loin. Elle tendit une main et ferma les yeux. Par chance, elle avait assez d'énergie pour entretenir un joli feu... Puisant à même ses entrailles, avec plus de douceur que ne l'avait fait l'esprit abritant la lance, et échauffa son organisme, suivant le trajet jusqu'à sa main tendue... Elle sentit alors des picotements, au bout de ses doigts, et ouvrit des yeux décidés et francs, un sourire énigmatique aux lèvres...

Sans crier gare, des flammes rougeoyantes vinrent dévorer le bois, d'abord dirigées et contrôlées par leur maîtresse... Celle-ci finit par les abandonner, sitôt qu'elles furent assez ancrées dans le végétal, et elles prirent alors une teinte plus naturelle et pâle. C'était bon. Ce feu allait tenir, d'autant plus qu'il était surveillé par Namibe. Elle ne le laisserait pas s'éteindre... Quitte à le faire tirer sur un bois déjà entièrement calciné... Au moins, Fenrir allait avoir ce qu'il avait demandé, en revenant de sa "chasse"... Une chose qu'il n'allait pas pouvoir lui reprocher ^.^

Grelottant un peu de froid, en dépit de la douce chaleur qui envahissait le camp, elle plongea son regard de jais dans les flammes, les admirant en silence... Elle se sentait trop peu à l'aise, seule au beau milieu de la foret, pour prononcer le moindre mot...

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mar 22 Aoû - 12:13

Depuis qu’ils avaient quitté la falaise et qu’ils s’étaient engouffrés dans la forêt, Namibe n’avait pas prononcé un seul mot. Etait elle satisfaite d’avoir convaincue le jeune homme de l’emmener dans sa tanière ? Certainement et ça devait être pour ces raisons qu’elle se taisait…Une petite marche s’en suivie à l’intérieur de ce bois et finalement, tous deux débouchèrent sur la clairière où Fenrir y avait aménagé son antre. Il était vrai qu’a première vu, il n’y avait rien de bien particuliers a part un tas de bois bien empilé et un rôtissoire fait maison mais le vrai intérêt se trouvait sous terre, dans sa demeure et ça, il n’allait pas lui montrer de suite.

La première chose qu’il songea fut d’installer cette chevaucheuse de l’ombre sur un rondin de bois en lui demandant de faire un joli petit feu. Juste après, il prit pour la première fois sous les yeux ébahis de Namibe. Il n’aimait guère qu’on le voie prendre sa forme animale mais il n’avait pas envie de se cacher et de devoir inventer des histoires pour cacher cette vérité. De toute façon, tôt ou tard elle l’aurait appris alors autant que ça se passe de cette manière.

La chasse ne fut pas très bonne, il n’avait pu attraper que deux lapins enfin un lapin et demi plutôt car ils n’étaient pas bien gros. Ca n’était pas grave, au pire elle n’aurait qu’à manger les deux et lui se contenterait de quelques restes qui se trouvaient dans sa tanière. Lorsqu’il arriva dans la clairière, il vu la jeune fille assise toujours à la même place et devant elle un magnifique feu.

*Bien, finalement elle n’est pas si nulle que ça…*

Pourtant, la chaleur qui émanait du feu ne semblait pas la réchauffer. Cette fillette était vraiment incroyable, elle était sortie de nuit et elle n’avait même pas prit la peine de s’habiller plus chaudement. Le loup s’approcha tout doucement d’elle, il posa les lapins à l’entrée de sa tanière puis il sauta dans le trou avec une agilité remarquable. Il reprit ensuite forme humaine, c’était d’ailleurs pour cette raison qu’il ne voulait être remarqué par Namibe car lorsqu’il passait du loup à l’homme, il se retrouvait dans le plus simple appareil. Il enfila un jean noir ainsi que des chaussures de ville mais à son grand désarroi, il ne lui restait plus qu’une chemise blanche avec comme motif un dragon. Il l’enfila et sortit de sa tanière en essayant de ne pas se faire remarquer par cette gamine qui semblait hypnotisée par les flammes.

Il s’avança vers elle puis il enleva sa chemise et il la fit glisser sur les épaules de Namibe avec le plus de douceur possible pour ne pas l’effrayer mais connaissant Fenrir, ça n’était pas gagné. On pouvait maintenant bien distingué les deux cicatrices dans sont dos, la ou avant se trouvait une paire d’ailes blanche et noire. Puis en allant chercher les lapins, il dit.


« Tu aurais quand même pu prévoir que la nuit il fait toujours plus froid que pendant la journée. Enfin, si tu as encore froid j’irai te chercher une couverture. »

Cet générosité était vraiment très étonnant de sa part mais il avait accepté qu’elle soit son invité alors il devait la traiter avec beaucoup d’égard. Il prit les lapins et s’éloigna un peu d’elle allant rejoindre un arbre ou une dizaine de cordes étaient attaché à une branche. Il attacha les lapins par les pattes arrière et avec un couteau il entailla le ventre afin de les vider de leurs viscères. Il se doutait bien que ce spectacle n’irait pas à une gamine alors autant le faire loin d’elle. Lui s’en moquait bien car d’habitude, il laissait le loup engloutir les repas et il mangeait le lapin en entier cru. Mais il se doutait bien que Namibe n’en ferait pas de même.

Une fois son labeur terminé, il détacha les lapins et retourna vers la rôtissoire. Il saisi le bâton servant de broche et il le fit pénétrer dans la bouche du premier lapin puis une fois qu’il fut ressorti par l’autre côté, il en fit de même avec le deuxième lapin. Enfin il plaça cette broche sur le feu et laissa les flammes cuire ces animaux.


« Bon, il n’y a plus qu’à attendre que la viande soit cuite. En tout cas, ton feu est superbe. »

Fenrir se rassit à coté de Namibe et durant un petit instant, un silence s’installa entre eux. Ces instant, il les avait déjà partagé avec tous ses amis loup il y a bien longtemps et maintenant, c’était avec elle. Il brisa le silence et dit.

« Qu’est que tu faisait sur cette falaise ? Quand je suis arrivé, j’ai eu l’impression que tu t’entraînais avec cette lance »

Il se leva ensuite afin de retourner la broche car sinon les lapins ne serait cuit que d’un coté puis il revint s’asseoir et enchaîna.

« Si tu as vraiment très faim, je te les laisserais tous les deux et moi j’irais me chercher quelque chose d’autre. Et pour cette nuit, tu dormira dans mon lit et moi je dormirais dans le coin…Peut être sur une branche, enfin je verrais bien. »

Ce n’était pas un souci pour lui car il avait l’habitude de ce genre de nuit mais apparemment pas Namibe et puis vu qu’elle ne supportait pas la nature, il valait mieux la laisser dans cette tanière. Il n’y avait plus qu’à attendre que la viande soit cuite maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mar 22 Aoû - 23:42

Lorsque Fenrir arriva, elle hasarda un regard dans sa direction… Enfin, dans la direction du loup. Elle n'était pas réellement sure que ce soit lui. Et puis, elle ne connaissait rien aux canidés, m'enfin… Un loup qui avançait, comme ça, sans même la calculer, ça ne pouvait être que son hôte. Elle le suivit du regard, alors qu'il s'engouffrait dans sa tanière, et replongea son regard dans les flammes avec douceur. Elle resta comme hypnotisée quelques minutes, jusqu'à sentir sur ses épaules la caresse de la chemise… Ca ne la réchauffait pas vraiment, m'enfin, la sensation était agréable. La chemise, bien trop grande pour l'alchimiste, lui rappelait celles qu'elle avait pour habitude de voler à Daeniel… Avant qu'il ne… Avant qu'il ne décède… Poussant un soupir assez profond, ses souvenirs accompagnés de la douce chaleur des flammes, elle laissa sa tête aller en avant, ses cheveux masquant un visage souriant, à la fois doux et d'une infinie tristesse… Daeniel… Il était comme elle. Il n'aimait pas la chaleur… Elle se sentait des frissons de l'homme, lors de leurs étreintes… De chaleur, ils n'avaient accepté tous deux que celle que l'autre pouvait leur offrir… De nuits d'une moite et chaude douceur, seules celles où ils avaient pu rester l'un contre l'autre restaient véritablement douces aux yeux de l'alchimiste.

Elle refusa, pour cette fois, de se plonger dans l'un de ses souvenirs… Elle n'avait que trop laissé son esprit se perdre dans cet abyme de sentiments… Peut-être devait-elle à présent tourner le dos à tout cela? Elle sourit, s'y forçant un peu, et se tourna vers Fenrir. Il était alors de profil à elle, et des moignons de ses ailes, elle ne voyait qu'une vague forme… Pour éclairer son esprit à ce sujet, elle aurait du se pencher légèrement en arrière, afin de mieux le voir, ce qui aurait été des plus mauvais goûts.

A ses mots, elle ne put que rosir légèrement, et préféra garder le silence. A quoi bon parler? Il avait entièrement raison… Etait-ce la lance, qui lui avait givré la conscience? Jamais un digne alchimiste tel que l'alchimiste blanc ne se serait laissé aller à cette négligence, auparavant.
Elle le remercia d'un sourire doux pour la chemise, et contracta un peu ses épaules pour se réchauffer… Après un simple regard à son hôte, elle le suivit quand il passa sur le côté pour aller vider les lapins. De là, elle voyait très bien les deux marques… Aucun doute… Elle avait suffisamment vu les ailes de Raziel, l'archange, pour reconnaître sur-le-champ des moignons d'ailes… Cet ange là… Pourquoi lui avait-on fait subir un tel châtiment?

A la simple idée de la douleur qu'il avait du ressentir, elle crissa un peu des dents et, davantage nauséeuse en raison de cette souffrance que pour la vue des viscères, elle reporta de nouveau son attention sur le feu… Lorsqu'il vint installer leur repas sur la broche artisanale, elle lui sourit d'un air assez reconnaissant.

Il faisait nuit, à présent, et les flammes dansant sur son visage le moiraient de reflets doux et mystérieux… Tout comme ils moiraient Fenrir. Elle l'observa, captivée par cette danse, avant de se rendre compte de ce que son regard avait de déplacé. Elle cilla alors, avec un sourire amusé, pour ne relever les yeux vers lui qu'en entendant sa voix de nouveau.

Avait-elle bien entendu? Son feu…? Oui il était beau. Il était ronflant, puissant comme un fauve rebondit, se préparant à dormir… Elle n'aimait que modérément ce pouvoir mais… mais bon, il lui servait pas mal, quand même… Elle se tourna vers Fenrir, à présent assis à ses côtés… Sa voix (à elle) était murmurée et très basse. Comme à chaque fois qu'elle était calme. L'ange étant tout près d'elle, elle n'allait pas lui parler à voix haute? A quoi bon ^^


"Le feu…? Merci il… Je l'ai créé grâce à mon 'pouvoir' "

Elle tendit simplement la main et une flamme s'envola pour aller danser autour des lapins. Elle semblait animée d'une volonté qui n'était autre que celle de Namibe. Celle-ci s'en amusa un peu avant de se retourner vers son hôte avec un sourire un peu gamin…

"Je suis pyromancienne… Donc faire un feu, même sans bois, j'aurais pu le faire ^^, rien de bien glorieux là dedans… Juste un pouvoir héréditaire auquel… Je… je ne tiens pas tant que ça…"

Pour le coup, elle regarda ailleurs. Elle n'y tenait pas… Comme elle ne tenait pas à tout ce qui lui venait des Stark, en fait. Seuls ces yeux étaient épargnés par son dégoût… Le rouge du sang… Pour un assassin, que demander de mieux? Le reste, le nom, la fortune qu'elle aurait pu avoir et tout ce pouvoir qui aurait pu grandir en elle… Cet illustre sang de dragon, tout cela lui était bien égal…

Par chance, il la tira de ses pensées en s'adressant de nouveau à elle… Elle secoua un peu la tête, la chemise un peu chiffonnée, tout autour d'elle, et hocha la tête affirmativement.


"Oui, je m'entraînais bien ^^ Je ne l'ai eue que très récemment, et le forgeron a insisté pour la doter d'un pouvoir… Elle a dont l'élément de glace en elle. Un élément très puissant, et… j'essayais de le dompter mais… j'aime le froid, j'ai fini par lui céder, en fait"

Pourquoi lui raconter ça? Pour passer à autre chose, à une autre idée… Il continua sur sa lancée, en parlant cette fois de nourriture, de couchage. Tout ça était bien important… bien banal. Elle sourit

"Pour les lapins, ne t'en fais pas, je mange peu… Et pour ce qui est de dormir… Je suis tombée chez toi, tout à l'heure… Garde ton lit, je t'en prie, je me blottirais dans un coin du salon. C'est un abri comme un autre…"

*Je ne veux pas rester seule… A quoi bon m'incruster, sinon? *


Elle déglutit avec difficulté, espérant vivement qu'il acquiesce à sa proposition, sans réellement y croire. Sa voix étant douce, son sourire vaguement énigmatique et son regard brillant à l'idée de passer encore une nuit seule, tourmentée par des songes des plus violents, elle attendit la réponse de Fenrir

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mer 23 Aoû - 17:38

Et bien, le loup n’avait plus son agilité d’entant. Essayant de se faire le plus discret possible afin de se ne pas apparaître en tenu d’Adam devant Namibe, il avait échoué car elle l’avait vu ou entendu revenir. Qu’importe, Fenrir s’était rhabillé avec tout ce qui lui restait de propre et sortant de sa tanière, il déposa sur les épaules de la jeune fille une chemise. Malgré toute sa mauvaise humeur et le caractère de cochon dont il faisait preuve, le jeune homme ne restait pas insensible et il se devait d’offrir à son invité un très bon traitement. Il en profita même pour lui faire un peu la morale, lui reprochant d’être sortie peut couverte.

Fenrir se mit alors en tête de préparer les lapins mais même si il n’avait pas son regard posé sur l’alchimiste, il pouvait clairement sentir qu’elle était intriguée par ses deux cicatrices dans son dos (et pas moignon !!!). Il aurait pu mal le prendre c’est vrai mais finalement, quel importance. Apres tout, ces cicatrices représentaient tout le mal qu’on lui avait fait et elles devaient servir d’exemple pour que personne n’ait plus l’idée de faire subir une telle torture à des Anges ou d’autres créatures. Il ne lui en parla pas non plus car elle ne lui avait rien demandé et il se doutait bien que cette gamine était curieuse alors autant attendre sa question. Il n’aimait pas beaucoup faire ce genre de chose, vider et dépecer un animal était vraiment repoussant mais il ne pouvait pas offrir un animal dans cet état. Une fois son labeur terminé, il pu se laver les mains dans un sceau qui contenait de l’eau de pluie et il retourna vers Namibe afin de faire cuire ces bestioles.

Le jeune homme fit même un compliment sur la façon dont elle avait préparée ce feu, décidément, c’était son jour de bonté aujourd’hui. Elle lui révéla que ce feu ne provenait en fait que de son pouvoir. Fenrir adressa un regard surpris dans un premier temps car il n’avait pas encore réalisé que sur cette île, la plupart des gens sont dotés de pouvoir…Tout comme lui. Il ne répondit rien et laissa ses yeux suivrent le mouvement des flammes qui léchaient le bois carbonisé. Pourtant, Namibe tendit sa main et une flamme vint danser autour du gibier un peu comme si elle était animée. Fenrir esquissa un petit sourire, utilisé de cette manière, elle aurait pu jouer un numéro dans un cirque mais il se doutait bien qu’une telle capacité pouvait avoir des effets dévastateurs. Elle ajouta avec beaucoup de modestie, que ce pouvoir lui avait été transmis par ses parents et surtout qu’elle n’en voulait pas trop. Le magus laissa échapper un petit soupir et ajouta.


« Ce don est vraiment intéressant tu sais, alors je ne pense pas que tu devrais le renier de cette façon. Si ce jour la j’avais eu ce pouvoir, je ne serais peut être pas dans cet état aujourd’hui…Alors ne me dit pas qu’il t’es inutile car je ne te croirais pas. »

Des souvenirs, voila tout ce qui lui restais de ses parents. Ce fameux jour, il aurait pu empêcher la maison de brûler et il aurait pu aussi cramer tous ses ennemis…Et surtout, il aurait encore ses ailes aujourd’hui. Mais aujourd’hui, il devait devenir fort par respect pour cette famille d’adoption qui lui avait permis de vivre, il allait protéger cette île et surtout, jamais personne n’aurait à subir ses tortures tant qu’il serait en vie. Il en oubliait presque qu’il avait posé une série de question et les réponses affluaient. Quel étrange lance, comment ce forgeron avait il fait pour y emprisonner un élément ? Fenrir semblait très intéressé par les dires de Namibe.

« Désolé mais cet élément m’est complètement étranger…A vrai dire tous me sont étranger car mes dons ne se situe pas dans cet catégorie. Mais j’aimerais bien que tu me dise qui est ce forgeron et ou vit il ? »

Cette île était certes un havre de paix mais il se pourrait que dans les mois voir les années à venir, les démons tentent de s’en emparer. Fenrir ne le savait que trop bien, il avait du les fuir et où qu’il se réfugiait, il finissait toujours par tomber sur l’un d’entre eux. Donc ce procurer une arme ne semblait pas d’un grand intérêt maintenant mais qui sait, peut être plus tard…Oui.

La discussion s’était portée sur la nourriture ainsi que la nuit qu’ils allaient devoir passer certainement dans le même endroit. Namibe ne voulait pas occuper le lit de Fenrir certainement par pudeur ou un autre sentiment inutile mais le magus n’allait pas la laisser passer la nuit dans un coin de son salon. Il dit avec un ton un peu plus sévère et autoritaire.


« Je ne te laisserais pas dormir par terre comme un clochard, je te laisse mon lit alors tu accepte s’il te plait. »

Le loup solitaire qui sommeillait tout au fond de lui devait déjà accepter qu’une autre personne partage son territoire et en plus elle refusait son offre. Il n’allait pas laisser faire ça et même si il devait la ligoter, elle allait passer la nuit dans ce lit.

Le feu crépitait toujours, attisé par la graisse qui s’écoulait des deux lapins. La nuit était maintenant bien installée et seule la lumière des flamme donnait un peu de clarté dans cette espace si sombre. C’était le moment préféré de Fenrir car en général, c’est à cet instant que le loup reprenait le dessus et il se laissait guider par son instinct sauvage. Mais il allait en faire abstraction aujourd’hui car il ne voulait pas effrayer Namibe. Il posa son regard sur elle et demanda.


« Il y a une raison qui explique ta venue sur cette île ? Je veux dire, pourquoi es tu venu ici ? Apres tout, tu m’as l air de quelqu’un de normal et très franchement, ce pouvoir que tu possèdes peut être dissimulé facilement aux yeux de tous… »

Puis il se redressa en gardant son regard sur la jeune fille puis en mettant ses mains derrière la tête, il ajouta.

« Ca ne dois absolument pas me regarder mais pourquoi as-tu un air si triste ? Tout à l’heure tu avais l’air beaucoup plus dynamique et joyeuse mais depuis que nous sommes arrivés, j’ai l’impression que tu es éteinte. »

Un des lapins semblait presque cuit, le jeune homme se leva et sauta dans sa tanière. Quelques minutes plus tard, il en sorti avec deux assiettes ainsi qu’une bouteille d’eau. Il était allé chercher cette eau de source vers la rivière, là ou débouchait la sortie de secours. Il tendit l’assiette à Namibe et dit.

« Désolé, je n’ai pas l’habitude de recevoir du monde mais si ça ne te convient pas, on peut toujours manger dans la tanière puisque tu l’as déjà visité. »

Ce n’était pas un reproche car ce lieu était loin d’être un endroit secret et il était content qu’elle ne lui ait pas caché la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Lun 28 Aoû - 22:28

...

Une pièce aérée et lumineuse, où danse un feu grouillant et entretenu. Ici, il y a de nombreuses couleurs... Des tapisseries ouvragées, des bibliothèques de livres... de contes. Des contes scandinaves, de traditions orales comme écrites, regroupés ici... Des contes orientaux... Des contes venus du monde entier. Une pièce circulaire et très confortable. C'est une chambre. Mais le lit est trop petit pour un adulte. Et, à en juger par les poupées et peluches que l'on y a entreposées, non content d'être un enfant, l'occupant de la chambre est une petite fille.
Mais, quelque chose semble étrange, dans cette pièce. Elle semble sans âme. Les poupées sont blafardes, mais n'ont rien de la douceur de celles qui habitent avec un maître. Toute une pièce abandonnée à son destin... Pas d'enfant. L'enfant ne veut pas de cet endroit. Pourtant, il semble aéré mais... Mais de la fenêtre, on voit les toits. De la fenêtre, on voit toute la cité s'étendre telle une flaque de jais et de cristal... Et cette brise glacée qui s'élance sur les vitres... Tout cela s'oppose radicalement à la pièce... Tout cela la fait sembler si petite... Si étouffante...

Un souffle de vent, se glissant sous une fenêtre, vient mugir dans la pièce désertée...
Son chant lugubre est interrompu par des pas brusques et lourds, précipités, qui montent l'escalier de pierre. La porte s'ouvre à la volée, et un homme grand et svelte, respirant la puissance, pénètre dans la pièce, l'air froid et hautain. Ses cheveux sont blancs, mais son visage semble épargné par les ans. Il est pâle, à peine mordoré par la vie de luxe qu'il mène... Et ses yeux... Ses yeux sont d'un rouge plus flamboyant qu'aucun autre. Au centre de la pièce, il pivote sur lui-même... soulevant un petit nuage de poussière, posé là par les nombreux mois de solitude de l'endroit... Face à la porte qu'il a laissée ouverte, il attend, patiemment. D'autres pas se font entendre, différents, ceux-là. Plusieurs personnes, dont une qui traîne, rue et tempête, sa voix claire et haute résonnant dans le sombre escalier de pierre.

Les personnes passent la porte. Deux hommes à l'apparence proche de celle du premier, bien que légèrement moins imposants, et une autre, soutenue par les deux premiers.
Celle-là est bien plus petite. A peine un mètre cinquante, peut-être un peu plus. Elle aussi est fine, tout comme l'homme, mais semble bien plus fragile que lui. Elle rue et se débat comme jamais, ses poignets fermement tenus pas les deux gardes. Ceux-ci la poussent assez brutalement vers l'homme aux cheveux blancs, qui l'attrape et la maintient contre lui, bloquée. Elle crie et se débat, mais il ne la lâche pas, et signifie aux hommes qu'ils peuvent prendre congé d'eux. Après avoir incliné la tête en direction de leur maître, ceux-ci reculent et ferment dans leur sillage la petite porte.

La jeune fille arrête alors de hurler et l'homme la lâche. Elle recule de deux pas et tourne vivement sa tête platine vers la porte en entendant le cliquetis du verrou. Elle tourne alors vers l'homme son regard tout aussi flamboyant que le sien, et l'y plonge avec une intense agressivité.


~ Tu connais cet endroit n'est-ce pas? ~

~ Bien sur... C'est ma chambre ~


L'homme sourit d'un air finaud. La jeune fille se sent piégée. Elle ne sait pas encore comment réagir, dans ce genre de situation. Pourtant, on lui a appris beaucoup de choses. Elle connaît même quelques petits poisons mais... Mais elle ne sait pas ce qu'elle doit faire, là. Elle regarde la fenêtre... les toits. Se mordillant la lèvre, elle regrette que cette fenêtre ne soit pas ouverte. Elle est obligée de faire face à l'homme. On est en train de lui apprendre à connaître les gens. A savoir lorsqu'ils mentent, lorsqu'ils nous veulent du mal. Mais lui, elle le connaît très bien, ce n'est pas pareil. Mais on lui a bien appris à ne pas quitter les gens qui en ont après elle des yeux, en tout cas.

Leurs regards, si semblables, se perdent l'un dans l'autre… L'homme finit par aller s'asseoir sur le petit lit, face au feu, et tend une main dans sa direction pour l'attiser grâce à sa parfaite maîtrise de la pyromancie. La jeune fille s'en écarte, incommodée par la chaleur, prenant bien garde de ne pas s'approcher de l'homme. Droite, face à lui, elle attend qu'il ne parle. On lui a appris à ne pas parler d'abord. A attendre de voir ce que veulent les gens.


~ Approche, Namibe ~

Elle lui adresse un signe de dénégation vif puis s'immobilise. Son père soupire et lui sourit d'un air scrutateur.

~ Alors, comment vas-tu faire? Nous avons mis beaucoup de temps à t'attraper, cette fois ~

Elle Ignore ses mots, et reste de marbre. Bien sur… Elle a réussi à se cacher dans les tréfonds de la cité… Enfin… Après plusieurs mois d'initiation, elle a donné son sang… Elle est l'une des leurs, à présent. Elle est devenue un membre de la Guilde Blanche. Pas encore accompli, certes mais… Mais elle est avec eux. Son père va lui demander ce qu'elle peut faire dehors… mais ça n'a plus d'importance… Elle doit être forte et ne dit rien…

Cet homme continue de jouer avec le feu… Elle est mal à l'aise… Il attire à lui une flammèche… Dansant lestement en travers de la pièce, elle vient se lover dans la pomme de sa main et change de couleur pour devenir d’un blanc pur. Namibe la regarde danser, de plus en plus mal à l’aise. Elle n’aime pas le feu. Et elle sait qu’il se promène dans ses veines comme dans celles de son père.


~ Le sang du dragon. Tu te souviens de cette histoire ? Dans notre sang coule celui du mythique reptile… Te rends-tu compte ? ~

L’homme ferme ses yeux écarlates, il inspire profondément… Etirant son fin cou. Puis il sourit et observe sa fille.

~ Des flammes qui brûlent tout ce qui s’oppose à notre famille. Tout ce qui s’oppose aux Stark ~

Il referme sa main et étouffe la flamme.

~Namibe, si tu dois quitter les Stark… Si tu dois les fuir, toi et ceux qui t’y aideront… Vous serez broyés, comme cette petite flamme. Eux. Ils mourront, et toi, tu vivras confinée dans cette pièce. Te rends-tu compte de ce que cela engendrera de souffrances et de problèmes inutiles ? ~

La jeune fille reste muette mais pâlit vaguement. Oui elle s’en rend compte. Mais elle ne parlera pas. Elle fuira de nouveau, comme toutes les autres fois, et affinera son apprentissage intensif… Elle deviendra un assassin, un alchimiste affirmé, et pourra ainsi les protéger. Elle pourra empêcher que ces flammes ne broient la Guilde Blanche.

…..


Suite aux mots adressés par Fenrir, elle était restée silencieuse. Cette entrevue était l’une des dernières qu’elle avait eues avec son père avant cette fameuse Aube. Cet homme qui lui ressemblait tant. C’était étrange, de se dire qu’il vivait encore quelque part… Dans son esprit, c’était comme si toute la cité était morte avec la Guilde. Elle n’arrivait pas à réaliser que là bas, dans le nord… Dans les neiges éternelles, la cité existait. Cet endroit dont elle rêvait de retrouver les ombres suivait toujours les cycles hivernaux… Elle faisait le deuil de nombre de ses enfants… Elle devait se sentir trahie par celle qui avait parcourut ses toits et sous-sols sans s’en lasser une seule seconde.
Elle devait se sentir trahie par les Stark. Son père avait à moitié mis en œuvre ses menaces… La guilde… Tous étaient morts sous le coup des hommes frappés du dragon Stark. Mais elle, ils n’avaient pu la saisir. Ils n’avaient pu l’enfermer dans cette tour. Elle avait fui… Quand elle repensait a cette pièce si lugubre… A ces visages de porcelaine, figés et grimaçant, a ce vent et à cette poussière… Tout cela semblait sortir d’un conte… L’un de ceux qui tapissaient ces murs parme…

Mais non…Ce souvenir était bel et bien réel… Et cet homme, cet être qui lui ressemblait plus qu’aucun autre… Il était demeuré dans cette cité qu’elle avait quitté. Celui qui avait tué les enfants de la cité avait pu y rester quand la plus fidèle et dévouée de ces enfants avait fui. Quel cynique paradoxe…

Namibe releva un regard très sombre en direction de Fenrir. Ce pouvoir ? Utile ? Oui, bien entendu, il l’était. C’était essentiellement pour cela qu’elle en usait sans trop de gène, sur Yinis. Elle le maîtrisait presque instinctivement… C’était dans ses gènes. Mais elle ne l’aimait pas. Si elle pouvait en aimer les sensations, si elle aimait en user lorsqu’elle se battait ou autre… Jamais son âme ne pardonnerait à ce pouvoir d’être la preuve incontestable qu’elle était une Stark.


« Ce pouvoir n’a pas sauvé ce qui était le plus cher à mes yeux… »

Cette fois, elle se pencha bel et bien en arrière pour signifier à Fenrir qu’elle avait vu les cicatrices (désolée Rolling Eyes ) Lorsqu’elle se redressa, son regard n’avait rien perdu de l’ombre qui l’avait traversé.

« Quand tu parles de ton état… Tu fais allusion à ça ? Tu as en effet du souffrir le martyre, hein… J’ai souffert aussi. On m’a ôté tout ce qui faisait ma vie. C’est au nom de ce pouvoir, qu’on a agit de la sorte… »

Elle leva une main, et une flamme vint danser au creux de sa pomme, mordant vaguement sa chair. Elle joua avec comme l’avait fait son père dans son souvenir.

« Je le tiens de ma famille. Une famille qui a brisé l’être que je pouvais être. Une famille qui a fait de moi une simple chose… errante. J’ai débarqué ici faute de mieux… Et tout ça à cause de ce pouvoir ! »

Elle lança la flamme dans le feu, qui grossit alors avec une petite explosion. Les lapins prirent un sérieux coup de chaud. Sa voix s’était légèrement élevée. Enfin, pas réellement gagné en volume, mais le susurrement qui s’échappait entre ses dents avait sifflé, et son visage avait exprimé une indicible colère… Elle en fut surprise elle-même… Elle resta silencieuse un moment, le visage bas, comme honteuse. Se laisser emporter, ça ne lui arrivait jamais. Cela prouvait encore la faiblesse qui s’emparait d’elle. Cela prouvait encore à quel point l’alchimiste prenait de distance avec elle. L’alchimiste… L’alchimiste était froid comme le givre, implacable et violemment calme. Elle… Elle, elle était encore trop faible pour se contenir, et s’emportait… Elle songea à s’excuser, puis haussa simplement les épaules, avec un profond soupir.

Elle entendit alors de nouveau la voix de Fenrir. Les yeux grands ouverts, le visage toujours baissé, elle écouta attentivement ses propos… Lui donner l’adresse d’Auron ? Boah ça lui était bien égal, là…


« Sa forge se trouve tout près de la cité de verre. Il se nomme Auron Ixia. Il a une grande connaissance dans les armes, et si tu peux lui décrire habilement celle que tu désires, tu peux être sur d’être satisfait »

Elle avait dit cela d’une voix un peu atone. Puis s’accouda à ses genoux et appuya son menton à la paume de ses mains pour observer Fenrir. Elle avait retrouvé sa douceur, sans pour autant arborer de nouveau son sourire… La remarque de Fenrir tomba donc pour le moins à pic. Eteinte ? Oui c’était un peu ça, en effet.
L’expression alla jusqu’à la faire un peu rire. Un rire d’autodérision, juste un éclat de cristal, reprochant à celle qui le laisse s’échapper son comportement. Elle devait se reprendre, en permanence, pour rester douce et souriante… C’était assez pitoyable, hein…


« Pardonne-moi… Un peu trop dans le passé… Pas assez dans le présent… »

Cette phrase avait-elle du sens ? Peut-être pas. Mais ce n’était pas grave. S’il devait comprendre, il comprendrait. Si tel n’était pas le cas, tant pis.

Elle secoua la tête à ses derniers mots


« Non… Pas de soucis c’est parfait ainsi ^^ Par contre, vraiment, dors dans ton lit ^^ Je t’assure, je ne dormirais pas seule chez toi ^^ »

Ca pouvait paraître très étrange… Voire aventureux mais… C’était vrai. Seule, elle ne se reposerait pas une seule seconde.

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mar 12 Sep - 19:34

La nuit tombait de plus en plus sur la forêt. Les deux jeunes gens n’étaient éclairés que par les reflets légers de la lune et par le feu que Namibe avait si brillamment allumé. Ils ne se connaissaient que depuis très peu de temps mais Fenrir sentait que quelque chose n’allait pas chez elle, l’instinct du loup était un don qui ne le trompait pas. Elle semblait perdue dans ses pensées, voir même absente…La compagnie du magus la dérangeait elle ? Pourtant c’était elle qui avait voulu le suivre jusqu’ici. Le jeune homme continua de parler en faisant semblant de ne rien avoir remarqué et la discussion porta sur le pouvoir soit disant inutile de Namibe. Il chercha bien entendu à en savoir plus mais lorsqu’elle tourna sa tête et posa son regard sur lui, il comprit qu’elle maudissait ce don…Et la phrase qu’elle ajouta confirma sa pensée.

Fenrir n’ajouta rien, il se contenta de la regarder essayant d’analyser ce regard plein de tristesse et de mélancolie mais il n’y parvint pas. Apres s’être penché en arrière, elle continua son monologue fait d’amertume et d’un ton neutre, il daigna répondre à sa question.


« Oui et non, tu sais il y a des cicatrices qui ne guérissent jamais et celle qui ont blessé le cœur sont les plus longue à se résorber…J’ai remarqué que t’as vie n’avait pas du être remplie d’amour et de joie, un tel regard permet de se rendre compte qu’un être a souffert et souffre même encore. »

Namibe eu ensuite la bonne idée de montrer ce don au jaune homme en faisant danser dans le creux de sa main une flammèche. Une si petite flamme ne pouvait faire beaucoup de mal à quelqu’un mais si elle était capable de faire ça, elle pourrait tout aussi bien générer des brasiers si elle poussait ce pouvoir à son maximum. Elle laissa ensuite la flamme rejoindre ses semblable mais très vite elle grossi et chauffa les lapins dangereusement. Elle parla quelques instants de sa famille et cela la mit dans une colère noire. Le jeune homme ne réagit pas de suite et quand Namibe se calma enfin, ils ne purent que constater les dégâts qu’elle avait causés aux lapins.

La réaction du jeune homme fut très soudaine, il émit un long soupir puis il laissa sa main se poser sur le dos de la jeune fille. Allait il enfin faire preuve d’un peu d’humanité en laissant cette fille blessée dans son âme s’appuyer sur lui ? Bien sur que non car lorsqu’il remonta un peu le long de son dos, il frappa l’arrière de sa tête avec sa main ouvert puis en la regardant avec un petit sourire amusé, il dit.


« Espèce de petite sotte, je déteste la viande trop cuite et la elle est carrément carbonisé. Et arrête de faire cette tête d’enterrement où je t’abandonne dans la forêt. »

Fenrir se leva du tronc et alla retirer la broche où les lapins étaient empalés puis il retourna s’asseoir aux cotés de l’alchimiste. Il sorti de sa poche un petit couteau et commença à gratter le noir qui recouvrait la peau des lapins. Il sentit bien qu’elle n’était pas à son aise après ce qui s’était passé et il reprit la parole avec un ton beaucoup plus doux.

« Tu sais Namibe, lorsque des démons m’ont arrachés ces ailes, ils ont aussi brisé l’être que j’aimais être car en plus de cela, ils ont tué toute ma famille d’adoption et brûle tout ce a quoi je tenais. Tu as la chance de pouvoir avoir des sentiments pour ces personnes la, alors que des être tel que moi ne peuvent plus en avoir…Et ne connaîtront jamais l’amour de leurs parents biologiques. »

Il reprit légèrement son souffle et continua sa longue tirade.

« Je ne dis pas ça pour te faire culpabiliser ou quoique ce soit mais si tu estime qu’ils se sont trompé, c’est à toi de leur prouver. Les haire ne sert à rien mais tu peux te battre et utiliser ce don comme toi tu l’entend sans te soucier d’où il vient. Rester dans le passé à maudire ce don ne te permettra pas d’avancer, il fait parti de ton être alors accepte le et fais en bon usage. »

Le jeune homme continuait à gratter tant bien que mal et après quelques instants, il présenta à Namibe un animal un peu moins noir. Il commença à manger son lapin et demanda quelques informations sur l’arme de l’alchimiste. Elle lui communiqua même l’endroit où elle ‘était procuré cette lance ainsi que le nom du type qui lui avait fait. Il attendit que la jeune fille ait fini son repas puis il se leva en s’étirant.

« Bon aller, il se fait tard…On rentre »

Il attrapa la main de Namibe et l’entraîna vers l’entrée de sa tanière. Elle connaissait la manière d’entrée ici. Il attendit patiemment qu’elle se décide à sauter puis il la rejoint quelques secondes plus tard. Fenrir avait prit soin d’ajouter une couverture sur le divan. Il désigna la chambre et dit.

« Ecoute, je ne veux pas revenir la dessus alors tu dormira dans cette pièce. Moi je me suis préparé un lit ici dans le salon donc tu ne seras pas seule. »

Elle avait intérêt à accepter son offre car il était las de cette discussion, elle était son invité donc elle se devait d’avoir la meilleur place…Un point c’est tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Sam 16 Sep - 4:53

Aux premiers mots de Fenrir, Namibe eut un vague sourire plutôt morne... Les blessures du cœur. Les blessures qui la concernaient, si seulement elles avaient pu concerner son corps... Ca aurait été plus simple. Une souffrance claire et sans taches, une souffrance presque plus pure. Parce qu'elle n'aurait souffert aucune ambiguïté... Elle n'aurait pas du se demander si elle avait raison d'être. Elle n'aurait pas eu à interroger la morale. La morale publique et celle, bien plus torve et cynique, de l'assassin. Une souffrance simple et se déversant en l'être avec simplicité.
Celle de Namibe était tiraillée par deux courants... Une promesse et une âme. Une souffrance qui elle-même était aux prises avec la douleur...

L'alchimiste sourit plus largement à Fenrir, d'un air presque mystérieux.


"Les cicatrices du cœur... C'est bien de cela qu'il s'agit. C'est justement celles du cœur qui me font maudire ce sang. Cette empreinte génétique qui jamais ne me quittera… Quoi que je fasse contre ça… Quelques drogues que j'injecte dans mes veines… Elles rendront ce sang toxique, elles le font déjà amplement… Mais elles ne lui ôteront pas son identité de souche"

Celle-ci se contenta d'écouter les propos de Fenrir d'un air presque affable, lorsque celui-ci lui claqua l'arrière du crâne. Elle y plaqua sa main avec un glapissement de surprise… Sa colère sembla s'estomper, par réflexe, elle contracta ses poings mais jugeant que la situation ne se prêtait pas à des représailles immédiates, elle se contenta d'écouter ce qui suivit son retour. Les lapins elle ne leur accorda qu'une piteuse attention. Elle n'avait pas faim… Et vu son état, même l'idée qu'elle avait carbonisé le repas de Fenrir de la touchait pas outre mesure.
Elle observa un instant son interlocuteur en silence. Une vie emplie de bonheur et d'amour… Sa vie… Sa vie, au total, n'avait pas été si mauvaise que cela. Une vie de fraternité et de tendresse. Une vie a la fois libre et au sein d'un puissant et résistant cocon… puis une vie dans le froid. Une vie dans le vent. Pour l'alchimiste, ça n'avait rien de négatif. C'était juste doux.


"Je n'ai pas eu la vie que tu imagines. Elle n'a pas été rose et tendre tous les jours, certes mais… Mais elle me convenait. Amplement. J'ai eu plus d'amour que je n'aurais osé en espéré, plus de tendresse, de caresses et de chaleur qu'un être n'en voit en 17 ans. J'ai vu des spectacles à la fois grandioses et terribles… J'ai appris des choses à la fois innommables tant elles étaient sales et cyniques… et à la fois qui allumaient en moi la force du savoir et de la technique. J'ai aimé avec tendresse des êtres qui m'ont rendu au centuple mon affection. Je les ai sentis chauds et doux contre moi… Jamais je n'oublierais tout ça…"

Elle baissa un peu la tête, les yeux clos… Quelque chose lui échappait… une perle de cristal qui quitta ses cils pour aller perler avec volupté sur sa pommette. Une seule et unique larme qui, lorsqu'elle réouvrit les yeux sur un sourire lumineux et d'une grande douceur, levant le visage vers Fenrir, souligna cette lumière. La seule larme qui lui échappait, à défaut d'être une larme de joie, était celle que lui évoquait le souvenir de ces étreintes… Elle saisit ses propres épaules et les sera avec un frémissement…

"C'était une guilde…"

Elle tendit sa main gauche, et observa la cicatrice qui en barrait la paume

"C'était une guilde, et parce que j'ai prêté serment… Je me dois, en quelque sorte, de rester auprès d'eux de mon vivant. Tu sais… Si je n'avais pas donné ma parole, je ne serais pas là pour te parler, ce soir. Ma guilde éteinte, j'aurais rejoint avec plaisir mes frères… Mais je ne peux pas. C'est une promesse qui m'a rattachée à la vie contre mon grés. Une promesse d'un futur coloré… Un futur sain. Pour ça, je sais très bien que le passé ne doit pas me marquer à ce point. Mais je ne peux pas faire autrement pour le moment. Trop frais, trop douloureux. Avec le temps, tout cela aura le temps de s'estomper, mais… pour le moment, je n'en ai pas l'audace."

Son sourire s'élargit. La colère était passée, ou plutôt, avait été reléguée au fin fond de son âme, comme à chaque fois. Elle ressortirait, mais… mais pas encore. Elle ressortirait dans longtemps. Rares étaient les fois où cette rage dominait Namibe. Très rares.

Pendant qu'elle lui avait répondu, Fenrir avait gentiment ( Rolling Eyes ) gratté son lapin. Ainsi, bien que pas du tout affamée, elle en grignota quelques bouchées lorsqu'il le lui tendit. C'était plutôt bon, notamment pour un être à l'odorat et au goût particulièrement développé (alchimie oblige, ces sens sont, chez Namibe, les plus fins ^^) cette viande si particulière, et pourtant peu riche. En toute petite quantité, vu la taille des lapins. Ca convenait à la perfection à Namibe qui n'aurait sans doute pas pu avaler quelque chose de plus consistant.
Sitôt son lapin finit, elle en jeta les restes et la pique dans le feu, le nourrissant un peu… Avant de le livrer à lui-même. Alors qu'elle lui avait appliqué un contrôle presque continu tout au long de leur discussion, elle le libéra enfin, ce qui le fit sensiblement réduire de volume. Surprise, elle regarda sa main alors que Fenrir la saisit pour l'entraîner à sa suite. Voyant qu'il voulait la faire rentrer, elle s'accroupi au bord du trou et s'y glissa avec toute la fluidité d'une ombre. Ses pieds touchant le sol, elle se glissa à l'intérieur d'un pas lent et sur. Dans le salon, elle remarqua aussitôt ce qui avait changé. La couverture. C'était donc ce que lui réservait Fenrir? Ce n'était pas plus mal, en fin de compte^^
Enfin, c'est ce qu'elle pensa avant qu'il n'insiste, cette fois encore, pour lui laisser sa chambre. Pour parler franchement, elle était fatiguée. Entre son entraînement et son coup de colère… Elle était sonnée, à présent. Accepter l'offre de Fenrir? A quoi bon, puisqu'elle ne dormirait pas, si elle devait se trouver seule?
Elle n'avait pas l'intention de lui demander de la rejoindre dans sa couche, aussi se contenta-t-elle de baisser la tête en signe d'abdication avec un sourire impuissant.


"Et bien soit… Je suppose que je n'ai pas le choix"

Elle jeta un petit regard en direction du lit, qu'elle entrevoyait. De là, elle verrait le canapé. Boah ça ne changeait rien au problème, mais bon…

"Et je suppose aussi que je dois te remercier…"

Avec un regard énigmatique, elle effleura le bras de Fenrir du bout des doigts, puis se glissa dans la chambre d'un pas toujours aussi fluide. Se mettant hors de vue de son hôte, elle ôta ce qui restait en trop, et se glissa dans son lit pour une nuit… agitée… Agitée comme les autres.

Assaillie par le sommeil, elle y sombra sans résistance, se livrant à sa torture rituelle, sachant d'avance qu'elle ne pouvait rien contre…

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mer 27 Sep - 14:15

Cela faisait déjà pas mal de temps que Fenrir et Namibe s’était rencontré sur la falaise…Enfin tout était relatif, ils ne se connaissaient que depuis quelques heures et déjà ils abordaient des sujets très délicats. Il ne se rappelait plus pourquoi ni comment ils en étaient arrivé à parler des origines de cette jeune alchimiste mais une chose était sur, elle maudissait ce sang hérité de ses parents. L’ange trouvait certes cela un peu triste de voir une fille détester son père alors que d’autres enfant comme lui n’avait jamais eu la chance de pouvoir en avoir un. Quelle terrible épreuve de devoir supporter l’absence d’un amour paternel et maternel, elle ne savait pas la chance qu’elle avait de pouvoir mettre un visage sur ce nom commun…Papa. Non, elle n’en avait pas la moindre idée mais quelque part, il comprenait qu’on pouvait avoir des parents cruels et mauvais alors il ne pouvait lui en vouloir pour ça. Il écouta ce qu’elle avait à dire jusqu’au bout et il comprit qu’il n’avait rien à rajouter car finalement, elle avait choisi sa voie. Il ne laissa échapper que ces quelques mots comme pour clore le sujet.

« Ce sang est peut être marqué par tes géniteurs… Cependant, plutôt que de l’empoisonner avec ces drogues, tu ferais peut être mieux de le purifier… »

Peu après, Namibe s’énerva suite au propos de l’ange déchu et elle passa sa colère sur les lapins en faisant augmenter la chaleur des flammes. Résultat, il n’y avait plus que deux animaux calcinés…Gaspiller la nourriture ainsi rendait Fenrir de très mauvaise humeur car lui qui avait souvent été dans le besoin, savait ce qu’était le manque de nourriture. Presque instinctivement, il donna une petite tape sur l’arrière de la tête de Namibe. Bien sur le magus expliqua ce qui avait motivé son geste et il se lança dans une grande tirade pour tenter de raisonner le jeune alchimiste ou du moins lui exposer sa façon de penser. Apparemment, cela ne fut pas inutile car enfin, elle se décida à lui en dire un peu plus sur elle et son passé. Il écouta sans dire un mot, notant chaque détails dans sa tête, elle n avait pas eu une vie de rêve mais elle s’en était contentée…Une très belle preuve de sagesse. Lorsqu’il leva les yeux sur elle, il vit qu’elle le regardait avec sourire, une larme glissant sur sa joue. Fenrir ne supportait pas de voir quelqu’un pleuré et la aussi plus par réflexe, il posa la paume de sa main droite sur la joue de la jeune fille et d’un geste délicat et très doux, il essuya cette larme avec son pouce. Et il ajouta avec un sourire que très peu de personne avait vu jusqu’à présent.

« Une aussi jolie fille ne doit pas pleurer…Tous ces souvenirs sont en toi et je suis sur qu’ils rendent la douleur un peu moins forte à présent… »

Cela faisait très longtemps qu’il n’avait pas fait preuve d’autant d’affection avec quelqu’un. Est qu’il commençait enfin à changer ? Depuis la mort de toute sa famille, il s’était renfermé sur lui-même, n’accordant sa confiance qu’aux loups et voila qu’il se mettait à sourire et à réconforter cette fille. Il enleva sa main de cette joue rose et commença à gratter les lapins toujours en écoutant le récit de Namibe.

« Je vois…Dans un sens, ce n’est pas plus mal que tu sois en train de me parler car je suis sur qu’ils auraient voulu que tu vive longtemps…Pour transmettre leur histoire et que tu fasse vivre leurs souvenirs. »

Il comprenait très bien ce qu’elle voulait dire, lui aussi avait souvent vécu avec les loups et encore maintenant c’était le cas. Il était membre d’un clan et pas n’importe quel membre, le plus haut rang et il se devait de veiller sur ses compagnons à poil.

Une fois le festin ingurgité, Fenrir entraîna la jeune alchimiste dans sa tanière afin qu’elle puisse y passer la nuit. Ce fut à ce moment là qu’elle accepta enfin de prendre le lit du magus et lorsqu’elle lui dit qu’elle n’avait pas le choix, il fit un signe de la tête lui indiquant qu’elle devait se conformer aux exigences de l’ange déchu. Elle fit ensuite une petite caresse sur le bras du jeune homme en lui demandant si elle devait le remercier et juste avant qu’elle ne pénètre dans la chambre, il lui attrapa la main et dit.

« Non, tu n’as pas besoin de faire ça…Excuse moi de t’avoir frappé tout à l’heure mais je n’aime pas voir la nourriture gâcher et encore moins voir quelqu’un triste. Passe une très bonne nuit… »

Puis il déposa un baiser sur la main de l’alchimiste et il la laissa se réfugier dans ce lit pas très douillait. Il attendit quelques instant assis sur le canapé qu’elle s’endorme puis il sorti de son antre. La nuit était maintenant profonde, seul la clarté de la pleine lune et celle des étoiles rendaient visible la petite prairie. Il était l’heure, Fenrir alla s’asseoir sur un rocher situé à quelques mètres de l’entrée de sa tanière et il attendit quelques minutes, les yeux fermés, écoutent les moindres bruits qui l’entouraient.

Enfin, des loups commencèrent à arriver et ils se réunirent tous autour du rocher. L’un d’eux semblait boiter et il avait beaucoup de mal à marcher. Chaque membre s’assit autour de Fenrir et l’un d’eux se décida à communiquer avec l’ange.

* Bonsoir Fenrir, comment allez vous ? *

* J’ai reçu une visite plutôt inattendu mais cette personne est endormie dans ma chambre donc tout va bien *

* Pourriez vous regarder ce qu’à Athos, on dirait qu’il s’est blessé en essayant d’attraper un lapin. *

Sans répondre, Fenrir descendit de son perchoir et il alla examiner le loup blessé en le forçant à s’allonger sur le dos. Pares quelques instants d’auscultation, le verdict sembla évident pour lui, Athos avait la patte cassé. Ce loup ne pouvait rester comme ça car il allait mourir. Avec le plus de précaution possible, il redescendit dans sa tanière chercher une trousse de secours espérant qu’il n’allait pas réveiller Namibe et il retourna auprès d’Athos.

*Je vais te faire une atèle, pendant à peu près deux mois tu ne pourra te déplacer alors le mieux c’est que l’un d’entre vous s’occupe de lui en lui amenant à boire et à manger pendant cette période.*

Une fois les soins terminés, tous les autres loups s’empressèrent de transmettre leurs douleurs à Fenrir, les uns souffraient de digestion laborieuse, les autres de coupures sous les coussinets…Et le magus prit beaucoup de plaisir à écouter chacun et les aider du mieux qu’il le pouvait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Dim 15 Oct - 20:37

Alors que Fenrir la retenait sur le chemin qui devait la mener à la chambre, elle se retourna vivement, le fixant d'un regard interrogatif, puis haussa un sourcil et, sans un mot, retira sa main de celle de Fenrir pour se glisser dans la chambre. Cet homme était-il donc vraiment si "civilisé" que ça? Lui qui s'était montré des plus secs, sur la falaise, lui ressortait à présent maximes et phrases dignes de grands romans. Sans l'énerver, cela laissa Namibe un peu pantoise. Elle resta une seconde dans l'encadrement de la porte avant de se glisser à l'interieur.

...

La cité. Encore cette cité, comme toujours, car il ne peut en être autrement. Elle n'a pas d'étreinte, pas de chaleur ni de vie à ses côtés capables de faire reculer la mort de cette cité. Elle n'en a plus.

Elle court, comme toutes les nuits, dans la même chemise ample d'un blanc pur, ses jambes et son épaule nues livrées à la cruelle morsure du froid... Elle a mal, très mal, et elle court. Lorsqu'elle s'arrête, c'est contre son gré, car elle sait ce qui l'attend ici. Cette mort, multiple et multipliée, refaite et vécue sans cesse, que son esprit a gravé pour la lui resservir sitôt ses yeux clos.
Tout à déjà commencé, et elle ne sait pas comment, ni pourquoi. Elle ne sait plus pourquoi ce sang qui lui est si cher coule. Elle oublie, chaque nuit, pour redécouvrir cette évidence une fois ses yeux ouverts. Ils meurent, ceux qu'elle aime, ceux qui sont sa chair et ceux à qui son corps à été offert sans la moindre réserve. Ceux dont chaque mort tue une parcelle de l'âme de l'alchimiste. Mais elle ne bouge pas. Elle les voit, sent l'odeur de leur sang, mais n'entend rien. Elle n'entend que son propre souffle, sifflant comme celui d'un cadavre.

Et puis, comme il le faut, comme chaque nuit, le dernier tombe, devant elle. Elle le rattrape mais ne le sent pas sous ses doigts, il est comme déjà mort, et pourtant il a les yeux ouverts pourtant son sang continue de couler. Ca c'est différent, car normalement, Namibe le sent. Elle sent la douceur de cette peau qui refroidit, et elle sent son souffle agonisant sur son visage. Elle sent son sang, tiède, sous ses doigts, alors qu'elle essaie avec fébrilité d'endiguer son flot. Mais là, rien.
C'est comme le perdre un peu plus. Quelle atroce sensation que de perdre le sens du toucher, et à la fois, qu'elle atroce pensée. Elle qui aurait tant voulu ne plus voir cela, chaque nuit... Elle se rend compte, à présent, que perdre cet ultime souvenir qui s'offrait à elle aurait été comme une seconde mort. Elle ne sent plus sa peau et cela fait redoubler la violence de ses larmes...

De ses larmes...


...

C'est avec un hurlement à la foix plaintif et effrayé qu'elle s'éveilla de ce tourbillon de pensées et de sensation. Ce songe avait été l'un des plus courts qu'elle ait jamais fait, car il était celui qui lui avait révélé son ignominie propre. Non pas qu'elle aimait à les voir décéder, chaque nouvelle nuit, mais elle avait besoin de les voir, et si le souvenir le plus fidèle qu'elle avait était celui de leur mort... Elle le garderait... La perte de ces sens lui avait montré à quel point elle angoissait à l'idée de perdre cet ultime effluve de sa guilde, de ce qu'elle avait été... La douceur de la chair et l'âpreté du sang.

En sueur, haletante et les yeux exorbités, elle s'inquiéta de son rythme cardiaque et de ses difficultés respiratoires. Une main sur le coeur, elle s'extirpa du lit et poussa un nouveau gémissement, comme retenu, sa respiration sifflante comme dans ses rêves. Elle tira à elle le drap et se mit à tituber en direction de la salle principale. Cherchait-elle fenrir? Au mieux, elle le réveillerait pour lui tomber dessus... Mais qu'importait, ce qu'elle venait de réaliser était trop dur, trop violent... Chez elle, seule comme toujours depuis son arrivée ici, elle se serait réfugiée dans son atelier et y aurait décelé des drogues capables de réguler son organisme instable par nature... Ce sang qu'elle ne devait pas pervertir parce qu'il était celui des Stark... Elle s'en foutait, de cet honneur, tout comme de sa vie. Elle avait trop souvent donner la mort pour trouver injuste de se l'appliquer. Elle n'était pas suicidaire, elle n'en avait pas le droit, sa parole étant d'or, mais... Mais qu'on ne lui demande pas de prendre soin de ce patrimoine génétique, et ce au détriment de l'alchimie. Elle était longue à la détente, et sans doute emportée par la souffrance découlant de ses rêves, mais... Mais elle sentait la colère poindre en elle... Une colère blanche et cruelle. Une envie de sang, d'action... Et pourtant elle ne tenait pas debout...
Fenrir n'était pas là... Et elle ne respirait toujours pas... De l'air, de l'air frais, c'était tout ce qui lui donnerait une chance de se relever de ce songe mordant. Elle ne pouvait pas pleurer, ne pouvant plus du tout respirer à présent, et se traîna a grand renfort des murs jusqu'à la sortie.

...

Une fois sortie, sa respiration commença à se libérer un peu... Toujours enroulée de façon hasardeuse dans le drap, elle fit deux pas avant de tomber, avec un chuintement épuisé, recroquevillée dans la terre battue, juste à la sortie de l'antre de son hôte...

Le front à terre, entre ses genoux repliés sous elle, ses bras serrant son ventre et les dents crispées, elle ne bougea pas, respirant très lentement, sifflant à chaque inspiration, laissant ses cheveux d'argent s'écouler comme un flot liquide dans la terre... Elle était à bout de force... Elle n'en pouvait plus, de ces nuits, qui chaque soir se répêtaient, de plus en plus dure... de plus en plus douloureuses...

Elle n'en pouvait plus.

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mer 15 Nov - 17:52

La nuite était calme, même un peu trop calme lorsque Fenrir attendit quelques instant dans sa tanière que Namibe finisse par s’endormir. Il s’était assis sur le divan qu’il avait aménagé en lit de fortune étant donné qu’il avait donné sa chambre à son invité et il contemplait les quelques étoiles que l’on pouvait apercevoir par l’ouverture. Ces nuits, il en avait rêvé des dizaines, voir même des centaines de fois…Pourvoir enfin dormir profondément sans risquer de mettre sa vie en danger. Seulement, aujourd’hui il n’avait pas sommeil et ce paradoxe en était presque risible. C’est ainsi qu’après avoir vérifié que la jeune alchimiste était profondément endormi, il se hissa hors de sa tanière, puis il alla s’installer sur un rocher qui se trouvait au milieu d’une clairière.

Alors qu’il continuait à observer ces astres lumineux, des loups firent leurs apparitions. Il les avait rencontré que très récemment lorsqu’il était en chasse et ils avaient tout de suite adopté le magus. Certes, il ne pouvait se venter d’être un membre à part entière du clan mais il donnait le meilleur de lui même lorsque la meute avait besoin de ses services. Ce fut encore le cas ce jour là, l’un d’entre eux qui se prénommait Athos venait de se blesser à la patte, synonyme de mort dans ce monde ou seuls les plus forts triomphent. Fenrir prit son temps et examina la patte de cette malheureuse bête…Il n’avait pas de grand talent dans le domaine médical mais les quelques cours de secourismes qu’il avait suivi se retrouvaient très utiles maintenant.

Le diagnostic venait d’être établie et malheureusement pour lui, Athos souffrait d’une mauvaise fracture qui l’empêchait de courir et de se déplacer aisément. Fenrir ne disposait malheureusement pas d’un grand choix de pommade ou autre remède qu’il aurait pu utilisé pour accélérer la guérison. Il retourna quand même dans sa demeure pour chercher de quoi faire une atèle. Lorsqu’il jeta un œil dans la chambre, il s’aperçu que Namide avait un sommeil plutôt agité mais il préféra ne pas intervenir car il risquerait de la réveiller. Il en ressorti quelques instant plus tard et une fois ces soins de fortune effectués, il retourna s’asseoir sur son cailloux entouré par ses semblables.

Fenrir avait ce don, il était capable de communiquer grâce à la télépathie avec ces mammifères. C’est d’ailleurs grâce à cela qu’il s’était très bien intégré dans la meute et tous étaient en train de « discuter », plaisantant sur divers sujet, extrapolant le nombre de gibiers tués et leurs tailles. Soudain, un cri retenti dans toute la clairière et en se retournant, l’ange s’aperçu que cette exclamation provenait de son antre. Il n’y avait qu’une seule personne dans ses appartements à cet instant et immédiatement, il songea à une attaque. Ces longues années à errer comme une âme en peine restaient gravé dans sa mémoire et il s’adressa un peu paniqué à ses semblables.

*Retournez tous dans la forêt ! Et occupez vous bien d’Athos.*

Les loups s’exécutèrent et Fenrir couru en direction du trou prêt à se défendre en cas d’agression mais à sa grande surprise, il vit Namibe se hisser péniblement et sortir. Elle fit quelques pas puis elle tomba enveloppé dans son drap. Une fois à sa hauteur, Fenrir la prit dans ses bras, puis il parti en direction d’une petite clairière traversé par un fin cours d’eau qui se trouvait à quelques mètres du refuge.

Il est vrai que cet endroit manquait cruellement de confort mais il avait agit dans l’urgence et en voyant l’état de la jeune fille, il songea qu’il était plus important de la rafraîchir un peu. Elle semblait avoir encore beaucoup de difficulté à respirer et quelques gouttes de sueur coulaient encore le long de ses tempes lorsqu’il la déposa délicatement sur cette étendue d’herbe verte. Il prit bien soin de l’emmitoufler dans le drap et il sorti de sa poche un morceau de tissu qu’il trempa dans l’eau fraîche et pure de cette rivière. Malheureusement, il n’avait rien pour éloigner la tête de Namibe du sol trop dure, il avait déjà enlève son haut et il se voyait mal utiliser son pantalon. Fenrir souleva délicatement la tête de son ôte puis il glissa ses jambes dessous afin qu’elles lui servent d’oreiller.Ça ne devait pas être très confortable mais c’était toujours mieux que de la terre sèche et dure. Il déposa ensuite les tissus mouillés sur le front de la jeune fille et il essuya ensuite la sueur se trouvant sur son visage. Le but n’était pas vraiment de lui faire sa toilette, il voulait juste qu’elle se calme un peu.

Il se calma également car pendant un instant, il avait vraiment cru que quelqu’un avait agressé Namibe mais cela était impossible, pas ici en tout cas…D’une voix calme et sereine, il brisa enfin le silence.


« Que s’est il passé ? Tu as mal quelque part ? Tu veux que je t’emmène à l’infirmerie ? »

Fait assez rare et qui méritait d’être souligné, il s’était inquiété pour elle et d’ailleurs, il était toujours inquiet…Il fallait juste que l’alchimiste se calme et qu’elle lui raconte ce qui l’avait mise dans cet état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Sam 23 Déc - 17:26

Grelottant dans le drap, elle resta silencieuse un long moment, son front finalement appuyé dans la terre et la mâchoire crispée. La fatigue et la douleur combinées se retenaient l'une l'autre, leur lien s'affaiblissant, certes, mais demeurant assez fort pour les entretenir. L'alchimiste du se concentrer et prendre conscience même de sa respiration pour réellement influer dessus. Elle fronça les sourcil et, toussant, finit par donner un peu de régularité à son rythme. Avec un gémissement, elle sentit alors la fatigue l'envahir. Son souffle, toujours rapide, ses yeux toujours ouverts et ses muscles tétanisés, elle ne pouvait succomber à la vague de sommeil l'envahir. Elle ne dormait plus depuis trop longtemps, ou alors trop peu… Mais c'était plus fort qu'elle, et l'état dans lequel la mettaient ces rêves l'empêchaient de contrôler son repos.

Elle était anxieuse… de plus en plus, depuis qu'elle avait quitté sa cité, elle sentait son organisme se dérégler. De plus en plus, elle se rendait compte des réels effets que l'alchimie avait sur son sang. Il affluait avec violence, forçait le passage dans ses vaisseaux, et avec le coup qu'il venait de subir avec ce réveil, c'était plus flagrant que jamais… Pourquoi? Pourquoi maintenant? Elle n'utilisait que très peu l'alchimie, ces derniers temps, et donc ne le soumettait pas à beaucoup de mutations. Cela signifiait que, si elle n'en ressentait pas les effets consciemment, elle était devenue dépendante à ces poisons? Que la drogue et l'arsenic étaient devenues des apports nécessaires à un organisme souillé?
Ca ne la surprenait que très peu, tant avaient été fréquentes les fois où elle était allée jusqu'à se déclencher des crises à trop s'injecter de poisons, à trop faire de son sang la plus redoutable des drogues. Dans les livres, depuis la nuit des temps, les alchimistes étaient morts avant l'âge attendu, et dans un état de décrépitude avancé… Mais elle était si jeune, tout juste 17 ans. Cependant, très rares étaient les alchimistes au services de la mort. Des rats de laboratoires, s'ils étaient souvent leur propre cobaye, ils ne faisaient de leur organisme qu'une passerelle sur laquelle évoluer avec un certain respect, un certain contrôle, prévoyant chacun de leur gestes, non pas soumis aux exigences et aux imprévus d'un combat. Alors Namibe avait comme accéléré ce processus de destruction? Ca ne la gênait pas réellement, elle n'avait jamais songé qu'une longue vie l'attendait, mais elle n'avait non plus jamais songé que si vite elle allait ressentir ces effets là… Que si vite son corps n'aurait comme corde de sauvetage que les pires poisons. Ce qui lui arrivait lui dessinait un très clair tableau des années à venir : sans l'intervention incessante de l'alchimie, de ses composants, son corps se mettrait à lutter, et perdrait… Perdrait contre ce qui lui était nécessaire.


"… Je vais… finir par saturer... Ce sera fini"

Sa voix crissant, très basse, elle avait fait un effort terrible pour simplement prononcer ces mots.

A cet instant, elle sentit deux mains s'emparer de ses épaules et renverser en arrière son torse. Elle se laissa balloter, la nuque endolorie, la bouche entrouverte sur un souffle moite. Elle avait les yeux plissés, comme deux fentes insondables, mais la netteté lui était suffisante pour rendre reconnaissable Fenrir. Elle ne lui sourit pas, rien, et se laissa soulever sans un son. Elle était légère, ses os d'une grande fragilité, son front vaguement souillé par la froide sueur de la nuit et la terre. Ses cheveux s'écoulèrent en arrière avec douceur…

Elle ne fut pas vraiment consciente de ce qui lui arrivait, pas consciente du trajet, jusqu'à se sentir installée par l'homme loup. Le chant d'un courant d'eau lui emplit la tête. Celui-là et celui des grillons, combinés. Comment l'atmosphère pouvait-elle être aussi douce en un moment pareil?
Elle fronça les sourcils et se laissa faire, profitant des gestes de l'homme. Lorsqu'il eut finit, et qu'il appuya sa tête à ses genoux, elle entrouvrit les yeux, un peu plus, et crissa des dents. Ca allait mieux. Elle était passée à côté d'une crise réelle grâce au calme revenu. Que lui était-il arrivé? Comment le lui expliquer… Lui qui lui avait fait comprendre quel dégoût il avait pour cette science qui souillait le sang de l'être bien portant…
Elle leva une main qui lui sembla trop lourde et la posa sur son front.


"Un… un songe. Un souvenir qui revient et qui s'efface à la fois…" Elle cilla et porta son regard sur le courant d'eau qui dansait à côté d'elle. "Ca m'a perturbée et le choc à un peu secoué mon organisme… fragile"

Elle n'en dit pas plus, les dents scellées, les yeux fixes comme ceux d'un mort. Dans la pénombre de la nuit, ses pupilles rouges se moiraient de reflets d'or et d'ombre… Tout comme les rayons lunaires donnaient à son visage livide quelque chose d'incertain et de fugitif, l'air de menacer de se dissiper au moindre coup de vent.

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mar 12 Juin - 23:13

L’atmosphère se faisait un peu plus sereine au bord du ruisseau. Namibe était toujours allongée à même le sol, la tête reposant sur les jambes de Fenrir. Sa respiration était quelque peu saccadée, son front luisait à cause de la sueur qui le recouvrait et à plusieurs reprises, il l’avait entendu crisser des dents. L’ange avait prit les devant en trempant un tissu qu’il avait gardé dans sa poche dans l’eau et délicatement, il rafraîchissait le front de la demoiselle. Une drôle d’impression commençait à torturer son âme, il se montrait doux et attentionné avec elle alors qu’il ne l’avait rencontré que très récemment. Etait ce un signe du destin ou simplement une pure coïncidence ?

Le jeune homme se ressaisi quelques instants plus tard et il commença à questionner Namibe sur les faits qui s’était déroulés dans sa tanière. Il s’en voulait un peu de l’avoir laissé seule mais il ne pensait pas qu’une telle chose se produirait. La jeune alchimiste commençait à reprendre un peu du poil de la bête car elle put bougé sa main qu’elle déposa sur son front. Enfin, elle prononça avec difficulté quelques mots qui soulagèrent un petit peu la conscience du magus. Il murmura quelques mots et laissa échapper un petit soupir.


« Ouf ce n’est que ça… »

Il était tout à fait apte à la comprendre car si il s’agissait des mêmes souvenirs qu’il avait vécu lors de son enfance, un tel traumatisme pouvait engendrer un tel état…Voir même pire. Fenrir prit délicatement la main de Namide et la posa sur le morceau de tissu qui était toujours sur son front. Le jeune homme prit la parole afin de la rassurer sur ce qu’il avait l’intention de faire.

« Bon je vais essayer de te détendre un peu alors détend toi un maximum et ferme les yeux…Ca sera beaucoup plus relaxant. »

Il n’était pas vraiment doué pour ce genre de chose car la délicatesse n’était pas une de ses spécialités mais il se devait de faire quelque chose. Fenrir déposa ses mains sur les tempes de la demoiselle et entreprit un petit massage. Il avait remarqué lorsqu’il avait déposé la tête de la blessée sur ses genoux que ces muscles étaient raidis ainsi que ceux du cou. Et après avoir réfléchi, il ne voyait que ce moyen pour calmer ces contractions.

La nuit était à présent bien installée sur l’île, les animaux nocturnes commençaient leurs balais quotidiens. Dans le creux d’un arbre, une chouette poussait des petits cris guettant une éventuelle proie. L’eau s’écoulait dans le lit de ruisseau avec un bruit agréable. L’endroit était idéal pour permettre à cette demoiselle stressée de se ressourcer.

L’ange fit glisser ses mains le long des joues de Namibe, lui offrant ainsi une petite caresse puis il s’arrêta au niveau de la jointure des mâchoires et recommença ses soins. Elle avait crisser des dents aux moins deux fois, ce qui trahissait une contraction à cet endroit. Le jeune homme s’y attarda quelques minutes puis il fit à nouveau glisser ses mains sur la nuque de l’alchimiste en dégageant sa chevelure soyeuse. Un peu intrigué par les résultats de ses massages, il reprit la parole.


« Tu te sens un peu mieux ? J’ai pas vraiment d’expérience pour les massages alors ne m’en veux pas si ça ne te fait rien. »

En tout cas, son geste était partit d’une bonne intention mais il attendait sa réponse avec intérêt car si elle souffrait encore, il n’aurait d’autre choix que de l’emmener à l’infirmerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Jeu 14 Juin - 23:13

Voyant qu’il ne lui demandait pas davantage de détails de sa nuit, la jeune femme ne put tout à fait retenir un vague soupir soulagé. Oui, ça n’était que ça… simplement cela. Simplement un passé qui fuit… un peu plus loin. Qui s’échappait comme si les lieues qui l’en séparaient ne suffisaient plus. Elle esquissa un sourire un peu apaisé, qui se transforma en curieux lorsqu’il lui parla de la détendre. En effet, tout ce que son organisme demandait, c’était du calme… Et tout ce à quoi aspirait son esprit était à la tempête. Elle fronça les sourcils puis, sa nuque réchauffée par la chaleur de la chair de l’ange, elle se laissa faire. Lorsqu’il commença, elle se crispa, d’abord. Elle ne s’y était pas attendue du tout. Au contraire, elle songeait plutôt à quelque démonstration d’un pouvoir apaisant… Après tout les gens, sur Ynis, avaient recours à leurs pouvoirs au moins autant que Namibe à ses mains. Mais sitôt la surprise passée, elle finit par trouver agréable ce qu’il était en train de lui faire. Elle leva un peu plus le menton, comme si elle en demandait davantage. Sa respiration était toujours sifflante, et son cœur battait de façon tout à fait désordonnée, mais un sourire vint poindre sur ses lèvres diaphanes. Elle se concentra simplement sur le chant du ruisseau, juste à côté d’eux, et se laissa porter par ce son, combiné au massage. Très lentement, elle sentait la brûlure, dans ses poumons, diminuer. Elle était encore très prenante, mais demeurait supportable.
En sentant les mains de l’ange glisser sur ses joues, elle abaissa son menton. Puis il se remit à la masser, à la mâchoire cette fois. Cela pouvait paraître étrange, saugrenu à n’importe qui d’autre. Mais Namibe connaissait trop bien l’anatomie humaine pour ignorer à quel point cette zone là témoignait de l’état nerveux du sujet. C’était pour cela d’ailleurs que cette zone était la première à se crisper en cas de contrariété. Elle se concentrait un peu moins sur les sons, ses mains oeuvrant trop près de ses oreilles pour cela.
Une fois de plus, les mains glissèrent, dans sa nuque cette fois. Elle s’attendait presque à ce qu’il la masse, là aussi, mais non, il se contenta de dégager sa chevelure d’argent, dans laquelle s’étaient plantées quelques petites feuilles, venues donner à l’alchimiste des allures de nymphette. Quelle ironie, une citadine pareille, abhorrant à ce point tout ce qui avait trait, de près ou de loin, à la nature… quelle ironie que relâchée et passive, ça soit à ces créatures sylvaines qu’elle s’apparente.

Elle rouvrit les yeux et lui sourit d’un air soulagé. Elle tenta tant bien que mal d’acquiescer, mais n’y parvint pas, avec les mains de Fenrir dans sa nuque. Elle prit alors la parole, d’une voix un peu cassée.
« Merci beaucoup… non ça va aller maintenant… je pense »
Elle se contenta de le regarder. Sans doute aurait-elle dû se redresser dès lors, histoire de ne pas rendre ambiguë un tableau qui pour elle ne l’était pas, mais n’en fit rien. Sans doute parce qu’elle était collée là à la fois par les mains de son masseur de fortune, et à la fois par la berceuse de l’eau. Elle referma les yeux une seconde, puis tourna la tête vers ledit ruisseau. De nuit, ainsi, il était très beau. Objectivement, il y avait une telle harmonie dans ces couleurs froides et obscures, parsemées des reflets d’argent que l’astre lunaire égarait entre les ramures des arbres… que même Namibe en était enchantée. Et ça n’était pas peu dire. Elle finit par relever un peu la tête, ses cheveux s’écoulant dans les mains de Fenrir comme si elles étaient sensées les recueillir, et s’appuya sur ses coudes, difficilement, pour bouger un peu. Elle ne s’était pas relevée, techniquement, mais avait pu décoller sa tête des genoux de l’ange, ce qui n’était déjà pas mal.
« Dis-moi… où sommes-nous ? » Elle laissa à nouveau son regard errer vers le ruisseau, puis le reporta sur lui pour lui sourire. « Pourquoi… m’as-tu amenée ici ? » La question pouvait paraître insipide, dans la mesure où il l’avait trouvée enroulée dans un drap, à moitié vêtue, comme traînée hors de la tanière par son manque d’air. Aussi aurait-il été mieux placé pour les questions… Enfin, techniquement, il était mieux placé pour autre chose encore, et le froid lui faisait petit à petit prendre conscience de la tenue dans laquelle elle avait dormi… Et me voila derechef redevenue la « poupée » La marionnette désarticulée qui n’a ni forces, ni réalité, songea-t-elle.
Elle plissa les yeux et replia ses bras, retombant piteusement sur les genoux de Fenrir.
« Raaaaaah… j’ai horreur de cet état » Elle eut un sourire d’excuse et laissa échapper un ricanement bas, en se passant une main sur les yeux… au réveil d’un songe. « D’ordinaire, je me débrouille pour être seule, quand ça me prend… enfin, navrée… et encore merci, surtout » Elle entrouvrit la bouche, comme si elle avait oublié quelque chose, et ôta la main pour la poser sur le bras de Fenrir. Ca n’avait pas grand-chose de charmeur. Certes le geste était doux… mais en même temps, Namibe tuait en douceur également, il ne fallait donc pas trouver dans le moindre de ses actes du charme… bien qu’il soit difficile de faire la part des deux.
Elle prit l’inspiration des gens pleins d’idées, et son regard s’éclaira.
« Je voulais te dire. Tes massages, en effet, ils ne sont pas ceux d’un professionnel… » et je parle en connaissance de cause, ajouta-t-elle mentalement. « … mais ils sont fort prometteur, et je t’encourage à poursuivre l’entraînement. Enfin, c’est pas une demande, mais crois moi il y a des tas de midinettes qui ne pourraient refuser un tel moment de détente » Un clin d’œil malicieux donna à son visage et à son sourire un peu plus de lumière. Comme si elle compensait son immobilité actuelle par sa vitalité de son masque. Elle prit soin de retirer sa main du bras de Fenrir, et recroisa à nouveau les siens sur sa poitrine pour pallier au froid ambiant. Un frisson se promena le long de son échine.

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mer 8 Aoû - 15:09

(Je vais le faire râler un peu ^_^…Tu m’en voudra pas hein ?)

Fenrir ne pensait absolument pas que ses massages allaient soulager la douleur de cette demoiselle. A vrai dire, il avait vu ça dans un de ses nombreux livres mais il n’avait jamais pratiqué cette « science » a proprement parlé. Il sentit la nuque raidie de l’alchimiste se détendre petit à petit et lorsqu’il l’entendit dire quelques mots, il fut un peu rassuré. Elle avait beau dire qu’elle allait à peut près bien, lui ne semblait pas du tout convaincu par ses propos et la suite allait bientôt le conforter dans son opinion. Elle réussit dans un premier temps à se redresser tout en posant quelques questions et avant qu’il n’ait eu le temps d’y répondre, il vit Namibe s’écrouler à nouveau sur ses genoux. Le jeune homme arqua un sourcil et ajouta de sa voix grave et un peu sévère.

« Arrête un peu de gigoter comme ça imbécile ! Tiens-toi tranquille cinq minutes sinon je t’assomme. »

Un soupir glissa entre ses lèvres et il ajouta.

« Je t’ai amené ici parce qu’il me fallait un peu d’eau froide pour essuyer ton front et faire un peu baisser ta température. C’est ici que je viens régulièrement puiser de l’eau et me laver, j’ai découvert cet endroit il y a peu de temps et ça me dérangeraient si d’autre personne venait ici…Je compte donc sur toi pour garder ce lieu secret. »

Le jeune homme s’excusa ensuite pour son manque d’expérience en tant que masseur pour jolies filles et il fut surpris lorsqu’elle posa sa main sur le bras du magus. Fenrir sentit la chaleur se propager sur sa peau et même si la température externe avait chuté, celle de la jeune fille était encore un peu élevée. Lorsqu’il entendit les paroles que prononça Namibe, le jeune homme baissa la tête terriblement vexée. En fait, elle pensait qu’il l’avait amené ici dans le seul but de profiter d’elle et que ces messages étaient une manœuvre pour la mettre en confiance. Sans attendre plus longtemps, il retira ses mains et délicatement, il releva la jeune fille afin d’enlever ses jambes puis il se mit debout tapotant son pantalon afin d’y enlever les feuilles restées collées. Son visage n’affichait plus aucun sourire et il se dirigea vers le bord du ruisseau en prenant soin d’éviter le regard de la demoiselle. Les mains dans les poches, il contemplait l’eau s’écoulant sans fin et finalement, il prit la parole avec un ton neutre.

« Je ne compte pas séduire des « midinettes » de cette façon, ces massages avaient simplement pour but de te soulager. Je suis vraiment déçu que tu ais cru qu’il s’agissait d’une manœuvre. »

Il avait envie de rentrer dans sa tanière et de la laisser ici mais il n’était pas le genre d’homme à laisser une fille seule et peut vêtue perdue dans la forêt. Mais il ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir d’avoir cru qu’il allait profiter de la situation. Sans pour autant se retourner, il indiqua avec son doigt la direction de sa tanière et ajouta avec amertume.

« Ma tanière est un peu plus loin, si tu te sens mieux, tu devrais aller chercher tes affaires et rentrer chez toi. Tu y seras sûrement plus l’aise qu’ici… »

Fenrir s’asseya sur cette berge, prenant de temps à autre un petit caillou qu’il lançait dans l’eau espérant faire quelques ricochets avant qu’il ne coule. Il tournait le dos à Namibe et ne pouvait voir ce qu’elle faisait à présent qu’il était loin d’elle. L’ange stoppa son amusement lorsqu’il entendit des bruits venant de la rive opposée. D’abord sur ses gardes, il fut rassuré de voir une biche et son petit venant s’abreuver avec cette eau pure et limpide. S’il n’avait pas attrapé les lapins tout à l’heure, son instinct animal l’aurait sûrement poussé à attaquer ces bestiaux car ils étaient vulnérables à cet instant. L’habitant replia ses genoux et les saisi avec ses bras, puis il se contenta de regarder la scène sans interférer et sans se soucier de ce qu’il se passait autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mar 14 Aoû - 3:31

[je n’en attendais pas moins de ta part hihi si ton perso n’était pas râleur, il ne serait pas digne de toi !
Elle reste volontairement muette au début, pour qu'on puisse avancer dans le topic ^^]


Vertement réprimandée par le jeune homme qui avait pris soin d’elle, Namibe leva un regard un peu curieux dans sa direction, étonnamment pas froissée par le délicat qualificatif dont il l’avait affublée. Se faire traiter d’imbécile avait pourtant d’ordinaire le don de la faire grimper au rideau, toutes griffes dehors, mais elle se retint pour cette fois, observant simplement en silence la personne qui avait su la ramener rapidement de l’ébauche d’une crise qui s’annonçait violente. De plus la menace de l’assommer était, dans l’état, tout à fait facile à mettre à exécution pour lui, aussi gagnait-elle à rester plus ou moins calme. Il était rare que l’alchimiste se laisse ainsi dompter, mais elle retrouvait dans cette petite scène un ancien rapport de force : celui qui existait entre feu son éducateur, son maître et par là même son amant, et le petit flocon de neige qu’elle était. Souvent elle se retrouvait à terre, percluse des coups donnés par son tuteur lors des entraînements, à sa merci totale. Et à ces moments là, il avait le droit de lui asséner toutes sortes de jugements et de menaces, elle n’avait non seulement pas la force, mais pas le droit de renâcler. C’était un jeu de dominant et dominés. Et on pouvait considérer que celui qui était au dessus en général dominait celui qui gisait sur le dos, rendu à son bon vouloir.
Elle n’ajouta donc aucun mot. Elle ne parlait pas pour ne rien dire, en effet, et avait même plutôt tendance à taire ce qu’elle avait sur le bout de la langue, en principe. Aussi se contenta-t-elle simplement de prêter une oreille attentive à ce qu’il avait à répondre à sa question. Garder un lieu secret ? Ah c’était bougrement dans ses compétences. Garder un secret en général était chose inhérente à la nature de Namibe. Comme tous les alchimistes traditionnels depuis la nuit des temps elle avait dû une part de sa survie au secret, à tout prix. Secret des arcanes de sa sciences, qui valurent à ses prédécesseurs de finir sur des bûchers, sous les jurons et traités d’hérétiques. Secrets de sa guilde, qui lui valurent de nombreux interrogatoires musclés aux quatre coins de sa cité. Interrogatoires qui souillèrent ce petit corps d’hématomes et d’autres immondices que seuls les hommes les plus torves pouvaient imaginer. Puis d’autres, menés par ses géniteurs, en quête du foyer de cette organisation que tous désiraient saisir sans jamais mettre la main dessus. Tout cela était loin, aujourd’hui, mais Namibe avait encore comme réflexe de se raccrocher à ce qui de près ou de loin la ramenait à son passé. Elle n’était décidément pas près de s’en détacher afin de la vivre, cette vie qu’elle avait fait le serment d’emprunter.

Là encore elle ne répondit rien de plus qu’un hochement de tête rassurant, fermant les yeux un instant avec sérieux, signe que oui, ce lieu resterait celui de Fenrir. Elle ne le lui précisa pas, mais s’il le désirait elle ne s’y rendrait pas même elle. De toutes façons, ainsi paumé au beau milieu d’un bois, il n’était pas de ces lieux qu’elle affectionnait particulièrement. Elle eut alors la brillante idée de tenter un brin d’humour afin de masquer son malaise. Brillante l’idée brillant l’échec, elle vit bien vite le visage du jeune homme ténébreux se faire plus contrit encore qu’il ne l’était à l’origine, mécontent, vexé, même. Elle ne saisi pas aussitôt ce qui lui avait déplu dans son trait d’humour, mais n’eut pas le loisir de le lui demander étant donné que bien vite il la souleva pour se soustraire à son poids. Elle se servit de son coude comme d’une cale, remontant alors sur elle le drap qu’elle avait subtilisé en sortant, et ne le lâcha pas des yeux. Il alla, tout renfrogné qu’il était, s’isoler loin d’elle pour s’abîmer dans la contemplation du ruisseau et des ô combien passionnantes feuilles qui y dansaient. Namibe ne pipa mot, là aussi, se contentant de l’observer. Vint enfin l’explication à laquelle elle laissa échapper un profond soupir passablement excédé. Alors le « midinette » avait blessé le jeune homme ? Rares avaient été les personnes qu’elle avait pu croiser dotées d’une telle susceptibilité. Mis à part elle, peut-être. Toujours était-il qu’elle se contenta là encore de garder le silence, absolument pas intéressée par des joutes verbales au vu de son état. C’est volontairement qu’elle le laissa d’abord grogner dans son coin, et ce jusqu’à ce qu’il lui indique la direction de sa tanière. Sur ce, elle se leva, ou plutôt tenta de se lever. Un peu trop faible d’abord, les doigts crispés dans le drap plus par fatigue que par pudeur, elle manqua de retomber et dû mettre un genou à terre.
Elle resta dans cette position, comme faisant au jeune homme une révérence boiteuse, avant de relever vers lui un regard flamboyant, derrière la cascade de cheveux d’argent. Il ne la regardait pas le bougre ! Elle suivit les yeux bleus de celui qui avait été son hôte et son masseur pour apercevoir elle aussi deux bestioles. Il me délaisse pour du gibier, cet homme est au summum du mauvais goût, songea-t-elle. Bizarrement, cette idée la fit sourire d’un sourire énigmatique et, toujours son genou à terre et l’autre replié sous son coude, elle arrangea de la main droite le drap qui la protégeait encore.
« Je ne pensais pas te froisser, en disant cela, et je crains que tu ne te sois mépris sur le sens de mes propos » Elle sourit d’un air énigmatique et leva vers lui son petit museau, des mèches d’argent dévoilant un regard largement plus vif que ne l’était son corps encore retourné. « Je ne doute pas qu’il ne soit pas dans les intentions de l’ours mal léché que tu es de me séduire, ni de séduire les midinettes qui passeraient sous ses mains. En fait ça n’était que de l’humour et un moyen comme un autre de masquer mon état » Il était idiot d’avouer une telle chose, même pour se justifier, mais ça n’avait pas d’importance après tout. En l’occurrence, cet homme l’avait vue dans un état pire que tout ce qu’elle avait jamais montré à quiconque en dehors de son tendre Daeniel. Tendre…
Toujours était-il que sa discrétion sur le sujet, celle qu’il avait montré lorsqu’il l’avait amenée ici, valait toutes les justifications qu’elle pourrait donner. Il n’y avait là dans son attitude rien d’équivoque. A la différence de cet instant où elle avait posé sa main sur le bras de fenrir, ou encore lorsqu’elle lui avait fait la reflexion sur ses massages. Non, là, s’il s’était tourné vers elle il aurait vu comme un combattant saluant un adversaire plus fort, le bras appuyé sur un genou franc, bien que flanchant un peu sous l’épuisement. Elle le regarda quelques secondes de plus, en silence, puis se leva finalement. Elle tituba un peu, arrangea à nouveau le drap sur sa poitrine. Il tombait bas sur ses reins, dans son dos, mais elle ne chercha pas à l’arranger. Elle n’était pas le moins du monde pudique, et aurait tout aussi bien pu se promener dans la tenue d’Eve sans que cela ne la gêne le moins du monde. Elle était une guerrière pour qui ce corps était une arme, et non plus un bien à garder secret. Puis il en avait tant vu en dépit de sa fraîche jeunesse, qu’elle n’avait plus vraiment grand-chose à craindre de plus dorénavant, et surtout pas sur la paisible et langoureusement ennuyeuse île d’Ynis Witrin. Là, elle se tourna vers lui, son regard avait perdu de sa chaleur, mais, en dépit du mal qu’elle avait à tenir debout, il avait conservé son impact.
« Je n’ai pas envie de te fausser compagnie, Fenrir, mais si ma présence t’importune dans la contemplation de ton gibier, alors je me retire… Si tu reviens sur ton impression et ta méprise je serais heureuse de croiser à nouveau ta route… » Comme elle avait tendance à le faire, souvent, elle s’humecta les lèvres, les mordilla un instant comme sous l’emprise d’une réflexion quelconque. « Je pense que nous nous ressemblons bien plus que tu ne l’imagines, et je m’excuse encore pour ce trait d’humour s’il t’a réellement blessé. J’ai fort peu d’estime pour les hommes tels que celui que tu crois être à mes yeux… Et j’aurais préféré plonger dans l’eau glacé de ton ruisseau que de rester un instant à tes côtés si j’avais sincèrement cru que c’était pour abuser de moi que tu m’avais conduite ici » Sur ces mots, sur ce ton plus sec qu’il ne l’avait été de toute la soirée, elle lui tourna le dos à son tour, sans s’en aller pour autant. Elle offrait, certes, son dos entièrement et largement dénudé à la vue potentielle de l’homme, mais rien dans l’attitude de Namibe n’incitait à quelque manœuvre séductrice. En fait, sa posture était très simple, elle était celle d’une personne cherchant sa route du regard.
Il avait eu beau la lui indiquer, elle n’en demeurait pas moins complètement paumée sitôt qu’elle se trouvait en milieu naturel. Et bien qu’il ne soit pas dans ses intentions de demander quoi que ce soit au caractère de cochon qui se trouvait dans son dos, elle savait par avance qu’elle finirait par s’égarer. Aussi prenait-elle son temps avant de décider du chemin à emprunter. Après tout, sa dernière promenade en forêt s’était soldée par un grandiose égarement des moins flatteurs pour elle durant lequel les inondations s’étaient succédé aux petits feux de forêts. Elle songea alors que cette fois elle n’avait pas Cronos avec elle, et que cela éviterait sans doute qu’elle ne se perde de trop. Avec un peu de chances, seule, elle retrouverait quelques traces de la civilisation.

Les minutes s’écoulèrent ainsi.

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Lun 17 Sep - 19:43

(Pardon pour le retard…Pour me faire pardonner, je vais faire te faire une petite surprise !! Si toutefois quelque chose te gène, dis le moi. Wink )

Encore une fois, le jeune homme avait fait parler la poudre en lançant une magnifique réplique destiner à mettre les choses au point avec son illustre invité. Bien sur, Namibe était une jeune fille charmante et à première vue, elle semblait être doté d’une intelligence tout à fait remarquable. Peut être avait elle été séduite de cette façon dans le passé mais ça n’était pas du tout dans les intentions de l’ange. Peut être si son instinct animal du à son pouvoir d’animagus loup avait été prédominant, il se serait laisser aller à ce petit jeu…Blessé dans son orgueil, il préféra s’écarter d’elle pour définitivement mettre fin à tout quiproquo et il s’installa sur la berge. Devant lui se trouvaient deux proies éventuelles qui attirèrent son attention mais très vite, ils se sauvèrent à cause de la demoiselle qui semblait vouloir se lever.

Il ne l’avait toujours pas regarda et pour l’instant, il se basait uniquement sur les bruits qu’elle faisait. Puis le silence fut brisé lorsqu’elle prit la parole. Fenrir serra les dents pour ne pas lui râler dessus car selon lui, elle venait clairement de lui dire qu’il avait mal interprété ses propos. Non mais pour qui se prenait elle ? Il ne prit pas la peine de répondre cependant et il se contenta d’écouter les quelques explications supplémentaires qu’elle tentait de lui fournir. Maintenant, elle prenait même le risque de le traiter d’ours mal lécher…Lui qui était déjà pas mal énervé, elle ne trouvait rien de mieux que d’en rajouter une petite couche. Il adopta un ton un peu sec et répondit sans lui adresser un seul regard.


« Et bien saches que ton humour est plus blessant que drôle et si tout fois l’ours mal léché à mal interpréter tes propos, c’est peu être parce que tu t’es très mal exprimé ! »

Non seulement il était râleur mais le pire de tout c’était qu’il ne voulait pas admettre qu’il avait pu commettre une erreur. Elle aurait peut être du faire attention dans ses propos mais lui aurait peut être du faire preuve de plus de patience avant de monter sur ses grands chevaux. Mais si il y avait bien une chose que le jeune homme voulait éviter à tout prit, c’était d’avoir des regrets. Les choses étaient ainsi faites, la passé était derrière lui alors il fallait aller de l’avant sans regretter les gestes qu’il avait fait…Même si il avait commis des erreurs.

Namibe semblait avoir quelques difficultés car elle faisait beaucoup de bruits qui trahissait un manque d’équilibre mais le râleur ne se retourna pas pour autant. Si s’était encore pour se faire traiter de profiteur, il préférait la laisser se débrouiller ou bien qu’elle lui demande de l’aide. Toutefois, elle continua sa tirade et sa première phrase n’aida pas l’ange à changer sa position vis-à-vis de cette querelle. Déjà, il n’avait à aucun moment affirmer que sa compagnie lui portait préjudice et maintenant, c’était à lui de reconnaître qu’il avait tort dans cette affaire. Fenrir ouvra la bouche pour se défendre mais étrangement rien ne sortit et il trouva la force d’écouter à nouveau cette fille. Enfin, elle prononça les paroles qu’il attendait depuis pas mal de temps…Un simple « Je m’excuse ». Il ne lui en fallait pas plus pour qu’il change radicalement d’attitude et qu’il pardonne.

A cet instant, il se leva et lorsqu’il daigna enfin lui adresser un regard, il aperçu Namibe de dos qui semblait ne pas avoir comprit ou se trouvait la tanière du magus. Il se dirigea vers elle à pas lent et sans crier gare, il la prit dans ses bras exactement comme il l’avait fait pour l’amener ici…Ce geste pouvait paraître assez suspect étant donné leur petite dispute mais il n’en était rien et Fenrir allait se charger de le lui faire savoir. Il regarda l’alchimiste dans les yeux, la mine sévère.


« C’est entendu, j’accepte tes excuses et j’admet avoir mal interprété tes paroles. Néanmoins je ne te permet pas de me dire que nous ne somme pas différent l’un de l’autre. Je suis beaucoup plus complexe que tu ne semble le croire et je ne pense pas que les quelques heures passer ensemble suffisent à dire ça. »

Les yeux plongés dans ceux de Namibe, il voulait lui faire comprendre qu’il n’était pas ce genre de personne fade qu’on cernait en 2 minutes. Toutefois, le visage de l’ange se détendit et un sourire se dessina sur son visage avant qu’il ajoute d’un ton moqueur.

« Bon puisque tu semble aussi à l’aise dans une forêt qu’un canard devant un piano, je vais te reconduire. Mais avant, j’aimerai te montrer quelque chose et ne va pas croire que c’est un coup tordu. »

Fenrir s’engagea dans un petit sentier qui serpentait le long du ruisseau, toujours avec Namibe dans ses bras car vu son état, elle ne devait pas être en état de marcher. Et puis de toute façon, il ne la laisserait pas descendre alors autant le lui dire…

« Je te laisserai descendre une fois arrivé, le chemin est assez glissant et comme nous somme près de la berge…Enfin je vais pas te faire un dessin donc je te demande de supporter encore un peu cette position. »

Cette petite excursion ne dura que quelques minutes et de plus en plus, un bruit d’eau s’abatant sur des rochers s’amplifiait au fur et à mesure de leurs progressions. Il y avait un peu plus d’humidité dans l’air et malgré l’obscurité, le jeune homme arrivait très bien à se repérer et à avancer. Cette balade prit fin au pied d’une cascade d’une cinquantaine de mètre de haut se jetait dans un petit lac qui donnait naissance à ce petit ruisseau. Fenrir s’avança un peu plus près de la chute d’eau par le biais d’une petite montée qui plaçait la rive à un mètre à peu près du lac. Un tronc d’arbre s’était effondré et il faisait le lien entre les deux rives. L’ange grimpa dessus toujours avec Namibe dans ses bras et il s’avança jusqu’au milieu de ce pont de fortune faisant face à la cascade.

« Tu m’a promis de garder le secret, alors je voulais juste te montrer le plus bel endroit de Ynis Witrin…Mais ce n’est pas la seule raison. »

Sans dire un mot de plus, le fourbe lâchât la pauvre jeune fille au dessus du lac et avant qu’elle ne tombe dans l’eau, il arrêta le temps. Un petite sourire plein de malice se dessina sur ses lèvres et il se dirigea vers sa tanière tout en laissa Namibe en suspension. Une fois arrivé, il se glissa dans l’ouverture avant de récupérer dans un placard une couverture et deux serviettes. Il en profita également pour récupérer les vêtements de son invité avant de retourner à pas lents vers la cascade figé elle aussi.

Il s’installa sur la berge du petit lac et il prit soin de plier les vêtements puis il déposa un peu plus loin la couverture et les serviettes. Une fois ces préparatifs terminés, le temps reprit son cours. Il n’y avait pas beaucoup d’eau à cet endroit mais suffisamment pour qu’elle ne frappe pas le fond du lac lors de sa chute. Fenrir était impatient de voir sa réaction suite à cette petite vengeance…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Ven 26 Oct - 15:33

L'alchimiste essuya la dernière réflexion du jeune homme d'un air un peu contrit. En y repensant, bien qu'elle ne considérât pas vraiment que ses propos avaient été à ce point blessants, elle comprenait ce qui le dérangeait, et se doutait bien qu'un homme un peu bourru réagissait naturellement au quart de tour lorsqu'il essuyait ce genre de réflexion. Elle lui sourit,n un nouveau sourire d'excuse, avant de chercher sa route dans ce bois trop épais à son goût. elle s'abîmait dans une réflexion passablement paniquée lorsqu'elle sentit quelque chose. Quelque chose qu'elle n'aimait pas du tout et qu'elle n'avait pas prévu du tout. Par réflexe, comme à chaque fois que quelqu'un la soulevait et que ses pieds se décollaient du sol contre son grès, elle émit un ridicule petit glapissement qu'elle tenta d'étouffer maladroitement en voyant le regard du jeune homme. Son regard n'inspirait pas à la discussion et, loin d'être en position de force tant elle n'aimait pas être portée ainsi, elle se recroquevilla, les bras piteusement repliés, les jambes balançant dans le vide. Elle n'était pas lourde du tout, vu sa taille et sa morphologie. Le poids d'un grand enfant tout au plus, et ça n'était pas du tout pour lui plaire. Lorsqu'il lui dit ne pas être le genre de personne que l'on comprend aussi vite, elle secoua la tête, signe qu'elle avait bien compris, bien qu'elle n'en cru pas un mot, et ne reprit son souffle qu'en le voyant sourire. Elle n'était pas à proprement parler bien placée pour discuter, mais fit un effort grandiose lorsqu'il lui parla de ce lieu où il voulait l'emmener en acquiesçant vivement.

Voyant qu'il se mettait en route, elle voulut protester, ne supportant pas d'être ainsi portée, mais il lui coupa la parole avant même qu'elle n'eut amorcé un mot. Comme s'il avait compris à quel point ça l'incommodait, il lui demanda de le supporter encore un peu. Pour le coup, elle se renfrogna et croisa ses bras sur sa poitrine, n'aimant guère se sentir ainsi ballottée.
"Soit, mais j'ose espérer que ce fameux lieu ne se trouve pas trop loin d'ici"

Elle perçut bien évidemment le bruit de l'eau et, se concentrant sur l'étude de ce son pour ne pas se sentir prise du malaise que lui procurait à chaque fois la sensation de se trouver éloignée du sol, elle en déduit qu'il s'agissait d'une cascade. Drôlement romantique, pour un rustre pareil. Finalement, peut-être avait-il raison, peut-être était-il plus imprévisible qu'elle ne l'avait pensé. Elle posa alors un regard doux sur lui, le dos toujours aussi crispé que celui d'un chat courroucé, puis poussa un soupir léger alors que le jeune homme ralentissait l'allure. Ils étaient arrivés. Même une infâme petite citadine comme elle ne pouvait qu'admirer un tel spectacle. Il était si enchanteur et apaisant qu'elle en oublia de lui demander de la lâcher alors qu'il s'approcher. A la vue de cette cascade, la chaleur que Fenrir partageait avec elle lui fut un agréable caresse, et elle se surpris même à s'agripper un peu à lui. Quelle ne fut pas son erreur. Alors qu'il jouait les guides touristiques. Le plus bel endroit de l'île. Elle n'était pas d'accord, étant donné qu'elle préférait tout de même la ville de nuit, mais elle ne le lui dit pas pour ne pas briser l'atmosphère. Il l'intrigua, cependant, avec son "mais ce n'est pas la seule raison" si bien qu'elle leva vers lui un regard curieux et...

Affreusement naïf

Ni une ni deux la voilà dans l'eau, s'enfonçant dans les flots glacés de la cascade. Elle n'aimait pas nager, et nageait même très mal en fait. Elle avait pied, sur la pointe des pieds et en sautillant pour faire des appels d'air, mais n'en gigota pas moins, paniquée, battant des jambes et de son bras gauche, le droit fermement agrippé au drap qui, trempé, voulait lui fausser compagnie. Par chance l'eau n'était pas assez limpide à cet endroit pour qu'elle ne dévoile tout à fait sa nudité, mais, ses cheveux trempés collés à son front rageur, elle n'en était pas moins pressée de sortir de là. Lorsqu'enfin ses pieds trouvèrent la berge, elle s'empara du drap en maugréant, le tira à elle et s'en enveloppa ce qui, dans un drap blanc et trempé, n'était pas d'une grande utilité. Elle s'étonna de le voir déjà installé là, n'ayant dans sa panique pas fait attention à ce qu'il faisait. Ses pieds nus dans l'herbe croquante, les grillons se foutant d'elle à l'unisson, elle traversa la petite distante qui la séparait de lui et se planta face à son bourreau, se moquant de ce que l'étoffe gorgée d'eau pouvait dévoiler de son anatomie. Nulle pudeur, juste ce qu'il fallait en pareille occasion, elle préférait au minauderie l'âpreté et la rancoeur. Elle l'avait peut-être mérité, mais, haletante, frissonnante et humiliée, elle était trop submergée par ma soif de vengeance pour songer un seul instant à raisonner et se montrer humble. Aussi s'approcha-t-elle encore un peu, toujours sans un mot, puis, penchée au-dessus de lui, attrapa tout à la fois un pan du drap et ses cheveux pour les essorer au dessus de la tête de son bourreau. Sans plus attendre, elle ôta le drap qui la recouvrait et le lui balança en plein figure avant de, nue comme un ver, lui tourner le dos, les bras croisés. Elle réalisa alors que ses vêtements étaient là, et fixa Fenrir d'un regard soupçonneux, avant de s'asseoir en tailleur dos à lui pour enfiler une chemise. Elle se moquait de savoir s'il avait profité du spectacle, davantage préoccupée par ces hardes sèches qui se trouvaient là.


"Comment t'as fait?" Grincha-t-elle. "Pour les vêtements, comment ils sont arrivés là?"

Dos à lui, sans qu'il ne le voie, elle esquissa un sourire amusé. Non, elle le laisserait encore croire un peu qu'elle était courroucée. Elle se tourna simplement vers lui et le regarda, dégoulinant d'eau, avant de se retourner pour pouffer en silence. Elle reprit une mine détachée et pivota, les fesses dans l'herbe, laissant sécher ses jambes nues à la lueur lunaire.

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mer 19 Déc - 0:04

Ce n’était pas vraiment sa faute, ce petit ange déchu était ainsi : Susceptible au plus haut point et Namibe venait d’en avoir la confirmation. Une légère remarque de sa part avait suffit à mettre Fenrir en rogne et forcément, il s’était montré grognon…Un véritable ours mal léché. Ce ne fut que lorsqu’il vit la demoiselle hésiter quant à la direction qu’elle devait prendre pour rentrer qu’il se décida à mettre sa fierté de côté. Il la prit dans ses bars car il se doutait bien qu’elle devait être malgré tout un peu fâchée contre lui et elle n’aurait peut être pas accepté de le suivre. Sans plus attendre une seconde, ils se mirent en route pour ce fameux lieu si chère à cet ange.

Le trajet ne fit guère long et il valait mieux car elle réaffirma son mal être quant à la tournure des évènements. D’après les quelques heures qu’il avait passé en sa compagnie, Fenrir se doutait qu’elle était plutôt du genre actif, ne voulant pas spécialement se laisser traîné de la sorte. A vrai dire il comprenait très bien son mécontentement car lui ne supportait pas non plus de se faire traîné et il fit en sorte d’accélérer un peu afin d’écourter un peu plus ce trajet.

Finalement tout deux arrivèrent à ce fameux lieu mais il n’avait pas pensé ou tout du moins, il avait oublié que les merveilles de la nature n’étaient pas sa tasse de thé. Qu à cela ne tienne, il s’était tout de même engagé sur le tronc qui joignait les deux rives de cette rivière et il prononça quelques paroles qui avaient pour but de distraire la demoiselle. Sa ruse était très subtile et même l’assassin qu’il tenait dans ses bras ne s’était pas rendu compte du piège qu’il lui tendait. Il la lâcha et forcement, Namibe tomba comme une pierre dans l’eau tandis qu’il alla tranquillement s’asseoir sur la rive attendant que l’alchimiste se remette de ses émotions.

Sa vengeance accomplie, il souriait comme un enfant satisfait de sa bêtise tandis qu’elle avait fini de lutter contre les flots et qu’elle trouva la force de remonter sur la rive. Le drap complètement trempé était collé à sa peau et cela rendait ses formes apparentes…Pas de doute, elle était très belle pour une humaine. Mais L’ange déchu ne prêta guère attention à sa nudité car il était trop occupé à la fixé dans les yeux avec sourire moqueur jusqu’aux oreilles. Elle ne semblait pas du tout contente d’avoir été trempé et il y avait de quoi mais cela lui allait tellement bien comme punition qu’à aucun moment il n’éprouva un quelconque regret.

Elle s’avança vers lui l’air toujours aussi contrarié et le magus dut même lever la tête car elle se retrouva à quelque centimètre de lui. De là où il était, il avait une vue imprenable sur le magnifique corps de Namibe mais elle fit en sorte qu’il calme ses ardeurs. C’était à son tour de se venger de cette humiliation en arrosant sa vis à vis avec ses cheveux et le drap détrempé qui lui servait à cacher son corps. Ce morceau de tissus se retrouva d’ailleurs sur la tête de Fenrir quelques instant plus tard et lorsqu’il glissa le long de son visage il put contempler les fesses de l’alchimiste pendant un petit moment. Elle semblait ne pas prêter attention à tout ceci jusqu’au moment ou il la vit enfiler une tenue un peu plus décente pour son plus grand soulagement.

Elle lui tournait le dos sûrement vexé par les agissements du magus et à vrai dire, il y avait de quoi mais Fenrir s’en moquait. Il s’était tellement amusé de la situation que même mouillé, il ne pouvait lui en vouloir. Elle lui posa une question très simple et surtout un peu bête car la réponse il lui avait donné tout à l’heure…Il s’appuya sur ses mains posé sur le sol et tout en balançant sa tête en arrière il rétorqua.


« On dirait que ce petit séjour aquatique t’as fait perdre la mémoire. Tu sais, pendant ta chute j’ai eu le temps de retourner à ma tanière, de prendre tes affaires, de revenir, de m’asseoir ici avant que ton auguste postérieur ne touche l’eau. Ca doit être ça l’avantage de figer le temps…On peu le consacrer à ce que l’on veux. Je vais te remontrer. »

Le jeune homme se leva et encore une fois, il alla s’asseoir juste à côté de la demoiselle. Il n’y avait qu’un seul moyen pour qu’elle puisse voir un tel spectacle…Un contact physique. L’ange posa sa main sur l’épaule de Namibe et subitement, tout autour d’eux se stoppa comme si quelqu’un avait fait un arrêt sur image. L’eau avait cessée de couler dans le torrent et la cascade était incroyablement figée comme si quelqu’un l’avait gelée. Les oiseaux étaient immobiles même en plein vol, il n’y avait plus qu’un silence si reposant mais en même temps si inquiétant. Seul une voix retentie et brisa ce calme artificielle.

« A partir de maintenant, tu peux faire ce que tu veux tant que tu ne rompt pas le contact avec moi. Nous pouvons très bien aller où bon te semble, te promener nue comme tout à l’heure ne sera plus un problème car les autres ne le verront pas, tu pourra faire plusieurs chose à la fois car plus rien ne sera un obstacle… »

Sa voix raisonnait comme si ils avaient été à la montagne où l’écho était très présent et gênait quelque fois les conversations. Sa main se contracta un peu plus sur l’épaule de Namibe et son ton devint un peu plus sévère et grave.

« Tu peux te rendre dans la chambre de ton pire ennemi et le tuer à coup sur. Tout deviens possible, même les actes les plus fou et les plus répugnants…Egorger les sœurs Aleyna et plonger Ynis Witrin dans le KO est ridiculement aisé. Dis moi Namibe, que ferais tu si tu étais en possession d’un tel pouvoir ? »

Son regard s’était posé sur elle et étrangement, la réponse qu’elle allait lui fournir semblait bien plus importante que tout ce qu’ils avaient put échanger jusqu’à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mer 19 Déc - 1:13

Alors que, pour se venger de l’extrême offense qu’il lui avait fait, et qui d’ailleurs lui faisait afficher un sourire qui appelait aux châtiments, Namibe prenait un malin plaisir à arroser Fenrir à l’aide de ses cheveux, puis en lui balançant le drap qui masquait difficilement sa nudité, la jeune femme n’avait pas été sans se rendre compte d’un certain malaise chez celui-ci. C’était tout à fait naturel, et d’autant plus de la part d’un homme qui, ronchon comme il l’était, devait sans doute être, s’il n’y était pas tout à fait étranger, un vrai rustre, mal à l’aise avec les femmes. Il n’y avait qu’à voir la façon dont il avait réagi à une simple boutade… Namibe n’était guère mieux, allant jusqu’à offrir son corps nu à la vue de l’homme pour une simple vengeance, mais il n’était pas nouveau que la jeune femme aimait bien nager dans les extrêmes, à défaut d’aimer nager dans les eaux naturelles. Pour appuyer encore un peu plus sur le malaise de l’homme, sans doute, et puis par réelle hésitation, elle resta un moment debout dos à lui. Elle avait décidément un corps étrange. Façonné par son mentor pour ne point se détacher du monde de l’enfance, il avait gagné en féminité dans les limites d’un corps frêle et élancé. Et cette féminité-ci était toute particulière. Mais Namibe était particulière…

Son dos, creusé le long de sa colonne, était incurvé de fossettes gracieuses et de courbes qui, à défaut d’être généreuses, étaient très harmonieuses. Il en allait de même, d’ailleurs, pour tout son corps. Il était tout en finesse et en creux, et loin, très loin de celui de ses femmes plantureuses et généreuses. Sa peau diaphane était recouverte d’un duvet enfantin, hérissé par le froid à l’heure actuel… Sa nudité même était étrange, comme celle de l’enfant qui ne s’inquiète pas d’être vu. Après tout, elle avait si peu de considération pour ce corps, pourtant sculpté par son mentor, qu’être vue dans le plus simple apparat.

Elle avait finalement trouvé ses vêtements, et s’était étonnée à voix haute de les voir ici, suite à quoi elle s’était assise dans l’herbe et s’était doucement moquée de ce Fenrir dégoulinant d’eau. Son œuvre. Elle en était drôlement fière ! A présent, les ricanements des grillons ne l’importunaient plus trop. Il lui semblait qu’ils se foutaient non plus d’elle ou de sa fureur, mais plutôt de l’homme à qui elle s’en était pris. Celui-ci répondit alors à sa question. Le pouvoir d’arrêter le temps ? Elle l’avait déjà expérimenté avec Cronos. Et s’était exaspérée de voir que celui-ci n’en comprenait pas la portée. Fenrir proposa une démonstration et, supposant qu’il ne la mettrait pas à l’eau une seconde fois, elle se laissa faire en silence, spectatrice. Comme la première fois qu’elle avait vu les effets de ce pouvoir, tout se figea. Un tableau mort. Silencieux et oppressant, finalement. Le bruit de l’eau même avait cessé, et c’était sans nul doute ce qui choquait le plus la jeune femme, comme si ce décors rendu artificiel menaçait de les submerger tout à coup.

La voix de Fenrir vint alors le briser, et la fit sursauter, comme si c’était la première fissure qui menaçait. Elle le regarda et écouta ce qu’il avait à dire, bien que ceci ne soit pas transcendant, puis s’accorda un sourire hésitant, sentant la main de l’homme lui presser l’épaule. Elle aimait bien ce contact, il la rassurait, alors qu’elle se sentait déplacée, décalée. Elle s’appuya un peu à sa main d’ailleurs, et, lorsqu’il lui dit qu’elle pourrait se promener nue sans crainte, elle haussa un sourcil, un sourire énigmatique aux lèvres. Il lui tendait la perche… « Ne me tente pas »
Elle ne cherchait pas à le séduire, mais elle aimait bien s’amuser avec lui, avec cet ours bougon et acariâtre. Quelque part, Fenrir était dépareillé du reste de l’île, un peu comme elle. Elle était franchement heureuse, bien que ne le lui aurait confessé pour rien au monde, du moins pas alors qu’elle avait pu jouir de sa petite victoire, d’avoir pu rencontrer cet homme au sale caractère et à des lieues de ces gentils petits chevaliers modèles. Ils ne se ressemblaient pas, il le lui avait dit, et elle commençait à se faire à l’idée mais… Mais cela n’empêchait pas qu’elle se sentait apaisée en sa présence. Juste assez pour passer un moment agréable, du moins.
Ce qu’il ajouta ensuite, en revanche, la fit cogiter plus sérieusement. Ce pouvoir ? Aujourd’hui, elle ne savait pas qu’en faire, si le destin le lui confiait. Mais autrefois elle en aurait sans doute usé pour, comme il le disait, tuer sans problème, accomplir ses contrats pour sa guilde avec une aisance déconcertante. Elle ne pouvait cependant pas lui répondre ceci, parce que ce n’était plus d’actualité, et réfléchit alors à une alternative…

« Je pense que je n’en userais pas… » Le plus déprimant dans l’histoire était sans doute la grande sincérité qu’elle avait dans le regard…

Fenrir était sérieux, c’était, pour lui, important… Très bien, il avait vu ses fesses, pourquoi ne pas le laisser entrevoir aussi un petit bout de son âme ?

« Je… Ca me rappellerait sans doute trop que le temps, je ne peux le remonter… Ca me figerait alors que je ne désire que… Voir le temps passer » Elle ne souriait plus. Elle ne le regardait plus non plus. Elle était comme prise de nausée, le regard perdu dans cette cascade figée. Sans briser le contact qui les unissait, elle s’avança un peu, la lueur de la lune moirant ses jambes nues d’ombres fixes, celles des ramures lointaines des arbres, derrières lesquelles l’astre se tapissait encore…

Elle se tourna de profil à lui. La scène était au moins aussi merveilleuse qu’elle n’était inquiétante… Par trop saturée de magie, sans doute. De celle de Fenrir. La jeune femme soupira un peu et fit un pas de plus, arrachant avec douceur les doigts de l’homme à son épaule. La cascade, alors, s’effondra de nouveau et son brouhaha vint vriller les tempes de Namibe. Elle fit volte face alors et le regarda, le regard toujours plutôt hésitant, avant de lui dire d’une voix douce mais voilée : « Je préfère ce monde-ci »

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Fenrir
Ange Déchu
*Habitant*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 36
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mer 19 Déc - 23:20

L’ange en avait encore prit plein la figure une nouvelle fois lorsqu’une petite pluie artificielle lui avait trempé les cheveux et le haut de ses vêtements. La responsable s’était rabaissé à une vengeance très peu original comparé à sa magnifique idée de la jeter dans une rivière toute habillée. Il ne s’en offusqua pas néanmoins et il préféra ironiser plutôt que de refaire une autre crise comme il avait déjà fait tout à l’heure. Bien sur notre ami avait un tempérament grognon et pour ne pas arranger les choses il était trop susceptible mais de temps en temps, il appréciait de voir une personne répondant à ses attaques. Namibe avait l’air d’être une de ses jeunes filles qui ne se laissait pas faire mais il voyait bien que derrière ce corps frêle, il y avait une âme sensible.

Leur conversation reprit malgré ce petit différent qui maintenant était perçu de manière beaucoup plus drôle que méchante. Elle voulu savoir comment il avait fait pour ramener ses vêtement ici alors qu’il était resté à la tanière. Beaucoup croyait que Fenrir pouvait se téléporter ou que sa vitesse était égale à celle de la lumière…D’autre avait même des théories encore plus stupides et c’était exactement la raison qui le poussait à ne pas divulguer ses donc. La pire chose qui lui faisait froid dans le dos était qu’on le considère comme un cobaye ou un animal de foire. Mais il savait que ce ne serait pas le cas avec l’alchimiste donc il lui répondit sans mystère ni faribole.

Son explication fut simple pour qu’elle puisse comprendre qu’il avait arrêté le temps pour faire son petit tour. Mais les explications n’étaient pas toujours la meilleure des armes pour faire comprendre à quelqu’un ce don apparemment bizarre mais tellement pratique en vérité. Il posa sa main chaude sur son épaule qui avait été rafraîchi par l’eau et tout se figea. Fenrir appréciait ces moments de calme car durant ces instants, personne ne troublait sa quiétude…Pas même les bruits résultant d’une vie animal ou végétale. Il voulait lui faire partager tout ça car c’était certainement la première fois qu’elle devait goûter au véritable calme.

Il continua sa tirade malgré une petite remarque qu’il retenait pour plus tard concernant son tempérament exhibitionniste en lui énumérant les possibilités que lui offrait ce pouvoir. Bien entendu, figer le temps pouvait s’utiliser de différentes façons…Ou du moins pour différentes raisons. En fait, tout dépendait de la personne qui avait reçu ce don et bien entendu, certain avait un esprit tellement pervers que leurs actes le devenait également. C’était ainsi qu’il le présentait toujours car il voulait bien faire comprendre à son interlocuteur que cela avait des avantages et aussi des inconvénients. Il poussa même le vice jusqu’à lui demander ce qu’elle aurait fait si elle s’était retrouver à sa place. C’était important car il allait pouvoir juger sa personnalité sur cette simple question en admettant bien entendu qu’elle dise la vérité.

Fenrir se doutait depuis le début de cette rencontre qu’elle était différente des autres et il en eu la confirmation lorsqu’elle affirma ne pas vouloir user d’un tel charme si elle l’avait possédé. Il ne s’attendait pas du tout à cela, la plupart des gens aurait trouvé une quelconque utilité comme maté les filles, sauver leurs proche, arrêté des guerres ou tuer des criminels. Elle ajouta qu’elle voulait tout simplement voir le temps passer. L’homme loup resta muet le regard dirigé sur celle qui avait réussi à se faire admirer. Oui il ne pouvait qu’approuver cette sagesse dont elle faisait preuve, sans doute avait elle grandi très vite…Tout comme lui.

Il avait gardé sa main sur cette épaule à l’apparence si fragile mas en réalité plutôt robuste même lorsqu’elle s’était levé et finalement, elle préféra la chasser. Le temps repris son cours pour Namibe et l’ange déchu laissant les sons harmonieux se mêler à leurs tympans. Comme pour clôturer le sujet, elle se retourna vers lui et dit qu’elle préférait un monde en mouvement…Une jeune fille vraiment surprenante.


« Le temps est comme un cours d’eau, il s’écoule inlassablement sans que personne ne puisse être en mesure de l’arrêter. Certaine personne donnerai n’importe quoi pour ne plus endurer les souffrances qu’il occasionne… Voir le temps passer signifie accepter de vieillir et je suis ravie de voir que cela ne t’effraye pas. Comme quoi même une exhibitionniste comme toi est capable d’être sage. »

Un petit sourire illumina son visage qui juste à présent était resté vierge car il s’était rendu compte que sa rencontre avec elle n’était pas finalement qu’une banale conversation d’adolescence en mal de reconnaissance. Fenrir se leva à son tour sans pour autant détourner son regard du sien et il s’avança vers elle les mains dans les poches à pas lent. Une fois à sa hauteur, il resta un petit moment face à elle tandis qu’un écureuil non loin d’eux figé sur une branche émettait de petit cris et ajouta.

« Je voulais pas te le dire mais il trouve que tu as des petits seins pour une humaine…Depuis tout à l’heure il se moque de toi en disant : « planche à pain, planche à pain… ». Par contre, moi j’aime bien tes fesses mademoiselle exhibe. »

A l’aide de sa main, il la poussa légèrement car elle s’était bien approchée de la rive mais pas suffisamment pour la faire basculer dans l’eau claire et limpide. Avec un petit rire il continua sa marche et après avoir fait quelques pas il se tourna vers elle en lui tendant la main et rétorqua.

« Bon maintenant c’est a toi de me montrer un lieu que tu aimes alors dépêches toi de finir de t’habiller. Même si je sais que t’es pas frileuse, il faut garder une tenue décente !! »

Il patienta quelques instant dans cette position, juste le temps pour elle de se changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   Mar 25 Déc - 23:07

Namibe avait fourni à sa question sur le temps une réponse qui, elle s’en doutait, devait avoir surpris l’homme. Et pourtant, elle avait été sincère. Elle ne comprenait pas comment une personne souffrante pouvait désirer ralentir son cours. A moins d’apprécier cet état de fait, et de désirer le voir se poursuivre… Inlassablement…
Elle n’était pas dans ce cas, et si une solution était à envisager, Namibe n’hésiterait guère longtemps. Aussi choisit-elle de se défaire de l’influence du pouvoir de l’homme, consciente que cela risquait de le surprendre encore. La réponse qu’il avait rétorquée à sa propre remarque la fit sourire sur la fin. Une exhibitionniste ? Sans doute un peu. Disons plutôt une jeune femme pour qui la pudeur n’était qu’un gros mot. Pour qui les saintes nitouche n’étaient que de grandioses hypocrites. Certes, fort talentueuses… mais hypocrites au demeurant. Namibe n’était élève que des sens et du plaisir. De douceur, de souffrance, mais toujours de volupté. Aucun de ces mots n’avaient jamais rimé pour elle avec pudeur. Déplacé sentiment, conscience d’une correction sans intérêt… Elle ne s’encombrait pas de morales inutiles. Mais sur Ynis, elle voulait bien jouer le jeu… Au moins pour cette fois là. Aussi prit-elle un air faussement indigné. « Exhibitionniste ? Me suis-je jetée à l’eau de mon propre fait, pour me voir ainsi calomniée ? » La tournure de la phrase, volontairement, n’avait rien de naturelle, ce qui n’était pas plus mal étant assortit à son regard écarquillé et la moue boudeuse venue ombrager ses lèvres pâles. Elle posa une main sur son cœur.
Elle reporta alors son regard sur le sous-bois où des lucioles jouaient les ballerines, agrémentant leur vaudeville, lorsque l’homme s’approcha d’elle de façon pour le moins nonchalante. Ce qu’il lui dit la surprit franchement, et elle jeta sur l’agaçant rongeur un regard éloquent. Elle l’imagina grillé, ce qui apaisa tout ressentiment, puis haussa un sourcil en direction de l’homme qui finissait sa tirade sur un ton franchement salace. Son postérieur ? Qu’avait-il donc de particulier ? Sans doute juste une excuse pour poursuivre dans le registre, Namibe n’accordait pas à la réflexion déplacée le moindre crédit. Elle sourit d’un air malicieux et porta deux mains de chiffonnière à ses fesses. Les siennes propres, bien entendu…
« Vraiment ? Tu m’en vois flattée, et soulagée aussi » Elle lui adressa un clin d’œil « Je me demandais s’il fallait accorder à une tâche ou un défaut quelconque ces regards insistants » Avec un petit rire, les mains toujours sur le postérieur, elle se pencha en avant vers lui, son masque de porcelaine rosit par la malice… Elle avait l’air, tout à coup, comme plus jeune, plus fraîche…

Elle se redressa lorsque la voix de l’homme la reprit, et pencha la tête à ses mots. Très lentement, un sourire vint percer sur ses lèvres… Où elle le désirait ? Tiens donc… Elle ferma lentement les yeux puis, avec un profond soupir, comme regrettant l’évocation faite de la décence, elle se rapprocha de ses vêtements.


---- ~¤~ ------- Suite en Ville. Le Chat et le Loup ------- ~¤~ ----

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une invité...chiante? ^^   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une invité...chiante? ^^
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enregistré, Invisible et Invité
» Quand Jon Snow est invité à un diner entre amis...
» Missions : Invité d'honneur
» Missions : Invité d'honneur
» 24 Novembre 1456 : Mariage noble de Rosa et de Louis-Hubert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*Les Environs de la Cité *~~* :: La Forêt :: La Tanière de Fenrir-
Sauter vers: