Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ~¤ Aube ¤~ [Zane]

Aller en bas 
AuteurMessage
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

Namibe Stark

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 30
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Ven 11 Aoû - 15:09



~ Un souffle de vent frémissant se glisse sur le parc… caressant fugitivement le parterre de végétaux. Il fait encore sombre… Une pénombre, passage intermédiaire de l’ombre à la lumière, qui recouvre et englobe les alentours.
~ Le premier trait de lumière. Une flèche quasiment horizontale, qui parcourt à toute vitesse, échappée de la brume, le raz du sol. En chemin, elle rencontre des grappes de rosée, se divisant en myriades de fils de cristal… Un instant à peine et c’est tout le parc qui s’éclaire… Le passage de l’un à l’autre est achevé, et les lucioles bleutées lèguent leur rôle à la pâle et vibrante lumière du soleil. Tout y semble frais, humide, baigné d’une douce atmosphère de vie et d’éveil. ~



C’est dans ce décor là qu’une créature des plus singulières apparût. Totalement étrangère à cette douceur naturelle et à la pureté de l’Aube, Namibe sortit alors de la forêt, le pas un peu hésitant, traînant. Ses bottes de cuir blanches un peu terreuses, son long manteau d’ombre perlant de rosée et son regard écarlate comme éteint sous la cascade de mèches platine, elle tituba presque hors de la forêt qui bordait le parc.
L’alchimiste avait passé la journée de la veille cloîtrée dans la bibliothèque de la cité de verre, puis dans son cabinet, à tout les coups absorbée par quelque ouvrage d'herboristerie. De l'alchimie, il s'agissait ici de la seule partie qui l'incommodait ou du moins de celle qui l'incommodait le plus. Mais, si elle connaissait sans faute chaque plante nécessaire aux arcanes de cette obscure discipline… le reste, la connaissance ne les faisait pas apparaître sur ses étagères. Elle en avait trouvé quelques-unes dans les commerces de la cité de verre, mais beaucoup manquaient encore à sa liste. Par chance, cette si riche île pouvait le lui apporter en abondance. Encore fallait-il différencier l'herbe et le mucus de l'une des plantes toxiques qu'elle prisait… Pour les retrouver à l'état naturel, elle avait donc mené des recherches assidues, s'entraînant à la reconnaissance des végétaux utiles dans leur milieu naturel. Inutile de dire qu'il s'agissait d'un exercice périlleux pour la citadine forcenée qu'elle était. Elle avait passé, suite à son étude, un moment en forêt. Un moment totalement improductif, qui ne lui servit qu'à la perdre… tout du moins à l'égarer avec la tombée du crépuscule.
Ainsi donc, c'était à la suite d'une infâme nuit blanche en forêt, perdue en pleine nature, que Namibe avait entraperçu un rayon de lumière. Elle avait aussitôt titubé dans la direction pour venir s'échouer dans le parc. Etourdie de sommeil, encore assommée par la peur intense qui l'avait saisie au collet toute la nuit, elle s'avança un peu dans l'herbe humide pour s'y laisser choir avec un soupir. Etendue, l'avant bras sur les yeux et la bouche entrouverte sur une plainte basse, elle songea avec amertume qu'elle n'avait pas collecté la moindre plante dont elle pouvait avoir besoin. Elle allait encore devoir préparer drogues et poisons sur ses réserves, ce qui en réduisait tant la quantité que la diversité.
Le cœur battant, affolé à chaque sifflement d'oiseau, elle ferma lentement les yeux, allongée sur le dos. Elle ne regardait pas une seconde la beauté de l'Aube qui se levait sur elle. Ce spectacle si beau, si doux... il avait comme un goût amer, pour elle. L'aube, c'était ce qui avait fait la lumière sur le sang de ses frères. La nuit… si belle et si tendre nuit qui avait précédé avait perdu sa douceur sitôt le premier rayon du soleil affleuré sur les murs de jais. L'Aube… Elle les avait délogés, déterrés de leurs cachettes comme autant de vermines suspicieuses… Elle les avait pris au piège. Les ombres sont trop claires, aux premières heures du jour, et trop pure pour accepter en leur sein des meurtriers. Sa cité… Sa cité même s'est rendue à l'Aube pour lui livrer ses enfants.
Elle n'aimait pas ce moment. Tout comme elle n'aimait pas les chants d'oiseaux et les bourdonnements feutrés d'insectes. Mais la fatigue était plus forte encore que la vague répugnance qu'elle avait, et finit par l'engloutir dans une inconscience blanche. Réparatrice..?

Son esprit voguant ailleurs, sur des toits, dans la pierre, elle resta là, étendue dans l'herbe, ses genoux repliés. Ange de lumière dans ses grandes et sombres ailes de cuir, toute de blanc vêtue, sitôt ses yeux clos, elle avait perdu tout ce que sa physionomie avait d'aplomb et de force… pour ne laisser subsister que l'aérien et la douceur. Un être comme fragile et éphémère. Un être qui avait cédé à ce qui l'emprisonnait et le rebutait… Un être dont chacune des protections qu'elle avait su ériger pour se protéger de la peine et de la douleur cédait… De jour en jour.
Les lucioles et autres insectes aux ailes mouillées évoluant tout autour avec un doux murmure respectueux, elle sombra, cette fois comme les autres, dans la litanie de douleur qui s'emparait de son esprit dans l'inconscience, trop épuisée même pour crier et se débattre. Seule manifestation du malaise, elle tourna un peu la tête dans son sommeil, un soupir faible accompagnant le geste avec volupté.
Une perle de rosée roula sur sa pommette pour aller s'échouer dans l'herbe avec le tintement du cristal.


[Sujet exclusivement réservé à Zane =) ]

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

Zane

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Dim 13 Aoû - 12:40

Zane avait marché pendant plusieurs heures avant d’atteindre le parc de ses souvenirs. Ce havre de paix où poussait de très nombreuses variétés de fleurs venues de différents endroits de la planète. C’était dans ce lieu qu’il avait rencontré sa futur épouse et il voulait impérativement s’y rendre avant toute autre chose. Il voulait revoir la beauté d’un lieu qui avait été saccagé par les démons de son époque. Il voulait repenser à la beauté d’un être rencontré par une douce nuit d’été…

Accompagné d’Hakouryo, il traversa une rangée d’arbustes le menant à la zone la plus fleurie du parc. C’était dans cet endroit, chargé de souvenirs, qu’il désirait à présent se reposer et tenter de trouver le moyen de changer le futur. Ceci était capital pour lui mais il ne pouvait s’empêcher de penser à un autre problème qu’il ne pouvait effacer de son esprit. En effet, il ne s’écoulait pas un instant sans qu’il ne songe à la possibilité de pouvoir à nouveau connaître le bonheur auprès de celle avec qui il avait tant partagé.
D’ailleurs, qui pourrait le condamner de caresser l’idée de vivre à nouveau auprès d’elle ? Personne si ce n’est lui en ce moment-même… Il est vrai qu’il pensait fréquemment à l’existence d’un autre lui dans ce monde et qu’il ne voulait pas lui voler sa vie sous prétexte qu’on lui avait arraché la sienne…

L’esprit tourmenté par de nombreuses questions, il finit par arriver dans ce parc sans même s’en rendre compte. Ce fut le parfum des fleurs qui le tira tout d’abord de ses réflexions. Ce parfum si subtil et enivrant qui se dégageait de manière différente suivant les variétés de fleurs qu’il pouvait reconnaître sans grande difficulté puisque Namibe lui avait appris à les identifier.
Il se souvint alors de ces nombreuses heures passées ici à écouter la jeune femme lui expliquer une partie de ses connaissances en herboristerie. Il avait eu beaucoup de mal à retenir le nom de toutes ces fleurs mais il savait qu’il avait le meilleur des professeurs pour y parvenir. Tous ces instants étaient de petits morceaux de bonheur qu’aucun démon ne pourrait lui arracher. Il les gardait jalousement dans son esprit afin de ne jamais oublier ce pour quoi il se battait.

Il fit alors quelques pas de plus et s’arrêta subitement derrière un arbre en frissonnant. Son regard était fixé sur une forme allongée au milieu de l’herbe et des fleurs. Elle retenait son attention et l’empêchait de faire le moindre mouvement.


* Na… Namibe ? *

Zane ressentait une aura plus que familière autour de cette forme et, lorsqu’un rayon du soleil levant se posa sur elle, il put constater que ce qu’il observait était une femme allongée au milieu de la végétation. Mais cette femme et l’aura qu’elle dégageait étaient loin d’être ordinaires… En effet, il ne fallut pas plus de quelques secondes à Zane pour se rendre compte que cette femme n’était autre que Namibe. Elle était telle qu’il l’avait rencontrée lorsqu’il était arrivé sur l’île. Son aura était à la fois douce mais remplie d’une tristesse sans fin qui était liée à son passé.
Ainsi, le messager du futur semblait revivre une scène du passé. Il se retrouvait à nouveau dans la peau du jeune homme qu’il était autrefois. Ce jeune adulte qui avait succombé aux horreurs de ce monde…

Plusieurs minutes s’écoulèrent sans qu’il ne puisse se décider à faire quelque chose. Il savait que deux choix s’offraient à lui : partir ou rester. La première option n’était pas envisageable tant il avait désiré la revoir… La deuxième solution pourrait le conduire à en vouloir plus. Il savait qu’il lui serait de plus en plus difficile d’accepter le fait que cette jeune femme ne soit pas réellement celle qu’il aimait. Il restait en effet très lucide et très dur sur ce qu’il était. Il ne se considérait que comme un « rapporté » d’un monde détruit. Sa place n’était pas dans ce monde car quelque part, un autre lui y existait déjà.
Ne pouvant faire un choix, il décida de rester encore quelques instants à l’observer tout en restant le plus discret possible afin qu’elle ne le remarque pas. Il craignait en effet d’être confronté à elle et de perdre tous ses moyens à ce moment là…

Il est vrai qu’au fil des minutes, son désir de courir vers elle pour la serrer dans ses bras était de plus en plus fort. Ce geste d’affection, il avait espéré pouvoir le revivre avec elle depuis sa mort. Pour ce simple geste, il aurait pu accepter de mourir après l’avoir vécu ne serait-ce qu’un instant.
A ce moment, il posa son regard sur sa main droite. Il remarqua avec surprise qu’il n’avait pas remis son gant comme il le faisait d’habitude. Ceci lui permis de voir l’alliance qu’il portait… Cette alliance portant l’inscription « avec toi pour toujours ». Lire à nouveau cette inscription gravée en petits caractères tout autour de l’anneau d’or lui fit repenser au jour où Namibe et lui se marièrent. Il entendit alors des phrases résonner dans son esprit :


* Zane, protecteur de l’île d’Ynis Witrin, acceptez-vous de prendre pour épouse Namibe Stark ici présente, de l’honorer et de la chérir jusqu’à ce que la mort vous sépare ? *

* Oui, je le veux plus que tout. *

Ainsi, sa voie résonna dans son esprit avant que ce ne soit au tour de celle de la jeune femme qui lui promit à son tour de l’honorer et de le chérir jusqu’à ce que la mort les sépare.
Il serra alors son poing et arracha quelque peu l’écorce de l’arbre sur laquelle sa main était posée. Sa haine envers lui-même lui revint au visage en repensant à cette vie et à ce bonheur perdu à cause de sa faiblesse…


* Mon Dieu ! Pourquoi a t-il fallu que je sois si faible ? Suis-je donc incapable de protéger quelqu’un ? N’avions-nous pas le droit au bonheur ? * s’écria t-il intérieurement avec toute la force du désespoir.

Cruelle ironie de sa condition, Zane refusait de saisir un bonheur qu’il jugeait ne pas être pour lui. Il décida alors de quitter ce lieu sans avoir eu le courage d’approcher la jeune femme et sans avoir pu retenir ses larmes qui s’écoulaient à présent le long de son visage.
Ces larmes qui, si elles avaient pu être colorées, seraient certainement de la couleur du sang comme les témoins des blessures irréversibles qu’il avait subies.


* Pardonne-moi Namibe. Je n’existe pas réellement dans ce monde et ceci m’oblige à ne pas t’avouer mon existence et la force de ses sentiments qui n’ont jamais cessé de vivre en moi…*

A ce moment, Hakouryo détourna la tête vers son maître qui, pour la première fois depuis son arrivée, prononça quelques mots même si ce ne fut que dans un très léger murmure.

- « Je suis mort le jour où tu m’as quitté, Namibe. A partir de ce moment, je n’existais déjà plus et aujourd’hui, je ne suis qu’une âme dont le seul but est de changer le futur afin que tu ne connaisses pas les horreurs vers lesquelles ce monde se dirige inexorablement… »

Se sentant flancher, il décida de quitter cet endroit afin de reprendre la route pour débuter son entraînement. Ces brefs instants volés au temps furent pour lui la réalisation d’un souhait qu’il avait désiré de toute son âme. Il savait qu’il devait à présent tout faire pour sauver ce monde et ainsi, sauver la vie de celle qu’il aime.
Fatigué par ses combats, détruit de l’intérieur, il commença à reprendre le chemin par lequel il était venu de crainte de succomber à son âme qui lui hurlait de se rendre auprès de Namibe. C’est à ce moment qu’Hakouryo poussa un hurlement qui, à coup sûr, alerterait la jeune femme sur la présence de Zane.
Ce dernier resta alors figé sur place en sachant qu’il serait certainement repéré. Il comprit que son dragon avait fait exprès de se manifester afin que la jeune femme remarque son maître. Hakouryo était lié depuis bien longtemps à son gardien et une forme d’empathie s’était développée entre eux. Ainsi, ressentant et comprenant la profonde tristesse de son maître, il avait alerté la jeune femme.

Ainsi, dans quelques instants, par delà le temps et la mort, deux êtres allaient enfin se retrouver sans connaître encore les conséquences de cette rencontre gravée une nouvelle fois dans le cercle du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

Namibe Stark

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 30
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Dim 13 Aoû - 16:44

Dans son sommeil, la respiration de Namibe accéléra. Ce rêve... ce cauchemar. Toujours le même... toujours le même qui semblait prendre un atroce plaisir à la broyer comme le plus invulnérable des étaux… N'avait-elle donc que ça, en elle? Le sommeil et le repos lui étaient-ils ainsi refusés à jamais? Pourquoi…? Pourquoi ne trouvait-elle rien qui puisse faire reculer cette souffrance…?
Cela devait prendre du temps. Beaucoup trop de temps. Beaucoup plus que ce qu'elle avait pu passer ici jusqu'à présent. D'autant plus lorsque que les heures, les jours écoulés dans cet endroit avaient fui dans la solitude… Si elle avait vécu seule jusqu'à son entrée dans la guilde, petite fille des toits, répugnée à l'idée de se mêler aux êtres chauds, elle avait vécu ensuite dans la tendresse et la chaleur d'une guilde… Ce n'étaient pas seulement des amis, qu'elle avait vu mourir… C'étaient des murs protecteurs, des parties d'elle… Des êtres tendres et doux, des êtres à qui elle avait su se donner… Maintenant que ceux à qui elle s'était donnée avaient disparu… A qui était-elle…? Elle ne s'était jamais appartenue. Elle n'avait jamais désiré cela. Toujours… Toujours quelque chose de puissant. Une enceinte, d'abord de pierre, de glace… de neige… Puis de chair et de tendresse.
Tous ces murs s'étaient effondrés. Elle n'avait pas su les garder autour d'elle. Ses frères… Ils étaient morts par sa faute, et elle… Aussi forte soit-elle, elle n'avait rien pu faire pour empêcher leur décès. Elle n'avait su que les pleurer, elle avait tenté une vengeance. Une vengeance… Sur la forme, elle était modérément effectuée mais… Sur le fond, au fond même de son âme elle n'avait rien vengé. Comment pouvait-elle considérer une blessure que rien n'apaisait comme vengée…?

Et chaque nuit elle revoyait ça. Etait-ce un appel? Cela voulait-il lui rappeler que cet endroit qui avait abrité jusqu'à son âme était trop loin… Que jamais elle n'évoluerait, comme elle avait pu le promettre au plus tendre de ses frères d'armes, dans la paix, loin de ces neiges éternelles? Ici… Elle avait beau marcher, se dévouer à l'alchimie, se rendre aux réunions des Chevaucheurs et s'entraîner sans relâche… Elle n'avait pu qu'occuper son corps, occuper ses mains et vaguement son esprit, grâce à l'alchimie. Mais cela sans une seconde apaiser son âme. Syamoc… Syamoc elle avait pensé pouvoir se reposer sur lui… Mais elle s'était trompée, et la douceur avec laquelle il la détachait de sa souffrance n'avait été qu'éphémère. Elle avait fait des rencontres plus ou moins distrayantes et apaisantes… Mais, toujours, ça revenait à elle. Inlassablement, elle souffrait de la déchirure de cette Aube là.

Mais cette fois là… dans ce rêve là… Tout s'arrêta sur un baiser. Elle n'eut le temps de pleurer, de se perdre dans le tourbillon de neige et de pierre froide… Elle n'eut le temps de s'effarer des ailes rouges poussées à son tendre Daeniel… Un cri l'en sortit… Une corde à laquelle son esprit s'accrocha aussitôt pour sortir de cet Abyme…

Les sourcils froncés, une main sur les yeux et l'autre en arrière, elle laissa un faible gémissement lui échapper, avant de se redresser tant bien que mal pour regarder autour d'elle. Ses pupilles rouges, hagardes, finirent par se fixer sur la silhouette, droite, et dos à elle, qui semblait comme une interruption à ce décor si vert et harmonieux… C'était de là bas que venait le cri, aucun doute.
La personne ne bougeait pas d'un poil. Il semblait comme figé. Peut-être craignait-il d'être surpris, ou… ou alors elle n'en avait aucune idée… Elle sortait, cette fois comme les autres, avec difficultés de ses songes, et n'arrivait que peu à se faire d'idées au sujet de la personne en question. Que faisait-il là, dos à elle? Il l'avait vue, c'était obligé, vu sa tenue et l'endroit où elle s'était laissée tomber… En plein milieu d'un champ… ça ne lui ressemblait absolument pas. Elle tenta de se redresser un peu plus encore, pour mieux le voir… Voyant qu'il ne semblait pas vouloir venir à elle, elle finit par se lever, son manteau perlant de gouttes de rosée cristallines, et passa une main dans ses cheveux pour les secouer un peu. Elle avait été pâlie par la fatigue, et son regard n'en ressortait que plus. Plus vif, plus perdu.

Elle finit par arriver au niveau de l'homme qui semblait l'avoir vu. Il avait sur l'épaule un dragon… Elle se figea, à cette vue, les yeux passablement écarquillés.


*Un… un dragon… *

Le symbole des Stark. Sa famille avait tendance à s'en enorgueillir au plus haut point, vantant partout leur sang, dans lequel celui de ces reptiles aurait coulé, de génération en génération… C'était ce qui expliquait, entre autre, ce don Pyromane qui se transmettait de Stark en Stark.
Elle leva une main délicate vers l'animal, comme pour l'effleurer, sans pour autant le toucher. Elle était transportée par son apparence.
Au bout d'un moment, elle finit par les dépasser, pour faire face à l'homme qui n'avait pas bougé… Il semblait troublé… Elle plissa une seconde les yeux puis inclina la tête.


*Pourquoi était-il là…? Pourquoi…. Pourquoi me regarde-t-il de cette manière…?*

Elle reprit son habituel masque de douceur et lui sourit. Rien de mauvais, rien de mortel sur cette île. C'était pour cela qu'elle venait… Pour cela qu'elle avait choisi cet asile plutôt qu'un autre… Il devait entrer lui aussi dans ce schéma.

Etrangement, une fois devant lui, à le voir ainsi mal à l'aise, elle ne sut trop quoi lui dire. Lui demander ce qu'il faisait là, qui il était où… depuis combien de temps il était arrivé…? Tout ce qu'elle imagina lui sembla peu à propos, et, rougissant, elle finit par ciller pour regarder ailleurs. Le visage de l'homme était doux. Son regard, en tout cas, l'était…
Elle toussota dans son poing, puis releva vers lui un visage souriant, aux pommettes légèrement rosies.


"Hm… euh désolée mais… Nous ne nous sommes jamais rencontrés, si je ne m'abuse…?"

*Hallucinant… c'est lui qui vient dans le parc lorsque j'y suis… et moi qui aie l'impression de m'incruster ensuite… *

"Je… je suppose que c'est ce dragon, qui a poussé ce cri…"


Après avoir effleurer avec délicatesse le reptile, une fois de plus, elle reporta son attention sur l'autre d'un air neutre… Simple. Elle esquissa un fin sourire, puis récupéra de l'aplomb… Ce n'était pas d'une délicatesse terrible, d'aborder ainsi les gens mais... Mais parler semblait comme... un moyen de faire face, un moyen d'emplir son esprit de mots autres que ceux qu'il laisse voguer en son sein. Un moyen d'oublier, de façon éphémère, tout le reste. Cette idée lui arracha un sourire plus doux et sincère, un sourire qui était sans doute plus pour elle que pour Zane. Après avoir jeté un dernier regard au dragon qu'il portait, elle hocha un peu la tête vers lui... Il n'était jamais trop tard pour saluer quelqu'un...?

*Je ne lui laisse même pas le temps de répondre… > <*

"Quel est votre nom?"

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

Zane

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Lun 14 Aoû - 16:03

Ce qu’il craignait était finalement arrivé. En poussant un cri, Hakouryo venait d’alerter la jeune femme qui ne s’était pas rendue compte de la présence d’un homme pour qui le simple fait de la voir était à la fois le plus doux des réconforts et la plus triste ironie de son retour vers le passé puisqu’il savait qu’un autre lui existait en ce monde.

Quoi qu’il en soit, il ne pouvait plus fuir car elle se dirigeait vers lui avec assurance. A ce moment, le gardien eut comme une hallucination : il distinguait un double de la jeune femme qui avançait au même rythme qu’elle tout en souriant à Zane. Ce double ne mit pas plus de quelques secondes avant de s’élancer vers lui comme pour qu’il la prenne dans ses bras sans que la véritable Namibe ne remarque quoi que ce soit.
Il en déduisit alors que ceci n’était qu’une illusion que lui seul pouvait voir. Toutefois, en tant qu’invocateur, il était bien placé pour savoir qu’une illusion ne pouvait parler d’elle-même. Or, celle qui se dirigeait dans sa direction s’adressa à lui avec fougue.


- « Zane tu es enfin revenu de cette mission sur le continent. Tu m’avais dit que tu n’en aurais que pour une journée et cela fait déjà une semaine que tu es parti… N’oublie pas la promesse que nous nous sommes faite et que nous avons gravée à jamais dans les alliances de notre union. »

A cet instant, alors que cette Namibe illusoire allait l’enlacer, elle le traversa comme un simple courant d’air éphémère avant de disparaître après avoir prononcé une dernière phrase :

- « Promets-moi que nous ne serons jamais séparés. Promets-moi que nous serons toujours l’un avec l’autre. »

Zane restait tétanisé par ce qu’il venait de voir. Après avoir entendu ces derniers mots, il comprit que cette illusion n’était que la matérialisation d’un souvenir qu’il avait enfoui en lui. Il se souvint alors de ce jour où il avait retrouvé son épouse dans ce parc après être revenu d’une mission périlleuse tandis qu’elle avait combattu sur l’île afin de repousser les assaillants venant à chaque fois plus nombreux sur l’île dépourvue de sa protection.
Ce jour là, Namibe lui avait fait promettre que rien ne les séparerait et ce fut le contraire qui se produisit. Cette réminiscence ne fut donc qu’une douleur de plus pour le gardien qui ne parvenait pas à s’expliquer la façon dont elle avait pu lui apparaître si distinctement.
Il n’eut pas le temps de se pencher davantage sur la question car la véritable jeune femme était à présent auprès de lui et semblait intriguée par son petit compagnon d’écailles. A cet instant, il aurait aimé la prendre dans ses bras et lui révéler toute la vérité. Il voulait lui expliquer qu’il était son époux et qu’il venait du futur afin d’empêcher la destruction imminente de ce monde…
Il ne pouvait pourtant pas le faire et c’est l’esprit perdu qu’il écoutait à présent la jeune femme s’adresser à lui :


- "Hm… euh désolée mais… Nous ne nous sommes jamais rencontrés, si je ne m'abuse…?"

Bien qu’il ait entendu cette question, il ne put y répondre car la voix de son épouse résonnait à chacune des interventions de son alter ego passé sans qu’il n’en comprenne la raison.

* Dis-moi Zane ? Nous en avons beaucoup parlé ces derniers temps et je crois que le moment est venu… Je crois qu’il est temps pour nous d’avoir cet enfant que nous avons si ardemment désiré. *

Les souvenirs s’enchaînaient avec une intensité de plus en plus conséquente à mesure que la jeune femme s’adressait à lui sans qu’il ne puisse lui répondre.

"Je… je suppose que c'est ce dragon, qui a poussé ce cri…"

* Hakouryo, pourrais-tu nous emmener dans un monde où la guerre n’existe pas ? Pourrais-tu voler jusqu ‘à atteindre les cieux où tant de nos compagnons sont allés en nous laissant ici bas ? *

Tout ceci semblait presque réel. Il voyait à présent l’image de son épouse se dessiner derrière son alter-ego du passé comme pour lui adresser un message qu’il ne parvenait pas à comprendre à moins que ce ne soit que les divagations de son esprit meurtri par tout ce qu’il avait subi au cours de cette année où Ynis Witrin s’écroula à son tour face aux envahisseurs.
La jeune femme finit par lui demander son nom et c’est à ce moment que ses souvenirs cessèrent de se matérialiser afin de lui donner le choix de répondre ou non. Il devait alors lui expliquer qui il était vraiment ou lui mentir.

Finalement, ces deux possibilités lui importaient peu car son seul et unique désir était de la prendre tendrement dans ses bras. Il voulait sentir sa chaleur et fermer les yeux avant de se réveiller en constatant que l’année qu’il venait de vivre n’était qu’un cauchemar. La réalité était pourtant tout autre et il le savait plus que quiconque… Il décida alors de lui répondre tout en dissimulant l’émotion qui le paralysait depuis qu’il était revenu dans ce lieu et auprès de son épouse.


- « Veuillez excuser mon compagnon s’il a troublé votre repos. Nous étions en route pour notre entraînement quotidien quand nous sommes passés devant cet endroit magnifique qui attira notre attention. Nous avons alors décidé de le contempler et, sans que j’en sache la cause, Hakouryo poussa un petit cri qui vous a alertée. »

Jusqu’à présent, il n’avait pas encore menti à son interlocutrice. Il n’avait pourtant pas encore décliné son identité et il se dit que lui dire son vrai prénom n’avait plus vraiment d’importance puisque son alter-ego arriverait sur cette île dans moins d’un an. Ainsi, même s’il mentait aujourd’hui, la jeune femme comprendrait certainement qui il était quand elle verrait qu’un autre lui existe en ce monde.

- « Mon nom est Zane et je suis un invocateur arrivé récemment sur Ynis Witrin. »

La réponse qu’il lui donna était affligeante de banalité mais il ne pouvait clairement pas lui révéler sa véritable histoire. Et d’ailleurs, s’il lui disait qu’il était son futur époux , le croirait-elle ? Pouvait-elle imaginer que cet homme venait d’un futur où il ne restait plus rien ? Comment réagirait-elle s’il décidait de céder cette envie si forte de la serrer près de lui et de tout lui raconter : lui dire qu’il n’y avait pas un jour sans qu’il ne pense à elle ou aux instants passés ensemble.
Il aurait aimé lui dire tout ce qu’il n’avait pu lui dire à son époque. Il se reprochait en effet de n’avoir pas toujours su trouver les bons mots pour décrire ce qu’il ressentait. Comme bon nombre de gens, Zane avait perdu ce qu’il avait de plus cher sans avoir eu le courage nécessaire de lui dire à quel point elle comptait.

En faisant le constat de sa situation , il comprit finalement que son amour était impossible. Dans quelques temps, les démons s’attaqueraient à eux et le véritable Zane serait ici.
Le cœur serré, il se promit de ne rien révéler à la jeune femme. Il voulait pourtant passer quelques instants avec elle comme ils le faisaient autrefois. Bien sûr, ceci ne ferait que rendre les adieux encore plus difficiles mais il avait tant prié pour avoir un jour, ces quelques instants si précieux.


- « Je me rends compte que je ne dois pas vous paraître très loquace. Je vous prie de m’en excuser mais c’est que vous voir m’a énormément surpris car vous ressemblez à une personne, aujourd’hui disparue, à laquelle je tenais plus que tout… Quoi qu’il en soit, dans quelques temps, il me faudra partir pour un très grand voyage et j’aimerai encore profiter de ces moments de calme avant de reprendre la route. Ainsi, j’aimerais savoir s’il me serait possible de rester quelques instants dans ce lieu où vous vous reposiez ? »

A ce moment, il aurait voulu que Namibe lui dise qu’elle le reconnaissait, qu’elle ne l’avait pas oublié mais ceci était tout simplement impossible… cachant sa tristesse du mieux qu’il le pouvait, il attendait désormais une réponse de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

Namibe Stark

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 30
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Mar 15 Aoû - 1:04

Tout en lui parlant… Elle l'observait, l'étudiait sous le moindre de ses aspects… Sa voix, elle ne l'entendait pas… Pourtant, c'était la voix qui en disait le plus long… La voix et le regard. Elle plongea le sien dans celui de l'homme qu'elle avait abordé avec une sorte de franche curiosité. Pourtant… Si elle sentait de la douceur dans les regards de Zane, elle y voyait aussi l'hésitation, et elle en avait imparablement remarqué les va et vient… Si bien qu'elle hasarda un coup d'œil à ses côtés, sans rien y voir. Elle reporta alors son attention sur Zane. Il était réellement étrange. Elle sentait dans chacun de ses gestes, si rares soient-ils, comme une sorte de blocage, de conflit. C'était de ses personnes là que quelqu'un de normal avait un peu peur. Une personne qui abrite deux courants, deux volontés, pour n'en assouvir aucune. Namibe le percevait très clairement. De cette manière, elle avait à de nombreuses reprises démasqué ses adversaires, assassins hésitant à la tuer à la vue de ce visage puéril…
Elle n'avait pas d'hésitation, elle… De la pureté. Pure curiosité, cette fois. Son regard écarlate n'hésitait pas vraiment à se poser sur Zane. Elle avait certes cillé un peu avant mais… Le malaise provoqué par sa façon d'aborder l'homme était passé sitôt la douceur du visage de celui-ci révélé. Elle n'avait pas l'impression de l'incommoder…

Lorsqu'il lui parla, ce qu'elle avait le plus attendu, elle ne put retenir un sourire. Il avait tant semblé hésiter à parler que le simple son de sa voix satisfit alors Namibe. Elle ne savait pas trop pourquoi… Sans doute était-elle soulagée d'avoir des réponses… Cela signifiait qu'elle n'avait pas eu tord de l'aborder… Cela voulait dire qu'elle allait pouvoir chercher à connaître quelqu'un de nouveau… Elle baissa un peu les yeux, alors…

Quelqu'un de nouveau… Donc quelqu'un qui allait repousser, un instant au moins, ces souvenirs… Quelqu'un qui, par le simple son de sa voix, allait mobiliser la conscience de l'alchimiste. Elle redressa illico la tête, ne désirant rien en manquer… Elle en saisit les nuances… Aussitôt, elle la sentit comme faussée. Cet homme… Cet homme dissimulait quelque chose. Certes adroitement mais… Mais elle l'était tout aussi… Elle était en vie grâce à cet entraînement, et pour elle, l'assurance soudaine de l'homme ne laissait planer aucun doute. Il ne lui mentait peut-être pas mais… Il cachait quelque chose. Peut-être même se cachait-il seul quelque chose. Il lui expliqua ce qu'il faisait là… Lui qui, la seconde d'avant, semblait un peu perdu, troublé… Il pouvait à présent lui dire la raison de sa venue sans problème… Namibe n'était pas dupe, mais n'en laissa rien transparaître. Si l'aborder n'était pas une mauvaise chose, le sonder ensuite était indiscret. Elle se contenta donc de hocher la tête à ses propos. Elle ne chercha pas à masquer un sourire lumineux. Celui qu'elle avait toujours, aussi bien lorsqu'elle venait de découvrir quelque chose que lorsqu'elle était heureuse…
Heureuse? Ce n'était sans doute pas ça. Mais elle était intéressée. Intriguée par cet homme et par son malaise. Elle ne l'avait jamais vu… et pourtant, il semblait la regarder comme quelqu'un de familier… La façon même dont il s'adressait à elle… Derrière le ton forcé et la voix maîtrisée, elle sentait une sorte… d'aisance, comme contrariée (oui je sais c'est pas logique)

Elle le laissa parler sans l'interrompre, absorbée par son étude. Elle en faisait toujours de même, lorsque l'urgence ne la tenaillait pas. C'était son habitude. Elle n'était pas du genre naïve, avec ses interlocuteurs. Dans ses idées, sans doute, mais elle ne se trompait que très rarement sur les êtres vivants… Ou alors… Elle se trompait pour mieux tomber. Et de haut.
L'être humain est un être changeant… A l'humeur variante… En tant que tel, elle était versatile mais… mais elle, jamais elle ne trompait. Jamais elle ne manquait à son honneur ou a la fidélité, lorsqu'elle avait été promise. Ici… C'était ce qui lui manquait. Elle n'était fidèle à rien. Ah si… a sa guilde, celle des Chevaucheurs d'Ombres… Sa guilde si tranquille et reposante… Dans devait à coup sur courir à droite a gauche, mais… mais elle non. Sa fidélité, elle la vouait alors à ses connaissances, a son héritage… Elle s'appliquait à l'alchimie, s'appliquait au combat comme le lui avaient inculqué ses frères d'armes, veillant farouchement au secret et au respect de ce patrimoine… Elle s'appliquait à ses rencontres, a ses jugements.

Un instant, le fond de ses propos en dépassa la forme… Il était donc invocateur… Etrange, comme façon de se présenter. Un nom, un pouvoir, un rôle. Elle n'en faisait pas de même… Et puis, qu'aurait-elle dit? Un nom qu'elle exécrait… Un pouvoir qu'elle délaissait et un rôle qui n'avait pas la saveur de celui qu'elle avait quitté. Elle leur préférait de loin les sourires et le mystère… Comme si le mystère entretenait les arcanes de l'alchimie et de l'assassinat sous sa forme… artistique… Un art cynique et malsain… Mais un art qui, néanmoins, avait su forger ces douces et délicates mains…

L'invocation… A force de rester ici… A force de lecture et de discussion, son esprit avait recueilli certaines données à ce sujet… Un art. Un art comme tous les arts : coûteux. C'était sans doute au moins aussi cher pour l'être et son intégrité que l'alchimie pouvait l'être à l'alchimiste. Elle avait su se sacrifier pour acquérir ce savoir, cette résistance… Elle avait sacrifié un corps, tout un organisme qui jamais ne retrouverait d'équilibre… mais elle avait eu, en échange, cette puissance et ces connaissances… En allait-il de même pour l'invocateur? Qu'avait-il sacrifié au dragon qui trônait sur son épaule?
A cette question, elle sourit, et laissa son regard s'attarder sur sa main gauche… Sur sa cicatrice… Celle de la guilde.


*Qu'a-t-il sacrifié…?*

Elle releva vers lui un regard plus lumineux, peut-être plus humide, mais n'avait pas perdu son sourire. Son masque tenait, aujourd'hui comme d'habitude ^^ Rien de bien méchant, en somme… Elle avait, selon elle, une très fâcheuse tendance à se laisser aller à la mélancolie quand elle avait promis le contraire à Daeniel…
Elle secoua un peu la tête, des mèches platines s'écoulant sur son visage, et répondit à l'homme. Il avait eut la décence de se présenter…


"Enchantée, Zane… Je me nomme Namibe ^^ Namibe Stark"

Elle lui sourit et inclina la tête, le temps qu'il s'adresse à elle une nouvelle fois…

Elle lui rappelait une femme qu'il avait connue…? C'était donc ça… Elle se sentit soudain un peu mal… un peu mal à l'idée d'avoir cherché une faille ou du secret chez cet homme… Il semblait se livrer… Dans ses mots, cette fois, pas de mensonge, elle le sentait… Juste une douce et enivrante tristesse. Il avait perdu un être cher… Ca la fit sourire d'un sourire doux… D'un sourire réconfortant? Combien de choses chez lui allaient trouver un écho en elle? Elle soupira un peu… Un soupir doux et bas, puis, à ses derniers mots, éclaira son visage d'une nouvelle lumière… Cet instant particulier était passé… Et elle avait de quoi rebondir… De quoi repartir sur un autre plan. Sur un plan de légèreté.


"Ce lieu a le privilège d'être public… Je vous en prie, restez-donc ^^ Demeurer seule dans un endroit pareil est loin d'être…"

*… loin d'être agréable*

"enfin… je veux dire… restez ^^"


Gênée, se sentant prise de court, toute seule (oui, pas besoin de gens pour se prendre de court xD), elle rosit de nouveau, puis, les mains dans les poches, parcourut le parc jusqu'à un endroit bien découvert où elle tourna un peu sur elle même, à la manière d'une mangouste faisant le guet, avant de se laisser tomber, souriante, avec légèreté. En tailleur, elle leva le nez vers Zane, attendant qu'il ne la rejoigne.

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

Zane

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Sam 19 Aoû - 3:05

Les premières paroles avaient été échangées… La voix de Namibe résonnait encore dans l’esprit d’un homme qui, après la mort de sa femme, aurait pu tout donner pour ces quelques instants au combien précieux. Tiraillé entre son désir de vengeance et son envie de la rejoindre dans la mort, il avait maintes fois espéré avoir la chance de pouvoir revivre ces moments d’un bonheur qui fut trop bref.
Quelque peu perdu dans ses pensées, il avait relevé la tête lorsqu’elle lui dit son nom et son prénom. Un petit sourire de nostalgie se dessina alors sur son visage.


* Comment aurais-je pu l’oublier ? *

Elle l’invita ensuite à rester dans ce parc comme il l’avait souhaité. Ressentant l’hésitation dans ses paroles, il comprit qu’elle devait se trouver dans ces instants de solitude où elle repensait à son passé. Il savait que, dans de pareils moments, elle ne songeait plus qu’à son ancienne guilde et à l’homme qu’elle avait aimé. Il avait d’ailleurs fallut beaucoup de temps avant qu’elle ne le lui avoue. Tout d’abord parce qu’elle n’aimait pas en parler mais aussi par ce que ces souvenirs étaient plus que douloureux.
Elle avait ainsi dressé un mur repoussant les sentiments des autres… Ce dernier avait été difficile à franchir mais l’alchimie qu’il y avait entre eux avait été plus forte. Il était conscient qu’elle n’avait pas oublié son passé et cet homme dont il ignorait le nom, mais elle avait accepté de débuter une nouvelle vie malgré tout. Ceci avait été difficile mais l’invocateur n’avait à aucun instant baissé les bras. Comment l’aurait-il pu d’ailleurs ? L’intensité de ses sentiments était telle qu’il n'aurait jamais pu l’abandonner quel que soit les obstacles.
Repensant à ces événements du passé, il n’en oubliait pourtant pas les gestes du présent et il décida de la suivre alors qu'elle venait de se laisser tomber dans l’herbe telle une enfant.


* Malgré tout ce que tu as vécu, tu as toujours su préserver les apparences. Tu n’as jamais cessé de montrer ce doux sourire malgré ces souvenirs qui ne cessaient de te hanter… Namibe… *

Avançant de quelques pas, il foulait à présent l’herbe de ce parc aux mille variétés de fleurs avant de s’asseoir près de la jeune femme. Il regarda alors l’horizon avec une certaine émotion. Le soleil se levait doucement sur l’île et offrait ses premiers rayons à ses deux spectateurs. Un si beau spectacle, il n’en avait pas vu depuis qu’Ynis Witrin avait été attaqué par les démons. Il profita alors de cette douce chaleur parcourant sa peau et de la présence de celle qu’il aime.

- « Quel spectacle magnifique… Je pensais ne plus jamais avoir la chance d’assister à un si beau levé de soleil… »

Zane était sincèrement touché par ce qu’il voyait et par cette sensation de paix qui régnait tout autour de lui. Il regarda alors la jeune femme et lui offrit un sourire avant de laisser échapper quelques bribes de sa tristesse.

- « Pardonnez mon engouement mais je viens d’un pays où ce genre de paysage n’existe plus à cause de guerres insensées et lorsque l'on vit au milieu d'elles, on finit par oublier les bonheurs simples qu'offrent ce monde »

Après ces quelques mots, il se dit que la situation devait lui paraître étrange. En effet, toute autre personne aurait déjà certainement demandé à en savoir plus sur elle mais lui savait déjà tout… Pour cette époque, il en savait même trop et c’est certainement cela qui le faisait souffrir à présent.
En effet, il ne pouvait oublier ses sentiments et ne pas pouvoir la prendre dans ses bras était une vraie torture. D’ailleurs, comment pouvait-il en être autrement ? Comment pouvait-il accepter d’être si près d’elle sans pouvoir lui avouer tout ce qu’il avait sur le cœur en cet instant précis ? Ce flot de souvenirs heureux de cinq années durant lesquels ils connurent les joies d’une vie près de l’être aimé mais aussi les difficultés d’une existence où les combats étaient incessants…
Ne pouvant avouer tout cela à la jeune femme, ce fut ses larmes qui parlèrent pour lui. Ce flot de souvenirs passant par l‘intermédiaire de simples gouttelettes d’eau retombant lourdement sur un sol encore vierge des combats qui le teindraient de la couleur du sang.
Puis, afin de rompre ce silence, il décida de lui poser une question lourde de sens.


- « Dîtes-moi, si l’on vous offrait la possibilité de revoir, l'espace de quelques instants, une personne disparue que vous aimez encore du plus profond de votre cœur, que feriez- vous ? Que diriez-vous en premier à cette personne ? » lui demanda t-il sans quitter l’horizon du regard.

Bien que sa question ne soit pas anodine, il savait qu’elle ne permettrait pas à Namibe de découvrir qui il était vraiment. Il n’avait pourtant pas pu s’empêcher de la lui poser. Ne serait-ce que pour entendre à nouveau le son de sa voix.
Bien sûr, cette question l’intriguerait certainement mais il ne la reverrait probablement plus après aujourd’hui car il devait avant tout tuer ceux qui allaient condamner le présent. De plus, le véritable Zane allait certainement bientôt débarquer sur cette île et il n’y aurait donc plus sa place si ce n’est dans l’ombre afin qu’aucune personne, hormis les deux sœurs, ne découvre qui il était.
Ainsi, ils devraient se quitter à nouveau avant même d’avoir pu réellement se retrouver…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

Namibe Stark

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 30
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Sam 19 Aoû - 15:50

Alors que Zane la rejoignait, elle le suivit du regard, se sentant comme… Comme observée. Elle avait l’impression qu’il portait sur elle un regard familier, sans pour autant savoir quoi que ce soit à son sujet. Sans réellement être mal à l’aise, elle n’en était pas moins curieuse et étonnamment intriguée par l’homme. Elle le scruta donc sans gène flagrante, l’étudiant dans ses réactions, dans son ton… Dans la façon qu’il avait d’observer l’Aube. Oui, ce spectacle était sans doute beau. Sans doute magique… Elle comprenait qu’il parle à cet homme d’une toute autre façon de celle avec laquelle il lui parlait à elle. Pour elle, cette heure, cette lumière n’était que celle qui délogeait et dénonçait l’assassin. L’Aube était l’heure des héros, celle des gens de bien. Elle était l’heure à laquelle l’homme bon, au sortir d’une nuit plongé dans les ténèbres, se révélait enfin… Elle était l’heure où les êtres qui s’étaient révélés pour une nuit l’un à l’autre, dans l’ombre d’une auberge, se sentant presque en sécurité… Etaient dénoncés et livrés à la lumière… L’heure qui se devait de déchirer les êtres qui trouvaient dans la pénombre le plus protecteur des foyers…
Elle ne pu retenir un petit soupir, aux propos de Zane. Elle s’en voulu aussitôt. Il n’était bien sur pas à blâmer, surtout pas par elle, mais… Mais elle ne pouvait s’empêcher de se sentir mal, en cet instant là.
Regroupant ses jambes sur sa poitrine avec un frémissement muet, elle abîma à son tour son regard d’un rouge pur et tremblant dans ce panache de rayons solaires… Il venaient, çà et là, se heurter à l’eau, la pourfendre comme autant de flèches, se répercuter en échos et en spectres colorés dans la rosée qui, partout, tombait pour s’évanouir dans la terre, et enfin, ils venaient couronner de rayons les toits et tours de la cité de verre. Plus aucune place pour les ténèbres. C’était fini, ici comme ailleurs.
Un sourire triste vint alors affleurer avec délicatesse sur les lèvres de l’alchimiste. Tout cela, ce n’était que les réminiscences d’une souffrance qu’elle avait tant bien que mal étouffée… Elle s’était rendue à l’évidence… Elle ne construirait jamais la vie qu’elle avait promis à Daeniel dans un endroit où les ombres avaient leur place. Mais c’était plus fort qu’elle. Elle n’était pas résolue à abandonner ces idées, ces souvenirs. Elle n’avait encore que ça. Les rares souvenirs qu’elle avait pu écrire ici… Bien que doux ou intenses pour certains, n’avaient rien construit de concret… Alors que ceux là… Ceux des dernières années, c’était un être entier qu’ils avaient forgé.

Elle se tourna un peu de côté, détachant de cette débauche de lumière son regard terni…


« Ce lever de soleil est beau…. Oui… Cette île doit receler trop de merveilles… Mon esprit en est sans doute aveuglé… »

Elle eut un sourire sarcastique, un peu faible, mais pour elle-même…

« … pour ne pas les saisir comme le fait le votre »

Elle ferma alors lentement les yeux, puis l’observa, lui… Le sourire qu’il lui adressait… Elle en fut surprise, et ne su trop comment l’interpréter… La chaleur et la tristesse qui couvaient dans ce sourire s’emparèrent d’elle… Y parlèrent, comme en terrain connu… Oui, la douceur et la tristesse… C’était ce à quoi elle était réduite, sans la force d’une Guilde.
Ce sourire eut tant d’échos en elle que, bien que tiraillée par le malaise, elle ne pu qu’y répliquer, d’un autre comme… Eteint. Serein…
C’est alors que Zane laissa des larmes lui échapper… Pour le coup, elle resta fortement pantoise et surprise… Elle ne s’y attendait pas, c’était le moins que l’on puisse dire. Trop habituée à sa propre souffrance pour s’attendre à celle des autres ? Oui… C’était une forme d’égoïsme. Un égoïsme involontaire et passager. Inconscient. Un égoïsme qui, sitôt dénoncé par cette surprise aux yeux de l’alchimiste, était rejeté, avec dégoût, pour ne faire place qu’à une douce compassion. Alors elle avait à ses côtés un homme tout aussi blessé, en apparence du moins, qu’elle ne pouvait l’être ? C’était peut-être pour cela qu’elle avait l’impression d’être bercée par sa tristesse et son ton… ? Peut-être pour ça qu’elle avait eu l’impression que ses regards et ses sourires lui étaient familiers. Peut-être était-ce tout simplement parce qu’elle entendait ce qu’ils exprimaient ?
Elle ne su comment réagir, et d’ailleurs, elle ne réagit pas. Elle resta immobile, silencieuse, à l’observer. Son regard ne semblait pas chercher, pour une fois, à vouloir sonder cet homme. Bien au contraire, il exprimait plutôt le respect qu’elle pouvait avoir pour ce qu’il éprouvait, et pour le mystère qui entourait son histoire…

Elle s’attendit encore moins à réentendre sa voix qu’à le voir pleurer. Lorsque celle-ci, cette fois encore, brisa le chant cristallin de la nature, elle plissa les yeux, trouvant ses propos… Des plus étranges… C’était comme s’il savait précisément ce qu’elle avait pu vivre. S’agissait-il encore une fois d’une simple coïncidence… ? Avait-il également vécu une histoire similaire à la sienne… Elle trouvait cela étrange. Mais après tout… Après tout beaucoup de personnes avaient échoué sur cet havre de paix et de lumière suite aux plus cuisantes et lancinantes pertes.
Elle pâlit néanmoins à l’idée qu’elle devait lui répondre… Elle devait se poser, sincèrement, une question qui la hantait et qu’elle refusait d’écouter… une question qui n’avait que trop de place dans son âme… Si elle pouvait retrouver la personne qui lui était chère… ? Une personne disparue… ? N’importe lequel de ses frères d’armes… Un assassin, un véritable assassin, l’un des assassins blancs. Avec leur valeur… Leur douceur et ce magnétisme qui émanait de chacun des membres de sa guilde…
Daeniel… Daeniel était celui, entre eux tous, qui apparaissait le plus comme un fils de sa cité… Comme un tendre enfant de ce géant de pierre et de givre… Non content d’être un être, tout comme elle, qui comprenait jusqu’à la plus petite souffrance de la pierre, jusqu’au plus petit discours de la neige, il était également celui qui avait su s’emparer d’elle. Celui qui avait su prendre en son sein le cœur d’un être, le cœur d’une simple enveloppe de chair de se sang… Une enveloppe dévouée à sa guilde, à sa cité… Il avait su rivaliser à lui seul avec ces deux entités… Il avait su… Il aurait su combler en grande partie une vie où la Guilde Blanche et la cité de Namibe auraient disparues…

Le revoir… Maintenant, alors qu’il était mort sous elle… Le toucher, lui parler… Sentir sa moite douceur… Sentir son souffle saccadé… Sentir ses bras tout autour d’elle et pleurer… pleurer des heures entières contre son torse en souvenir de ce qu’elle avait vécu… Pouvoir refaire tout cela… Elle n’en avait pas le droit. Elle n’en avait pas la possibilité. Elle lui avait promis de ne pas se morfondre de cette manière… Mais… Mais là… La question lui était posée… Et en toute objectivité, elle se devait d’y répondre. Elle se devait d’être sincère… Tant pour cet homme, qui avait su poser une question douloureuse, que pour elle, pour y voir clair

Livide, elle déglutit avec difficulté, et plongea son regard dans celui de Zane… Ses mots… Ses mots, elle allait les prononcer non seulement pour son interlocuteur… Mais également pour Daeniel. Elle ne croyait pas à la vie après la mort… Elle ne croyait qu’aux souvenirs… Elle ne s’attendait pas à ce que l’assassin, quelque part, prête oreille à ses mots… Elle s’attendait juste à apaiser celui qui couvait en son âme…


« Si… si la chance de revoir un être cher ayant disparu m’était offerte… Je ne pourrais vivre en songeant que j’ai laissé cela derrière moi… Je… Je ne sais pas ce que je pourrais dire à cette personne mais… Je dirais ce que mon âme désire. Je laisserais mon cœur agir comme il le veut… Je laisserais… Je laisserais la personne en question me dicter tout cela… Je ne rêverais que d’étreinte et de tendresse… Je ne rêverais que de larmes… D’une voix depuis trop longtemps éteinte… »

Elle se retint de pleurer. Comment ? Elle n’en avait aucune idée. Elle était toujours pâle et troublée et pourtant… Elle était comme libérée… Sa voix n’avait été qu’un doux murmure, comme à chaque fois qu’elle était sincère… C’était étrange, cette nostalgie, cette mélancolie qui savait si bien se conjuguer à la douceur et à une forme de bonheur… Celui de se souvenir, celui de se donner à ces sensations qu’elle savait imaginer pour mieux les… Les laisser dans le passé… Cette chance, d’avoir un jour en face d’elle la personne qui lui était chère, la personne qui avait disparu dans ses bras… Elle savait que jamais elle ne l’aurait. Pour elle, ce n’était pas imaginable… Elle devait lui dire adieu, et cela prenait juste un certain temps. Lui dire adieu et recommencer. Lui dire adieu et reprendre, comme il avait su le lui demander, une autre vie. Une vie différente avec un homme doux et bon. Un homme qui saurait déteindre sur elle, et atténuer un peu ce manque de pénombre…
Pour laisser à cet homme là, quelque part, le loisir de s’exprimer en elle… Elle devait savoir faire taire, étape par étape… la Guilde. Elle devait savoir faire reculer des ombres qu’elle chérissait. Elle devait apprendre à apprécier la beauté d’une Aube ainsi que sa douceur… La percevoir comme un renouveau et une seconde chance… Non plus comme une fin brutale et déchirante…
Elle devait sourire, à la vue de ces rayons… Et non plus pleurer…

Souriant toujours d’un air un peu triste, elle ferma lentement les yeux, comme pour couper court à ses pensées… Elle semblait plus légère et douce qu’elle ne l’avait été la seconde d’avant. Sans doute par ce que son regard rouge n’était plus visible… Sans doute parce que cette force là avait su se taire un instant. Elle rouvrit ses yeux pour les poser tranquillement sur le lever du soleil, dans la brume…


« Si un jour cette chance doit se présenter… Il ne fait aucun doute que l’on se doit de la saisir. Qu’importent les conséquences, lorsque l’enjeu semble si doux ? »

Elle eut un rire doux, soufflé…

« Maintenant, je ne peux pas dire que je crois à ce genre de chose… Peut-être un peu trop cartésienne pour cela… »

Elle arrivait, petit à petit, à recouvrir son ton léger et agréable… A calmer son cœur et sa respiration….

Finalement, avec un soupir presque détendu… Elle appuya ses mains en arrière, dans l’herbe, et déplia un peu ses jambes… Ses cheveux d’argent s’écoulant dans le col du sombre manteau, elle plissa les yeux alors qu’un rayon de soleil, répercuté par une quelconque surface blanche, vint l’aveugler un peu. C’était donc cela, la lumière…
Elle sourit…

Petit à petit, une odeur vint lui titiller les papilles. Très faible… Et pourtant reconnaissable entre toutes. Elle plissa d’autant plus les yeux, sans laisser son sourire lui échapper… Et décida de l’ignorer… Pour l’instant.


*hm... c'est intéressant...*

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

Zane

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Lun 21 Aoû - 22:25

En posant sa question à la jeune femme, Zane avait caressé l’infime espoir qu’elle comprenne qui il était. Cela lui était pourtant impossible avec cette simple interrogation… Quoi qu’il en soit, il écouta attentivement la réponse qu’elle lui donna. Il avait d’ailleurs parfaitement senti qu’elle ne lui répondait pas au hasard tant son hésitation était palpable.

Le gardien la connaissait parfaitement et avait en effet pour habitude de lire en elle en observant le moindre de ces gestes. Ceci avait été le seul moyen pour tenter de la comprendre lors de leurs premières rencontres. Elle avait un lourd passé qui ne cessait de remonter à la surface et dont elle ne disait rien. Il ne pouvait donc pas l’aider… Pourtant, au fil des jours, ils s’étaient comme « apprivoisés ». Chacun avait tenté de percer les secrets de l’autre tout en se dévoilant peu à peu. Ces moments, il ne les oublierait jamais… Il était d’ailleurs prêt à revivre cette époque où la vie était tellement plus douce.

Ecoutant sa réponse sans dire un mot, il constata qu’elle parlait de celui qu’elle avait aimé autrefois. Cette époque où elle était encore surnommée « l’Alchimiste Blanc ». Ce titre qu’elle lui avait révélé avec douleur tandis qu’il lui parlait de ce monde où le seul être en qui il avait confiance était ce petit dragon qui n’avait jamais cessé de l’accompagner et de combattre à ses côtés.
En repensant à cela, il regardait et écoutait celle dont les mots avaient un sens plus que profond. L’une de ses phrases attira d’ailleurs son attention et résonnait en lui telle une invitation, un signe lui accordant le droit de tout avouer malgré les barrières qu’il s’était imposées.


« Si un jour cette chance doit se présenter… Il ne fait aucun doute que l’on se doit de la saisir. Qu’importent les conséquences, lorsque l’enjeu semble si doux ? »

- « Je crois que vous avez parfaitement raison. Dans un pareil cas, il faudrait profiter de ces précieux instants… Hélas, comme vous le dîtes, une telle opportunité semble impossible… »

Marquant une légère pause, il décida de faire une entorse aux limites qu’il s’était fixées. Il regarda alors la jeune femme avec un sourire qui tranchait nettement avec les larmes qu’il avait versées il y a peu. A présent, la tristesse avait fait place à un sentiment bien plus fort. Un sentiment envoyé sous la forme d’un message ayant traversé les époques… Une déclaration improbable et douloureuse…

- « Si je le pouvais, j’aimerais m’adresser une dernière fois à ma femme. J’aimerais… lui dire qu’elle a compté plus que tout pour moi… Lui expliquer qu’il reste de l’espoir et que je me battrai jusqu’au bout pour changer le destin de ce monde…Lui dire qu’après avoir combattu, je la rejoindrai là où elle se trouve car la vie ici-bas n’a aucun sens depuis qu’elle l’a quitté… Mais je crois que je suis moi aussi trop cartésien pour croire en cela. » lui dit-il avec émotion.

Il passa alors délicatement sa main dans les cheveux de Namibe tout en gardant cette sensation d’apaisement qu’il avait montrée en s’adressant à elle. Il venait enfin de comprendre à quel point il avait eu de la chance. Il venait de saisir toute l’importance de cette rencontre qui lui avait finalement permis de s’adresser une dernière fois à celle qu’il aime. Ce dernier adieu a travers le temps était pourtant sur le point de prendre fin…

- « Je ne t’oublierai jamais. »

A cet instant, le gardien semblait disparaître peu à peu de la réalité. Sa main ne touchait plus les cheveux de la jeune femme mais les traversait comme s’ils n’existaient pas… A moins que ce ne soit lui qui, finalement, n’existait pas ? Ainsi, tel un souvenir qui s’efface, Zane disparut de ce parc chargé de souvenirs en laissant là, celle qu’il venait à peine de retrouver.

A près de deux kilomètres de là. Hakouryo volait autour d’un homme qui n’était autre que son maître.


- « Je te remercie de m’avoir poussé à lui parler mais je ne pouvais pas rester davantage. Si je l’avais fait, je lui aurai sans doute dévoilé la vérité et ceci n’aurait pas été souhaitable. C’est pour cela qu’il m’a fallut créer une illusion pour partir sans être suivis… »

- * Namibe, pardonne-moi de n’avoir rien pu te dire.*

Il s’arrêta alors quelques instants et admira une dernière fois le soleil qui était à présent haut dans le ciel en repensant à ces instants auprès de la femme qu’il aime.
Il y a de cela quelques heures, il combattait contre une horde de démons et, à présent, il venait de vivre l’improbable. Ceci l’avait rendu plus déterminé que jamais et c’est pourquoi il se dirigeait à présent vers l’embarcadère afin de se rendre sur le continent. C’était là-bas, il le savait, qu’il retrouverait ce démon qui avait attaqué l’île avec tant de violences. Cet être dont il ne pouvait oublier le nom…
Ce qu’il ne savait pas, c’est que, à l’endroit où son illusion s’était estompée, il avait oublié un bien précieux. C’était un fin lacet de cuir noir sur laquelle était enfilée de nombreuses perles d’améthystes dont la particularité était qu’elles étaient toutes recouvertes de poisons. Cet objet appartenait à Namibe… Elle avait pour habitude de le serrer entre ses dents lorsqu’elle était particulièrement concentrée en combats. A sa mort, Zane l’avait récupéré sur son corps et pris avec lui depuis à défaut d’avoir pu garder la femme qu’il aime…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

Namibe Stark

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 30
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   Mar 22 Aoû - 1:04

Namibe se sentait comme… Comme étudiée. Pire encore, elle lisait dans le regard de Zane une sorte de compréhension. Cet homme l'intriguait de plus en plus… Comment se faisait-il qu'il puisse la regarder ainsi? D'où pouvait venir cette impression qu'il entendait les mots enfouis en elle, ceux que masquaient sa voix…? Elle marqua une pause, silencieuse et attentive, durant laquelle il parla… Elle fut réellement touchée par les mots de l'homme. Elle les trouvait juste beaux. Et elle aimait également son ton, son sourire… Enfin, elle trouvait ce qu'il disait profond… Profond pour elle. Ce qu'elle aurait pu percevoir comme un simple étalage de romantisme défraîchi dans une toute autre situation semblait, alors qu'elle était encore un peu frappée par ses propres souvenirs, doux et harmonieux. En harmonie avec ce qu'elle-même pouvait penser…
Elle n'avait pas l'intention de parler. Elle restait comme figée… Cette femme là avait du compter pour lui de la même façon que Daeniel pour elle. Avec autant de douceur, avec autant d'impact… L'alchimiste sentait sans problème la sincérité et l'émotion de l'homme qui lui faisait face. Ce n'était pas un pouvoir… C'était juste l'habitude… Elle était même bouleversée par cette sincérité qui allait au-delà de toute autre… c'était comme un conte dont elle avait les clefs sans le savoir. Un conte dans lequel on venait de l'immerger, et qui faisait échos à chacun de ses sentiments… Elle se sentait un peu perdue… Elle n'avait pas cette habitude là… Pas l'habitude de se sentir à découvert… Pourtant, cet homme parlait d'une autre femme, de son épouse, sans doute… Mais son regard suffit à la bouleverser…

Elle était toujours figée et silencieuse quand la main de Zane s'avança vers elle. Elle eut un geste de recul, surprise, puis se figea, de nouveau, un peu arquée en arrière. Ce n'était ni la tendresse ni la douceur du geste qui la figea… C'était… C'était cette odeur qu'elle avait déjà perçu… Une odeur bien à elle. Mais en même temps… Comme rance… Plus mâture… Cette odeur, l'alchimiste la reconnaissait sans erreur possible. Une substance chargée en drogues et en poisons précis, qui à la fois gardait un fond musqué… Âpre…
C'était l'odeur de son sang. Là… Là elle semblait plus "achevée", comme souillée de plus de poisons encore qu'elle ne pouvait l'être lorsqu'elle saignait, en cette "période"… Un sang qui avait encore accepté en son sein quelques produits… Tout au long de la caresse, elle ferma les yeux, concentrée, un sourire transporté aux lèvres… Peut-être Zane allait-il mal interpréter son attitude mais… Il n'importait. Elle voulait savoir avec précision ce que cette odeur faisait sur la main de l'homme. Elle y reconnut d'autres produits encore… Beaucoup de drogues… Beaucoup d'excitants… Des produits qui auraient pu la tenir éveillée, la tenir en forme, et, vu certains dont elle reconnaissait l'empreinte olfactive, la tenir en forme sur la longue durée, qui plus est…
Mais qui était cet homme… Et cette "elle", dont le sang avait souillé ses mains…? Elle fronça les sourcils, y songeant toujours… Un peu plus touchée par la caresse même et moins pas cette odeur à présent identifiée, lorsque la voix de Zane… brisa son état. Il s'adressait à elle…? Elle ouvrit les yeux et plongea son regard, plissé et perçant, dans celui de l'homme. Qu'est-ce que ça signifiait…? Déjà, une question qui semblait en accord parfait avec son passé… Des mots comme choisis à la perfection pour parler à son âme, à ses souvenirs… Ce parfum et maintenant ça…?


"Mais qui êtes-vous…?"

… Susurra-t-elle. Elle pencha la tête de côté, son sourire plus énigmatique que jamais, et tenta de s'approcher de Zane lorsque sa main traversa ses cheveux… elle se figea de nouveau, sa voix pas encore tout à fait éteinte… Elle leva une main avec douceur pour sentir la chaleur de celle de l'homme avant qu'il ne disparaisse… La dernière chose qu'il vit d'elle était à coup sur un sourire décidé, et d'une extrême douceur… Un sourire ou la force et l'aérien se côtoyaient, comme souvent chez l'alchimiste…

Elle ne chercha pas à le retenir. Elle savait reconnaître ce qu'elle pensait être une défaite, et l'acceptait, si l'enjeu n'était pas trop important… Cet homme… Cet homme avait disparu de sa vue mais… Qu'est-ce qui pouvait bien lui dire qu'il avait disparu de l'île…? Elle était intriguée et, son esprit comme son regard sachant reconnaître le charme du mystère, son être tout entier était éveillé… Eveillé comme il ne l'avait plus été depuis la fin de l'Alchimiste Blanc. S'était-elle trouvé une quête…? Elle devait savoir qui était cet homme… Elle devait comprendre… Ce sang, Son sang… Elle devait à tout prix savoir pour tout ça… Elle resta en tailleur un moment, à présent seule, avec l'impression que Zane n'avait pas bougé, qu'il était en face d'elle. Il avait laissé une empreinte indélébile dans cet instant… C'était comme s'il restait… Etrange image que l'on avait comme imposée à son esprit pour en masquer une autre… Masquer sa retraite? Certains assassins usaient de la sorte… Mais son odeur… Elle n'était pas masquée, elle. Elle aurait pu le suivre un petit moment, de cette manière… Mais certainement pas jusqu'à le retrouver… son sens olfactif n'avait pas la finesse de celui d'un animal. Juste celle d'un alchimiste. Il reconnaissait, identifiait mais ne suivait pas…
Elle jeta un regard circulaire autour d'elle. Elle était seule, à présent. Elle laissa un léger soupir lui échapper, un sourire amusé aux lèvres, quand une petite étincelle attira son regard. Interloquée, elle haussa un sourcil et aventura sa main dans la direction… Ses doigts rencontrèrent alors… Une perle… Elle plissa de nouveau les yeux, et la saisit… A sa suite, avec un cliquetis délicat… Une lanière suivit… Ainsi que d'autres perles violines… De l'améthyste… Namibe resta silencieuse… Elle tourna et retourna le collier dans ses mains… C'était Zane qui l'avait perdu… Zane. Elle tendit son bras droit et, d'une brève secousse, fit apparaître à son poignet la réplique exacte du collier qu'elle tenait. Elle les compara… Et sourit, de plus en plus amusée, en remarquant le seul détail qui variait de l'un à l'autre… Le collier de Zane… Etait fêlé… Jamais, de son vivant, elle n'aurait laissé cet objet s'abîmer ainsi…

Le sien repartit s'enfouir dans sa manche, et elle garda celui de l'homme dans la poche intérieure de son manteau, tout concordait, jusqu'à la fine substance qui maculait ses doigts. Du poison. Elle les essuya sans tarder, et se leva… D'abord lentement, elle fit quelques pas… Elle remarqua que les herbes étaient comme… Comme tassées… Cet homme avait tout perdu… Il voulait se battre… Peut-être le désir de vengeance? Il ne pouvait pas l'accomplir ici… De toute évidence, il allait sortir d'Ynis…
Souriant à cette idée, elle se mit à courir, silencieuse, en direction de l'embarcadère. Elle faisait partie de la guilde des chevaucheurs, et allait pouvoir traverser sans problème…

Tout portait à croire que cet homme avait un lien avec elle… Elle songea que… peut-être… Il l'avait connue… Que peut-être il avait su qui elle était avant d'arriver ici… Peut-être était-il un enfant de sa cité…?

Souriant, elle accéléra, toujours silencieuse, son esprit échafaudant diverses idées afin de retrouver la trace de ce mystérieux Zane…

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~¤ Aube ¤~ [Zane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
~¤ Aube ¤~ [Zane]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 et 26 avril bfg/netepic a bucheres ( aube)
» [Question] Contraint par le Roc VS Aube (résolu)
» Jour 5 - L'aube est rouge, beaucoup de sang a dû couler cette nuit !
» Jeu aviation online : L'aube des Aigles
» Intégrer les constellations de l'Aube

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*Le Pavillon de Verre*~~* :: La Cour/Le Parc-
Sauter vers: