Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Elle n'a pas trouver mieux,Elle s'est brulé les yeux.[Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aura
~Créature Virtuelle~
*Meneuse de Barque**Guérisseuse*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Age : 30
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Elle n'a pas trouver mieux,Elle s'est brulé les yeux.[Libre]   Jeu 13 Déc - 11:24

~ Quelques mois plus tôt ~


Aura tournait en rond, elle en avait assez d’être cette fillette surprotéger. Cela faisait plusieurs jours qu’elle se sentait étouffée au sein de l’île. Elle ne pouvait pas en parler à Taïyou… Elle ne voulait pas qu’il la suive sur le continent. La jeune femme se laissa glisser au sol et caressa l’encolure de la jument.


« Merci Spirit…Je te promet de vitre rentrer. »

Elle voulait essayer de retrouver Arian. Elle sauta dans sa barque. Il était tard, elle jeta un dernier coup d’œil sur l’île endormit.

« Désolée Taïyou…Je t’aime… »

Et la barque l’avait conduite loin de l’île, loin de ses amis, loin de son amour.

_ _ _ _ _ _ _ _

~ Aujourd’hui ~


Une silhouette se profilait dans la forêt, elle était couverte d’une cape d’un bleu magnifique. Elle fut attaquée, sa main fila vers sa botte et la gorge du démon fut ouverte.


« Ce n’est pas aujourd’hui que je mourrait ! »

Les autres furent frappés par des éclairs. Elle avait appris à se battre, les chose avait changées.

~ Flash Back ~


Aura marchait depuis des jours et des jours, elle était fatiguée, elle avait faim. Un grognement… Un autre… La peur s’empara d’elle. Elle était cernée de démons. Elle hurla. Un homme arriva in extremis et la sortie d’affaire. Les démons furent tués. Il s’assura qu’elle allait bien et repartit. Mais Aura courut et lui coupa la route.


« Attendez ! Apprenez moi à me défendre ! S’il vous plaît ! »

« Tu n’es encore qu’une enfant… Rentre chez toi avant que tes parents ne s’inquiète. »

« Si c’est là le seul problème… »


Elle pouvait le faire ! Elle avait déjà réussit une fois après tout ! Une aura entoura son corps, quand elle eut disparut, Aura avait une apparence d’environ dix huit ans… et elle était nue !!! L’homme rougie violement puis posa sa cape sur les épaules de la femme.

« Je ne sais pas ce que tu es, mais, si tu y tiens tant, je t’apprendrait à te battre. »

~ Fin du flash Back ~


Et cet homme avait tenu parole. Il lui avait beaucoup enseigner, et avait même trouver de quoi brider son pouvoir électrique. La silhouette était maintenant près du lac, elle était passée près de la tombe du scientifique, elle avait été saccagée. Elle s’agenouilla, frôlant, du bout des doigts, la surface du lac. De la même façon que des années plus tôt, lorsque Arian l’avait trouver…


« Arian…J’espère que tu reviendras un jour…Papa… »

Elle déglutit. C’est Maho qui l’avait persuadé de mettre fin à sa quête. La barque vint à elle et elle se glissa à bord. La femme caressa le bois avec une certaine tendresse.

*Désolée de t’avoir abandonnée chère barque…*

Elle ferma les yeux…La barque s’ébranla…La silhouette se voûta…

« Il rêvait d'une ville étrangère
Une ville de filles et de jeux
Il voulait vivre d'autres manières
Dans un autre milieu
Il rêvait sur son chemin de pierres
"Je partirai demain, si je veux
J'ai la force qu'il faut pour le faire
Et j'irai trouver mieux"
Il voulait trouver mieux
Que son lopin de terre
Que son vieil arbre tordu au milieu
Trouver mieux que la douce lumière du soir
Près du feu
Qui réchauffait son père
Et la troupe entière de ses aïeux
Le soleil sur les murs de poussière
Il voulait trouver mieux...
Il a fait tout le tour de la terre
Il a même demandé à Dieu
Il a fait tout l'amour de la terre
Il n'a pas trouvé mieux
Il a croisé les rois de naguère
Tout drapés de diamants et de feu
Mais dans les châteaux des rois de naguère
Il n'a pas trouvé mieux...
Il n'a pas trouvé mieux
Que son lopin de terre
Que son vieil arbre tordu au milieu
Trouver mieux que la douce lumière du soir
Près du feu
Qui réchauffait son père
Et la troupe entière de ses aïeux
Le soleil sur les murs de poussière
Il n'a pas trouvé mieux...
Il a dit "Je retourne en arrière
Je n'ai pas trouvé ce que je veux"
Il a dit "Je retourne en arrière"
Il s'est brûlé les yeux
Il s'est brûlé les yeux
Sur son lopin de terre
Sur son vieil arbre tordu au milieu
Aux reflets de la douce lumière du soir
Près du feu
Qui réchauffait son père
Et la troupe entière de ses aïeux
Au soleil sur les murs de poussière
Il s'est brûlé les yeux
Il s'est brûlé les yeux
Il s'est brûlé les yeux »


Avant la fin de la chanson, elle avait accosté près de chez elle… Elle trébucha en sortant de la barque. Le climat de son retour avait endommager ses yeux, jamais elle n’aurait du passer par le désert… Elle avait eut de la chance face à ces démons… Les brumes n’avaient guère aidé. Aura ne voyait qu’en nuance de blanc, gris clair et bleu pale. Elle ne voyait plus que des formes.

« Maho… »

*Cela passera... Ne craint rien Aura.*

La silhouette enroulée dans la cape hocha la tête. Elle sentit Maho glisser un bâton dans sa main, puis partir. Aura se mis à errer au bord du lac, cherchant le chemin de la ville. Ce flou de couleur pale qu’elle voyait lui donnait mal à la tête. Elle fut forcée de s’arrêtée pour fermer les yeux un instant, le visage masquée par sa capuche. Elle s’assit donc au sol… franchement épuisée…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mahtan Amras

Mi Humain/ Mi Vampire
*Médecin*
avatar

Masculin
Nombre de messages : 28
Age : 27
Race : demi-vampire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Elle n'a pas trouver mieux,Elle s'est brulé les yeux.[Libre]   Sam 17 Mai - 22:15

J’avais fui le jour jusqu’au plus profond de cette forêt, espérant y trouver un endroit où je pourrais me terrer pour la journée. Mon vol s’était fait sans trop de difficultés, j’étais assez à l’est pour que la nuit règne encore deux bonnes heures. Ha ! J’adorais l’odeur du boisé, le bois frais détrempé par la rosée lourde.

J’avançais avec légèreté, me faufilant avec élégance entre les arbres. Plus que je m’aventurais au cœur de la forêt, j’entendais avec difficulté les chants mélodieux des oiseaux matinaux. La terre semblait devenir de plus en plus aigre, le mal l’ayant dévorée de l’intérieur. Oui, j’étais en territoire malin, je sentais le souffle du mal sur ma nuque. Pure dilection !

Bien que je fusse une de ces créatures issues de la profondeur de la nuit, je n’avais aucun lien direct avec le mal, n’étant pas Vampire née. Non, ces vampires-là sortaient des entrailles de l’enfer, des prédateurs assoiffés de carnage. Nous, nous avions été humains bien avant d’avoir eu sur nos langues une goûte de cette splendide malédiction.


Sortie du cœur de la nuit, près d’un lac, j’aperçu devant moi une vieille bâtisse à moitié dévorée du temps. Les planches de bois du perron étaient pourrîtes, j’en sentais l’odeur subtile. J’escaladai alors les marches pour passer la porte et gravir l’escalier oscillant jusqu’à l’étage supérieur. Je devais me protéger du soleil, je sentais l’aube approcher. Je me jetai sur les fenêtres pour en rabattre les volets de chêne, coupant ainsi l’entré de l’éblouissante lumière matinale.

J’avais aperçu à l’horizon de magnifiques nuages noirs, ils me serviraient de bouclier contre le soleil si je devais quitter précipitamment. Je me retournai, j’avais plongé la pièce dans une obscurité rassurante, totale pour un mortel. Seul le feu de l’âtre de la cheminée fumait, faisant bouillir une grande marmite remplie d’un potage aux légumes. La table avait été mise, une table délicieusement garnie. Cela faisait déjà des décennies que je n’avais pas engloutis un repas mortel, me sustentant que de sang. Nos organismes étant morts, nos corps ne demandent que du sang, car c’est l’esprit malin Amel qui en est assoiffé, nous imposant sa soif. (Cet esprit qui garde notre corps opérationnel et divinement puissant après le trépas. Le même esprit qui unit tous les membres Vampires de ma race)

Bref, je m’approchai tranquillement de la table, à la fois élégamment et fermement. J’humais les multiples effluves qui m’enivraient, et la faim me tenaillait. Je ne m’étais pas encore repue, il me fallait du sang. Je m’approchai de la marmite quand surgit derrière moi une femme dans la force de l’âge, l’œil terrifié, la bouche béante. C’était sans aucun doute une bonne femme de maison, une de ces femmes qui se levaient à l’aube pour préparer le petit déjeuné à toute la famille. Ses habits étaient en triste état, son visage était souillé de poussière et de terre.

Elle restait devant moi sans parler, tandis que je la regardais sans réelle expression. Sûrement était-elle saisi par ma surnaturelle beauté, c’était là une de nos caractéristiques premières, la principale qui nous différenciait de cette autre race abominable

Je m’avançai doucement vers elle, de sorte à ne pas l’effaroucher. Je ne voulais pas qu’elle se débatte dans mes bras lorsque se refermeraient mes mâchoires sur sa jugulaire.
Elle n’opposa aucune résistance, se laissant lentement mourir sous mon étreinte langoureuse. Nous sommes des créatures sensuelles, tuant avec raffinement. Le déferlement de son sang dans ma bouche m’extasiait, c’est érotique comme sensation. Je voyais défiler dans ma tête sa vie de mortelle, triste et pauvre. Elle avait deux enfants, deux petits garçons. Ils dormaient à l’étage inférieur, près de la chambre conjugale où le père somnolait toujours. Puis, son cœur se mit à battre frénétiquement, voulant aspirer vers lui le reste de sang que contenaient ses veines. Je sentais même ses artères se contracter.

Je me redressai lentement, regardant sa dépouille. Doucement je la soulevai et descendit les escaliers pour aller la déposer près de son mari. Je fis de même avec lui et leurs enfants, leur épargnant ainsi la douleur lancinante du deuil. Je remontai à l’étage, la noirceur étant beaucoup plus totale.

Je me couchai près de la cheminée sur des sacs de blés et de farines, devenant aussi immobiles qu’une statue. Je m’assoupie doucement, restant vigilant. Mon corps restait en alerte, boucherie mouvante qui n’hésiterait pas à détruire toute forme de vie s’approchant de trop près de moi.

1 heures plus tard


Puis, des bruits de pats retentirent loin dans ma tête, mais je dormais maintenant. Je pouvais simplement percevoir l’odeur de son sang dans mes rêveries. J’entendis des bribes de paroles égarées puis les petits bruits de pats mal assurés se rapprocher d’avantage. Son parfum m’enivra littéralement, jamais je n’avais sentie une telle odeur, un mélange de sucré et de jeunesse. Son cœur battait rapidement et cela n’eut que pour effet de m’énerver d’avantage. Même si j’avais eut plus que mon dosage il y a quelques heures, je ressentait toujours la faim et en plus, cette créature ne devais pas être comme les autres humain vu son délectable parfum.

Mes yeux habituellement dorée miel, étaient devenus d’un noir d’encre et les cernes qui les entouraient ne faisaient qu’empirer la transparence de ma peau. Je me leva doucement et sortie en prenant bien soins de m’assurer de le noirceur de la nuit. Le matin n’allait pas tarder, car les premiers rayons de lumières venaient osciller sur les vagues du lac. Je me dirigea vers se qui était sans nul doute la provenance de mon réveil. Une jeune femme en piteux état était afférée sur le sol. Elle semblait épuisée. Je m’avançais avec prudence, mes pieds effleurant simplement le sol. Chaque respiration de sa part faisait battre encore plus rapidement mon cœur. Je décida de rester terré dans le noir encore un peu pour pouvoir mieux l’examiner et profiter de l’extase de cette odeur avant de laisser agir la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aura
~Créature Virtuelle~
*Meneuse de Barque**Guérisseuse*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 340
Age : 30
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Elle n'a pas trouver mieux,Elle s'est brulé les yeux.[Libre]   Dim 15 Juin - 1:53

[Désolée j’avait pas vue >_<]

Aura était loin de se douter du danger qui ne se trouvait pas très loin d’ici… Des vampires, elle en avait pourtant déjà rencontré… Au moins trois… Non… Quatre… L’un l’avait mordu mais ce qui coulait dans les veines de la jeune femme l’avait tué. Il avait plongé ses crocs dans sa jugulaire, mais c’était crispé, et avait pris feu sous le joug des nombreuses voltes de l’électricité qui alimentait le corps d’Aura. Elle n’était pas humaine loin de là. Elle avait juste eut le temps de se dégager pour le regarder se consumer avec des hurlements de douleur… Son sang était un poison pour tout le monde… Cette vision marquerait sûrement ses pensées pour toujours… C’était tout de même assez perturbant…

De toute façon Aura, elle, elle n’avait pas peur le moins du monde. Maintenant, la jeune créature virtuelle savait se défendre. Quoi qu’il en soit, pour le moment, elle était simplement assise pour reposer ses yeux blessés… Peut être qu’elle dégageait une odeur alléchante pour les buveurs de sang, mais elle était le pire poison possible pour eux.


*Aura*

« Je sais Maho… Je l’ai sentit, même si je ne peux pas le voir… Mais
ce n’est rien, il ne peut rien me faire de toute façon… »


Aura resserra sa main autour du bâton imperceptiblement. Qu’il approche, elle était prête à l’accueillir. Elle avait refermes les yeux, de toute façon elle n’arrivait même pas à distingué les arbres les uns des autres alors bon… Mais si il s’approchait, elle l’entendrait, aussi discret fut il, il ne pouvait pas être silencieux à cent pour cent. Il faisait au moins un peu de bruit en se déplaçant, comme toute créatures. Etant habitué à la côtoyer, elle sentait la mort… Elle adressa une prière sourde pour les âmes, les animaux avaient maintenant abandonné cet endroit… Il état tout de même assez proche d’elle, elle le sentait. La jeune femme avait haussé doucement les épaules et une fois qu’elle se fut sentit un peu mieux elle se leva et, tranquillement, elle épousseta sa robe avant de se remettre en marche, se guidant avec le bâton.

*Aura !*

« Laisse Maho… Je sais ce que je fais… Laisse moi faire, je ne risque absolument rien ici… Rien… »

Sa voix avait été à peine audible, elle n’avait jamais été aussi basse. Rien ? Vraiment ? Elle savait ce qu’elle faisait ? N’importe quoi… Elle ne savait pas du tout ce qu’elle faisait, mais elle le faisait et elle savait qu’elle devait avoir l’air de vraiment savoir ce qu’elle faisait. Même si son cœur battait affreusement vite dans sa poitrine alors qu’elle tremblait de façon presque invisible. Elle inspira longuement, à partir de maintenant, elle devait avoir un contrôle absolu sur elle-même, même si elle ressentait de la peur. Après tout, elle savait se battre maintenant, elle n’était plus la même gamine sans défense que quand elle avait quitté l’île quelques mois plus tôt. Maintenant, elle était une femme en pleine possession de ses moyens et qui était parfaitement prête à se débrouillée par elle-même en toute circonstance. Du moins, c’est ce qu’elle pensait.


« Par où et à combien de pas Maho… »

*A cinq heures… à peu près mille pas…*

« Bien… Je compte sur toi pour me prévenir quand je serait à… Disons… Environ vingt mètres ok ? »

*Bien Aura…*

Le vampire devait la croire folle, puisqu’elle était la seule à pouvoir percevoir les pensées de Maho. Il était en quelques sortes son ange gardien après tout, son très cher ami Maho qui veillait sur elle depuis toujours. Pour la créature de la nuit, Aura devait sûrement avoir l’air de parler seule. Il ne la croirait donc peut être pas quand elle parlerait… Et bien tant pis, ce serait à ses risques et périls. Elle n’arrivait pas à calmer les battements de son cœur et commençait à se sentir mal à cause de l’intensité du voltage qui augmentait en même temps que la peur au niveau de son cœur. Cela lui faisait très mal, mais maintenant, elle savait comment elle devait s’y prendre pour évacuer ça. Et si ma créature ne voulait pas écouter ses mises en garde, ce serait même elle qui l’aiderait à évacuer le trop plein… Machiavélique ? Peut être, mais Aura n’était en rien
maléfique.

Elle se mordit alors la lèvre, puis elle serra un peu plus le bâton dans la paume de sa main avant de lever ses yeux bleus délavés sur la créature, ou du moins sur l’endroit où Maho lui avait indiquer la présence du vampire. La créature à l’apparence de chat trottait au pied de la fille. Ses yeux rouges posés sur la créature de la nuit et ses lèvres remuant sur une voient qui ne résonnait que dans l’esprit de la créature virtuelle… Inutile de s’attaquer à lui, il disparaîtrait, voila pourquoi il n’avait pas peur pour lui-même.


« Monsieur le V… »


Elle s’arrêta… Elle n’avait plus une apparence enfantine, il fallait qu’elle se reprenne maintenant. Il fallait qu’elle se comporte comme n’importe quel adulte de ce monde maintenant. Un sourire se posa sur ses lèvres malgré la situation et elle inspira à nouveau avant de reprendre :

« Je ne sais pas qui vous êtes, hormis un vampire si j’en crois le flaire de mon ami. J’aime autant vous prévenir qu’il serait dangereux pour vous de boire mon sang. Je voulais vous le signifier avant que vous ne fassiez quoi que ce soit. Après, si vous tenez tant que ça à goutter mon sang, inutile d’utiliser vos stratagème. Je vous demande juste de le faire à mon poignet. Allez y… »

Et elle tendit la main en avant. Parler l’avait aidé à se reprendre, elle ne tremblait que parce que ses muscles étaient tendus, elle parvenait maintenant à maîtriser sa peur presque parfaitement et gardait le poignet tendu en avant en fixant l’endroit où l’homme devait être d’un regard vide. Elle sentait l’électricité palpiter sous sa peau, mais elle ne bougea pas d’un pouce l’oreille aux aguets, si il faisait mine de ne pas se contenter de son poignet, Maho la préviendrait, et elle l’enverrait valser jusqu’à ce qu’il renonce. Et elle se battrait même si elle n’avait pas le choix. Son esprit était à nouveau revenu à l’état du « J’agis et je verrait la suite une fois que ce sera fait, quitte à réfléchir après coup au danger que je cours ». Elle était comme ça, ça ne changerait sûrement jamais.

Et elle attendait donc poignet tendu en avant de savoir ce qu’elle devait faire maintenant… Surtout que la douleur commençait à devenir assez insupportable, mais elle tenait, elle devait être forte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle n'a pas trouver mieux,Elle s'est brulé les yeux.[Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elle n'a pas trouver mieux,Elle s'est brulé les yeux.[Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Roue de l'Hydre... Attention : Elle tourne!
» recherche replique taille réelle épée SDA
» Et cette salle, elle sert à quoi ?
» [Question] Ellaria marche-t-elle contre La Vipère Rouge? (résolu)
» ma lapinette aurait elle mouru?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*En Dehors de l'Ile*~~* :: Le Lac-
Sauter vers: