Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une Petite Faim

Aller en bas 
AuteurMessage
Elhorah Elwing
Humaine
*Chevaucheuse d'Ombre*

Elhorah Elwing

Nombre de messages : 14
Localisation : Près d'un Trésor
Rang : Chevaucheuse
Race : Humaine
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Une Petite Faim   Mar 6 Nov - 22:57

« Et que je ne te revoie plus traîner dans el coin ! Sale petite voleuse ! J’te couperais moi-même les mains sinon ! »


Hurla ce vieux marchand rabougris, lui serrant si fort le bras qu’elle crut que ses os allaient se briser sous la pression de l’étau de fer. Mais non, son ossature tint bon, même lorsqu’il la poussa avec assez de violence pour que la jeune femme se retrouve les fesse par terre sur la place publique. A sa menace, elle répliqua par un regard méprisant. Il la traitait comme une mendiante, elle !

« Quand je serais riche… » Commença-t-elle en se relevant difficilement, se frottant les fesses pour faire passer la douleur, « je te ferais virer de ta stupide boulangerie vieux radin ! »

Un fois sur ses pieds, la petite princesse leva son regard noisette vers le ciel. Au vue de la hauteur de soleil, il devait être aux environs de midi, à cette heure là, son ancienne guilde devait être en train de faire un festin de roi ! Alors qu’elle n’avait rien avalé depuis la veille, jour de son arrivée sur l’île. Elhorah se sentait atrocement faible, son ventre lui faisait mal et gargouillait sans cesse. Jamais jusque là elle n’avait eu à se préoccupé de savoir comment se nourrir, la guilde et Ellissan avait toujours veillé à ce qu’elle soit abondamment servit ! Même lors des grandes crises, elle n’avait jamais manqué de nourriture ! Et du stade de princesse des voleuse, la voilà qui était retombé à celui de : mendiante. Quelle belle chute !

La veille, elle s’était faufilée chez quelqu’un pour voler une pomme, une gourde d’eau et quelques tranches de pain. Elle aurait bien recommencé, mais elle se sentait bien trop faible pour marcher jusqu’aux demeures. La seule solution lui paraissait être de voler un de ces passants. Après tout, il y en avait des milliers et pouvait bien se passer de quelque rin, voir d’une bourse dont elle était certaine de faire bonne usage.


*Bien… Opération « boule de pain » mise en marche. Et que tout ces trolls des beaux quartiers se tiennent tranquille !*

Première étape : se mêler à la foule. Cette exercice ne fut ma foi pas trop difficile, elle qui se trouvait en plein milieu de la place voyait depuis cinq bonnes minutes déjà des dizaines de visages se succéder. L’endroit idéal, surpeuplé à souhait.
Seconde étape, repérer la cible : Une famille ? Bien trop risquée, l’un des enfants, bien plus vif que les adulte aurait été à même de la démasqué. Cette jeune femme élégante qui portait une ombrelle ? Non, trop bourgeoise à son goût, elle préférait éviter les aristocrates comme la peste. Lui par contre : homme seule, plutôt grand, svelte et surtout de dos ! Parfait ! La voleuse sourit instantanément. Peu concentrée, elle bouscula un des prêtres et s’excusant en toute mauvaise foie, de toute manière, elle ne croyait pas aux dieux et s’ils existaient, ils devaient avoir bien des reproches à lui faire.
Troisième étape : se rapprocher. Cela demanda quelque minute à la jeune fille, elle fut furtive et discrète comme toujours, après tout, elle avait reçu la meilleure éducation dans le milieu du larcin.
Quatrième étape : glisser doucement, légèrement sa main sur le côté pour se saisir de la bourde de la victime et…


« Ahhhhhhhhhh ! »

L’expression : être prise la main dans le sac prit toutes son ampleur dans l’esprit de la demoiselle. Prise d’un vertige, elle était tout simplement tombée de tout son poids sur la pauvre victime, l’entraînant dans sa chute par la même occasion, et se retrouvant étalée sur la victime, la main près de l’objet du vol.


*Idiote, rah, non non non non… *

« Me coupez pas les mains ! C'est pas ce que vous croyez! Je voulais pas euh... vous piquer votre argent non, pas du tout!!! C'est que... Euh... Je ferais mieux de me lever hein?»


[ Réservé Tsvetan Je te laisse le choix entre être le passant ou le héros d'une future manchotte ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsvetan Silvermoon
Mi Démon/Mi Humain
*Forgeron*

Tsvetan Silvermoon

Nombre de messages : 11
Localisation : Tout dépend où tu veux que je sois
Rang : Forgeron
Race : Mi démon/Mi humain
Date d'inscription : 23/08/2007

MessageSujet: Re: Une Petite Faim   Dim 11 Nov - 20:49

Tsvetan en avait assez de cette matinée qui n'en finissait pas. Son collègue Aymeric et lui ne voyaient pas les affaires aller bon train, ils avaient décidé pendant un temps de faire quelques livraisons pour d'autres artisans ou commerçants. Bien sûr, quand on parle de livraison, c'était surout porter de lourds sacs de farine, par exemple. Ils faisaient donc ce genre de petits boulots et en avaient encore pour un certain temps, d'après ce qu'ils en croyaient. Bizarrement, c'était comme si plus personne n'avait besoin de leurs services à la forge et pourtant ce n'était pas faute de faire du travail de qualité.

Cette matinée-là, donc, ils avaient déchargé du bois dans la cour d'un petit commerçant et avait dû le couper pour que le vieil homme n'ait pas à se fatiguer. De plus, ils avaient vu le coup qu'ils gagneraient plus et qu'ils ne perdraient pas trop de temps. Mais comme par un heureux hasard, alors qu'ils en étaient à la moitié du tas de bois, quelqu'un qui passait voir leur employeur provisoire les vit et sembla les recconaître. On avait un travail à leur confier, miracle ! Heureux d'avoir quelque chose à faire, ils avaient accepté avec empressement. Mais le client était difficile et demandait quelque chose d'assez spécial pour qu'il y ait des croquis d'abord. Comme de juste, il fallait un avant goût et ce fut Aymeric qui s'y colla. Le demi démon n'était pas doué pour les croquis. Autant les détails en forge, il se débrouillait bien, mais tout ce qui touchait au dessin, mieux valait laisser son ami s'en charger.

Le métis avait donc continué à couper les bûches pendant que l'autre s'arrangeait avec leur "sauveur". Tout en s'évertuant à terminer le travail qu'ils avaient commencé à deux, seul, en plein soleil, il sentait comme une bouffée de chaleur qui lui fit croire qu'il allait s'étouffer. Il avait enlevé son haut et l'avait posé plus loin, dévoilant son torse pâle aux muscles légèrement saillants.

Encore une heure ainsi et il se rendit compte, après avoir fini, que son ami était dehors en train de discuter affaire. Le commerçant pour qui il avait travaillé lui dit qu'il avait donné l'argent à son ami et qu'il pouvait, lui, aller se rafraîchir. Il accepta avec grâce et se passa de l'eau sur le visage et les mains. Le métis attrapa son haut et se dirigea vers la porte de la cours intérieure. Arrivé à l'encadrement de la porte, alors qu'il commençait de passer sa légèrement chemise blanche, il vit une situation bien amusante se dérouler devant ses yeux.

Une jeune fille s'était approchée d'Aymeric qui se tenait de dos, attendant sans doute l'arrivée de Tsvetan. La demoiselle avait voulu lui prendre l'argent qu'ils venaient de gagner et le jeune homme s'était retourné aussitôt en lui attrapant le poignet. L'inconnue était tombée sur lui et se mit presque aussitôt à supplier le forgeron de ne pas lui couper les mains. Elle avait des idées bizarres, cette gosse ! Enfin, même si le demi démon savait qu'elle avait essayé de voler, il se doutait bien que c'était en quelque sorte pour la bonne cause ou parce qu'elle était entraînée par quelqu'un d'autre.

Riant aux éclats et s'approchant des deux jeunes gens, Tsve termina d'enfiler le vêtement, laissant sans le vouloir une vue aux deux autres sur son torse et fin et bien dessiné. Ne pouvant s'arrêter de rire, il entendit les dernières paroles de la petite demoiselle et se moqua de son collègue avant d'attraper la voleuse par les aisselles et la soulever :


"Eh ben alors, Aymeric ! Moi qui croyais que c'était toi le morfale qui te jetais sur les femmes ! À croire que depuis que tu te laves, t'as du succès !"

"Hilarent, mon vieux ! Aide-moi à me relever !"

"J'peux pas, j'ai les deux mains prises !" répondit le fils de démon en se remettant à rire. "Ah mon pauvre ! On est destiné à ne trouver des filles que quand on a de l'argent ! Va falloir bosser dur !"

"Te fous pas de ma gueule !" répondit Aymeric en se forttant les fesses.

Enfin, il lâcha l'inconnue après l'avoir remise sur pied et se tourna vers elle :


"ça va, mademoiselle ?"

Depuis le temps qu'il avait passé sur l'île, il s'était un peu décoincé surtout quand il parlait aux gens juste comme ça. Il arrivait à prendre la parole sans problème, ce qui était en soi presque un exploit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souvenirmanga.actifforum.com
Elhorah Elwing
Humaine
*Chevaucheuse d'Ombre*

Elhorah Elwing

Nombre de messages : 14
Localisation : Près d'un Trésor
Rang : Chevaucheuse
Race : Humaine
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Une Petite Faim   Sam 12 Jan - 17:29

La elle était mal, très mal, très très mal barrée. Il allait la kidnapper, lui couper les mains, et la donner à manger aux loups, voir la vendre comme esclave privée au marché du coin. Après tout, elle ne se serait pas gêner pour le faire si la situation avait été inversée et qu’elle aurait pu tirer profit de la situation. Seule solution ? Supplier et faire les yeux doux. Certes, elle avait horreur de ça, pensait que c’était avilissant et dégradant. Encore un coup de son Ego surdimensionné. Mais à grands maux les grands remèdes. Et là, précisément, il s’agissait d’une maladie très virulente. Il fallait donc trouver une solution à la hauteur.

Sa fierté aurait pu se remettre de cette petite scène si un rire, un rire claire qu’elle prit pour de la moquerie ne s’était pas fait entendre. Elle ignorait qui avait osé se moquer d’elle mais quoi qu’il en soit il allait lui faire payer et au centuple ! Sauf si bien sûr, il pouvait être utile. Sans même se retourner, elle lâcha un juron bien sentit à voix basse, pertinemment consciente que son orgueil finirait par la perdre et pesta sans même se retourner :


« Non mais faut arrêtez de rêvez là ! Je me suis pas jetée sur …. Ça ! »

La petite demoiselle lança un regard assassin à son ancienne proie, la jugeant responsable de son actuelle déchéance. Il fallait bien un fautif et en toute connaissance de cause, une princesse egocentrique ne pouvait pas sérieusement être coupable de quoi que ce soit ! Aymeric était donc un fléau, un fléau de honte qui s’était abattu sur cette pauvre jeune fille affamée qui n’avait fait qu’une chose de mal : trébucher sur lui ! Elle le considéra de bas en haut, et fit la moue d’un air désapprobateur avant de poursuivre…

« Et en plus il n’est même pas mon… » A cet instant précis, le regard d’Elhorah tomba sur la seconde personne, qui elle était beaucoup, beaucoup plus alléchante. « ..Genre. Pff ! »


Fit-elle en haussant les épaules d’un air nonchalant. Enfin, le nouveau venue se décida à la lâcher et elle le fixa avec non seulement ingratitude mais également ce petit air revêche qui sied si bien aux adolescents. Elle n’avait pas besoin de lui, elle se serait très bien débrouillé toute seule ! Non, elhorah n’avait besoin de personne, que de ses dagues et des mains pour chiper dans les poches des autres et vivre sur le dos des autres citoyens.

« Très bien… »

Maugréa-t-elle. Oui elle n’avait aucune reconnaissance. Oui elle avait l’air d’un chaton en plein crise d’agressivité et oui aussi, c’était juste sa façon d’être, de se défendre. La seule manière de vivre dont elle se souvenait. La demoiselle s’épousseta et une idée lumineuse germa dans son esprit. Elle grimaça première, posant son pied droit au sol, feignant une douleur quelconque et releva immédiatement sa jambe. Faisant jouer ses talents de comédienne, elle fit semblant de réessayer de s’appuyer sur son pieds et laissa s’échapper un cri de douleur.

« Bah bravo ! Je suis blessé à cause de vous ! Et je suis danseuse ! Comment je vais faire pour travailler ? Et pour manger hein ? L’argent ça se cueille pas sur les arbres ! J’espère qu’au moins vous culpabilisez tous les deux ! »

Fit-elle en pointant un doigt accusateur sur les deux personnes visées. Suite à ça, elle plaqua ses poings sur ses hanches et annonça :

« Bien, puis je savoir ce que vous comptez faire pour vous racheter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Petite Faim   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Petite Faim
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Screen] Petite réunion chez Kokinette
» Petite présentation d'ma panda air [Hécate]
» Petite(s) citation(s)
» Petite interface web PHP pour votre Lapin...
» Briançon petite ville grand renom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*La Cité de Verre*~~* :: La Ville-
Sauter vers: