Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Groupe 4 : Arwana Tsvetan

Aller en bas 
AuteurMessage
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Groupe 4 : Arwana Tsvetan   Mer 31 Oct - 19:58

Ce post sera suivi de celui du PnJ chargé de ce groupe, veillez à respecter l'ordre qui s'instaurera au premier tour, ou au moins à ne poster qu'une fois entre les posts du PnJ, histoire de ne perdre personne. Si celui-ci juge qu'il a suffisamment attendu pour poster décide de sauter le post d'un joueur, il en a la liberté.

Soyez fairplay, pas de grobill, et surtout...

Amusez-vous bien !


Troisième groupe :

Arwana Gelina
Tsvetan Silvermoon

vs
PnJ joué par
Emma Aleyna

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Pnj
compte admin / modo
avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: Groupe 4 : Arwana Tsvetan   Ven 2 Nov - 15:54


Lord
Noms : Lord et Lya

Races : Mort-Vivant et chimère

Pouvoirs : Lord a le pouvoir d’auto guérison quasiment automatique et celui de télékinésie. Il possède une force égale à celle d’un vampire, ce qu’il est par certain côté.
Lya, quand à elle, génère et contrôle le feu. Sa peau est très difficile à percer car presque aussi dur que le fer.


Lya


L‘enfant passa avec délice sa langue sur ses lèvres, recueillant le sang qui s’était déposé sur sa peau. Le goût du sang de l’innocent. Electrisant. Revigorant. Lord passa en revu les alentours. Quelle atmosphère plaisante ! Une odeur de mort, des flammes léchant les murs des maisons, des cadavres jonchant le sol et surtout, du sang ! Nectar de vie, nectar de mort. Un dernier cri s’éleva au sein de ca tableau morbide, dans une maison aux allures de cabane, tout au fond du village. Lya planta, sous les ordres de son maître, sa longue griffe acérée dans la cage thoracique d’une femme encore vivante. D’un mouvement précis, la bête arracha le cœur encore palpitant, les murs furent arrosés par la substance. Lya présenta alors son butin à l’enfant qui sceptique, annonça sa sentence :

« Impure ! Il me rendrait malade ! »

Il détourna les talons, ses chaussures vernis claquant contre le sol. Et lorsqu’il fut enfin arrivé sur le pas de la porte, ses yeux s’animèrent avec une morbide innocence :

« Brule tout ! Je veux entendre le bois crier ! Je veux sentir leurs chairs se consumer. Brûle tout ma Lya ! Que les flammes lavent ces impures personnes ! Elles sont répugnantes ! »

La chimère s’exécuta, le feu jaillit de ses nasaux pour engloutir la demeure et ses quatre habitants. A l’extérieur, Lord applaudit avec enthousiasme. La mort le maintenait en vie après tout. Debout, il inspira profondément, se repaissant de l’atmosphère terrible qu’il avait en partie créée. Mais un bruit finit par attirer son attention, une présence. Un groupe arrivait, un grand groupe !

Curieux, comme tous nous l’avons été à son âge, l’enfant s’avança à travers les décombres. Et il la vit elle, pitoyable petite, recherchant des survivants parmi les décombres. (Oui Arwyyy il parle de toi !) Un sourire se peignit sur les traits enfantins, Lord s’élança vers la demoiselle et la fixa de ses grands yeux clairs. Il devait sans doute avoir l’air d’un blessé, les cheveux sales, les vêtements poussiéreux, et surtout, ce sang qui tachait par endroit son corps. Il ne semblait même pas y prêter attention.

Lord ne s’arrêta qu’à un ou deux mètre de sa nouvelle victime. Elle lui plaisait, oh oui, elle lui plaisait follement. Elle avait l’air pur ! Si pur !!!! Son sang devait être un délice, il devait être plein de vie et il imaginait déjà le parcours qu’il faisait sous sa peau, courant dans ses veines avec une vigueur digne de la jeunesse. Il s’imaginait déjà en train de lui lacérer la peau, d’arracher des lambeaux de chair pour observer le trajet divin du nectar dont il se nourrirait avant d’arracher le cœur de cette jeune fille.

Avec un enthousiasme proche de la folie, tournant sur lui-même en applaudissant, Lord demanda :


« Quel est ton nom, quelle est ton nom petite fée ? »

Il avait le visage d’un ange. Il n’avait pas plus de huit ans. Il avait les cheveux blonds, d’un blond innocent. La peau blanche. Les yeux gris. Il ressemblait à un ange, ou du moins à n’importe quelle enfant. Il n’en était rien. Il n’était pas ainsi. Il était intimement lié aux ténèbres et à la mort. Qui l’eût cru ?

Un pas lourd suivit cette interrogation. La terre trembla quelque peu, comme gémissant sous un poids trop élevée. Lya se plaça aux côté de l’enfant. Une bête mesurant facilement trois mètre, large comme trois hommes et aux yeux enflammées de douleur et de rage. Des flammes s’échappaient par endroit de sa peau brune. L’enfant, nullement craintif s’accrocha aux bras de la chimère et, à la manière d’un enfant réclamant un nouveau jouet dont il n’aurait nullement besoin, il annonça :


« Je la veux Lya, Je la veux !!! Donne la moi ! Attrape-la pour moi »

Et Lord fit un pas en arrière, ses doigts se glissant autour de l’anneau sombre qu’il portait au coup. Suivant avec excitation le moindre des mouvements de celle qui s’avançait déjà pour le servir. Lya cracha une volute de flamme et hurla. Ce que son maître voulait, elle était destinée à le lui offrir. Et ce dans l’immédiat. La seconde d’après, l’immense bête se jetait sur la jeune fée prête à la faire rôtir.

« Je veux son sang ! Et je veux m’amuser !»

Prévint Lord. Lya, pour satisfaire son maître, changea donc de tactique. Et pour combler ses désirs, elle commença par attaquer la jeune femme au bras. Entre morsure et griffures. Cris et jet de flammes. La chimère essayait de faire couler le sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Groupe 4 : Arwana Tsvetan   Sam 3 Nov - 14:57

Awana avait quitté Miyu avec regret, maintenant, elle le savait. Pourquoi se lançait elle dans cette folie, qu’elle savait démesurée et malgré les mots de son cher et tendre ? Peut être parce qu’elle avait vu pire ces derniers mois ? Peut être son désir de prendre sa revanche ? Peut être un prétexte pour aller sur le continent et le voir malgré lui après tout ça ? Elle n’en savait rien, où plutôt elle ne voulait le savoir, la chevauchée était déjà assez pénible comme cela ! De plus, chaque pas vers le village à sauver lui rappelait le bon temps passé avec le meneur de barque mais aussi le combat harassant avec Zane la dernière fois qu’elle était venue sur le continent. Elle sentait aussi l’air se raréfier et devenir plus chaud, alors que malgré le soleil l’air était froid lorsqu’ils étaient partis de l’embarcadère.

A mi chemin, elle décida ainsi de laisser choir son pouvoir d’empathie. Mais ce qu’elle sentie n’était pas bon. Le mal partout, comme lorsqu’elle était venue la fois d’avant. Même Gwidyon lui faisait part de son mal être.


« Je t’avais dit que ce n’était pas un endroit pour toi ! J’aurais du te laisser avec Miyu ! »


Arwana s’en voulait d’avoir conduit son amie dans ce lieu infernal. Elle le savait, elle n’aurait jamais du accepter. Une licorne, un être pur comme elle, dans le chaos du continent ! Jamais !


« Il n’aime pas les animaux, et encore moins moi je crois ! »

Arwana se mit à rire, surtout avec l e ton qu’avait mis la licorne.

« Ne dis pas cela, il est juste retissant à la proximité des créatures pures ! »

Elles rirent toutes les deux ensembles, d’ailleurs le reste du groupe dut trouver cela étrange. Le moment n’était pas raiment à la rigolade. D’ailleurs bien vite, ils arrivèrent. C’est alors qu’Arwana entendit la vois de Namibe Stark. Cette femme ne l’aimait pas du tout, enfin elle le ressentait comme cela, ou du moins, elle l’ennuyait au plus au point, mais cela l’intriguait. Enfin, depuis qu’elle ‘lavait vu sourire et vagabonder dans cette sphère, auprès de Zane, la palefrenière la voyait autrement. D’une manière qui ne collait d’ailleurs pas du tout avec l’image de la chevaucheuse qu’elle connaissait…

…Du sang, des corps inertes, des bras, des jambes décharnées et découpées, des yeux exorbités, des viscères répandus sur le sol, des hommes presque sans vie. Une boucherie, une vraie cacophonie de couleurs de mort. Des brasiers un peu partout une odeur pestilentielle. Arwana resta là, plantée u milieu de tout cela, les yeux rond, et écœurée par le spectacle. Gwidyon aussi fut heurtée, et peut même plus que quiconque aurait pu l’imaginer. Sa corne s’irradia de milles feux, et de la poudre tomba au sol faisant pousser des petites fleurs. La jeune elfe fut surprise, apparemment tout ce chaos stimulait les dons de guérison de la licorne. Mais elle en savait pas si cela était une bonne chose ou non, alors elle mit pied à terre.

« Tu devrais te mettre à l’abri mon amie, je vais me débrouiller sans toi maintenant, il est mieux de faire ainsi. »

Puis la licorne partit dans les bois, se dérobant à la vue de son amie, vu qui se voila avec les larmes naissantes. Elle se faisait du souci mais le combat était imminent, elle le sentait, elle sentait toutes ces mauvaises ondes, toutes cette débâcle dans des cœurs qui n’étaient en rien humains.
Soudain, alors qu’elle s’était un peu écartée, elle sentit une puissante aura. Elle cherchait alors, des survivants, et essayait d’aider au mieux les mourants à partir. Cette aura, elle appartenait à un petit garçon. Il était couvert de sang et de terre. Elle s’approcha de lui, comment avait il pu survivre à tout cela, il devait être perdu ! Mais il était étrange et bien vite elle se redressa sur ses gardes. Il semblait fou allié. Il lui demanda son nom. Etrange.


« Arwana et toi ? », lui dit elle méfiante.

Soudain la terre trembla, et une bête immense apparut. La palefrenière tira aussitôt son arc et fit voltiger l’enfant u n peu plus loin avec sa télékinésie. Cette bête était répugnante, immense. Elle devait l’avouer la jeune femme avait tout de même peur. Comment combattre une telle chose ? Elle recula, puis se stoppa lorsqu’elle entendit à nouveau la voix de l’enfant au visage d’ange. Il…il…il était avec cette chose immonde. Ni une ni deux elle courut le plus loin possible mais la bête eut vite faite de lui infliger une blessure profonde au bras. Puis vinrent des flammes qu’elle éloigna grâce à sa télékinésie. Elle les renvoyait ainsi à l’expéditeur. Puis elle s’éloigna encore un peu, jusqu’à ce quelle heurte quelqu’un. Elle ne prit pas la peine de regarder comment il était ou même de détailler quoi que ce soit, elle se contenta de le retenir pour ne pas qu’il tombe et continua ses assauts. Renvoyer les flammes et tirer des flèches, amis elle ne trouvait pas le point faible.


« Il faut trouver son point faible ! » hurla t’elle à l’intention de garçon qu’elle avait heurté.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Tsvetan Silvermoon
Mi Démon/Mi Humain
*Forgeron*

avatar

Nombre de messages : 11
Localisation : Tout dépend où tu veux que je sois
Rang : Forgeron
Race : Mi démon/Mi humain
Date d'inscription : 23/08/2007

MessageSujet: Re: Groupe 4 : Arwana Tsvetan   Mar 6 Nov - 3:31

Malaise et maux de tête. Voilà comment se résumait l’impression de Tsvetan. Sa lourde monture avançait à son rythme, c'est-à-dire en retrait des autres. Mais il était content de cet animal qui avait au moins le mérite de ne pas bouger d’un poil et d’avoir un bon équilibre sur ses hanches. En plus, il était confortable. Un bon atout, en somme.

Durant le voyage, il n’avait parlé à personne, comme de juste. Le demi démon en avait surtout profité pour s’armer « correctement. » ; à savoir se passer toute son armada de métal sur le corps. À commencer par son éternel sabre qu’il avait passé dans son dos, accompagné d’un autre qu’il avait forgé pendant une après-midi de pluie, alors qu’il s’ennuyait. Il ne lui était pas si inutile que ça, finalement. Dans chacune de ses bottes, il avait glissé une dague, puis une troisième, plus grande, qu’il avait fixé autour de sa cuisse droite. À sa ceinture, deux boomerangs en argent étaient accrochés, et enfin dans une pochette à sa cuisse gauche, il avait placé une flopée de shurikens aiguisés comme des dents de requins. C’était beaucoup, mais il ne savait maîtriser que ça, le métal. C’était en réalité sa seule arme, du moins sa seule arme matérielle et magique, son seul pouvoir, en somme. Toutes ses armes, il les avait eu un peu par détournement de marchandise et il s'en voulait en quelque sorte. Son collègue avec qui il partageait la forge devait travailler dur pour refaire la moitié de ses armes qui n'étaient pas d'une qualité exceptionelle, certainement mieux, certes, mais les refaire quand même. "J'ai mal travaillé sur celles-là, elle ne sont pas belles à voir. Prends-les, toi qui sais te battre. Je les referai mieux. Et puis, je préfère te voir revenir que de garder un client qui vient rarement."

Un rire l’avait sorti de ses pensées pendant leur marche vers le village. Ben dis donc ! Même jusque ici, on arrivait encore à se remonter le moral ! Le jeune métis admirait en quelque sorte ce genre de comportements. Lui n’était pas capable de se sortir de l’esprit ce qui les attendait. Il avait un peu peur, aussi. Depuis le temps, il ne savait pas vraiment quels effets auraient ce type d’événements sur son côté démoniaque qui pouvait malheureusement ressortir. Certes, ce n’était pas encore arrivé, mais qui sait ? Il faut toujours se méfier de l’eau qui dort, comme on dit ? Ce devait être pareil pour le sang.

Cette petite jeune femme qui avait ri, il l'avait remarquée depuis un moment, déjà. En premier lieu parce qu'elle était accompagnée d'une licorne ; en second parce qu'elle était un peu mise à l'écart par cette jeune femme qui supervisait les opérations. Enfin, c'était sans doute un critère comme un autre, puisqu'il avait à peu près pris note de chaque personne présente au cours du voyage. Il ne savait pas le nom de tous, et certainement qu'il ne se rappellerait pas de tout le monde, mais au moins il saurait qui attaquer et qui aider...Il espérait aussi ne pas tomber sur de vieilles connaissances, ce qui risquait malheureusement d'arriver.

Quand ils furent aux abords du village, ils virent l'étendu du désastre. L'air irréspirable à cause des flammes, les cadavres mutilés étendus sur le sol...Et surtout, -surtout-, l'odeur du sang qui le rendait fou. Lui qui pourtant n'aimait pas le faire couler, en cet instant, il avait comme une envie irrésistible de voir se répendre sur la peau des victimes l'eau rouge ; de sentir ce doux parfum, si délicat, si attirant, si excitant monter jusqu'à ses narines, l'eau lui venir à la bouche...Il voyait clairement dans sa tête les images défiler. Un coup de dague bien placé et la grosse veine deverser son contenu le long d'une peau lisse et saine. Les pleurs, les cris, quel délice ! Et plus grand jubilation encore, la chair tendre se découper avec tant de facilité sous une lame acérée, laissant un filet rouge courir avec grâce et volupté dans des supplications sublimes...

Il porta une main à son visage. NON ! Non, il ne devait pas laisser le démon prendre le dessus, NON ! Pas maintenant, il en était hors de question ! Que se passerait-il s'il perdait le contrôle ? Il deviendrait un démon, un fou, un être dangereux. De quoi serait-il capable s'il laissait l'homme se faire tout petit devant le monstre qu'il cachait en lui ? Personne ne savait réellement de quoi il était capable, mais il restait fils de démon et en avait donc malheureusement quelques caractéristiques. L'instabilité mentale en faisait partie, cependant, jamais le goût du sang ne lui était venu, et certainement pas à ce point...Un doute le prit. Son père était-il seulement ainsi ? Un frisson le parcourut. Peut-être pas.

Ses idées tordues revinrent alors au galop, mais il s'efforça de s'intéresser à autre chose. Il commença par le bruit de ses armes les unes contre les autres. C'était apaisant, en quelque sorte. Il se permit alors de regarder aux alentours et vit la licorne commencer de s'éloigner, seule. Sa cavalière continuait à pied. Voyant l'état dans lequel était le village et ayant une certaine affection pour sa monture, Tsvetan descendit à son tour et par un miracle que seule sa complicité avec l'animal pouvait expliquer, après l'avoir dessanglé, pour ne pas dire quasiment desselé, il lui fit signe de partir et lui donna une tape sur les fesses. Le lourd cheval de trait le regarda de ses bons yeux noirs et rassurants, puis parti par un heureux hasard dans la même direction que sa semblable magicienne.

Il suivit donc cette jeune femme inconnue, ne voulant pas laisser quelqu'un seul. C'était une règle de base, dans un groupe, lui semblait-il. Ne jamais laisser d'exclus. C'était ce qu'il faisait en la suivant ainsi et il comprit par la suite qu'il n'avait pas eu tort : le cheval aurait été bien encombrant. Observant la scène de loin, il la vit tripoter les cadavres, ce qu'il ne préférait pas faire.Si jamais ses pulsions meutrières lui revenaient, il ne savait pas s'il pourrait se contrôler.

Un enfant arriva. On aurait dit un petit ange, et pourtant, le métis ne lui en trouva que le physique. Quelque chose dans cette apparence trop parfaite lui faisait sentir qu'il y avait une arnaque...et bien sûr, la jeune femme tomba dedans ! C'était assez étrange d'ailleurs de voir tout ça de loin...Que cachait cette si petit créature pour être aussi confiante ? Mais le forgeron n'avait pas vu l'immonde créature qui accompagnait le petit être. Pauvre petite ! C'était bien une qualité réprimendable des femmes, la gentillesse ! Elles l'étaient parfois tellement qu'elles en oubliaient leur sécurité ! Louable, il était vrai, mais terriblement dangereux dans ce genre de traquenard. Ouais, ben lui, l'était pas mieux à réfléchir tranquillement les bras croisés sur les mystères de la vie au lieu de porter secours à sa camarade de mésaventure.

Il se précipita, mais trop tard. Elle était déjà bien blessée au bras et se heurta doucement à lui. Deux petites mains le retinrent pour ne pas qu'il tombât bêtement au sol. Quand ils furent debout tous deux, elle lui proposa de trouver le point faible de la bestiole. Bien sûr mais...comment ? Bon, d'accord, en l'observant, mais il fallait du temps pour observer et malheureusement, ils en manquaient tellement que c'était à se demander s'ils ne bougeaient pas au ralenti.


"Je ne connais rien à ce genre de créatures ! On ne peut rien faire pour le moment qu'essayer de sauver not'peau !"

Et ce fut l'une des rares fois dans sa vie où il peur...Mais pas seulement peur de la créature...peur de lui-même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souvenirmanga.actifforum.com
Pnj
compte admin / modo
avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: Groupe 4 : Arwana Tsvetan   Ven 11 Jan - 20:16

[Pardon de la longueur. Je suis malade T_T]

« Moi ? »

Il parut surprit, et ne prit pas garde à la méfiance qu’on pouvait noter dans la voix de son interlocutrice. Il se mordilla la lèvre inférieure, comme s’il réfléchissait. Il avait eu un nom autrefois, c’était il y avait déjà tellement longtemps. Le temps avait étiré ses longues racine sur ce passé, le dissimulant à moitié. Lord… Depuis quand l’appelait-on ainsi ? C’était… Oui, quand il était revenue dans ce monde là, celui des vivants.

Et puis pour le protéger, elle osa faire quelque chose d’horrible, d’inconcevable, de détestable. Sa colère s’en vit attisée.

Il s’épousseta en se relevant puis se dirigea vers sa créature. Cette petite peste de fée l’avait projetée au loin, sur la poussière, sur la terre gémissante. Quelle naïveté ! Quelle audace ! Elle le lui paierait d’avoir osé croire qu’elle pouvait le protéger de Lya. Lya était sa servante, son objet de torture, et paradoxalement, la seule amie qu’il avait bien qu’il ne sache pas le lui montrer ? Personne ne le lui avait appris après tout.
Mais bientôt, un garçon entra en collision avec sa proie. Ceci ne devait pas se passer ainsi.

Alors en bel enfant capricieux, Lord fronça les sourcils de mécontentement. Il leva ses yeux clairs vers le nouvel arrivant et le jaugea, physiquement, mentalement, puis suivant l’aura et le charisme qu’il dégageait. Cela rendrait la tâche un peu plus difficile mais il en était convaincu : rien ne pourrait résister aux flammes et aux griffes de sa compagne. Elle qui était toute faite de puissance et de force.


« Essayer de vous sauver ? Mais c’est peine perdu ! Je vous veux. Vous êtes à moi. »

Il voulait cette fille. Voir sa poitrine lacérer par les griffes sa servante, voir son sang gicler, entendre ses os se briser, sentir que son cors cédait, que sa peau s’écartait, que son cœur lui était violemment arracher. Glissant ses doigts autours de la pierre rubis qu’il portait autour du cou, l’enfant lança un regard significatif à Lya. Elle en comprit tout de suite l’ordre. Cette folie au fond du regard de l’angelot, cet enthousiasme sanglant, cette euphorie née dans la mort. Il ne tolèrerait aucune défaite.

Car tout enfant qu’il était, Lord était un être profondément capricieux. Un petit prince avide.


Face aux deux insulaires, Lya se déchaînait. Ses coups étaient puissants, ses flammes insufflait à l’air une atmosphère bouillonnante autant qu’étouffante. La seule défaut de la créature devait être son manque de rapidité et ses coups pouvaient parfois êtres évité. Sa peau brune semblait aussi difficile à percer qu’une cuirasse sur le corps d’un chevalier. Ses yeux brillaient étrangement, entre bestialité et humanité. Lya exécutait. Rien de plus, rien de moins.

Brusquement, le garçonnet qui jusque là était resté en retrait, s’élança vers la jeune fée et agrippa d’une poigne solide son bras blessé. Contrairement à la créature, il était vif et rapide. Si Arwanna tentait de riposter, elle verrait la moindre blessure se refermer presque instantanément sur le corps de l’enfant. D’un coup rapide de langue, semblable à celui d’un animale sauvage, il lécha sa blessure et se délecta de son sang.


« Pure… Je te veux… »

Prenant alors conscience que son maître s’était mis en danger, Lya donna un violent coup de patte en direction de Tsvetan pour l’écarter potentiellement de son chemin, et se dirigea vers Arwanna. Les nasaux recrachant des flammes, elle la fixait. Prête à agir au moindre mouvement de la fée.

*Attaque là! Déchira sa peau avec tes dents!*

[Vous ave le droit d’attaquer Lya, vous savez tout ou presque sur son comportement maintenant ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groupe 4 : Arwana Tsvetan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe 4 : Arwana Tsvetan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Multimédia] Nouvelle musique du groupe Cryoshell
» Groupe des Forges
» Le groupe de prière Berrichons vous invites.
» quel est ce chanteur(euse)/groupe?
» Groupe F : Brésil, Croatie, Australie, Japon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*En Dehors de l'Ile*~~* :: Scénarios :: Archives :: second scénario : Dans la Gueule du Loup-
Sauter vers: