Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une invitation fort sympathique [Cissée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Vart Donovan
Humain:
*Chevaucheur d'Ombre*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 67
Age : 29
Localisation : Les sources thermales
Race : Humain
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Une invitation fort sympathique [Cissée]   Sam 27 Oct - 14:25

Le temps était enfin venu pour les deux chevaucheurs de quitter la caverne. Vart restait un peu nostalgique même si cela faisait tout juste quelques heures qu'il était arrivé. Le jeune homme regardait une dernière fois la caverne en se disant qu'il n'aurait jamais imaginé repartir en companie de quelqu'un. C'était vraiment quelque chose d'exceptionnel, et Dieu sait combien il aurait donné pour revivre cette soirée. En revanche, il se disait qu'un autre bon moment aller commencer, du moins, avait commencé. En fait, la soirée n'était pas terminée, et c'est sous cette optique qu'il affichait un sourire continu. Avant de quitter les sources thermales, Cissée sécha un peu ses vêtements tout en lui réchauffant son corps. Il se sentit bien et la remercia à deux reprises car elle lui annonça qu'il pourrait emprunter les vêtements de son frère.

Il faisait froid dehors sur le chemin, sans doûte par ce que la nuit était tombée, tout comme son humidité, et qu'une légère brise fraîche venait caresser la peau du chevaucheur. Cependant, il ne la sentait peu grâce à Cissée qui, grâce à un don plus que pratique, l'avait partiellement séché et réchauffé. Il était bien dans son corps, et c'était bien une chose rare depuis que son sang était occupé par un démon. Il n'y pensait même plus, et ce, depuis que Cissée l'avait rassuré en lui expliquant qu'il irait voir Namibe Stark dès que possible. Il regardait Cissée de temps à autres en voyant une femme plus qu'extraordinaire. C'est alors qu'elle se mit à hurler. Cela le fit sursauter car il ne s'y attendrait vraiment pas. Elle cria le nom de quelqu'un... ou de quelque chose peut être. Il ne savait même pas de quoi il s'agissait et voulu le lui demander, mais il s'y résigna lorsqu'il l'a vit baisser la tête, sans doûte attristée de ne pas trouver ce qu'elle cherchait.


*Neïla ? Qui cela peut-il bien être ?*

Cissée se mit à regarder le jeune homme qui ne comprenait pas. Elle changea alors de regard mais aussi de sujet, ce qui rendit la situation encore plus étrange. La jeune femme parla d'une personne au nom de Lucie qui semblait, selon ses dires, être une très bonne patissière au point même de retenir Vart chez elle une fois qu'il gouterait à ses gateaux. Il afficha un sourire, un sourire qui voulait dire beaucoup de choses à la fois, mais difficile à discerner. En réalité Vart n'avait déjà plus envie de partir et n'était pas vraiment un gourmand. En fait, pour lui, le repas était comme une sorte de perte de temps : "On fait une chose par nécessité et non par envie" était un peu comme son principe, sa phrase personnelle. D'ailleurs celle-ci s'appliquait à toutes les actions qu'il faisait. Il tuait parce qu'il le fallait pour survivre, le peu de temps qu'il dormait, c'était parce qu'il en avait besoin et il se lavait pour la même raison. En clair, sa vie se résumait à cela. Il ne faisait rien par envie, mais tout par besoin. Et ce soir c'était différent, c'était la première fois qu'il avait fait quelque chose parce qu'il le désirait. Vart était venu prendre un bain, qu'il faisait passer comme une obligation au vue de sa fatigue, et il allait avec Cissée. Bien qu'au fond de lui il le souhaitait, sa fierté le persuader qu'il s'agissait en fait d'un besoin de ne pas être seul et de rester avec une personne qui connaissait Namibe Stark. Il ne voulait pas croire une seule seconde qu'il était en train d'aller en contradiction avec son principe.

Soudain, quelque chose éclaira le chemin d'une façon inouïe. Vart s'empressa de lever la tête, de faire demi-tour et de mettre main sur son arme en même pas une seconde. Il ne dégaina pas sa dague lorsqu'il se rendit compte que c'était la chose, ou plutôt le phénix que recherchait Cissée. Il s'en voulu d'être encore sur le qui-vive, mais il ne pouvait se forcer à baisser sa garde. C'était même plus intentionnel mais plutôt un réflexe qu'il améliorer jour en jour à force de rester perpétuellement sur ses gardes et de dégainer au moindre bris suspect. Il ne pouvait pas continuer la route sans s'excuser.


« Excuses-moi, je... » dit-il d'un air désolé.

Il ne savait pas vraiment comment se justifier et n'ajouta rien. Il se sentait coupabl d'avoir gâcher des retrouvailles si importantes pour Cissée qui, il l'avait vu, avait affiché un sourire chaleureux...

Ils n'étaient à présent plus qu'à quelques mètres de l'entrée de la demeure de Cissée... Il ralentit un peu la cadence de manière à faire passer Cissée devant. Son coeur battait fort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cissée Céol
Humaine
*Chevaucheuse d'Ombre*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 84
Localisation : ~Où sa témérité la porte~
Rang : Chevaucheur d'Ombre
Race : Mi Humaine / Mi Dragon
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Une invitation fort sympathique [Cissée]   Dim 28 Oct - 21:27

En sortant de la caverne, Cissée avait laissé ses doutes et crainte envers Vart avec. Il lui avait parlé de son côté démoniaque, et elle ‘lavait accepté, se faisant même une promesse à elle-même, celle de l’aider. Pour la jeune fille, malgré ses airs d’être assuré et téméraire que rien ne touche, chacun méritait sa chance et surtout d’être sauvé. Ainsi pensait-elle, et ainsi, voulait elle aider ce beau et charmant jeune homme. En outre, elle avait aussi abandonné là son don, du moins l’avait elle maîtrisé, afin de ne plus entendre les pulsations de l’homme. Il méritait aussi son intimité cardiaque. En outre la sienne commencée à dérailler aussi pour une raison qui lui était inconnu. Elle n’arrivait plus à les métriser comme si il y avait un court circuit entre sa raison, sa volonté et son inconscient. Un étrange mélange.

Au delà de cela, elle avait aidé le jeune homme à se sécher un minimum et grâce à sa chaleur le réchauffait en continu. C’était une sensation assez agréable que de donner un peu de sa chaleur à autrui. Toujours, son sang bouillonnait, amis jamais elle ne pouvait évacuer cette énergie, à moins qu’elle n’ait à combattre un démon particulièrement coriace. IL fallait le dire, il était bien plus agréable de faire partager se petit morceau d’elle-même dans de meilleures conditions, dans une ambiance amicale.

Puis Vart l’avait remercié par deux fois et elle s’était contentée de baisser la tête en signe de « de rien » . Mais ces simples mots lui avaient fait chaud au cœur. La jeune fille ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait à faire ainsi la gamine, prenant des choses si futiles à cœur, mais cela faisait tout de même du bien. Ne plus penser aux tracas quotidiens, et puis ce qu’elle voyait sur le continent, ce à quoi elle avait échappé. Elle découvrait les biens fait d’un moment passé en toute légèreté et c’était magnifique. D’une rare beauté, mais il lui manquait encore une chose, à laquelle elle songea rapidement et sans crier gare elle hurla son nom. Bien sûr tout était tellement silencieux que cela ne put faire que sursauter son ami qu’elle tenait toujours par la main. Puis il devait se poser des questions aussi. Elle baissa alors la tête déçue de ne pas voir Neïla, et honteuse de son comportement.


« Excuse moi », dit-elle alors tout doucement, aucune émotion ne perçant sa voix.

Puis elle préféra reprendre son attitude habituelle et changea littéralement de sujet. Elle se mit alors à vanter les talents de cuisinières de sa petite sœur. Et oui malgré le fait qu’elle était malade, celle-ci trouvait toujours le moyen de faire à manger, rien que pour décompresser. C’était d’ailleurs étonnant la résistance que ce petit bout de choux avait rien que pour s’adonner à sa passion. Bien sûr elle avait omis de dire à Vart qu’il s’agissait de sa petite sœur et celui devait être un peu perdu, amis lorsqu’elle allait le préciser, leur chemin s’illumina de milles feux et Neïla atterrit sur l’épaule de Cissée. Mais la jeune chevaucheuse avait sentit la main de Vart glissée de la sienne et elle le voyait à présent sur le qui vive. Normal, il avait du être surpris et il ne savait pas qu’elles se connaissaient toutes les deux. Il s’excusa pourtant de son geste. Cisée lui fit alors un sourire bienveillant et après une caresse à Neïla, elle posa sa main sur celle de Vart, celle qui tenait la dague. Elle décrispa la main du garçon et la prit dans la sienne.


« Ce n’est pas grave, je te comprends…Mais tu n’as rien à craindre, c’est Neïla, mon amie. Je me suis demandée où elle était toute la journée. »


Puis elle le rapprocha en le tirant pas la main et le phénix vint se mettre sur son épaule. Elle ne savait pas comment le chevaucheur réagirait, mais c’était la volonté de Neïla, Cissée n’avait rien fait ou dit pour qu’elle aille rejoindre Vart. La jeune fille s’étonnait d’ailleurs encore des réactions aussi diverses que les siennes que la créature pouvait adopter.
Ils finirent par arriver lentement mais surement dans la demeure de la jeune chevaucheuse. Rien de bien grand, mais une petite maison tout ce qu’il y avait de plus simple. Elle poussa la porte notant bien que Vart l’avait laissé passer la première. Puis elle prit le garçon par le bras et cria dans la maison, moins fort qu’elle ne l’avait fait plus tôt.


« Hey !! Peter, Lucie ? Je suis là et j’amène un invité ! »

Puis elle avança, et elle découvrit son grand frère et sa petite sœur, assis à table. En son centre, un bon repas bien garnis. Mais Lucie semblait toute faible et Cissée lâcha Vart pour aller la voir. Elles ‘accroupit à ses côtés et posa une main sur son front.

« Tu vas manger ma petite Lucie et après au lit, tu as encore de la température. Peter j’aimerais que tu veilles à ce qu’elle ne force pas trop quand je ne suis pas là »

Pour une fois, elle ne savait pas si c’était du à la présence de Vart, mais il ne dit rien et se contenta de baisser la tête. Cissée se releva alors et se tourna vers le chevaucheur. Elle lui sourit puis montrant alternativement Lucie puis Peter.

« Vart, voici, Lucie ma petite sœur malade et bonne cuisinière, la plus courageuse de la famille…Et là voila Peter notre bourreau des cœurs…Vart va manger avec nous ce soir…Et Peter tu veux bien lui montrer la salle de bain et lui prêter des vêtements, il est trempé… »


Elle attira alors Vart vers elle et le poussa dans le dos pour qu’il suive son frère….

[Tu peux faire agir Peter si tu veux, en fait c’est un tombeur, qui adore parler des filles, mais il a aussi un gros cœur et il adore sa sœur bien qu’il lui laisse tout le salle boulot de gestion de la famille alors que finalement il est le plus vieux. Il est assez irresponsable en fait !^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vart Donovan
Humain:
*Chevaucheur d'Ombre*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 67
Age : 29
Localisation : Les sources thermales
Race : Humain
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Une invitation fort sympathique [Cissée]   Lun 12 Nov - 1:50

[Désolé pour le retard, j'ai pas vraiment eut le temps =/]

La route ne fut pas très longue et Vart n'en était pas moins mécontent. Il n'aimait pas vraiment marcher, mais en présence de Cissée, il n'avait pas vu le temps passer. Ils ne parlèrent pas beaucoup, non seulement parce qu'ils n'en avaient pas forcément eut le temps, mais aussi parce qu'un individu surprenant vint animer un peu la promenade. Vart eut peur sur le moment, mais aussi après. En effet, il craignait que le sentiment de combat vienne réveiller l'autre conscience qui régnait en lui. Bien heureusement, cela ne se produisit pas. Alors qu'il regagna sa place dans auprès de Cissée, le phénix vint se poser sur son épaule. Rassuré par ce que Cissé lui avait dit, et par ce qu'il avait vu, il ne leva même pas la tête pour regarder le phénix et continua la route sans frayeurs. Après tout, les amis de Cissée étaient aussi ses amis.

Quelques mètres plus loin, ils étaient devant l'entrée de la demeure de Cissée. Il la laissa passer devant car il ne voulait pas paraître désagréable et faire comme chez lui.

La porte s'ouvrit... et Vart vit l'intérieur d'une maison tout autre que la sienne. Cela faisait vraiment longtemps qu'il n'avait pas mit les pieds chez quelqu'un. Il fut ravi de voir combien cela pouvait être amusant de comparer sa demeure à celle de Cissée. La disposition, la forme, tout était différent... même la chaleur. Bien entendu, la maison de Cissée était d'une température des plus agréables et le jeune chevaucheur se sentit bien dès le moment où il franchit le seuil de la porte, avec timidité par ailleurs. Il ne savait pas vraiment quoi faire, et décida de se laisser guider par Cissée.

C'est ainsi qu'il fit la connaissance de sa famille. Il inclina son buste pour les saluer lorsque Cissée les lui présenta et put dès le départ discerner involontairement une partie de leur caractère. Ainsi, il voyait la soeur de Cissée comme quelqu'un d'assez fébrile mais de très bon, qui cherchait tant bien que mal à faire avec l'handicap d'une maladie dont il ne connaissait pas encore le nom et les symptomes. Le frère, lui, semblait détenir une partie très cachée mais donnait l'impression d'être assez sympathique.

Vart retint cependant ce que sa nouvelle amie lui avait dit : Peter était un bourreau des coeurs. Le chevaucheur n'avait pas vraiment comprit mais sourit à Cissée comme pour lui montrer le contraire afin de ne pas paraître une fois de plus différent des autres. Pour lui, il s'agissait d'un combattant sanguinaire mais il n'arrivait pas à le croire à en juger la corpulence du jeune Peter pas vraiment adéquate pour ce genre de "métier". Par ailleurs, il était fortement possible qu'il détenait les mêmes pouvoirs que Cisseée, et par conséquent, il pouvait être quelqu'un qui se rapprochait de la description de Cissée. Loin de prendre ceci au second degré, Vart dévisageait le pauvre frère tout en écoutant ce que Cissée disait.

Il fut poussé dans le dos et par la même occasion contraint de suivre la personne qu'il dévisageait sans répis. Ce n'est pas qu'il se méfiait, mais sait-on jamais, il préférait être sur ses gardes comme à l'accoutumé. C'est ainsi qu'ils marchèrent, Peter et lui, à travers la demeure de Cissée qui était fort sympathique. Le frère s'arrêta devant la porte de la salle de bain, la poussa de la main et indiqua l'intérieur de la tête sans ne rien ajouter. Vart le remercia de la tête, sans faire appel à la parole. Il entra donc dans cette salle de bain qui était beaucoup plus jolie que la sienne car bien entretenue. Le jeune chevaucheur repéra tout de suite les serviettes, suspendues sur une barre dans un coin de la pièce. Il se retourna pour demander à Peter laquelle pouvait-il emprunter mais ce dernier n'était plus là. C'est alors qu'il en prit une au hasard et se sécha les cheveux. Il sentit une odeur très agréable : la même qu'il avait perçu dans les sources thermales. En effet, il s'agissait du parfum de Cissée, si doux, qu'il ne put décoler la serviette du nez et fermer les yeux avant l'arrivée de Peter.

Lorsqu'il l'aperçut, il s'arrêta net et sourit, un peu embarassé de s'être fait voir. Le jeune frère de Cissée ne daigna même pas faire une remarque et lui tendit quelques habits classiques mais assez beaux. Vart les prit et s'empressa de se changer devant Peter sans aucune gêne. Le pauvre frère tourna la tête en étant surprit. Il ne pensait sans doute pas que l'invité enfilerait les vêtements devant lui sans aucune pudeur. C'est ainsi qu'il sortit de la salle de bain pour regagner la table sans n'avoir dit le moindre mot au pauvre Vart qui se sentait quelque peu gêné de cette arrivée.

Il finit par revenir au salon et s'approcha de Cissée. Il s'arrêta à un mètre et, tout en lui souriant, il la remercia.


« Merci beaucoup Cissée, j'apprécie vraiment tout ce que tu as fait, et ce que tu fais pour moi. »

Vart observa alors Peter qui faisait une drôle de tête avant de dessiner un sourire coquin. Le chevaucheur ne comprit pas et se rapprocha alors de Cissée pour lui demander ce sur quoi il se questionnait depuis un bon moment déjà.


« Ton frère... Il se bat contre qui ? »

Il regardait Cissée d'un air très sérieux sans sourire et sans se rendre compte de la bétise dont il venait de lui faire part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cissée Céol
Humaine
*Chevaucheuse d'Ombre*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 84
Localisation : ~Où sa témérité la porte~
Rang : Chevaucheur d'Ombre
Race : Mi Humaine / Mi Dragon
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Une invitation fort sympathique [Cissée]   Dim 18 Nov - 19:52

Le destin. Il est là, il se construit avec nos décisions, et chacune d’elles le modifient plus ou moins. Impossible alors de savoir ! Pourtant, nous en parlons souvent. Etait ce celui de Cissée et de Vart de se rencontrer, dans un instant où tous les deux étaient « faibles » ? Personne ne le saura jamais, pourtant, aujourd’hui, en cette belle soirée étoilée, ils étaient là tous les deux, en train de se diriger vers la demeure de celle, ci qui avait invité l’homme à dîner avec son frère et sa sœur et elle. Vart avait eut peur, enfin s’était méfié de Neïla, mais après quelques explications, il s’était ravisé. Le phœnix lui se sentait en sécurité, bien que Cissée se demandait où elle avait bien pu aller. Mais l’important après tout c’était qu’à présent elle était là, avec eux, faisant voyage sur l’épaule de Vart.

Ils arrivèrent assez vite dans la maison de la jeune chevaucheuse. Un peu frigorifiée, celle-ci en fut heureuse. Elle s’était servie de son pouvoir pour les sécher un peu, mais complètement distraite, elle n’avait pas maintenu la chaleur. Elle voyait déjà le bon repas qui els attendait, mais ne dit rien. Et conduit Vart auprès des siens qu’elle lui présenta, Neïla s’envolant directement dans la forêt alentours pour se nourrir toute seule.

Ainsi, les présentations faites, Cissée laissa Vart aux bons soins de son grand frère. Celui-ci semblait peu enclin aux bavardages en tout genre comme à l’accoutumée, il semblait étrange à vrai dire. Jaloux ? Non, tout de même pas. Et bien que la jeune chasseresse s’apparentait à un homme dans son dévouement au combat et son allure, elle ne comprenait pas vraiment grand-chose à cette espèce. Elle préféra alors porter un peu d’attention à sa petite sœur, lui demandant comment s’était passé sa journée, si elle n’avait pas eu trop mal. Heureusement, non. Puis elle entreprit elle aussi de se diriger dans sa chambre. Là, elle retrouva le doux parfum de rose qu’elle aimait tant, elle se dévêtit et enfila une belle et longue robe faite dans une étoffe d’un blanc de lait. Elle l’enfila délicatement, étrange pour elle de décrire ce geste ainsi, puis elle se mit de son parfum, deux petites gouttes sur chaque poignet, et rejoignit la salle à manger. Là, elle resta près de Lucie, qu’elle coiffa un peu. Elle adorait s’occuper de sa petite sœur.

Puis quelques minutes plus tard, elle vit els deux joyeux lurons revenir. Vart s’arrêta non loin d’elle et la remercia encore une fois. Peter lui, alla directement s’assoir. Décidemment il était vraiment étrange. Elle décida alors d’écouter ses pulsations, qu’elle sentit accélérées, celles de la colère. En même temps elle répondit à Vart, sans voir le sourire étrange de Peter. Ainsi, avant qu’elle n’ait pu balayer les remerciement du chevaucheur qu’elle avait invité, celui-ci s’approcha d’elle et lui posa une question…étrange. Elle l’observa alors interloquée, et puis elle comprit finalement la logique de Vart !


« Non non, il ne se bat contre personne…en fait ile st très…comment dire…hummm, il aime les choses de l’amour, c’est un bourreau des cœurs, il aime plaire aux filles et il s’amuse de ta présence, même si je crois qu’il est… »

Elle se retourna alors vers Peter.

« …Jaloux… »

Elle fit un clin d’œil à son frère qui baissa la tête sans rien dire et se retourna vers son invité. Elle posa chacune de ses mains sur l’un de ses pectoraux et les fit glisser le long de son torse pour enfin lui prendre els mains, et le tirer vers la chaise vide à côté de Lucie, qui commençait à s’impatienter.

« Assieds toi…on va manger comme cela »


Une fois qu’il eut prit place, elle se dirigea vers la cuisine et apporta les dernières petites choses puis elle prit place à son tour. Elle était face à Vart et le déshabillait du regard. Néanmoins, elle ne se servait pas de son don, elle aimait tout aussi bien la spontanéité. Personne ne parlait et elle se demandait bien pourquoi.

« Alors Vart, tu ne dis rien ? Tu sais où tu vas dormir cette nuit ? Ou tu veux rester ? On a une chambre d’amis si tu le souhaite….sinon… »


Elle laissa sa phrase en suspens en voyant le regard plutôt désagréable du frère. Lucie elle sourirait à s’en décrocher la mâchoire.

« Arrête de faire cette tête miss, mange plutôt !! », la réprimanda t-elle avec un rictus amusé.

[encore une fois ne te gênes pas pour faire agir la famille si tu veux^^, et désolée du retard mais jsuis plutôt occupée en ce moemnt]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une invitation fort sympathique [Cissée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une invitation fort sympathique [Cissée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [18+]Plus fort que Renaud et Gérard Majax.
» invitation au baptème de doctorgradus
» Dofus, plus fort que meetic (dixit Demos :p)
» Regroupons-nous pour être fort ! (liste selon les serveurs)
» [Invitation] Messe pour Sainte Calandra à Bourges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*Le Pavillon de Verre*~~* :: Demeures et Autres Habitations :: Demeure de Cissée-
Sauter vers: