Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Malsaine fraternité ?[Namibe]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Malsaine fraternité ?[Namibe]   Dim 27 Avr - 22:34

Plus elle avançait, plus elle se rendait compte que son état n'était guère reluisant. Ses pas étaient lourds et traînants, et chacun d'entre eux éveillait de petites douleurs un peu partout. De toute évidence, il aurait été sage de rester quelques jours encore au lit... Mais Namibe n'avait pas le courage de cela... Et puis, elle était pressée de découvrir une nouvelle vie. Elle ignorait toujours de quoi elle allait être faite, mais cette fois-ci, l'inconnu était de loin plus appréciable.
Ce qui aurait pu la retenir ici, c'était finalement Dan. Aussi avait-elle ressentit un soupçon d'appréhension en passant devant les quartiers de celui-ci. Mais il ne s'était rien passé. Dan avait sans doute à faire, et elle supposa qu'il devait vadrouiller à droite à gauche. Finalement, tant mieux.

Elle poursuivit sa laborieuse avancée, jusqu'à finalement atteindre la sortie de la guilde. La lumière lui semblait trop vive, et trop aveuglante. Pour cela, Namibe était pressée de retrouver le gris continent. Mais elle avait trop vite cru les dés jetés, car une voix qui lui était familière l'arrêta sur le pas de la porte. Il n'était pas bien loin, en fin de compte.

Elle leva une main pour protéger ses yeux, pourtant déjà sous la capuche, et fronça le nez en découvrant ses dents. Lorsqu'elle se fut suffisamment habituée pour le discerner, elle poussa un léger soupir, et s'approcha de lui. S'adossant à une barrière, la capuche toujours basse sur son visage, elle croisa les bras non loin de lui et garda le silence quelques longues secondes. Ca, ils n'en avaient pas parlé, lorsqu'il l'avait ramenée. Il n'avait jamais été question qu'elle s'en aille. Elle fronça les sourcils, avant de dire d'une voix lointaine : "Je pense que oui"

Dan ignorait ce qu'elle allait devenir, maintenant que son passé était mort. Mais surtout, il ignorait ce qu'elle ne deviendrait jamais. Elle leva le menton pour le voir et déglutit difficilement, les bras toujours croisés sur sa poitrine.

"Je crois que cela vaut mieux pour tout le monde ici... Tu ne crois pas ?"

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Dan Ryu
Humain:
*Chef de la Guilde des Chevaucheurs d'Ombre*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 218
Localisation : Dans la propriété de sa Maîtresse
Rang : Serviteur de Leïa
Race : Humain
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: Malsaine fraternité ?[Namibe]   Mar 6 Mai - 0:20

Dan ne posa pas le regard sur elle. Il n'osait pas poser ses yeux sur Namibe... Comme s'il avait peur d'y succomber. Il pouvait la situer rien qu'à son odeur caractéristique et au rythme de son cœur encore affaibli. Une partie de lui la désirait ardemment, mais son esprit restait maître de son corps. La vue dans le lointain, il poussa un long soupire avant de lui répondre.

"Ce que je crois n'a guère d'importance de toute façons. Ce dont j'ai envie non plus."

Son ton était cynique. Il n'avait pas prévu le départ de son bras droit et ne pouvait lui donner sa bénédiction. Elle était essentielle pour lui, sur le plan professionnel et surtout sur le plan affectif. Pourtant il ne pouvait la retenir: il n'en avait ni le pouvoir, ni l'envie. Namibe était Namibe car libre et farouche. Rien ne semblait pouvoir changer cela.

"Ici tu ne te sens pas chez toi, je le sais. Une partie de moi vit la même chose. La partie qui tient à toi comme elle ne le devrait pas. Mais je ne te retiendrais pas. Je me suis toujours gardé de décider pour toi. Même mes ordres, je sais que tu ne les as accomplis que parce que tu les acceptais. Je ne ferais rien pour te retenir."

Il ressentait un grand désarrois. Ce qu'il tentait de cacher, mais Namibe le verrait sûrement. Il était persuadé qu'elle pouvait lire en lui dans une certaine mesure. Il glissa une main dans sa manche pour en retirer un foulard de soie blanche. Un motif s'y voyait, une épaisseur dans le tissu. Comme une fleur blanche, sur un fond blanc. Il fit un léger nœud avec la soie autour d'un de ses poignards de lancer. Un sourire mi-amusé mi-dégouté se lisait sur ses lèvres.

"J'ai toujours eu un goût idiot pour les cadeaux je crois. Idiot..."

Il jeta sans même regarder le poignard en direction de la porte près de sa désormais ex bras-droit. Avant de lui lancer un regard direct, farouche et ému. Dans ses grands yeux noirs perlaient des larmes, luisantes dans le soleil matinal.

"Je suis un idiot de sentimental! Mais tu me manqueras. Garde le foulard, souviens-toi de moi je te pris. Sa voix était rauque, sa douleur palpable. Il eut un rictus. Et prends soins de toi!"

Il se détourna brusquement et couru vers son coursier, sans se retourner une seule fois.

*Shad!*

A peine eut-il posé sa main sur le cuir écailleux qu'ils avaient disparus, Shad et Dan, pour soigner cette peine qui leur était commune.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Malsaine fraternité ?[Namibe]   Mar 6 Mai - 22:01

"Ce que je crois n'a guère d'importance de toute façons. Ce dont j'ai envie non plus."


Etait-il dans le vrai ? Namibe se le demanda. Elle se demanda s'il avait raison de croire que ce qu'il pensait ne lui importait pas. Elle-même ne savait pas encore ce qu'il en serait. Elle fronça les sourcils sous sa capuche et déglutit de plus belle. Elle aurait dû en parler avec lui, à présent, c'était trop difficile. Elle avait envie de lui expliquer, mais elle n'en fit rien. Et comme s'il avait compris qu'elle ne lui ouvrirait pas les portes de sa vérité, Dan analysa par lui-même cette décision. Alors c'était parce qu'elle n'était pas chez elle qu'elle partait ? Il avait sans doute raison, d'un côté... Mais il se trompait lourdement par ailleurs. Il se trompait dans le rôle qu'il avait joué, pensait-il, pour elle. Elle fronça plus encore les sourcils, et amorça même un geste vers lui pour démentir ce qu'il venait de lui énoncer, mais elle fut coupée dans son élan par le geste qu'il eut alors. Elle le regarda sortir le foulard blanc, puis la dague de lancer... Puis ce sourire.

Elle ne le lui avait jamais vu, et se sentie comme transpercée par le remord. Elle le faisait souffrir, elle brisait quelque chose. Mais que briserait-elle encore en restant ? Son cœur, sa vie ? Elle sentit sa gorge se serrer et préféra regarder ailleurs en tournant la tête lorsque la lame se tanqua dans le bois. Elle avait décidément perdu tous ses réflexes. Il venait de la surprendre.

Lorsqu'elle reporta son regard vers lui, ce fut pour voir le sien, ému... Etait-ce vraiment Dan Ryu, qui se tenait face à elle ?
Qu'ai-je donc fait de toi, Dan ? songea-t-elle avec une profonde tristesse. Lorsqu'il se retourna, elle voulut le suivre, mais étant donné son état, c'était peine perdue. Elle n'avait pas fait trois pas qu'il s'était évanoui dans les ombres. Elle resta, pantoise et instable sur ses jambes de faon, au milieu du petit enclos où elle avait trouvé son ancien Maître.

L'homme souffrait par sa faute, et elle n'avait rien fait contre ça. Elle ne s'était pas attendue à ce qu'il réagisse si vivement... Le plus juste aurait été de dire qu'elle ne se l'était pas demandé. Aurait-elle décidé de cela si elle avait prévu une telle chose ?

Elle tomba à genou, assommée par la scène qui s'écoulait entre les doigts de sa mémoire comme du sable. La faiblesse l'assaillant, elle resta voûtée dans la terre, le visage bas et toujours recouvert de sa capuche noire. Elle était une ombre, unie et sombre, comme toujours... Mais aujourd'hui, elle était plus voyante qu'elle ne l'avait jamais été. Parcourue d'un frisson, elle tenta de se relever et se dirigea vers la porte pour saisir le poignard. Elle peina à le dégager du bois, puis y parvint avec un rictus. La soie coulait entre ses phalanges comme de l'eau. Ce contact était terriblement doux... Sans doute était-ce la dernière caresse que Dan comptait lui offrir. cette idée éveilla quelque chose au cœur de ses tripes, qui la fit se mordre la lèvre presque jusqu'au sang. L'envie.

Il lui avait dit qu'elle lui manquerait, mais lui lui manquait déjà un peu. Cet homme avait eu plus d'importance pour elle qu'elle ne s'en était aperçu, et il se trouvait qu'en fin de compte, elle ne quittait pas l'île sans un gros pincement au cœur.

Ses yeux se perdirent dans les couloirs tortueux des quartiers de son ancienne guilde... Elle ne pouvait pas partir comme ceci.

-----------------------

Dan...

Je suis navrée de ne pas avoir pris la peine de parler avec toi de mon départ... A vrai dire j'espérais même partir en catimini. Tu ne voulais pas me poser de questions au sujet de ce que j'ai fait chez moi, mais je répondrais, je l'espère à certaines d'entre elles en quelques lignes.
Te souviens-tu de notre première entrevue, au phare ? Je t'y ai dis que j'avais été la protégée d'une guilde aujourd'hui éteinte. Son nom était la Guilde Blanche. Je n'y détaillerais pas mon rôle, car ce serait pour moi revenir sur des souvenirs qu'il me faut dépasser à présent. Là d'où je viens, les guildes sont fort peu fréquentables... Or, je suis la fille unique d'un très important notaire. Comme tu t'en doute, cet homme qui m'offrit mon regard sanguin n'était guère enclin à me voir lui échapper dans les rangs de la lie de ma bien-aimée cité.

Il ne me récupéra pourtant pas, et décida d'en venir à un moyen plus expéditif afin de me détacher à jamais de mes frères.

Tous furent massacrés sous mes yeux. Mes mentors, mes frères, la chair de ma chair s'est écroulée comme des remparts face à l'invasion des misérables pourritures que sont les Stark. Loin de revenir la queue entre les jambes implorer la grâce de mon père, je tuai son bras droit et fuis pour le seul véritable asile dont parlaient les tables d'Alchimie que je m'étais échinée à décoder, des mois durant : Ynis la lumineuse, l'île gardée par le sceau de la grande Stellae. Tu me connais assez pour te faire une idée de l'importance que j'accorde à de telles choses... Je n'avais rien à faire du verre, du cristal, du bon temps et de cette foutue Déesse... S'il te plait, pardonne le blasphème que je m'apprête à faire, mais je pense que Stellae s'est trompée. Je ne méritais pas sa protection, ni son amour. Aujourd'hui encore les raisons qui firent que je pus monter à bord de la barque me sont étrangères. Je pense que c'est parce que je ne suis pas montée seule. J'ai suivi Syamoc, te souviens-tu de lui ? Candide Syamoc, assez simple pour que l'île lui ouvre ses portes. Et à moi par la même occasion.

Par la suite, elle m'a acceptée, mais là encore je n'y comprends rien. Je ne fuyais ni la mort ni les ravages. Moi qui n'étais qu'une vulgaire ombre, sale et aux mains couvertes du sang des justes, je fuyais les mondanités d'une vie correcte.

Tu dois me trouver minable, à présent que tu sais ce qui m'a poussé dans tes rangs, Dan... et peut-être comprends-tu pour quelles raisons je me sens indigne de vous tous et de cette île...

J'ai vengé ma guilde et l'ancienne moi. J'ai tué Lord Stark, mais j'ai également tué Namibe... Cela te paraîtra étrange, mais je ne suis plus torturée, je ne suis plus rien. Je n'ai plus de morale, pas même une morale d'assassin. Je n'ai plus de camp... Je ne défendrais plus les justes, Dan, même pour toi.
Tu m'as dis, tout à l'heure, que je n'avais accepté tes ordres que parce que j'étais d'accord pour le faire, que parce que c'était ce que j'aurais fait... Mais tu te trompais. Si j'ai accepté tes ordres, c'est parce qu'ils venaient de toi. Je crois que tu n'es pas capable de comprendre ce que tu représentais pour moi. Peut-être aurais-tu su éviter toute cela, toi... Mon voyage, et puis ce départ, maintenant. Non, j'en suis même sure, tu aurais pu faire ceci. Mais tu étais trop humble pour le faire. En toi, dès le premier jour, celui où tu m'acceptas à tes côtés comme seconde, celui des épreuves... J'ai vu en toi le digne Maître d'une guilde potentiellement puissante. Presque autant que la Guilde Blanche. Mais il manque aux Chevaucheurs ces liens de sang que nous avions. Il leur manque un chef qui oserait se poser en Maître sur eux tous. J'aurais aimé que tu acceptes d'être le ciment qui m'aurait liée à ton idéal. Jamais je n'aurais été sincèrement d'accord avec ceci, mais tu aurais disposé de moi comme tu l'aurais voulu... Je serais restée à tes côtés comme une arme implacable et docile... Je serais devenue pour toi ce que j'étais pour feu mes frères : exactement ce que tu aurais désiré.

Je crois que tu me prends pour plus inaccessible que je ne le suis en réalité. Je ne suis que l'enfant des guilde. J'ai été sculptée par mes mentors pour ceci, pour cette vie de meute... Je suis faite pour le sacrifice et l'obéissance... Mais jamais tu n'as su accepter ceci. Et je sais qu'en lisant ceci, l'idée te semblera toujours aussi révoltante.

Sans un contrôle j'aurais été trop destructrice pour Ynis. Et srutout pour toi, Dan. Tes valeurs sont ta plus grande valeur, ton courage, ton abnégation... Ta bonté. Tu es un homme de Bien. Ne laisse pas les lois te faire croire le contraire. Ne perds pas ton temps à tenter de t'imputer de viles intentions parce que tes sentiments ne sont pas les "bons"... cela n'enlève rien à ta valeur, à la beauté de ton être. Moi par contre, je t'aurais émaillé... Je suis une ombre, mais toi, tu n'en es que le maître... Pour toi je ne devais être qu'une arme... C'était le seul moyen de te protéger.

Le désir de rester auprès de toi est immense, mais je ne me résoudrais pas à rester tant que cela risquera de t'abimer. Mais je ne vais pas loin. Je réalise que je ne pourrais partir trop loin... Peut-être ai-je encore envie que tu deviennes mon Maître pour de bon. J'ai encore envie de te donner une chance d'user de moi comme d'une arme... Si tu devais avoir besoin de moi, et si tu le désirais, sâche que je serais toujours près. Je m'établirais dans un endroit dont tu auras connaissance...

A présent je te fais mes excuses pour tout ce que je t'aurais fait souffrir... Laisse moi une chance de me faire pardonner... Rejoins-moi à la nouvelle Lune là où pour la première fois j'ai découvert un peu de toi. Faute de mieux, je dormirais au phare pour le moment.

Je t'en pries...

Et ne t'inquiète pas pour moi, je sais m'en sortir... Je ne risque rien.



Son écriture était difficilement lisible tant elle tremblait. Pourtant elle était toujours finement étirée, délicate... Elle déglutit... Une larme vint rouler sur sa pommette. Elle reposa la plume sur l'énième feuille qu'elle avait entaché de son misérable message d'au-revoir, puis écrivit un dernier :

Pardon.

Namibe


Avec un rictus, elle se redressa. Elle avait laissé cela sur le bureau de Dan. A présent, elle pouvait s'en aller. Elle pouvait s'envoler pour sa nouvelle vie...



[FIN DU TOPIC POUR NAMIBE]

_________________

set sous copyright ©2008 ~Yukiran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Malsaine fraternité ?[Namibe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Malsaine fraternité ?[Namibe]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [CF2011 - Mêlée] Fraternité sans bannière : 4eme Place
» La Fraternité au Lion
» [Joute] La fraternité sans fraternité
» Les chiens aboient, la Fraternité passe (ou pas...)
» [CE]Lanni Fraternité à optimiser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*La Cité de Verre*~~* :: La Guilde Des Chevaucheurs d'Ombre-
Sauter vers: