Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Exil ( PV Arwana )

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Exil ( PV Arwana )   Mer 26 Sep - 21:59

Trois mois s’étaient écoulés depuis le jour ou Zane avait quitté Ynis Witrin pour se rendre sur le continent. Au moment de ce choix, Namibe se trouvait encore à ses côtés avant qu’il ne parte pour une durée qu’il n’avait pas définie alors. Aujourd’hui encore il ne savait pas quand il rentrerait sur l’île et il gardait secrète la raison de ce départ si soudain. Désormais il vivait en compagnie de son compagnon de toujours : Hakouryo. Tous deux avaient trouvé les vestiges de ce qui fut une petite cabane en bois dans un arbre au tronc tout simplement démesuré et au branchage qui semblait presque venir toucher les nuages. Le gardien ne cherchait en aucun le confort mais il avait tout de même restauré en partie l’endroit afin de pouvoir s’y reposer convenablement, notamment lorsque ces périples le menaient à des entraînements toujours plus rudes. En effet, les entraînements qu’il s’infligeait étaient chaque jour plus violents car il ne pouvait oublier son passé qui était le futur de cette époque. Il savait qu’il devait devenir beaucoup plus fort qu’il ne l’était s’il voulait pouvoir tenter de changer le cours des choses.
A présent, après toutes ces semaines d’errance il fallait reconnaître qu’il avait changé physiquement. Ses muscles s’étaient plus développés tandis que son corps se marquait encore davantage de blessures. Enfin, il n’était plus vraiment à cela prêt et puis avait-il quelqu’un pour aimer ce corps au final ? Celle qu’il avait épousée dans son passé l’aimera-t-il un jour ? Enfin, cela avait-il de l’importance en sachant qu’il mourrait bientôt de son art qu’il cachait encore et toujours de ces gants noirs ? Il ne voulait pas penser à tout cela mais que faire d’autre alors que la nuit le plongeait dans le silence ? D’ailleurs, aujourd’hui, alors qu’il venait de terminer un entraînement, il restait adossé sur l’un des murs en bois de la cabane à regarder cette sphère d’eau si précieuse dans laquelle était contenue de si nombreux souvenirs qu’il avait gravés avec Namibe et d’autres habitants de l’île. Son regard redevenait celui d’un être tendre comme ces souvenirs qui s’enchaînaient comme une douce mélodie réconfortante à la fois pour lui mais aussi pour son reptile aux écailles blanches qui se tenait sur le bras gauche de son maître.
Hakouryo était en mesure de ressentir les sentiments de son maître tant son empathie avec lui était développée après toutes ses années et épreuves passées ensemble et aujourd’hui il savait que derrière la douceur de ces souvenirs se cachait également une fureur qui rongeait son maître depuis son départ de l’île. D’ailleurs, Zane venait de lancer la sphère d’eau contre le mur situé en face d’eux avant de pencher la tête en direction du sol tout en serrant fermement son poing droit.


- « Hakouryo, dis-moi que tous ces sacrifices n’ont pas été vains. Je dois tout faire pour changer le cours des choses. »

Le dragon se contenta simplement de lever la tête vers lui, attendant une autre réaction qui ne tarda pas à venir de la part de son dragonnier.

- « En tout cas, tout ce que nous faisons en ce moment ne sera pas inutile. Nous devons absolument être prêts pour les combats qui s’annoncent. Je dois accepter le sort qui m’attend car une nouvelle étape vient d’être franchie et elle a eu lieu bien plus tôt que prévue… La fin est proche mon ami. » dit-il presque honteux car il savait ce que pouvait ressentir ce petit être qui était à ses côtés depuis le jour où sa mère fut assassinée alors qu’il n’était qu’un enfant.

Soudain, il ressentit une aura s’approcher de l’endroit où ils se trouvaient. Très rapidement, il tenta d’identifier cette aura qui lui était familière. Pour le moment, il n’était sur que d’une chose : cette énergie n’était pas agressive mais sa présence en un lieu si reculé était tout de même troublante. Il prit alors sa cape déchirée qu’il déposa sur ses épaules avant de se déplacer de branches en branches avec agilité tandis qu’Hakouryo faisait le même chemin en volant près de lui. Durant ce temps, il tenta de mettre un nom sur cette présence et ce n’est qu’arrivé au sol, alors que cette personne était toute proche maintenant qu’il finit par connaître l’identité de cette personne.

* Arwana, que fais-tu dans un endroit pareil si loin de l’île ? * songea-t-il.

Il fit alors les quelques pas que le séparaient de l’endroit d’où se dégageait cette énergie aussi douce que par le passé. Comment allait-il l’accueillir lui qui avait si subitement mis une barrière entre lui et Ynis Witrin ? Et pourquoi se trouvait-elle là ? Beaucoup de questions pour un homme qui n’était plus vraiment le même. Sur l’île, il aurait été doux mais sur ce continent, il était froid. Il le serait avec elle car pour le moment il ne pouvait pas revenir sur l’île et encore mois s’attacher à quelqu’un qui en venait même si cet attachement était déjà présent depuis une époque que lui seul connaissait.
Sortant de l’ombre, il s’adressa donc à elle en se tenant droit même si la fatigue et les blessures ainsi que l’usure et l’exil se sentaient aisément sur lui. Froid mais posé, il prit alors la parole et décida de ne pas dévoiler son identité.


- « Nous n’avons pas l’habitude de voir beaucoup de visiteurs par ici et les lieux sont plutôt inhospitaliers entre les démons et autres créatures. Il en va de même pour nous alors je ne saurai mieux vous conseiller de rebrousser chemin et de retourner vers la lumière car l’ombre n’a rien de bon sauf pour celui qui lui offre son existence. » dit-il d’une voix partagée entre dureté et douceur.

Immobile, il fixait désormais la jeune femme en attendant sa réponse tandis que des souvenirs se rappelaient à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Mer 26 Sep - 23:44

Le continent…Un lieu de misères, de mort , de solitude et de tristesse. Pour Arwana, ce lieu était synonyme de honte et de solitude tout comme de tristesse. Elle avait tout perdu en ce lieu, tout ce qui avait fait son chez elle sur ce morceau de terre n’était plus. Plus aucun lien, plus personne pour l’aimer de quelque façon que cela soit. Elle avait simplement fuit pour trouver un ailleurs, pour chercher la paix qu’elle avait trouvé à divers prix, plus ou moins honteux pour elle est son corps. Mais à présent, elle avait trouvé des amis, des gens qu’elle aimait beaucoup, comme Miyu, Arwin, ou encore Aerandir, Lily et Wiliyn pour ne citer que les plus proches, ceux avec qui le contact avait été particulier. Puis elle avait aussi un travail plaisant, plus que tout des gens qui l’appréciaient réellement pour ce qu’elle était.

C’était étrange car avec le nombre d’années qu’elle avait passé à errer dans les rues, cherchant sans cesse de la nourriture et trouvant des jobs pas toujours gratifiant, nous aurions pu penser qu’Arwana deviendrait une jeune fille peu confiante, solitaire voire même acariâtre. Mais non il en était tout autre, elle était douce, avec son caractère certes, mais elle savait faire de bons choix, faire des erreurs aussi, tout comme elle savait se lier aux gens, et être heureuse. Heureuse elle l’était raiment auprès du jeune meneur de barque, ainsi que de ses amis. Ils étaient sa famille, son unique famille à ce jour et elle ne savait pas si elle en aurait une autre un jour.

Mais voila, quelque chose la taraudait et l’empêchait de dormir même ; Le continent malgré tous ses dangers l’appelait. Elle ne voulait pas retourner dans son pays natal, ou visiter les tombes de ses parents, il n’y en avait pas. Mais il fallait qu’elle aille sur le continent, elle le savait. Quelque chose l’attirait la bas, son instinct lui dictait lui aussi le chemin à prendre. Comme si une force mystérieuse la tirait vers ce terrain remplit d’embuches. Elle en avait même parlait à Gwidyon son amie la licorne, ainsi qu’à Hedwige la chouette qu’elle avait appelée lors de sa soirée de la kermesse en compagnie de Miyu. Toutes les deux étaient son amie et elles lui avaient conseillé de suivre ce que son cœur lui dictait. Elle avait donc préparé son expédition et avait demandé à Lily de l’aider à aller sur le continent, sachant très bien que cela aurait été plus compliqué avec Miyu, enfin selon ce qu’elle pensait. Lily elle même n’avait pas été facile à convaincre, elle voulait protéger Arwana, qui d’ailleurs l’en remerciait, mais elle se devait de se rendre là bas et puis elle était armée et possédait ses capacités.

Sa traversée avait donc finalement eu lieu le matin, et auprès de Lily la dryade bonne vivante et joyeuse, le chemin avait été un délice de rires et de joie. Et une fois qu’elle avait mis pied à terre après une accolade avec son amie, Arwana, armée de sa lance en argent de son arc et de son carquois s’était enfoncées dans la forêt, fermant son esprit pour qu’aucun démon ne puisse la sentir. Certes elle se fermait à tout mais on n’était jamais trop prudent en ce lieu de désolation. Soudain, elle sentit une présence, non loin d’elle. L’elfe commença alors à se méfier grandement. Elle raffermit sa prise sur la lance qu’elle tenait bien droite et prête à frapper. Une personne apparut alors devant elle. Un homme. Assez grand et plutôt musclé ; Arwana s’arrêta nette. Il lui parla alors d’une voix plutôt glaciale. Elle n’avait aucune idée de qui il pouvait être, amis fidèle à elle-même, malgré le conseil fort bien construit que lui donnait cet étranger, elle resta planté là, impassible.


« Qui me dit que vous n’êtes justement pas un démon ? Qui êtes vous d’abord pour aborder quelqu’un comme ça ? En outre si je suis ici c’est que j’ai mes raisons, et comment pouvez vous être sûr que je ne suis pas d’ici et que je viens de quelque part où la lumière règne ? »

Arwana restait très sceptique quant aux intentions de cet homme, et sa lance était vraiment prête à entrer en action. Ce n’était pas une combattante, mais les années dures qu’elle avait passé sur le continent l’avaient entraînée. Mais ce qu’il ne l’aidait pas vraiment était le fait qu’elle se refusait d’ouvrir son esprit à quiconque, elle ne pouvait donc pas savoir les intentions de son interlocuteur. La tension montait…

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 27 Sep - 1:08

Qui était-elle pour lui ? Etaient-ils proche dans le passé ou juste de simples connaissances ? En fait, ce n’était ni l’un ni l’autre. Tous deux s’étaient parlés mais leur relation n’avait pas été au-delà à cause de cette maudite guerre. Toutefois, il la considérait comme une femme particulièrement attentionnée à l’égard des autres qu’elle faisait toujours passer avant elle. Comme beaucoup, elle souffrait probablement d’un lourd passé mais tous deux n’en avait jamais parlé. Comment le savait-il alors ? Peut-être parce que certaines souffrances ne peuvent se cacher même avec tous les efforts possibles. Quoi qu’il en soit, l’occasion de la connaître davantage s’offrait à lui mais malgré cette douceur qu’elle dégageait, tout comme ses souvenirs qu’elle lui rappelait, il ne pouvait saisir cette chance car il devait rester seul pour le moment. Il continua donc à ne rien dévoiler sur lui-même et à rester distant, immobile face à celle qui se tenait devant lui sur ses gardes.

En écho à ces propos, ces réponses furent des questions. Ne pas y répondre serait une erreur mais trop s’aventurer en palabres en serait une également. Plus que d’ordinaire, le dragonnier devait peser ses mots pour ne pas se trahir. En tout cas, il n’adopta pas d’attitude combative même si sa lance était accrochée dans son dos.
Elle lui demanda tout d’abord s’il n’était pas un démon. La réponse à cette interrogation était bien difficile car le gardien ne savait même plus ce qu’il était depuis qu’il avait franchi cette étape dans son art d’invocations. Que répondre alors ? Une vérité froide peut-être…


- « Un démon ? Probablement oui mais je laisse le soin de cette appellation à ceux que je combats. Quoi qu’il en soit, ceci devrait partiellement répondre à votre deuxième question à laquelle je n’ai rien à ajouter si ce n’est qu’il faut être prudent dans cette partie de la forêt et que toute personne peut représenter un danger. Ainsi, si je me présente à vous de la sorte c’est afin de vérifier que vous n’êtes pas de ceux-là. »

Finalement, il est vrai que c’est d’abord lui qui s’est présenté subitement à elle. A présent, il se demandait même pourquoi il n’était pas resté dans sa cabane. Etait-ce un acte dicté inconsciemment afin de briser cette solitude humaine de plus de trois mois ? Il commençait à effleurer cette idée. Toutefois, il ne voulait pas s’y attarder et répondit aux dernières questions posées.

- « Je n’ai effectivement pas à vous demander ce que vous faîtes là car votre sort vous appartient après tout mais ce dont je suis sûr c’est que vous venez bien de la lumière car l’aura que vous dégagez est douce. Ce n’est pas celle de quelqu’un qui triche ou se camoufle. C’est plutôt l’aura d’une personne bienveillante mais également celle d’une tristesse dissimulée. » répondit-il avec un peu plus de douceur pour la dernière phrase.

Indéniablement plus dur que sur Ynis Witrin, Zane n’en restait pas moins sensible à ceux qu’il avait connu autrefois, à tous ces gens tombés au combat pour défendre l’espoir. Ce qu’il venait de vivre ces derniers jours avait effacé une grande part de sa douceur mais celle-ci revenait à lui. En tout cas, il ne devait pas dévoiler cette part de lui-même et pour cela, peut-être devait-il mettre un terme à cette rencontre. Pourtant, il ne voulait pas la laisser aller plus profondément dans cette forêt ou il y a peine trois jours il affrontait un groupe de monstres nomades s’attaquant aux personnes s’égarant dans les bois. Il prit donc à nouveau la parole.

- « Inconnu je suis, inconnu je resterai pour vous mais je tiens quand même à vous dissuader d’aller plus loin si tel est votre but car de nombreux démons vivent dans cette forêt et leurs aptitudes leurs permettent de s’y dissimuler tels de parfaits caméléons. Votre aura est pure et cette obscurité risque de vouloir vous engloutir. » dit-il en plantant sa lance à doubles lames dans le sol meuble.

Comment réagirait-elle à ce mutisme ? Que faisait-elle là ? Il l’ignorait encore mais les réponses ne se feraient peut-être pas attendre longtemps.
Etrangement, il se demanda aussi si elle connaissait Namibe… Lui qui s’était coupé de l’île la revoyait finalement revenir à grands pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 27 Sep - 10:40

Arwana observait l’homme visiblement perplexe et méfiante. Il y avait de quoi de toute manière, elle était sur le continent et comme l’avait bien dit ce mystérieux personnage, les démons rôdaient. Elle avait passé assez de temps seul dans les misères de ce monde pour en être au courant, mais son instinct lui avait dicté cette expédition aussi sur de bons conseils, elle l’avait suivi. Peut être, après tout que c’était pour rencontrer cet homme ? Non, quand même elle n’avait pas ce pouvoir. Mais il était vrai que beaucoup de personnes lui avaient dit avoir, à un moment donné de leur séjour sur Ynis, été influencé par la déesse Stellae. Encore une fois, l’elfe ne savait pas trop que croire. Pourtant elle restait là plantée sans bougée et assez démunie ayant fermé son esprit aux attaques et aux intrusions externes.

Peut être après tout qu’elle avait fait une bêtise en venant sur le continent, peut être était elle encore tombée sur un de ces démons enjôleur qui après avoir séduit la femme la dévorait sans vergogne d’une manière ou d’une autre à l’image des Incubes ou des vampires pervers. Malheureusement pour eux, elle en avait déjà rencontré et ils n’avaient pas fait un pli. Mais lui, agissait étrangement, plutôt à la manière d’un messager du destin, son ton, ses mots, lui rappelaient étrangement une divinatrice qu’elle avait rencontré peu de temps avant d’arriver sur Ynis. Il s’expliquait mais son ton ne laissait aucune échappatoire, et ne dégageait pas vraiment d’émotion. Comme elle aurait aimé se servir de son empathie. Mais cela pouvait être un bon test aussi pour elle.

Etrangement, il répondit à ses questions. Elle ne les avait pas posé pour recevoir une réponse, mais plutôt pour qu’il la laisse tranquille et qu’il voit qu’elle était tout de même maîtresse de son destin ! De plus ce n’était parce qu’elle était elfe et femme qu’elle était de la lumière. Son âme entière était voilée par els démons du passé. Alors certes Ynis était le paradis, surtout pour elle qui savait apprécier sa chance en ce moment. D’ailleurs, elle se sentait tellement bien là bas, qu’elle ne possédait même pas de chambre à l’auberge ou quoi que ce soit. La plupart du temps elle dormait en pleine forêt ou auprès de ses chevaux. Si par miracle elle réussissait à avoir froid, et bien là elle pouvait aller à l’auberge tenue par Engel, une jeune fille très gentille qu’elle avait rencontrée il y a peu. Mais voilà, bien que l’île était lumière, tout son être ne l’était pas. Peut être la Arwana du présent était différente de celle du passé, certainement même, mais elle resterait à jamais hantée par ce malheur qui l’avait entouré durant ces huit ans d’errance.

La palefrenière écouta attentivement ce qu’il avait à dire alors. Ainsi, il se considérait « démon » mais els combattait. Là il y avait vraiment quelque chose qu’elle ne saisissait pas. Peut être venait il de l’île alors, peut être était il démon repentit, elle en avait déjà rencontré sur Ynis après tout. Mais vu le monde qu’elle apercevait à l’écurie, elle n’aurait su dire qui à l’heure actuelle. Mais elle le laissait continuer sans l’interrompre. Pour une fois elle paraissait beaucoup moins bavarde ! Il lui parla alors de son aura. Mais qui était-il pour dire de telles choses ? Cette question revenait sans cesse, à chaque mot qu’il prononçait. C’était étrange la sensation qu’avait Arwana. De plus il évoquait des vérités. Arwana se sentait maintenant plus mal à l’aise avec se personnage. Elle l’observait à la fois curieuse, mais aussi sur ses garde et perplexe. Elle restait parfaitement immobile sa main tenant fermement sa lance d’argent.

Sa voix était aussi plus douce, mais sur une dernière réplique, il lui demanda de repartir chez elle, de ne pas avancer à cause des démons et il remit sur le tapis sa pureté. Comme cela l’agacé que tout le monde la croit si douce et si pure, alors qu’elle pouvait être hargneuse et que son corps avait été depuis longtemps Sali. Miyu avait fait la même erreur, mais il savait à présent. Elle le regarda alors une fois qu’il eut finit, du moins le pensait elle.


« Vous voulez garder votre identité, soit je ne vous oblige à rien ! Cependant je ne sais pas qui vous êtes, et votre manière de parler, bien que m’étant familière par certains côtés ne me fera pas retourner d’où je viens. Au contraire, votre connaissance de ma personne, ou du moins ce que vous croyez croire sur moi ne me met pas en confiance. De plus certains de vos jugements sont erronés, à savoir, l’habit ne fait pas le moine ! »

Tout comme lui elle resta vague et mystérieuse, après tout elle ne connaissait pas cette personne qui pourtant laissait en elle un sentiment de familiarité. Elle avait la sensation que quelque chose avait provoqué cette rencontre, mais elle n’avait pas confiance. Alors elle se détendit, puis ne trouva plus d’inconvénient à ouvrir son esprit un peu à la forêt. Elle prenait pourtant garde aux ondes qu’elle pouvait dégager, pour ne pas que l’on puisse sentir ce qu’elle pensait ou même ressentait. Elle prit alors sa lance la renversant un peu puis reprit sa route en passant près de l’inconnu sans peur. Elle entendit alors « Non Arwana ne fait pas cela il a raison, il est de notre côté ». A deux pas derrière l’homme lorsque ces mots avaient raisonnés dans sa tête elle s’arrêta net, et se tourna de suite vers lui.

« La manipulation mentale est inutile avec moi ! », lui dit elle alors, persuadée que c’était lui qui jouait avec elle.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 27 Sep - 12:41

Face à lui, Arwana restait méfiante et il pouvait sentir, tout d’abord par ses gestes, que les mots qu’il prononçait la dérangeaient quelque peu. Ce fut notamment le cas lorsqu’il lui parla de l’aura qu’elle dégageait et donc du jugement qu’il avait fait sur elle.
Il se serait donc trompé ? Peut-être oui, car comme tout être, il n’était pas infaillible. En tout cas, il comprenait que la jeune femme ne se considérait pas comme douce, pourtant, l’aura était la signature de l’âme et ne pouvait mentir. Selon le dragonnier, l’énergie propre à une personne est le meilleur indicateur concernant sa nature. Ainsi, un être mauvais ne peut pas passer inaperçu bien longtemps tant la haine qu’il apporte avec lui est perceptible par ceux à qui il la donne. Ces énergies haineuses, il les connaissait par cœur tant elle furent permanentes durant la guerre… Chaque jour, elles étaient plus nombreuses et plus avides d’exterminer celles des derniers survivants de l’île dont il faisait parti… Enfin, il commençait à s’éloigner du sujet principal et reporta son attention sur la jeune femme se trouvant tout près de lui. Elle estimait qu’il tentait de la mettre en confiance et, étrangement, ces quelques mots suffirent à le faire réagir, tous comme ceux qui suivirent d’ailleurs.


- « Je vis seul en compagnie de mon dragon alors pensez-bien que je ne cherche pas à ce que l’on ait confiance en moi ! Votre vie vous appartient et je tentais simplement de vous mettre en garde contre les dangers qui rodent ici. Enfin, si vous êtes en mesure de les affronter alors qu’il en soit ainsi mais sachez que le monde n’est plus ce qui l’était… » dit avant de faire quelques pas sur sa droite.

Sans regarder Arwana, il commença à lui transmettre certaines de ses connaissances. Durant ces trois mois en dehors de l’île, repérer les ennemis avait été l’un de ses objectifs qu’il avouait ainsi indirectement.

- « A l’ouest d’ici, dans le désert se trouve une armée d’esprits. Ils appartiennent à un peuple de nomades qui ont été exterminés il y a peu par une armée de créatures géantes semblables à des insectes vivants sous le sable et remontant à la surface pour engloutir ses proies. Ces monstres ne laissent aucune chance à leur adversaire et toutes ces morts violentes font aujourd’hui que les âmes de ces victimes hantent les lieux et s’en prennent à ceux qui oseraient traverser le désert. Dans leur calvaire, ces âmes recherchent donc d’autres compagnons d’infortune et nul ne peut les repousser sans une magie très puissante. » dit-il avec sérieux.

A présent, il se tourna vers l’est.

- « A l’est vous trouverez des montagnes dans lesquelles se trouvent des harpies. Elles peuvent voler et disposent d’une perception hors du commun. Dans des lieux clos, elles ne peuvent pas vous atteindre mais à découvert, personne ne peut leur échapper quand elles chassent par groupe de dix. Parfois, elles s’aventurent jusqu’aux plaines du sud mais c’est plus rare car elles tombent alors sur les différents groupent de démons qui s’aventurent par là et qui les chassent pour s’en nourrir en complément de proies humaines ou démoniaques. »

Pour finir, il se tourna vers le nord qui n’était autre que les profondeurs de la forêt.

- « Devant vous se trouvent toutes sortes de monstres. Difficile de dire qui ils sont tant ils sont nombreux et divers mais leur point commun est leur haute capacité de camouflage. Parfois, ils sont contrôlés par des mages qui les utilisent afin de voler les pouvoirs de leurs victimes et je peux vous assurer qu’ils ont l’avantage du terrain et du nombre. »

Désormais, il porta son regard sur Arwana. Il venait de faire le constat de tous ces dangers qu’il l’avait lui-même rencontré et affronté. Peut-être connaissait-elle toutes ces informations mais la principale devait certainement lui être étrangère car lui seul la connaissait de part son expérience. Lui seul savait ce qui allait bientôt se produire…

- « Le monde est peuplé de toutes sortes de démons et bon nombre de gens osent les affronter mais sachez juste que ce n’est pas tant leur nature qui est inquiétante ces derniers temps mais leur nombre qui a approximativement triplé sur le continent. Il est aujourd’hui indéniable qu’ils se regroupent et finiront probablement par se réunir. Ce jour-là, il faudra les affronter qu’on le veuille ou non car leurs proies n’auront pas d’autres alternatives. »

Zane avait beaucoup parlé cette fois mais il ne considérait pas que cela avait été vain. Il l’avait mise en garde avec des faits et non des mensonges. Toutefois, la jeune femme s’avança et prononça quelques mots plus que troublants. Selon elle, il la manipulait mentalement. Bien que voulant être persuasif, il ne considérait pas qu’il recourait à la manipulation. Il aurait alors pu s’en défendre mais il ne le fit pas. Il se contenta simplement de prononcer ces quelques mots sans se retourner vers elle pour autant.

- "Je m’appelle Zane." dit-il simplement.

Le gardien resta immobile après ces paroles. Difficile de comprendre pourquoi il venait de lui révéler son prénom à ce moment mais peut-être qu’Arwana avait une réponse à cette question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 27 Sep - 16:08

Etrange quand même comme parfois le destin vous conduit sur un chemin que vous avez fuit ou qui porte toutes vos souffrances. A présent, l’elfe savait ce qui l’avait poussée à venir sur le continent et contre toute attente, elle trouvait cela logique. Elle avait eu besoin de se souvenir pourquoi elle était sur Ynis, ce qui l’avait menée ici et surtout pourquoi elle devait apprécier tout le bonheur et la richesse que cette île lui offrait. Une richesse pas vraiment pécuniaire, ce n’était que futilité pour elle, mais une richesse de sentiments, et surtout de pureté. Elle avait saisit cela en entendant l’étranger parler. Il semblait la connaître mieux qu’elle-même se connaissait c’était troublant. Elle manquait atrocement de confiance envers les autres, surtout sur le continent. Et elle en fit d’ailleurs part à cet homme qui ne semblait pourtant ni agressif ni en colère. Mais son désir ardent de la voir rebrousser chemin lui aussi était étrange. Sa réaction fut celle à laquelle Arwana s’attendait d’un être honnête, mais elle fut surprise d’attendre que le garçon possédait un dragon. Waa elle n’avait jamais vu de bêtes comme cela, et pourtant cela faisait environ cinq mois qu’elle était sur l’île et même lorsqu’elle était venue, sur le continent elle n’avait jamais croisé créature pareille. Avant qu’elle n’ait pu dire quoi que ce soit, il se mit à l’informer de l’activité démoniaque dans les environs. Bien sûr elle était un peu au courant de ce qu’il se passait sur le continent, elle tenait à garder un lien avec l’extérieur et s’arrangeait toujours pour avoir des nouvelles du continent. Mais là les informations étaient plus qu’inquiétante

Ainsi où qu’elle aille si elle l’écoutait, elle risquait de mourir. Bien sur avant elle aurait foncé quoi qu’on lui dise, amis à présent ? Que fallait il qu’elle fasse ? Suivre son instinct, ou bien rebrousser chemin et revenir auprès de ses nouveaux amis, de sa nouvelle famille ? Peut être même qu’elle devait rester là pour en savoir plus sur cet homme mystérieux ? Mais des esprits meurtriers dans le désert, des harpies à l’est, et des démons voleurs de pouvoir et caméléon au Nord. Le choix était difficile, et après tout elle ne savait pas si elle devait avancer ou non. Ce n’était pas la peur qi lui donnait ce genre de pensées, mais son sixième sent, celui d’un elfe qui sent la voie de son destin. Elle ne savait plus, cette rencontre avait comme brouillé le signal qui la guidait auparavant à la manière de la chauve souris. Ainsi elle commença à le dépasser jusqu’à ce qu’elle entende cette voix, une voix douce et confiante. Elle pensait que c’était lui qui essayait de la manipuler mentalement. Après tout il voyait, enfin percevait les auras, il pouvait bien lui aussi faire de la télépathie ou du contrôle d’esprit. Mais ce qui ‘lavait marqué était la révélation que l’homme lui avait faite, sur une potentielle future armée de démons. Pourquoi lui disait-il tout cela ? C’était pour cela qu’elle devait venir, Pour ensuite prévenir les autres ? Peut être que son expédition était à double tranchant après tout ? Malgré tout elle partait …

Jusqu’au moment où il lui dévoila son identité. Là, elle s’arrêta net. Bon signe ou mauvais signe ? Pourquoi faisait-il cela juste au moment où elle partait dans la forêt ? Etait ce une ruse pour la dissuader de partir, ou bien tenait il réellement à ce qu’elle reste sauve ou bien était ce vraiment lui le but de son voyage ? Elle se retourna alors lentement. Elle le jaugea du regard un instant. Puis comme il lui tournait le dos, elle se rapprocha à nouveau de lui puis le saisit au bras et le tourna avec douceur vers elle. Sans expression aucune, sur le ton le plus neutre qu’elle possédait elle lui parla alors. Devenant ainsi plus bavarde et plus naturelle aussi.


« Pourquoi me donnez vous tous ces renseignements, pourquoi tenez vous tant à me voir retourner là d’où je viens ? Pourquoi se préoccuper de mon avenir ? Pourquoi me révéler votre identité alors que vous ne savez rien de moi ? Je n’ai rien fait pour gagner votre confiance, rien dit rien fait, j’ai passé mon chemin malgré vos conseils, pourquoi alors ? »


Elle le tenait toujours et lorsqu’elle eut fini son lot de questions, elle le lâcha mais pas son regard, puis elle ouvrit son esprit pour essayer de voir ses sentiments à lui, pour essayer de le cerner, de comprendre ce personnage mystérieux, qui semblait pourtant accorder de l’importance à sa misérable petite vie, à son destin à elle.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 27 Sep - 18:27

Lorsqu’il lui avoua son prénom, Arwana s’arrêta comme si ces quelques mots pouvaient suffire à couper son élan. C’était peut-être cela qu’il cherchait avant tout mais cela aurait été un peu réducteur tout de même. Il ne pouvait pas prévoir les réactions des autres mais il avait espéré que ce premier pas vers elle la ferait revenir auprès de lui.
Quoi qu’il en soit, il n’avait pas anticipé cette proximité qu’elle mettait en place. En effet, elle venait de prendre son bras avant de le tourner avec douceur vers elle. Durant une fraction de secondes, des frissons le parcoururent. Cela venait probablement du fait qu’aucun être humain ne l’avait touché avec affection comme cela depuis Namibe. En plus de trois mois, les seuls contacts qu’il avait eu le furent avec des monstres ou des démons qu’il avait combattus. Le réconfort, il le trouvait bien sur dans ce lien fusionnel entre lui et Hakouryo mais on ne pouvait pas mettre cela au même niveau qu’un contact avec un être humain chaleureux.
Ainsi, durant ces instants ou elle le tint, il absorba cette chaleur réconfortante sans trahir cela par un geste quelconque hormis ces quelques frissons du début. Après ce geste et ce regard, vint le moment des questions. Plutôt réservée jusqu’à présent, elle semblait désormais faire ressortir ce qu’elle gardait pour elle via une nouvelle série de questions.
Cette fois-ci, il la regarda lui-aussi dans les yeux pour lui répondre mais sa voix se fit plus douce, où plutôt plus émotive tout en restant très posée tandis que son petit dragon, toujours posé sur son épaule, écouta les réponses de son maître avec attention.


- « Nous vivons à une époque où les guerres sont incessantes. On ne parle même plus de paix ni même de trêves car ces mots n’ont plus de sens aussi bien pour les démons que les humains ou toute autre race d’ailleurs. Les combats ne peuvent être évités car sans eux, chacun perdrait les êtres qu’il chérit. Aujourd’hui, je fais votre rencontre et je sais que le chemin que vous prendrez peut-être mortel. Si je ne vous avertissais pas de ces dangers quel genre de personne serais-je ? Dans un monde ou la peine des âmes arrachées à la vie peut se sentir tout autour de nous, serais-je celui qui ferme les yeux ? Jamais ! Je refuse de ne pas agir et de laisser les choses suivre leur cours. Si je peux empêcher que la balance penche encore davantage du mauvais côté alors je le ferai. » dit-il avec force et conviction.

Réalité et souvenirs s’étaient mêlés dans ces paroles. En étant sincère, il venait de briser cette carapace qu’il s’était construite sans le vouloir depuis toutes ces semaines. A présent, il voulait faire marche arrière, ne serait-ce qu’un peu afin de ne pas trop se dévoiler. Toutefois, il devait également compléter sa réponse. Ce qu’il fit avec une fois plus dure que précédemment même si cela n’avait rien d’agressif à première vue.

- « Tout ce que je viens de vous révéler n’a pas pour but de gagner votre confiance. Je veux simplement tenter de vous aider. Mon nom ne vous sera d’aucune utilité mais je tenais à vous le dire. A présent, je vais cesser de vous importuner, mon compagnon et moi-même allons renter chez nous. » dit-il en la regardant.

Constatant que la lumière du jour se faisait de moins en moins présente, il avait décidé que le moment de remonter dans cette cabane située dans l’arbre géant était venu. De plus, il avait déjà trop parlé et le choix de la suite des événements était désormais entre les mains d’Arwana. Bien sûr, il aurait aimé lui dire toute la vérité et parler avec elle comme autrefois mais ceci ne devait pas avoir lieu… tout simplement. Toutefois, il ne put s’empêcher de lui faire une dernière proposition.

- « En fait, la nuit va tomber d’ici peu. Cela ne m’arrange pas vraiment mais vous pouvez passer la nuit chez nous si vous n’avez pas de moyens de rentrer chez vous avant. Nous vivons dans une petite cabane en bois en haut de cet arbre. L’endroit est petit mais suffisant pour pouvoir s’y reposer et y manger un peu. »

On ne peut pas dire que l’invitation fut totalement cordiale par les mots mais l’intention, elle, était totalement sincère. Il y a encore quelques semaines, il n’aurait pas parlé ainsi mais aujourd’hui les choses étaient devenues différentes, beaucoup trop différentes même… Quoi qu’il en soit, le choix appartenait à Arwana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 27 Sep - 19:52

Cela pouvait paraître gros de revenir en arrière juste pour un nom prononcé. Mais la réalité était tout autre. Cela servait aussi un peu d’excuse à l’elfe. Elle était persuadée qu’outre le retour aux sources, cet homme jouait un rôle important dans son expédition sur le continent. Elle l’avait alors saisit par le bras pour qu’il se retourne et avait senti une sensation étrange avec ce contact. Il semblait apaisé. Ma foi, Arwana ne comprenait pas très bien mais elle ne savait rien de lui aussi. Les sensations, l’empathie étaient plus exploitable lorsque l’on connaissait plus la personne. Sinon c’était beaucoup plus utile pour la peur ou la jubilation, pour aider en combat en somme…Elle était donc surprise, par cette révélation soudaine, amis aussi par la détermination qu’avait Zane à la faire rester ici. Elle sortit alors toutes les questions qui la taraudaient sans s’arrêter, sans même se rendre compte qu’elle n’avait pas une fois repris son souffle !

Encore une fois il lui répondit, il ne détournait jamais le sujet, c’était rare, lorsque l’on rencontrait un inconnu qui voulait garder pour lui son identité. De plus son ton se voulait plus doux, moins sec et cela était encourageant. Arwana parlait beaucoup d’habitude, en réalité c’était surtout avec Miyu, mais le soir où elle avait tant jacté comme on dit elle avait bu un étrange hydromel aussi. Bref, nous nous éloignons du sujet. Zane expliquait alors tout ce qu’Arwana voulait savoir. Mais encore une fois, tout ce qu’il disait soulevait d’autres questions, encore et toujours. Et puis, elle trouvait certains passages confus, dans le sens où la conviction était telle que l’on aurait presque dit qu’il avait vécu une période comme il la décrivait.


« Certes, si vous n le faisiez pas, cela aurait était plus que mesquin de votre part, mais il y a prévenir et prévenir, là j’ai vraiment l’impression que vous faites tout pour me retenir ! Et comme vous le dites, les temps sont durs, je le sais pour avoir souvent échappé aux démons en tout genre et pour en avoir envoyé à la tombe, et justement être sur le continent avec quelqu’un qui semble faire tout pour me retenir, me met mal à l’aise et me rend perplexe. »


Arwana se mettait à parler beaucoup plus. On pouvait trouver cela encourageant ou étrange, mais son pouvoir n’étant plus annihilé elle se laissait un peu plus de liberté et puis finalement elle sentait quelque chose de bon émanent de l’homme ; Puis si il était là sur son chemin, c’était forcément pour quelconque raison ! Pourtant, juste au moment où les révélations se faisaient plus nombreuses, il décida de prendre congé. Son compagnon ? Ohhh oui, Arwana tellement concentrée sur Zane et son entêtement à la voir retourner de là où elle venait, avait totalement ignoré la petite créature qui était sur l’épaule de l’homme.

« Votre compagnon…mon dieu je ne l’avais même pas vu…désolée »dit elle alors un regardant le petit dragon.

Elle approcha alors sa main dans le but de le caresser sur la tête de sentir le doux contact des écailles de dragon sous ses doigts. Elle n’avait jamais vu de tel spécimen, aussi était elle totalement ébahie. Elle se demanda si ce n’était pas la voix de cette petite créature qu’elle avait alors entendu plus tôt ? Elle hésita alors à entrer en contact avec le dragonneau. Et laissa son geste en suspend avant de laisser sa main tomber en entendant Zane faire une dernière proposition. Néanmoins, vive la galanterie ! On aurait difficilement pu lui donner le titre de charmant jeune homme ! Puis si ca le dérangeait mais qu’il tenait tant à la voir en sécurité il aurait pu lui proposer plus simplement de la raccompagner. Mais non il avait fait place à la non galanterie ce qui la fit tout de même sourire car elle n’avait pas pour habitude de se formaliser de ce genre de choses. Mais il était rai qu’elle n’avait pas pensé à son retour sur Ynis. Elle n’avait dit aucune heure à Lily et si elle n’était pas sur le rivage quand celle-ci reviendrait elle s’inquièterait surement. Comment faire ?


« Euhhh…c'est-à-dire que je ne veux pas vous déranger aussi je vais dormir au pied de votre arbre, et je repartirai demain, je n’ai en effet pas prévu mon retour… »

Autant qu’il soit au courant de la vérité. Il lui arrivait d’être un peu tête en l’air et là bien elle ‘lavait été. Elle choisissait une route inconnue, mais tout depuis son arrivée sur le continent lui était inconnu et étrange alors cela ne changerait pas vraiment.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 27 Sep - 23:00

La jeune femme lui avoua être perplexe et mal à l’aise. Curieusement, il détestait savoir qu’il pouvait la mettre mal à l’aise. Probablement car cela ne lui ressemblait pas du tout. Pourtant, il devait mettre cette barrière entre lui et ceux de l’île pour le moment. Il n’était plus celui qu’il était il y a encore peu de temps et pour le moment, ses désirs de solitudes l’emportaient sur tous ces projets d’unions des gardiens de l’île. Il devait donc appliquer cette barrière avec Arwana également et cela expliquait pourquoi il conservait cette froideur.
Elle avait également ajouté qu’il faisait tout pour la retenir. Soulignant son excès, il ne pouvait que se rendre compte qu’elle avait raison mais pourtant l’enjeu était de taille et même s’il la croyait quand elle lui dit qu’elle combattait déjà les démons, il ne pouvait se résoudre à la laisser seule. Et puis, elle aussi semblait ne pas vouloir être seule finalement. D’ailleurs, elle faisait un nouveau pas vers eux, où plutôt vers le petit dragon blanc mais la caresse qu’elle tenta n’aboutit pas à cause de l’intervention de Zane qui n’avait pas été très délicat.
En guise de réponse, elle lui expliqua qu’elle se contenterait de dormir au pied de l’arbre mais aussi qu’elle n’avait effectivement pas prévu son retour. Il comprit que son attitude était blessante, ne serait-ce qu’en partie. Il voulait désormais se rattraper même si cela allait à l’encontre de son principe. Toutefois, pour cela, il préféra se retourner et observer en direction des branches de son arbre.


- « Excusez-moi. A force de vivre seul je crois que j’en oublie toutes les règles d’usage alors si vous le voulez bien, changez d’avis et venez plutôt dormir dans la cabane car les nuits sont froides ces derniers temps. Presque autant que je le suis je crois… » dit-il avant de marquer un temps d’arrêt.

Après ces quelques mots, il porta son regard sur la jeune femme. Cette fois-ci, une certaine tristesse se mêlait à la dureté de son regard. Observant celle qui venait de briser sa solitude, celle qu’il avait trop peu connue autrefois, il décida de prendre la parole et de l’inviter à nouveau à venir mais aussi à mieux se connaître. Zane avait décidé d’être dans une situation de compromis personnel : il ne dévoilerait pas son appartenance à Ynis Witrin mais apprendrait à enfin mieux la connaître.

- « Vous savez, chez nous, c’est un peu sale, c’est une maison d’hommes si l’on peut dire pour imager le tout. Je cuisine de manière très spécial et je ne peux pas dire que je sois de la plus sympathique des compagnies mais se poser autour d’un petit feu pourrait être une bonne idée afin que nous ne restions pas seuls ce soir. Et puis, j’aimerai aussi savoir ce qui a pu vous conduire, mais surtout votre prénom ici si vous êtes d’accord. »

Il fit alors quelques pas et posa sa main droite sur le sol de manière à ce que son dragon descendre le long de son bras. Quand cela fut fait, il prit une nouvelle fois la parole.

- « Il est temps pour toi de reprendre ta taille adulte mon ami. » dit-il au petit dragon blanc.

Après avoir poussé un petit cri, synonyme d’acquiescement, le dragon se mit à grandir jusqu’à atteindre sa taille adulte. A présent, il mesurait plus de 20 mètres et chacun de ses battements d’ailes pouvait faire trembler la forêt. Animal légendaire et majestueux, ce dragon allait permettre à la jeune femme de se rendre dans la cabane si elle le souhaitait.

- « Montée sur le dos d’Hakouryo et accrochée vous à son cou si vous souhaitez atteindre la cabane. Je vous assure que vous ne craignez rien avec lui. Pour ma part, je grimperai par mes propres moyens. Quoi qu’il en soit, je vous laisse prendre votre temps pour vous décider. » dit-il sérieusement et sur un ton finalement moins émotif que précédemment.

Accepterait-elle de venir le rejoindre ? Il avait réellement fait les premiers pas pour en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Ven 28 Sep - 0:35

Arwana fidèle à elle-même était sincère, parfois peut être même trop. Enfin en face d Zane elle était réservée encore mais elle commençait à en dire plus et à plus s’intéresser à cette rencontre. Elle croyait au destin, et se persuadait au fur et à mesure que les informations fusaient, qu’elle ne se trouvait vraiment pas là par hasard ! Elle finit alors par accepter sa proposition à moitié, en proposant de simplement rester au pied de l’arbre pour ne pas gêner. Elle ne voulait vraiment pas s’imposer surtout que ça avait l’air de déranger Zane, ce dont il ne s’était d’une pas caché et de deux qu’il avait montré de par le ton de sa voix. Lorsqu’elle eut finie, il se tourna et puis prit la parole à son tour. Il s’excusait d la rudesse de sa proposition. Et on n’aurait pu s’y attendre, Arwana se mit à rire légèrement.

« Ne vous en faites pas pour les règles d’usage ! Je préfère que vous me disiez la vérité plutôt que vous cachiez votre pensée sous de belles fioritures. …Mais puisque vous insistez, j’accepte mais je ne vous gênerez pas longtemps. »

Un sourit bienveillant passa alors sur le visage de l’elfe. Pourquoi ? Pourquoi lui faisait elle si soudainement confiance alors que quelques minutes auparavant elle se tenait sur ses gardes ? Et puis elle redevenait douce, comme elle l’était sur l’île. Non il ne fallait pas ! Elle tenta alors de reprendre un sérieux indéfectible, et une expression sévère. En vain, pour l’expression. Mais lorsqu’il l’observa de nouveau il pouvait voir son sérieux à nouveau poindre sur son visage. Quant à lui, Arwana n’arrivait toujours pas à le cerner. Ses yeux exprimaient beaucoup de chose, et grâce à son empathie, Arwana sentait d’autres sentiments se mêler. Elle avait l’étrange sensation, en outre, qu’il la connaissait mais ce n’était pas possible. Elle avait un bonne mémoire visuelle et elle se souvenait très bien des gens qu’elle rencontrait. Elle se dit alors que son esprit devait lui jouer des tours ; Cela pouvait arriver, surtout lorsqu’on était sur le continent. On cherchait tellement à fuir le danger qu’on finissait par arriver à imaginer des choses chez des gens tout à fait normaux. D’ailleurs le discours qui suivit fut d’une telle normalité que l’elfe ne put s’empêcher de sourire à nouveau ! Ahh les hommes ! Tous les même !

« Je vous ferai le ménage »,
dit elle en riant ! Puis elle reprit son sérieux. « Je suis d’accord. Mon nom ? …Ahhh…euh, oui, Arwana…Arwana Gelina. Quant à savoir ce que je fais ici, moi-même je ne le sais pas ! Mon instinct m’a conduite sur le continent, c’est tout ce que je peux vous dire. »

Sincère, oui, encore une fois elle ne mentait pas. Même si tout cela pouvait paraître étrange. De plus elle était là, mais personne excepté la chouette, la licorne et Lily, savaient qu’elle était là. Enfin, elle ne savait pas d’où Zane venait mais elle sentait qu’il ne mentait pas. Elle se rendit compte alors qu’elle arrivait vraiment mieux à cerner els gens avec son don libéré. Et sur ce il laissa son petit dragon tout mignon descendre le long de on bras et atterrir au sol. Sa taille normale ? Il pouvait changer de taille ? Arwana était impressionnée. Elle n’avait jamais vu de dragon et là elle était vraiment gâtée elle qui aimait la nature elle avait son lot là ! Mais elle fut encore plus ébahie. Elle du quand même esquiver la queue du dragon. La transformation finie, il était grand, il était beau, il semblait puissant. L’elfe ne put s’empêcher d’avancer vers son encolure et d’y déposer sa main. Les écailles étaient vraiment belles et brillantes. Elle avait vraiment l’air d’une enfant en train d’observer son cadeau de noël sous toutes les coutures.

Monter sur son dos ? Réduire cette créature à un vulgaire moyen de transport ? Non jamais elle ne pourrait faire cela, les être de la natures étaient des êtres auxquels il fallait porter un très grand respect. Elle ne pouvait se résoudre à cela. En même temps, elle ressentait une espérance. Elle ne savait pas si cela venait de Zane ou bien d’ Hakouryo, ou peut être d’elle-même. Elle acquiesça alors de la tête en regardant l’homme qui se tenait non loin du dragon. Arwana, regarda alors le compagnon de Zane dans les yeux, comme pour attendre son approbation, puis lorsqu’elle pensa l’avoir reçu, elle posa un pied sur un rocher non loin de la monture et avec légèreté, et grâce elle se hissa sur le dos de la magnifique créature.


« Merci pour tout à tous les deux », dit elle alors « même si je suis persuadée qu’une chose beaucoup plus étrange vous pousse à me faire rester ici pour ne pas que je continue mon chemin, je vous suis reconnaissante de votre compassion Zane… », dit elle alors avec douceur.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Ven 28 Sep - 21:16

Arwana avait finalement accepté sa proposition en y ajoutant même un léger trait d’humour qui était finalement bienvenue. Elle reprit ensuite son sérieux avant de lui dire son nom qu’il connaissait déjà. S’il ne le lui avait pas demandé, cela aurait pu paraître étrange et elle ne devait en aucun cas savoir qu’il venait du futur. Elle lui avoua ensuite qu’elle se trouvait sur le continent par instinct. C’était le genre de chose en quoi il croyait d’ailleurs et passé cela, il se demandait désormais si cet instinct n’avait pas pour objectif de les faire se rencontrer. Tout comme avec Namibe, la rencontre semblait donc être guidée par une main invisible qui l’incitait sans cesse à ne plus être seul à la fois dans sa vie mais aussi dans son combat. La dernière fois, il avait cédé mais aujourd’hui ça ne serait pas le cas.

A présent, la jeune femme observait le puissant dragon qu’était Hakouryo. Rares étaient les dragons qui se laissaient approcher par des humains aussi facilement mais pour son compagnon c’était différent car il faisait confiance à ceux en qui son dragonnier avait lui-même confiance. Et puis, il était également parfaitement en mesure de sentir si un être avait de bonnes intentions ou non. Quoi qu’il en soit, il allait l’aider à atteindre la cabane et, pourquoi pas, voler un peu en sa compagnie mais avant cela, tous deux écoutèrent avec attention ce qu’elle avait à dire.
Elle les remerciait pour cette invitation tout en sachant que quelque chose se cachait derrière le comportement de Zane. Il ne pouvait pas vraiment lui dire qu’elle avait tord mais il fit tout de même une intervention avant que son dragon ne l’emporte.


- « Votre instinct, j’aimerai moi aussi savoir la raison pour laquelle il vous a conduit ici. Peut-être que chacun d’entre nous trouvera des réponses. » dit-il presque comme une invitation.

Le majestueux dragon finit ensuite par prendre son envol non sans avoir auparavant jeté un œil soucieux et sérieux à son maître. Discrètement, ce dernier lui avait également adressé un regard sérieux mais aussi confiant et lorsque Arwana fut partie, il prit la parole avec une voix puissante.

- « Vous l’avez suivi jusqu’ici pas vrai ? J’imagine que vous n’êtes pas d’ici car si tel avait été le cas vous sauriez qui je suis mais aussi que je suis désormais tout à fait capable de ressentir la présence des démons qui parviennent à se camoufler. »

Aucune réponse ne se fit entendre après ces quelques mots. Arwana n’était plus là mais ce qui se passait en ce moment était la réponse qu’elle attendait. En effet, un groupe d’une dizaine de démons la suivait très certainement depuis son arrivée sur le continent et ils l’auraient attaqué dans cette forêt où le terrain leur donnait l’avantage sur n’importe qui. Ils n’avaient probablement pas prévu de tomber sur une deuxième personne et encore moins sur un dragon alors ils avaient décidé d’attendre avant d’attaquer. Hakouryo avait également senti leur présence et c’était pour cela que lui et son maître s’étaient décidé à cette petite mise en scène dont le but était de conduire Arwana en sécurité dans la cabane. A présent, le moment d’agir était venu.

- « Jamais… Je ne vous laisserai plus jamais faire le moindre mal à ceux que j’aime !! » hurla-t-il avec force et émotion tant ses mots venaient du plus profond de lui-même.

A cet instant, les démons sortirent de l’ombre et s’élancèrent sur lui.

Pendant ce temps, Hakouryo volait à grande vitesse en direction du ciel. Sa taille adulte faisait qu’il ne pouvait pas voler à travers les branches alors il avait décidé de s’élever d’abord au-dessus de cet arbre qui touchait presque les nuages. Il ne leur fallut que quelques instants avant d’arriver au-dessus de lui, le soleil était alors en train de se coucher et ce spectacle, il voulait l’offrir à celle qui se tenait à lui. Il redescendit ensuite de manière méticuleuse en passant à travers des branches qui étaient plus faciles d’accès qu’en bas du tronc.
Il se vola alors à proximité de la cabane de manière à ce qu’Arwana puisse en descendre facilement. L’endroit qu’elle allait découvrir n’était pas vraiment hospitalier même si son emplacement pouvait réveiller les souvenirs de ceux qui rêvaient de construire des cabanes dans les arbres quand ils étaient petits. L’endroit était d’environ 15 m² et ne comportait qu’une pièce relativement vide dans laquelle se trouvait une vieille table ainsi qu’une chaise que Zane avait retapée.
D’ailleurs, ce dernier finit par arriver à son tour dans la petite demeure. Environ cinq minutes s’étaient écoulées depuis leur séparation et rien ne pouvait laisser imaginer qu’il avait combattu notamment car le sang ne se voyait pas sur ses vêtements noirs et parce qu’il n’avait aucune autre égratignure ou blessures qu’il n’avait déjà auparavant. Il était certes un peu essoufflé mais cela était dû à la montée qui était loin d’être ordinaire même s’il la pratiquait quotidiennement pour son endurance. Que s’était-il passé en bas ? Lui seul le savait.


- « Je vois que vous êtes arrivés à bon port. J’aurai bien aimé me vanter en arrivant avant vous mais je crois que c’est bien improbable vu la vitesse de ce colosse d’écailles. » dit-il en regardant amicalement son compagnon qui reprit sa taille normale avant de venir à nouveau se poser sur son épaule.

Pas besoin de mots supplémentaire, ce dernier avait compris que son maître avait écarté, d’une manière ou d’une autre, la menace des démons.

- « Arwana le confort de cette maison est vraiment sommaire mais vous pourrez y dormir. J’ai une couverture en cas de nuit froid que je n’ai pas encore utilisé alors vous pourrez vous y envelopper. Lorsque nous avons découvert cette cabane, il n’y avait pas de lit mais simplement une chaise et une table. Tout était à l’abandon mais aujourd’hui elle nous sert d’abris. Toutefois, il n’y a pas de lit et j’ai pris pour habitude de m’adosser au mur les rares fois ou je parviens à dormir un peu. En ce qui concerne le feu, l’air qui s’engouffre permet d’évacuer la fumée donc nous allons pouvoir en allumer un » dit-il alors que le petit reptile souffla de manière a rallumer un feu dont les braises étaient éteintes depuis ce matin déjà.

Il fit ensuite quelques pas dans la pièce, posa sa lance contre le mur et retira sa cape avant de s’adresser à elle à nouveau.

- « Demain je vous aiderai à rejoindre les abords du continent si vous voulez repartir. Enfin, si tel est l’endroit d’où vous venez » dit-il avant de s’asseoir sur le tout en frottant ses mains près du feu qui le réchauffait.

Puis, adossé au mur, il resta un moment sans rien dire. Ce soir, il ne voulait pas être celui qui parle mais celui qui écoute. Ce soir, il rattraperait le temps perdu sans qu’elle le sache et pour cela, il lui posa une question.

- « Avez-vous un rêve un Arwana ? » dit-il de manière subite mais pourtant naturelle.

Sa voix, toujours posée, exprimait la sincérité de vouloir connaître davantage celle qui se trouvait devant lui. Rien que cette discussion était déjà un changement du passé, une victoire contre le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Ven 28 Sep - 23:48

Était-elle folle d’accepter cette proposition ? D’autant plus que sur le continent, en ce lieu tout lui paraissait étrange, surtout depuis qu’elle avait laissé son empathie agir. Elle sentait plusieurs choses, mais le contrôle de son pouvoir lui permettait de se concentrer sur Zane et son dragonneau…euh, non dragon. Ils semblaient vraiment sincère et cela la troublait réellement, mais cette accession à la requête de l’homme lui permettait de suivre son instinct et de peut être en découvrir plus sur les raisons de sa présence en cet endroit si hostile. Hostile, amis pourtant elle se sentait à présent en sécurité, surtout avec le puissant dragon, dont elle caressa l’encolure avec toute la douceur qu’elle possédait en elle. Puis elle grimpa sur son dos. Jamais elle n’aurait pensé que cela puisse être aussi facile. Elle s’allongea alors de tout son long sur le cou du dragon qui n bougeait pas. On aurait presque pensé que l voyage était prévu. Mais Arwana avait un mauvais pressentiment. Elle n’en dit pourtant rien. Zane lui dit quelques mots qu’Arwana saisit dans leur globalité et elle les retint. En guide réponse, elle lui adressa un sourire qui voulait tout dire et en particulier que elle aussi voudrait bien savoir.

Puis Hakouryo pris son envol avec majesté. Il prit vit de l’altitude, et à peine eut il finit son ascension qu’Arwana sentit des émotions tellement fortes qu’elles lui parvenaient de là où elle était. Elle se retourna *Zane…qu’avez-vous fait ?* mais elle ne vit rien. Elle reprit une place confortable alors sur le dos du dragon se tenant bien à son encolure. L’air frais du soir fouettait son visage et la vu qui s’offrait à elle était magnifique. En dessous d’elle la cime des ifs, des chênes, des pins, de toute sorte d’arbres verdoyants, et au dessus un ciel bleu, magnifique qui accueillait un coucher de soleil splendide, comme Arwana n’en avait jamais vu. Elle aimait voler, elle aimait être là en et instant. Elle ferma les yeux. Mais ce qu’elle vit n’était as empreint de cette sensation de plénitude qu’elle ressentait sur le dos de la créature cracheuse de feu. Un flot d’images défilèrent alors. Elle revit sa mère se faire empaler devant ses yeux alors qu’elle donnait son dernier souffle pour la protéger, puis elle vit ensuite ce démon qui avait essayé de la violer alors qu’elle n’avait que douze ans, puis elle se remémora comment elle avait eu le dernier indice lui permettant de trouver Ynis et enfin elle eut des visions plus joyeuses, beaucoup plus joyeuse. Des visages défilèrent. D’abord celui de Miyu, son beau meneur de barque, puis ceux de Lily la dryade meneuse elle aussi, Wylin la violoniste, puis Engel aussi l’aubergiste et encore tout un tas de gens qu’elle avait rencontré comme Caintz durant son travail. Soudain, comme si elle reprenait son souffle elle rouvrit les yeux avec une grande inspiration. Les larmes aux yeux. Elle était soudain consciente de ce qu’elle avait perdu pour arriver à Ynis, et de ce qu’elle y avait gagné et qu’elle risquait à nouveau de perdre. Elle se rendit alors compte qu’elle se trouvait plus bas, dans les arbres. Le dragon avait réussi à passer entre les branches beaucoup plus espacées. Arwana vit alors une petite construction perchée ; Avec la grâce de l’elfe, elle descendit alors de sa monture d’un voyage. Mettant ainsi pied sur le sol de la petite cabane, elle pénétra à l’intérieur. La pièce était toute simple et le mobilier plus que rudimentaire, amis amplement suffisant pour se poser là pour la nuit. Elle observa les alentours, se mettant au bord pour voir le sol.

Elle sentit alors l’odeur étrange de la mort mais elle ne comprit pas d’où cela pouvait bien venir. Puis quelques secondes après Zane fit son apparition. Il était doué apparemment pour monter à un arbre ! Elle sourit en le voyant amis une sensation étrange l’envahissait de nouveau, comme lorsqu’elle avait quitté le sol. Mais elle ne voyait rien sur l’homme. Aucune blessure récente, aucune trace de sang, aucun changement de comportement à son égard. Elle aurait voulut lui demander ce qu’il s’était passé mais elle fut coupée. A croire que cela était fait exprès !


« Auriez vous voulu battre la vitesse de votre Companion ? Je ne pensais pas votre esprit si vaniteux ! »,
répliqua t-elle avec un sourire moqueur ; « Mais, que s’est il passé Zane ? », lui demanda t-elle alors plus sérieusement, décidée de ne pas se laisser avoir cette fois ci.

Hakouryo avait rapetissé et été remonté sur l’épaule de son maître. Arwana quand à elle, posait un regard imprenable sur Zane. Il lui fit un petit topo des lieux, et bien sûr elle l’écoutait. C’était étrange comme elle pouvait se retrouver dans des situations délicates. De plus, il fallait qu’elle fasse, dès à présent et plus que jamais, attention à ne pas mentionner Ynis. Le dragon alluma un feu et l’homme posa son attirail.


« Ne vous en faites pas pour moi, je retrouverais bien mon chemin, il est déjà très aimable à vous de m’offrir l’hospitalité. »

L’elfe avait raiment l’impression d’être de trop et elle ne voulait surtout pas gêner. De plus elle devait à tout prix garder le secret d’Ynis, hors de question, donc qu’il la raccompagne, elle ne savait pas si quelqu’un ne l’attendrait pas à l’embarcadère. Puis Zane s’assit devant le feu pour se réchauffer, et Arwana l’imita e se plaçant face à lui. Une question vint alors troubler le silence qui s’était installé. Bien que surprise, elle réfléchit, afin de trouver le moyen d’y répondre au mieux ; Un rêve, bien sûr, qui n’a pas de rêve ?

« Oui j’en ai, mais j’ai bien peur que ceux-ci ne se réalisent jamais…d’autant plus qu’en venant ici, sur le dos de votre compagnon, je me suis rendue compte de tout ce que j’avais perdu et que je risquais encore de perdre…Ainsi mon rêve le plus cher serait de décimer tous ces démons qui tuent chaque jours des innocents, et de venger mes parents… »

En même temps qu’elle parlait, Arwana tournait machinalement l’alliance de son père qu’elle avait récupéré avant de fuir. Son regard errait dans un vide, pourtant emplit d’émotions. Elle se refocalisa alors sur Zane, le jaugea quelques instants.


« Pourquoi cette question ? …Et qui êtes vous, réellement ? »

Elle se demandait raiment qui il pouvait être, mais par dessus tout elle se posait énormément de questions sur ses motivations à la faire rester ici. Elle ne se doutait aucunement que cela aurait pu être à cause de démons, car elle savait se battre et tuer, même si elle n’aimait pas le faire.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Dim 30 Sep - 1:02

Très vite, la jeune femme lui demanda ce qu’il s’était passé. Elle avait certainement ressenti quelque chose au cours de son vol sans pouvoir clairement le définir et à présent elle cherchait à avoir des réponses. Devait-il lui dire la vérité ? Il n’y était pas obligé en tout cas mais il ne voulait pas non plus bâtir une relation sur le mensonge le plus complet. Ainsi, s’il ne céderait pas sur son passé, il allait agir différemment concernant les événements qui venaient d’avoir lieu. Prenant un ton assez grave, il lui répondit avant de s’asseoir près du feu.

- « En fait, un groupe de dix démons vous avait suivi jusqu’ici. Ils attendaient très certainement que vous soyez dans la forêt qui est l’endroit dans lequel leur camouflage les rend presque invisibles. Toutefois, ils n’avaient pas prévu que nous serions trois par la suite. Une fois que vous êtes parti avec Hakouryo je les ai combattus et vaincus. Comme j’avais déjà affronté des monstres comme eux auparavant ils perdaient leur unique avantage : l’effet de surprise. Je n’ai rien à ajouter à cela si ce n’est qu’ici vous serez en sécurité pour la nuit. »

Il n’y avait pas besoin d’en dire plus. Il n’y avait aucune vantardise dans ces mots car il s’était simplement contenté de battre des démons qui, tôt ou tard, auraient fait parti de ceux qui attaqueraient Ynis Witrin. Il espérait qu’Arwana ne lui en voulait pas d’avoir combattu seul. Cela ne voulait pas dire qu’il la jugeait faible mais il avait vu trop de gens mourir auparavant sous ces attaques de lâches pour que cela recommence aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, si elle le souhaitait, il lui montrerait comme les débusquer.
Il lui proposa ensuite de la raccompagner demain mais elle refusa cette offre. Il ne voulut pas se montrer insistant et décida d’être bref.


- « Très bien mais soyez très prudente surtout. »

Rien à ajouter. Demain, il la suivrait à distance malgré ce refus car d’autres monstres étaient peut-être encore proches.
Puis, après s’être assise à son tour près du feu, elle répondit à sa question. Elle pouvait paraître étrange mais elle était importante pour lui afin de mieux la connaître, de savoir ce qu’elle renfermait à l’intérieur d’elle. Ce qu’elle lui répondit le renvoya dans son propre passé car lui aussi avait perdu ses parents, à l'âge de dix ans, même si ce ne fut pas contre des démons. Il ne pourrait jamais oublier le sacrifice de sa mère qui avait tout fait pour que lui reste en vie.
Juste après avoir répondu, Arwana lui posa à son tour des questions. Son envie de le connaître, de percer le mystère qui se trouvait derrière lui était forte et même s’il ne pouvait pas y répondre totalement, il allait lui aussi partager une petite partie de sa vie. Quelque chose qui, finalement, le reprochait d’elle.


- « Cette question n’avait pour but que de vous connaître mieux et elle m’a fait comprendre que nous avons tous deux un triste point commun puisque mes parents eux-aussi ont été assassinés mais ce ne fut pas par des démons, ce fut par des hommes, et parfois, je trouve que certains d’entre eux ne sont pas si éloignés des monstres que j’affronte. En tout cas, ce rêve dont vous me parlez je crois que je le partage également même si pour moi, tuer les assassins relève de la vengeance et non du rêve qui est un mot au sens trop fort et pur pour qu’il soit associé à ces êtres. En tout cas, peut-être que notre lutte nous amènera un jour sur le même champ de bataille. Triste rendez-vous n’est-ce pas ? Mais si nous ne nous battons pas aujourd’hui alors qui peut dire que nous ne risquons pas de tout perdre à tout jamais ? » dit-il sur un ton très posé sans jamais quitter la jeune femme du regard.

Puis, s’approchant encore un petit peu du feu, il décida d’ajouter quelque chose.

- « Depuis tout à l’heure, vous cherchez à percer un quelconque mystère chez moi mais qu’est-ce qui vous fait croire qu’il y en a un ? Et puis même s’il y en avait un, est-ce que cela changerait quelque chose ? Enfin, je peux comprendre qu’un homme vivant dans les bois avec son dragon à quelque chose d’intriguant mais disons qu’il en va de même pour une jeune femme qui s’aventure sur le continent par instinct non ? » dit-il avec un léger sourire.

La glace était-elle brisée entre eux ? En tout cas, la discussion était intéressante, c’est en tout cas ce qu’il pensait de toutes ces paroles échangées avec une personne qui, d’une manière ou d’une autre, était liée à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Dim 30 Sep - 3:36

Arwana avait reçut une réponse à ses inquiétudes. Elle avait la sensation que l’homme devenait de moins en moins cachotier. Il se livrait plus facilement, et malgré tout cette étrange sensation la prenait toujours. Une sensation selon laquelle il l connaissait. Il agissait toujours comme elle s’y attendait. Excepté en cet instant. La réponse de Zane la vexa profondément. Elle avait envie de fuser, de dire qu’elle savait parfaitement se défendre, surtout avec ses huit années d’errance au milieu de tous ces dangers. Elle devenait sans doute écarlate sous la pression, amis elle se retenait de fuser, parce qu’au fond elle savait qu’il avait fait cela pour elle, pour la protéger. Néanmoins, prendre tant de risques pour une totale inconnue, c’était lus qu’étrange. C’était vraiment ce genre de comportement qui la troublait et lui amplifié sa sensation. Elle maugréa alors un peu puis finit par dire dans sa barbe :

« Hummm….merci »

Même si elle ne savait pas vraiment pour quelle raison, elle l’avait dit par pure politesse. Pourquoi fallait il toujours que les hommes croient les femmes moins aptes qu’eux pour le combat ? Ca l’agaçait !! Bien sûr comme tout le monde elle aimait bien qu’on s’occupe d’elle, mais derrière son dos, battre des monstres sans rien lui dire, c’était stupide ! Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Comment l’aurait elle su ! Inconscient ! Elle s ‘énervait de plus en plus, et elle s’approcha de Zane, attrapa fortement ses bras dans chacune de ses mains avec une poigne assez forte.

« Ne…refaites…jamais…cela ! »

Sans savoir pourquoi elle se sentait concernée par les agissements de l’homme mais elle redevint normale et refusa gentiment de le déranger plus encore et donc de le laisser la raccompagner. Prudente ? Comment ne pourrait-elle pas l’être sur le continent ? Elle avait l’habitude, même si cela faisait maintenant quelques mois qu’elle n’avait pas mis le nez hors d’Ynis. Depuis son arrivée à vrai dire. Mais jusque lors, rien ne l’avait attiré hors de cette paix. A présent c’était différent, et c’était un peu comme si elle n’était jamais allée sur Ynis. Mais en y repensant, elle se rendit compte que bien que se trouvant en plein milieu de la forêt, Zane l’avait trouvée bien prés du rivage de l’embarcadère. Coïncidence ou non ? Une question qu’elle ajoutait à celles déjà nombreuses qui entouraient ce personnage. Plus la fin de la journée approchait et plus Arwana se demandait sérieusement la vraie raison de sa présence ici. Elle avait toujours agis à l’instinct mais là elle ne voyait vraiment pas là où tout cela la mènerait. Certes Zane était une personne forte intéressante et vraiment agréable jusqu’à présent, mais étant sur le continent, l’elfe n’avait d’autre choix que d’être encore quelque peu méfiante. Un démon peut être tellement vil et mesquin, elle ne pouvait accorder totalement sa confiance. Pourtant dieu sait que dans d’autres conditions, elle n’aurait pas tant tardé à faire confiance.


« Ne vous en faites pas… »

Que pouvait-elle dire d’autre ? Mais cela était trop facile. Il ne discutait pas ce qu’elle disait alors qu’il avait tant insisté pour qu’elle rentre. Il cachait quelque chose assurément. Néanmoins c’était étrange, elle voyait en Zane certains traits de caractères de ses amis. La bonté de Lily, la sagesse de Gwidyon ou encore le mystère qui entourait l’étonnant et loufoque Miyu. C’est donc avec une certaine curiosité qu’elle s’était jointe à lui, de l’autre côté du feu. Il semblait vouloir la connaître et le montra par un chemin étrange. Connaître ses rêves. Elle lui avait répondu sincèrement, amis elle comprit vite à sa réaction qu’elle se méprenait sur le sens de sa question. Elle ne lui avait parlé que de vengeance, et apparemment il lui demandait plutôt dans le sens du bon et de la gaieté. Elle l’écouta bien attentivement. Il avait raison en de nombreux points, il était sage. Arwana se rendait à l’évidence, Zane possédait la sagesse de l’homme expérimenté.

« Bien, une rêve, certes non, plutôt un désir de vengeance et un désir ardent…Je n’attend que le jour où je pourrais à nouveau combattre ceux qui sèment le mal. Ais je ne suis pas de nature à chasser…En outre je suis terriblement désolée pour vos parents, c’est d’autant plus horrible qu’il s’agissait d’humains et non de démons. J’ai appris à mes dépend qu’ils pouvaient être bien pire, d’où mon manque de confiance. Mais je pense qu’il ne faut pas, même si la vengeance nous ronge, créer le conflit avec nos semblables, il faut que nous nous unissions contre le mal… »


Arwana fit une pause. Elle pesait ses mots, pour essayer d’être à la fois clair et concise. De plus, elle observait les réactions de l’homme, installer contre le mur avec son dragon. En outre, c’était la première fois qu’elle parlait autant mais cela ne la dérangeait point. Au contraire partager cela avec Zane lui faisait un bien fou.

« …Mais j’espère vivement que nos chemins se croiseront de nouveau ailleurs que sur un champ de bataille. Maintenant, vous vouliez connaître mon rêve, un vrai rêve. Et bien je crois que comme tout être vivant j’aimerais trouver la paix dans le plus simple contexte, avec un homme qui saura m’aimer et que j’aimerais aussi de tout mon cœur…peut être l’ai-je trouvé d’ailleurs. Et je rêve aussi d’un monde où règnerait le bien et où les gens pourraient vivre sans peurs ni craintes, un monde de beauté et de charme, où nos enfants grandiraient en toute liberté… »

Sa voix se brisa. Comment pouvait elle tant espérer elle qui avait grandi dans la misère, la honte et le désespoir. Elle vit alors Zane s’approchait un peu du feu. Son regard était si intense, prenant même. Elle ne pouvait le quitter. C’était étrange cette lueur, une lueur de curiosité, de sagesse mais aussi un voile mystérieux. Elle n’en démordait pas. Et voila, que le sourire aux lèvres, il retournait contre elle ses questions. Futé ! Bien elle répondrait certes mais elle ne le laisserait point se défiler s’il essayait de fuir.

« C e n’est pas tellement que vous viviez seul en reclus que je trouve étrange mon cher ! Mais plutôt le fait que vous insistiez tant à ce qu’une totale étrangère reparte en sécurité dans un lieu que vous dites lumière alors que vous ne connaissez pas son lieu de vie. Puis le fait que vous protégiez cette même étrangère en complotant derrière son dos, d’une bande de démons dont elle aurait pu se défaire pour avoir vécu huit ans à les fuir et les tuer. Ou encore le fait que vous me posiez des questions aussi étranges alors que quelqu’un d’autre aurait d’abord fait connaissance avec des choses banales, plus banales. Et…pour tut vous dire je possède un don d’empathie assez fort, et je sens un voile en vous. Et voyez vous, j’apprécie comprendre ce que je ressens à travers mes interlocuteurs. »


Son regard était doux et confiant. Arwana était sûre d’elle, elle ne doutait pas le moins du monde. Mais elle parlait beaucoup, peut être trop et elle espérait ne pas faire de bêtise. Il lui avait parlé de son instinct, une nouvelle fois. Elle sourit à son tour en pensant à nouveau à cette partie de sa demande.

« En outre, vous parlez de moi, mais il s’agit de la deuxième fois que vous évoquez ma présence ici par mon instinct...Je comprends que vous trouviez cela étrange, mais il m’a toujours guidé dans le bon chemin et je lui fait vraiment confiance. Je sais que si cette sensation ou tout autre nom que vous lui donnerez m’a conduite ici, c’est pour une bonne raison ! Vous rencontrer peut être même ? Peu être avons-nous des choses à apprendre l’un de l’autre ? »

Son sourire ne s’était pas effacé, et elle passa ses deux mains au dessus du feu pour se les réchauffer quelque peu. Elle n’avait ni faim ni soif, pourtant elle savait que sur l’Ile, elle aurait certainement commencé son repas.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Dim 30 Sep - 15:14

Le remerciement d’Arwana avait quelque chose de forcé. Il ne fallait pas être devin pour se rendre compte qu’elle n’avait pas aimé être mise à l’écart durant le combat mais ce qui est fait est fait et on ne pouvait pas revenir en arrière, encore que cette idée était finalement une parfaite antithèse de la présence de Zane à cette époque.
Puis, son invitée s’approcha de lui avant d’attraper ses bras dans chacune de ses mains en les serrant fortement. Ce geste, associé à ses mots, était clair sur ce qu’elle pensait de ce combat et lui demanda de ne jamais refaire cela. Sincère, il lui répondit directement en soutenant son regard avec une certaine douceur.


- « Je ne peux pas vous promettre quelque chose que je ne tiendrai pas. »

Autant être honnête, il se moquait totalement de passer pour un égoïste, un vantard, un macho ou quoi que ce soit si c’était pour changer le cours des choses. Il s’était promis que rien n’arriverait à ceux qui étaient déjà tombés dans le passé et il ferait tout pour cela. Ainsi, mademoiselle Gelina allait devoir comprendre que sa vie passait avant tout. Encore fallait-il qu’elle connaisse son histoire, il en était conscient.
Il ne discuta pas davantage quand elle lui répondit de ne pas s’en faire pour elle. A nouveau, il savait ce qu’il devrait faire et il ne fallait pas voir cela comme un manque de respect ou une considération de faiblesse mais comme un désir ardent de protection envers quelqu’un qui ne devait pas mourir de nouveau.
Ensuite, elle reprit la réponse du dragonnier et s’adressa avec conviction à lui. Il avait l’impression que cela comptait pour elle notamment car elle se confiant à quelqu’un mais aussi car elle voulait voir ses réactions. Qu’attendait-elle de lui finalement ? Peut-être partager ses idées et ses rêves maintenant qu’il avait fait en sorte d’aborder ces thèmes. Avait-il ouvert un passage dans lequel elle s’engouffrait avec un plaisir non dissimulé ? Possible oui vu que lui redécouvrait peut à peu le goût d’un échange qui lui avait fait défaut depuis plus de trois mois.

Elle lui fit part de son rêve, un espoir de paix et de vie agréable, un désir peut-être commun mais beau dans sa façon de le dire. Elle semblait avoir les cartes en main pour poser les bases de ce rêve et cela lui rappela ses rêves d’autrefois, ceux qu’il faisait avec Namibe. Tous deux s’étaient mariés mais n’avaient pu avoir d’enfants. Leur bonheur, comme celui de tous, avait été brisé par la guerre qui avait éclaté à travers le monde entier et si aujourd’hui il avait une chance de changer les choses, il savait qu’il ne pourrait pas revivre la même histoire avec son alchimiste puisque sa vie qui s’enfuyait de plus en plus en avait décidé autrement. Quoi qu’il en soit, c’est sur Arwana qu’il devait porter toute son attention et, sentant sa voix se briser sur ces derniers mots, il décida de prendre la parole.


- « Quoi qu’il arrive, n’abandonnez jamais ce rêve. Il vous donnera toujours une force que nos ennemis n’auront pas. Face à la haine, nous opposons nos rêves et nos espoirs et c’est un fait qu’aucun démon ne pourra jamais nous prendre. Si nous combattons sans cela alors nous serons vaincus. » dit-il en se référant à tout ce qu’il avait vécu.

Après cela, elle lui fit part de ces observations et de ces interrogations le concernant. Elle le fit en deux temps d’ailleurs et avec douceur. Elle était perspicace mais aussi décidée à lui faire dire la vérité. La lui apprendre aurait probablement été un moyen de cimenter leur relation mais il n’avait pas d’autres choix que de continuer sur le chemin qu’il s’était fixé. En tout cas, il risquait à chaque instant d’être percé à jour car, comme elle venait de le lui avouer, elle disposait d’un don d’empathie. Toutefois, même si elle pouvait déceler ses sentiments, elle ne pouvait en faire autant sur son passé. En tout cas, il allait lui répondre pour que cet échange ne se brise pas.

- « J’ai participé à de nombreuses batailles au cours desquels j’ai perdu tous ceux que j’aimais. Depuis mon enfance, ceux qui m’entouraient ont tout fait pour que je vive. Mon père est mort pour défendre notre royaume, ma mère a donné sa vie pour que je survive, ma femme s’est interposé et a perdu la vie. A chaque fois, je suis celui qui survit… A présent, je ne veux plus revivre cela et si quelqu’un doit combattre et mourir, ça doit être moi et personne d’autres ! » dit-il avec force.

Cette fois, la tristesse n’avait pas dominé sa détermination. Pour lui, les choses étaient désormais clairs et il s’y tiendrait quoi qu’il arrive et quoi qu’on en pense. Toutefois, il ne voulait pas s’arrêter à une vision centrée sur lui-même.

- « A présent, je pense que vous comprendrez pourquoi je tiens à ce qu’il ne vous arrive rien. J’ignore quels genres de démons vous avez affronté mais ceux qui vivent ici, je les connais par cœur à tel point que j’ai parfois l’impression de faire partie de leur groupe tant ces lieux m’imprègnent désormais. Et puis, vous concernant, disons que vous me rappelez quelqu’un que j’ai connu autrefois. » dit-il sans s’étendre davantage et en regardant le sol.

Un petit silence se fit avant que Zane ne reprit la parole et, cette fois-ci, regarde la jeune femme dans les yeux

- « Je crois que vous avez raison, notre rencontre est peut-être ce qui devait arriver et je crois que c’est plutôt vous qui m’avez trouvé enfin de compte mais j’ignore encore ce que le destin attend de nous. Et puis, je ne suis pas quelqu’un à qui il faut s’attacher. »

A cet instant, il repensa à tout ce qui l’avait conduit à s’exiler ainsi, à tout ce qui faisait qu’aujourd’hui il n’était pas quelqu’un à qui il fallait s’attacher, comme il venait de le dire. Il allait mourir d’ici peu et il n’avait plus le temps de combattre avec les autres comme il le souhaitait. Et puis, il le savait : il était devenu quelqu’un de dangereux après avoir franchi cette nouvelle étape dans son art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Lun 1 Oct - 0:32

Ne pas promettre ! Qu’elle était stupide pourquoi aurait il fait une promesse à Arwana alors qu’ils ne se connaissaient pas. Mais quelque chose, peut être encore son instinct, lui disait que si cet homme disparaissait quelque chose de bien plus terrible se produirait. Elle ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose, et encore moins si c’était pour la protéger elle. Elle pensait, en effet, sa vie moins importante, beaucoup moins importante que celle de Zane. Mais malheureusement elle ne savait pas quoi répliquer. Sinon elle pourrait paraître trop impliqué et semblerait ainsi cacher peut être quelque chose elle aussi alors que ce n’était aucunement le cas. La seule chose qui la guidait : son instinct. Bien sur beaucoup de personnes ne le suivait pas et trouvait cette partie d’eux même futile et sans importance, mais pour Arwana c’était différent. Son empathie combinée à cela l’avaient toujours guidés et l’avaient conduite sur Ynis. Et plus légèrement, dans les bras de son beau schtroumf. Mais pour en revenir à Zane, la jeune elfe était à la fois déçue mais fière de lui, fière de sa franchise, de ne pas la laisser croire des choses fausses. Elle el regardait d’un œil perçant et doux à la fois. Comment faisait il pour la mettre dans cet état, alors que pas si longtemps auparavant encore elle se méfiait de lui. Cela n’annonçait pas grand-chose de bon ! Pourtant elle se laissa guider, elle se laissa même questionner et elle répondit. Une grande discussion pouvant ainsi s’amorcer. Elle put ainsi lui parler avec le coeur, et avec sincérité donc, mais elle voulait aussi en profiter pour découvrir ce mystérieux personnage, connaître enfin ses motivations. Bien sûr Arwana avait l’habitude d’être une vraie pipelette et elle commençait à être plus à l’aise. Ainsi, il ne serait vraiment pas difficile, malgré tout, pour Zane de découvrir la femme qu’elle était.

Arwana écouta les paroles sages de Zane et y répondit. Bien sur, il était évident que la vengeance devait nourrir le cœur de nombreux des habitants de l’île et d’ailleurs, par moment, lorsqu’elle observait l’homme et qu’elle l’écoutait, il lui faisait étrangement penser à l’un des insulaires qu’elle connaissait. Les rêves, les espoirs, oui elle le savait, il fallait les nourrir. C’était ces derniers qui ‘lavaient faite avancer et qui l’avaient gardé en vie. Peut être était ce futile, mais pour la jeune femme ce n’était pas le cas.


« Oui, ils m’ont gardé en vie jusqu’à maintenant, et j’y tiens. Tout comme on prend soin de ses souvenirs et de ses sentiments. »

La discussion était assez étrange. Ces deux personnes parlaient sans aucune équivoque de faits logique mais non sens émotions et sans intérêt. Mais elle se rendait bien compte que quelque chose lui manquait. Elle s’accorda alors une pensée pour lui, puis revient à la réalité. Zane, en effet lui demandait ses motivations à s’entêter pour connaître un certain mystère qui entourerait le jeune homme. Arwana, pas du genre à mentir lui expliqua ses raisons et elle tenta du mieux qu’elle le pouvait de lui faire par des émotions qu’elle sentait. Bien sûr, un sentiment ne pouvait lui révéler le passé de Zane, mais elle savait lorsqu’il mentait ou encore les changements qui s’opéraient en lui et cela titillait vraiment sa curiosité. Et en ce moment, elle sentait qu’il avait une certaine peur, mais d’où venait-elle ? Ainsi à chaque ressentit une question naissait dans l’esprit de l’elfe.

Arwana ne pensait pas que son discours, dit avec gentillesse et douceur pourrait délier un peu plus la langue de Zane. Pourtant il s ‘ouvrait, et cela faisait plaisir à Arwana qui était décidée à savoir pourquoi elle avait été conduite ici. Cependant les mots qu’il prononça furent assez dur, et d’une triste certaine. D’ailleurs ses yeux se voilèrent d’une fine couche d’eau. Elle se glissa un peu de côté et tendit la main pour saisir celle de l’homme, en geste de réconfort. Cette sensation qu’il décrivait elle ne pouvait la ressentir que partiellement, elle n’avait eut personne pour la protéger à part ses parents. C’était pour cela qu’elle pouvait partiellement ressentir son malaise. Lorsqu’il acheva sa phrase d’un regard au sol, elle resserra sa main, le remerciant par là, elle comprenait mieux. Mais elle le laissa finir avant de prendre à son tour la parole


« Oui je saisie parfaitement votre motivation. Mais ne croyez-vous pas que vous en faites trop ? Ne croyez vous pas que les gens qui vous ont sauvé la vie, qui sont mort pour vous, vos parents, votre femme, voudraient vous voir en vie ? Ne croyez vous pas qu’il faille se battre pour sauvegarder leur dernière volonté ? Ne pensez vous pas qu’il faille tout faire pour qu’ils n’aient pas succombé en vain ? Je ne dis pas par là qu’il faut être égoïste et ne penser qu’à soi. Mais au contraire que l’on peut sauver des vies, rendre fière nos défunts parents et amours, mais qu’il ne faut pas non plus prendre des risques inconsidérés. »

Elle parlait une fois de plus avec douceur et émotions. Elle posa une main sur sa joue et le regarda d’une manière assez dure et sincère.


« En outre je vous suis reconnaissante de m’avoir aidé ce soir, d’être intervenue, mais je vois en votre comportement un exemple de prise de danger inconsidérée. Vous m’avez aidé alors que je ne suis finalement qu’un être commun dans ce monde. Et en me sauvant moi, peut être auriez vous pu condamner des centaines d’autres personnes beaucoup plus importantes… »

Arwana était peut être dure. Peut être aussi était elle plus importante qu’elle ne voulait le croire ? Mais pour le moment, ce qu’elle voyait c’est que depuis son arrivée sur l’île, elle n’avait pas été d’une grande utilité. Elle n’avait après tout aucun don particulier pour quoi que ce soit. Mais par-dessus tout, ce qu’elle voulait faire comprendre à Zane c’est qu’il ne devait pas se sacrifier pour une personne isolée sous prétexte qu’il devait à présent combattre pour ne pas être celui qui survit. Survivre oui, mais à quoi cela servait il si on ne le faisait pas correctement et pour ceux que l’on aime ? D’ailleurs, une chose l’avait interpellé, elle lui faisait penser à une personne. Elle ? Bien sûr la curiosité vint se greffer sur cette tristesse qu’elle avait captée chez Zane.

« Et s’il vous plaît, même si je ressemble à quelqu’un de votre passé, ne prenez plus de risque pour moi, je n’en vaux pas la peine, d’autres gens vous attendent, et m’attendent peut être… »

Arwana était sincère et si Miyu avait là elle s ‘en serait certainement pris plein la tête pour pas un sous, mais c’était ce qu’elle pensait. Elle-même aurait donné sa vie pour ceux qu’elle aimait et pour les gens qui devaient être sauvé. Mais un groupe de personnes valait plus que la vie d’une seule, surtout une seule isolée au milieu de l’hostilité du continent, une seule dont tout vous est inconnu chez elle, une seule qui peut être est un démon. Elle lâcha alors sa main, qu’elle avait d’ailleurs oubliée. Et réfléchit à ses derniers mots. Elle ne les comprenait pas. Tout le monde méritait qu’on l’aime, et on ne pouvait pas contrôler l’amour que nous porte autrui ! Elle-même s’attachait petit à petit à sa personne. D’une manière assez étrange d’ailleurs, comme si un lien existait déjà et qu’il n’avait fallu que ces quelques échange pour le solidifier. Mais un lien étrange. Distraitement, sans le regarder dans les yeux pour la première fois depuis leur échange , elle répondit alors.

« Trop tard… »

Lorsqu’elle y repensait Arwana se demandait pourquoi elle s’attachait aux gens de la sorte ? Auparavant, elle ne faisait confiance à personne et depuis qu’elle avait laissé Twiny, elle ne s’était attachée à personne de quelque manière que cela soit. Mais depuis qu’elle était arrivée, s’était comme si elle rattrapait le temps perdu. Par surcroît son empathie s’était fortement développée et elle ne se trompait plus sur les gens qu’elle rencontrait. Zane était lui particulier, et elle n’en démordait pas. Une question lui trottait dans l’esprit.

« Pourquoi ai-je l’étrange impression de vous avoir rencontré ? »

La question lui était venue toute seule. Peut être ‘avait elle pas voulu lui en faire part ou peut être bien que si. Quoi qu’il en soit c’était fait, et elle était curieuse…Son regard revint alors se replonger dans celui de Zane…

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Mer 3 Oct - 1:56

L’échange se poursuivait entre eux et, à chaque phrase, chacun semblait être davantage mis à nu. C’était en tout cas l’impression que ressentait le dragonnier. Ils semblaient en tout cas avoir plus de points communs que de divergences mais là n’était pas vraiment l’enjeu. D’ailleurs il n’y en avait pas vraiment un.
Lorsqu’il parla de ceux qui tombèrent pour qu’il puisse continuer à vivre, il vit la matérialisation de son empathie à travers les larmes qui commencèrent à voiler ses yeux dirigés sur lui. Là, elle s’approcha et prit sa main dans la sienne. Geste de tendresse et de soutien, il n’en fut pas moins troublé par cela. Auparavant, il aurait peut-être profité de cette petite étreinte mais il avait trop changé pour cela et c’est pour cette raison qu’il retira sa main de celle d’Arwana. Il ne pouvait plus accepter autant de douceur désormais. Il ne le pouvait plus depuis ces derniers jours…
Il écouta alors avec attention sa réaction et se leva brusquement quand elle eut fini. Sans le savoir, elle venait de le toucher. Elle n’avait pas vraiment fait une erreur car elle ne connaissait pas l’histoire du gardien mais en tout cas, elle avait suscité une certaine colère chez son interlocuteur mais ce sentiment n’était pas tourné contre elle mais plutôt contre lui, ses ennemis et l’existence en elle-même. Se dirigeant vers la fenêtre, il prit la parole tout en regardant vers cet extérieur où le soleil se couchait.


- « Je leur en veux profondément à tous d’être morts pour moi. Je ne méritai en aucun cas leur sacrifice mais j’ai toujours combattu ensuite pour que d’autres ne meurent pas dans les mêmes souffrances. Pourtant, malgré tous mes efforts, cela n’a servit à rien. Je n’ai fait que repousser l’inévitable car personne ne peut vaincre la mort. Quoi qu’il en soit, la question de prendre où non des risques inconsidérés aujourd’hui ne se pose même plus car la voie que je suivrai est déjà tracée. Ce chemin ne sera fait que de morts jusqu’à ce que la mienne arrive et que je tombe en route. A présent, j’attends le combat final, celui qui débutera bientôt et qui aujourd’hui prend naissance par le nombre croissant d’associations entre démons. » dit-il avec colère.

Il s’était emporté et pourtant elle s’était montrée douce avec lui. Son seul défaut était finalement celui de ne pas connaître son histoire. En tout cas, elle l’avait remercié mais en rabaissant l’importance de sa vie par deux fois. Ne pouvait laisser passer cela plus longtemps, il prit la parole de nouveau afin de réagir.

- « Arrêtez de rabaisser ainsi la valeur de votre vie ! Vous m’avez dit avoir quelqu’un que vous aimez alors ne serait-ce que par respect pour lui ne méprisez plus votre vie. Quant à la mienne, elle a peu d’importance. Vous me direz peut-être le contraire mais je veux tout de suite couper court à tout propos. » dit-il avant de poser de nouveau le regard sur elle.

Hormis Namibe et Hakouryo, personne ne connaissait ce qu’il était sur le point d’avouer. Mentir sur ce point aurait pu suffire mais il tenait pourtant à lui dire la vérité sur sa vie, sur cette existence qui lui échappait tandis qu’elle lui avouait à demi mot s’être déjà attaché à lui.

- « Ma santé se détériore de jours en jours à cause de ma pratique des invocations. J’ai dépassé le point de non-retour et désormais il ne me reste plus beaucoup de temps à vivre. Ces dernières lueurs de vie, je veux les lancer dans la bataille. Cette fois-ci, je combattrai en première ligne car plus personne ne doit se sacrifier pour moi. S’attacher à moi serait désormais inutile car on ne doit pas s’attacher à la mort. »

Ces mots étaient durs à son propre égard mais il ne comptait en aucun cas s’épargner désormais. Se demander s’il aurait pu s’attacher à elle était une question qui tombait sous le sens puisque c’était déjà le cas depuis fort longtemps.
Puis, il fut presque déstabilisé par sa dernière question. Elle semblait vouloir lui demander si tous deux ne se connaissaient pas déjà d’une manière ou d’une autre. Il devait bien sur contourner ce genre de questions et c’est ce qu’il s’apprêtait à faire quand soudain il ressentit quelque chose de menaçant se diriger droit sur eux. En une fraction de seconde, il comprit alors ce qui était en train de se passer et il courut vers Arwana qu’il prit contre lui avant de s’adresser à Hakouryo qui volait près de lui.


- « Vite reprends ta taille adulte et sors d’ici !! » s’écria-t-il.

Immédiatement, il prit sa taille adulte et fit alors voler en éclat la petite cabane avant de pousser un hurlement qui résonna à travers la forêt tandis que Zane bascula par la porte qui était entrouverte. Serrant fortement la jeune femme contre lui, il s’adressa à elle d’une voix posée qui était en totale rupture avec ce qui semblait se passer.

- « Faîtes-moi confiance et restez près de moi surtout. »

Se serrant contre elle, il lui transmettait sa chaleur sans le vouloir. Ceci venait de son désir de la protéger contre ce qui était une attaque qui vint s’abattre sur les restes de la petite cabane qui prit feu en un instant juste après que le dragonnier ait sauté dans le vide en compagnie d’Arwana.
Acte désespéré ? N’importe qui aurait pu le croire mais cet acte était pourtant réfléchi car, alors que le vide les aspirait, le fidèle dragon blanc vola en dessous d’eux et les récupéra sur son dos avec aisance même si la vitesse d’exécution était tout simplement terrifiante. Véritable exemple de la complicité entre le dragon et son dragonnier, la monture venait de sauver la vie de son maître.
Puis, une fois en position plus favorable, le gardien s’adressa à sa compagne tandis qu’en dessous d’eux on pouvait clairement voir les différents feuillages s‘agiter de manière violente et sur une étendue importante.


- « Les démons de tout à l’heure n’étaient finalement que des éclaireurs et je crois bien avoir fait une erreur. Ils ne venaient pas pour vous mais pour moi. Ils veulent probablement venger ceux que j’ai tués depuis que je suis ici et cette fois-ci, ils sont venus en très grand nombre. » dit-il visiblement inquiet.

Zane n’était pas du genre à craindre de simples démons mais aujourd’hui ils étaient venus en nombre conséquent et cela signifiait qu’ils devaient être de plusieurs races différentes. Cette fois-ci, c’était donc du sérieux et la meilleure solution était de fuir le combat. Toutefois, arrivé en dehors de la forêt, une réalité se fit devant eux sous la forme d’un piège qui venait de se refermer. En effet, près de trois cents monstres de toutes formes les attendaient et pointaient, pour certains d’entre eux, des flèches qui auraient pu être mortelles pour Hakouryo. Le combat au sol allait donc être la seule solution tandis qu’un nombre encore inconnu de soldats se dirigeaient en ce moment sur eux à travers la forêt.

- « Arwana, nous sommes pris en tenailles et nous n’avons pas d’autres choix que de les combattre tous. J’ignore combien ils sont en comptant ceux qui se trouvent dans la forêt mais je crois qu’il va falloir se préparer à affronter au moins cinq cents créatures. La nuit approche, le terrain n’est pas à notre avantage et encore moins le nombre mais ils sont individuellement assez faibles alors si nous les frappons vite et bien, nous avons une chance de nous en sortir. » dit-il d’après ces premières constations.

Il descendit ensuite du dos de son dragon tandis que la horde de monstres, pour certains armés de haches, d’épées, de lances ou d’arcs s’élançaient sur eux de toute part. Là, alors qu’il se saisit de sa lance, il s’adressa à nouveau à la jeune femme en la fixant d’un regard qui voulait lui demander son pardon.

- « Tout ceci est ma faute. J’ai manqué de prudence et je vous entraîne dans un combat qui n’est pas le vôtre. Voilà pourquoi je ne veux pas que l’on s’attache à moi. J’attire trop une mort qui n’attend plus que moi. »

La horde était désormais presque sur eux. On pouvait entendre leurs cris bestiaux tandis que leur cours faisait trembler le sol. Dans une poignée de secondes, les armes s’entrechoqueraient. C’est à cet instant précis que le sol se mis à trembler de manière encore plus violente mais cette fois-ci ce ne fut pas l’œuvre des monstres mais celle du gardien venu du futur qui concentra son énergie avant de s’adresser une dernière fois à son compagnon et à celle qui se trouvait à ses côtés.

- « Hakouryo, occupes toi de ceux qui arrivent par la forêt tandis que nous ferons face à ceux qui se trouvent dans la clairière. Combattons tous avec notre espoir car ils ne pourront jamais nous l’enlever ! Nous changerons le destin de ce monde ! » s’écria-t-il avec force.

Vit-elle ce qui changea à cet instant chez lui ? En tout cas, alors qu’il s’était élancé sur ses adversaires, ses pupilles étaient devenus rouges...
Le combat avait débuté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 4 Oct - 2:29

Quelle étrange sensation que celle que l’on a lorsqu’on avance sans savoir le but final, sans savoir même ce que l’on est en train de faire ! Arwana avançait en aveugle et pourtant, au fond d’elle, elle savait qu’elle se devait d’être là. Pourquoi ? La réponse elle ne l’avait pas encore ! De ce fait elle écoutait attentivement Zane, et son empathie exacerbant ses propres sentiments et pensées, Arwana ne put que compatir avec le jeune homme. Et cela passait, avec elle, forcement avec un geste de réconfort. Mais voila, celui ci avait rejeté ce geste. L’elfe en fut déçue, ne comprenant pas pourquoi il vivait ainsi en reclus du monde, à se battre et à nourrir une telle culpabilité. Son refus de compassion, Arwana y répondit en fermant de nouveau son esprit. Elle n’était plus objective lorsqu’elle se servait de son pouvoir, normal, elle se confondait un peu avec l’autre. Un peu vexée mais aussi sans doute agacée par sa propre audace, Arwana voulait rester... « neutre », si l’on peut dire ainsi. Mais le mal était fait, enfin le mal, non l’attachement était là. Et même malgré sa réaction et son levé si brusque, Arwana ne pouvait penser autrement. Cet homme était tourmenté par quelque chose et elle n’avait besoin d’aucun pouvoirs pour remarquer cela.

C’est avec colère qu’il lui répondit mais la jeune fille ne pensait pas être la cible de ce sentiment. Il lui tournait le dos, et elle en profita pour se lever et se mettre derrière lui. Elle se sentait concernée par son récit mais était tout aussi ferme sur le sujet. Il ne devait pas mourir pour payer une quelconque dette. Elle s’approcha alors et lui attrapant le bras le tourna vers elle. Elle le regarda d’un regard sévère et triste à la fois.


« On ne peut combattre la mort, en revanche la chercher n’est pas une bonne solution. Restez en vie pour sauver le maximum de vie, et pour ceux que vous aimez, car je suis sûr que quelque part quelqu’un vous aime. Et même si vous n’êtes pas éternel, il est possible d’avoir un moment à graver à jamais en mémoire, magnifique et pure…fabriquez le vous avant cette bataille dont vous me parlez depuis tout à l’heure…d’ailleurs comment savez vous qu’une guerre se prépare ? »

Oui après tout il parlait sans cesse de cet évènement catastrophique mais comment pouvait il en être sûr ? Comme pouvait-il savoir ? Peut être s’était-il aventuré dans ce monde de débauche pour les étudier. Encore des risques dans ce cas ! Certes, Arwana ne pouvait nier que de telles informations ne puissent être importantes, mais elle n’avait toujours pas avalé le fait qu’il ait pris des risques pour la mettre à l’abri elle, qui était un pion insignifiant sur l’échiquier que semblait décrire Zane. Mais lui ne le voyait pas de cet œil. Il la réprimanda en quelques sortes pour s’être rabaissée, ou du moins pour avoir amoindri l’importance de sa vie. Pourtant Arwana sentait qu’il était plus important que Zane reste en vie plutôt qu’elle. Il évoqua, en plus, un argument étrange. Celui qu’elle aime ? Son respect ? Mais lui que ressentait il pour elle ? Elle ne le savait pas vraiment, alors à partir de là était ce vraiment valable ?

« Je le respecte, mais si une bataille se prépare, ma vie importe moins que celles de ceux qui peuvent faire pencher la balance du bon côté. »


Elle ne le contrariait plus concernant ca propre existence, mais elle jugea aussi sa réplique assez explicite pour le faire à sa place. Bien sûr, peut être n’avait il pas tort et elle ne s’imaginait pas comment pourrais réagir Miyu dans n’importe quel cas, mais c’était ainsi, seul son esprit logique raisonnait. Elle donnerait sa vie sans hésiter pour Zane, sans même le connaître vraiment, et encore plus pour Miyu, qui même sous ses airs gentillets et loufoques était bien plus fort qu’elle en cas de combat. Mais il était vrai qu’elle ne comprenait pas pourquoi Zane prenait les choses ainsi. Il finit cependant par la regarder dans les yeux, et lui avouer une partie de lui. Elle l’observa avec tristesse.

« Je ne vous connais pas, je le sais, mais ce n’est pas à vous de décider qui doit s’attacher à votre personne ou non. Même lorsque l’on se sait condamné, on à le droit à avoir des personnes autour qui nous aime et nous chérissent. Vos motivations sont honorables, mais votre raisonnement erroné. Laissez les gens vous aider et vous aimer pour ce que vous êtes, même si il ne vous reste plus longtemps parmi nous. Peut être sauverez vous des vies grâce à cet attachement… »


En effet, Arwana l’avait vu. Pour elle s’était parce que ses parents l’avaient aimé qu’elle était toujours en vie. Elle aurait pu se laisser aller, abandonner la partie, se laisser dévorer, mais non, pour l’amour que ses parents lui avaient donnée, pour leur mémoire, elle s’était battu et elle se battrait pour toujours pour ceux qu’elle aime. Et cette sensation étrange qui s’insinuait en elle depuis ses premiers mots échangeaient avec Zane, l’intriguait. Ce sentiment étrange de le connaître alors qu’elle était persuadée de ne l’avoir jamais vu. Devenait de plus en plus intense avec l’avancement de leur entre vue. Elle concrétisa ce qu’elle ressentait par une question. Elle aurait du s’en douter, il détournerait le sujet de la conversation, cela ne se faisait pas de poser de telles questions, mais Arwana était nature. Elle était ainsi partit dans son pays des songes lorsque soudain tout s’accéléra. Comme si elle avait changé de monde, ne comprenant pas cette agitation soudaine, elle vit Zane la rejoindre à toute vitesse et la serrer fort contre lui. La première réaction de l’elfe fut de lui crier au nez.

« Non mais ça ne va pas ? Lâchez … »

Mais déjà l’homme donnait l’ordre de reprendre sa forme adulte à son dragon qui s’exécuta. Quelque chose ne devait pas vraiment aller bien, et pour vérifier, Arwana libéra son don. Mais elle fut surprise, et n’ayant pas prévu l’étendue du désastre, toutes ses consciences qu’elle ressentait se mélangèrent en une explosion de sentiments de haines de colère de jubilation même. C’était douloureux, trop pour elle, et un cri de douleur lui échappa alors. Il fut bref, mais Hakouryo s’était transformé et avait jeté en débris la cabane. Confiance ? Euhh, la difficulté était qu’Arwana n’avait confiance en personne, mais cela Zane ne le savait pas. Elle se ferait donc violence pour la cause. Puis il la tenait fort, très fort avec beaucoup trop de proximité, mais elle comprenait maintenant. Néanmoins Zane avait encore activé sa volonté de la protéger. Il s’élança ensuite dans le vide.* Mon Dieu, on va mourir ! Pourquoi cela ? Avec mon vertige ! Il est fou on va se cracher !* Arwana n’était vraiment pas tranquille, elle était très mal à l’aise avec le vide. De ce fait elle s’accrochait fort à Zane, fourrant sa tête tout contre son torse en fermant les yeux. Mais vite alors qu’ils tombaient en chute libre, Arwana sentit quelque chose de dur. Puis elle ne s’était pas crachée. Doucement, elle ouvrit les yeux, et vit qu’elle se trouvait sur le dragon. Une belle combinaison, voilà c que cela devait faire.

Ils volèrent alors, sur le dos de l’ami de Zane et celui-ci se mit à parler des démons. Pour lui ? Pour venger ? Oui certainement, mais l’erreur est humaine. Arwana se contenta de resserrer la prise qu’elle avait en tenant les habits de Zane au niveau de ses côtes. L’air frais du soir, du crépuscule, agitait ses cheveux turquoise dans la lumière du coucher de soleil. Et avec ce temps, l’elfe ressentait l’inquiétude de l’homme.


« Qu’avez vous ? Pourquoi cette inquiétude ? »

Mais elle regarda au sol, et serrant encore un peu plus ses prises, elle vit le nombre conséquent de créatures. Jamais ils ne pourraient en venir au bout, ils étaient trop nombreux, il devenait fou ! Pour le coup Arwana eut peur qu’il l’ait prise pour une jeune fille trop bien entrainée ! Elle ne savait pas plus que cela se battre en réalité…Ils atterrirent alors et Zane descendit au sol. IL se pardonna, et même si Arwana se sentait un peu paniquée d’être jetée de manière si prompte dans un combat d’une telle envergure, elle ne put s’empêcher de descendre à son tour. Vu le nombre de démons et créatures de l’enfer qui se radinaient, ils n’avaient pas trop le temps, mais elle descendit à son tour atterrissant face à l’homme. Elle prit sa tête entre ses deux mains et déposa un baiser sur son front en se mettant sur la pointe des pieds.

« Puisse Stellae vous protéger…ne vous pardonnez pas, je suis là, je me battrais à vos côtés et pour protéger les miens… »

Elle ne pouvait le dire à Zane, elle ne le connaissait pas assez mais cette clique était vraiment près de l’embarcadère. Pourvu qu’elle s’en sorte. Elle défit alors l’arc de son dos et prit une flèche. Zane,lui, donna des ordres au dragon qui s’envola. Néanmoins l’homme changea, son regard…il était devenu étrange. Mais pas le temps pour cela, Arwana se tourna dos à Zane, des centaines de monstres arrivaient sur elle et elle devait s’en dépatouiller. A quelques centaines contre deux, ils seraient durs à exterminer. Elle tira son arc, bien droite, encocha sa première flèche se concentra et tira. Elle eut son premier démon, puis elle décocha ainsi des flèches jusqu’à ce que son carquois fut vide. Elle se saisit ensuite de sa lance Elendhil. Et entama un duel avec un vampire, quelque chose dans le genre. Leurs armes s’entrechoquèrent. Arf, une entaille à la cuisse gauche, et paf elle lui renvoie le coup en le transperçant au bras. Puis paf, les petits copains arrivent… Et le combat dura ainsi, les épées s’entrechoquant avec sa lance. Arwana, malgré sa maîtrise incomplète de son don, se servit de sa télépathie, même pour aider Zane. Lorsqu’elle voyait que trop de démons s’attroupaient près de lui, elle les faisait voltiger du mieux qu'elle pouvait pour les éloigner un minimum de lui. Un moyen peut être peu efficace mais qui fonctionnait.

Maintenant, l’elfe avait du en tuer une vingtaine, peut être plus, elle ne comptait pas. Elle tourna et vit alors les démons entourer l’homme valeureux qu’était Zane. Elle courut vers lui
:

« Zane, derrière vous !!! »

Elle se frayait un chemin parmi ces âmes en peine, mais déchainées elles essayaient de la tuer , grâce à sa lance d’argent….

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Ven 5 Oct - 0:27

Zane avait senti la déception de sa compagne elfe au moment où il s’échappa de sa main qui se voulait réconfortante. Rejeter la douceur de quelqu’un ne lui était en aucun cas habituel mais il estimait avoir fait le bon choix pour lui comme pour elle. Toutefois, il n’avait pas prévu qu’elle ne se laisserait pas repoussée comme cela puisqu’elle le suivit une fois qu’il fut près de la fenêtre. Il sentait alors sa présence si forte derrière lui mais ne pouvait pas se retourner pour autant. De toute façon, c’est elle qui le fit à sa place pour la seconde fois depuis qu’ils se trouvaient ici. Là, elle lui dit des mots forts dont le sens le toucha. Au fond de lui, il savait qu’elle avait raison mais il ne pouvait pas le lui avouer. Pouvait-il donc répondre à sa question alors ? Non, il resta figé dans le silence.

Quelques instants plus tard, elle prononça des mots qui le frappèrent à nouveau notamment car elle exprimait une vérité sans tabou. Ainsi, elle considérait que sa vie était moins importante que celles qui pouvaient faire pencher la balance du bon côté. Sur ce point, il ne pourrait pas la contredire car lui-même accordait plus d’importance à la vie des sœurs Aleyna pour la même raison. Toutefois, il ne voulait pas non plus qu’Arwana sacrifie sa vie pour quelqu’un. Il ne pouvait le nier : en aucun cas il ne voulait la voir mourir ni même souffrir. Toutefois, comment le dire sans qu’elle ne se pose des questions ?


- « Je crois que je partage moi aussi votre opinion mais sachez que je ne vous excuserai jamais de mourir même pour des personnes importantes. » dit-il de manière affirmée.

Puis, vint ce fameux dictons du « jamais deux sans trois". En effet, pour la troisième fois, elle lui répondit des paroles lourdes de sens que même lui ne pouvait pas ignorer. Elle soulignait le fait qu’il ne pouvait décider de qui s’attacherait à lui ou non et qu’il avait le droit d’être entouré par des personnes qui l’aiment. Elle ajouta que cet attachement pourrait même sauver des vies. En fait, sans le savoir, elle venait de mentionner ce qui fut sa première idée: réunir les gardiens de l’île pour mieux combattre car de l’union venait la force. De ce point de vue là, il pouvait effectivement sauver des vies mais c’était oublier le fait qu’il pouvait être dangereux pour ces mêmes personnes désormais.

- « Je croyais à cela moi aussi autrefois mais aujourd’hui, je suis différent et même si je peux sauver des vies, je peux également en faire perdre et cette idée suffit à me tenir éloigner des autres. Je ne peux pas courir le risque d’être dangereux et je ne veux pas non plus être quelqu’un que l’on pleura. Je ne ferai pas revivre aux autres ce que j’ai vécu. » dit-il en la regardant avec sérieux.

Ses expériences douloureuses l’avaient forgé de manière irrémédiable et aujourd’hui, toutes les atrocités de son passé se ressentaient dans chacun de ses mots ou de ses gestes et cela quels que soient les subterfuges ou la volonté qu’il utilisait. Quoi qu’il en soit, cette conversation aurait très certainement pu durer encore bien longtemps et peut-être même qu’Arwana aurait encore davantage frappé son armure mais l’attaque qui venait d’avoir lieux contre eux en avait décidé autrement.
Durant les instants qui précédèrent la confrontation Zane et Arwana furent particulièrement proches sur l’initiative du dragonnier qui, faute de temps, n’avait pas pu lui expliquer son plan et s’était contenté de la serrer contre lui. Tout cela lui rappela notamment certains combats qu’il avait menés avec Namibe. Tous deux s’étaient retrouvés à de nombreuses reprises dans des situations fâcheuses comme celle-ci et leur proximité avait alors été fusionnelle mais il fallait dire que tous deux étaient mariés et se connaissaient parfaitement.
En tout cas, même si un tel lien ne les unissait pas lui et la jeune femme en cet instant, il ressentait parfaitement la douceur qu’elle avait à son égard mais aussi sa détermination à affronter ceux qui leur faisaient face. Il ressentit cela par ce baiser qu’elle lui déposa sur le front mais aussi par ses mots. En parlant de protéger les siens, il comprit qu’elle se battait pour les habitants d’Ynis Witrin et il se rendit soudainement compte lui aussi que l’île n’était pas très loin d’ici. Finalement, il ne s’était pas éloigné tant que ça de son île. Sur le coup, il en sourit même de manière discrète en se disant que sur certains points, il se mentait à lui-même. Quoi qu’il en soit, l’heure n’était plus à ces considérations, il fallait combattre et il s’élança alors avec rage contre ses agresseurs tandis que sa compagne vida son carquois de flèche à une vitesse impressionnante.

Ses pupilles étaient devenues rouges comme pour matérialiser la haine qui s’était emparée de lui et qu’il concentrait dans chacun des coups qu’il donnait avec sa lance à double lame. Sa vitesse d’exécution lui permettait de passer entre ses adversaires afin de se placer de manière à faire le plus de dégâts possibles. Ainsi, il s’assurait de battre les démons qui venaient sur lui en un seul coup car pour contrebalancer leur nombre il fallait gagner sur la vitesse. Ainsi, ceux qui s’élancèrent sur lui tombèrent les uns après les autres sous ses lames tranchantes. De plus, il pouvait également compter sur la télépathie d’Arwana qui veillait sur lui presque plus que sur elle-même. Quelque part, cela le gênait mais il ne pouvait pas le lui dire pour le moment car les assaillants arrivaient désormais en plus grand nombre. D’ailleurs, lui-même finit par être encerclé mais ce fut sans compter l’intervention de l’elfe qui vint s’attaquer à ces monstres tandis qu’il pointait étrangement sa lance en direction du ciel. Ce geste allait très vite avoir un sens puisque une volée de flèches descendirent sur lui. Utilisant un mouvement de rotation, il parvint à arrêter les flèches assassines à l’aide de son arme mais cela n’allait pas suffire car s’il devait constamment rester immobile alors on le tuerait tôt ou tard à l’arme blanche. Il devait donc mettre en place une nouvelle stratégie.
Concentrant son énergie il prit la parole en direction des démons qui s’approchaient et de ceux qui se trouvaient tout près de lui.


- « Il est temps de rétablir l’équilibre vous ne trouvez-pas ? » dit-il avec un sourire en coin.

A cet instant, plusieurs dizaines de doubles de lui-même apparurent sur le champ de bataille de telle manière qu’on ne pouvait plus distinguer lequel était le vrai tant les copies étaient conformes. Les démons allaient donc devoir s’éparpiller davantage et même si ces doubles n’étaient que des illusions, certains d’entre eux étaient en mesure de causer de véritables coups. Auparavant, il ne parvenait pas à rendre physique ces illusions mais aujourd’hui, il le pouvait au tiers mais au prix d’une quantité très importante d’énergie. En tout cas, il ne perdait rien en volonté et l’heure était venue de mener la contre-attaque. Toutefois, il n’allait pas la mener seule.

- « Arwana, le moment est venu de contre-attaquer. Nous finirons par les battre, quel que soit leur nombre alors tenez bon. » dit-il avec confiance.

La voix était un écho venant d’un endroit éloigné de la jeune femme mais la main qui se posa sur son épaule fut quant à elle bien réelle. Zane se tenait en effet derrière elle et lui transmis une partie de son énergie et de sa chaleur. Son visage était certes figé sur une expression de concentration mais ce geste venait de parler pour lui. Il venait ainsi de la remercier, à sa manière, d’être ici.
Puis, il planta son arme dans le sol sans dire un mot et se jeta de nouveau dans la bataille. Son arme semblait avoir été laissé là à l’intention de sa compagne pour lui laisser la possibilité de s’en servir. Le gardien avait en effet décidé de combattre à main nue pour la suite. Cela pouvait paraître complètement fou mais il ne pouvait plus faire marche arrière désormais et c’est entre technique et violence qu’il s’attaqua à ses adversaires. Utilisant ses techniques, il désarmait les démons avec facilité avant de les frapper au coeur ou de leur briser la nuque. Ses pupilles devinrent de plus en plus écarlates tandis que sa force semblait augmenter à chaque instant. Peu à peu, Zane semblait devenir un véritable démon assoiffé de vengeance. Son regard était terriblement dur et sa concentration extrême. A chacun de ses coups, le prénom d’un de ses compagnons faisait écho dans sa tête et accompagnait son geste jusque dans les entrailles de ses assaillants.
Le dragonnier n’était plus celui qu’il fut par le passé. Il était devenu plus fort mais aussi plus violent dans ces combats. Finalement, la violence engendre la violence et c’est comme cela que l’on pouvait expliquer les actes de Zane aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, ses efforts conjugués à ceux d’Arwana semblaient porter leurs fruits puisque le nombre d’adversaire avait considérablement diminué. La victoire était-elle proche ? On aurait pu le penser avant que l’homme ne reçoive une flèche en pleine poitrine. D’une précision redoutable, la flèche venait de causer une blessure assez profonde à celui qui était debout au milieu des cadavres.
Posant sa main droite sur cette flèche, il l’arracha promptement avec un petit rictus de douleur. En tant normal, bon nombre d’individus se seraient écroulé au sol mais il n’en serait pas de même pour lui qui avait souffert de blessures beaucoup plus que graves que cela.


- « Il vous faudra au moins m’atteindre au cœur pour me tuer. Il vous faudra comprendre cela avant de pouvoir espérer me tuer. Ce qui n’arrivera pas aujourd’hui car mon heure n’est pas encore venue. J’ai encore trop de choses à faire en ce monde pour mourir aujourd’hui. Je… Je changerai le destin de ce monde !! » dit-il avant de s’élancer littéralement sur la vingtaine d’ennemis qui faisaient bloc devant lui.

Le combat se poursuivait alors que la nuit était désormais tombée et que seule la lumière de la Lune éclairait les lieux. Les illusions de Zane s’étaient presque toutes effacées mais leur créateur tenait encore debout et se battait non loin d’Arwana tout en en lui cachant son visage pour ne pas montrer comment il était. A cette distance, il parvenait à intervenir quand elle était en difficulté tout comme elle recourait à la télépathie pour le prévenir d'un danger. Aussi difficile soit-il, le combat semblait se terminer alors que son visage avait désormais pris la teinte du sang et son odeur. Soudain, le sol se mis à vibrer et la lumière de la Lune se fit moins intense. Quelque chose semblait l’obscurcir et pour trouver la réponse à cette question il fallait regardait en direction de l’astre.
Ainsi, une nuée d’harpies se dirigeait droit sur eux. Ces créatures qui résidaient dans des montagnes proches s’étaient déplacées en masse pour l’occasion mais peut-être que leur but n’était alors pas forcement les deux combattants uniquement mais les carcasses de démons qui leur assuraient une source de nourriture facile. De plus, les démons encore vivants étaient eux-aussi à découvert. Ainsi, le combat allait prendre un nouveau tournant.


- « Arwana, il semble que les harpies viennent profiter de l’occasion de se débarrasser de deux de leurs ennemis. Au sol, nous avons un désavantage total alors il nous faut les toucher en vol. Le seul moyen est de les atteindre avec des flèches. Je ne suis pas apte dans ce domaine mais je sais que vous oui. Prenez les carquois des archers ennemis morts et je m’occuperai de vous défendre. » dit-il tout en repoussant les quelques démons se trouvant autour de lui.

Le combat s’annonçait encore difficile et il n’y avait pas de places pour l’indécision. Chacun devait avoir confiance en l’autre et ce n’est qu’ainsi qu’ils allaient pouvoir s’en sortir. Finalement, Arwana avait raison et Zane se laissait aller à son cette idée, celle-là même qu’il avait renié en s’exilant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Ven 5 Oct - 23:18

Arwana était désormais sortie de son mutisme, mais cela voulait aussi dire qu’elle commençait à se sentir plus en confiance et inévitablement à s’attacher. Bine sûr cela n’avait vraiment rien avoir au comportement plus que léger qu’elle avait eu la dernière fois qu’elle avait rencontré un homme, mais le contexte était tout aussi différent. IL refusait qu’elle soit douce et gentille, soit mais elle ne se laisserait pas faire ainsi. Maintenant qu’il l’avait ôtée de son silence, il en paierait les conséquences. En outre, elle savait que ses mots n’étaient pas vains, et qu’au fond ils touchaient Zane, comme la plupart du temps. Son expérience de la vie avait donné une certaine sagesse à Arwana, sagesse qu’elle n’utilisait pas vraiment, préférant profiter de la vie, maintenant que l’île lui offrait un habitat sûr, du moins beaucoup plus sûr que le continent. Et elle avait une raison de vivre, et pour cela elle se battrait jusqu’à la mort s’il le fallait. Ce dont elle fit part à Zane pour lui expliquer son point de vue sur l’importance de sa vie. Néanmoins, le mystérieux homme qui ne se dévoilait qu’à demi-mots, ne semblait pas du même avis. Elle rentra de nouveau dans un certain mutisme, car Arwana ne pensait pas qu’il se rait bon de débattre sur le sujet. Sans doute, ce qu’elle pensait se lirait sur son visage, mais elle ne s’ôterait jamais de l’idée, qu’elle pourrait laisser sa vie pour des gens plus importants qu’elle ou qu’elle aimait. Personne ne lui en lèverait cette idée de la tête. Puis de toute façon, elle ne comprenait pas pourquoi, il donnait tant d’importance à la jeune femme qu’elle était alors qu’il ne la connaissait pas. Alors autant ne rien ajouter.

Mais voila, il trouvait toujours quelque chose pour la faire réagir. Il rejetait toute tendresse sous prétexte que ses jours de vie n’étaient plus nombreux ! Mais était-il à ce point égoïste ? Non elle ne le croyait pas, il essayait de protéger els gens, elle le savait, amis à vouloir trop sauvegarder autrui, il s’en oubliait et risquait d’autant plus leur vie ! Car, on peut provoquer et faire beaucoup de choses sous le coup du rejet. Mais encore une fois il trouva une parade pour contredire et trouver une excuse. Bien sûr cela la démangeait de répondre. Mais comment le faire changer d’avis, après tout il avait le droit de penser comme elle, et la seule chose qu’elle fit c’est de le regarder avec beaucoup de sévérité, les mains sur les hanches.


« Quoi que vous en disiez, il est impossible de vivre sans une personne qui vous aime, même si vous le refuser, vous ne pourrez rien y changer. Et certaines fois, la souffrance et ce qui nous fait avancer, c’est elle qui m’a poussée à vivre…Laissez les gens vous aimez, ils sont assez grands pour savoir ce qu’ils font, et de toute manière par les temps qui courent, tout le monde risque de mourir prématurément. Moi-même je ne rentrerais peut être pas chez moi après vous avoir quitté il peut m’arriver n’importe quoi…Alors cessez de ne penser qu’à vous et laisser le destin faire les choses »

Son ton était ferme ne laissant place à aucune contradiction. On ne pouvait pas nier cet état de fait. Même si on ne voulait le croire, si on ne voulait l’accepter la vie était faite ainsi. Lees choix n’appartienne qu’à ceux qui les prennent et ce n’est pas à la personne concernée de dire si les autres doivent l’aimer ou la détester quelque soit la situation. Néanmoins, Arwana n’était pas stupide et elle voyait bien que si Zane parlait ainsi, c’était qu’il avait du vivre des choses particulièrement douloureuses qui guidaient ainsi ses motivations.

Mais voila leur échange se finit, Arwana qui avait fermait la vanne, n’avait pas ressentit les mauvaises ondes, et ainsi elle ne savait pas ce qui se passait. Zane l’avait attrapée et serrer tout contre lui avant de les jeter tous les deux dans le vide jusqu’à ce que son dragon ne les récupères. Arwana s’était tenue fortement à Zane, au tissu qui recouvrait son torse, puis une fois sur le dos de la créature, même si là elle ne se sentait pas en danger, elle le serra au niveau des côtes pour un peu se venger de l’avoir entraîné ainsi. Elle avait une horreur très prononcée du vide. Mais voila en même temps il avait bien agit et elle ne lui en voulait pas plus que ca et desserra cette éreinte. Ils arrivèrent alors en terrain dégagé et ils n’avaient d’autre choix que de se battre. Arwana ne pensait pas se retrouver propulsée la dedans si vite. Elle n’avait aucun entraînement pour des combats en si grand nombre. Le maximum de démons à combattre en même temps était peut être cinq voire six mais guère plus. Là ils étaient des centaines, qui approchaient. Cependant, l’elfe nota quelque chose, ils avaient l’air lent. Elle en profita pour des dernières paroles avant de partir au combat, un combat dont l’issue était toute tracée pour la jeune palefrenière. Elle en était sûre, du moins presque, jamais elle ne reverrait Miyu ou ses amis, Lily, Aerandir et les autres. Comment deux personnes pouvaient elles vaincre tant de démons ? Zane était il inconscient ? Ou peut être avait il trop confiance en Arwana ? Si c’était cas, il serait très certainement déçu. Pourtant, elle ne se laissa pas abattre, et elle se mit à décocher des flèches, les unes après les autres, avec la précision d’un œil d’aigle. Elle n’avait pas vraiment le choix de toute manière, c’est dans ce genre de combat qu’elle excellait, mais malheureusement, son carquois se vidait vite, bien trop vite et bientôt elle devrait se servir de sa lance et délaisser son arc. Et cela arriva bien trop tôt. Heureusement elle maniait très bien Elendhil et avec l’agilité due à sa race. Zane lui était de l’autre côté et faisait siffler sa lance à une rapidité que la jeune fille n’avait encore jamais pu constater. Elle le surveillait, mais visiblement cela ne servait pas vraiment, il se débrouillait bien. Elle lui lançait pourtant des messages télépathiques pour le prévenir d’un revers ou autre, pour l’aider un maximum, s’oubliant elle-même. Cette erreur, elle la paya, car elle reçut une dague dans l’épaule gauche qui lui tira un cri de douleur. Elle tourna alors la tête vers l’immondice qui ‘lavait prise à revers, la douleur amenant les larmes à ses yeux verts... Elle le planta sans aucuns remords dans le cœur avec sa lance, le sang coulant le long de son bras. Puis elle se déchaîna alors contre ces créatures qui l’entouraient toujours plus nombreuses, s’aidant de son pouvoir de télékinésie pour mettre de la distance lorsque cela était nécessaire. Bien sûr cette méthode, elle la mettait autant à profit pour elle que pour Zane, qui expédiait à la mort les démons par dizaines. Il était concentré, peut être trop et n’avait pas vu que l’une des créatures arrivait derrière lui, dague tendue. Elle cria alors et s’élança au milieu de ces déchets d’homme ou autres créatures, faisant virevolter sa lance avec sa main droite, soulageant un maximum son épaule ensanglantée. L’homme lui, alors qu’Arwana plantait sa lance dans l’abdomen de la créature qui voulait en finir avec lui, entra dans une sorte de rite, levant son épais en l’air. Bien sûr l’elfe ne comprit pas vraiment, mais elle le protégea en attendant qu’l s’accomplisse ne commettant pas une autre erreur qui là, pourrait lui être fatale. Mais elle fatiguait, dans quoi elle s’était entraînée ? Pourquoi était elle venue sur le continent ? Quel était le but de tout ceci ? Le destin avait il décidé de la faire mourir ici, sur ce champ de bataille ? Et à cette pensée, elle vit une volée de flèches, elle se voyait déjà étalée au sol, mourante. Ais non, elles furent stoppées, par Zane. Il était décidemment pleins de ressources ! Elle était tentée par s’arrêter de combattre mais il ne le fallait pas, elle avait la volonté et son corps, bien que balafré de toutes parts tenait encore debout. Alors sa lance à la main, elle tuait, coupait des têtes, ou même des bras, ceux qui portaient lances et épées. Puis elle l’entendit parler aux démons, quelle drôle d’idée ! Faire pencher la balance ? Et il comptait s’y prendre comment ils n’étaient que deux !

La réponse ne se fit pas attendre, et pour le coup Arwana ne put s’empêcher de cesser le combat tant elle fut surprise. Il pouvait se dédoubler ! Mon Dieu, mais il y en avait de partout, des clones, si bien qu’Arwana ne savait plus où était le vrai. Les démons eux-mêmes furent saisit par la vision. Puis elle entendit comme une voix lointaine, celle de Zane, un écho, une ombre. Un fantôme, aussi fut elle surprise lorsqu’une main se posa sur son épaule. Elle se retourna illico presto prête à transpercer le possesseur de cette main. Mais elle vit que c’était Zane, mais il était étrange. Son physique était indéfinissable, il semblait, en peux de mots, malade. Mais le toucher, donna de la force à Arwana, comme un regain d’énergie qui tombait au bon moment. Même son épaule transpercée la faisait moins souffrir. Il s’agissait donc de cela, c’était certainement ces pratiques qui l’affaiblissaient, qui lui ôtaient la vie lentement. Néanmoins cette main, emplit son cœur de chaleur, l’expression dune gratitude qui contrastait étrangement avec l’apparence de l’homme. Revigorée, elle le vit partir dans la foule d’ennemis, se battant à mains nues. Il avait planté sa lance devant elle. Elle la saisit alors, ne sachant pas si son bras gauche, celui qui avait la dague qui le meurtrissait, pourrait la porter. Mais elle y parvint, contre toute attente. Elle pu ainsi jouer des deux lances, celle de Zane ayant une forme assez particulière à laquelle elle mit tout de même un certain temps à s’accoutumer. Elle était aussi beaucoup plus lourde que la sienne. Mais grâce à se renfort, à l’aide des clones et de Zane, tous ces bras, et ces efforts furent récompensés. Ils progressaient vers la victoire. Cependant quelque chose inquiétait Arwana. L’homme semblait changé, elle avait la sensation que peu de choses le différenciées des démons qu’ils étaient en train d’exterminer. Il semblait assoiffé de sang, littéralement. Mais soudain, une flèche, oui, l’elfe l’avait vu, mais ne se doutant pas qu’elle atteindrait sa cible, elle n’avait rien fait. Une erreur de plus.


« Zane !!!! Non !!!!! »


Puis n’ayant cure des derniers démons qu’il restait elle courut vers lui, plantant deux ou trois fois sa lance pour dégager des créatures. Mais L’homme lui n’était pas tombé et il retirait lentement la flèche. Comment cela était ce possible ? D plus, un projectile pareil, si on le retirait pouvait provoquer une hémorragie, mais là rien. Puis il se remit même à jouer des poings et à tuer du démon. Arwana, elle profita d’un moment de répit pour retirer la dague qu’elle avait toujours dans l’épaule. Ce geste lui valut un cri de douleur. Puis elle déchira un pan de tissus de sa tenue, et s’ne servit pour se faire un garrot qu’elle serra à l’aide de sa main droite et de ses dents, du mieux qu’elle put. Puis, d’un coup, le ciel s’assombrit plus que la nuit ne l’avait déjà fait. Elle le va les yeux au ciel, mais ne savait pas ce qu’était ses masses noires qui s’approchaient dangereusement d’eux avant que Zane ne la prévienne. Elle fit un tour sur elle-même et vit que toutes les copies de son compagnon avaient disparues. C’était bien le moment. Son arc, tirer des flèches ? Y arriverait-elle avec son épaule ? Il le fallait, Zane lui faisait apparemment confiance, mais elle n’avait pas confiance en elle. Elle essaierait de ne pas faire défaut. Elle s’accomplit alors, tâchant de récupérer le plus de flèches possible sur els cadavre, puis els décocha une à une faisant tomber les créatures, mais elle en loupa énormément du fait de sa blessures. Elle eut alors une idée, lassée de se battre, qui pourrait vite clore tout cela. Zane la protégeait visiblement bien. Alors elle tenta le tout pour le tout et lâcha son arc puis reprit sa lance. Elle ferma els yeux, immobile et se concentra alors. Elle concentra son énergie et focalisa son esprit sur toutes els flèches du champ de bataille puis dans une impulsion de son flux d’énergie, avec sa télékinésie, elle les éjecta vers les harpies, par vague de dix. Quasiment aucune ne loupa sa cible, mais alors qu’il devait rester une dizaine de monstres, Arwana ressentit une immense douleur dans le mollet qui lui fit perdre toute sa concentration. Elle s’affaissa alors au sol. D’abord à bout de forces, elle crut que c’était la fin. Elle vit alors ce qui avait provoqué cette douleur alors que sa tête était de côté appuyée sur le corps d’une de ces immondices. Une autre dague avait été plantée dans sa jambe, par un vampire qui était encore conscient. Battante, et surtout voulant vivre pour retourner sur Ynis, pour revoir Miyu, pour avoir encore des bons moments avec ses mis, elle réunit tout ce bonheur tous ses souvenirs lumineux et se redressa. Avec l’aide d’Elendhil, elle planta cette vermine et envoya les dernières flèches sur els harpies, avant de tomber à nouveau, épuisée, et le sang coulant à présent de son épaule et de sa jambe. Elle était à bout de forces, et n’était même plus consciente du monde qui l’entourait, elle espérait juste avoir pu tuer les dernières harpies, pur Zane…

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Dim 7 Oct - 16:14

Le combat semblait était à présent entré dans une seconde phase depuis l’intervention des harpies qui s’occupaient à la fois des derniers démons tout en dévorant les chairs de ceux tombés au sol tandis que les autres avaient désormais pris pour cibles Zane et Arwana. Cette dernière semblait repousser ces propres limites dans ce combat mais elle ne tombait pas. Blessée profondément à l’épaule gauche, elle était tout de même parvenue à utiliser la lance du dragonnier en même temps que la sienne. Manier deux lances en même temps était loin d’être une chose à la portée de tous mais pourtant elle l’avait fait même avec une telle blessure. Il le savait, peut-être même plus qu’elle-même, elle était une femme très forte et son rôle dans la guerre qui se profilait allait certainement être primordial. Pour lui, elle faisait parti de ceux qui seraient en mesure de changer le futur même si aujourd’hui elle lui avait dit de laisser faire le destin, chose qu’il ne pouvait en aucun cas concevoir vu ce que le destin avait prévu pour le monde.
Durant ce combat, il avait senti la présence protectrice de la jeune elfe presque à chaque instant et pas seulement à cause de la télépathie. Il la sentait bienveillante envers lui comme si sa vie était plus importante que la sienne. Ceci, il ne pouvait l’accepter mais la situation avait fait qu’il ne pouvait le lui dire. Et puis, jusqu’à présent, il fallait reconnaître que c’était eux qui dominaient cet affrontement malgré qu’ils ne soient que trois.
Zane était déjà habitué à ce genre de combats et le dernier qu’il avait livré à son époque en fut un de ce type à la différence près que le nombre d’assaillants était sans limites. Ce jour-là, Arwana était encore à ces côtés, faisant parti des dix derniers à protéger le temple dans lequel se trouvaient tous les enfants de l’île. Ce jour-là, elle était tombée dans un combat qu’ils ne pouvaient pas gagner. Ce jour-là… il aurait dû mourir lui aussi et rejoindre ceux qu’ils aimaient.
Aujourd’hui, le gardien d’Ynis Witrin était bien vivant et il savait une chose : tous les deux ne tomberaient pas dans cette bataille. Peu importe le nombre de leurs ennemis, aucun des monstres ne parviendrait à venir à bout d’eux. Ce sentiment le prenait au corps et le parcourait profondément. Zane avait déjà choisi sa mort et elle n’était pas celle qu’il aurait pu embrasser aujourd’hui.
A ses côtés, il allait désormais la protéger tandis qu’elle tenterait de repousser les harpies à l’aide de son arc. Le dragonnier avait repris sa fidèle lance car même s’il pouvait vaincre les démons sans elle, il en était autrement des harpies qui étaient plus vives et pouvaient voler. Il allait donc l’utiliser à nouveau cette arme qui avait pris tant de vie tout en sauvegardant toujours la sienne. Il se mit ainsi en garde et enfonça ses lames dans le corps de quiconque tentait de l’atteindre lui ou elle tandis que la jeune elfe tentait d’atteindre les harpies en vol sans toutefois atteindre la plupart de ces cibles. Sa douleur à l’épaule était certainement la cause et la douleur semblait ne plus pouvoir être dépassée. Il aurait aimé la soulager de cette douleur mais il le ne pouvait pas, toutefois il pouvait l’encourager par ses mots.


- « Courage Arwana ! » dit-il simplement mais avec force.

Son souffle était devenu saccadé car il avait consommé la majeur partie de ses forces alors que ceux qui arrivaient devant lui étaient encore au mieux de leurs capacités. Il devait donc continuer à tenter de les tuer en un seul et unique coup pour ne plus gaspiller ses forces. Toutefois, les harpies arrivaient en nombre et volaient, pour certaines, au ras du sol à une vitesse impressionnante. Les arrêter allait être difficile mais il sentit soudain une concentration d’énergie étonnante près de lui. S’arrêtant un instant, il comprit qu’elle provenait d’Arwana qui recourait à la télékinésie pour envoyer les flèches du sol aux harpies. Cette stratégie était tout simplement brillante et payante vu que les créatures tombaient les uns après les autres.
A présent, il ne restait plus que quelques monstres autour d’eux et la victoire semblait proche mais l’élan de la jeune femme fut stoppé par un vampire qui n’avait pas encore rendu son dernier souffle et qui lui planta son arme dans la jambe. Epuisée, elle réussit tout de même à tuer son agresseur et les dernières harpies avant de s’écrouler au sol. Elle ne le savait peut-être pas mais elle venait de mettre un terme à ce combat. Quoi qu’il en soit, elle avait désormais besoin de soins et le gardien accoura auprès d’elle pour tenter de la soigner mais il fut stoppé par une aura ennemie qui vint d’apparaître derrière lui. Un démon semblait être encore en vie et Zane avait baissé sa garde pour aller secourir Arwana. Il aurait alors pu être tué mais c’était sans compter sur l’arrivé d’un ami aux écailles blanches qui se saisit du monstre dans sa gueule avant de le projeter et de le noyer dans une mer de flamme. Hakouryo était donc en vie et avait accompli sa mission. Il portait quelques stigmates de la bataille qu’il avait mené mais ce fidèle compagnon n’avait pas failli. Il avait protégé leurs arrières au péril de sa vie et il était revenu auprès d’eux. La bataille était finie.

Zane était arrivée auprès de la jeune femme qui était inconsciente au sol. Il vit tout de suite la dague encore plantée dans sa jambe et la retira d’un coup sec pour que la douleur soit la plus brève possible. Il prit alors des feuilles se trouvant dans un morceau de tissu accroché à sa ceinture. Il les serra fort afin d’en faire sortir un liquide cicatrisant puis les appliqua également sur la blessure à la jambe et arracha ensuite un morceau de sa cape qu’il mouilla avec de l’eau présente dans sa petite gourde et le posa sur la blessure de manière à ce qu’elle ne s’infecte pas. Il retira ensuite le garrot qu’elle s’était fait à l’épaule gauche. Faire un garrot était toujours risqué car couper la circulation sanguine pouvait avoir des répercussions terribles. Il finit par faire la même manipulation que précédemment sur la blessure. Puis, à genoux au sol, il prit la jeune femme contre lui et lui caressa les cheveux.


-« Merci pour tout Arwana. Merci de m’avoir protégé. » dit-il simplement en la regardant.

Les jours de la jeune femme n’étaient pas en danger mais elle devait recevoir des soins plus complets et prendre beaucoup de repos. Le seul endroit où il aurait pu la conduire était Ynis Witrin mais sans un meneur de barque, ceci était impossible même pour Hakouryo. Comment faire alors que sa cabane avait été détruite ? Il ne voyait qu’une solution : se rendre dans la grotte dissimulée derrière la cascade se trouvant à quelques kilomètres de là. Il souleva délicatement celle qui avait tant fait pour lui et la déposa sur le dos puissant du reptile.

-« Hakouryo, nous devons nous rendre à la cascade. Nous serons à l’abri là-bas et nous pourrons soigner tes blessures et celles d’Arwana. Nous devons y aller au plus… »

Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase car du sang, venant de s’écouler de sa bouche, et une violente douleur, vinrent l’en empêcher. Le dragonnier faisait une nouvelle crise comme il en avait déjà tant fait depuis ces derniers temps. Le temps entre chaque crise était de plus en plus court et lui confirmait ce qu’il savait déjà : sa mort était proche.
Serrant sa tunique au niveau du cœur, il essaya de reprendre son souffle de manière régulière tandis que sa vue se troublait. Ceci était d’ailleurs un nouveau symptôme depuis quelques semaines qui lui faisait croire qu’il pourrait bientôt perdre la vue. Son dragon le savait d’ailleurs très bien même si son maître ne lui en avait jamais parlé pour ne pas l’inquiéter davantage. Quoi, qu’il en soit, il ne voulait pas que l’on s’attarde sur son sort et c’est pourquoi il fit des efforts colossaux pour se rendre à son tour sur le dos de son compagnon. A tout moment, il aurait pu tomber dans l’inconscience mais il se refusa cette faiblesse et il se posa derrière Arwana qu’il tenait contre lui pour ne pas qu’elle tombe. A cet instant, il aurait pu mourir, il serait quand même rester dans cette position pour la protéger.
Hakouryo finit par arriver à cette fameuse cascade qu’il traversa en parfaite connaissance de la grotte qui se trouvait derrière. A bout de forces et ne distinguant presque plus rien autour de lui, Zane descendit du dos du dragon tout en portant Arwana sur dons dos. Il la déposa doucement contre l’une des parois de la grotte et s’écroula au sol tout près d’elle. Là, avant que ses paupières ne se referment, il s’adressa à son compagnon.


- « Avons nous déjà commencé à changer le futur mon ami ? » lui demanda-t-il en souriant avant de s’endormir.

Le reptile aurait aimé répondre à son maître par un geste affectueux mais il n’en eut finalement pas le temps. A présent, c’était à lui de veiller sur son dragonnier et Arwana. Ainsi, après avoir rallumé les restes d’un foyer, il vint auprès d’eux et les entoura comme pour les défendre de tout risque avant de s’endormir à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Lun 8 Oct - 0:16

Tout semblait perdu. Arwana avait été blessé à l’épaule gauche, sans doute ne réussirait elle pas à tenir longtemps à se vider de son sang. Mais elle résistait pour Zane, elle restait debout et maniait tant bien que mal les deux lances, celle de l’homme étant bien plus lourde que la sienne et bien plus longue. Elle la prit donc dans sa main droite pour ne pas trop peser sur l’autre. Elle en jouait assez bien pour quelqu’un de blessé, mais elle avait des réserves de forces, et c’était un elfe résistant. Elle l’avait découvert tout au long de ces huit années d’errance, mais là, tout rassembler dans un tel combat était une première pour elle. Néanmoins, cette fois ci elle possédait une chose nouvelle : l’amour et l’amitié. Et cela la faisait tenir, lui donnait du courage et de la force, même si cela pouvait sembler niais de le dire, elle n’en avait pas honte. Chaque fois qu’elle plantait sa lance dans un démon, elle le voyait comme le potentiel assassin d’un de ses amis, de Miyu ou même de Zane. Pourquoi s’attachait-elle ainsi à cet homme, Elle ne le connaissait que depuis quelques heures, et pourtant elle lui faisait confiance et le protégeait du mieux qu’elle pouvait. Pourquoi ? Ce mystère était pesant, pourtant elle n’avait pas le temps de s’y attarder.

Encore moins avec le tournant que prit la bataille. Les démons étaient presque tous exterminés lorsqu’une nuée de harpies vinrent s’abattre sur les deux nouveaux amis. Zane lui demanda de jouer de son arc, mais son épaule la faisait trop souffrir pour bien viser. Elle rata ainsi nombres de ses cibles. Elle vit que Zane lui, faisait toujours siffler sa lance qu’elle lui avait rendue pour se défendre et la défendre elle des derniers démons. Mais comment faire pour se défaire enfin de ces harpies, certainement celles évoquées par Zane, lorsqu’il avait voulu dissuader la jeune palefrenière de s’aventurer plus loin dans les bois. Elles s’en prenaient aussi bien aux morts qu’aux vivants. Elles étaient répugnantes. Mais surtout elles étaient nombreuses. Arwana, peinant avec son arc finit par entendre les encouragements de Zane. Peut être cela aurait il pu passer pour quelque chose de futile, mais cela lui redonna beaucoup de force, une force étonnante qu’elle décida de concentrer en énergie. Cette énergie, elle se libéra sous forme de télékinésie, et ainsi, l’elfe pu décimer les monstres volants els unes après les autres, se vidant un peu plus à chaque volée de flèches. Jusqu’à ce qu’une nouvelle blessure ne s’empare de son mollet, lui arrachant un autre cri de douleur. Mais rentrerait-elle chez elle ? Serait-elle encore en vie à la fin de ce combat ? Le finirait elle-même ? Autant de questions qui se bousculaient. C’était stupide, pourquoi ne pensait elle pas plutôt à tuer ces monstres ? Elle avait peur de la mort, comme tout le monde d’ailleurs. Cette peur la fit tout de même réagir et elle acheva l’immondice qui l’avait blessée. Et elle utilisa ses dernières forces avant que le néant l’envahisse.

Elle se sentit manipulée. Elle était à demi consciente, mais ne pouvait parler ou même réagir. Ses forces l’avaient tout simplement quitté. Entre ses deux blessures et donc le sang qu’elle avait perdu en peu de temps et le déferlement d’énergie pour jouer de son pouvoir, la jeune femme était à bout épuisée. Peut être même à l’article de la mort. Arwana ne s’était jamais battue si longtemps et à dose de tant de forces. Elle entendit des pas précipités. Mais pourquoi pouvait-elle si bien les distinguer ? Son ouïe fine ? Ou le silence régnait il sur le champ de bataille ? Elle n’en avait aucune idée. Mais d’autres pas encore se firent entendre. Ainsi qu’un mauvais pressentiment mais elle ne put prévenir Zane, certaine qu’il était là près d’elle et que les autres bruits devaient appartenir aux pas d’un démon quelconque. Puis elle sentit un grand coup de vent. D moins de l’air frais qui s’abattait sur sa peau nue et qui insinua en elle un sentiment de sécurité. Elle se laissa alors aller. Mais lorsqu’elle se sentit soulevée, ses yeux se rouvrirent quelques instants. Zane la remerciait. Elle aurait voulu pouvoir dire quelque chose mais elle n’y parvint pas. Aucun son ne sortait pourtant elle essayait. Elle attrapa alors la main du garçon tout simplement avec le peu de forces qu’elle possédait encore, puis tout devint flou et elle sombra dans le sommeil.

Le ciel était illuminé de couleurs toutes plus éclatantes les unes que les autres. Mais une aube rouge s’annonçait. Alors qu’elle baissait son regard, la jeune fille découvrait mort, désolation et sang. Une puanteur moribonde s’était installée sur le lieu de la bataille. Elle se tenait là, debout, au milieu de tout ces corps, à moitiés dévorés par les corbeaux, dans une tenue blanche. Pieds nus, elle avançait au milieu de ce cimetière, seule, et triste. Soudain, un raie de lumière traversa le ciel pourpre, et dans son éclat une silhouette apparut. Celle de sa mère.


« Maman ? »

Elle s’approcha, d’elle mais l’image disparut avec pour derniers mots « N’abandonne pas ma fille, ils t’attendent ». Arwana ferma les yeux, puis els rouvrit, les larmes commençant à culer, de plus en plus forte au fur et à mesure qu’elle voyait des visages familiers défiler devant elle avec un mot gentil. Après sa mère, elle vit ainsi, son père, son meilleur ami d’enfance, puis Lily et Cissée avec qui elle s ‘était récemment liée d’amitié, puis enfin, elle vit Zane et Miyu, la main sur le cœur. L’elfe ne comprenait pas vraiment le symbolisme de ces apparitions, mais toutes lui disaient la même chose. « N’abandonne pas ». Elle se remit alors en marche, pleurant à chaudes larmes, comprenant qu’elle n’était pas dans sa réalité, mais peut être dans un songe profond, duquel elle devait à tout prix revenir. Ces pas la conduire alors vers la forêt de l’autre côté du champ de bataille, puis vers un chemin où une étrange lumière luisait et englobait tous les arbres, laissant place à un unique vortex de lumière d’un blanc éclatant. Arwana pénétra alors à l’intérieur et marcha…marcha…encore et encor….

L’elfe rouvrit alors les yeux, mouillés des larmes de son sommeil. Elle avait chaud, et sentait aussi la chaleur du dragon. Elle se releva alors doucement, la douleur prenant presque instantanément son épaule et son mollet. Pourtant elle vit qu’elle n’avait plus le garrot à l’épaule et que ses blessures avaient été soignées avec des plantes. Zane ? Assurément. D’ailleurs où était il ? Elle se redressa un peu plus avec une grimace, et s’appuyant sur ses deux mains, elle s’assit sur le sol dur et froid. Puis elle tourna la tête et le vit, là, allongé, du sang séché sur le menton et les vêtements. Elle se leva alors rapidement, oubliant la douleur qui la traversait de part en part. Puis elle alla s’agenouiller près de Zane, soulevant alors sa tête la déposant sur jambes pliées.


« Zane, mon dieu, qu’avez-vous fait ? »


Elle lui caressa un peu els cheveux et chercha un moyen de l’aider. Elle mettrait ses talents d’elfe en scène. Elle le reposa alors délicatement. Et demanda au dragon si il pouvait un peux bouger sa grande queue écailleuse pour qu’elle puisse poser Zane tout contre elle pour qu’il ait chaleur et appuie. Il s’accomplit et Arwana n’eut plus qu’à le tirer un peu.

« Hakouryo, je sais que tu n’as pas de raison de me faire confiance, amis je reviens, prends bien soin de ton maître, je vais chercher de l’eau »

Elle prit alors la gourde à la ceinture de l’homme et se dirigea vers la cascade qui créait un chant continu et apaisant qui raisonnait dans la caverne comme un chant de bien être et joyeux, un appel à la béatitude qui contrastait avec la force avec laquelle les flots heurtaient la roche. La jeune femme voulut un peu identifier la configuration de la cascade mais blessée comme elle l’était, elle ne préféra pas trop s’aventurer dans l’exploration. Elle se contenta alors de remplir la gourde d’eau, et revint prêt du dragonnier et de son compagnon. Elle caressa lentement les écailles d’Hakouryo, qui leur avait était fort utile durant cette bataille, puis avec précautions, elle s’assit et bougea de nouveau prudemment Zane pour déposer sa tête sur ses jambes pliées dans une forme de 4 afin de soulager son mollet. Elle posa ensuite une main sur son front, puis elle se tourna vers le dragon.

« Merci Hakouyo d’avoir veillé sur nous. Si tu veux te dégourdir les ailes et faire un tour vas y , je vais m’occuper de ton maître, avec le peu de forces qu’il me reste et que j’ai récupéré. »

Elle sourit faiblement et le dragon se déplia alors lentement, ranimant le feu avant de repasser à travers les eaux de la cascade et après avoir regarder longuement la palefrenière dans les yeux, comme pour s’assurer que tout irait bien. Une fois qu’il fut partit, Arwana reporta son attention sur Zane, et déchira un morceau de l’étoffe de sa longue tenue. Elle imbiba le morceau de tissue d’eau et commença à essuyer le sang et le visage plus généralement de l’homme qui semblait à présent si paisible.

« Pourquoi a-t-il fallu que l’on se rencontre dans te telles circonstances Zane ? » dit elle alors tristement, s’appliquant en même temps à la tâche dans des gestes doux et gracieux.

Arwana saisit alors sa main avec celle de son bras blessée, lui transmettant u peu de chaleur. Elle espérait le voir se rétablit vite…

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Mar 9 Oct - 3:36

Ce fut donc Arwana qui se réveilla la première même si l’on ne pouvait pas vraiment dire que le dragon blanc s’était beaucoup reposé cette nuit vu qu’il avait veillé sur eux mais également sur le feu afin qu’il ne s’éteigne pas. Son maître et la jeune femme avaient besoin de la chaleur de ce foyer mais aussi de la sienne et c’était pour cela qu’il les avait entourés durant toute la nuit. Surpris par le réveil si précoce de celle qui avait combattu jusqu’au bout de ses forces, il resta silencieux tout en étant rassuré de la voir déjà sur pied même si ces blessures n’étaient pas encore guéries.
A son réveil, elle chercha presque immédiatement Zane qui se trouvait allongé non loin d’elle. Il n’était pas plongé dans le coma mais ne dormait pas non plus tout à fait normalement. En fait, seul son compagnon le savait : il récupérait de sa crise de la veille et pour cela il avait besoin de beaucoup de repos et de se couper du monde. De plus, il souffrait de blessures qu’il n’avait pas totalement soignées aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, il savait qu’il en faudrait plus pour abattre son maître et puis à présent ce dernier avait quelqu’un qui n’allait vraisemblablement pas le quitter avant qu’il ne sorte de sa léthargie.
Elle décida d’aller chercher un peu d’eau et demanda alors la confiance du dragon qui se contenta de pousser un petit grognement amical pour lui dire qu’il avait confiance en elle. En effet, il savait qu’elle ne ferait aucun mal à son maître et puis, elle serait capable d’accomplir des choses pour lui qu’il ne pouvait pas faire en tant que reptile. Puis, elle lui fit une nouvelle demande : elle voulait rester seule avec Zane. Enfin ça, c’était ce qui se cachait derrière ses mots, selon lui. Quoi qu’il en soit, il ne pouvait lui refuser cela et s’exécuta tout en faisant attention à ne pas s’éloigner trop loin de la cascade au cas où on aurait eu besoin de lui.

Zane n’en était pas conscient mais elle s’adressait à lui en ce moment tout en nettoyant son visage marqué par les combats qui s’étaient déroulés il y a quelques heures à peine. Peut-être sentit-il sa douceur malgré tout mais ce qu’il ignorait c’est que sa sphère d’eau venait de tomber au sol et s’alluma avant de s’illuminer d’une lumière bleutée intense et apaisante. Un souvenir passé allait être révélé à la jeune elfe sans qu’il le souhaite mais il ne pourrait rien faire contre cela. A présent, des images du passé se reflétaient autour d’Arwana comme si elle était au centre de souvenirs qui défilaient sous ses yeux.
Sur ces images on pouvait voir Zane se tenir fièrement près d’Hakouryo qui avait sa taille adulte. L’apparence du gardien était bien différente de celle qu’il avait aujourd’hui. Les traits de son visage étaient doux, il semblait heureux et il était également moins âgé qu’aujourd’hui. Sur cette vidéo, il ne devait pas avoir plus de 27 ans. Tous deux étaient filmés par une personne dont on n’entendait pas encore le son de la voix mais dont l’identité fut très vite révélée par le dragonnier.


* Ah, c’est toujours la même chose avec toi Namibe. Tu ne veux jamais être sur les vidéos alors que cette sphère est là pour conserver intacte les bons souvenirs d’une vie. Or, comment cet objet pourrait-il avoir un sens si tu ne figures pas dessus ? * demanda-t-il en souriant tendrement.

Le dragonnier fit alors quelques pas en direction de la caméra et surtout de celle qui se trouvait derrière elle.

* Vous ne me laissez pas d’autres choix mademoiselle. Je vais devoir employer les grands moyens pour que vous passiez de l’autre côté de cette sphère avant que je puisse enfin graver ton image dans ce petit objet si précieux. *

A cet instant, il se retourna et fit un petit signe à Hakouryo qui se mis à battre des ailes et, grâce au vent, à soulever les pétales de fleurs qui se trouvaient à travers le parc situé juste derrière le Pavillon de Verre de l’île. Profitant de cela, Zane réussit à disparaître avant de se retrouver derrière Namibe. Ceci n’était d’ailleurs pas difficile à deviner puisque la voix du gardien résonnait désormais d’une autre manière.

* Je t’ai eu. * dit-il en riant.

La connaissant, il savait qu’elle s’était laissée faire car au vu de sa technique, elle ne se serait jamais laissée avoir par une ruse aussi grossière et qui ne s’en cachait même pas d’ailleurs. Vint ensuite le passage furtif de ces mains qui vinrent tourner la sphère de manière à l’orienter sur ce couple qui fit sa première apparition à deux sur cet objet qu’il gardait comme le plus grand des trésors. Namibe venait d’y graver son image pour la première fois et ce souvenir, il l’avait regardé maintes et maintes fois depuis, allant jusqu'à s’endormir avec comme pour ressentir qu’elle était encore près de lui. C’est à cet instant que la sphère s’éteignit.
Quelques instants après, le gardien se réveilla après avoir ressenti la fraîcheur de l’eau s’écouler jusque dans sa bouche. Ouvrant lentement les paupières, il vit le visage de celle qui avait combattu à ses côtés puis se rendit compte, de par sa position et l’étoffe mouillée qui se trouvait dans ses mains, qu’elle était en train de s’occuper de lui. Il se redressa donc assez rapidement car il ne voulait pas être celui qui recevait toutes les attentions alors qu’elle devait souffrir également.
Assis sur le sol, il ne se leva pas encore et fixa Arwana dans les yeux avant de prendre la parole avec une voix encore assez faible tandis qu’il sentait peu à peu son corps se dégourdir même s’il allait lui falloir encore du temps pour pouvoir bouger comme avant le début des affrontements.


- « Vous, vous n’auriez pas dû me porter autant d’attentions. C’est à cause de moi que vous vous êtes retrouvée dans cette situation alors s’il vous plaît, laissez-moi m’occupez de vous et non l’inverse. Je sais bien que j’ai été froid depuis le départ mais accordez-moi simplement cette faveur. Laissez-moi vérifier si les plantes ont bien fait effet sur vos plaies. » dit-il en prenant sa main, celle dans laquelle elle tenait cette étoffe imbibée d’eau.

Il la fixa d’un regard particulièrement décidé. Il se doutait bien qu’elle n’aimerait pas inverser les rôles mais il ne reculerait pas, peu importe les arguments employés. Toutefois, ce n’est pas pour autant qu’il prit l’étoffe : il voulait la laisser choisir.
Bien sur, il ne lui avoua pas à ce moment que, dès que la situation le permettrait, il reprendrait la route afin de retourner à son exil. De cette manière, il n’impliquerait plus les autres dans les combats qui étaient les siens. Mais avant de penser à lui, il allait encore penser un peu à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Mer 10 Oct - 2:02

Arwana , malgré ses blessures voulait prendre soin de Zane. Il avait subi de grands dommages physiques. C’était étrange, ils emblait à la fois paisible mais aussi marqué par le temps et les épreuves. Elle lui essuyait le visage paisiblement, la douleur la traversant de part en part, mais heureuse de pouvoir à son tour rendre service. Il l’avait soigné et l’avait emmené ici, c’était donc à elle de tout faire pour qu’il se rétablisse. Elle lui parlait avec douceur, comme on le faisait avec une personne dans le coma mais ici le but n’était pas le même. Elle voulait uniquement lui transmettre un réconfort, lui faire entendre sa voix. Même si il n’était pas conscient de ce qu’elle disait, cela venait automatiquement. Elle passa de l’eau sur ses lèvres lorsque soudain, une étrange chose bleue tomba sur le sol. Arwana la fixa, c’était une sphère, et fut comme hypnotisée par cette chose qu’elle ne connaissait pas. Puis un sentiment de bien être s’empara d’elle. Elle avait toujours aimé ce qui était bleuté, cette couleur l’apaisait. Soudain, tout autour de la jeune femme, des images s’animèrent. L’elfe avait l’impression de voir une scène de la vie de tous les jours, mais elle stoppa tous ses gestes, observant la scène ébahie. Mais quelle était cette magie ? Elle esseya de toucher els images, en vain. Sa main traversait du vide.

Ce qu’elle vit la surprit ! D’abord, Zane, un tantinet plus jeune et insouciant et beaucoup plus souriant et doux. Un jeune homme joyeux. Namibe ? Namibe Stark ?? Celle là même qui venait à l’écurie pour prendre une monture parfois ? Zane connaissait il Ynis alors ? Puis, il parlait de vidéo ? Quel était ce concept ? Elle gardait els yeux grands ouvert, s’amusant de la scène à laquelle elle assistait. En outre le lieu qu’elle voyait lui était familier mais elle n’arrivait pas à mettre un nom dessus. Ce qui d’ailleurs était très étrange. Puis sans s‘en rendre vraiment compte, elle regardait et continuait de nettoyer délicatement le visage de Zane. Puis soudain, après que le visage de la chevaucheuse d’ombre qu’Arwana ne connaissait pas vraiment, les images disparurent. L’elfe lâcha alors la main de Zane quelques instants, prit la sphère dans sa main et l’observa quelques instants intriguée. Elle ne savait qu’en faire, mais elle trouva plus sage de la remettre dans la poche d’où elle était tombée.

Elle aurait tout donné pour avoir des souvenirs de ses jeunes années. Une image, une seule, de ses parents, des ses amis. Une image pour se souvenir, pour ne jamais perdre de mémoire l’apparence des membres importants de sa vie, de ceux qui lui ont sauvé la vie, qui sont mort pour elle. Mais aussi des images pour se remémorer les bons souvenirs, la joie de son enfance, celle qu’elle ressentait avant que ces démons ne saccagent sa vie d’enfant. Mais elle ne connaît pas la magie, ou le procédé qui avait permis à Zane de réaliser cet exploit. Cette chose étrange était un vrai miracle pour Arwana. Mais rien ne servait de se remémorer les douleurs du passé à présent. Elle devait prendre soin de Zane pour qu’il se rétablisse de la puissance de frappe qu’il avait fait subir à son corps, ainsi que de ses blessures.

A plusieurs reprises la jeune femme remouilla l’étoffe et laissa quelques gouttes tomber sur les lèvres closent de l’homme allongé, la tête posée sur ses jambes. Lentement, elle vit que ses paupières bougeaient puis elles s’ouvrirent. Arwana lui offrit un large sourire, soulagée de le voir reprendre conscience. Peut être serait il gêné par la position qu’elle lui avait fait prendre mais elle avait pensé que cela était nécessaire et plus confortable. Il s’assit brusquement, et bien qu’Arwana ait voulu le retenir elle n’y parvint pas. Assit, il la fixa, un regard impénétrable. Il lui attrapa le poignet qu’elle avait toujours en l’air le geste suspendu. Sa voix était faible mais déterminée. Arwana parut circonspecte qu’avec si peu de forces il puissent « exiger » encore cela.


« Voyons ne dites pas de bêtises ! Je vais bien et vous êtes bien plus faible que moi, vous avez encore besoin de repos ! Puis qui des deux s’est réveillé le premier ? Alors restez là, je vais chercher de l’eau, et une fois que vous aurez récupéré je vous laisserez regarder mes blessures. »

Son ton était sans contradiction possible. Elle était tout aussi déterminée. Puis tant bien que mal, elle se releva et partit de nouveau devant la cascade pour récupérer de l’eau. Elle claudiquait quelque peu, mais la douleur s’était un peu apaisée. Son aller et retour ne prit pas longtemps. Mais elle vit, au passage que le jour s’était levé et qu’un grand soleil semblait surplomber la montagne. Elle revint alors prêt de l’homme courageux et valeureux qu’était Zane, repensant à ces images qu’elle avait vu de lui avec Namibe. Elle aurait eu des tonnes de questions à lui poser, mais en même temps, elle se disait qu’il avait droit à son intimité. Pourtant, pourquoi lui avait il caché qu’il connaissait Ynis Witrin ? Puis tout cela expliquait beaucoup de chose, peut être avait il deviné qu’elle venait de là et peut être l’avait il jugeait en tant insulaire, trop vite comme étant mauvaise combattante. Quoi qu’il en soit, toutes ces questions, l’elfe se devait de les garder pour elle, il ne fallait pas qu’il sache qu’une partie de son intimité lui avait été dévoilée sans son consentement. Sans l’avis d’aucun des deux d’ailleurs.

Elle vint se positionner derrière Zane, s’assit de sorte à pouvoir le faire s’appuyer sur elle. Ainsi, si il le souhaitait, en se mettant demi allongé il pourrait appuyer sa tête tout contre son épaule pour se soulager. Puis elle prit la gourde, et elle le fit boire petit à petit. S’était essentielle, de s’hydrater, surtout après la bataille qu’ils avaient essuyée. Mais ce fut plus fort qu’elle. Alors qu’elle le soutenait encore, elle lui demanda.

« Zane, vous connaissez Ynis Witrin ? »

Elle se demandait si elle avait fait le bon choix, après tout peut être avait elle fait une heure, mais dans ce cas là, elle pourrait toujours agir en conséquence. Mais si elle était là, elle le savait depuis le début que cette expédition sur le continent avait un but et elle ne voulait pas avoir failli perdre la vie pour rien, pour revenir en se disant que finalement elle ne savait pas pourquoi elle avait été conduite en terres ennemies. Elle voulait avoir des réponses, et peut être se trouvait elle là devant elle, en la personne de Zane. En outre, Gwidyon n’était pas là pour la conseiller il fallait donc qu’elle se décide toute seule. Qui ne tente rien à rien comme nous le disons si bien.

Arwana ne bougea pas, elle resta là, derrière Zane pour le soutenir, et l’aider à boire encore si il l souhaitait et lui apportait de la chaleur humaine. Elle n’était pas Namibe, la femme que cet homme aimait apparemment, mais elle pouvait être une amie, une amie qui l’aidait à se rétablir. Une amie en qui il pouvait avoir confiance, car en effet, elle espérait raiment avoir fait ses preuves aux yeux d dragonnier, même si elle avait fini par tomber, éreintée. Mais pour l’instant, elle n’était encore qu’une potentielle amie qui cherchait des réponses, son souffle chaud et régulier balayant les cheveux de Zane.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Zane
Humain
*Gardien de l'île*

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 32
Rang : Gardien de l'île
Race : Humain
Date d'inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   Jeu 11 Oct - 0:21

Malgré sa volonté, elle décida de ne pas changer ce qu’elle était en train de faire. Ainsi, Arwana allait continuer à s’occuper de lui et de ses blessures avec cette simple étoffe mouillée. Toutefois, elle fit une sorte de compromis avec lui puisqu’elle accepterait de lui montrer ses blessures quand il aurait récupéré. Enfin, il ne voulait pas lutter contre elle car il était encore épuisé par sa crise mais aussi, et cela il ne l’avouerait pas, parce qu’il appréciait que l’on s’occupe de lui. Cela lui rappelait un peu certains moments passés avec Namibe…
Quoi qu’il en soit, il ne lui répondit pas et relâcha sa main tandis qu’elle partit chercher de l’eau. Elle marchait encore avec une certaine difficulté mais il était rassuré sur son état car si ses blessures avaient empiré alors elle ne pourrait pas bouger en ce moment-même. Toutefois, il n’hésiterait pas pour autant à examiner les plaies qu’il avait cicatrisées hier à l’aide de plantes dont il connaissait les vertus. Il n’était en aucun cas médecin mais il avait vécu de nombreuses années en tant que nomade et notamment dans des forêts. C’est là qu’il avait apprit à connaître les plantes et ce n’est que bien des années plus tard que ses connaissances furent enrichies par celle de son épouse. Grâce à tout cela, il était parvenu à sauver des vies, encore que l’expression la plus correcte était plutôt qu’il avait prolongé des vies qui prirent fin lorsque les démons ravagèrent tout sur leur passage.

Après avoir récupéré de l’eau, elle se plaça derrière lui et de manière à ce qu’il s’appuie sur son épaule s’il le souhaitait, qu’il se repose sur elle. Toutefois, il n’allait pas le faire car il ne voulait pas montrer davantage de faiblesse mais aussi car il ne pouvait pas se laisser aller à davantage de proximité avec elle. Pourtant, il la laissa faire quand elle lui donna à boire dans sa propre gourde qu’elle avait certainement prise d’elle-même à sa ceinture. Ca lui avait fait du bien en tout cas.
Pour le moment, il gardait le silence car il estimait que le moment était propice à cela. De plus, il préférait la laisser faire à la fois dans les mots mais aussi dans les gestes. Toutefois, il n’allait pas pouvoir garder le silence encore bien longtemps vu la question qui venait de lui être posée. Surpris, il ne comprit pas de quelle manière elle aurait pu être amenée à penser qu’il connaissait l’île. Avait-elle découverte une preuve de cela ou n’était-ce qu’une simple supposition ? Devait-il mentir ou dire la vérité ? Pour le moment, il se contenta de se relever en s’appuyant à l’aider de sa lance. Il fit alors quelques pas en direction de la paroi d’en face et plaqua sa main dessus comme pour qu’elle l’empêche de tomber.


- « Vous cherchez absolument à percer mon mystère n’est-ce pas ? Quant à ce lieu que vous mentionnez, qu’est-ce que cela changerait pour vous de savoir que je le connais ou non ? »

Il se retourna alors vers elle et fit tomber sa lance au sol avant d’arracher sa tunique qui était déjà en piteux état. Devant elle, il venait de découvrir toutes ces blessures récentes mais aussi toutes ces cicatrices anciennes. Son torse était très meurtri, bien plus qu’un soldat ordinaire et même qu’un vétéran. Là, il lui offrait le témoignage de centaines de batailles dont bon nombre au cours desquels il avait failli perdre la vie. Avec une certaine colère, il s’adressa à elle en repensant à tous ceux qui étaient morts et à ce semblant de corps qui lui restait.

- « Voilà ce que je suis Arwana : un homme qui n’a fait que combattre depuis plus de vingt ans. Mon corps n’est plus que le témoignage de mes combats gagnés ou perdus, de ces batailles où je suis sorti vivant tandis que les autres s’écroulaient. Je ne devrais même plus être de ce monde aujourd’hui alors, vous voyez, il n’y a pas vraiment de mystère sur moi. Je ne suis qu’un chien de guerre, un animal qui n’a pas la noblesse d’un loup et qui ne cesse de se battre là où un combat éclate. Il n’y a donc rien à apprendre de moi. » dit-il en la regardant tandis que ses larmes faisaient pression sans qu’il ne leur cède.

A ce moment, il se laissa glisser le long du mur avant d’être assis sur le sol juste en face d’Arwana. Là, il la regarda sans dire un mot avant de prendre à nouveau la parole mais sur une voix moins agressive que précédemment même si cette agressivité ne lui avait pas été destinée.

- « Vraiment, vous devez me fuir à tout prix. Je ne veux pas que votre vie ressemble à la mienne. Vous devez retourner auprès de ceux qui vous aiment et que vous aimez. D’ailleurs, dès que vous serez guérie, Hakouryo et moi-même partirons sans plus attendre. »

Puis, penchant sa tête légèrement en arrière jusqu’à ce qu’elle vienne doucement heurter la paroi, un sourire se dessina sur son visage.

- « Je crois qu’il le sait mais quand vous reverrez celui que vous aimez, dîtes-lui bien à quel point vous êtes forte. Toutefois, je ne peux m’empêcher de croire que vos mains, comme celles de tant d’autres personnes, ne devraient pas être utilisées pour combattre. Enfin, j’aurai simplement aimé que des personnes comme vous puissent grandir dans un monde de paix. » dit-il tout en reprenant son arme dans les mains, celle qui semblait faire partie de son propre corps tant il l’utilisait.

Zane s’était rarement confié de cette manière à une personne mais il ne s’en était pas rendu compte. Le souffle encore saccadé, il resta contre cette paroi, à quelques mètres de celle qui semblait s’être attaché à lui sans qu’il comprenne pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exil ( PV Arwana )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exil ( PV Arwana )
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Path to Exil et le général
» Seigneurie issue de mérite de Saint Maurice l'Exil (Roussillon)
» Un poitevin en exil !
» Exil
» [Vend] Cuirasse polie non up

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*En Dehors de l'Ile*~~* :: Le Continent-
Sauter vers: