Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Emma Aleyna
Humaine
*Dirigeante de L'Île*

Emma Aleyna

Féminin
Nombre de messages : 635
Age : 29
Localisation : A écouter le murmure loyal du vent...
Rang : Dirigeante...
Race : Humaine
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Ven 15 Juin - 22:00

La nuit venait à peine de tomber sur l’île, plongeant la cité de verre dans une demi-obscurité que seule la vacillante lumière des torches et de l’immense feu de camp que crépitait troublait. Tout les ans, l’île voyait se genre de festivité se manifesté, dans les rue, à l’air libre pour laisser vagabonder les habitants à leur guise, débutant de préférence en soirée pour permettre aux êtres de la nuit de se joindre à eux. Cette année là n’avait pas échappé à la règle et malgré les récents évènements, l’île semblait avoir retrouvé sa joie de vivre et la place publique avait été littéralement envahie si bien qu’elle était méconnaissable.

Le thème de cette année était l’échange. L’échange entre ces différentes cultures et races qui coexistaient pacifiquement sur l’île depuis, pour certains, des décennies. Cette kermesse générale était en quelque sorte une chance d’apprendre à connaître les origines et les coutumes des autres citoyens. Pour cela, chacun pouvait avoir son stand frôlant celui d’un elfe ou bien d’une fée.

Au centre de la place, trônaient des flammes immenses, bien maîtrisées par les apprentis forgeron. Plus à droite, à peine visible se tenait fièrement la fontaine près de laquelle de nombreux enfants s’étaient rassemblés. Les stands arboraient différentes couleurs et différents thèmes, au fond, des tables étaient dressé devant un buffet gratuit portant les couleurs de l’île : le bleu et l’argenté. A droite, un peu plus éloigné, une scène de théâtre se jouait et les rires et acclamations s’envolaient. Non loin de là, un petit théâtre de poupée avait été dressé et chacun pouvait aller y conter des histoires pour les plus jeunes, et bien sûr ceux qui l’étaient moins. A gauche, une autre scène, bien différente, dédiée à ceux qui voulaient faire partager leur passion du chant, de la guitare ou de tout autres instruments de musique.

L’air était emprunt de l’odeur si particulière de l’été approchant. Il faisait bon et une légère, très légère, brise venait de temps en temps chatouiller la peau des participants. C’était une nuit qui promettait d’être à la hauteur de leurs espérances, une occasion d’oublier ces soucis ou bien simplement de venir admirer les bijoux elfiques, remèdes de druides, poussière de fée, objets magiques, armes inquiétantes et coquillages sculptés…

Il manquait plus que vous n’est ce pas ?



[Petite précision hrp :

Pour la cohérence, essayer de lire les posts des autres Wink qu’on se retrouve pas avec quatre chanteurs sur l’estrade. Vous êtes en droit de tenir un stand (celui de votre choix) ou bien simplement d’être là pour vous promenez.

Amusez vous bien Wink ]

_________________
(Niark)

....Je ne perdrais pas Espoir....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usinedesaffectee.canalblog.com/
Delynn Aeris
Humain
*Medecin*

Delynn Aeris

Masculin
Nombre de messages : 62
Age : 28
Localisation : Maison de Viiie
Rang : Médecin
Race : Humain & Mage Blanc
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Ven 15 Juin - 22:56

Delynn avait eu vent de cette soirée particulière sur l'île. Décidé à quitter la Maison de Vie pour un moment, il se dirigeait vers la petite fête pour se changer les idées. Il passa devant divers stand. Ce qui ne l'intéressa pas vraiment mais il se montra quelque peu souriant, il était le médecin et se devait être aimable. Delynn n'avait pourtant pas trop la tête à communiquer mais s'efforça de paraitre abordable. Il passa devant le petit théatre et une petite fille le regarda fixement. Il n'y preta pas franche attention et continua son petit chemin. Il s'arrêta devant un stand intriguant, celui d'une elfe à voir ses objets. Des fioles et des sphères. Il passa son chemin. Il n'y avait pas grand monde à cette heure ci. La douceur de l'été arrivait enfin, et ce nouveaux évènements allaient arrivés. Le soleil se couchait laissant pour seule luminosité sa lueur rouge orangée. L'ennui commençait déjà à prendre Delynn, si tôt... Puis il pensa à sa soeur disparue dont il ne savait toujours pas si elle était encore en vie. Il ferma les yeux et pensa que cette petite soirée n'était pas faite pour se lamenter, il sortit la sphère de sa poche, et joua avec son pouvoir de télékinésie. Le bleu cyan de la boule s'intensifia, attirant le regard de certains.

Delynn s'adossait à un arbre et espérait voir Séléna ou Léïa Aleyna, les deux femmes étant enceintes. Le jeune médecin bailla, et se frotta les yeux. Il inspira profondément et ferma les yeux en attendant de passer un peu le temps... Delynn s'arrêta de jouer avec sa sphère et se replongea dans ses réflexions ... Il ne pensait pas rester trop longtemps, autant profiter du temps libre pour travailler sur ses remèdes plutôt complexes étant donné la rareté de la matière première. Ses travaux étaient sur le point d'être fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.josyan.skyblog.com
Miyu
Humain
*Meneur de la Barque*

Miyu

Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 30
Localisation : ¤ Partout ¤
Rang : ~~Meneur de Barque~~
Race : humain (oui oui ^^)
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 18 Juin - 17:04

Debout dans sa chambre, à l’auberge, le jeune homme se tint droit, les mains sur les hanches, s’auto-admirant. Il sourit à son reflet, souffla sur les mèches bleues qui retombaient sur son œil gauche, puis fit quelques pas pour retrouver sa plus vieille amie. La seule, en somme, qui vraiment ne l’abandonna pas lors de son départ du pays du soleil levant. Posée là sur une étagère, elle avait un peu pris la poussière. Il en saisit le manche, gratta un amalgame de grains de sables et d’eau, sans doute arrivé là lors de son arrivée, pour la rendre aussi belle qu’au premier jour. Armé d’un torchon humide, il lui prodigua les plus tendres caresses qu’il eut jamais prodigué à un corps. Un sourire aux lèvres, il la posa sur ses genoux, et la nettoya dans ses moindres recoins. Puis commença un rituel essentiel avant tout concert : il l’accorda. Ton par ton, accord par accord, il attendit que son son soit parfait pour enfin, satisfait, la glisser dans un étuis en cuir rigide. Là, le jeune homme enfila une veste blanche et longue, effleurant ses mollets. Tout de noir vêtu, il avait une classe toute particulière. Ses bottes enfilées, Miyu sourit et ferma à clef la porte de sa chambre dans son dos.

Aujourd’hui, pour la première fois depuis son départ d’Osaka, il allait pouvoir refaire ce qu’il avait toujours fait jusque là : monter sur une scène, offrir sa musique, la seule sensibilité qu’il savait partager, au plus grand nombre. Il n’avait jamais été une star, mais il avait en tout as su enchanter la très grande majorité de ses auditeurs. Il marchait d’un air sur de lui, entre les stands qui s’étaient dressés un peu tout autour. C’était amusant, il y avait pas mal de monde ici, en fin de compte. Le meneur s’arrêta devant une espèce de grosse estrade, sur laquelle il y avait déjà quelques personnes. Ils l’avaient bien placée, grâce à une savante acoustique, tous pouvaient entendre ce qui s’y disait. A croire que sur Ynis il y avait tout de même quelques adeptes de musique… Ou simplement des orateurs ? Le jeune humain esquissa un sourire satisfait, et la contourna. Là, il trouva un type dont il saisit la manche pour attirer son attention. L’homme se retourna et le considéra de pied en cap. Il n’avait guère l’allure des autres insulaires. Non, Miyu était de loin plus avant-gardiste. Il n’avait rien d’un chevalier. Rien non plus d’un paladin, d’un maraudeur. C’était un type, un urbain venu d’un port, vêtu comme un alien, bien que pas comme un clown, à la fois classe et décalé… Et puis, il avait trouvé le moyen de teindre ses cheveux en bleu.
Le jeune homme lui demanda la permission de grimper sur la scène, et après s’être penché sur le côté pour voir l’étui, l’homme accéda à sa requête d’un simple hochement de tête. Le musicien ne pu réprimer le sourire presque ému qui vint étirer ses lèvres. Les yeux en amandes pétillants, il s’appuya d’une main sur le rebord de la scène et d’un bond, il fut dessus. Il se pencha vers l’arrière et demanda un tabouret, on lui en confia un haut et tout à fait adapté à ce qu’il voulait faire. Il remercia les « techniciens » qui bien vite s’en allèrent, et alla poser son tabouret à l’avant. Là, il sortit sa splendide guitare. Une ovation, avec une caisse de résonance envoûtante. Elle était d’un noir profond et laqué. On aurait pu s’en servir de miroir tant elle était impeccable. Le meneur l’adorait. Elle lui avait coûté cher. Deux cachets réunis avaient été nécessaires à son acquisition. Il la posa sur ses genoux, glissa la bride noire dans son dos, contrastant avec le blanc pur de ses fringues et, sans un mot, amorça une mélodie. Il fermait les yeux. Il n’avait pas encore pu entrer suffisamment dans son art pour s’y donner à fond. D’abord, il devait renouer avec la plus fidèle de toutes les amantes qu’il eut jamais eu.

Il joua, joua quelques minutes ainsi. Les mélodies se succédant, parfois improvisées, mais toujours envolées. En fait, il fallait pour le décrire calquer les sonorités asiatiques sur un rythme ibérique, le tout joué avec la fougue d’un violoniste virtuose. Un grand sourire aux lèvres, il se mit à chanter d’une voix des plus séductrices, sensiblement cassée. Elle s’accordait au mélodies, tantôt dans un japonais un peu désarticulé, ou tout du moins torturé par l’accent du marin, tantôt dans la langue commune, mais très rarement. Il joua quelques temps, ne s’occupant pas des gens qui petit à petit s’arrêtaient pour l’écouter. Finalement, sa guitare posée sur son bas ventre, calme, il se pencha en avant et adressa aux jeunes femmes présentes un sourire tapageur.


« Dites-moi mesdemoiselles, n’y en a-t-il pas une parmi vous qui sache chanter, danser… ? Ma guitare et moi nous languissons de quelque compagnie »

Il attendit patiemment, puis se redressa et esquissa de nouveaux accords, invitant une inconnue, quelle qu’elle soit, à venir jouer avec lui. Il s’agissait des seuls instants où il partageait, comme si la musique était la clef de son esprit coincé.

_________________

doublette de Namibe
¡¡ Catch me !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kilyis Felagund
Mi elfe/ Mi félin
* Chevaucheuse d'Ombre*

Kilyis Felagund

Féminin
Nombre de messages : 237
Age : 27
Localisation : Quoi, tu ne me voit pas !...... Dommage ^^
Rang : Leadeur des chevaucheurs d'ombre avec Namibe ^^
Race : Mi-elfe, mi-félin
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Mar 26 Juin - 23:16

La nuit était tombé pourtant toutes les ruelles continuées de vivre. Des gens sortaient de toute part. Il y avait de toutes les sortes aucune personne ne ressemblait à une autre mis à part peut-être quelques humains. On pouvait apercevoir des petit nuage scintillant que laissé une fée derrière elle, puis la tête d'un homme-hyène qui dépassait de sa grandeur l'ensemble de la populace réunie dans les ruelles, les ruelles remplit de stand tenu par différentes personnes.

De son perchoir, Kilyis pouvait observer ce qui se passait dans une ruelle. Elle observait les différents stand visible de sa tour. Elle apercevait le stand d'un nain qui vendait quelque arme, une homme noire qui vendait de petite statuette de bois représentant une girafe ou bien une divinité. Il y avait tant de culture réunie dans ce lieu que l'on ne pouvait pas toutes les observer en une seule nuit. C'est comme essayé d'observer toutes les étoiles qui ornent le ciel en une nuit, c'est impossible. Pourtant elle essayé d'observer tous les stands de sa ruelle afin d'augmenter ses connaissances, apprendre à connaître d'autres cultures, sans jamais descendre de son perchoir. Elle ne voulait pas aller au milieu de cette agitation, elle qui aime le calme et redoute la foule, elle avait déjà été forcé de venir à cette fête à cause de sa curiosité mais elle n'avait aucune envie de s'approcher d'avantage et d'être emporté au milieu de ce flot de tête.

Alors qu'elle observait les différentes personnes qui passaient dans la ruelle, elle fût surprise en baissant la tête d'apercevoir, une touffe de cheveux bleu, sa surprise laissa sortir un léger bruit de sa bouche, un "kik". Elle ne l'avait pas entendu venir avec la cacophonie des discutions et des pas. Par chance le son qu'elle avait produit ne pouvait surprendre personne car elle avait pris la forme d'un écureuil. Cet animal agile et gracieux au milieu des branches. Sa fourrure était argenté avec une raie noire sur sa colonne vertébrale. Son regard, gris argent, et posé.

Elle descendit prudemment de l'arbre, patte après patte. Puis elle se stoppa d'un seul coup, elle venait de voir apparaître une sphère bleu et l'admirait, oui c'est cela, elle l'admirait quittant la main de son propriétaire. Elle avait rapidement conclut que cet homme devait avoir le pouvoir de télékinésie alors elle continua sa descente jusqu'a atteindre le bras de l'inconnu sur lequel elle grimpa afin d'essayait de voir le visage de ce mystérieux inconnu mais ce n'était qu'un humain, un simple humain. Elle s'attendait à quelque chose de plus exotique mais bon ! On fait avec ce qu'on a donc elle resta sur le bras de l'inconnu, les moustaches frétillantes à cause de toutes les odeurs dans l'air.

Elle avait décidait de restait à observer cet être car il semblait si triste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

Arwana Gelina

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Dim 1 Juil - 1:39

Arwana venait à peine d'arriver sur l'île que déjà des festivités prenaient place. Elle ne connaissait personne et c'est à peine si elle avait croisait les deux autres palefreniers qui travaillaient avec elle. Elle avait seulement rencontré Itarilde. Mais il faut dire que la jeune elfe n'était sur l'île que depuis deux jours environs.

Elle voulut alors profiter de cette grande fête pour faire des rencontres. Elle sortit alors de ses écuries et déambula le long des rues. La cité miroitait de milles feux sous les yeux ébahis de l'elfe. A chaque pas qu'elle faisait, elle se rapprochait du centre de la fête. IL y avait tellement de stands de tout genres qu'elle ne savait plus où donner de la tête. Elle avait envie de tous les regardait mais elle mourrait de faim.

Justement, elle finit par apercevoir le buffet, immense, décoré avec des couleurs telles que l'argent ou le bleu, les couleurs d'Ynis Witrin. Le fumé lui donnais encore plus d'appétit. Une fois devant, elle ne put résister aux fruits et elle s'en servit alors une assiette quand elle entendit le son d'une guitare. IL était beau ce son, aussi se dirigea t-elle vers son origine.

Une scène se dressait à la droite du buffet.Elle était assez grande, et la guitare sonnait grâce aux doigts d'un jeune homme aux cheveux bleus. Il était charmant et jouait magnifiquement bien de son instrument. Elle se laissa aller contre la scène, continuant de manger tout en écoutant. Lorsqu'elle finit ses baies, Arwana entendit le jeune demander aux jeune filles présentes si l'une d'entre elle savait chanter ou même danser. Alors, se jetant presque devant lui, elle cria, tout en levant la main:

"Oui, moi!!"

Arwana était venue là pour faire connaissance et elle avait envie de s'amuser, elle avait donc logiquement sauté sur l'occasion...

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Wilyn Aïwal
Mi elfe/Mi ange
*barde*

Wilyn Aïwal

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Aux frontières de l'imagination
Rang : Barde
Race : Mi elfe / Mi ange
Date d'inscription : 09/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 2 Juil - 12:09

Les sons et les odeurs émanant de la ville prouvaient en cette douce soirée que les temps étaient à la festivité. Drakil Aïwal survolait la scène, observant minutieusement les différents stands et les manifestations qui avaient lieu. Il était parti se dégourdir un peu les ailes cette nuit-là, laissant sa soeur seule dans sa demeure. Son ouïe et sa vue très aiguisées l'avaient attiré vers la fête. Il s'empressa donc d'envoyer un message télépathique à sa soeur afin qu'elle ne rate pas cet évènement.

En attendant son arrivée, il scruta les personnes présentes. Il n'en connaissait aucune. Toutefois, il sentait la présence d'une connaissance. Kilyis. Oui, ses sens ne pouvaient être trompés, elle était là mais visiblement sous une autre forme que celle qu'elle arborait quand il l'avait rencontrée. Il y avait aussi un homme faisant de la télékinésie et un autre jouant de la musique.

Voyant sa soeur arriver, il battit des ailes pour la rejoindre et se posa délicatement sur le sol. Il lui résuma ce qu'il avait observé et la laissa aller à sa guise entre les stands. Wilyn adorait se documenter sur les autres cultures et elle resta donc un long moment à chaque stand, demandant des renseignements sur la nature de tel ou tel objet.

Puis, la jeune fille arriva sur la place où un homme aux cheveux bleus jouait de la guitare. Il demanda s'il y avait une fille qui savait chanter ou danser. Wilyn aimait énormément la musique. Son violon accroché dans son dos la démangea mais elle ne voulait s'imposer au guitariste. Elle s'assit donc sur une chaise non loin de là. Une jeune fille s'était présentée pour accompagner Miyu et elle ne demandait qu'à écouter le musicien.

Cette musique était magnifique, l'homme était vraiment en communion avec son instrument. L'impact sur la pureté du son était conséquent et Wilyn, de son oreille avertit, découvrit ainsi une multitude d'associations phoniques qu'elle n'avait jamais entendues jusqu'à lors. Drakyl posa sa tête sur les genoux de sa soeur. Lui aussi appréciait la musique. Son ouïe de lynx était plus développée que celle des elfes, il percevait donc encore plus d'accords et d'harmoniques qu'elle. Il se laissa bercer par les sons si beaux que Miyu parvenait à faire sortir de sa guitare.

Wilyn sortit décrocha son instrument de son dos mais ne le sortit pas de son étui. Elle n'osait pas demander au meneur de barque de l'accompagner et choisit donc d'attendre qu'il ait fini afin de monter sur scène et de partager son art avec l'assemblée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyu
Humain
*Meneur de la Barque*

Miyu

Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 30
Localisation : ¤ Partout ¤
Rang : ~~Meneur de Barque~~
Race : humain (oui oui ^^)
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 2 Juil - 13:46

Alors il jouait... Il jouait et il voyait arriver quelques personnes autour de lui. Non seulement il avait réussi à figer ceux qui, lorsqu'il avait commencé, s'étaient trouvés sur place au hasard de leur promenade, mais il en avait attirés d'autres. Alors ici aussi la musique avait ce pouvoir là? Au Japon, il n'avait bien entendu jamais joué devant des centaines de personnes, mais souvent il s'était calé dans Osaka avec guitares et autres instruments pratiques à transporter pour se mettre à jouer. Et quelques fois, comme là, il parvenait même à harponner d'autres musiciens. Sur Ynis, il se doutait qu'il allait devoir les provoquer pour les faire monter, puisqu'ici après tout, tout le monde était un peu tordu, un peu bizarre. Pour cette raison d'ailleurs qu'il avait fini par attérir ici.
Non puis, bizzarerie mise à part, au Japon les airs qu'il jouaient était très connus puisqu'il s'amusait en général à pervertir des mélodies traditionnelle de son île d'origine. Elles étaient méconnaissables, mais conservaient tout de même leur trame. Aussi n'était-il pas rares que certains fredonnant au départ, les paroles qui les accompagnaient se mettent à chanter avec lui. Que d'autres musiciens passant par là, et ils pouvaient se montrer nombreux selon les cartiers où il allait, attirés par la virtuosité du jeune homme azurin, sortent de leurs étuis quelque instruments. Et ce n'était pas ce qui manquait au Japon. Bien qu'il secoue des mélodies posées et calmes, beaucoup d'entre eux tentaient l'expérience. Il avait même, ô comble de la réussite et de l'audace, réussi à provoquer quelque geisha à jouer avec lui. Elles étaient d'excélents musiciens. Et elles avaient au moins autant que lui l'attitude artistique venue sublimer le son.

Mais ici poinde geisha ni d'éventail... Diantre, songea-t-il. Mais il y avait bien quelque jeunes créatures appêtissantes venant en endosser le rôle. Compagnie de la scène,en tout cas. Ca n'était en aucun cas péjoratif. Miyu lui-même était une geisha, après tout. Il ne visait simplement pas la même gente que ces adorables créatures. A la jeune femme qui se porta volontaire la première, il adressa un grand sourire et, la guitare dans son dos, se porta au bord de la scène pour lui tendre une main secourable.


"Ca sera un véritable plaisir" répondit-il en attendant qu'elle ne saisisse sa main.

Une fois la jeune femme sur la scène, il lui fit signe d'attendre. Lorsqu'il s'était penché pour aider la petite demoiselle il en avait vue une autre dotée de quelque chose de très intéressant. Un violon ! Ah, autre instrument à corde au sonsi original. Tout comme l'ovation était une extension de la guitare sèche, de l'accoustique, le violon était l'extension méchanisée de la voix. Il en jouait un peu, mais était loind'excéler. A vrai dire il avait un peu de mal à se concentrer sur une telle technique. De loin il lui préférait la fougue du guitariste. Aussi se tourna-t-il vers la jeune feme qui l'avait rejoint et lui sourit, avant de reporter son attention sur la seconde.


"Hey vous... Rejoignez-nous donc !" Il lui sourit avec une étrange délicatesse. "Le chant du violon saura répartir à la voix de cette demoiselle, je n'ai aucun doute là dessus"

Il se pencha à nouveau et attendit qu'elle n'accepte, avec un regard plein d'espoir, la main tendue pour l'aider à grimper.

Il voyait s'esquisser, enfin, un peu de ces moments qu'il avait laissé au pays du soleil levant. Une petite image, certes un peu trahie par la situation et l'évenement qui avait mené les habitants de l'île jusque là... Le meneur préféra occulter les différences, pour une fois, et décida de s'offrir entier à la reconstitution de ces instants magiques.

_________________

doublette de Namibe
¡¡ Catch me !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilyn Aïwal
Mi elfe/Mi ange
*barde*

Wilyn Aïwal

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Aux frontières de l'imagination
Rang : Barde
Race : Mi elfe / Mi ange
Date d'inscription : 09/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 2 Juil - 16:02

La jeune volontaire avait été invitée à monter sur scène et elle s'empressa de rejoindre le guitariste aux cheveux bleus. Wilyn la regarda, ses grands yeux violets et ses oreilles pointues prêts à profiter du spectacle. C'est alors qu'il se tourna vers elle et l'invita à l'accompagner avec son instrument. Son sourire était engageant et sa main tendue pour l'aider à grimper sur scène l'était encore plus. Wilyn hésita. Que faire ?

C'était la première fois qu'elle jouerait en public depuis des années. Autrefois, elle jouait à chaque fête du clan. Son frère faisait des démonstrations magiques et était admiré par tous les jeunes elfes du clan. Elle, elle faisait de son mieux pour l'accompagner avec sa musique mais elle était loin d'égaler les grands maîtres musiciens du clan. Personne ne la félicitait mais au moins, on ne lui faisait aucune remarque sur le fait qu'elle n'était pas dans le clan depuis sa naissance.

Wilyn avait beaucoup souffert des préjugés tout au long de sa vie. Une fois seule, après le massacre de son clan, ces préjugés avaient disparu mais elle était devenue une solitaire. Aujourd'hui, quelqu'un lui proposait de pratiquer sa passion sans même savoir qui elle était, d'où elle venait et quel était son niveau. Elle reconnaissait bien là le comportement d'un habitant d'Ynis Witrin. Ici, chacun avait sa place.


*Va ma soeur. Montre leur la pureté de ta souffrance et la puissance de ton pouvoir.*

Poussée par le lynx ailé, elle se leva, sortit son violon de son étui et prit la main de Miyu, le rejoignant ainsi sur la scène. Certaines personnes étaient à présent rassemblées prêts du buffet et observait les musiciens et chanteurs. Elle ne voulait surtout pas décevoir le talentueux guitariste. Elle accorda donc son violon avec un grand soin et tira quelques harmoniques de l'instrument. Un son très pur, presque cristallin fut diffusé aux oreilles des spectateurs. La fusion commençait déjà, incrontrôlable. Mêmes les quelques gammes qu'elle pu faire pour se délier les doigts sonnaient comme de riches mélodies. Si seulement son père avait pu entendre cela un jour. Ce soir, il l'entendrait depuis les étoiles, depuis cet autre monde qui n'avait pas voulu d'elle en ce jour tragique.

Elle s'arrêta de jouer, attendant le signal pour commencer du meneur de barque guitariste et de la jeune chanteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

Arwana Gelina

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Mer 4 Juil - 18:44

Arwana s’était lancée sur un coup de tête. Elle ne connaissait personne ici, pas le moindre petit lutin ! Pourtant elle était sociable, mais elle avait voulut se libérer de toute la pression qu’elle avait accumulée durant ses années de errance et de fuite et de recherche de cette île magnifique. Maintenant qu’elle l’avait trouvé, elle comptait bien y passait beaucoup de temps et surtout elle souhaitait plus que tout le visiter. Mais elle attendrait tout de même d’avoir un bon guide, qui lui montrerait les plus beaux endroits. Elle s’était déjà aventurée dans la forêt, et celle-ci était d’ailleurs très apaisante.
Le jeune homme aux cheveux bleus lui tendit alors une main pour l’aider à se hisser sur la scène à ses côtés. Et tout en montant elle se présenta.


« Arwana Gelina pour vous servir ! »


Il la fit patienter alors quelques minutes, allant quérir une autre jeune fille. Celle-ci était très jolie et elle portait un violon à en juger par l’étui. Il l’interpella juste après avoir offert un sourire très charmeur à Arwana. C’était assez étrange le sentiment qu’elle avait concernant ce jeune homme. Elle ne savait pas le définir à l’instant même mais elle trouverait bien.
Il semblait appréciait le velouté du son du violon à en juger ses paroles. Et tout comme il l’avait fait pour Arwana, il tendit sa main à la nouvelle venue.

La jeune fille aux yeux violets se laissa alors porter sur scène, avec son beau violon. Arwana s’intéressait au matériau dans lequel il avait été taillé et se demandait le son qu’il pouvait bien dégager. Cet instrument était vraiment magnifique. Arwana alla alors aux devant de la jeune fille et se présenta à elle aussi avec un petit salut.


« Je suis Arwana Gelina ! Contente de vous rencontrer ! Votre violon est magnifique !! »

Arwana était toute excitée par ce qu’elle était en train de faire, et rencontrer des gens la mettait dans tous ses états. Elle regarda alors autour d’elle, et vit que la scène était entourée de pleins de spectateurs, et étrangement, elle n’en fut pas impressionnée. Cependant, elle réalisa qu’elle ne savait pas ce qu’elle devrait chanter.


« Excusez moi, que souhaitez me voir interpréter ? »
, demanda t-elle alors au jeune homme.

Pendant ce temps là, l’autre fille accordait son violon et faisait quelques accords afin de se mettre dans le bain. Arwana était comme hypnotisé par la mélodie, somptueuse que le violon diffusait. La jeune fille, en tant qu’elfe était très sensible à la musique, et les larmes lui vinrent, perlant au coin de ses yeux. C’était comme si la jeune fille l’emmenait dans un autre monde, un monde de plénitude et de paix. Mais lorsqu’elle s’arrêta, la réalité refit surface. Elle se plaça alors aux côtés du guitariste, et attendit elle aussi qu’il donne le départ.

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Miyu
Humain
*Meneur de la Barque*

Miyu

Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 30
Localisation : ¤ Partout ¤
Rang : ~~Meneur de Barque~~
Race : humain (oui oui ^^)
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Mer 4 Juil - 23:13

[Ben les autres, vous venez pas? On va pas faire le topic à trois quand même Razz]


Le meneur, les voyant monter toutes les deux, fut totalement réjoui. Il avait presque craint que l'une des deux ne refuse, ou se montre timide. Certes, si la violoniste accorda aussitôt son instrument, faisant montre d'un savoir faire qui fit frémir le musicien qu'il était, l'autre jeune femme semblait plus inexpérimentée, ce qui lui plus également beaucoup. Elle avait deux musiciens avec elle, et la musique avait ce pouvoir et cette accessibilité qui faisait que le meneur n'eut pas peur de la voir se noyer entre leurs deux instruments. Sans compter qu'il pouvait chanter, lui aussi. Il retourna se percher sur son haut tabouret et esquissa lui aussi deux notes, en même temps que la violoniste. Ah voir une femme jouer de cet instrument avait sur lui un effet terrible. Bon il était de notoriété commune que la gente féminine n'était pas insensible non plus au violonistes mâles.

Entendant celle qui les accompagnerait de sa voix babiller à leurs côtés, le meneur esquissa un sourire amusé. Il ne fallait pas faire attendre les spectateurs. Car sitôt qu'elle cessait la musique perdait son charme. Il se contenta donc d'attendre qu'elle ait fini pour ne pas se montrer désagréable, son sourire enjôleur toujours aux lèvres, adressé tout à la fois à ses compagnons de scène et au public, avant de lui répondre d'une voix assurée :


"Chantez ce que vous désirez. Nous nous adapterons et vous répondrons de nos instruments, et éventuellement de nos voix"

Il laissa ses doigts se glisser sur les cordes de son ovation, qui produit alors un son de loin plus profond que celui de n'importe quelle autre guitare. C'était leur proglogue. De petites notes en suspens, jetée là pour laisser à Arwana le temps de débuter. Il adressa à la violoniste un regard amusé, espérant qu'elle n'était pas déstabilisée par la manière dont ils allaient jouer. De toutes façons, ils n'allaient pas jouer un air connu pour la simple et bonne raison qu'ils ne venaient pas de même endroit. Miyu aurait été surpris de les voir entonner, plus encore de les entendre chanter, un air japonais.
Il ne se gènerait pas pour en greffer sur la voix de l'elfe et sur celle, plus profonde, du violon.

En attendant, son visage prit ce masque d'une extrême douceur qu'il savait si bien endosser lorsqu'il jouait. Les yeux clos, la bouche entrouverte sur un sourire lumineux, ses doigts pinçaient doucement les cordes, attendant que la mélodie ne s'affirme.
Il était nécessaire que la voix les guide, sans cela elle aurait été trop dominée par les cordes, et aurait finit par s'y noyer.
Un nouveau frémissement le parcourut... Il était pressé que cela ne commence. Et il n'était pas le seul à en juger par les regards curieux des spectateurs. Il jeta ensuite un regard aux jeunes femmes et donna le signal.

_________________

doublette de Namibe
¡¡ Catch me !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

Arwana Gelina

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Sam 7 Juil - 13:50

Arwana agissait de la sorte pour la première fois de sa vie. Elle n’avait jamais chanté devant un tel public ! Elle se demandait si elle ferait le poids à côté de deux musiciens chevronnés tel que le guitariste et la violiste qui étaient là à ses côtés. Mais la jeune elfe se demandait bien ce qu'elle pourrait chanter elle ne connaissait pas leur style de musique. Le garçon aux cheveux bleus semblait être un asiatique et la violoniste une elfe avec du sang d'ange à en juger pas les ailes qu'elle avait dans le dos! Cependant, elle ne savait pas si cela venait d'elle ou non, aises deux ne s'étaient pas présentés et elle ne trouvait pas cela très poli! Elle ne dit cependant rien,elle ne voulait pas gâcher ce moment Puis peut être cela faisait il partit des usages, Arwana ne savait pas encre très bien comment les gens fonctionnaient ici!
Mais elle se demandait toujours ce qu'elle pourrait chanter! Il fallait quelque chose qui puisse rendre unique le son de leur prestation.

Arwana se rappela alors,que dans es bouquin et toutes les recherches quelle avait faites pour retrouver l'île, elle avait appris des chansons en elfique, une langue magnifique. De plus, avec l'un de ces titres, elle était sûre que sa voix serait appréciée et qu'elle ne serait pas couverte par les instruments. Elle fouilla alors sa mémoire à la recherche des paroles. Ne se rappelant qu'une partie de la chanson, elle décida de le faire en elfique et en français puis en alternance.
Elle n'avait plus qu'à choisir l'air sur lequel elle voulait entonner ses vers, car le garçon aux cheveux bleus lui avait laissé carte blanche. Enormement de monde s'était rapproché de la scène, attendant le trio, qui se préparait à démarrer.


Le garçon regarda Arwana et l'autre jeune fille et l'elfe put alors commencer à chanter...

" A Elbereth Gilthoniel,
silivren penna míriel
o menel aglar elenath!
Na-chaered palan-díriel
o galadhremmin ennorath
Fanuilos le linnathon
nel aer, sí nef aearon!"

" Oh Elbereth Créatrice des étoiles,
Lançant des feux de lumière argentée
Qui scintillents tels des joyaux, gloire du ciel abritant notre étoile,
Après avoir parcouru du regard l'infini, au-delà de l'horizon
Des Terres du Milieu, enchevêtrées dans les arbres,
Je chanterai pour toi, Fanuilos, de ce côté de l'océan,
Ici du côté du Grand Océan!


Sa voix était pure, douce et les mots montés vers le ciel, ne s'arrêtant jamais. Contrairement à son allure , la jeune fille possédait une voix assez puissante et elle n'avait pas de mal à na pas se faire couvrir par les instruments.... le son du violon était magnifique et portait sa voix, plus qu'elle ne l'aurait imaginé, et la guitare mettait de la modernité dans la chanson. Arwana trouvait leur trio très mélodieux, chacun complétant l'autre...

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Wilyn Aïwal
Mi elfe/Mi ange
*barde*

Wilyn Aïwal

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Aux frontières de l'imagination
Rang : Barde
Race : Mi elfe / Mi ange
Date d'inscription : 09/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 9 Juil - 15:07

Ca y est, le signal du départ avait été donné. Wilyn retint son souffle et se concentra sur la jeune chanteuse. Elle allait devoir déterminer dès les premières notes du chant, l'harmonie qui accompagnerait parfaitement la mélodie tout en s'accordant avec le son de la guitare. Par chance, l'homme aux cheveux bleus semblait être un très bon musicien, l'harmonisation de leurs instruments et de la voix n'en serait que plus aisé. La jeune elfe avait choisi une chanson elfique qu'elle interprétait en cette langue mais aussi en français. Wilyn trouva l'idée excellente et utilisa dans sa musique des tonalités qu'elle avait apprises dans sa jeunesse.

Après quelques notes, la jeune elfe/ange fusionna avec le bois foncé du violon. Ses doigts se fondirent dans le manche et les cordes. Ils semblaient s'être intégré parfaitement à l'insrument dont s'échappaient des sons de plus en plus mélodieux. C'était ça, le pouvoir de sa fusion. Mais, de manière inattendue, cela ne s'arrêta pas à son instrument. Il lui semblait que le son de la guitare, de la voix et du violon s'harmonisaient plus parfaitement qu'au début du morceau.

A présent sûre que leur prestation ne pourrait pas décevoir les spectateurs, elle se détendit et se laissa aller totalement à la musique. Ils jouaient, jouaient. Les étoiles tournaient dans le ciel à mesure que le temps s'écoulait et les musiciens continuaient à ravir leur auditoire.


[Dsl pas trop d'inspiration^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyu
Humain
*Meneur de la Barque*

Miyu

Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 30
Localisation : ¤ Partout ¤
Rang : ~~Meneur de Barque~~
Race : humain (oui oui ^^)
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Mer 11 Juil - 1:08

[bon jme suis encore laissée aller à de la philosophie de contoir xD désolée je peux pas m'en empêcher. Et si un pro de Leibniz passe par là et trouve des erreur, je le prie de m'excuser, j'ai eu la flemme de sortir mes archives de philo lol j'ai fais de mémoire]


Le meneur fut satisfait de voir les premières amorces de leur morceau commun se poser. Réellement satisfait étant donné qu'il n'aimait rien tant que ces instants où des êtres qui ignoraient jusqu'à leurs noms (exception faite d'Arwana qui leur avait généreusement dévoilé son identité) parvenaient à s'accorder sous le regard d'autres, tout aussi inconnus. Son esprit était une substance qui n'avait aucune arme pour communiquer avec celui des autres. Mais il croyait à cette sorte "d'harmonie pré-établie" dont parlait un certain Leibniz. Encore l'un de ces tarés d'Occidentaux. Un philosophe, quoi, songea-t-il. Il avait peu n'avoir pour ces derniers qu'un goût fort limité, cette idée là ne lui en correspondait pas moins :
Leibniz disait que les êtres vivants étaient, à l'instar de Dieu, des substances. Cela signifiait qu'aucun être vivant n'a d'impact sur un autre être vivant. Qu'ils n'étaient pas en interaction, fonctionnaient seuls, si l'on puis dire. Les correspondance entre eux n'étaient du qu'à cette harmonie pré-établie. Il utilisait pour cela l'image d'un orchestre, dont le chef avait ici une grande barbe, une toge, une aura dorée et un fils finit empalé sur une croix. Dans cet orchestre tout comme dans tous les autres, chaque instrument possédait une partition qui lui était propre, et n'avait pas besoin, pour jouer, de la partition des autres instrument. Et pourtant ensemble ils faisaient un tout plaisant et harmonieux.
C'était exactement ce qui se passait sur la scène en ce moment même. C'était d'ailleurs exactement ce qui se passait dans la vie de Miyu en général, d'ailleurs. Le jeune homme n'avait pas la force, et tout juste la volonté d'interagir réellement avec autrui. Seul son corps pouvait les toucher. Ses mots à la limite. Ses gestes, ses attitudes. Mais il ne leur offrait aucun sentiment puisqu'il était pratiquement incapable d'en avoir... Et la raison en était simple. Il était humain, il avait des sentiments. Il souffrait, il était heureux. Peut-être même lui arrivait-il d'apprécier ou de ressentir du réconfort en compagnie d'un être humain. Mais dans la mesure ou l'être humain en question était aussi froid à ses yeux qu'un caillou, cela ne pouvait guère aller bien loin.

Le contre poids à sa télékinésie. Sévère contre-poids. Mais d'un autre côté sa télékinésie dépassait de loin celle des guerriers les plus entraînés... Il y avait une femme qui comprenait cela à la perfection, c'était Kyoko. Elle la première, ici, lui avait dit ce précepte auquel il croyait ferme, et qu'il n'ignorait bien évidemment pas avant : on n'obtient rien sans offrir quelque chose en retour. Celui qui fera de la télékinésie sans handicap en échange n'en fera pas une complête. Pour qu'un pouvoir soit complet il faut que le revers de la pièce le soit aussi, c'était tout naturel.
Miyu n'avait strictement rien d'un guerrier. Il abhorrait d'ailleurs toute forme de combat. Mais la télékinésie étant, avec la musique, la seule et unique chose qu'il possèderait jamais, capable de lui faire partager quelque chose, il était prêt à solder son existence pour la sublimer. Et c'était ce qu'il avait fait. Et si il existait encore des êtres dont la télékinésie battait la sienne (il était pratiquement sur que Stellae devait le dépasser d'un chouilla) c'était que ces êtres s'étaient réduits à ce simple pouvoir. Qu'ils n'avaient nulle fonction, nulle envie, nul sentiment. C'était un état totalement innaccessible à quiconque combat. Parce que pour combattre il faut un but. L'argent, l'exutoire, la haine, la revenche... Simplement se défouler... Alors qu'un être tout de pouvoir, lui... Il n'a vraiment rien du tout. L'être le plus puissant, celui qui l'est vraiment n'a pas la moindre existence.

Et petit à petit, au fil des ans, des mois, des semaines et des secondes, c'était ce vers quoi tendait Miyu.

Drôle de voir du drame derrière le masque d'Arlequin. Drôle de voir du Racine planqué sous les jupes de la Lucile d'un Molière, n'est-ce pas? Preuve que Racine était apte à se planquer sous n'importe quel jupon !

Mais pour cette fois il laissait tomber la farce et, confortablement installé dans l'orchestre d'une soirée, il grattait amoureusement les cordes de sa guitare. Il écoutait la jeune femme, pour les premiers mots, afin de s'imprégner d'une ébauche de mélodie. Il laissa démarrer la violoniste et lorsque toutes les deux furent bien accordées l'une à l'autre, il abandonna ses accords neutres pour se lancer dans quelque chose de plus particulier. Quelque chose qui n'appartenait qu'à lui et aux voix de ses deux compagnes de la soirée. Ca rendait plutôt bien à vrai dire. L'homme était pour le moins satisfait de ce que tout cela donnait. Mais toutes les bonnes choses semblaient avoir une fin et trop rapidement à son goût la voix de la jeune femme se tut. Elle était pourtant belle et couvrait bien leurs instruments. En virtuose qu'il était il laissa alors ses doigts courir plus librement sur les cordes de sa guitare. La voix de l'Ovation gonfla alors pour supplanter celle d'Arwana, puis baissa à nouveau et cette fois ce fut au jeune homme de répondre à la demoiselle.
Sa voix était toute différente. Un peu cassée, elle avait ce quelque chose de doux et de charmeur que personne ne put jamais décrire pour lui.

Il chercha quelques instants encore un thème adapté à ce que venait de chanter la demoiselle, et se souvint tout à coup d'un morceau en anglais qui avait su parvenir jusqu'aux oreilles nippones du meneur. Il l'aimait beaucoup... Il était très parlant à cet être devenu apatride, à cet être qui avait du laisser derrière lui toute une existence...
Sans compter que c'est un air qui parle de pluie. Il le trouvait en adéquation intéressante avec la mer qu'évoquait Arwana. Il l'entonna donc, couvrant à son tour les deux instruments, de sa voix particulière :


"Tell me what the rain knows
O are these the Tears of Ages
That wash away the Wolf's Way
And leave not a trace of the day?

Tell me what the rain knows
O is this the flood of fortune
That pours itself upon me?
O see how I drown in this sea

Hark, hear the howl that eats the moon alive
Your fur is on fire
The smoke turns the whole sky raven black
And the world upon your back will crack

Where will you go
Now you've no home?

Let the rain wash away your last days"


[Tell Me What the Rain Knows -
composé par Yoko Kanno -
chanté par Maaya Sakamoto -
tiré de Wolf's Rain -]


Il laissa sa voix mourir sur un accord délicat, puis adressa à ses deux compagnes un regard amusé, léger, qui tranchait presque avec la voix envoûtante qu'il avait lorsqu'il chantait. Il attendait qu'Arwana lui réponde, si elle le désirait, voir même la violoniste, bien qu'il n'ignorât pas, pour avoir tenté le coup, qu'il était difficile à un violoniste de chanter avec le menton sur le violon. Il haussa néanmoins les épaules et d'un nouvel accord de retrait leur signifia qu'elles avaient son soutient, mais qu'il resterait dorénavant un peu en arrière. Il leur faisait confiance elles étaient douées dans leur domaine. Arwana chantait bien, la violoniste enchantait. Lui avait fait son job il ne lui restait plus qu'à donner à ce qui deviendrait un duo un peu de soutient, il remplirait les silence de ses sons doux. L'Ovation servait donc ici de basse, en quelque sorte.

Oui elles tournaient les étoiles. Elles tournaient et tournaient ainsi, aux yeux, aux oreilles de Miyu jusqu'à ce que finalement ils furent tous trois gagnés par le silence.


[Je vous laisse conclure le trio toutes les deux :} Moi ze considère qu'il arrête de jouer à la fin de mon post ^^
Arwana, si tu as pas envie de chercher de nouveaux poèmes, te casse pas le bol ! ^^ J'ai mis des paroles pour faire le même effort que toi, mais ça ne t'oblige pas à remettre ça si tu en as pas envie ! ^^
Bref, vous êtes les chefs Very Happy]

_________________

doublette de Namibe
¡¡ Catch me !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

Arwana Gelina

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Ven 13 Juil - 1:34

Arwana chantait et se sentait bien. Comme à chaque fois qu’elle mettait ses cordes vocales en route, un sentiment de plénitude l’envahissait. Elle ne regardait pas spécialement les deux instrumentistes, mais elle les sentait derrière elle, eux aussi envahis par leur propre mélodie.
Cela faisait bien longtemps que l’elfe n’avait eut l’occasion de chanter ainsi, libre, n’ayant peur du son provenant de ses cordes vocales. Ici, les gens l’écoutaient, l’appréciaient ou la détestait, mais au moins, elle ne craignait pas les attaques qu’elle avait du vivre sur le continents. Alors que la mélodie sortait de ses lèvres, c’était son cœur qui chantait. Toutes les émotions se liaient les unes aux autres. La tristesse, avec le poids de ses années d’enfance difficiles, la joie d’avoir trouvé une nouvelle maison avec des êtres comme elle et cet endroit magnifique où exercer son art en toute quiétude. Les gens, de plus, avaient un visage joyeux, ils avaient l’air réceptif à son message. Sa voix, chantant de l’elfique devait paraître différente de la voix qu’elle avait lorsqu’elle parlait, mais les sonorités en étaient plus que mélodieuses et envoutantes.

Le jeune guitariste coiffé de cheveux bleus, jouait magnifiquement bien de son instrument. Ce dernier devait être empreint d’un style plus asiatique qu’autre chose, mais cela s’accordait pourtant bien avec la chanson qu’entonnait Arwana. La violoniste quand à elle semblait comme transportée dans un autre monde, vue de l’extérieur. A cette vue, les yeux emplit de larmes, la chanson se finit. Elle était courte, amis l’elfe avait su y mettre toute son âme pour l’interpréter. Après les applaudissements du public, ce fut au tour du guitariste de chanter quelque chose. En effet en tant que joueuse de violon, la jeune demi elfe demi ange (à ce qu’il semblait), ne pouvait guère articuler de sons, son menton reposant délicatement sur l’instrument. C’était ainsi que l’on faisait sonner un violon, et faire autrement n’était pas possible.

Cherchant sans doute ce qu’il allait interpréter, le jeune homme grattait encore quelques accords, certainement pour se donner du temps. Trouvant, il commença et activa ses cordes vocales. Sa vois étaient rauque, et il avait quelque chose du crooner. Il était beau lorsqu’il chantait, il donnait envie de le croquer. Mais, il lui avait donné pourtant un autre sentiment en ne se présentant pas. Arwana, le regardant prendre plaisir à faire de la musique, se demanda alors si les habitants n’étaient pas tous méfiants comme lui. Car Arwana avait prit son silence pour de la méfiance, ou peut être du mépris. Il fallait bien avouer que depuis la mort de ses parents, le jeune elfe s’était quelque peu isolé du monde extérieur, parlant que par stricte nécessité. Elle avait donc un peu perdue son sens de l’analyse réactionnelle des gens. Elle ne se démonterait pas pour autant et attendrait de rencontrer plus de gens afin de se faire une véritable opinion. En attendant, elle était subjuguée par la voix du garçon, et ces paroles, comme elles étaient belles !

Lorsque le jeune homme sortit le dernier son, le dernier accord, il lança un regard étincelant aux deux jeunes filles, incitant ainsi Arwana à reprendre le flambeau. Elle chercha alors rapidement, et trouva la chanson de clôture parfaite. Elle lui évoquait encore énormément de sentiments, et ferait peut être même réagir certaines personnes. S’éclaircissant alors discrètement la gorge afin que sa voix ne soit pas rocailleuse, Arwana reprit :


May it be an evening star
Shines down upon you
May it be when darkness falls
Your heart will be true
You walk a lonely road
Oh! How far you are from home

Mornie utúlië (darkness has come)
Believe and you will find your way
Mornie alantië (darkness has fallen)
A promise lives within you now

May it be the shadows call
Will fly away
May it be you journey on
To light the day
When the night is overcome
You may rise to find the sun

Mornie utúlië (darkness has come)
Believe and you will find your way
Mornie alantië (darkness has fallen)
A promise lives within you now

A promise lives within you now


(Enya)


Encore une fois, les larmes lui vinrent aux yeux. Les musiciens étaient formidables et ils s’accordaient à sa voix à la perfection. Le public devait apprécier le spectacle, cela ne pouvait être autrement….La chanson finit, Arwana attendit que l'un ses deux compagnons fasse quelque chose, afin de les suivre. Elle ne connaissait pas encore les coutumes de l’île et ne voulait pas faire d’erreur..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Wilyn Aïwal
Mi elfe/Mi ange
*barde*

Wilyn Aïwal

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 28
Localisation : Aux frontières de l'imagination
Rang : Barde
Race : Mi elfe / Mi ange
Date d'inscription : 09/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Ven 13 Juil - 13:13

La soirée s'écoulait, le temps passait. Chaque personne sur scène ressentait les liens musicaux qui l'unissait aux autres. C'est alors que, la jeune elfe finissant une énième chanson, Wilyn sentit une terrible sensation de fatigue. Son corps s'engourdissait. Ses doigts ne couraient plus comme d'habitude sur le manche de son violon. Elle sentait aussi son esprit glisser, elle perdait de la concentration. Plus grave encore, il lui semblait que son pouvoir de fusion n'agissait plus comme avant. L'harmonie lui échappait et elle sentait la qualité de la musique se dégrader petit à petit.

*Qu'est-ce qui se passe ? Mon pouvoir serait-il en train de me lâcher ?*

Elle se souvint qu'il s'était éveiller après qu'elle se soit sentie dans une extrême tristesse. Est-ce que parce qu'elle ressentait beaucoup de joie en ce moment précis, son pouvoir en profitait pour la quitter ? Inquiète, elle se reconcentra et calma ses nerfs. Elle n'avait pas besoin de ce pouvoir pour jouer correctement, elle s'était durement au temps où son clan dansait être les arbres millénaires. Sa musique gagna alors à nouveau en qualité mais elle n'avait plus l'habitude de se concentrer autant pour jouer de la musique.

Lorsque le morceau de la jeune elfe se termina, elle choisit donc d'abandonner sa place afin de ne pas gâcher les morceaux des autres musiciens.


"Je me dois de vous laisser à présent, merci de m'avoir acceptée parmi vous. Wilyn Aïwal, pour vous servir, si vous avez besoin de moi un jour, n'hésitez pas à m'appeler."

Elle s'inclina devant les musiciens, salua le public et descendit de la scène. Ils pourraient parfaitement s'en sortir sans elle. Rejoignant son frère, elle s'éloigna au milieu de la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyu
Humain
*Meneur de la Barque*

Miyu

Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 30
Localisation : ¤ Partout ¤
Rang : ~~Meneur de Barque~~
Race : humain (oui oui ^^)
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Dim 15 Juil - 19:45

[j’imagine presque aussi bien Arwana avec une voix rocailleuse que Miyu avec une voix de fillette mdrrrr]


Ses accords latents s’enchaînèrent, le temps qu’il sache s’imprégner de la mélodie entonnée par la demoiselle. A nouveau, elle enchanta les alentours de sa voix délicate, agréable. Elle était décidément claire et si elle ne jouait absolument pas sur le même tableau vocal que lui, elle était tout aussi appréciable. Si Miyu avait une technique imparable en ce qui concerne les instruments, pour ce qui était du chant il ne devait son talent qu’à cette voix dont ses parents lui avaient fait le don, qui suffisait à enchanter. Lorsqu’il parlait comme lorsqu’il chantait d’ailleurs. Sitôt que l’air chanté par la petite elfe pu s’accrocher au meneur, celui-ci pu se permettre des accords un peu plus osés qui s’ils pouvaient choquer de prime abord, donnaient à leur association un air un peu revêche qui ressortait sur la lisse mélodie de la voix et du violon. Il leur apportait un peu de son énergie et de son côté chaotique et hasardeux. Il ne faisait pas de mélodie lisse, jamais. C’était d’ailleurs impossible, à la guitare, et si les sonorité générales étaient plutôt asiatiques, il avait dans son rythme et son énergie quelque chose de plus ibérique. Et cet ovni de la musique, parce qu’il avait toujours été plutôt décalé, s’était appliqué à tenter beaucoup, et le résultat avait su se montrer concluant à chaque fois. Il nageait donc comme le petit poisson frétillant qu’il était dans l’eau de la chanson d’Arwana, mais ne manqua pas de remarquer que ce n’était pas le cas de tout le monde…
Il était insensible –décidément c’est un refrain- aux états d’âme mais la musique n’avait pour lui aucun secret. Et le violon de l’autre jeune femme se plaignait désormais de façon moins fluide et accordée. Miyu darda sur elle un regard attentif, puis, histoire de ne pas trop la déconcentrer et lui faire perdre le peu de maintient qu’avait encore le violon, il se reconcentra sur sa guitare.

Finalement, le silence gagna les deux jeunes femmes. Il acheva lui aussi sur un accord savant, puis se leva rapidement. Les gens applaudissaient, ils avaient compris. Il sourit gracieusement à ceux qui avaient été leur public, puis fut interpellé par la violoniste. Il s’était attendu à ce qu’elle dirait, tant il avait su lire la voix de son violon. Il fronça les sourcils un instant, puis leva le nez et lui sourit d’un air énigmatique.


« Non le plaisir fut pour moi » Il inclina la tête et la vit descendre pour aussitôt se fondre dans la foule. Le meneur la suivit des yeux un instant puis se tourna vers la jeune elfe. « Eh bien nous voila seul. Je pensais m’arrêter également, qu’en dites-vous ? » lui murmura-t-il d’une voix douce. Il fit faire un tour à sa guitare qui alla se caler entre ses omoplates, habituée à reposer là, puis abandonna la scène à son tour d’un bond léger. Le public comprit alors qu’il était temps pour eux de serpenter dans le centre ville pour voir les autres stands. Mais à la différence de la jeune femme ailée, le meneur resta tout près de la scène et se retourna pour aire face à sa chanteuse d’un soir. Il lui tendit une main secourable pour l’aider et lui lança d’une voix légère « Takumi Miyu pour vous servir ! Que diriez-vous de savourer à notre tour le reste de l’évènement ? » Implicitement, cela voulait dire ‘le savourer ensemble’. Après tout ils avaient chanté de concert, se promener serait terriblement banal en comparaison. Et puis, il avait envie de manger quelque chose de sympathique qui saurait lui tenir à l’estomac. Sans oublier qu’il devait se faire pardonner l’impolitesse sur scène. Il pourrait toujours la lui expliquer une fois leur promenade entamée !

Le meneur lui sourit, l’encourageant par là même à saisir sa main, son autre main se promenant sur le bas de sa guitare chérie. De ses bottes de cuir noir il prit un appuis solide dans la paille répandue partout en ville, se préparant à y recevoir le poids de la demoiselle. Il aurait pu se servir pour cela de la télékinésie, mais il aimait bien certains stéréotypes, et celui-ci était amusant à ses yeux, aussi conserva-t-il volontairement le côté maladroit d’une telle scène. Avec un peu de chance elle lui tomberait même dessus comme une masse. Il allait sans doute passer une bonne soirée. Sa guitare sur le dos, il ne pouvait en être autrement de toutes manières. Personne n’avait encore pointé le bout de son nez sur scène, ils auraient le tant de converser un petit peu ici sans être dérangés par un quelconque musicien bruyant et imbu de lui-même. Un peu comme le gars bleu qui avait chanté quelques secondes plus tôt d’ailleurs…

_________________

doublette de Namibe
¡¡ Catch me !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

Arwana Gelina

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Dim 15 Juil - 21:20

Alors qu’Arwana chantait sa dernière chanson, elle remarqua, vers la fin du morceau que la violoniste commençait à peiner. Elle la comprenait car cela faisait tout de même un moment que tous les trois faisaient le show et l’elfe elle-même sentait sa voix faiblir un peu. Cependant cela ne se remarquait quasiment. Il s’agissait plus d’une sensation, un message d’alerte, au niveau des cordes vocales. Mais elle se concentra, ne regardant pas les musiciens, et finit la chanson au mieux. Lorsque tous trois eurent arrêtaient de faire raisonner leur instruments, la foule les applaudit et reconnaissante, Arwana leur offrit un jolie et immense sourire…Mais à peine le dernier son fut soufflé que la jeune fille aux ailes les quitta, leur donnant son nom enfin.

« Enchantée, et ravie d’avoir eu l’honneur de chanter accompagné du magnifique son de ton violon Wilyn Aïwal… »

Arwana avait enfin entendu le son de sa voix, et trouvait qu’elle partait bien vite, mais au moins, elle connaissait son identité et pourrait certainement la retrouver si elle le voulait. Mais à présent elle se trouvait bête, plantée au milieu de la scène ne sachant plus quoi faire. Heureusement, le garçon aux cheveux bleus se tourna face à elle et lui parla. Cela était étrange, car le jeune fille remarqua que sa voix, lorsqu’il parlait et qu’il chantait était toute aussi rauque et charmeuse. Ceci la fit sourire.

« Euh, moi aussi je songeais à arrêter, mes cordes vocales ne vont pas suivre sinon… », lui répondit elle alors le sourire aux lèvres.

C’est alors que le garçon descendit, assez gracieusement, de la scène et finit enfin, lui aussi par se présenter. De même qu’il lui présenta sa main pour l’aider à descendre elle aussi de la scène, lui proposant de passer aussi du temps ensembles. Bien sûr, l’agilité qui était celle des elfes suffisait à Arwana pour qu’elle descende seule de son perchoir, mais elle décida de laisser le privilège de la galanterie à Miyu. Saisissant alors cette main forte mais douce, elle lui répondit :


« Enchanté Takumi Miyu ! Ravie d’avoir fait votre connaissance…Je serais en effet ravie de profiter du reste de la soirée à vos côtés… »


Puis, gracieusement et tout en légèreté, elle sauta de l’estrade, pensant retombée à quelques centimètres du garçon. Mais c’était sans compter une aspérité du sol qui la fit basculer et tomber dans les bras du guitariste. Confuse, elle eut le temps d’humer le doux parfum de ce dernier, avant de précipitamment se redresser.

« Veuillez m’excusez ! Je suis d’une maladresse parfois ! »


Elle défroissa alors ses vêtements et se remit quelques mèches de cheveux en place avant de regarder Miyu dans les yeux tout sourire. Ils étaient restés près de la scène qui n’accueillait pour le moment pas de nouveaux musiciens ou chanteurs. Arwana ne pouvait s’empêcher d’observer son compagnon de la soirée, il était beau mais sa voix contraster avec les traits fins de son physique. Il était plutôt attirant, et devait sûrement en jouer. Arwana pensait pouvoir réellement passer une bonne soirée en sa compagnie, il avait l’air gentil et amusant. Et son sourire arrivait à la faire fondre. Son originalité était vraiment bien mise en valeur. Soudain, Arwana sortit de sa contemplation.

« Hum…Je ne sais pas si vous m’avez entendue tout à l’heure mais mon nom est Arwana Gelina… »

En effet, l’elfe avait préféré repréciser ce détail, car peut être n’avait il pas noté son nom lorsqu’ils étaient monté sur scène…

« Que souhaitez vous faire à présent ? »

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Miyu
Humain
*Meneur de la Barque*

Miyu

Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 30
Localisation : ¤ Partout ¤
Rang : ~~Meneur de Barque~~
Race : humain (oui oui ^^)
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Dim 15 Juil - 23:59

A l'entendre chanter Miyu n'avait pas supposé que la voix de la demoiselle fatiguait. Elle n'avait pas tremblé, avait su tenir sa mélodie sans faillir. non vraiment rien n'avait laissé entendre qu'elle fatiguait. Aussi Miyu fut-il particulièrement surpris de l'entendre dire qu'elle ne tiendrait pas la route. Bon ces jeunes femmes n'étaient sans doute pas de vraies musiciennes, après tout. Elles devaient avoir leurs domaines de prédilection dans lesquels exceller. Miyu lui n'avait que la musique. Le métier de meneur de barque ne lui avait pas demandé de discipline particulière, si ce n'était pour apprendre les incantations. Et encore, un ou deux ans avaient suffi, alors qu'il avait cultivé la musique depuis toujours. Bref, il était tout naturel qu'il soit plus accoûtumé et endurants qu'elles. Cela dit, il admirait l'habileté avec laquelle Arwana avait caché sa fatigue.

Au vu du sourire de la demoiselle celle-ci ne lui tenait pas rigueur de son impolitesse, sur scène. Il eut l'impression d'attendre une éternité qu'elle ne saisisse enfin sa main. Elle aurait pu descendre seule, oui sans aucun doute, mais là elle aurait battu jusqu'à l'impolitesse de Miyu, ce qui, il fallait l'avouer, n'était pas à la porté de tous. Surtout pas à celle d'une donzelle comme Arwana. Il sourit , soulagé, en sentant la main délicate de l'elfe dans la sienne. Le cliché avait du charme, certes, mais il était techniquement inconfortable de rester ainsi la main levée. Sans parler du risque qu'elle le laisse en plan. Non vraiment il était plutôt content qu'elle lui prenne la main. Et puis, s'il était comme l'aubergine aveugle en ce qui concernait les sentiments de la jeune femme, il avait la sensibilité, ou plutôt sensualité de tous, et ne pouvait que savourer le contact de cette peau douce et fine. Il suivit sa descente avec un sourire énigmatique, content de la voir également accepter de passer la soirée avec lui. Mais il apprécia plus encore son attérissage chaotique qui la jeta dans ses bras. Diantre non il n'était pas un grand romantique, du moins pas sincèrement, mais quitte à baigner en plein cliché, autant assumer cela jusqu'au bout. Il se contenta de rire doucement alors que la demoiselle s'affallait lamentablement dans ses bras, et se rendit compte qu'elle y restait quelques instants. Il se demanda bien pourquoi. M'enfin, ça ne le gênait pas, aussi lui laissa-t-il le temps de se remettre de ses émotions. Maladroite?


"Oui je vois ça" répliqua-t-il d'un ton malicieux.

Il était fort amusé par la précipitation avec laquelle elle s'était redressée. Il profita d'ailleurs du temps qu'elle mit à se pomponner pour lui aussi remettre en ordre le col et les manches de sa longue chemise blanche. Par chance il était plus grand qu'elle et son broshing n'en prit pas un coup. Puis elle fit cet espèce de micro blocage sur lui. Décidément elle était amusante cette petite demoiselle. D'ordinaire, les blocages comme ça, bien flagrants, c'était lui qui les faisait ; et pour cause : il assumait totalement ce genre de chose. Enfin, bien sur il lui était arrivé de se trouver de l'autre côté du regard. Son adorable postérieur, pas mal de fois, lui avait valu quelque attention. Ou bien simplement une musculature agréable et fine lorsque le hasard voulait que ses vêtements le laisse paraître. Bon il y avait bien le sourire aussi un peu. Et les regards enjôleurs, énigmatiques. Bah on pouvait bien apprécier aussi son mystère, puisqu'à l'instar de ses propres perceptions, réduites, les autres ne percevaient rien de lui. Non et puis il avait de ces manières détachées, amusantes.

Fort bien il fallait l'avouer, ce cher homme était fantastique. Une bête de charme, au physique exeptionnel et à cet extraordinaire esprit fin et vif. Une bête de...

Son nom. Il sortit de ses pensées et posa sur elle un regard léger, caressant. Il connaissait déjà son nom. Ah oui il avait oublié ça, il devait encore s'excuser pour sa façon d'esquiver les présentations sur scène. Il posa ses mains sur ses hanches et posa son regard sur la scène. Il se rendit alors compte qu'il y avait oublié l'étui de sa guitare. Il lui fit alors signe d'attendre un instant, et sans monter dessus saisit la bride de la pièce de cuir pour l'attirer à lui. Il décolla un peu son pied du sol pour ce faire et se redressa ensuite. A nouveau il épousseta la chemise blanche, il y avait fait des traces. Il fronça les sourcils et, tout en posant étuis et guitare au sol contre la scène, il adressa la parole à la demoiselle d'une voix enjouée.
"Je sais je sais. En fait je voulais m'excuser pour tout à l'heure. Mais nous étions sur scène. Il n'est pas très commode de se mettre à papoter devant le public" Il sourit et ôta sa chemise, à présent tout de noir vêtu. Il avait dessous des vêtements plus près du corps, à manche longue et au col évasé. Ses cheveux d'un bleu vif n'en ressortaient que plus. Il ne cessa pas de parler un seul instant et poursuivit. "J'ai souvent fait ça chez moi et les gens qui sont juste de passage ne s'attardent pas devant des personnes en train de tenir salon. Nous avions le temps de faire connaissance ensuite" Il se rendit alors compte que pour des excuses, on pouvait faire mieux et ajouta, avec un ricanement gêné, une main dans la nuque : "enfin c'est pas grave, j'aurais pu être plus fin" Comment? Mystère. Il avait dû louper quelques pages dans le manuel du parfait gentleman. "Enfin, toujours est-il que je suis enchanté, Arwana-chan" Rares étaient les fois où il usait des suffixes japonais pour appeler les gens. Mais cette donzelle, elle lui inspirait bien un "chan" ! Il inclina la tête, un sourire délicat aux lèvres puis, repliant la chemise pour la mettre sur son bras, il rengea rapidement la guitare dans son étui et laissa celui-ci se loger dans son dos. Un mouvement des épaules suffit à l'installer correctement, puis il fit un pas, deux, en arrière, avant d'inviter la demoiselle à lui suivre d'un petit geste. "Allons, faisons un tour nous verrons bien. J'ai cru voir là bas un stand où fûmaient de succulentes brochettes, ça te dit?" Il pencha la tête de côté, une seconde, tendu dans la direction dudit stand, prêt à décoller dès sitôt l'accord de l'elfe obtenu.

_________________

doublette de Namibe
¡¡ Catch me !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Uoswiir
Humain
*Chevaucheur d'Ombre*

Matt Uoswiir

Masculin
Nombre de messages : 151
Age : 27
Localisation : Cherche pas je suis toujours derrière toi
Rang : Chevaucheur d'ombre, ex-assassin
Race : Humain
Date d'inscription : 28/05/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 16 Juil - 1:28

Matt marchait sur les toits en observant la petite fête qui s'installait su la place. Du monde, du bruit, tout ce qu'il pouvat détester... Super! Au moins, il y avait les toits et les ruelles sombres pour le consoler. Mais il préféra s'assoir sur le haut d'un toit, pour continuer son observation, sans bouger, et surtout, en essayant de ne pas se faire remarquer. Mais la lumière le trahissaient en révélant sa présence, malgré sa hauteur. Il s'était enfin décider à enlever sa capuche, en ésperant tout de même que là où il était, personne ne pourrait le voir. Lassé de ne pas bouger, il se transforma et sauta sur un toit voisin. Il eu une soudaine envie de gacher la fête en égorgant deux ou trois passant, mais continua à sauter de toits en toits pour dépenser son énergie plus... gentiment. Heureusement, le bruit de la fête cachait celui des tuiles brisées sous les pattes puissantes de l'étrange bestiole qui se baladait sur les toits. Au bout de quelques minutes, il s'areta. Pas fatigué, mais ennuyé. Ennuyé de devoir sauter et tourner en rond pour devoir oublier ses envies qui le prenaient quelques fois lors de ses transformations. Il reprit donc sa forme humaine, et prit sa dague. Habitude de la prendre lorsqu'il avait besoin de réfléchir, d'évoquer des souvenirs, ou tout simplement pour ne pas rester sans bouger. Dans un instant d'égarement, à force de faire tourner sa dague entre ses doigts, il la lacha. S'en rendant vite compte, il se jeta dans le vide et s'accrocha d'une main à une fenêtre d'une main, lesp ieds appuyés contre le mur, pour rattraper la dague de l'autre, à quelques centimètres de la tête de quelqu'un, la lame encore sifflante... Mais la personne qui habitait la maison se mit à lui hurler dessus, en lui demandant ce q'uil fichait accroché à la fenêtre. Surpris, il lacha sa dague qui se planta dans le sol, au pied d'une personne qu'il ne voyait pas bien, de haut. Il sauta à terre pour ramasser sa dague et s'excusa auprès de... ha, apparemment, c'était une jeune femme... Il remit sa capuche.


Dernière édition par le Mar 17 Juil - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magdamund.actifforum.com
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

Arwana Gelina

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 16 Juil - 2:05

[XD, dsl pour la comparaison !!]

Voyant le garçon se positionner pour la réceptionner, Arwana eut un rictus intérieur. Il faisait le galant alors qu’il devait tout à fait être au courant de l’agilité des elfes. De plus, elle voulut se faire une petite vengeance qu’il ne remarquerait surement pas ou qu’il n’interpréterait pas de la sorte. Ainsi, elle le fit attendre quelques secondes avant de saisir sa main. Cependant elle n’avait pas prévu le déroulement de l’atterrissage. Et alors qu’elle ne s’attendait pas à sa répartie, Miyu confirma sa maladresse. Elle sourit alors, entrant ensuite dans une phase de contemplation ou de transe selon la manière dont on voyait les choses. Elle avait participé à une reproduction du stéréotype type de galanterie, qu’elle n’avait encore jamais eut l’occasion de vivre. Elle n’aurait crut voir cela que dans les pièces de théâtres, du moins le peu qu’elle avait vu. C’était étrange de voir que cela pouvait vous arriver, surtout venant d’un garçon qui bien que charmant ne laissait pas le moins du monde soupçonner qu’il fut capable de telle fioriture dans son comportement. Surtout lorsqu’elle n’avait pas obtenu de réponse à sa présentation lorsqu’ils étaient montés sur scène. Ce fut essentiellement pour cette raison, parce qu’il avait été d’une galanterie particulièrement inattendue envers Arwana que celle-ci avait figé son regard et le détaillait. Et puis il fallait l’avouer, Miyu était plutôt belle homme. De belles lignes veloutés dessinaient son corp longiligne et ses cheveux d’une bleu bublegomme la faisait craquait. Cette couleur lui rappelait celle d ‘une peluche qu’elle possédait lorsqu’elle était jeune et qui lui servait d’ange gardien. Elle avait envie de les toucher, comme elle le faisait avec Twiny (la peluche) lorsqu’elle voulait se rassurer. Bien qu’elle ne comprenait pas cette envie car elle n’avait aucun besoin d’être consolé ou rassurée en ce moment même. Arwana appréciait juste cette soirée, essayant de s’amuser le plus possible comme elle ne l’avait jamais fait en réalité…Mais c’était un fait, depuis qu’elle l’avait vu, les cheveux du garçon l’attiraient par leur couleur particulière et si chaleureuse. Son regard descendit alors petit à petit, observant d’abord ses lèvres puis sa musculature qu’elle essayait de deviner sous sa chemise blanche. Mais elle allait trop loin, et s’arrêta soudainement sortant de sa torpeur. Le jeune elfe rappela alors son nom au guitariste.
Mais celui-ci lui fit signe, et ramassa l’étui de son instrument qu’il avait laissé nonchalamment posé sur la scène où ils étaient quelques minutes plus tôt. Même dans ce geste pour récupérer son bien, le garçon était élégant. Son regard se posa alors sur….


*Waaa !!* pensa t’elle..

Puis jugeant ses hormones trop actives elle se donna une tape sur la joue pour revenir à la réalité. La jeune fille ne s’était jamais comportée comme cela. Peut être n’aurait elle pas du boire ce que cette magicienne lui avait proposée lorsqu’elle était entrée dans la rue des stands. Puis, comme il avait déposé son instrument avec sa protection le long de l’estrade, il tenta lamentablement de s’excuser. En même temps, il était vrai que la jeune fille, heureuse de rencontrer du monde et de pouvoir se divertir, n’avait pas ressentie la situation de la même manière qui lui. Mais peut être avait il raison après tout…Et souriant, d’une manière tout à fait charmante, elle ouvrit de gros yeux le voyant en train d’ôter son haut. Elle crut, l’espace de trente secondes que le jeune garçon aux cheveux appétissants allait lui faire un streap tease ! Mais où avait elle la tête, il avait un autre vêtement dessous !! C’était logique ! Mais il devait avoir chaud avec deux épaisseurs.

« Et bien, vous aviez froid, pour être ainsi couvert ? »
, lui fit elle remarquer un souriant une fois qu’il eut finit de parler car il ne s’arrêta pas entre deux.

Elle entendit et écouta attentivement tout ce qu’il dit, et ria légèrement à ses mots.


« Enchantée aussi cher Miyu !...Certes ce n’est pas votre finesse qui vous à caractérisé la haut, mais je comprends mieux à présent et ne vous en tiendrais pas rigueur. Je trouve, en outre que vous jouez merveilleusement bien de la guitare, et cette qualité vaut tout la non finesse que vous possédez ! », répliqua t-elle alors amusée.

Il proposa ensuite à l’elfe d’allait vers un stand aux fumés appétissant et la quéra d’un geste. Elle le fit patienter quelques secondes le temps de remettre en place sa coiffure et le rejoint.


« Oui une brochette me tenterait bien ! »


Cherchant à faire la discussion bien qu’elle ne savait pas du tout si les coutumes de l’île l’y autorisaient, elle posa une question au jeune homme. Elle regardait toujours ses cheveux bleus vifs, pensant toujours à Twiny.

« Dites, quelle rang possédes-tu sur l’île, Ai-je une chance de te revoir souvent ? »,
le questionna t-elle alors, le tutoyant car elle avait remarqué ce changement de personne chez Miyu aussi…

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 16 Juil - 16:58

Il commençait à se faire tard et le fabuleux coucher de soleil de l'île disparaissait de minute en minute. Notre jeune Symphonie tenait absolument à assister aux festivités. Cela faisait déjà quelques années qu'elles n'y était plus retourné toutes les sept. Elle était tellement pressée que son ventre commençait déjà à l'importuner. Sa sœur cadette, Harmonie, vint la rejoindre sur le perron de la maison avec son instrument. Cette année, seulement Mélodie, Symphonie et Harmonie avaient décidé d'apporter leur boite à musique merveilleux. Elles étaient toutes vêtues d'une robe bleutée légèrement moulante scintillant quelques peu au contact des derniers éclats de lumières du début de soirée.

Malgré leur enthousiasme à y aller, il manquait toujours quelqu'un à l'appel : Cacophonie. Mais que faisait-elle enfin? Symphonie espérait qu'elle ne les lâche pas puisque depuis leur naissance, les sept sœurs ne furent jamais séparées, même pour sortir. Finalement, elle apparue plus radieuse que jamais, pour une fois. Les demoiselles aînées, à cheval sur leur instrument qui apparemment était montable, s'envolèrent dans le ciel qui commençait à laisser apparaître les premières étoiles de la nuit. Les cadettes, toujours les pieds sur terre se mirent à courir en ne perdant pas une de leurs sœurs du regard. Symphonie était heureuse de pouvoir enfin quitter cette maison qu'elle surnommée l'antre. Quand elle était libre, elle se sentait renaître. Ne volant pas plus haut que les tilleuls bordant le chemin conduisant à la citée de verre, les sœurs accélérèrent.

Une bonne demi-heure plus tard, le repart de verre fut visible. Depuis cet instant, l'ambiance surgelée des sœurs devint de plus en plus dynamique. C'est vrai que d'habiter si loin de la ville n'était pas très facile, et malgré tout cela, les demoiselles qui changeaient de domicile assez souvent, n'arrivaient jamais à trouver un endroit tranquille à proximité de la cité. Une fois arrivées devant le porte principale, les trois sœurs réduirent leur instrument multifonctions qui avec la magie pouvait adopter n'importe quelle taille. Une fois l'action réalisée, elles entrèrent d'un pas vif.

Depuis l'endroit ou elles étaient, de nombreuses lumières et voies devinrent visibles et audibles. Les sœurs arrivèrent enfin à l'entrée des festivités; c'est la ou Symphonie et Sérénity décidèrent de s'exclure du groupe. En prenant à gauche, elles furent très vite surprises par les nombreuses choses présentes, cela ne ressemblait pas vraiment a celle des années précédentes et Symphonie devint tout à coup assez excitée malgré son tempérament très calme voire même froid.


« Je ne me souvenais pas que cette fête faisait autant de bruit et qu'elle attirait autant de personne.. » Dit Sérénity avec un air rabat-joie.

« Ecoute Série, détends toi, pour une fois qu'on sorts, allez, fais ça pour me faire plaisir s'il te plaît! » Rétorqua l’aînée de cette dernière.

La soirée ne venait que de commençait que déjà Sérénity préféra quitter Symphonie pour la laisser toute seule.


*Tant pis...* Pensa t-elle assez déçue du comportement de sa sœur cadette.

[Quel navet ce post x_x]


Dernière édition par le Lun 16 Juil - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Miyu
Humain
*Meneur de la Barque*

Miyu

Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 30
Localisation : ¤ Partout ¤
Rang : ~~Meneur de Barque~~
Race : humain (oui oui ^^)
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Lun 16 Juil - 18:21

[désolée Symphonie, je me sens pas de remodeler le post pour prendre le tien en compte, tu m'as doublée Razz quant à Matt, mon perso est un légume, vu la discrêtion du tien je pouvais pas le voir ^^"]


Elle ne le lâchait décidément pas des yeux. Une vraie souris à disséquer. Bon ça ne lui pesait pas plus que ça étant donnée la barrière mentale qui sapait toute tension. Mais ça l’amusait bien. Elle avait l’air d’une midinette cette petite nénette, et ça n’était pas forcément pour déplaire à Miyu. Au contraire il trouvait ça très drôle. Bon ça n’était pas forcément séduisant, ça supprimait une petite dimension de jeu qu’il aimait bien, mais il n’empêchait que s’il la disséquait pas vivante il n’était pas passé à côté des atouts de la demoiselle. Aussi était-il au demeurant ravi de passer un moment avec elle.
Lorsqu’il la vit ouvrir de grands yeux alors qu’il ôtait sa chemise, il ne pu retenir un ricanement amusé. Elle croyait quoi, qu’il lui ferait une petite danse privée en plein milieu d’une place ? Elle était décidément très drôle cette demoiselle, et puis elle démarrait au quart de tour surtout. Et encore, elle s’était retenue de lui faire la réflexion. Lui ne se serait pas dérangé pour lui jeter un « eh bien vous pouvez attendre deux minutes avant ça non ? Ca vient toujours en temps et en heure voyons ! » malicieux. Le hasard voulu que les rôles soient inversés et qu’il soit la cible de la réflexion, aussi s’abstint-il d’en faire, ce qu’elle ne fit pas. Il s’était attendu à une remarque sur le fait qu’il se déshabille en partie sans crier gare, mais elle lui fit plutôt remarquer les épaisseurs de tissus qu’il avait sur le dos. Il resta pantois un instant, ne s’y étant pas attendu. Il regarda ses manches à présent noires, la chemise qui pendait sur son bras puis la demoiselle et eut un sourire amusé.
« Bah le tissu est léger. Puis s’il avoir un peu chaud est le prix à payer pour pouvoir parader en ville, je m’emmitouflerais dans des fourrures en plein été » Autrement dit, il n’en avait rien à cirer. Bon la fourrure ça n’était pas, une fois de plus, d’une grande finesse étant donnés tous ces petits animaux qui souffraient partout dans le monde pour que de grosses russes portent leurs gros manteau. Mais ça n’était qu’une image après tout. Aussi la phase de culpabilité terrifiante qui le submergea fut brève. De toutes façons la fourrure faisait très mauvais effet sur lui. Un ourson avec des cheveux bleus, ça n’était pas vraiment une image séduisante, alors qu’un beau jeune homme élancé aux fringues qui soulignaient son corps plutôt qu’elles ne le masquaient, là c’était de suite autre chose.
Il se permettait donc volontiers cette tenue là. Alors elle était plus choquée par cet amas de couches que par son strip tease improvisé ? De plus en plus intéressante la demoiselle ! Le meneur ne pu, et ne voulu pas d’ailleurs, retenir un sourire à la fois amusé et intéressé. Il se pencha un peu vers elle, se contenta d’un regard un peu enjôleur puis, avec un léger murmure comme étouffé il se redressa pour faire mine de lui fausser compagnie. Oui, lui il était joueur, très joueur, même. Après tout il restait foncièrement gentil –enfin, à peu de choses près- aussi n’était-il pas si dramatique qu’il songe à s’amuser un peu. Et puis, elle avait de ces réactions ! Le meneur aurait pu passer la soirée à les provoquer toutes ne serait-ce que pour les découvrir. Bon il éviterait de lui exposer son postérieur, vu que le simple fait de ramasser une chemise l’avait mise dans tous ses états, mais il avait mille et unes techniques pour cela. Cela passait par de petits gestes, des réflexions plus ou moins innocentes, des regards caressants ou même un comportement très détaché, allez savoir pourquoi elles aimaient ça. Bref, toujours est-il qu’il avait le temps pour découvrir la profondeur du côté midinette de la demoiselle. Cela faisait longtemps qu’il n’avait plus rencontré de damoiselle comme celle-ci. Au Japon oui, il y en avait eu quelques une. Pas mal, même s’il fallait faire quelques statistiques. Mais c’était surtout dû à leur éducation qui les plongeait dans une naïveté atroce. En fait, les femmes là-bas obtenaient une maturité à deux vitesses. Très vite elles étaient de bonnes maîtresses de maison, aptes à tenir un foyer en ordre, une famille, à la diriger du mieux possible, ce qui bien entendu n’intéressait absolument pas Miyu. Mais pour les rendre lucides sur la vie publique, leur ôter leur naïveté et ce côté affable, il leur fallait des années et souvent la rencontre d’hommes tels que le meneur. Il n’était ni violent ni foncièrement méchant, mais il était de ceux qui leur faisaient goûter à un peu de cette vie là, qui se tramait dehors et guettait les demoiselles comme un fauve. Il n’était pas vieux et son expérience se limitait à quelques années de pratiques, trois, peut-être quatre à tout casser, mais après tous ses conquêtes l’étaient moins encore. Pour cela sans doute qu’il avait ce respect étrange pour Kyoko. Pour cela sans doute qu’il n’avait pas poussé bien loin la séduction avec elle et ne s’était pas laissé aller à lui jouer son petit jeu et prendre des risques. Car il y avait toujours des risques pour qui prend la décision de jouer un peu. Sans ce piment là il n’était pas d’histoires captivantes !
Mais le fait était là. Kyoko était vieille !
Vieille, vieille elle ne l’était sans doute pas tant que cela mais pour le jeune homme qui tout juste touchait à ses vingt ans, une jeune femme de vingt-deux ans était déjà par trop mature et consciente de tout ce qui se passait autour d’eux. Il aimait bien jouer et surtout jouer le marionnettiste, puisque rien ni personne ne pouvait avoir d’emprise sur son esprit digne d’une marguerite bleue. Mais avec Kyoko il avait l’impression de la sentir poindre en lui par delà la barrière. Il ne l’avait pas crue lorsqu’elle lui avait soutenu qu’elle était bien capable de passer outre. Et pour preuve ce bibelot qu’elle lui avait prêté le temps de le faire goûter à une sensibilité commune. Mais elle avait aussi touché ailleurs et par une voie tout à fait différente. Pour Miyu, cette femme captivante était sans nul doute la seule qui lui eut jamais fait un peu peur. Les cris hystériques de sa mère même ne lui arrivaient pas à la cheville.

Mais le danger et la remise en cause étaient loin d’être le dada de ce cher Miyu, aussi savourait-il grandement ces instants qu’il pouvait passer avec la petite Arwana. Et puis, elle était mignonne comme tout la petite elfe. Il était donc très content de se dire qu’elle ne lui en tenait pas rigueur. Et puis l’idée de lui avoir plu avec sa guitare lui faisait d’autant plus plaisir. Elle ne croyait pas si bien dire en lui confiant que la guitare rattrapait sa goujaterie. Les choses s’étaient souvent passées de la sorte. Il était toujours impressionné de voir à quel point une mélodie, deux accord et les murmures de sa voix un peu cassée arrivaient à rattraper les pires bourdes. Celle-ci étant plutôt minime, il y faisait même quelque bénéfice. Et encore, ça n’était pas à la demoiselle qu’il l’avait adressée. Comble du profit, il pouvait aller jusqu’à la susurrer directement à la demoiselle courroucée si la situation était critique.

Il la regarda se recoiffer gracieusement. Ce geste avait décidément une grâce particulière, effectué par une femme. Lui n’avait pas besoin de se recoiffer étant donné qu’il l’était parfaitement en toute occasion… Mais il comprenait qu’avec leurs longues chevelures le plus souvent lâchées les damoiselles y prête attention aussi souvent. Cela dit, celle-ci espaçait chaque opération de tout juste quelques secondes. Elle lui avait fait la remarque pour les vêtements, aussi lui rendit-il la pareille avec un sourire plein de malice
« Eh bien mademoiselle, vos cheveux sont parfaits ainsi, on y va ? » Sur ce il lança un clin d’œil dans sa direction, content de la voir lui emboîter le pas. Il était plus commode de parler en marchant. Enfin, supposément parlant, on était sensé se sentir moins observé ainsi. Et pourtant il avait l’impression qu’elle ne le lâchait pas des yeux. Il lui rendit donc son attention avec un sourire et plongea son regard dans celui de la demoiselle, histoire que le côté « je t’observes, tu m’observes » soit plus partagé.

La question qu’elle lui posa le fit rire, de son rire clair et amusé, ordinaire. Il pencha la tête de côté, des mèches bleues se glissant alors sur son front délicat, puis lui dit d’une voix basse :
« Je suis meneur de barque, ici. Moine, en quelque sorte. Incantation levage de brume accueil. Je suis un peu la vahiné des lieux si tu veux. Si tu veux me voir c’est pas trop sur mon lieu de travail que tu me trouveras, du coup, puisqu’il est impossible de trouver son chemin dans la brume sans un meneur. Par contre, le reste du temps j’erre pas mal en ville. Enfin, je réside dans une petite chambre de l’auberge. Elle m’est attitrée de façon permanente donc tu peux venir me voir ou y déposer un message quand tu le désires. La numéro cinq »
Il lui sourit avec légèreté puis lui demanda à son tour « J’ai deux question, moi. Tout d’abord j’aimerais savoir pourquoi tu fixes mes cheveux comme ça. Je sais qu’ils sont géniaux, mais quand même c’est étrange… Et aussi tant qu’à faire ce que tu fais ici toi aussi ? Tu es arrivée depuis peu non ? » Il attribuait cela à son enthousiasme et à cet air plein de vie et d’envie de découvrir qu’elle avait. Ceux qui comme lui vivaient ici depuis un moment déjà n’avaient plus l’air aussi curieux. Du moins pas sur tout. Miyu était surtout curieux lorsqu’il venait chercher ses passager à l’embarcadère sur le continent. Curieux de savoir ce qu’ils faisaient là et ce qui leur avait donné envie de tout planter pour monter à bord de sa coquille de noix. Lui était venu ici simplement parce qu’il avait été blessé chez lui… un peu vexé, quelque part. Mais il y en avait pour qui c’était beaucoup plus sérieux, et il n’avait bien évidemment pas la finesse et la délicatesse de leur épargner les questions indiscrètes. Pour l’instant, il n’en avait pas à poser à la jeune Arwana. Il se contentait donc de ces questions banales d’une conversation banale. L’originalité viendrait inexorablement. Après tout, avec Miyu, elle menaçait toujours de pointer son nez et la menace ne manquait jamais de se concrétiser.

_________________

doublette de Namibe
¡¡ Catch me !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

Arwana Gelina

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Mar 17 Juil - 2:10

D’un naturel indéfectible, Arwana n’avait même pas songé à l’étrangeté de son regard insistant. Mais elle se complaisait à observer le garçon de la sorte, quitte à avoir l’air totalement niaise. De plus, le breuvage que lui avait fait prendre la magicienne était en train de lui chauffer quelque peu les oreilles, l’encourageant à laisser la retenue et l’inhibition de côté pour ce soir. L’amusement était au rendez vous. Et la jeune fille en profitait bien. La pensée du streap tease lui fit ouvrir de grands yeux...D’appréhension ? De convoitise ? De désir ? Telle était la question...Mais le ridicule avait du prendre ses expressions faciales car déjà Miyu riait. Peut être aurait elle put se permettre une réflexion bien sentie, cependant, elle avantagea son œil d’elfe et son goût pour les détails. Et à voir la réaction du garçon, l’effet de surprise avait été au rendez vous, ce dont elle se félicita intérieurement.

« Humm je vois…alors vous feriez tout pour avoir l’occasion de courtiser ?...Croyez vous réellement que les épaisseurs favorisent ce genre de contact ?...J’en doute… Le contraire serait davantage à envisager… »

Arwana souriait, et rendait ses paroles les plus taquines possibles. Le jeune homme était beau certes, mais il ne devait pas manquer d’humour pour autant….Les fourrures ? La jeune elfe l’imaginait très mal vêtue de telles choses, et elle envisagea l’unique possibilité qu’il s’agissait là de paroles en l’air. Elle aimait trop les animaux pour les imaginer en fourrure et cela la répugnait. Puis, le jeune homme s’approcha d’elle et soupira quelques mots. Il faisait le charmeur, et bien qu’elle voulait réfréner ses ardeurs, Arwana était complètement sous son emprise. Il feint alors de la laisser en plan, ce ne fut pourtant pas le cas. Le garçon était donc à ce point taquin ? Il fallait absolument que l’elfe trouve quelque chose pour entrer dans ce jeu…Peut être le jeu du chat et de la souris lui conviendrait il ? Bien sûr, les seules expériences qu’elle avait eu avec des garçons se réduisaient à ses amis d’enfance, lorsque sa vie était commune à celle de n’importe quel enfant et à quelques relations qu’elle avait du avoir afin d’assurer sa survie au milieu de ce monde de terreur… En effet sous son apparence naïve, Arwana était tout de même loin d’ignorer le danger qui pesait sur chaque vie en dehors de l’île. Elle s’était même inquiétée par rapport aux ambitions d’Arwin Meluna, la jeune meneuse de barque qui lui avait parlé de son projet de se rendre sur le continent….Mais malgré le danger, en cette soirée, l’elfe était vraiment déterminée à prendre du bon temps. De plus l’ambiance y était plus que propice. En outre, Miyu lui aussi s’amusait à faire les aguicheurs et cela fonctionnait parfaitement sur Arwana, qui frustrée de cette évidence, profiterait elle aussi de mettre ses atouts en avant. Et il ne fallait pas la sous estimer, elle en possédait. Aussi, lorsqu’il lui montra les autres stands d’un signe de tête afin d’encourager la jeune fille à le suivre, celle-ci fit exprès de remettre ses cheveux bien en place avec de doux gestes lents bien que cela n’était pas vraiment nécessaire, tout en prenant son temps. Le jeune homme devrait ainsi prendre son mal en patience s’il souhaitait réellement continuer à faire l’homme galant jusqu’au bout. Au bout d’un moment, le tombeur de ses dames finit tout de même par prononcer des mots auxquels la jeune elfe s’était totalement préparée.

« Je le sais parfaitement, merci… Mais je souhaitais être parfaite pour vous cher ami… »,
lui dit elle alors, le sourire malicieux ponctué d’un clin d’œil.

Son ton ne faisait pas du tout preuve de modestie. Néanmoins, elle ne savait pas si sa démarche aurait l’effet escompté, si Miyu allait lui répondre du tac au tac ou s’il resterait impassible. Pourtant, elle était assez fière de réussir à le charmer coquinement ainsi, comme lui le faisait… C’est alors, comme pour confirmer ses dires, que l’elfe remit volontairement en place son décolleter, prenant bien garde à ce que Miyu l’observe. Elle était tout sourire, faisant l’innocente. Les minutes se déroulèrent de la sorte, et tout continuait à indiquer que le jeu se poursuivait, car bientôt le garçon aux cheveux bleus se mit à regarder la jeune fille droit dans les yeux. Ce regard était pénétrant, mais étrangement elle n’arrivait pas à déceler ce qu’il exprimait. Mais elle ne s’attarda pas à ce détail et prit plaisir à cet échange, souriant en même temps que leurs regards se croisaient. Soudain, Arwana se ressaisit et posa une question qui fit rire assez bruyamment le garçon. Ses mèches bleus ondulants le long es on visage, il répondit alors d’un ton qui relevait du mielleux à cette demande banale. L’elfe put ainsi apprendre qu’il était meneur de barque, tout comme la jeune Arwin, et se dit qu’elle aurait pu tomber sur lui lors de son arrivé. Aussi se demanda t-elle si Miyu avait la même technique la meneuse qu’elle connaissait. Néanmoins, elle n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit que déjà le meneur aux cheveux bleus lui donnait déjà son adresse. D’une humeur taquine, elle ne put s’empêcher de répliquer :


« Serait-ce là une invitation ouverte à vous rejoindre dans votre antre ? »

Mais au fond, elle avait été étonnée par tant d’audace pour une réponse à une question si banale qui pouvait très bien accepter une réponse plus vaste. En outre, la question était lourde de sous entendus mais l’interprétation serait laisser à la volonté de Miyu.
Il était décidemment très intéressant et amusant de sympathiser avec le meneur de barque, et la soirée semblait avoir un avenir prometteur. Après ceci, il posa deux questions à Arwana. A la première, tellement la réponse serait ridicule, Arwana s’esclaffa à n’en plus s’arrêter. En effet elle fixait inlassablement les cheveux bleus. Mais avec le ridicule de la situation, venait une émotion beaucoup plus profonde, que la jeune elfe ne laissait pourtant jamais paraître car il s’agissait d’une part de son histoire, de son fardeau, de sa douleur… Comment pourrait-elle expliquer les choses à Miyu sans aucune ambigüité ? Sans doute n’y avait il aucune solution et passerait elle pour une folle, mais elle se lança, simplement.


« Et bien... tu vas me trouver ridicule, et sans doute délurée, mais vois tu, lorsque j’étais enfant, je possédais un ours en peluche du nom de Twiny. Or, celui-ci m’a aidé maintes fois dans ma solitude lorsque mes parents sont décédés…Et, c’est sans doute grâce à lui que je suis encore en vie, et ici aujourd’hui...c’est peut être stupide, amis il m’a donné du courage dans les pires moments…et voici la raison de mon observation…la couleur de vos cheveux est identique à celle de Twiny et étrangement depuis tout à l‘heure je meure d’envie de toucher ta crinière pour voir si cela fait le même effet… »

Pour la première fois, Arwana rougissait légèrement, car elle révélait une part de son histoire pour la première fois depuis qu’elle était arrivée sur cette île… Elle regardait le jeune homme, ses yeux n’exprimant rien, mais l’émotion, de la tristesse mêlée à l’amusant étant bien là, ancrés dans son cœur. Cependant cela, en apparence n’avait rien ôté à son enthousiasme et à sa joie et elle continua de répondre à Miyu qui, il ne fallait pas l’oublié lui avait posé deux questions.

« Et bien, j’exerce le métier de palefrenière, j’ai un bon contact avec les chevaux, que j’adore par-dessus tout…sinon oui je suis arrivée hier, je ne connais donc personne… »

Ils finirent alors par arriver devant le stand qu’avait désigné Miyu. Les mets étaient appétissants. Le fumet odorant excitant les papilles les plus fines.

« Une saucisse ? »
demanda t-elle à Miyu se saisissant d’une dans l'une de ses petites mains douces et blanches et lui tendant alors…

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Miyu
Humain
*Meneur de la Barque*

Miyu

Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 30
Localisation : ¤ Partout ¤
Rang : ~~Meneur de Barque~~
Race : humain (oui oui ^^)
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Mar 17 Juil - 19:34

A la vue du sourire taquin de la demoiselle et des paroles qu’elle prononça quant à sa tenue, Miyu sourit de plus belle et posa doucement ses mains sur ses hanches. Il avait de l’allure, ainsi positionné, et il en profitait délibérément. Les sourcils très légèrement froncés, son sourire plus revêche que jamais, il lui répondit sur le même ton plein d’énigmes et de malice. « Moi ? Prêt à tout pour séduire ? Où allez-vous donc chercher une idée pareille ? » Il haussa un sourcil puis, avec un rire doux, ajouta : « Bien sur je ne suis pas sans ignorer la tenue d’usage, mademoiselle. Mais il se trouve qu’avant de déambuler devant une donzelle dans la tenue d’Adam, je m’accorde le privilège d’user d’un peu de séduction et d’allure. La plupart du temps, c’est habillé que je m’attelle à cette tâche » Le point final de sa réponse fut un clin d’œil bien sentit, qui se posa là, juste sur elle, avant de filer pour ne laisser qu’un vague souvenir sur le visage expressif du meneur. Etant incapable d’offrir ses sentiments à qui que ce soit, il se devait de les laisser passer sur son visage et n’avait donc pas pris l’habitude de cacher quoi que ce soit aux gens. Il lui était d’ailleurs très simple de masquer ce qu’il ressentait, il n’avait donc nul besoin de se forcer à le faire, et avait plutôt tendance à forcer l’inverse. Surtout lorsqu’il s’agissait de séduire quelqu’un. Alors il séduisait la petite demoiselle ? Ouais, peut-être bien. Pas jeu sans doute. Il avait bien vu qu’elle s’en amusait et y répondait volontiers, aussi s’en donnait-il à cœur joie. Au moins, à présent, ils étaient deux à jouer et il n’avait donc plus aucun scrupule à avoir. Enfin, si scrupule il avait eu… et rien n’était moins sur que cela. Pour un esprit qui avait pris l’habitude de faire tout ce qui l’amusait, le mot scrupule était rebutant comme aucun autre.

Alors que son regard, mi-impatient mi-attentif, s’attachait au moindre geste de l’elfe, alors que ses doigts jouaient savamment dans ses cheveux ondulés, comme des aiguilles venues y tisser une envoûtante dentelle, celui-ci plissa les yeux sur un sourire lumineux à la réponse qu’elle offrit à sa remarque. Elle se montrait, en fin de compte, plutôt bien partie dans leur jeu. Elle avait de la répartie, et présentait plus de goût pour ces petites joutes qu’il ne l’aurait supposé. Tant mieux ça n’en serait que plus divertissant encore.
« Parfaite ? » Il lui sourit, lui tendant la main pour l’inviter à le rejoindre. Il avait en tête une réplique qu’elle n’aurait sans doute pas apprécié, qui s’approchait plus ou moins d’un Quand bien même vous seriez parfaite, je n’en aurais pas moins de désir pour ces brochettes. Mais cela n’aurait été que l’expression de son estomac frustré. Et rares étaient les gentlemen qui se laissaient guider, lorsqu’ils séduisaient quelqu’un et qu’une partie de leur organisme se trouvait frustrée, par leur seul estomac. Aussi transforma-t-il sa réplique en un léger sourire espiègle qui remplaçait tous les discours inimaginables. C’est tout juste si ses lèvres laissèrent échapper le fin « Vous, vous en sortez plutôt pas mal alors ma chère » qu’elles prononcèrent avant qu’il ne se dirige, sachant qu’enfin elle lui emboîtait le pas, vers le fameux stand. Bon compromis, il se sentait tout réchauffé un peu partout, ce qui était fort réconfortant pour son pauvre petit corps qui craint l’espace d’un instant que les lubies de son propriétaire ne le coince dans la seule satiété du ventre, via quelques brochettes exceptionnellement bien assaisonnées.

La voyant remettre en place son décolleté, le meneur haussa un sourcil un peu circonspect et pencha la tête de côté. Le fait que le geste soit délibérément orchestré pour attirer l’attention du meneur échappa à celui-ci. Oui après tout, ses perceptions restaient limitées.
Il ne se priva pas cependant du spectacle et lui dit même d’un ton un peu grivois :
« Si vous avez besoin de mon aide pour ça n’hésitez surtout pas à la quérir » Avant de lui adresser un regard qui allait de paire avec ses propos. Il n’avait pas perdu de temps pour répondre aux question de la jeune elfe. En effet, donner l’adresse du lieu où il résidait ne lui posait pas le moins du monde problème. Sans doute parce qu’il ne s’agissait que d’une auberge, et aussi parce que son esprit recelait suffisamment de secrets pour que sa chambre ne s’embarrasse d’en garder aussi. Quant aux éventuels objets de valeur qu’il aurait pu posséder, le seul qui lui ait jamais tenu à cœur était en ce moment même sur son dos. Aussi n’y avait-il rien de particulier capable de l’empêcher d’inviter cette demoiselle chez lui. Sa remarque le fit sourire. Oui c’était bien cela. Et en plus elle le tutoyait, ce qui quelque part lui autorisait un peu de cette liberté… « A quoi bon vous inviter si l’invitation n’est pas ouverte, dis-moi ? » Le meneur sourit puis haussa simplement les épaules. « A vrai dire je ne pensais pas en faire une invitation, je t’ai juste donné mon adresse comme ça… mais puisque tu insistes et sembles absolument vouloir voir mon modeste intérieur, oui, je peux bien t’inviter à venir chez moi lorsque tu le désireras » Et hop là voilà qu’il retournait la pique en deux en trois mouvement et qu’après avoir été piégé par la demoiselle, il jouait son coup et retournait l’échiquier. De celle qui faisait les réflexions, elle devenait celle qui la subissait. Il n’était pas le moins du monde agressif et très vite se lassait des joutes qui avaient pour but de voir l’un des deux belligérants céder, du moins sous la force de l’autre. Là, les joutes avaient un objectif qui, quelqu’en soit l’issue, faisait que les deux se verraient satisfaits. Si bien sur ils avaient un terrain d’entente où se croiser. Mais aucun des deux ne semblait sérieux lorsqu’il jouait son jeu, aussi Miyu n’était-il pas inquiet à ce propos. Encore qu’il n’aurait pas rechigné à jouer même si cela n’avait pas été le cas. Le jour où cet homme ferait preuve de morale verrait pleuvoir des canards bleus. Enfin, il en était capable, bien entendu, mais ça n’était que par goût, pas par un quelconque devoir stupide ou encore parce qu’il se sentait empreint d’une espèce de mission stupide.
Le fait, par exemple, qu’il soit meneur de barque, et donc qu’il soit de ceux qui tiraient les gens de la grisaille et du sang pour les amener sur ce qui serait sans doute, quelques siècles plus tard, un spot très prisé par le Club Med aurait pu apparaître comme un devoir moral et altruiste mais tt-tt-tt il n’en était rien. Non en réalité, si Miyu était meneur, ça n’était que parce que ce métier était le seul lui permettant ici de se trouver en permanence ou presque sur l’eau. Car si une chose en lui rivalisait avec la musique, et le battait, mis à part son pouvoir, c’était bien évidemment la mer et l’océan. Il ne venait pas de la baie d’Osaka pour rien ! Si Osaka lui manquait pour son agitation, elle lui manquait aussi pour ce portal qu’elle était. Elle lui manquait parce que c’était sur ce ponton que son père fit le dernier de ses pas terrestres, avant de s’offrir corps et âme à l’océan. Le jeune homme ne se leurrait pas. Quelle que soit la situation dehors, il savait qu’il ne mourrait pas ici. Son père avait été celui, entre tous, qui s’était octroyé toute la tendresse du jeune homme. Aussi ne vivait-il que pour, excentricité mise à part, mourir un jour sur les traces éphémères de son géniteur. L’océan était un être formidable et colossal qu’il fallait être fou pour défier et ne pas craindre. Ainsi la folie même de Miyu ne lui ôtait pas tout ce respect qu’il avait pour un lieu qui ne perdrait jamais ses angoisses, ses craintes et son admiration. Il ne devait pas perdre cela de vue… Et tout ce qu’il avait pour s’en assurer, c’était une petite barque et une vie dévouée à la navigation, si ridicule cela soit-il. Bien sur il aspirait à davantage et, se voyant mal dans le rôle du capitaine d’un fier esquif faisant navette entre Ynis et le Continent, il s’envolerait sans doute loin d’ici…
Ainsi donc il était impossible voire naïf d’y voir une quelconque moral ou un absurde sens du devoir. Non, si Miyu faisait tout cela pour l’île, ça n’était que dans son intérêt. Si Stellae et lui-même avaient tous deux su y trouver leur compte, alors que demandait le peuple ? Il ne respectait pas moins ses engagements qu’un autre, bien que le cœur y soit un peu moins. Et le fait d’un jour pouvoir fausser compagnie à ce petit monde n’était pas en soi un crime. Il ne trahirait pas pour autant ces bonnes gens, du moins n’en aurait pas l’impression.

Et que les choses soient claires ! cette loyauté n’était pas non plus morale. Il n’aurait simplement pas aimé être lésé lui aussi.

Mais laissons là ces futilités Miyu avait autre chose de bien plus profond que ces histoires sordides à gérer : la demoiselle avec qui il jouait était toujours là auprès de lui ! Allons bon même le pire des goujats ne laissait pas tomber une belle. Encore que. Bref il écouta sa réponse avec un intérêt réel. Ses cheveux, ça aussi c’était un sujet qu’il adorait. Narcissique ce beau jeune homme ? Si peu ! Au moins lui le revendiquait sans une once d’hypocrisie. L’hypocrisie était d’ailleurs une chose dont il était tant incapable que de prendre une arme dans ses mains d’artiste. Bref ses cheveux il les aimait et d’ailleurs il s’aimait bien dans l’ensemble. Pourquoi, dans ce cas là, le cacher et faire mine de se trouver gêné par la situation comme l’aurait fait un homme intègre et affreusement imbu de lui-même MAIS ! cela dans le plus profond secret.
Mais même pour un exemple de superficialité telle que lui, ce que raconta Arwana était plutôt intéressant. Mis à part le fait qu’elle le compare à un peu de fourrure et deux morceaux de coton bleus, ce qui était plutôt réducteur de sa personne si l’on ommettait le fait que l’aura de Twiny devait surpasser celle de Miyu, elle lui dévoilait quelque chose, là. Un peu de sa vie passée. Lui avait un comportement tellement léger et insolent que l’on ne soupçonnait aucune blessure passée chez lui, et tant mieux. Mais la demoiselle, là, avec son ours en peluche bleu qui avait su la faire tenir et qui l’avait réconfortée… Soit c’était un bobard énorme visant à l’émouvoir -ce qui était perdu d’avance- soit c’était bel et bien un témoignage de ce qu’elle avait vécu et qui avait su la marquer. Pour celle fois il opta donc, au bénéfice du doute et ne voulant pas mettre en l’air leur petit jeu, pour un ton plus sérieux. Il s’était un peu penché vers elle, un sourire songeur aux lèvres. Lorsqu’il lui parla, ce fut d’une voix posée.

« Ainsi donc je t’évoque un ours en peluche réconfortant ? On ne m’avait, certes, encore jamais fait ce compliment là mais j’avoue être des plus flatté » Il fronça les sourcils puis se redressa et regarda ailleurs. « A vrai dire je n’ai jamais rien fait de ma vie qui me vaille la reconnaissance que tu as pour Twiny l’ours bleu. Et comme on a rien sans rien… » Il plissa alors les yeux, il était sérieux aussi. Très rares les moments où il se laissait aller à quelque mots plus profonds que « j’ai faim » du moins sincèrement. Toutes les bonnes choses ayant une fin il se replongea bien vite dans un registre plus léger. Il changea pour ainsi dire les cordes de sa lyre. « Pour ce qui est de la toucher, sait-on jamais. Après tout tu t’attendais à me voir me dessaper en pleine rue, non ? Toucher mes cheveux après cela passe très largement ne trouves-tu pas ? » Ainsi il lui laissait la seule responsabilité de choisir si oui ou non elle glisserait ses doigts dans les cheveux du meneur. Ils n’avaient rien de bien exceptionnel si ce n’était leur couleur. Ils n’étaient pas plus longs que ça, effleurant tout juste ses épaules et à peine le haut de son dos. Bon le broshing était impeccable, et il se débrouillait toujours pour faire en sorte qu’ils soient plutôt doux et de bonne qualité. Mais confier cela aurait été une grave entache à sa virilité qui n’était plus à démontrer. Encore qu’il n’hésitait pas vraiment lorsqu’il s’agissait de coquetterie puisque oui, comme elle le lui avait fait remarquer, il était prêt à tout pour séduire.
Alors sa petite demoiselle de ce soir était palefrenière ? Il connaissait des hommes qui aimaient bien le style « campagnarde », lui étant très ouvert d’esprit et imaginatif arrivait à tirer des aspects séduisants d’un peu toutes les professions. Il lui suffisait à vrai dire que la demoiselle soit à croquer, puis campagnardes citadines lavandières où guerrières assoiffées de sang l’intéressaient tout autant. Il n’avait rien à répondre à cela, si ce n’était…

« Eh bien, si l’envie te prenait de visiter l’île, cette nuit ou plus tard, je me ferais une joie de jouer les guides pour toi » La proposition avait été lancée comme cela, à elle de décider de la saisir ou non. Tout comme elle lui proposait de saisir ou non le petit morceau de viande qu’elle lui tendait. Il ne pu retenir un sourire très amusait à la voir ainsi brandir une saucisse grillée. Elle était décidément pleine de surprise. « J’aurais plutôt opté pour une brochette, mais on ne refuse rien à une aussi jolie demoiselle » Et sur ce il saisit le morceau de viande. A son tour il prit une brochette cette fois qu’il tendit à Arwana. « Elles sont vraiment bonnes ! Tu verras » Puis il assura le tenant du stand qu’il possédait assez de Rin dans ses poches pour payer ce qu’ils mangeraient.

_________________

doublette de Namibe
¡¡ Catch me !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwana Gelina
Elfe
*Palfrenière*

Arwana Gelina

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : ~En pleine bataille~
Rang : Palfrenière
Race : Elfe
Date d'inscription : 20/04/2007

MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   Mer 18 Juil - 2:32

Miyu était un garçon bien étrange pour Arwana. Il semblait volage mais cela n’était pas étonnant pour un homme, surtout qu’il devait avoir la vingtaine… Mais, au-delà de cela, Miyu ne laissait pas paraître de réelles émotions, il s’amusait avec elle mais était incapable d’un peu de sérieux et peut être même de sincérité, du moins jusqu’à présent.. Et ce n’était pas pour déplaire à la jeune fille qui après tout ce qu’elle avait vécu, ne se plaindrait pas de ce qu’un peu de détente pourrait faire. Elle en avait besoin même, elle devait voir les choses avec plus de légèreté, au moins durant une soirée entière. Pour la première fois depuis bien des années, elle se laissait donc aller et prenait du bon temps, beaucoup de bon temps. De plus, pour ajouter à son comble, elle était heureuse d’avoir rencontré Miyu. Il était un jeune homme agréable et hilarant à sa façon si l’on pouvait dire. Jamais, à cause de son instabilité géographique, elle n’avait rencontré pareil énergumène. Il avait de la répartie, et ne se privait pas d’en faire usage a chacune des réflexions et taquineries de la jeune fille, tout en conservant un minimum de faux semblant en jouant les galants. Il prenait ses mots en dérision, sur un ton à la fois léger et lourd de sens. Elle lui sourit alors.

« Humm…Je ne doute pas que la tenue d’Adam voue aille à ravir, néanmoins ma sensibilité souhaite encore vous voir vêtu, même un minimum…cependant ne doutez aucunement de votre pouvoir de séduction…si jamais il vous ait arrivé d’en douter...ce dont je ne suis vraiment pas sûre.. »

Pour appuyer ses mots, elle fit un pas en arrière et lança un regarda sur le garçon qui se déplaçait de haut en bas, comme pour évaluer la marchandise. Ce regard ce ponctua par un haussement de sourcil intéressait. Il l’était vraiment, amis pas dans le sens que l’on aurait pu croire. Sous ses habits, Arwana devinait de belles formes, de quoi attiser l’appétit de n’importe qu’elle femme… Et elle en avait vu des hommes en tenue d’Adam comme le disait si bien le jeune homme, mais n’ayant pas eut le choix alors, elle n’avait ressentie que du dégoût à la vision de ces corps dénudées, et n’avait jamais réellement observait leur courbes gracieuses ou non. Mais à présent, sa survie n’était plus en jeu, le plaisir des yeux pouvait reprendre le dessus et il était au rendez vous… Ainsi, elle prit tout son temps pour modeler sa coiffure, se donnant alors le temps d’observer le garçon et de le taquiner par la même... Arwana remarquait bien qu’il suivait ses gestes et face à la réflexion de l’elfe, il répliqua une fois de plus avec légèreté et jovialité.

« Je m’en approche seulement ? Humm… cela m’attriste…Mon narcissisme n’est donc en réalité pas justifié…Je suis déçue… »

Mais comme pour contredire ses mots, elle saisit la main que l’homme aux cheveux bleus lui tendait et finit donc par le suivre en sautillant. A ce moment là, elle ressembla réellement à un elfe, joyeuse, gracieuse, joueuse… L’environnement qu’offrait l’île faisait ressortir sa nature réelle qui avait été inhibée par la civilisation des hommes. Sa beauté devait donc aussi refléter plus de surnaturel et de douceur. Arwana se sentait différente, comme si une nouvelle personnalité s’était emparée de son corps. Si elle devait se regarder de l’extérieur, elle serait incapable de revoir la petite fille qui dès son plus jeune âge dut se débrouiller toute seule, allant même jusqu’à se prostituer ou encore fouiller dans les poubelles... Mais l’heure n’était pas aux pénibles souvenirs emplit de souffrance, mais à la débauche, à la gentille débauche.
Ainsi, une fois qu’elle l’eut rejoint, Arwana fit un geste que jamais auparavant elle ne se serait permis sans en craindre les conséquences. Là, il s’agissait de taquinerie, et elle eut l’effet escompté, le jeune homme agit comme tel. L’elfe en était toute amusée de voir qu’elle pouvait aguicher tout en légèreté sans vraie arrière pensée et que rien n’était planifié, aucune attente déguisée ne se cachait derrière les taquineries. De plus, le garçon à la fois original, amis aussi généreux, gentil, mais plus que tout original (et oui son trait de caractère le plus marquant ! j’y peu rien moi !!XD) semblait avoir le même but qu’elle, s’amuser. Aussi répondit-il au geste provocateur d’Arwana comme le bon mâle qu’il était.


« M’aider ? Au mon dieu !! Vous croyez qu’ils vont s’échapper ? »
,
lui demanda t-elle alors sur un ton faussement paniqué, et souriante, ce qui soulignait le caractère joueur de la réplique.

Bien sûr, le « ils » désignait les atouts de la jeune fille. Elle se remit à sautiller dans tous les sens et sortit soudain en s’arrêtant en plein milieux de la rue, une petite flasque à laquelle elle but une longue gorgée d’un liquide inconnu. C’était la magicienne qui se trouvait dans les premiers stands qui le lui avait vendu. Le goût était bon, amis l’elfe crut y déceler de l’alcool. Peut être était la raison de la chaleur qui se diffusait dans ses joues et au niveau du lobe de ses oreilles. En outre, Arwana se sentait joyeuse à souhait, comme sur un nuage, ce que son état naturel n’aurait pas cautionné. Regardant si il n’y avait pas trop de monde alentours, après avoir tendue la flaque à Miyu, elle se mit à danser…La situation était étrange, cela paraissait ridicule…D’un seul coup l’elfe avait pété une durite ! Elle faisait des pas ressemblant étrangement à la chorégraphie de l’actuel « Papa Pingouin » de Pigloo. Cela allait tout à fait contre nature elfique, la grâce ayant fuit se corps qui se rendait ridicule devant une foule qui ne semblait pourtant pas la voir. Seul Miyu pouvait faire attention à cette bizarrerie Peut être l’hydromel contenait quelque chose d’étrange typique à l’Ile. Elle s’arrêta alors comme elle avait commencé, comme reprenant ses esprits. Le plus amusant était que sa chrographie était particulièrement bien accordé à la musique de fond. Imaginez un peu le son que les passants entendaient !!


« Euh...Je crois qu’il y a quelque chose de pas normal dans cette flasque »,
dit-elle en se mettant à rire…

Revenant dans un état que l’on pouvait considérer normal, elle posa alors des questions à Miyu qui y répondit vite mais toujours sans beaucoup de sérieux. Le jeu était bien entamé et continuait Concernant son adresse, il était vrai que cela avait étonné Arwana mais elle avait encore une fois dévié sur le terrain de la séduction... La première réponse du meneur de barque fut perspicace et Arwana ne trouvait pas grand-chose à répondre. Soudain, ce fut comme si elle disputait une partie de tennis mais qu’elle louper la balle et que celle si tombait dans un endroit inaccessible pour elle. Son cerveau tournait à cent mille à l’heure pour lui renvoyer la balle perdue en cours de route. Mais il fallait d’abord qu’elle la retrouve. Lorsqu’il parlait il donnait l’impression que c’était elle qui voulait s’incruster dans son petit chez lui. Elle pouffa à cette idée, elle qui avait vécue dehors quasiment toute sa vie. Elle décida de l’attaquer sans vraiment lui reprendre toute ses chances de gagner le jeu.


« Je remarque à nouveau toute la finesse de vos propos cher Miyu ! Très bien alors…vous préférez quels genres tête à tête ? Romantique ? Accrocheur ? Joueur ? Ou…sensuel…? lui demanda t-elle ponctuant sa question d’un petit rugissement ressemblant à celui d’un lion.

Ses yeux étaient taquins et malicieux…Bien sûr, elle n’était pas sérieuse et ne se permettrait pas d’arrivait avec l’une de ces personnalité chez le garçon si jamais elle y allait, mais c’était amusant de le prendre à revers, lui fixant un genre de rendez vous dont la fin est déjà écrite ! La jeune elfe prenait des libertés à faire pâlir els plus pudiques des filles mais sa vie l’avait poussé à cela aussi maintenant tournait elle ce qui pour elle avait était du réel, amis dans l’extrême, à la dérision. Elle jouait pour se sentir mieux et oublier la honte marqué au feutre indélébile sur son corps.

Lorsqu’ils marchaient, elle se mit à ne plus lâcher du regard la chevelure du meneur de barque qui s’en était rendu compte. Bien sûr il lui posa la question à laquelle elle ne s’était vraiment pas attendue et lui conta l’histoire. Son Twiny l’avait plus d’une fois sorti d’un mauvais pas. Le garçon un peu plus sérieux avoua alors ne pas mériter le titre qu’elle donnait à cette peluche car il n’avait rien fait de comparable. Malheureusement pour lui ou heureusement Arwana n’était pas de son avis. La réaction de Miyu face à cette ridicule comparaison la fit mourir de rire.


« Ce ne sont que tes cheveux qui me rappellent Twiny….c’est vrai…je ne te mens vraiment pas…je n’en aurais toute façon aucune utilité si j’agissais de la sorte…à quoi bon cacher ce que l’on est ?...Néanmoins, je pense que tu as encore plus de mérite que ma peluche de gamine…déjà tu es là et tu me fais rire ce que je n’avais plus fait depuis bien longtemps…ensuite, chaque fois que tu prends ta barque et que tu rentre dans le costume du meneur de barque, tu sauve une vie, et ça, ce n’est pas rien…réfléchis –y »


Et, inéluctablement, son sérieux se dissipa en un rien de temps pour dévier sur le touché de la crinière ! Arwana ne put s’empêcher de sourire et ne se le faisant pas dire une deuxième fois elle céda à la pulsion et fourra une fine et douce avec une certaine sensualité dans les cheveux de Miyu. Elle dut cependant se mettre sur la pointe des pieds, le garçon étant bien plus grand qu’elle. Ils étaient doux, lissent, la sensation lui rappelait vraiment celle que lui procurait Twiny, mais elle ne le dirait pas au garçon. Le comparer ainsi à une peluche n’était pas des plus flatteurs ni des plus sensuels…Et inconsciemment Arwana souhaitait plaire à Miyu. Elle fit un e sorte de caresse, et ôta sa main pour ensuite répondre aux questions du jeune meneur… Il lui proposa, lorsqu’il apprit son métier, un tour de l’Ile…

« Bien sûr !! J’en serais ravie, je ne connais rien !! »,
lui dit-elle précipitamment dansant d’un pied sur l’autre.

Elle sourit découvrant des dents blanches. Et ils arrivèrent devant le stand de nourriture quand, en même temps Arwana se rendit compte que son estomac barbouillait. S’amusant encore un peu elle lui tendit une saucisse, non sens sous entendu qu’il saisit malgré sa préférence pour la brochette. Mais il eut sa revanche.


« Pourquoi les saucisses ne sont elle pas du goût de ce cher Monsieur ? »


Miyu annonça qu’il paierait mais la jeune fille ne voulait pas se faire entretenir, on lui avait confié un peu de monnaie.


« Non je peux payer ma part, vous n’allait tout de même pas remplir mon ventre à vos frais ! Il est assez profond savez vous ? »

_________________
Un seul regard de toi suffit à mon bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alderante.forumpro.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Moi Et l'Autre (TOPIC COMMUN)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» SEASON FINALE ? Topic commun (après le mariage)
» TOPIC COMMUN ;
» TOPIC COMMUN ? Débat télévisivé pour les élections du représentant de quartier
» MATCH DE VOLLEY ? topic commun
» déplacer un post dans un autre topic (à mettre en FAQ)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*La Cité de Verre*~~* :: La Ville-
Sauter vers: