Âmes de toute etnies, hommes et femmes venus de tous pays... Rejoignez l'île magique d'Ynis Witrin......
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [#] Lucrèce, [x] "je" et [¤] le Loup

Aller en bas 
AuteurMessage
Namibe Stark
Humaine
*Mercenaire*

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1000
Age : 29
Localisation : The Land of Mist and Snow
Rang : Mercenaire, Commerçante
Race : Humaine
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: [#] Lucrèce, [x] "je" et [¤] le Loup   Jeu 31 Mai - 1:02

ou
Trois histoires et leur morale





- # - x - -


#--- Les amants et Lucrèce ----

Ils sont là, l'un contre l'autre dans la chaude obscurité de l'Alcôve
Leurs regards se croisent, se perdent dans la tendresse de l'autre.
Tous comme leurs corps se sont mêlés, leurs doigts liés les uns aux autres
Ils reposent là, rongés par leurs questions, dévorés par leur doutes.
Pourtant ils sont heureux. Parce que pendant quelques instants, ils n'ont plus soif
Ils n'ont plus faim de chair à s'en tordre de douleur, tels deux fauves repus
Ils ont brûlés leurs ailes, sur le bûcher de la passion, combustible rare,
Epuisant leur essence, épuisant le temps qui les brisera l'un après l'autre
Ils se regardent simplement. Leurs jeux recommenceront bientôt.
Magnifique instant, leurs mains se crispent et tirent sur le drap
Cambrés, perdus tous les deux, mais divinement biens, l'étreinte se prolonge
Et n'aspire à aucune fin. Rien ne doit arrêter leur jeu, rien n'en a le droit
Parce qu'il est trop beau, parce qu'il est trop doux. Parce qu'ils sont en vie
Et que ce jeu dangereux est ce qui les rend eux-mêmes.
Ils brûlent leur vie, ils brûlent leur souffle, pourtant... pourtant
Chacun d'entre eux croit être en train d'insuffler à l'autre l'énergie...
Qu'il lui vole à chaque caresse. Chacun trouve un plaisir dans sa souffrance
Une souffrance dans la tendresse. Insatiables dévoreurs de feu,
Personne ne leur a jamais appris à se satisfaire de ce qu'ils atteignent.
S'ils arrêtent, ils brûlent. S'ils continuent, ils brûleront. Si tout s'arrête...
C'est la Mort, la leur, celle de leur passion, quelle différence ?
C'est la mort de leur va et vient. La décadence de l'acte sacré.
Ils n'auraient pas accompli leurs devoirs : ceux de deux êtres
Liés par une souffrance, dont la quête est hors de la portée humaine.
Inconnus de Lucrèce, inconscient en leur couche
Celui-ci tonne, et leur jette son verdict, alors qu'à nouveau ils boivent l'un en l'autre
« Vénus fait de ses amants les jouets des simulâcres »
Alors ils lèvent les yeux, s'interrogent un instant. Sont-ils prisonniers ?
Qui de la passion ou d'eux engloutit l'autre ? Qui prend le pas et qui vainc ?
Vaine quête de volupté, douleur inguérissable, c'est un masque doux qui choit
Et offre à leurs yeux, tout à coup,
Le hideux visage de ce rude plaisir. Celui de l'inaccompli, de l'inachevé
Mais les deux amants n'en peuvent supporter davantage
Au diable les latins et au diable Epicure. Ils jouissent de leur souffrance
Ils s'y enchaînent et n'ont pas peur, puisqu'à présent ils savent.
Ils savent qu'ils tirent de ce qui les tue... le plus redoutable pouvoir.



- # - x - -



x--- Je, tu, ils disent ----

Il y a une chose que je veux dire
Il y a une chose qui me taraude
Qui m'a arraché ces larmes là
Qui m'a volé tous mes sourires
A cette chose, là, j'ai envie
Une bonne fois pour toute,
Pleine de cette sincérité,
De dire dans le blanc des yeux
Non pas ce qu'on attend,
Non pas ce que j'ai tû
Mais plutôt, et avec le sourire
"Tout ça se termine à présent"
Mais je sais ce qui se passera
Je connais la réaction
Elle m'humilie, parce que c'est idiot
Elle m'arrache encore des larmes
Et tôt ou tard, je finis par fuir
Fuir ce que je veux, fuir ce que j'aime
Fuir ce qu'entre tout j'ai envie de quitter
Qui a volé une partie de moi
Qui ne sait pas s'en occuper
Dans ce monde de l'aisance,
Ce monde de la facilité
C'est un espoir que je lance,
Sans ignorer qu'il sera dévoré
S'il te plait, je t'en pries
Laisse moi te dire enfin
"Tout ça se termine à présent"
Et réponds juste, juste ça :
"C'est dommage. Je le savais"
S'il te plait, limite l'humiliation
Je t'en pries, ménage ce qu'il reste
A quoi bon, diras-tu ?



- # - x - -


♥--- Le petit chasseur et le Loup ----

La petite fille bondit, le sourire torve
Elle a trouvé le loup, volubile petite sainte
Elle a capturé le fauve, l'a emprisonné
Entre le petit pot de beurre et un peu de confiture
Et c'en est fini de l'animal. Dévoré le canidé
La perfide petite blonde à dévoré son coeur
Lui tord les boyaux, ci ce n'est autre chose
Elle à son âme, et ne la lui rendra pas
Non, elle regarde le loup se lamenter en son piège
Rendu docile par ses couettes, famélique par ses sourires
Il a tout perdu, fini le chien-chien
A ceux qui pensaient que la petite se ferait manger
Sachez que de l'enfant et du loup, quelques fois
Celui qui y perd le plus de poils
N'est pas le plus faible. Non, non il ne le supporterait pas
La honte est suffisamment grande pour ce roi des bois
De ce voir affublé du ridicule collier
Jouet d'une morveuse, déchu de son pied d'estale
Fini le danger, fini la peur. Le Loup, ce soir
A été réduit à néant.
Alors la petite fille rigole, avec la cruauté de l'enfant
Le pauvre Loup tenu se couche à ses pieds
Elle essuie sur son pelage redouté sa bottine impie
Misérable échanson de la fourberie des femmes
Il obéit à celle-ci, parce qu'en un sourire
Le petit monstre à la peau rose su le capturer.
Alors qu'il se croyait capable de la dévorer
Loup suave, créature complaisante
Dangereux prédateur, charmant dévoreur
Brûlé par son désir, rendu esclave
Esclave de la chair, esclave de ses songes
Il perd sa stature et perd ce qui est lui
Et du prédateur, il passe à la proie...
Maintenant qu'elle y a goûté, la petite fille
N'aura de cesse de pourchasser le Loup à l'orée du bois


- # - x - -


# MORALITE[-s] ♥

Où est ici la fable, où se cache ma morale ?
Quelle image donner de l'amour et de ses jeux ?
Sur ce terrain glissant je me suis laissée portée
Et je ne puis rien ajouter si ce n'est
Que d'une part et d'autre de ce qui sépare
Le beau sexe de celui qui le domine
La souffrance est partagée.
J'aimerais dire le contraire, vous traiter de salauds !
Vous incendier, insulter crier haïr
Mais même ça, je n'y arrive pas.

Jє suis l'αmαntє dє Luсrєсє, jє suis сєllє qui dit "jє"
Et du Loup ou dє lα сhαssєusє... jє suis un pєu dєs dєux

Hybride aimante
Cruelle pêtrie de colère
Je m'en remet à ma honte
Et sur ces quelques vers
Abandonne mes contes



'o' Foxy Little Lynx 'o'

>Dare<

[et bien sur, ici, Namibe]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niark-niark-niark.blogspot.com
 
[#] Lucrèce, [x] "je" et [¤] le Loup
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pandawa Sagesse / Soutien : "muleavulne" 130
» reprise du compte "corto"par sangoku
» La suite d'une "certaine" classe de maître: Le Finage de volnay
» [Software] Jeux Bonus d'après BIONICLE 1, le Mask de Lumière. (y compris un test de "Toa" )
» YGO : Pack du Duelliste "Yusei" le 24 02 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ynis Witrin: L'île cachée :: *~~*Hors Jeu*~~* :: Espace Création-
Sauter vers: